Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - LCI - Le-Oui-Non

Louis Aliot sur Radio Classique : « Il ne tient qu’au Sénat de réveiller les institutions et de jouer son rôle »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de Patrick Poivre d’Arvor sur Radio Classique. Il a commenté l’actualité du moment et notamment les élections sénatoriales de dimanche qui ont permis au FN d’avoir deux sénateurs. La présidentielle de 2017 a aussi été évoquée. A l’heure actuelle, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Asie

Washington veut faire croire que le pétrole apporterait 800 millions de dollars par an à l’ « Etat islamique »

Selon le cabinet américain IHS, la production pétrolière du groupe État islamique est estimée à 2 millions de dollars par jour. Il s’agit d’une source proche de l’Administration US qui a tout à gagner à faire accroire que le financement de Daech passe par le trafic clandestin de pétrole et non pas par l’Arabie Saoudite et les émirats du Golfe comme le Qatar.

Le cabinet américain IHS a estimé à 800 millions de dollars par an la production pétrolière du groupe État islamique (EI), soit l’équivalent de deux millions de dollars par jour. « Le groupe terroriste (…) est capable de générer des revenus significatifs même en produisant seulement une fraction des capacités pétrolières du territoire qu’il contrôle et en vendant le pétrole qu’il produit avec une forte remise au marché noir », souligne IHS dans un communiqué, sans pour autant préciser ses sources.

Le cabinet américain estime que l’EI contrôle des capacités de production de 350.000 barils par jour (bj) mais qu’il ne produit que 50.000 à 60.000 bj, qu’il vend ensuite au marché noir à un prix compris entre 25 et 60 dollars le baril (40 dollars en moyenne), soit bien moins que les tarifs pratiqués sur les marchés internationaux, le Brent évoluant actuellement autour de 85 dollars le baril. Les ventes de pétrole de l’EI se font « principalement via des camions par les routes de contrebande par la frontière turque », explique IHS.
«  Le pétrole alimente la machine de guerre de l’EI, tout particulièrement les véhicules militaires vitaux pour ses mouvements et ses capacités de combats » et « finance directement les nombreuses activités » du groupe, souligne le cabinet, oubliant de préciser le rôle exact des Etats du Golfe, alliés des USA, dans le soutien dont à jusqu’alors bénéficié cette mouvance jihadiste.

C’est justement ce que l’Administration d’Obama veut faire passer dans les médias occidentaux, pour tenter de passer sous silence sa responsabilité écrasante (et celle de ses alliés du Golfe) dans le développement de cette entité islamiste au Moyen Orient. Nous sommes bien là dans la désinformation à grande échelle.

Source : lesechos.fr

Non à la Turquie dans l’Union européenne

Communiqué de Louis Aliot,  vice-président du FN, député français au Parlement européen

Au moment où la Turquie refuse de s’engager contre l’État islamique mais réprime durement les manifestations prokurdes et bombarde les positions du PKK, nous apprenons que la Commission européenne continue, sans pressions particulières, ses négociations avec le gouvernement islamiste au pouvoir à Ankara.

En effet, lors d’une récente réunion à Bruxelles, la Commission a approuvé une communication dressant un bilan du processus d’élargissement de l’UE et fait le point sur les progrès réalisés au cours des douze derniers mois par la Turquie.

Dans le même temps le ministre turc en charge des affaires européennes ainsi que l’ambassadeur Bozkir ont déclaré que le rapport d’étapes d’adhésion à l’UE serait utilisé comme un élément constructif pour faire avancer le processus d’une intégration à l’UE.

Alors que beaucoup de peuples d’Europe sont majoritairement hostiles à une éventuelle intégration de la Turquie à l’Europe et au regard des engagements pris par les institutions européennes, Louis Aliot, député français au Parlement européen, a réitéré l’opposition de son groupe à ce processus d’intégration et demandé à la commission des précisions sur ce rapport d’étapes.

