Archives par auteur : Willy Legrand

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Encart Front National - Flamme - logo

Communiqué du Front National

François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi :
« Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu et pourtant il gouverne : cet adversaire, c’est le monde de la finance… »

François Hollande avait fustigé cette « finance qui a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies », cette « emprise qui est devenue un empire » et « s’est affranchie de toute règle ».

Ce discours fut probablement l’une des clés de la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle.

Or, Monsieur Hollande vient de nommer Laurence Boone, chef économiste Europe de « Bank of America Merrill Lynch » , conseillère économique à l’Élysée !…
Bank of America est la deuxième plus grosse banque américaine et est une des plus présentes sur les marchés financiers. Loin de s’attaquer à la finance qui a effectivement pris le contrôle de l’économie, il la cajole et lui demande de conseiller l’État français sur sa politique économique. Cela ne surprendra que ceux qui n’avaient pas encore perçu la soumission totale du PS et de ce gouvernement aux puissances d’argent.

François Hollande avait déjà renié une de ses promesses de campagne : il n’a pas séparé « les activités des banques qui sont utiles à l’investissement et à l’emploi, de leurs opérations spéculatives ». Il a juste fait semblant via une loi fort justement décriée.

Il récidive aujourd’hui en nommant une ex-banquière de Wall Street au poste de conseiller économique. Il conforte ainsi à l’Élysée les lobbies de la spéculation.

C’est une nouvelle gifle pour le peuple français.

Non au défilé des troupes algériennes à Paris le 14 juillet 2014

Gilbert Collard Louis Aliot - Mohamed Bellebou  Louis_Aliot

Communiqué de Gilbert Collard, député RBM du Gard, Louis Aliot, député français au Parlement européen, Mohamed Bellebou, conseiller municipal de Perpignan, président de France-Harkis

Le député RBM Gilbert Collard a demandé au secrétaire d’État chargé des Anciens combattants si, comme le laissait supposer une rumeur insistante, les troupes algériennes allaient défiler sur les Champs-Élysées le 14 juillet 2014. A cette question, le ministre a répondu par l’affirmative en prétextant qu’il s’agissait d’une invitation dans le cadre des cérémonies honorant les combattants de 14-18. (http://youtu.be/kL9KlsMFuAc)

Si l’on comprend aisément que la France entretienne avec l’Algérie des relations diplomatiques et économiques suivies, il n’en demeure pas moins que le premier devoir du gouvernement français est de défendre le devoir de mémoire de ses concitoyens d’abord.

S’il est parfaitement concevable d’honorer le souvenir de tous les soldats de toutes origines et de toutes confessions, venant de territoires français à cette époque, qui se sont battus ou sont morts pour la France, la présence de l’armée nationale algérienne pose un problème politique et un problème moral grave.

- Problème politique d’abord car l’Algérie est un État policier dirigé d’une main de fer par une caste prédatrice et un autocrate qui ne se distinguent pas pour leur respect du suffrage et des droits de l’Homme. S’ajoutent à cela des insultes permanentes adressées à la France et des obstructions dans des dossiers aussi emblématiques que celui de l’assassinat des moines de Tibhirine.

- Problème moral ensuite, car comme le relève Gilbert Collard dans sa question au gouvernement, l’armée algérienne est née au sein même du FLN, organisation terroriste qui a massacré et spolié des dizaines de milliers de personnes sans jamais exprimer le moindre remords ou adresser la moindre compassion envers les victimes. Qui pourrait oublier le discours haineux prononcé à la tribune de l’Assemblée nationale par le président Bouteflika en juin 2000 comparant les harkis à des « collabos » ? Qui peut oublier le problème des profanations des cimetières chrétiens et juifs à ce jour toujours pas réglé ? Qui peut oublier les enlèvements et les milliers de civils disparus dont les familles attendent toujours des informations ?

Cette présence militaire honteuse sur le sol français est une provocation indigne et le signe d’un très grand mépris pour tous les morts, disparus ou suppliciés victimes de cette armée.

