defile du 1 mai 2014 avec Marine Le Pen

Paris : défilé du 1er mai avec Marine Le Pen (FN-RBM)

Le défilé du 1er mai 2014 avec le Front National débutera à l’angle de la rue de Rivoli  – Place du Palais Royal à Paris à partir de 10 heures. A l’issue du défilé, Marine Le Pen, présidente du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, fera un discours à Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Paris avril Europeennes 2014

Européennes 2014 : conférence de presse de Marine Le Pen à Paris pour le lancement de la campagne (vidéo)

A Paris, Marine Le Pen, présidente du Front National, entourée de ses candidats têtes de liste a lancé le coup d’envoi de la campagne des élections européennes pour le Front National et le Rassemblement Bleu Marine, un scrutin qui aura lieu le 25 mai 2014. Voir notre article du 22 Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen lance un appel solennel aux francais contre le traite transatlantique

Traité transatlantique : Marine Le Pen lance un appel solennel aux Français

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du FN et du Rassemblement Bleu Marine (RBM), lance un appel solennel à tous les Français contre le Traité transatlantique, symbole du libre-échange intégral défendu par l’UMPS : « Mobilisez-vous en masse, dès aujourd’hui pour diffuser cette vidéo ! » Mes chers compatriotes, Je Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Christophe Barbier Europeennes 2014

Taxi / VTC – Marine Le Pen : « Je ne voudrais pas que l’on crée les conditions d’une concurrence déloyale ! »

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National (FN-RBM), était l’invitée de Bruce Toussaint et de Christophe Barbier sur I-Télé. Marine Le Pen réagit au sujet de la dérégulation des professions réglementées. « Nous n’avons plus le droit, comme pays libre, de nous organiser et de Lire l'intégralité de l'article

Restons Français - Nouvelle Calédonie 2014

Provinciales 2014 – « Restons Français » en Nouvelle-Calédonie !

Le 11 mai 2014 auront lieu les élections provinciales 2014 pour décider de l’avenir de la Nouvelle-Calédonie face à la pression des indépendantistes UMPS ! Le Front National sera bien présent avec la liste « Restons Français, le Sud fait Front ! » Ce scrutin se déroulera dans les trois provinces de Nouvelle-Calédonie : province Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Elections Europeennes 2014 - NationsPresse

Marine Le Pen lance la campagne : « Oui à la France, non à Bruxelles ! »

A Paris, à la Maison des Centraliens, Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National et du RBM, a lancé la campagne pour les élections européennes du 25 mai 2014. Elle était accompagnée des 8 candidats têtes de liste : Pour la région Nord-Ouest avec Marine Lire l'intégralité de l'article

Hors zone euro, la Grande Bretagne se redresse plus vite

Hors zone euro, la Grande-Bretagne se redresse plus vite que la France !

Revue de presse. Hors de la zone euro et parfaitement souveraine, la Grande-Bretagne se redresse après la crise financière. Grâce à la mise en place d’une politique monétaire très accommodante, le gouvernement favorise en priorité le retour de la croissance économique, l’emploi des Anglais, le développement et l’activité des entreprises, Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

A Laguiole, c’est un morceau de notre patrimoine national que brade le gouvernement !

Communiqué du Front National Au prétexte que la loi censée protéger les artisans titulaires d’une indication géographique protégée n’est pas encore appliquée, le gouvernement abandonne le village de Laguiole, fleuron de la coutellerie française, à une succession de décisions ubuesques. Après avoir été dépossédé de son nom par une première Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - France 3

Européennes / FN / BNP – Droit de réponse de Marine Le Pen au Figaro

Mise en cause dans un article titré « Rencontre avec Nigel Farage, le Britannique qui veut faire sauter l’Europe » publié en page X de votre édition du 15 avril 2014 et dans sa version numérique http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/04/14/31001-20140414ARTFIG00287-rencontre-avec-nigel-farage-le-britannique-qui-veut-faire-sauter-l-europe.php, je vous prie et au besoin … en vertu des dispositions prévues par l’article 13 Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Asie

Afghanistan : les taliban promettent un bain de sang pour la présidentielle

talibanLes taliban promettent de perturber l’élection présidentielle en Afghanistan. Une menace qui laisse craindre le pire dans le pays, alors que le premier tour doit avoir lieu le 5 avril. L’élection doit décider d’un successeur à l’actuel président Hamid Karzaï qui ne peut pas se représenter après deux mandats consécutifs.