Sur la question des rapports de la Turquie avec les jihadistes d’Irak et de Syrie

Marion Marechal Le PenQuestion écrite de Marion Maréchal – Le Pen, députée du Front National élue dans le Vaucluse

Marion Maréchal-Le Pen interroge le ministre des Affaires étrangères et du développement international sur les supposés échanges pétroliers entre la Turquie et les jihadistes de Syrie.

Les jihadistes en Irak et au Levant occupent des territoires sur lesquels ils exercent un contrôle des champs pétroliers et des raffineries : 7 champs pétroliers en Irak et 6 des 10 champs en Syrie il y a encore quelques jours. Les terroristes produisent 80 000 à 100 000 barils quotidiennement, faisant du pétrole syrien leur première entrée de revenus, de l’ordre de 2.3 millions d’euros par jour. Cette manne financière contribue à développer une administration commerciale et à structurer l’étatisation du mouvement terroriste. La Turquie est accusée d’être son principal acheteur, via des intermédiaires et hommes d’affaires turcs. Son manque de solidarité envers ses partenaires de l’OTAN, mobilisés militairement contre le fléau islamiste, entretient le doute sur ses réelles intentions.

Alors que la France participe à des frappes ciblées, notamment sur les raffineries sous contrôle des islamistes, la Turquie engage un débat parlementaire dans l’éventualité de rejoindre la coalition internationale. Compte tenu de l’importance des prébendes de la rente pétrolière avec laquelle les terroristes achètent des armes et rémunèrent des milliers de jihadistes, elle demande si la France entend appeler la Turquie, partenaire industriel avec qui notre pays a établi une coopération contre les filières jihadistes, à fournir une clarification nécessaire pour ne pas engendrer des suspicions nuisibles aux relations entre nos deux États. Par ailleurs, elle voudrait savoir si le gouvernement proposerait à l’Union européenne la clôture de toutes les négociations entamées avec la Turquie si cette dernière n’apportait pas les preuves suffisantes de l’authenticité de sa collaboration à l’alliance internationale contre le terrorisme islamiste.

Double jeu : les méandres de l’attitude trouble de la Turquie face aux Califoutraques islamiques

Le gouvernement turc s’apprête à autoriser les avions militaires américains à utiliser la base d’Incirlik, dans un but humanitaire et logistique uniquement, mais reste réticent à l’idée de participer à une opération militaire. Ankara soutient particulièrement le Front islamiste (réunion de plusieurs mouvements rebelles syriens) qui a des liens indirects avec l’Etat islamique.

Entretien avec Alain Rodier, directeur de recherche au sein du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R)

Question :  Au mieux décrite comme prudente, au pire comme ambiguë, la position de la Turquie a souvent fluctué. Quelle a été l’attitude de la Turquie depuis que l’Etat islamique existe et commet ses exactions ?

Alain Rodier : L’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL) devenu aujourd’hui l’Etat islamique tout court (ou Daesh, ce qui veut dire la même chose en arabe mais avec un côté péjoratif) existe presque depuis le début de la rébellion syrienne.

En effet, ce sont des troupes de l’Etat Islamique d’Irak (EII) qui existaient 2006 (en Irak) qui ont pénétré dans le pays dès la fin 2011. Ses forces s’approvisionnaient alors principalement en Irak mais aussi en Turquie, au milieu des autres groupes rebelles. Il était alors fait aucune distinction entre les « modérés » et les « radicaux », le seul objectif était de faire tomber le régime de Bashar el-Assad, ce qui devait intervenir rapidement.