Nous appelons donc à la création d’un collectif du « Non au défilé des troupes algériennes le 14 juillet 2014 » qui rassemblera des organisations patriotiques, d’anciens combattants, de harkis et de rapatriés afin d’organiser la contestation face à cette infamie !

bandeau-petition-non-au-defile-des-troupes-algeriennes-a-paris-le-14-juillet-2014

SOS Racisme et M. Sopo condamnés

Encart Front National - Flamme - logo

Communiqué du Front National

L’ancien président de SOS Racisme Dominique Sopo a été condamné le 12 juin 2014 pour avoir diffamé Marine Le Pen dans un communiqué évoquant la présence de la présidente du FN à un « bal antisémite » à Vienne.

Cette condamnation est très significative : d’abord, elle montre que la présidente du FN n’a pas accepté cette accusation infamante et grotesque, ensuite elle fait la preuve que SOS Racisme n’est pas qu’une officine antiraciste, mais une organisation politique sectaire n’hésitant pas à tenter de salir ses adversaires.

Enfin, il faut noter que le tribunal, pour condamner, a estimé que le dossier de M. Sopo, était vide : les éléments apportés par la défense sont « insuffisants à justifier de la réputation contestée des organisateurs du bal et singulièrement du membre du parti autrichien à l’invitation duquel Marine Le Pen aurait répondu ».

Cette décision permet ainsi à Madame Le Pen d’affirmer que, bien entendu, elle n’a jamais voulu se rendre à un « bal antisémite », mais qu’en outre il n’y avait pas plus de « bal antisémite » que de beurre en broche.

Il faut se féliciter d’avoir pu faire condamner une telle diffamation proférée avec autant d’aplomb que de mauvaise foi.

Réaction de Louis Aliot au sujet de la réforme territoriale «faite à la va-vite !»

Louis Aliot 4

Réaction de Louis Aliot, vice-président du Front National, conseiller régional en Languedoc-Roussillon et député français au Parlement européen au sujet de la réforme territoriale du gouvernement socialiste de François Hollande.

Réforme territoriale : réaction de Marine Le Pen

Marine Le Pen - NationsPresse Magazine

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La réforme territoriale présentée par François Hollande cache très mal ses éventuels avantages alors que ses graves inconvénients sont évidents :

  • La création de grosses régions sur le modèle allemand des Länder, vieille revendication de l’Union européenne encore réitérée dans ses recommandations à la France publiées hier, est une menace pour l’unité nationale et l’indivisibilité de la République. Rapidement, les grands féodaux à la tête de ces grosses régions sans cohérence se lanceront dans une nouvelle course aux compétences et seront sollicités pour discuter directement avec Bruxelles, passant outre l’échelon national.
  • L’approfondissement de la décentralisation à travers ces grosses féodalités sera coûteuse pour les finances publiques. Personne n’est capable de justifier les économies avancées. En revanche, comme à chaque étape de la décentralisation, on sait que les nouvelles collectivités seront tentées d’affirmer leur existence et leurs compétences nouvelles par une fuite en avant dans les dépenses obligatoires, non obligatoires et de promotion publicitaire.
  • Enfin, la naissance d’immenses territoires régionaux, conjuguée à la disparition annoncée des départements, sera un dangereux accélérateur de la désertification rurale. La concentration des activités dans les nouvelles capitales régionales se fera au détriment de nos campagnes et des villes moyennes de nos départements. Cette réforme est donc un mauvais coup porté à un aménagement équilibré du territoire national, au détriment de la ruralité française et au bénéfice de quelques grosses métropoles.

Pour ces différentes raisons, un référendum s’impose naturellement.

La réforme que nous demandons suit une logique très différente : elle doit reposer sur le triptyque commune, département, État nation. Les gabegies liées aux intercommunalités doivent être fermement combattues et celles-ci n’ont aucune raison de continuer à exister quand le département peut déjà assurer la coordination entre les communes.

La région doit rester à taille humaine et se limiter à une simple action de coordination entre les départements. Elle ne doit donc plus avoir d’élus propres, et différents organismes régionaux très coûteux, tels que les Conseils économiques et sociaux régionaux, doivent disparaître.

Ses compétences de proximité, comme la gestion des lycées, doivent revenir aux départements, alors que ses compétences stratégiques, comme les transports régionaux, aller à l’État.

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari.