Les taliban avaient déjà annoncé qu’ils boycotteraient la prochaine élection présidentielle. Invités par plusieurs responsables politiques afghans à présenter un candidat, ils avaient rejeté l’hypothèse d’un revers de main en dénonçant des élections partiales. Mais avec ces nouvelles déclarations, les insurgés afghans franchissent un nouveau cap. Ils promettent un bain de sang le jour du scrutin et préviennent : « Nous nous en prendrons aux candidats, aux forces de sécurité et aux électeurs » qui participeront à cette élection.
Dans ce communiqué non signé mais diffusé sur le site officiel des taliban, les combattants mettent en garde les Afghans du danger qu’ils courent en jouant le jeu de ce scrutin fantoche, selon les termes utilisés.
Depuis le début de la campagne, plusieurs prétendants à la succession de Hamid Karzaï ont été pris pour cible. Deux membres de l’équipe du docteur Abdullah, finaliste en 2009, ont ainsi été tués fin janvier. Plusieurs convois de candidats ont été attaqués, mais aucune réunion publique n’a pour le moment été visée.

Il n’est pas certain que les impressionnantes mesures de sécurité prises autour de l’élection suffisent à empêcher que le scrutin soit ensanglanté, comme ce fut le cas en 2009.

Source : rfi.fr

Boeing disparu : une attaque terroriste ?

La Malaisie vient d’ouvrir une enquête pour terrorisme à la suite de la disparition samedi d’un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines au large du Vietnam. Certains passagers de ce vol MH370 auraient utilisé des passeports volés.

Plus de 24 heures après sa disparition des écrans radars, toujours aucune trace du Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines qui devait relier Kuala Lumpur à Pékin. L’une des hypothèses semble prendre le pas sur les autres ce dimanche : l’acte terroriste. Le ministre malaisien des Transports vient d’ailleurs d’annoncer l’ouverture d’une enquête.
D’après le gouvernement, quatre personnes auraient embarqué à bord du vol MH370 grâce à des passeports volés. Parmi ces passagers mystères, deux d’entre eux retiennent plus particulièrement l’attention des enquêteurs : un Autrichien et un Italien qui ont pu embarquer avec des passeports européens volés à des Européens en Thaïlande.
« Nos services de renseignement ont été mobilisés et bien sûr les agences de contre-terrorisme de tous les pays concernés ont été informées », a déclaré ce dimanche le ministre malaisien des Transports.
De son côté, la police fédérale américaine a fait savoir son intention d’envoyer sur place des agents et des experts. Sur les 239 passagers présents à bord de l’avion, au moins trois passagers étaient américains, ce qui donne au FBI accès à l’affaire.

Source : metronews.fr

Ukraine : l’extrême droite radicale aurait demandé l’aide des islamistes tchétchènes

En solidarité contre « l’ennemi commun », Dmitri Iaroch, le chef de file de la nébuleuse Secteur droit (Praviy Sektor), branche armée de l’extrême droite galicienne, aurait appelé le chef terroriste islamiste du Caucase du Nord, Dokou Oumarov, à aider le « peuple ukrainien » en organisant attentats et attaques sur le territoire russe. Problème : Oumarov, selon les services de sécurité tchétchènes, aurait été tué il y a quelques mois…

Des propos démentis par Iaroch, suite au tollé que cette annonce a généré il y a quelques jours et après que le président Kadyrov,  à la tête de la République de Tchétchénie et allié de la Russie, lui a promis d’ envoyer ses meilleurs Spetsnaz (forces spéciales) en réponse.

