Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On a laissé sur notre territoire un fondamentalisme qui s’est organisé et qui s’est appuyé sur la complicité de nos dirigeants successifs »

Marine Le Pen, présidente du Front national et députée française au Parlement européen, était l’invitée politique de Sud Radio, ce mercredi 19 novembre. Elle est revenue sur l’identification d’un Français parmi les bourreaux possibles de Peter Kassig en Syrie, de même que sur ces filières « françaises » qui partent faire le Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot FN - Le Grand Journal Canal Plus 14 octobre 2013

Louis Aliot (FN) sur les révélations Fillon-Jouyet : « Cette affaire met en scène l’UMPS »

Tous les lundis à 8 h 30, metronews s’associe à France Bleu 107.1 pour interviewer un invité politique. Cette semaine, Louis Aliot, vice-président du Front national et député français au Parlement européen, a répondu aux questions de Sylvain Tronchet et de Vincent Michelon. « L’affaire Jouyet-Fillon rejaillit sur l’image… par francebleu1071 Lire l'intégralité de l'article

Marion Marechal Le Pen - Bourdin direct mai 2014

Marion Maréchal Le Pen (FN) veut la dissolution des groupes d’extrême gauche

Invitée à débattre sur France Info dans l’émission « L’interview politique » de Jean-François Achilli, Marion Maréchal – Le Pen, députée du Front National élue dans le Vaucluse, a critiqué sans détours la politique du ministre socialiste de l’Intérieur, après le drame de Sivens et a demandé à ce que les groupes Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Une politique de l’emploi radicalement différente est une obligation économique et financière mais également morale

Ce texte de Marine Le Pen a été proposé au Figaro, au Monde, au Parisien et à La Tribune. Aucun de ces journaux n’a voulu le publier. Le chômage de masse coûte 100 milliards d’euros par an à l’État : plus que le déficit public ! Année après année, mois Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen à Calais contre le « désespoir » de la population concernant l’immigration clandestine

Marine le Pen, la présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était à Calais où elle est allée à la rencontre des populations françaises qui sont dans une situation de désespoir face à une immigration clandestine en pleine expansion alors que l’UMPS a toujours joué la politique de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Louis Aliot : « Le FN s’adresse aux Français, y compris ceux de confession musulmane »

Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au Parlement européen, était l’invité de L’interview politique du week-end sur Europe 1. Il était interrogé par Maxime Switek sur l’actualité du moment et, notamment, sur le cas Maxence Buttey, cet élu FN converti à l’islam qui s’est vu suspendre de ses Lire l'intégralité de l'article

Nice – La mégalomanie sans limite de Christian Estrosi (UMP)

Marie Christine Arnautu - Nice Bleu Marine - Municipales 2014Communiqué de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National, député français au Parlement européen, conseiller municipal de Nice

Toujours plus avide de reconnaissance et de publicité galactiques, Christian Estrosi a désormais décidé de louer des bureaux parisiens pour promouvoir la Métropole Nice Côte d’Azur.
Il est vrai que le député-maire de Nice a pour des raisons très diverses, bien plus d’accointances à Paris que dans la ville qu’il est censé administrer.
C’est donc, comme à l’accoutumée, que sans vergogne, il loue 100m² dans l’un des plus prestigieux quartiers de la capitale, pour 71 000€ mensuels et deux salariés à plein temps, pour satisfaire son égo surdimensionné. Sans doute rêve -t-il désormais de faire débaptiser la rue Saint-Dominique qui les abrite en rue Saint-Estrosi.
Il se gausse avec l’aplomb qui est le sien, inspiré comme bien de ses compères de l’UMP par le PS, en l’occurrence le maire de Lyon, d’attirer ainsi de nouveaux investisseurs dans la plaine du Var.
Pauvres Niçoises et Niçois qui allez payer une fois de plus la campagne de com’ de votre maire! Car c’est bien vous qui allez financer encore et encore sa mégalomanie.
Il ne pense qu’ à lui, toujours à lui et rien qu’à lui, preuve en est qu’il n’a même pas été capable de faire bénéficier Nice-Sophia Antipolis du label « French Tech » , décerné en terme d’économie numérique, à 9 autres métropoles.
Il n’existe malheureusement pas encore de label « Mongolfite », sinon, sans nul doute qu’il l’aurait remporté.