Ramzan Kadyrov interdit le port du voile intégral en Tchétchénie

Le site Internet russe chechnya.kavkaz-uzel.rul rapporte l’arrestation musclée d’une jeune fille à Grozny, portant un voile cachant son front et et son menton. Au sujet de cette affaire, le porte-parole du ministère de l’Intérieur russe en République de Tchétchénie a déclaré : « Les forces de l’ordre ont procédé et vont procéder à des mesures préventives pour identifier les adeptes du wahhabisme. Le wahhabisme et l’extrémisme n’ont pas de place sur notre terre. Tout comme n’a pas de place celui qui, extérieurement, essaie d’être comme les wahhabites. »

Devant les rumeurs de jeunes filles enlevées pour port du voile islamique (hidjab) véhiculés par les réseaux sociaux, Ramzan Kadyrov a répondu sur son compte Instagram, le 17 septembre :

« Ces derniers temps, les utilisateurs de réseaux sociaux sont envahis par la passion, affirmant que la Tchétchénie interdit aux jeunes filles de porter le hidjab. Ils disent que les filles en hidjab sont sorties des madrasa et contrôlées ! Si les auteurs ont connu au moins un tel cas, qu’ils le signalent ! »

« Le hidjab est porté par chaque musulmane, car c’est un devoir. Mais nous ne laisserons personne cacher son visage, envelopper son menton. C’est à partir de cela qu’ont commencé ceux qui ont mis des bombes dans les rues de Grozny. Notre position de principe est : ne laisser aucune personne, jamais, non seulement être wahhabite en Tchétchénie, mais aussi ne pas le laisser leur ressembler ! Je dis encore une fois que toute tentative de semer les graines du wahhabisme, sera consciencieusement éliminée. »

Cela change des hommes politiques français qui n’ont même pas le courage de faire appliquer la loi sur le voile intégral, de peur de se faire traiter d’islamophobes ou de s’aliéner une clientèle électorale.

Source : Le Monde russe

http://chechnya.kavkaz-uzel.ru/articles/249331/

http://www.newsru.com/russia/18sep2014/chech_1.html

« Quand les immigrés sont trop nombreux, il faut aussi avoir le courage de dire que ça suffit »

Par J.-P. Fabre Bernadac

Qui vient d’avoir assez d’audace pour rompre le politiquement correct en énonçant une telle phrase : Jean Marie Le Pen, sa fille Marine, Geert Wilders ? Vous n’y êtes pas du tout, il s’agit du dalaï-lama. La plus haute autorité spirituelle du Tibet était cette semaine en visite en Italie dans la province de Pise. Répondant à la question d’un journaliste sur la situation à Lampedusa, le grand défenseur de la liberté et de l’identité tibétaines a précisé :
« Nous savons bien que les immigrés fuient des situations difficiles, mais le bon cœur ne peut pas suffire à les accueillir tous et nous devons avoir le courage de dire quand ils sont trop nombreux et d’intervenir dans leur pays pour y construire une société meilleure. Une simple politique d’accueil ne pourra jamais suffire pour résoudre ce problème. Il faut entamer une réflexion à long terme pour obtenir une solution vraiment efficace. »

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Roland Jacquard : « Tous les continents vont être touchés par le virus jihadiste »

JihadLes combattants jihadistes ont avancé ce jeudi vers la capitale Bagdad après s’être emparés de larges territoires du nord-ouest de l’Irak. Une percée qui ne surprend guère Roland Jacquard, le président de l’Observatoire international du terrorisme. Interview.

De la Syrie au Pakistan, et maintenant en Irak avec la prise spectaculaire de Mossoul, on assiste à une vraie montée en puissance des groupes jihadistes…
Sans aucun doute. On avait enterré un peu vite le terrorisme salafiste radical et al-Qaïda. Celui-ci est aujourd’hui divisé en deux groupes : son versant historique, fondé par Ben Laden et désormais dirigé par l’égyptien Ayman al-Zaouahiri, se trouve dans la zone afghano-pakistanaise d’où il contrôle quelques groupes au Moyen-Orient. En parallèle, on observe l’émergence d’une nouvelle génération de chefs terroristes. C’est le cas de Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui est probablement à la tête de 15.000 hommes et qui menace toute la région.