Dmitri Iaroch, formé par la British Army et ancien volontaire du côté des forces tchétchènes, tout comme un de ses bras droit, Oleksander « Sashko Biliy » Muzychko (ancien des forces de Dudayev en 1994 et responsable de la milice néonazie UNA-UNSO), aurait lancé un appel aux jihadistes de la région du Nord-Caucase, via Internet, rappelant que les « nationalistes ukrainiens » ont combattu contre les forces armées russes durant les guerres de Tchétchénie (entre 1994 et 2009), et que les Caucasiens se doivent d’aider le « peuple ukrainien » en organisant attentats et attaques sur le territoire russe.

Iaroch, en contact constant avec le chef de file de Svoboda (principale formation d’extrême droite rassemblant plus de 10 % des suffrages en Ukraine), seconde désormais depuis le coup de force de février, Andriy Parubiy, commandant de l’« autodéfense » du Maïdan, placé à la tête du Conseil national de défense et de sécurité, la police politique de l’État ukrainien.

Désormais, le SBU, placé sous contrôle des radicaux extrémistes, est chargé de faire appliquer la nouvelle politique de purification ethno-religieuse du gouvernement « proeuropéen » à la suite des trois premières lois votées par la Rada (sur pression de l’extrême droite et contre l’avis de la majorité des Ukrainiens), à savoir : l’éradication de la langue russe dans les institutions, les administrations et à l’université ; la suppression de tout moyen d’expression démocratique et médiatique en russe ; le rattachement de gré ou de force de l’Église orthodoxe du Patriarcat de Moscou à celle du Patriarcat de Kiev (secte militarisée créée en 1992). A noter que ce sont ces trois nouvelles dispositions légales qui ont motivé l’intervention de Moscou en Crimée et la révolte des russophones et des Russes dans le sud et dans l’est du pays.

Affaire Karachi : l’Etat poursuivi pour « faute lourde »

Un nouveau dossier s’ouvre dans la déjà très complexe affaire Karachi, du nom de cet attentat qui coûta la vie à 11 employés français de la direction des constructions navales, en 2002, au Pakistan. Deux femmes qui ont perdu leur père dans l’attentat ont assigné l’État au civil le 14 février pour « faute lourde ».

En cause, la direction qu’a donnée à l’enquête le juge Bruguière, en charge du dossier jusqu’en 2006. Il s’orientait vers la thèse d’un attentat terroriste, alors que la piste d’une affaire politico-financière est désormais privilégiée.

Il s’agit d’une assignation en justice contre l’État pour « faute lourde » et « déni de justice ». Les termes sont forts et ils visent directement l’instruction du juge Bruguière. En charge du dossier jusqu’en 2006, ce dernier a concentré l’essentiel de son enquête sur la piste de l’attentat terroriste. Quitte, apparemment, à prendre quelques libertés avec les éléments contredisant cette thèse. C’est du moins ce qui lui est reproché par cette plainte.
Au cœur de ce nouveau dossier, un rapport d’autopsie, réalisé en 2002, et censé être celui du corps du kamikaze. Mais dans les faits, il n’en est rien. Ce rapport précise que la personne autopsiée ne pouvait pas être celle qui a déclenché l’explosion. Or, il se trouve que ce document, allant à l’encontre de la thèse suivie par le juge Bruguière, n’a jamais été versé au dossier.

C’est en 2011 que le juge Trévidic, qui a pris la suite de Jean-Louis Bruguière, s’est rendu compte de cette absence. Il demande alors à son prédécesseur de s’expliquer ; on lui répond que ce rapport n’a jamais été remis. Mais cette explication est fausse, des preuves le démontrent et la défense de Jean-Louis Bruguière s’effondre. Pour les avocats à l’origine de cette nouvelle plainte, « les errements du juge Bruguière ont compromis la manifestation de la vérité » et la responsabilité de l’État doit donc être engagée.

Source : rfi.fr

Afghanistan : les taliban ont capturé… un chien de l’Otan !

Les insurgés taliban afghans se sont vantés jeudi d’avoir entre leurs mains un chien des forces armées internationales opérant en Afghanistan, capturé en décembre dernier à l’issue d’affrontements dans la province instable du Laghman, dans l’est du pays.