En ne livrant pas le BPC Mistral, le président Hollande trahit la parole de la France

RBMCommuniqué du Rassemblement Bleu Marine (RBM) de Saint-Nazaire

Par voie de communiqué, François Hollande, président de la République française, a décidé hier après-midi de retarder l’autorisation d’exportation vers la Fédération de Russie du BPC Vladivostok, actuellement stationné au port de Saint-Nazaire. Pour justifier son choix, le président invoque « la situation actuelle dans l’Est de l’Ukraine ».

Nous prenons acte de cette décision présidentielle, en nous en désolant bien sûr. Une fois encore, quelle image calamiteuse donne François Hollande de la France, pour elle-même et les pays étrangers, a fortiori nos partenaires commerciaux… Qui osera désormais commercer avec un pays si rétif à s’engager durablement dans des contrats industriels, parce que regardant scrupuleusement l’étiquette politique de ses interlocuteurs ?

Les choix géopolitiques de monsieur Hollande sont d’autant plus hypocrites à l’heure où les États-Unis et le Royaume-Uni coopèrent pleinement avec la Russie, les premiers dans le cadre d’une synergie des géants pétroliers ExxonMobil et Rosneft en mer de Kara, dans l’Arctique, le second… par des contrats d’armement que pourtant il refuse à la France.

Que dire, enfin, de l’impact pour Saint-Nazaire, ville de chantiers navals en perdition, et a fortiori le quartier ouvrier de Penhoët, pour qui la commande des deux BPC, en 2011, représentait une manne inespérée d’emplois industriels ? Tout cela ne pèse pas d’un poids décisif dans la balance pour François Hollande, qui consent à menacer de chômage beaucoup de Nazairiens, en plus de couvrir la France de ridicule et d’affaiblir son indépendance parmi les Nations.

Non à la vente de l’aéroport de Nice !

Marie-Christine ArnautuCommuniqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, vice-présidente du Front National, conseillère municipale de Nice

Le gouvernement de François Hollande tente par tous les moyens de trouver de l’argent pour satisfaire aux oukases de Bruxelles et au sacro-saint dogme de l’austérité. Faute de procéder aux réformes nécessaires prônées par le Front National, et notamment l’arrêt des coûteuses pompes aspirantes de l’immigration de masse, Hollande et Valls en sont réduits à vendre les bijoux de famille. Les cessions d’actifs se multiplient, dans des domaines pourtant stratégiques : Airbus Group, Safran, Réseau de transport d’électricité, GDF Suez…

Désormais, le gouvernement prétendument socialiste s’attaque aux aéroports de province. Celui de Toulouse-Blagnac serait en passe d’être vendu à un consortium sino-canadien. Les soupçons de liens du groupe chinois avec des paradis fiscaux comme les îles Vierges ou les îles Caïman suscitent l’émoi à Toulouse.

Dans la foulée, c’est l’aéroport de Nice-Côte d’Azur, le premier aéroport de province de France, que voudrait vendre Emmanuel Macron. Il est impensable que cet outil indispensable à la desserte de Nice et de toute sa région soit vendu et tombe entre les mains de capitaux étrangers. Marie-Christine Arnautu, au nom du Front National, s’y oppose avec fermeté. Il est tout autant impensable que la métropole Nice Côte d’Azur, croulant déjà sous plus d’un milliard d’euros de dettes, s’en porte acquéreur comme le propose son dispendieux et mégalomane député-maire Christian Estrosi, le même qui, lorsqu’il était ministre de Nicolas Sarkozy, était un fervent partisan des privatisations.

Mais il est vrai que, pour paraphraser François Hollande, cela ne coûtera pas cher, ce sont les Niçois qui paieront.

Ukraine / Donbass : inquiétants mouvements de troupes ukrainiennes à l’ouest du front

Les affrontements, dans les prochaines semaines, pourraient prendre de l’ampleur. Les Forces armées de Nouvelle Russie (FAN) se disent prêtes à poursuivre les hostilités sur une plus grande échelle, si les forces de Kiev passent à l’offensive. Pour ce faire, les FAN disposent de renforts d’artillerie et d’un grand nombre de véhicules blindés, y compris plusieurs compagnies de chars lourds T-64BV/BM Bulat et T-72B1V. En attendant, on note aujourd’hui d’importants mouvements de troupes des forces de Kiev du nord-ouest au sud du front, alors que la ligne de front sur le secteur nord reste inchangée.

