Restons Français - Nouvelle Calédonie 2014

Provinciales 2014 – « Restons Français » en Nouvelle-Calédonie !

Le 11 mai 2014 auront lieu les élections provinciales 2014 pour décider de l’avenir de la Nouvelle-Calédonie face à la pression des indépendantistes UMPS ! Le Front National sera bien présent avec la liste « Restons Français, le Sud fait Front ! » Ce scrutin se déroulera dans les trois provinces de Nouvelle-Calédonie : province Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Elections Europeennes 2014 - NationsPresse

Marine Le Pen lance la campagne : « Oui à la France, non à Bruxelles ! »

A Paris, à la Maison des Centraliens, Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National et du RBM, a lancé la campagne pour les élections européennes du 25 mai 2014. Elle était accompagnée des 8 candidats têtes de liste : Pour la région Nord-Ouest avec Marine Lire l'intégralité de l'article

Hors zone euro, la Grande Bretagne se redresse plus vite

Hors zone euro, la Grande-Bretagne se redresse plus vite que la France !

Revue de presse. Hors de la zone euro et parfaitement souveraine, la Grande-Bretagne se redresse après la crise financière. Grâce à la mise en place d’une politique monétaire très accommodante, le gouvernement favorise en priorité le retour de la croissance économique, l’emploi des Anglais, le développement et l’activité des entreprises, Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

A Laguiole, c’est un morceau de notre patrimoine national que brade le gouvernement !

Communiqué du Front National Au prétexte que la loi censée protéger les artisans titulaires d’une indication géographique protégée n’est pas encore appliquée, le gouvernement abandonne le village de Laguiole, fleuron de la coutellerie française, à une succession de décisions ubuesques. Après avoir été dépossédé de son nom par une première Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - France 3

Européennes / FN / BNP – Droit de réponse de Marine Le Pen au Figaro

Mise en cause dans un article titré « Rencontre avec Nigel Farage, le Britannique qui veut faire sauter l’Europe » publié en page X de votre édition du 15 avril 2014 et dans sa version numérique http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/04/14/31001-20140414ARTFIG00287-rencontre-avec-nigel-farage-le-britannique-qui-veut-faire-sauter-l-europe.php, je vous prie et au besoin … en vertu des dispositions prévues par l’article 13 Lire l'intégralité de l'article

Humiliation de la France su la scene europeenne - deficit public 2014

Objectif 3 % de déficits publics : Valls contredit Hollande !

Dans la revue de presse de ce matin diffusée sur la chaîne de l’économie, BFM Business, Laurent Mimouni relate le contorsionnisme adopté par le Premier ministre, Manuel Valls, pour essayer de s’en sortir vis-à-vis de l’Europe de Bruxelles : « Hier à Berlin raconte Le Figaro, Manuel Valls a été très clair, Lire l'intégralité de l'article

vacances - le budget des francais chute de 25 pourcent

Vacances : le budget des Français s’effondre de 25 % !

En plein marasme social dû à la politique d’austérité européenne mise en œuvre par le tandem socialiste Valls-Hollande, les Français sont obligés de réduire considérablement depuis plus de 3 ans leur budget alloué pour partir en vacances. Ils se serrent la ceinture et économisent. C’est Mondial Assistance, un assureur de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Europeennes 2014 - 25 mai 2014

Européennes 2014 – Marine Le Pen : « J’en appelle à la lucidité des Français ! »

Ce matin, Marine Le Pen, présidente du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Marine Le Pen a réagi en marge des élections européennes qui se dérouleront le 25 mai 2014 en France. « J’en appelle à la lucidité des Français !  Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Salut les terriens : Louis Aliot invité de Thierry Ardisson

Louis Aliot, vice-président du Front National chargé des manifestations et de la formation, est l’invité de Thierry Ardisson dans l’émission « Salut les terriens » sur Canal Plus. Salut les Terriens du 12/04/14 – Part. 2 Louis Aliot à partir de 7mn Partager la publication "Salut les terriens : Louis Aliot invité de Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Entreprises / PME

Pierre Moscovici (PS) KO face à Marine Le Pen (FN /RBM)

Duel Marine Le Pen - Pierre Moscovici

Marine Le Pen, présidente du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, était invitée à débattre face à Pierre Moscovici, ministre socialiste de l’Économie, dans l’émission « Mots croisés » animée par Yves Calvi sur France 2.