La Force internationale de l’Otan en Afghanistan (Isaf) a indiqué à l’AFP qu’un chien de guerre était porté disparu depuis une mission menée en décembre, sans plus de précisions.

Mercredi, les rebelles ont diffusé sur leur site Internet une vidéo, également postée plus tard sur Facebook et dans laquelle ils affirmaient que le chien capturé appartenait à l’armée américaine. Dans la vidéo de six minutes, tournée dans une cour, on voit un chien à la robe brune, tenu en laisse et entouré de cinq hommes armés de fusils et de grenades. L’animal, exhibé comme un trophée et présenté comme s’appelant Colonel, a les oreilles rabattues et semble effrayé tandis que les hommes s’affairent autour de lui, en criant à plusieurs reprises Allah Akbar (Dieu est le plus grand, ndlr).

Le porte-parole des taliban, Zabiullah Mujahid, a déclaré à l’AFP que le chien avait été capturé après une opération des forces américaines contre des positions rebelles à Alingar, un district de la province du Laghman.

Des centaines de chiens ont été déployés par les forces internationales en Afghanistan pour détecter les engins explosifs artisanaux responsables de la grande majorité des victimes militaires et civiles dans le pays.

Certains musulmans considèrent les chiens comme des créatures impures et les taliban s’en méfient…

Source : romandie.com

Hollande s’engage sur un terrain miné en Turquie

turquie europe troieLa première visite d’État depuis vingt-deux ans d’un président français en Turquie intervient alors que le pouvoir « islamo-conservateur » (comprendre islamiste !) se raidit.

Une course en sac dans un champ de mines. Voilà à quoi pourrait s’apparenter la visite d’État, la première d’un président français depuis vingt-deux ans, que François Hollande entame ce lundi en Turquie. Deux jours durant, d’Ankara à Istanbul, ce ne sont que des dossiers piégés qui attendent le président de la République, qu’il s’agisse de la situation politique locale où une affaire de corruption ébranle le régime depuis la mi-décembre, de la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, du drame des réfugiés syriens qui transitent par la Turquie pour rejoindre l’Europe, de la condamnation à la prison à vie de la sociologue Pinar Selek aujourd’hui réfugiée en France ou encore du triple assassinat, il y a un an à Paris, de militantes kurdes, dans lequel le principal suspect est accusé d’avoir des liens avec l’appareil d’État turc. Sans compter que, depuis l’inflexion de sa politique étrangère, avec le soutien aux Frères musulmans, la Turquie s’est retrouvée isolée au Proche-Orient et ne peut plus prétendre jouer le rôle de relais auprès de l’Occident. Bref, encore plus que d’ordinaire, François Hollande va devoir mobiliser son habileté légendaire…

Lire la suite sur lefigaro.fr

Afghanistan : 21 morts dans un attentat taliban contre un restaurant de Kaboul

Taliban1La pacification de l’Afghanistan imposée par la force fin 2001 par l’administration US soutenue par l’ONU et les pays occidentaux est un échec cuisant. Pour preuve, ce terrible attentat meurtrier au centre de Kaboul, dans la zone dite « sécurisée ». L’attaque suicide perpétrée vendredi soir par un commando taliban contre un restaurant de Kaboul fréquenté par des expatriés a fait 21 morts, dont 13 étrangers, a annoncé hier la police.

Vendredi soir, peu après 19 heures (14 h 30 GMT), un kamikaze s’est fait exploser devant les portes blindées de « La Taverne du Liban », un restaurant du centre de Kaboul prisé par les diplomates, consultants, travailleurs humanitaires et autres représentants de la communauté expatriée qui vit dans la capitale afghane. Profitant de la confusion provoquée par la puissante détonation, qui a résonné dans tout le centre de Kaboul, deux autres assaillants armés ont réussi à s’introduire dans le restaurant et ont ouvert le feu sur les clients, avant d’être eux-mêmes abattus par les forces spéciales afghanes.