On signale sur les arrières ukrainiens du front d’importants mouvements de troupes motorisées et mécanisées venant de la région de Kharkov. Vers 15h00, heure locale, des témoins oculaires ont aperçu une importante colonne vers Slaviansk, accompagnée de deux hélicoptères Mi-24 en protection.

Selon le renseignement militaire de Nouvelle Russie, le nombre total de troupes ukrainiennes dans le secteur de Konstantinovka (nord-ouest de la poche du Donbass) aurait dépassé les 6.000 hommes et devrait augmenter jusqu’à 9.000 combattants. De plus, le commandant ukrainien a ordonné à ses troupes de deuxième ligne de se porter en avant.

A l’est immédiat de Volnovakha, au sud, sur la localité d’Ivanovka, on signalait ce matin d’importants mouvements, dont une colonne blindée de 24 chars lourds accompagnés de 3 BTR, tout un bataillon appartenant sans doute à la 17e brigade de chars.

A mouvements de troupes, mouvmeents de troupes et demi : on apprend que 10 Su-27SM2 et 4 Su-30M2 russes sont arrivés à la base aérienne de Belbek en Crimée (vidéo ci-dessous).

Chars lourds de la brigade « Oplot »

Fausses factures de la mairie du Puy-en-Velay : Laurent Wauquiez était-il aveugle ?

Pierre Cheynet/FN 43Communiqué de Pierre Cheynet, secrétaire départemental du Front National de Haute-Loire, conseiller municipal d’Aurec-sur-Loire, conseiller communautaire Loire-Semène

Le Front National de Haute-Loire demande des explications au député-maire du Puy-en-Velay suite au détournement de 160 000 euros survenu dans l’affaire des fausses factures du CCAS de la ville. Comment expliquer que de telles sommes aient été détournées durant des années sans éveiller le moindre soupçon au sein de la municipalité ? Laurent Wauquiez était-il aveugle, lui qui s’érige toujours en modèle de gestion et de vertu républicaine ? Si tel était le cas, cela révélerait de graves négligences dans le contrôle des organismes sociaux dépendant de la mairie !

Ce nouveau scandale met en exergue l’opacité de gestion des Centres communaux d’action sociale, dont les budgets sont souvent très lourds pour le contribuable. Le FN 43 demande à ce titre qu’il soit immédiatement mis fin à l’anonymat des dossiers d’aide sociale décrété dans certaines mairies, afin de dissimuler l’identité des bénéficiaires aux élus d’opposition, comme c’est le cas à Aurec-sur-Loire depuis avril 2014…

Le Front National de Haute-Loire lancera dans les semaines qui viennent une campagne départementale pour la transparence dans l’attribution des aides sociales, qu’il souhaiterait à l’avenir réserver aux Français.

Bourgogne – Marine Le Pen à la rencontre des vignerons de Pouilly-Fumé

Année après année, vendange après vendange, je retrouve toujours avec beaucoup de plaisir les vignobles et celles et ceux qui les travaillent. Vous, avec votre passion commune au service d’un patrimoine unique au monde, vos savoir-faire, votre attachement à la tradition et au travail bien fait, vos problèmes également.

Le succès magistral du vin français ne doit rien à l’Union européenne et l’UE, telle qu’elle est aujourd’hui, telle qu’elle négocie ses traités de libre-échange, est la pire menace qui plane sur le vignoble français !

L’avenir, c’est ce que le Front national et ses élus s’attachent à préparer. C’est ce sur quoi les parlementaires européens aujourd’hui présents à mes côtés, Sylvie Goddyn et Edouard Ferrand, travaillent quotidiennement : un travail de terrain et d’écoute.

C’est la raison pour laquelle nos députés européens qui siègent à la Commission agriculture et à la Commission environnement du Parlement ont entamé une grande tournée des régions françaises.

