Louis Aliot FN - Le Grand Journal Canal Plus 14 octobre 2013

Louis Aliot : « Zemmour a toute ma sympathie face à la meute ! »

Dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera, Eric Zemmour a tenu, fin novembre, des propos sur les musulmans qui ont fait une nouvelle fois polémique. Scandale dans le scandale, le terme « déportation » retranscrit dans l’article mais non employé par l’essayiste, cristallise aujourd’hui les critiques. Les réactions du socialiste Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen, personnalité politique de 2014 pour les Français

La présidente du Front national est la personnalité qui a le plus marqué l’année politique 2014, selon notre sondage OpinionWay. Marine Le Pen remporte également la palme de la meilleure opposante à François Hollande. Marine Le Pen termine l’année sur une énième bonne nouvelle. Après sa série de succès électoraux Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - europeennes 2014

Marine Le Pen : « Il faut sortir de l’OTAN ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Il a été question de la triche de Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle, de l’affaire Bygmalion, du financement des partis politiques, du mode de scrutin antidémocratique, de l’OTAN (et des pays Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot :  » Le parti socialiste est à côté de la plaque, ils sont dans le déni de réalité »

Louis Aliot, vice-président du Front national, est l’Invité matin de RFI. Il commente au micro de Frédéric Rivière, l’actualité politique nationale marquée entre autres, par le meeting le mercredi 27 novembre, du parti socialiste contre la montée du racisme en France. «Les actes de racisme en France c’est 0,04% de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen sur NC 1ere 15032013

Marine Le Pen sur euronews : « Je prépare le grand basculement démocratique qui interviendra à la prochaine élection présidentielle »

Elle est présidente du Front National depuis 2011 et vient d’être réélue triomphalement avec 100% des suffrages exprimés lors du dernier congrès du FN à Lyon. Le Front National a obtenu le plus de sièges en France lors des dernières élections européennes et plus que jamais, 2017, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen 12-13 Dimanche - NationsPresse

Marine Le Pen : « Nous nous battons pour gagner ! »

En direct de Lyon et à l’issue du discours de clôture du XVe Congrès du Front National, la présidente Marine Le Pen était l’invitée du 20H de France 2 présenté par Laurent Delahousse. Elle a notamment commenté le « bilan très lourd et très mauvais » de Nicolas Sarkozy et de François Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Cinéma

Des mains d’argent et un coeur d’or

Communiqué de Louis Aliot, vice-président du Front National et de France Jamet, présidente du groupe des élus Front National en Languedoc-Roussillon

France Jamet et Louis Aliot s’’associent à la douleur de la grande famille de Manitas de Plata qui vient de nous quitter.

« Petites mains d’argent », à l’image du héros de Tim Burton, n’a jamais rien sacrifié ni à sa passion ni à sa personnalité.

Il a, comme dans un conte de fées, « ouvert une porte sur le monde » à toute sa famille et ses amis.

Terriblement généreux, il s’’attachait, hors des sentiers battus, à jouer bien sûr mais surtout à partager tout ce qu’il avait, sa vie, son talent, sa musique et son coeœur avec ceux qu’’il aimait.

Terriblement humain, cette star internationale qui a marqué nos générations, sans jamais renier ses racines, a toujours vécu, en Languedoc, entre Sète et La Grande Motte, toujours au bord d’un rivage, s’’abandonnant à la solitude les yeux rivés sur la ligne bleue de l’’horizon.

Grâce à Dieu et son talent, ce n’’est pas seulement sa musique qui lui survivra, mais aussi le souvenir d’un homme au cœur d’’or.

Hommage à Louis de Funès

ldf2Communiqué d’Alexandre Simonnot

Rendons hommage à Monsieur Louis de Funès, rappelé à Dieu il y a, aujourd’hui, 31 années.

Carlos Luis de Funès de Galarza, connu sous le pseudonyme de Louis de Funès, restera, incontestablement, l’un des plus grands acteurs de tous les temps et de toute l’histoire.

Parti de rien, courant le cachet, il était un véritable bourreau de travail. Gagnant au départ sa vie en faisant du piano-bar puis des petits rôles, il deviendra l’acteur français le plus populaire de son temps. Comique extraordinaire, véritable génie de la pitrerie, il spécialisera son jeu et ses mimiques en interprétant avec une excellence inégalable les personnages les plus odieux et tyranniques. Bourré de talents, pianiste virtuose, Louis de Funès était également un danseur exceptionnel. Tout son jeu d’acteur était musical et rythmé.