Peut-on parler d’un « Jihadistan », avec cette menace d’un État islamique à cheval entre la Syrie et l’Irak ?
C’est une bonne analyse. Une partie en Syrie est contrôlée par des jihadistes de différentes organisations, une autre en Irak par l’EIIL. C’est un Etat terroriste mafieux qui échappe à tout contrôle. La preuve, durant la prise de Mossoul, ils ont mis la main sur toutes les réserves d’or et d’argent dans la filiale de la Banque centrale irakienne.
Une offensive d’envergure que l’EIIL aurait réalisée en s’appuyant sur plusieurs groupes rebelles…
Des mouvements tunisiens ou libyens salafistes sont en effet présents sur place. Des jihadistes européens qui se trouvent en Syrie – notamment des Français – sont également attirés par le conflit. Tout cela entraîne un risque d’exportation d’un savoir-faire terroriste à l’étranger.

L’hypothèse d’une partition de l’Irak ne serait donc pas à exclure ?
Non, mais plutôt celle d’une amputation d’une partie de son territoire par une organisation terroriste extrêmement dangereuse et qui va créer une nouvelle zone de turbulences. Il y avait la Syrie, il y a désormais l’Irak. On risque d’assister à une nouvelle guerre interne entre chiites et sunnites.
Le think-tank américain Rand Corporation a dévoilé cette semaine une étude selon laquelle le nombre de groupes jihadistes a connu dans le monde une croissance de 58% entre 2010 et 2013…
La mort de Ben Laden a donné l’impression aux services de renseignements que tout allait rentrer dans l’ordre. En réalité, on s’est complètement trompé. Les révolutions arabes n’ont eu comme effet que d’émietter un certain nombre de groupes jihadistes. Aujourd’hui, plus de 100.000 sites Internet salafistes existent. Il y a une dispersion, un éparpillement de toutes ces entités qui rend la lutte antiterroriste d’autant plus difficile.

Source : metronews.fr

Aux Maldives, les enfants peuvent être condamnés à mort !

US islamDestination touristique particulièrement prisée, les Maldives, État islamique,  ont rétabli la peine de mort y compris pour les mineurs. A partir de 10 ans, les enfants peuvent donc être condamnés à la peine capitale.

Le 27 avril, le gouvernement des Maldives a mis fin à un moratoire de 60 ans sur la peine capitale et pris une disposition rapprochant plus le pays de l’enfer que de la destination de rêve dont il est habituellement auréolé. Désormais, les mineurs maldiviens pourront être condamnés à mort, une façon, indique le gouvernement, de renouer avec la charia. Et la ratification, par les Maldives, de la convention relative aux droits de l’enfant n’a pas dissuadé le gouvernement de prendre cette décision. Ce texte interdit pourtant la peine de mort pour les enfants âgés de moins de 18 ans au moment des faits.

Turquie : le directeur de cabinet de « l’islamiste modéré » Erdogan tabasse un manifestant


turquie europe troieYusuf Yerkel, un des proches conseillers et directeur de cabinet du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, passe à tabac un manifestant de Soma, où l’effondrement d’une mine de charbon a fait au moins 282 morts. La photo a été publiée par l’association de défense des droits de l’Homme Kurdish Question.

Mercredi, des milliers de manifestants battaient le pavé des grandes villes de Turquie pour pointer la responsabilité du gouvernement Erdogan dans l’effondrement d’une mine de charbon mardi à Soma, où au moins 282 mineurs ont perdu la vie. Des manifestations lourdement réprimées par les autorités.

Or, une photo de Yusuf Yerkel, directeur de cabinet et proche conseiller du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, donnant un violent coup de pied à un manifestant de Soma est venue envenimer ce jeudi la colère des Turcs.

Et c’est ça qu’on veut nous imposer au sein de l’Union européenne !