La dictature orthographique, une nécessité sociale

Par Xavier Mignot

Les fautes d’orthographe, en menaçant l’intercompréhension et donc le lien social lui-même, répandent le parfum d’une sédition pernicieuse.
Michel Sapin a présenté mercredi son projet de loi sur la formation professionnelle. Pour la financer, moins de cotisations pour les entreprises, plus de participation du Trésor public. Soit ! Le déficit en a connu d’autres… Mais financer quoi, au juste ? Parmi les formations les plus demandées : l’orthographe. Et plus particulièrement le site « Projet Voltaire » qui propose aux entreprises des remises à niveau pour la modique somme d’environ… 1.000 euros par salarié.
Ces chiffres laissent perplexe. Les difficultés qu’éprouvent à la fois les élèves et les employés avec la langue française sont réelles et, semble-t-il, grandissantes. Ne vaudrait-il pas mieux simplifier une bonne fois pour toutes cette orthographe inutilement compliquée qui est la nôtre ? Aujourd’hui plus que jamais, c’est l’enjeu financier qui renouvelle le débat.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Derrière la faillite de Mory Ducros

Marine Le Pen France 2Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La faillite de Mory Ducros et les multiples rebondissements liés à la continuité de son activité sont emblématiques des graves menaces qui pèsent sur notre économie et nos emplois.

Emblématique tout d’abord car il s’agit là du plus gros dépôt de bilan que la France ait connu depuis 2001.

Emblématique ensuite car il met à terre un leader français dans le secteur stratégique du transport.

Emblématique enfin car les causes de ce désastre tiennent dans l’application des mêmes politiques au gré des alternances UMPS depuis trente ans.

Et il faut tout le cynisme et le culot de ce gouvernement, et de son représentant Monsieur Montebourg, pour venir ce matin devant les médias se féliciter d’avoir « débloqué le conflit ».

En effet, à lui seul le dossier Mory Ducros est le plus sévère des réquisitoires que l’on puisse dresser contre les politiques économiques désastreuses, la folle Europe ultralibérale et le matraquage fiscal qui en découle, voulus et construits par les dirigeants français.

Et c’est bien l’avenir d’un pan entier de notre économie qui est en jeu aujourd’hui.

Car nos politiques pensent pouvoir s’exonérer de leurs responsabilités en mettant sur le dos de « la crise » les difficultés de Mory Ducros. Ce faisant, non seulement ils oublient qu’ils ont une part de responsabilité dans cette crise, mais ils occultent sciemment les autres raisons de cette faillite :

- Une fusion difficile qui n’a pas été suivie par Bercy et qui est aujourd’hui un échec.

- Un véritable matraquage fiscal qui n’est que l’autre nom de l’austérité (la France est championne européenne des prélèvements obligatoires sur les entreprises) qui assomme nos entreprises et viennent réduire leurs marges.

- Des lourdeurs administratives qui pénalisent la productivité.

L’étranger attire toujours autant les jeunes diplômés français

Jeunes diplomes, Lae chomage, c'est maintenantComme en 2013, plus d’un quart des jeunes diplômés en recherche d’emploi imaginent leur avenir professionnel hors de France aujourd’hui.

27 % des jeunes Français diplômés qui recherchent un emploi disent envisager leur avenir professionnel à l’étranger, selon une étude du cabinet Deloitte menée en janvier 2014 et que RTL révèle en exclusivité. Un chiffre constant par rapport à 2013, mais en hausse par rapport à 2012, où ils n’étaient que 13 % à imaginer quitter la France. Ce sont majoritairement des étudiants en doctorat ou de grandes écoles.

Les pays anglophones les attirent le plus. En tête, le Canada, suivi des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Australie. Presque la moitié de ces jeunes diplômés s’y voient y rester entre un et cinq ans, et près d’un tiers ne jamais revenir dans l’Hexagone.
Sont mis en cause, principalement, l’état du marché de l’emploi et l’environnement politique et social de la France. Ils sont 19 % à considérer que la France manque d’atouts.

La pression fiscale a rogné l’investissement et l’emploi

Sarkozy-Hollande-Ensemble-84-taxes-nouvelles-en-2-ans-cest-maintenantUne étude du cabinet de conseil KPMG se penche sur l’augmentation des taxes et ses effets sur la compétitivité des entreprises depuis dix ans.