Bide des manifestations anti-FN : une victoire pour la démocratie !

Front National flamme

Communiqué de Steeve Briois, secrétaire général du Front National

La mobilisation dérisoire des manifestations de « jeunes » contre le Front National démontre le décalage entre les pouponnières des partis politiques et le sentiment réel de l’écrasante majorité des jeunes Français.

C’est le signe de l’exaspération face à l’artificialité de l’antifrontisme : une arnaque politique basée sur de vieux poncifs et les mêmes slogans débités depuis les années 80, avec toujours les mêmes à la manœuvre, des adultes usés de la gauche ultralibérale ou radicale qui essayent d’envoyer les jeunes faire le sale boulot à leur place.

Manifester contre l’issue des urnes restera toujours un procédé douteux, dans la continuité de ce qui a conduit les Français à défier l’Union européenne : le mépris de leurs décisions, la confiscation de leur pouvoir par des élites autoproclamées et des politiques menées contre leurs intérêts.

Qu’ils persistent dans l’arrogance et l’idéologie, les Français s’en souviendront.

Amende américaine sur BNP Paribas : l’Etat français ne doit pas laisser faire ce racket !

Front National flamme

Communiqué du Front National

Étant donné l’importance des montants en jeu (10 milliards de dollars), le contentieux qui oppose le gouvernement américain à BNP Paribas est une affaire éminemment politique qui intéresse directement l’État français.

En effet il est de son devoir et de sa responsabilité de défendre et protéger les intérêts de millions de déposants français.

Il doit aussi s’assurer que les intérêts français ne sont pas évincés de certains pays sous des prétextes fallacieux dans le seul but de laisser la place aux intérêts américains, ainsi que nous l’avions déjà vu en Iran lorsque PSA a été sommé de quitter le pays, pour être remplacé quelques mois plus tard par des concurrents américains…

Si l’État français est si discret sur cette affaire, c’est qu’il n’a plus les leviers d’influence nécessaires pour négocier avec Washington, en raison de sa soumission systématique, depuis les présidences Sarkozy et Hollande, aux desiderata américains et à la politique étrangère de ce pays.

Dans l’affaire BNP Paribas, nous risquons de payer très cher le renoncement de nos dirigeants à une politique étrangère indépendante au bénéfice de l’atlantisme le plus forcené.

La France doit retrouver la possibilité de défendre ses intérêts nationaux et nous enjoignons le gouvernement français à ne pas rester les bras croisés sur le dossier BNP Paribas.

Il va de soi que la banque française ne peut se permettre de payer une amende aussi colossale, dont le coût serait obligatoirement supporté par ses clients et ses épargnants.

Européennes 2014 : Marine Le Pen invitée de «Bourdin direct» sur BFM-TV

Marine Le Pen BFM politique 241113

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National, était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin dans «Bourdin direct» sur BFM-TV. Elle a fait part de sa réaction au lendemain de l’intervention enregistrée, diffusée en différé aux Français par François Hollande qui a commenté les résultats des élections européennes, sans en tirer les conséquences.

Perpignan : moi, débutant… ou quand l’honnêteté semble étonner, voire gêner, quelques plumitifs

Bruno Lemaire

Communiqué de Bruno Lemaire, docteur ès sciences économiques, diplômé d’Harvard, conseiller communautaire à PMCA.

Le style anaphorique ayant été remis à l’honneur par « Moi Je », je vais en user, voire en abuser.

Moi, débutant en tant que conseiller municipal, je dois à mes collègues, de la majorité comme de l’opposition, de demander des explications lorsque les synthèses envoyées tardivement par l’administration me semblent peu claires

Moi, débutant en tant que conseiller communautaire, je dois aux Perpignanais et plus généralement aux habitants de l’agglomération de poser des questions quand c’est flou, même quand il n’y a pas nécessairement de loup

Moi, débutant en tant que membre de la commission d’appels d’offres de Perpignan, je me dois d’essayer de demander systématiquement des explications ou des éclaircissements non seulement sur le contenu des appels d’offres, mais aussi sur le profil des entreprises « soumettantes »

Moi, débutant en tant que président délégué de la commission des finances de la ville de Perpignan, je poserai toutes les questions qui me sembleront utiles aux spécialistes de la fonction territoriale, et ce, d’autant plus que nombre d’entre eux m’ont déjà assuré de leur appui technique

Moi, nouvellement élu, je m’honore qu’un ou une journaliste « non débutant(e) » semble perturbé(e)  par mes interventions.