Source

Le gouvernement PS va offrir des visas en procédure accélérée pour les développeurs chinois

Revue de presse. Sur le site Numerama, on apprend ce jour que La France va offrir des visas en procédure accélérée pour les développeurs étrangers qui souhaitent venir travailler sur le territoire. Les talents issus de Chine, de Russie et d’Inde sont particulièrement recherchés.

La France, l’Europe et même les États-Unis manquent cruellement de développeurs de talent.

C’est ce constat sur le nombre incroyable d’offres d’emploi insatisfaites qui est à l’origine d’initiatives comme Code.org, d’appels constants à enseigner la programmation à l’école, ou de la création en France par Xavier Niel de l’école gratuite 42, destinée à former une nouvelle élite de développeurs.

Mais en attendant que le système scolaire et universitaire réussisse à fournir suffisamment de développeurs, les entreprises doivent trouver des solutions alternatives. C’est dans cet esprit que la nouvelle secrétaire d’État au numérique Axelle Lemaire a indiqué au Journal du Dimanche qu’elle pourrait proposer de faciliter la délivrance de visas de travail pour les développeurs étrangers qui souhaitent intégrer une entreprise établie en France. (…)

L’idée d’utiliser ce « passeport talents » pour les développeurs est issue du rapport remis le mois dernier par Tariq Krim, qui parlait d’attirer les développeurs russes, chinois et indiens : (…)

Un dispositif du même type pourrait être mis en place mais à destination, cette fois, des ingénieurs et développeurs étrangers. Il permettrait d’attirer en France l’immigration hautement qualifiée que représentent ces milliers d’ingénieurs, chinois, russes ou encore indiens qui ne parviennent pas aujourd’hui à obtenir de visas pour les États-Unis.

Lire la suite de l’article sur Numerama


Au lieu de se préoccuper du chômage des étrangers dans leur pays d’origine, le gouvernement socialiste qui dirige pourtant la France, ferait mieux de mettre en place une véritable politique à destination du système scolaire et universitaire, afin de favoriser l’emploi des Français par la formation continue en entreprise par exemple. Cela permettrait à nos jeunes Français, nos développeurs confirmés, qu’ils puissent trouver un emploi, évoluer sereinement et rester dans leur propre pays.

La politique de la secrétaire d’État au numérique ne reviendrait-elle pas in fine à ce que la France devienne le bouche-trou des États-Unis ?

Afghanistan : les taliban promettent un bain de sang pour la présidentielle

talibanLes taliban promettent de perturber l’élection présidentielle en Afghanistan. Une menace qui laisse craindre le pire dans le pays, alors que le premier tour doit avoir lieu le 5 avril. L’élection doit décider d’un successeur à l’actuel président Hamid Karzaï qui ne peut pas se représenter après deux mandats consécutifs.

Les taliban avaient déjà annoncé qu’ils boycotteraient la prochaine élection présidentielle. Invités par plusieurs responsables politiques afghans à présenter un candidat, ils avaient rejeté l’hypothèse d’un revers de main en dénonçant des élections partiales. Mais avec ces nouvelles déclarations, les insurgés afghans franchissent un nouveau cap. Ils promettent un bain de sang le jour du scrutin et préviennent : « Nous nous en prendrons aux candidats, aux forces de sécurité et aux électeurs » qui participeront à cette élection.
Dans ce communiqué non signé mais diffusé sur le site officiel des taliban, les combattants mettent en garde les Afghans du danger qu’ils courent en jouant le jeu de ce scrutin fantoche, selon les termes utilisés.
Depuis le début de la campagne, plusieurs prétendants à la succession de Hamid Karzaï ont été pris pour cible. Deux membres de l’équipe du docteur Abdullah, finaliste en 2009, ont ainsi été tués fin janvier. Plusieurs convois de candidats ont été attaqués, mais aucune réunion publique n’a pour le moment été visée.

Il n’est pas certain que les impressionnantes mesures de sécurité prises autour de l’élection suffisent à empêcher que le scrutin soit ensanglanté, comme ce fut le cas en 2009.