En rencontrant les professionnels des filières agricoles et leurs représentants, comme ils l’ont fait hier à Dijon et à Charolles, aujourd’hui parmi vous, et comme nous l’avons fait ensemble au Sommet de l’élevage à Cournon d’Auvergne le mois dernier, nous voulons écrire une nouvelle page avec tous ceux qui veulent continuer à faire vivre nos campagnes par leur travail et leur expérience.

Marine Le Pen

Cette semaine, l’honneur de la France c’est de livrer le Vladivostok !

Par Aymeric Chauprade, conseiller aux relations internationales de Marine Le Pen, député français au Parlement européen

Au sujet de la livraison ou non de la tête de série des BPC et de la mise à l’eau du second, les déclarations se suivent et se ressemblent, monotones comme les chutes saisonnières de feuilles ; elles n’emportent rien, le suspense dure et les dégâts collatéraux pour notre industrie de défense et la crédibilité de la France sont d’ores et déjà incommensurables.

Si les nombreux analystes se sont relayés pour dénoncer les conséquences d’une non-livraison (nous maintenons, quant à nous, que l’Inde regarde de très près la gestion française de ce dossier !), il en est une qui doit retenir notre attention : la gestion future des dossiers d’exportation en France en sera profondément modifiée.

L’observateur attentif du système national des CIEEMG (Commission interministérielle pour l’étude des exportations de matériels de guerre) avait déjà remarqué une tendance lourde, à peine écornée par l’impérieuse nécessité d’exporter pour financer le budget des armées (une première !) : celle de s’aligner sur les orientations néoconservatrices américaines.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Le grand enfumage du plan de relance économique de Jean-Claude Juncker

Communiqué de Bernard Monot, stratégiste économique du Front National, député français au Parlement européen

La Commission européenne « de la dernière chance », présidée par Jean-CLaude Juncker, a dévoilé ce matin devant le Parlement européen son plan d’investissement de 315 milliards d’euros pour relancer la croissance en Europe.

Pourquoi, pour le Front National, ce plan d’investissement triennal n’est pas crédible ?

- Quantitativement, 315 milliards divisés par 28 représentent en moyenne un peu plus de 11 milliards par pays sur trois ans, soit environ trois milliards par an, ce qui est insignifiant.

- Qualitativement, ce n’est pas réellement une création d’argent nouveau. Monsieur Juncker prend 16 milliards au budget de l’Union, en réaffectant certaines dépenses existantes, et 5 milliards à celui de la Banque européenne d’investissements (BEI). Tout le reste, c’est-à-dire plus de 90% de la somme, proviendrait d’emprunts et d’investissements privés, qui sont censés être attirés par l’argent public apporté en garantie.

Or, il est ressorti des débats parlementaires que les capitaux privés ne sont pas intéressés par le taux de retour sur investissement des projets publics.

Bien sûr, les États devront en outre contribuer aux mécanismes de garantie, ce qui alourdira encore un peu plus le montant des engagements de la France au profit de Bruxelles.

L’économie-casino de l’Union européenne poursuit sa route, avec cette valse de milliards fictifs qui, faute de perspectives dans l’économie réelle, continuera d’alimenter la spéculation, les bulles, le bétonnage bien plus que la recherche, l’éducation, le développement durable et la réduction des inégalités.

Le FN, lui, propose de financer directement son économie réelle par l’État-stratège grâce à son modèle de patriotisme économique.

Le football français n’a pas à devenir le terrain de jeu des dictatures islamistes

Front National flammeCommuniqué d’Eric Domard, conseiller aux sports de Marine Le Pen

Après le PSG, propriété de l’émirat islamiste du Qatar, une rumeur fait état de la possibilité de voir l’Olympique de Marseille passer sous le giron d’un homme d’affaires saoudien.

Deux des clubs phares du championnat français devenant ainsi le terrain de jeu des ambitions géopolitiques de deux dictatures, parrains idéologiques et soutiens financiers de l’internationale islamiste.

Cette intrusion massive depuis quelques années d’actionnaires étrangers dans le football français pose bien évidemment un problème d’éthique. Le football ne peut et ne doit servir à lisser l’image de régimes en tous points détestables.