Rappelé à Dieu le 27 janvier 1983, Louis de Funès continue, dans le temps, à faire rire des millions de téléspectateurs à chacune de ses apparitions. Il suffit de l’apercevoir pour se mettre à rire.

Édouard Molinaro, un monsieur trop discret

Par Arnaud Guyot-Jeannin

Décédé le samedi 7 décembre, à l’âge de 85 ans, des suites d’une insuffisance pulmonaire, Édouard Molinaro méritait un meilleur traitement médiatique. Documentariste, réalisateur de courts-métrages, il met en scène son premier long-métrage en 1958 avec un polar de bonne facture : Le Dos au mur avec Jeanne Moreau, l’étonnant Gérard Oury (l’acteur s’avérera supérieur au cinéaste) et Philippe Nicaud. Une histoire de tromperie, alimentée par un étonnant suspense ! Suivent deux autres honnêtes polars : Des femmes disparaissent (1959) avec Robert Hossein, et Un témoin dans la ville (1959) avec Lino Ventura.

L’année suivante, Édouard Molinaro réalise un des meilleurs films de sa carrière, Une Fille pour l’été (1960) avec Pascale Petit, Michel Auclair et la très belle Micheline Presle. Scénario original, joli décor tropézien, machiavélisme subtil, légèreté étrange… Le film est un petit bijou brillant comme le soleil azuréen. Il est aujourd’hui presque totalement oublié.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Marche « contre le racisme » : bide des manifs, bide du film

flamme_fn_04-150x1503Communiqué de Steeve Briois, secrétaire général du Front National

C’est avéré : les marches organisées samedi contre le prétendu « racisme » et le film sur la marche des Beurs sorti mercredi dernier sont un bide monumental.

Quelques milliers de manifestants d’un côté, quelques milliers de spectateurs de l’autre. Pour deux événements qui ont fait l’objet d’un battage médiatique hallucinant de la part des médias et d’associations politisées ultra-subventionnées, le camouflet est terrible.

Cette vaste opération de subversion culturelle et d’inversion des valeurs consistant à culpabiliser les Français et à les faire passer pour des salopards, des racistes, des aigris et des abrutis est donc un échec incontestable.

Nous invitons les permanents associatifs, les députés de gauche et d’extrême gauche et les ministres du gouvernement Ayrault à organiser une grande manifestation contre l’insécurité qui frappe nos compatriotes ou contre le chômage et l’ultrafiscalisme qui détruisent leur pouvoir d’achat. Sans grandes illusions toutefois : on ne manifeste pas contre ce dont on est responsable.

Florence Rey, la tueuse d’extrême gauche de la place de la Nation, fait du cinéma

Quand on est une tueuse d’extrême gauche et que l’on a pris 20 ans de réclusion pour assassinats (4 morts !), on peut entamer une belle reconversion dans le cinéma. Tel est le cas de Florence Rey, activiste d’extrême gauche proche des SCALP, condamnée le 30 septembre 1998 à 20 ans de réclusion criminelle, et libérée grâce au processus de remises de peine, le 2 mai 2009, après 14 ans 6 mois et 29 jours de détention. Outre le fait qu’elle ait bénéficié d’une étonnante clémence de la part d’une justice corrompue par l’idéologie gauchiste et bien-pensante crasse, on peut se rendre compte que lorsque l’on est d’extrême gauche, tous les petits écarts que l’on s’est permis, y compris des meurtres, peuvent être pardonnés… Quant aux victimes, nul ne semble plus s’en soucier !

__________

 Le site d’informations Le Mague n’a pas attendu le battage médiatique consécutif à l’arrestation du tireur fou parisien Abdelhakim Dekhar le mardi 20 novembre pour se demander ce qu’était devenue Florence Rey, dont il s’est avéré que Dekhar était un des complices lors de la fameuse course-poursuite sanglante du couple Rey-Maupin, le 4 octobre 1994. Cinq personnes, dont un chauffeur de taxi, trois policiers et Audry Maupin avaient trouvé la mort à la suite d’un braquage à Pantin mené au fusil à pompe, une arme fournie par Dekhar, qui avait écopé de quatre ans de prison pour association de malfaiteurs dans le cadre de cette affaire.