Source : rfi.fr

Boeing disparu : une attaque terroriste ?

La Malaisie vient d’ouvrir une enquête pour terrorisme à la suite de la disparition samedi d’un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines au large du Vietnam. Certains passagers de ce vol MH370 auraient utilisé des passeports volés.

Plus de 24 heures après sa disparition des écrans radars, toujours aucune trace du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines qui devait relier Kuala Lumpur à Pékin. L’une des hypothèses semble prendre le pas sur les autres ce dimanche : l’acte terroriste. Le ministre malaisien des Transports vient d’ailleurs d’annoncer l’ouverture d’une enquête.
D’après le gouvernement, quatre personnes auraient embarqué à bord du vol MH370 grâce à des passeports volés. Parmi ces passagers mystères, deux d’entre eux retiennent plus particulièrement l’attention des enquêteurs : un Autrichien et un Italien qui ont pu embarquer avec des passeports européens volés à des Européens en Thaïlande.
« Nos services de renseignement ont été mobilisés et bien sûr les agences de contre-terrorisme de tous les pays concernés ont été informées », a déclaré ce dimanche le ministre malaisien des Transports.
De son côté, la police fédérale américaine a fait savoir son intention d’envoyer sur place des agents et des experts. Sur les 239 passagers présents à bord de l’avion, au moins trois passagers étaient américains, ce qui donne au FBI accès à l’affaire.

Source : metronews.fr

Ukraine : l’extrême droite radicale aurait demandé l’aide des islamistes tchétchènes

En solidarité contre « l’ennemi commun », Dmitri Iaroch, le chef de file de la nébuleuse Secteur droit (Praviy Sektor), branche armée de l’extrême droite galicienne, aurait appelé le chef terroriste islamiste du Caucase du Nord, Dokou Oumarov, à aider le « peuple ukrainien » en organisant attentats et attaques sur le territoire russe. Problème : Oumarov, selon les services de sécurité tchétchènes, aurait été tué il y a quelques mois…

Des propos démentis par Iaroch, suite au tollé que cette annonce a généré il y a quelques jours et après que le président Kadyrov,  à la tête de la République de Tchétchénie et allié de la Russie, lui a promis d’ envoyer ses meilleurs Spetsnaz (forces spéciales) en réponse.

Dmitri Iaroch, formé par la British Army et ancien volontaire du côté des forces tchétchènes, tout comme un de ses bras droit, Oleksander « Sashko Biliy » Muzychko (ancien des forces de Dudayev en 1994 et responsable de la milice néonazie UNA-UNSO), aurait lancé un appel aux jihadistes de la région du Nord-Caucase, via Internet, rappelant que les « nationalistes ukrainiens » ont combattu contre les forces armées russes durant les guerres de Tchétchénie (entre 1994 et 2009), et que les Caucasiens se doivent d’aider le « peuple ukrainien » en organisant attentats et attaques sur le territoire russe.

Iaroch, en contact constant avec le chef de file de Svoboda (principale formation d’extrême droite rassemblant plus de 10% des suffrages en Ukraine), seconde désormais depuis le coup de force de février, Andriy Parubiy, commandant de l’« autodéfense » du Maïdan, placé à la tête du Conseil national de défense et de sécurité, la police politique de l’État ukrainien.

Désormais, le SBU, placé sous contrôle des radicaux extrémistes, est chargé de faire appliquer la nouvelle politique de purification ethno-religieuse du gouvernement « proeuropéen » à la suite des trois premières lois votées par la Rada (sur pression de l’extrême droite et contre l’avis de la majorité des Ukrainiens), à savoir : l’éradication de la langue russe dans les institutions, les administrations et à l’université ; la suppression de tout moyen d’expression démocratique et médiatique en russe ; le rattachement de gré ou de force de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou à celle du Patriarcat de Kiev (secte militarisée créée en 1992). A noter que ce sont ces trois nouvelles dispositions légales qui ont motivé l’intervention de Moscou en Crimée et la révolte des russophones et des Russes dans le sud et dans l’est du pays.