De même, la cession de clubs, entreprise de manière irréfléchie et précipitée, à des actionnaires étrangers dont on ignore parfois l’origine des capitaux et à la solvabilité fragile, peut avoir des conséquences lourdes sur le plan économique et social pour les salariés du club en cas de retrait des investisseurs.

Après Grenoble abandonné par ses actionnaires japonais et rayé de la carte du football professionnel en 2011, c’est l’avenir du Racing club de Lens, propriété d’un homme d’affaires azerbaïdjanais qui est des plus incertain.

Le Front National dénonce cette ultrafinanciarisation du football business qui passe outre les considérations éthiques et sociales intrinsèquement liées à un football à visage humain.

Il rappelle qu’un club appartient d’abord au patrimoine sportif d’une ville et d’une région et qu’il ne peut être détenu majoritairement par un actionnaire étranger.

Syndicats : Lepaon de nouveau épinglé par Le Canard enchaîné

Après la polémique autour des travaux réalisés dans son appartement, le journal satirique révèle ce mercredi que le secrétaire général de la CGT aurait réaménagé son bureau au siège de la confédération pour 62.000 euros environ.

D’après le devis, un peu plus de 10.000 euros auraient été dépensés pour refaire l’installation électrique et 21.588 euros afin de renouveler le mobilier, précise Le Canard enchaîné.

Il y a quelques semaines, l’hebdomadaire révélait que le trésorier de la CGT avait donné son feu vert pour la rénovation de l’appartement de fonction de Thierry Lepaon. Le montant dépassait les 100.000 euros. Le patron de la CGT avait alors reconnu un manquement et la nécessité d’y remédier.

Mais cette fois la CGT s’agace. Dans un communiqué publié sur son site Internet, l’organisation syndicale « s’étonne que, depuis plusieurs semaines, une campagne de presse se focalise sur les travaux réalisés dans l’environnement du secrétaire général », rappelant au passage que chaque année des travaux sont entrepris. Enfin, elle indique que, les comptes de la CGT sont consultables et « doublement audités » depuis l’affaire de l’appartement. « Une Commission financière de contrôle (…) s’emploie actuellement à faire toute la lumière sur les dysfonctionnements concernant le montant et l’engagement des dépenses de la confédération », conclut-elle.

Source : boursier.com

Seine-Saint-Denis – Quand la municipalité PS de Bagnolet célèbre les massacres du FLN

Gilbert CollardQuestion de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine, au ministre de l’Intérieur

Gilbert Collard attire l’attention de M. le ministre de l’Intérieur sur les événements choquants qui se sont produits dans une commune importante de Seine-Saint-Denis. En effet, la mairie PS de Bagnolet n’a rien trouvé de mieux que de s’associer et de mettre à disposition ses locaux municipaux pour une commémoration du 60e anniversaire de « La Toussaint rouge » du 1er novembre 1954. L’ensemble des partis de gauche avaient adhéré à cette lugubre initiative.

Il convient de rappeler que cette date marque le début de l’insurrection du FLN en Algérie ; avec simultanément 30 attentats aveugles qui ont fait des centaines de morts et de blessés.

Le fait que cet anniversaire ait pu être « célébré » par une municipalité française constitue une grave injure pour les familles des soldats français et des harkis abattus avec une sauvagerie souvent inouïe par des rebelles entre 1954 et 1962 : mais aussi une insulte pour les Français rapatriés et leurs familles qui ont également souffert du déracinement, de la spoliation de leurs biens, voire de l’atteinte à leur intégrité physique.

En tant qu’autorité de tutelle des collectivités locales et de leurs officiers publics, M. Gilbert Collard rappelle à M. le ministre de l’Intérieur qu’il est dans son droit et dans son devoir de prendre des sanctions disciplinaires contre le maire et les élus concernés. Il souhaiterait savoir si des procédures de suspension ont été envisagées à cet effet.