Mort de Georges Lautner : hommage à une figure majeure du cinéma populaire français

Front National flammeCommuniqué de Steeve Briois, secrétaire général du Front National

La disparition de Georges Lautner est celle d’un authentique artisan du cinéma français et de la culture populaire des cinquante dernières années. Lautner pratiquait un cinéma dynamique, rythmé, qui a mis en valeur les dialogues d’Audiard et des acteurs mythiques – Ventura, Delon, Francis Blanche, Belmondo, pour ne citer qu’eux – pour le grand plaisir des spectateurs. Son succès lui vaudra, évidemment, le rejet d’une critique qui lui aura longtemps préféré le narcissisme de la nouvelle vague et de ses adeptes.

Le peuple contre ses élites, la simplicité qui n’exclut pas le talent : c’est un peu l’histoire de la carrière de Lautner et de son immense succès. Reste que son œuvre n’a pas vieilli et continue de toucher avec la même intensité et le même talent les nouvelles générations : les Tontons flingueurs, les Barbouzes ou le Professionnel sont autant de classiques qui illustrent le talent de Lautner, son éclectisme et sa capacité à traverser les époques.

Hommage à Georges Lautner, une grande figure du cinéma populaire français

conseiller de Marine Le Pen à la Culture, à la Francophonie et à la Liberté d’expression , président exécutif du SIEL

conseiller de Marine Le Pen à la culture, à la francophonie et à la liberté d’expression , président exécutif du SIEL

Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la culture, à la francophonie et à la liberté d’expression, président exécutif du SIEL

Le réalisateur français Georges Lautner est mort, ce vendredi 22 novembre 2013, à l’âge de 87 ans. Attiré à ses débuts vers la comédie, il se tourne très vite vers le cinéma. Son œuvre considérable ne comporta pas moins de 42 films dont des succès mémorables avec « Les Barbouzes », mais aussi « Flic ou Voyou » ou « le Professionnel » avec Jean-Paul Belmondo. Tout au long de sa longue et prolifique carrière, Georges Lautner rencontra le succès populaire en tournant avec les plus grands.

Pour tous les Français, Georges Lautner restera toutefois l’auteur inoubliable d’un monument du cinéma des années 60, « Les Tontons flingueurs », sorti sur les écrans voici cinquante ans. L’immense réussite de ce film qu’aucun spectateur de ne se lasse de revoir, repose sur la combinaison comique de quelques ressorts miraculeux : des répliques cultes signées par le plus grand de nos dialoguistes, Michel Audiard ; une distribution étincelante d’acteurs qui ont tous marqué l’histoire du cinéma français : Lino Ventura, Francis Blanche, Robert Dalban, Bernard Blier, Jean Lefebvre, Claude Rich… une musique inoubliable composée par Michel Magne.

Avec Georges Lautner, des générations de Français ont communié, en famille ou entre amis, à une œuvre cinématographique aujourd’hui entrée dans la postérité, qui symbolise parfaitement un certain esprit français, à la fois insouciant et potache. Avec la disparition de ce monstre sacré, à la personnalité si attachante, le monde du cinéma perd un immense professionnel.

Marine Le Pen et le Rassemblement Bleu Marine saluent la mémoire de cette grande figure du 7e art et rendent hommage à un artiste de la pellicule qui donna avec talent ses lettres de noblesse au cinéma populaire français.

Adieu M. Lautner !

Le réalisateur des Tontons flingueurs est décédé à l’âge de 87 ans, selon Le Parisien.

Georges Lautner, le réalisateur des célèbres Tontons flingueurs, est mort à l’âge de 87 ans, révèle vendredi Le Parisien, qui cite sa compagne. Dans les Tontons flingueurs, il est connu pour avoir mis en images les plus fameuses répliques de Michel Audiard. Il est également le père de films cultes comme Les Barbouzes (avec Lino Ventura et Bernard Blier), Le Professionnel (avec Jean-Paul Belmondo) ou encore Le Pacha (avec Jean Gabin). Hospitalisé quelque temps avant, il avait dû annuler l’inauguration à Nantes d’une rue au nom des Tontons flingueurs, à l’occasion des 50 ans du film, raconte le quotidien.