Beaucoup s’interrogent ces derniers jours sur l’effet que pourrait avoir une baisse des charges sur le niveau général de l’emploi en France. Le cabinet KPMG (Klynveld, Peat, Marwick, Goerdeler) mandaté par deux associations patronales, Croissance Plus et l’Asmep-ETI, s’est, lui, penché sur la façon dont les entreprises, ces dix dernières années, ont fait face à la hausse des prélèvements obligatoires. Et à son impact sur l’emploi et la productivité. En partant d’un échantillon de 3.000 entreprises (dont seules celles qui ont survécu depuis 2003 ont été retenues), le cabinet de conseil a étudié la répartition de la valeur ajoutée entre les salariés (salaires et participation), l’État (prélèvements sociaux et fiscaux) et celle dédiée aux investissements et à la rémunération des actionnaires depuis dix ans. Globalement, la capacité à investir a chuté sur cette période, mais industrie et services n’ont pas été impactés de la même manière.

Lire la suite sur lesechos.fr

UMPS : Raffarin n’exclut pas de voter la confiance à Hollande

umps_2Dans une interview au Monde, l’ex-Premier ministre estime que François Hollande « fait le bon diagnostic » sur l’économie française.

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin affirme dans une interview au Monde que « le président fait enfin le bon diagnostic » concernant l’économie de la France. « La direction choisie par François Hollande correspond à nos convictions : alléger les charges, baisser les impôts et financer le tout par des économies », explique-t-il.

Conséquence : il « n’exclut pas » de voter la confiance au gouvernement sur le texte relatif au pacte de responsabilité, et se justifie : « Je suis sceptique sur la capacité de la majorité à assumer cette nouvelle ligne politique mais ce n’est pas à l’opposition de faire obstruction. »

Jean-Pierre Raffarin semble conscient de ne pas être majoritaire sur cette ligne au sein de l’UMP : « Le parti ne croit pas, dans sa majorité, à la capacité de changement du président mais chacun doit faire preuve de responsabilité et bien prendre conscience que ce pacte de responsabilité est notre dernière chance avant l’extrême crise ».

Source : bfmtv.com

McDonald’s soupçonné d’évasion fiscale

Dans son édition du mercredi 22 janvier, L’Express révèle que les services fiscaux ont mené une perquisition au siège de McDonald’s, à Guyancourt dans les Yvelines, le 15 octobre dernier. Une information confirmée par la firme américaine dans un communiqué.

D’après l’hebdomadaire français, les 314 restaurants McDonald’s franchisés en France versent leurs redevances à deux succursales du groupe, en Suisse et au Luxembourg. En clair, la célèbre chaîne de fast-food est soupçonnée d’avoir mis en place un montage financier pour transférer une partie de son chiffre d’affaires français, son deuxième marché le plus rentable, au Luxembourg et en Suisse, où l’impôt sur les bénéfices est plus faible.

Selon Bercy, plus de 2.2 milliards d’euros auraient ainsi quitté l’Hexagone sans être soumis à l’impôt. Le manque à gagner pour l’État « est susceptible de s’élever à plusieurs centaines de millions d’euros », souligne l’hebdomadaire dans son enquête.

Lire la suite sur rtl.fr

Pacte de responsabilité : « On ne décrète pas la création d’emplois par ordonnance », estime une chef d’entreprise

hollande titanicSelon l’économiste Eric Heyer et la chef d’entreprise Sandra Le Grand, le pacte de responsabilité de François Hollande ne permettra pas directement de doper l’emploi.

Eric Heyer, directeur adjoint du département analyses et prévisions de l’OFCE, était l’invité de RTL Midi, ce mardi 21 janvier. Selon lui, il est impossible de dire quel sera l’impact exact du pacte de responsabilité voulu par François Hollande sur l’emploi.

Lire la suite sur rtl.fr

Suspecté de racisme, Haribo retire des bonbons noirs de la vente !

Pour couper court à la polémique sur le caractère supposément raciste de certains de ses bonbons à la réglisse, Haribo a choisi de les retirer de la vente. Incroyable, mais vrai !

Clin d’œil aux Arts premiers ou représentations racistes, chacun se fera son idée sur les bonbons noirs Haribo contenus dans les sachets « Skipper Mix » vendus dans certains pays. Le fait est que sans attendre une quelconque décision de justice, vendredi, le géant allemand de la confiserie, taxé par certains de racisme en Scandinavie, a annoncé qu’il retirait l’objet du supposé délit des marchés suédois et danois.