Dokou Oumarov, le chef des jihadistes du Caucase, aurait été éliminé

Le démocrate djihadiste SDoukou Oumarov, soutenu par tous les "zintelelctuels" à la BHL, tout les humanistes à la Kouchner et l'ensemble des politiciens occidentalistes

Le grand démocrate jihadiste Dokou Oumarov, a été soutenu par  les « zintellectuels » à la BHL, les humanistes à la Glücksmann et l’ensemble des politiciens occidentalistes russophobes

Autoproclamé « Emir du Caucase », le jihadiste salafiste proche des monarchies pétrolières du golfe Persique, Dokou Oumarov, aurait été éliminé par les forces spéciales de la Fédération de Russie. C’est le président tchétchène Ramzan Kadyrov en personne qui a annoncé cette possible victoire de la civilisation sur la barbarie.

« Nous en étions sûrs depuis longtemps. Il a été éliminé lors d’une opération, et maintenant nous avons des preuves, notamment des conversations téléphoniques captées par nos spécialistes. Par contre, son corps n’a pas été encore retrouvé », a expliqué le président Kadyrov. Mais le FSB, la sécurité intérieure russe, contacté par l’agence Interfax, ne confirme pas sa disparition.

Dokou Oumarov, chef de l’insurrection islamiste dans le Caucase russe, a revendiqué plusieurs attentats meurtriers en Fédération de Russie, dont celui contre le train rapide Nevski Express en 2009, les attentats dans le métro de Moscou en 2010 et à l’aéroport Domodedovo en 2011.
En juillet dernier, il avait appelé à des attaques contre l’organisation des Jeux olympiques d’hiver à Sotchi.

Plusieurs sources concordantes affirmaient qu’il avait des liens étroits avec certaines monarchies rétrogrades du golfe Persique, celles qui soutiennent notamment les jihadistes en Syrie et qui entretiennent de très bonnes relations avec les puissances occidentales telles que les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France de François Hollande.

Immigration : mobilisation des Turcs en France pour les prochaines municipales

Mobilisation générale du lobby turc en France. A l’approche des prochaines municipales, la « communauté » turque de France appelle à s’inscrire sur les listes électorales. Les Turcs ne sont pas (encore) dans l’Union européenne, ceux qui ne sont pas de nationalité française ne peuvent pas (encore) voter, mais déjà Ankara prépare le terrain. « Ne laissez pas les autres choisir pour vous », nous dit cette campagne d’inscription en langues turque et française. « Les autres », ce sont bien évidemment les Français de souche… Et devinez pour qui ces descendants de l’Empire ottoman vont voter ?

Turcs France élections municipales

Feu vert pour la libre circulation des Turcs en Europe

Bruno GollnischCommuniqué de Bruno Gollnisch, député au Parlement européen, membre du bureau politique du Front National

L’Union européenne vient de conclure un accord avec la Turquie pour la facilitation d’obtention des visas qui doit être signé à Ankara le 16 décembre prochain. Certes, cet accord s’accompagne d’un accord dit « de réadmission » visant à obliger la Turquie à accepter sur son territoire les clandestins qui y auraient transité avant d’entrer sur le territoire de l’UE. Certes également, il est prévu une période d’observation de trois ans sur l’application du second accord, avant d’exempter totalement de visas les citoyens turcs désirant faire de courts séjours en Europe. Certes, l’Union européenne a aussi conclu ce type d’accords avec d’autres pays, l’Albanie, la Bosnie, des républiques d’Asie centrale… dont on sait que les ressortissants ne voyagent que pour le tourisme, les études ou les affaires.

La lapidation de retour en Afghanistan ?

C’est un châtiment d’un autre âge qui pourrait bien faire son retour en Afghanistan. Le ministère de la Justice étudie en effet la possibilité de rétablir la peine de mort par lapidation pour punir l’adultère. En 2001, Bush et sa coalition occidentale promettaient des changements positifs pour ce pays, alors placé sous la coupe chariatique des taliban. Une guerre de plus et douze ans plus tard, rien n’a vraiment changé… avec la bénédiction des stratèges occidentalistes !

L’ONG américaine Human Rights Watch a tiré la sonnette d’alarme, choquée par cette initiative, douze ans après la chute du régime taliban et en appelle à l’administration du président Hamid Karzaï pour empêcher le retour de cette pratique inhumaine qui était courante sous le règne des taliban, entre 1996 et 2001.