Mon devoir est d’être au service des électeurs qui ont voté pour la liste « Perpignan ensemble » et plus encore d’être au service de ceux qui viennent d’élire Louis Aliot en tant que député européen. C’est mon sens du devoir, profondément ancré chez moi, et plus généralement chez tous mes amis du FN/RBM, celui qui m’a conduit à enseigner pendant quarante ans dans une école où certains débutants, comme F. Hollande, F. Philippot, V. Pécresse ont commencé leur carrière.

Marine Le Pen réagit vivement à «l’erreur grossière» de l’agence Reuters !

Marine Le Pen

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

A la suite d’une lourde erreur, l’agence Reuters a cru pouvoir indiquer que j’avais déclaré sur BFM-TV, envisager des alliances avec le Jobbik et l’Aube Dorée, j’ai déclaré exactement l’inverse, à la question posée par Jean-Jacques Bourdin : « Avec qui n’allez-vous pas vous allier ? »

La réponse a été : le Jobbick , Ataka et l’Aube Dorée entre autres.

L’agence Reuters a rectifié son erreur grossière.

Européennes : réaction de Louis Aliot (FN) après l’intervention de François Hollande

louis-aliot-sud-ouest-la-voix-est-libre-france3-lr-26-avril-2014

Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, après l’intervention du président de la République, François Hollande, qui a diffusé un message enregistré depuis l’Élysée à 20 heures hier soir pour commenter les résultats des élections européennes.

Louis Aliot : «On l’a vu pendant la campagne présidentielle, on l’a vu après son élection, on l’a revu encore en janvier faire des promesses, il est dans l’incantation, il est dans les mots mais il n’est jamais dans l’action, c’est pour cela que les Français ne lui font plus confiance massivement !

On n’est pas obligé de bâtir une Europe qui est en train de fermer nos usines, ruiner notre agriculture, mettre nos jeunes au chômage et surtout nous vider de notre souveraineté.

On peut peut-être bâtir une autre Europe, l’Europe des nations c’est-à-dire une coopération entre États sur une logique de projets innovants, la recherche, et puis arrêter de donner tous les pouvoirs à des technocrates, une oligarchie qui petit à petit est en train d’étouffer la démocratie française !»

Le Front National : première force politique du Val-d’Oise !

simonnotCommuniqué d’Alexandre Simonnot, conseiller municipal de Taverny, secrétaire départemental du Val-d’Oise, membre du Comité central du Front National

Avec près de 24% des suffrages exprimés, le Front National est devenu hier soir la première force politique du Val-d’Oise devant l’UMP (20,96%) et le PS (13,29%).

Plus que jamais le Front National s’impose comme l’unique alternative politique capable de rendre à la France son identité, son indépendance, sa souveraineté et sa prospérité.

La fédération Front National du Val-d’Oise félicite tous les militants qui ont permis ce succès et remercie très chaleureusement les 63 734 électeurs du Val-d’Oise qui ont accordé leur confiance au Front National.

Européennes / Louis Aliot (FN) : «Nous allons continuer à dialoguer avec les Français et nous implanter sur le territoire»

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Interview de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, dans «Europe 1 matin», une émission animée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1.


«Tout est encore à faire (…) Nous allons continuer à faire ce que nous faisons : dialoguer avec les Français et nous implanter sur le territoire et montrer qu’un autre chemin que l’UMP et le PS est possible»


Aliot : « Tout est encore à construire » par Europe1fr

Européennes 2014 : déclaration de Marine Le Pen (FN)

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

En duplex du siège du parti à Nanterre, retrouvez ci-dessous l’intervention de Marine Le Pen, présidente du Front National, dans les principaux médias au soir des résultats des élections européennes qui placent le FN comme le premier parti en France avec 25% loin devant l’UMPS !

Les Français peuvent déjà compter sur environ 25 députés FN français au Parlement européen pour défendre les intérêts de la France et des Français d’abord !