Dans ces deux pays, des voix se sont en effet élevées pour dénoncer la commercialisation de ces bonbons en forme de masques ou de visages inspirés des arts primitifs africains, asiatiques ou amérindiens. Dans l’idée des créatifs de l’industriel agroalimentaire, il s’agissait d’évoquer les pérégrinations d’« un marin qui aurait fait le tour du monde » il y a bien longtemps, a expliqué Ola Dagliden, le patron de Haribo Suède. Du point de vue de leurs détracteurs, c’est juste une représentation postcolonialiste de plus !

« Ce n’est pas quelque chose que nous voyions de manière négative pour notre part », a assuré le responsable suédois de la marque, comme aurait pu le faire son homologue français quand, après moult tergiversations, les bonbons au réglisse dits « têtes de nègres » avaient été retirés de la vente en France l’an dernier.

Source : metronews.fr

Changement de cap : c’est maintenant que l’euro va nous plomber

L'Europe parle de Microsoft comme d'une  puissance monopolistiquePar Christophe Servan, sur bvoltaire.fr

François Hollande promet une baisse massive des charges des entreprises (30 milliards en plus des 20 milliards issus du crédit d’impôt compétitivité) afin de restaurer la compétitivité des entreprises françaises tombée à un plus bas historique et qui place la France au dernier rang de la zone euro. Contraint de réduire les déficits publics, il va devoir contrebalancer ce manque à gagner par des économies équivalentes sur les dépenses – dépenses de santé et des collectivités territoriales notamment. L’idée bien sûr est que, si les entreprises pouvaient retrouver un niveau de marge suffisant, elles pourraient investir et donc embaucher. Sur le papier, cela semble logique, sauf…
Sauf qu’une entreprise investit non seulement lorsqu’il existe une demande potentielle, mais aussi lorsqu’elle utilise déjà à plein ses moyens de production. Le risque est donc bien réel qu’au lieu d’embaucher, elles en profitent pour augmenter la rémunération de leurs dirigeants, comme en 2012 et en 2013 ou pour rembourser leurs emprunts, d’autant plus que la réduction des dépenses de l’État aura des effets négatifs sur le pouvoir d’achat.
Si la France avait eu encore le contrôle de sa monnaie, François Hollande aurait été bien avisé d’accompagner ces mesures par une dévaluation importante du franc. Cette dévaluation ajoutée à la baisse des charges aurait agi comme un véritable coup de fouet pour nos exportations sans trop pénaliser nos importations puisque celles-ci, du fait de la baisse du pouvoir d’achat, auraient été amenées à diminuer en volume. C’est précisément la politique menée par Shinzō Abe au Japon.
Nous savons, hélas ! qu’il n’en est rien. François Hollande va devoir faire avec une monnaie forte, incompatible avec la situation alarmante de notre balance des paiements. Sans même parler des difficultés pour imposer aux syndicats de la fonction publique une cure d’austérité qui s’annonce drastique : c’est maintenant que l’euro va nous plomber.

Commerce : plus de 63.000 faillites en 2013 en France

Hollande cigarettesHuit mille cinq cents commerçants ont déposé le bilan l’an passé, un chiffre supérieur à celui de 2009. Globalement, le nombre de faillites d’entreprise a augmenté l’an passé pour friser le niveau record de 2009.

Les faillites de FagorBrandt, Fralib, Mory Ducros ou encore Gad, mobilisent l’attention des médias et des pouvoirs publics. Mais les déboires de ces entreprises emblématiques sont loin d’être une exception. Avec 16.000 dépôts de bilan en plus au quatrième trimestre, l’année 2013 totalise 63.101 défaillances d’entreprise, une hausse de 3 % par rapport à 2012, selon le baromètre publié ce jeudi matin par la société Altares. L’année 2013 approche ainsi le niveau record de 2009, au plus fort de la crise, où 63.700 entreprises avaient mis la clé sous la porte.

Plus inquiétant encore, le nombre d’emplois détruits par ces faillites d’entreprises devrait dépasser le niveau de 2009 avec plus de 269.000 emplois directement menacés, souligne encore la société Altares.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Plan social à La Redoute : la conséquence de l’inaction du gouvernement

Front National flammeCommuniqué du Front National

L’annonce du plan social frappant les salariés de La Redoute, prévoyant la suppression de plus de 1 200 postes, soit la moitié des effectifs du groupe, est une nouvelle socialement terrifiante mais hélas attendue.

L’inaction du gouvernement sur ce dossier ne laissait en effet rien présager de bon. Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a tout simplement disparu des écrans sur ce sujet, révélateur de sa totale impuissance.