Lire la suite sur leparisien.fr

Liberté d’opinion et d’expression : Alain Delon annonce son retrait de la présidence du Comité Miss France

Faisant face de plein fouet à la pensée unique d’un système à bout de souffle, l’acteur Alain Delon a annoncé qu’il quittait la présidence du Comité Miss France.


Alain Delon déclare : «Votre comité a cru bon de réagir publiquement, avec véhémence, à mes propos sur la politique de la France. Vous en avez parfaitement le droit. Mais ce n’est pas vous qui me lâchez, c’est moi qui pars !»

Il ajoute : « Votre polémique est aussi absurde que narcissique et obsessionnelle. Votre attitude est un mépris à l’égard de votre public qui est en droit de voter pour qui il veut, un déni de réalité manifeste ! »

Lire l’intégralité de l’article sur Ouest-France

Alain Delon approuve la percée du Front National

Alors que le Front National ne cesse de progresser dans les sondages et pourrait remporter l’élection cantonale de Brignoles (Var), Alain Delon a donné une interview au journal suisse Le Matin dans laquelle il dit comprendre «parfaitement bien» et approuver la percée du parti de Marine Le Pen.

Alain Delon estime «que la poussée du MCG (Le Mouvement citoyen genevois qui a connu une forte progression dimanche lors d’élections à Genève), comme celle du Front National, c’est tout à fait édifiant». «Édifiant parce que les gens en ont marre qu’on leur parle comme on le fait. Ils veulent de l’action, ils veulent autre chose. Ils ont connu une France différente sous De Gaulle ou même Mitterrand. Voilà pourquoi le Front National, comme le MCG à Genève, prend une place très importante et ça, je l’approuve, je le pousse et le comprends parfaitement bien.»

Delon juge que ces partis «seront capables» de passer des paroles aux actes, à condition d’«avoir derrière eux un électorat solide». Selon lui, «depuis des années, Le Pen père et fille se battent, mais ils se battent un peu seuls. Là, pour la première fois, ils ne sont plus seuls. Ils ont les Français avec eux. C’est important», affirme-t-il.

Source : leparisien.fr

Le Centre national de la cinématographie (CNC) subventionne des films de sexe et de drogue

Les contribuables français seront heureux (ou énervés) d’apprendre que leurs impôts qui augmentent sans cesse servent à financer des «documentaires de création» mettant en avant le sexe, les drogues et les alcools, mais aussi l’astrologie, la chirurgie esthétique, le bizutage (qui est interdit par la loi !), etc. Bref, tout ce qui a trait à la définition du CNC, le Centre national de la cinématographie.

En pleine cure d’austérité forcée, le CNC, comme tous les Français qui doivent se serrer toujours davantage la ceinture, devrait procéder à sa mise au régime sec par l’intermédiaire de ses subventions. Son président, Eric Garandeau, se verrait contraint de redéfinir l’accessibilité au critère de «documentaires de création».

Ceux qui ont fait la demande de subvention pour réaliser de vrais «documentaires de création» et qui se sont vus refuser une aide de la part de leur propre pays, sont en droit de l’avoir mauvaise quand on voit vers quel type de projet sont octroyées prioritairement les aides.

Lire l’intégralité de l’article sur BFM-Business

Sarko va faire le beau chez Drucker !

Sarkozy avec lui ce n'est plus possibleDepuis sa « vraie-fausse » interview publiée il y a un mois dans Valeurs Actuelles, il s’est tenu à l’écart des projecteurs. Mais événement de grande importance oblige, Nicolas Sarkozy s’apprête à faire un nouveau come-back médiatique. Il sera en effet l’invité de Michel Drucker dimanche 14 avril sur France 2.

Pas de politique au programme. Ni hypothèse d’un retour en 2017 ni réflexion sur la crise ou le quinquennat de Hollande ne seront au menu de l’entretien Sarko-Drucker. L’ex-président est simplement invité à commenter les… 80 ans de Jean-Paul Belmondo. Un acteur qu’il affectionne particulièrement.

Il faut rappeler qu’un point commun unit l’acteur et l’ex-président. Le premier a disparu des plateaux de tournage depuis 12 ans. Le second a disparu (ou presque…) de la vie politique depuis bientôt 12 mois. Et surtout, les deux se disent prêts à revenir… en cas de circonstances exceptionnelles.