Ukraine / Donbass : Biden joue au Père Noël chez Porochenko

C’est bientôt Noël et Porochenko a déjà fait sa lettre au Père Noël… Si la guerre dans le Donbass semble s’enliser, Washington ne reste pas sans rien faire. La visite, dernièrement, du vice-président américains à Kiev, a permis de jeter les jalons d’un conflit qui risque dé déraper sérieusement si Moscou ne calme pas le jeu belliqueux de Washington. L’Ukraine semble est devenu un des terrains de jeu des prédateurs occidentaux qui veulent coûte que coûte en découdre avec Moscou. Mais on ne joue pas au Poker menteur quand l’adversaire est un maître aux échecs.

L’OSCE a enregistré des mouvements de batteries de lance-roquettes multiples Uragan dans la « zone de sécurité » du Donbass (conforme aux accords de Kiev), le 22 novembre. Ces lanceurs de roquettes de 220 mm ont été aperçus vers Debaltsevo. Mais, une fois de plus, l’OSCE refuse de faire correctement son travail d’observateur qui devrait être impartial : des tirs de BM-27 ont été signalés à plusieurs reprises contre Donetsk ces dernières 72 heures. Et l’organisation internationale n’en dit mot…

Le cadeau de Noël de l’Oncle Sam

Dans le Donbass, quelque 14.000 militaires et paramilitaires ukrainiens ont été tués depuis le début des opérations de répression, a déclaré le député du « bloc de l’opposition » Nestor Shufrych sur la chaîne de télé ІSTV. Au début de l’été, Oleg Lyachko évoquait, quant à lui, 8.000 tués. Mais cela ne semble pas suffisant pour l’hyperpuissance US, la junte de Kiev peut faire mieux, beaucoup mieux.

La visite de Joseph Biden, le vice-président américain, à Kiev les 20 et 21 novembre a confirmé, s’il en était besoin, le niveau jamais égalé de l’ingérence de Washington dans les affaires intérieures de l’Ukraine. Ce fut aussi l’occasion d’étaler la véritable orientation de l’aide américaine destinée à « résoudre » la crise ukrainienne. Un grand nombre de documents classés confidentiels du Département d’Etat, stockés sur le téléphone mobile d’un des membres de la délégation américaine sont tombés de manière inopinée entre les mains des services de renseignements d’un pays voisin de l’Ukraine, que nous ne citerons pas (pour le moment !). Et parmi ces documents, outre le financement (par le contribuable américain) d’agents opérationnels sur le sol ukrainien, sont apparus des éléments de l’aide « non létale », si ce n’est « humanitaire », destinées aux unités de répression du régime kievien, comme « 400 fusils de sniper, 2.000 fusils d’assaut, 720 lance-grenades MGL-140, des mortiers de 60, de 81, de 120, 150 systèmes portables sol-air Stingers, 420 missiles antichars Javelin… » La liste est ici, c’est un vrai régal !

Et aussi, parmi ces documents, est apparue la preuve de la livraison à Kiev de 3 radars US de contre-batterie AN TPQ-48 A « Lightweight » (photo) privilégiant le repérage des tirs de mortiers. Et ce n’est que la première livraison, d’autres suivront dont au moins 5 systèmes, beaucoup plus lourds, EQ-36 AN/TPS-53 de Lockheed Martin et 4 AN/TPQ-37 « Firefinder » de Hughes.

Position de 2e échelon des forces ukrainiennes après « traitement » par les batteries d’artillerie républicaines

Mistral : en cas de non-livraison, Moscou saisira la justice

BPC MistralLa Russie engagera une action en justice contre la France si cette dernière ne livre pas aux forces navales russes un premier bâtiment de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral, a annoncé mardi le vice-ministre de la Défense Iouri Borissov.

Le président français François Hollande a décidé mardi de suspendre la livraison du premier BPC – le Vladivostok – à la Russie afin de sanctionner cette dernière pour sa position sur la crise ukrainienne. Selon un communiqué de l’Elysée, le chef de l’Etat français a « estimé qu’il convenait de surseoir, jusqu’à nouvel ordre, à l’examen de la demande d’autorisation nécessaire à l’exportation du premier BPC à la Fédération de Russie ».