Sur le fond, les problèmes de La Redoute sont symptomatiques de cette absence de stratégie économique et industrielle de l’État, lequel aurait dû anticiper et accompagner la transition économique des entreprises du secteur de la vente à distance, fortement impactées par l’évolution rapide de la technologie et le développement du commerce en ligne.

Cette absence de stratégie globale au sommet de l’État explique nombre des difficultés de notre pays. Nous avons des ministres figurants, sans pouvoir, et donc sans capacité d’intervention réelle sur l’économie.

Le pouvoir se trouve aujourd’hui à Bruxelles, il est impératif de le récupérer.

Emploi : La Redoute va perdre la moitié de ses effectifs

po d'emploiLes repreneurs de La Redoute, Nathalie Balla et Éric Courteille viennent d’annoncer la suppression prévue de 1 178 postes dans le cadre de leur plan de reprise. Le nombre de départs contraints serait cependant inférieur aux 672 comptabilisés en 2008, lors du dernier plan social.

La Redoute va perdre la moitié de ses effectifs dans les quatre années qui viennent. C’est le calcul qui ressort de la présentation du projet de reprise par Nathalie Balla et Eric Courteille. Une véritable saignée, même si la direction de l’entreprise s’en défend. Car grâce aux départs volontaires et à des préretraites ouvertes aux salariés de 57 ans et plus, « les conséquences sociales du projet de cession devraient être significativement inférieures à celles du plan de 2008, qui s’était conclu par 672 départs contraints ».
C’était le total des postes détruits en 2008, lors d’un premier plan social massif. Mais 1 178 postes devraient être supprimés. La direction logistique passerait de près de 1 200 salariés à seulement 550 et le siège de 1 200 à 704.

Voir l’intégralité de l’article sur lavoixdunord.fr

Pour travailler à Lorient, il faut parler turc !

L'immigration nous coute 60 milliards d'€ par anUne annonce publiée récemment par Pôle emploi  risque de refroidir la majorité des candidats au poste de salarié du nouveau salon de coiffure Image-Hair, situé au 51, rue de Verdun à Lorient (Morbihan). En effet, la dirigeante de la société exige que le ou la postulante parle la langue turque.

Un critère à la fois surprenant, aux relents plutôt discriminatoires, la pratique de la coiffure en Bretagne n’étant à ce jour pas soumise à la pratique de la langue turque. Contactée par téléphone, la gérante du salon se justifie : « Ici dans ce quartier de Lorient, la majorité de ma clientèle est turque, je souhaite donc avoir une employée qui parle couramment cette langue, tout comme moi ».
Un petit survol des commerces du quartier permet d’ailleurs de constater une multiplication des commerces communautaires dans ce quartier de Lorient : on trouve ainsi, en face du salon de coiffure, au 50, rue de Verdun, le kebab « l’Ankara », ou encore au 13, rue de Verdun « Yasmine délices d’Orient », une boucherie halal, une autre au 75, rue Paul-Guieysse, ‎et « L’Istanbul Grill », rue Édouard-Beauvais. Côté rive gauche du Scorff, on retrouve également, l’AS Lorient Turcs, un club de football communautaire, ainsi qu’une mosquée, gérée par l’association culturelle turque du Pays de Lorient et située à Keryado.

Les travailleurs bulgares et roumains n’auront plus besoin de permis de travail

L'immigration nous coute 60 milliards d'€ par anA partir du 1er janvier 2014, sept ans après l’entrée de leurs deux pays dans l’Union européenne, les Bulgares et les Roumains pourront accéder librement aux marchés du travail des États membres de l’UE.

Huit pays imposent encore aujourd’hui des restrictions, dont la date limite d’application est le 31 décembre.
Les choses s’étaient déjà passées ainsi lorsqu’en 2004, huit pays d’Europe centrale et orientale (PECO) étaient entrés dans l’Union européenne. A l’exception de la Grande-Bretagne, les 14 autres États membres de l’UE 15 avaient jusqu’en 2011, limité l’accès de leurs marchés du travail pour les nouveaux arrivants.
C’est maintenant le tour des Bulgares et des Roumains de bénéficier de l’ouverture totale. Des métiers « en tension » leur étaient déjà ouverts, et la France en 2012 avait porté leur nombre à 291 mais pour tous les autres secteurs, les travailleurs migrants devaient avoir une autorisation de travail. Au 1er janvier, ils n’auront plus besoin de permis de travail, c’est là que réside l’ouverture des marchés du travail.