Gilbert Collard (RBM) contre la relance des négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne

Gilbert CollardCommuniqué de Gilbert Collard, secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine et député du Gard

En tant que secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine et député du Gard, je regrette la relance des négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne.

La Commission européenne, dans l’incapacité totale d’apporter des solutions aux problèmes sociaux-économiques des pays adhérents, fait preuve de cynisme – sous pression allemande – en rouvrant la discussion avec Ankara.

Bien que la Turquie ait fait des efforts sur le plan démocratique, il s’agit d’une décision irresponsable de plus dans ce contexte de crise.

L’Union européenne court à sa fin.

L’Union européenne relance le processus d’adhésion de la Turquie

turquie europe troieL’Union européenne a décidé d’ouvrir ce mardi un nouveau chapitre concernant les négociations d’adhésion de la Turquie, après trois ans de paralysie. C’est la présidence lituanienne de l’UE qui vient de l’annoncer.

La Turquie a déposé sa candidature en 1987, et elle est officiellement candidate depuis 1999. Un processus lent et laborieux. En cause, le manque de volonté politique du côté européen et du côté turc. La grande majorité des Européens est réticente à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne et ces dernières années les Turcs se désintéressaient d’une Europe qui ne veut pas d’eux.

Un nouveau chapitre des négociations va pourtant s’ouvrir le 5 novembre. Il aurait dû s’ouvrir au printemps, mais la répression du mouvement de protestation sur la place Taksim par les autorités turques avait entraîné son ajournement.

La Commission européenne, dans son rapport de suivi la semaine dernière, a dénoncé un usage excessif de la force par la police, mais a paradoxalement salué les « pas importants » de la Turquie en matière de démocratie. Sur les 35 chapitres de négociations, un seul a jusqu’ici pu être bouclé. La non-reconnaissance par Ankara de la République de Chypre, l’un des 28 pays de l’UE, reste par ailleurs un obstacle incontournable à l’avancée des négociations d’adhésion.

Source : rfi.fr

Montée de l’islam wahhabite en Azerbaïdjan

azeri jihadLes républiques caucasiennes laïques pourraient voir des problèmes d’ordre religieux surgir, révèle ce vendredi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Des individus ont ouvert le feu sur des policiers dans le district de Goussar, à la frontière entre la Russie et l’Azerbaïdjan. Bien que les forces de l’ordre nient l’implication de ces criminels dans des organisations religieuses radicales, l’activité des extrémistes dans la région préoccupe beaucoup les habitants d’une manière générale. Ils affirment que les religieux radicaux ont pris racine des deux côtés de la frontière russo-azerbaïdjanaise.

Pakistan : les chrétiens demandent des mesures de protection et la justice

Les chrétiens du Pakistan ont manifesté ce lundi, au lendemain d’un double attentat-suicide contre une église protestante qui a fait au moins 82 morts, dont 37 femmes, et plus de cent blessés.

C’est l’attentat le plus sanglant jamais perpétré contre la minorité chrétienne au Pakistan. Deux kamikazes s’étaient fait exploser à la sortie de l’office, dimanche, dans la cour intérieure de l’église All Saints de Peshawar. L’attentat a été revendiqué par une faction des taliban pakistanais.

Dans les rassemblements, comme à Peshawar ce lundi, un prêtre anglican a réclamé au gouvernement la sécurité pour les églises chrétiennes du pays : « Nous sommes des gens de paix, nous sommes des citoyens loyaux au Pakistan, nous voulons des droits et de la sécurité. La sécurité doit être assurée dans nos églises pour stopper des incidents comme ceux de dimanche », a déclaré Simon Jalal.

D’autres manifestations ont eu lieu dans plusieurs grandes villes du pays, notamment Karachi, Faisalabad et Lahore, pour demander des mesures de protection et la justice. A Islamabad, plus de 1 000 manifestants ont bloqué une grande artère pendant plusieurs heures.


Source : francetvinfo.fr