« S’ils [les Français] ne nous livrent pas le navire, nous saisirons la justice et réclamerons une indemnité. Le comportement de la partie russe est strictement réglementé par le contrat signé [avec Paris]« , a déclaré M. Borissov dans une interview à la chaîne de télévision Zvezda. Ce dernier a fait savoir à cette occasion que Moscou s’abstiendrait pour le moment de formuler des réclamations à l’encontre de Paris. Selon le responsable russe, le contrat signé entre la Russie et la France comporte des dispositions précises concernant les délais de livraison du navire. Aux termes de ce contrat, le premier navire devait être livré le 1er novembre 2014. Cependant, cette date peut être différée de 30 jours sans qu’aucune pénalité ne puisse être réclamée.

Le 14 novembre, Moscou avait fait savoir qu’il attendrait jusqu’à la fin du mois avant de réclamer des indemnités pour la non-exécution du contrat et que les montants réclamés seraient rendus publics.

Source : RIA Novosti

Redécoupage des régions : une saignée territoriale pour mieux asservir la France

Communiqué de Marion Maréchal – Le Pen, députée du Front National et de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté contre le projet de redécoupage des régions lors du scrutin intervenu le mardi 25 novembre.

Pendant des mois, l’UMPS s’est adonné à un charcutage en règle au mépris des réalités historiques, géographiques et culturelles du territoire métropolitain. Le peuple a été sciemment écarté d’une réforme qui le concerne au premier chef. Ce projet s’est fondé sur de faux arguments afin de satisfaire aux exigences de la Commission européenne : nos régions ne sont pas plus vastes et plus nombreuses que celles de nos voisins européens et aucune économie d’échelle ne résorbera l’hémorragie financière. Au contraire, la rémunération des élus, du personnel et les coûts de logistique augmenteront substantiellement.

Les eurorégions technocratiques, déconnectées des bassins de vie, vont déstructurer l’équilibre territorial : les services publics concentrés dans les métropoles renforceront l’abandon des zones rurales déjà soumises à la paupérisation, à l’exode des jeunes et au démantèlement d’équipements assurant l’équilibre entre monde rural et urbain. La loi du marché régira l’organisation territoriale !

Ce texte est la première étape vers une plus grande autonomie politique des régions, la disparition progressive des départements et la montée en puissance des métropoles et des intercommunalités. Tenant compte des échecs successifs de cette décentralisation, le Front National continue de défendre le triptyque État-département-commune, gage de proximité et d’efficacité, dans le cadre d’une grande réforme territoriale clarifiant les compétences des différents échelons, préservant l’équilibre entre les territoires ruraux et urbains et abaissant les effectifs des fonctionnaires territoriaux.

Violences faites aux femmes : pour une tolérance zéro

Marie Christine Arnautu 2013Communiqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

Aujourd’hui se tient la journée internationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes. Mais que ressort-il vraiment de ces journées mondialistes en tous genres à part un affichage de communication pour se donner bonne conscience?

Car en France, le bilan reste effrayant : une femme décéderait tous les trois jours sous les coups de son compagnon, chaque année, plus de 216.000 femmes seraient victimes de violences et seulement 16% d’entre elles déposeraient plainte.

Spécialiste des observatoires et des « grands plans », les socialistes ont mis en place un quatrième plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes. Les mesures qui y figurent vont du gadget, comme la généralisation du téléphone « grand danger », à l’aveu du lien entre l’échec de notre politique d’immigration avec la préconisation de réserver « un meilleur accueil aux femmes étrangères fuyant des violences conjugales ».

Les gouvernements de François Hollande, comme ceux de Nicolas Sarkozy précédemment, n’ont pourtant eu de cesse de disloquer toujours plus la cellule familiale, alors que la crise des familles est la première cause de ces violences. La deuxième cause est bien sûr l’arrivée massive et continue d’étrangers extra-européens qui ne partagent ni la culture, ni les mœurs, ni les coutumes, de la majorité des Français.
Enfin, les réformes laxistes de Christiane Taubira ont largement contribué à augmenter l’impunité croissante dont bénéficient les criminels.

Le Front National et Marine Le Pen sont les seuls, au-delà des rodomontades et des effets d’annonce, à défendre la famille et à vouloir lutter avec détermination contre l’immigration et contre le laxisme pénal engendrant une insécurité croissante. Bien plus que la mise en place d’un « téléphone grand danger », ce sont ces mesures claires et fortes qui rétabliront la sécurité des Français, et notamment des femmes.