Source

Il y a un an, Pierre Schoendoerffer…

Décédé en mars 2012, l’écrivain et réalisateur Pierre Schoendoerffer nous livre ses souvenirs dans un livre d’entretiens avec le grand reporter de Paris-Match Patrick Forestier.290409_obseques-de-pierre-schoendoerffer-le-19-mars-2012-a-paris

C’était un seigneur qui ne croyait pas vraiment en Dieu, mais qui avait parfois le sentiment de lui «parler». Pierre Schoendoerffer vivait avec le souvenir de ses compagnons d’armes, tous ces disparus dont il se sentait le débiteur. Il raconte qu’un soir de 1988, revenu à Dien Bien Phu dont il avait filmé l’agonie avant d’être fait prisonnier et de s’évader trois mois plus tard des camps du Vietminh, il les avait retrouvés : «J’ai senti autour de moi une armée morte, qui était non seulement mes camarades de combat, parmi lesquels il y avait des musulmans, des Marocains ou des Algériens, mais aussi tous ces jeunes Vietnamiens qui étaient morts. Je les sentais tous autour de moi. C’était très impressionnant. Ce n’était pas une angoisse, c’était une sorte d’inquiétude.»

L’offensive de Bruxelles contre le cinéma français : la menace se précise

Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen, chargé de la Culture, de la Francophonie et de la Liberté d’expression

Le conseil européen des ministres de l’Education, de la Culture et de la Jeunesse doit se pencher prochainement sur un projet de directive qui est appelé à réformer en profondeur le système des aides publiques accordées au cinéma français pour adapter son modèle aux règles du marché intérieur européen.

En diminuant autoritairement le montant autorisé des aides publiques allouées au budget des films, Bruxelles ne cache pas en effet sa volonté dogmatique de libéraliser l’origine des biens et services utilisés pendant le tournage des films. Ce projet porte ainsi en germe la menace durable d’une délocalisation des tournages des films français vers des pays européens où le coût de la main-d’œuvre demeure beaucoup plus faible, à l’exemple de la Roumanie ou de la Bulgarie. Avec à la clé, le risque de ruiner définitivement la filière du cinéma français menacée de perdre 30% de ses emplois et de son volume de production…

Plus que jamais aux côtés des professionnels du cinéma, aujourd’hui profondément inquiets, Marine Le Pen et le Rassemblement Bleu Marine dénoncent avec force l’entreprise délibérée de destruction de pans entiers de l’économie française qui est à l’œuvre à Bruxelles. L’heure n’est plus à rechercher d’illusoires solutions de compromis avec la technostructure européenne, comme le gouvernement socialiste s’y emploie encore aveuglement. Seule une volonté forte de tourner radicalement le dos aux dérives de la construction européenne actuelle permettra de sauvegarder l’exception culturelle française, en mettant l’efficacité éprouvée de son modèle à l’abri des  logiques ultralibérales qui la menacent aujourd’hui.

Exception culturelle : Bruxelles veut étrangler le cinéma français

Communiqué de Karim Ouchikh, conseiller de Marine Le Pen à la Culture et la Liberté d’expression

La France a bâti son exception culturelle en partie grâce à la vitalité de sa solide industrie cinématographique qui emploie plusieurs centaines de milliers d’emplois, en réalisant un chiffre d’affaires annuel de 1,4 milliard d’euros pour 220 films produits chaque année.

Au cœur de cette performance économique, un système de financement original : grâce à un dispositif fiscal qui implique l’ensemble des diffuseurs d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles, les exploitants de salles, les chaînes de télévisions mais aussi les fournisseurs d’accès à internet (Orange, SFR, Free, Bouygues Telecom) participent ainsi à l’effort culturel commun.

Arc-boutée sur sa politique libérale dogmatique, la Commission de Bruxelles réclame à présent la disparition de la contribution financière des opérateurs de télécommunications au risque de compromettre la pérennité des sources de financement de la filière du cinéma et de l’audiovisuel français.

Exprimant leur solidarité à l’égard des professionnels du cinéma, aujourd’hui mobilisés pour s’opposer légitimement à l’aveuglement idéologique des technocrates de Bruxelles, refusant toute régression du modèle culturel français, Marine Le Pen et le Rassemblement Bleu Marine invitent solennellement le ministère de la Culture et le gouvernement français à ne pas céder aux oukazes invraisemblables de la Commission européenne et à agir sans faillir pour préserver l’intégrité de la politique cinématographique et audiovisuelle de la France.