Affaire Karachi : l’Etat poursuivi pour «faute lourde»

Un nouveau dossier s’ouvre dans la déjà très complexe affaire Karachi, du nom de cet attentat qui coûta la vie à 11 employés français de la direction des constructions navales, en 2002, au Pakistan. Deux femmes qui ont perdu leur père dans l’attentat ont assigné l’État au civil le 14 février pour « faute lourde ».

En cause, la direction qu’a donnée à l’enquête le juge Bruguière, en charge du dossier jusqu’en 2006. Il s’orientait vers la thèse d’un attentat terroriste, alors que la piste d’une affaire politico-financière est désormais privilégiée.

Il s’agit d’une assignation en justice contre l’État pour « faute lourde » et « déni de justice ». Les termes sont forts et ils visent directement l’instruction du juge Bruguière. En charge du dossier jusqu’en 2006, ce dernier a concentré l’essentiel de son enquête sur la piste de l’attentat terroriste. Quitte, apparemment, à prendre quelques libertés avec les éléments contredisant cette thèse. C’est du moins ce qui lui est reproché par cette plainte.
Au cœur de ce nouveau dossier, un rapport d’autopsie, réalisé en 2002, et censé être celui du corps du kamikaze. Mais dans les faits, il n’en est rien. Ce rapport précise que la personne autopsiée ne pouvait pas être celle qui a déclenché l’explosion. Or, il se trouve que ce document, allant à l’encontre de la thèse suivie par le juge Bruguière, n’a jamais été versé au dossier.

C’est en 2011 que le juge Trévidic, qui a pris la suite de Jean-Louis Bruguière, s’est rendu compte de cette absence. Il demande alors à son prédécesseur de s’expliquer ; on lui répond que ce rapport n’a jamais été remis. Mais cette explication est fausse, des preuves le démontrent et la défense de Jean-Louis Bruguière s’effondre. Pour les avocats à l’origine de cette nouvelle plainte, « les errements du juge Bruguière ont compromis la manifestation de la vérité » et la responsabilité de l’État doit donc être engagée.

Source : rfi.fr

Afghanistan : les taliban ont capturé… un chien de l’Otan !

Les insurgés taliban afghans se sont vantés jeudi d’avoir entre leurs mains un chien des forces armées internationales opérant en Afghanistan, capturé en décembre dernier à l’issue d’affrontements dans la province instable du Laghman, dans l’est du pays.

La Force internationale de l’Otan en Afghanistan (Isaf) a indiqué à l’AFP qu’un chien de guerre était porté disparu depuis une mission menée en décembre, sans plus de précisions.

Mercredi, les rebelles ont diffusé sur leur site Internet une vidéo, également postée plus tard sur Facebook et dans laquelle ils affirmaient que le chien capturé appartenait à l’armée américaine. Dans la vidéo de six minutes, tournée dans une cour, on voit un chien à la robe brune, tenu en laisse et entouré de cinq hommes armés de fusils et de grenades. L’animal, exhibé comme un trophée et présenté comme s’appelant Colonel, a les oreilles rabattues et semble effrayé tandis que les hommes s’affairent autour de lui, en criant à plusieurs reprises Allah Akbar (Dieu est le plus grand, ndlr).

Le porte-parole des taliban, Zabiullah Mujahid, a déclaré à l’AFP que le chien avait été capturé après une opération des forces américaines contre des positions rebelles à Alingar, un district de la province du Laghman.

Des centaines de chiens ont été déployés par les forces internationales en Afghanistan pour détecter les engins explosifs artisanaux responsables de la grande majorité des victimes militaires et civiles dans le pays.

Certains musulmans considèrent les chiens comme des créatures impures et les taliban s’en méfient…

Source : romandie.com