Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « La fracture ne fait que s’élargir entre la classe politique et le peuple »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée, ce matin, d’I-Télé et de RTL où elle a commenté les résultats du second tour des élections départementales qui ont confirmé l’ancrage local de la principale formation politique de l’opposition qu’elle dirige. Elle a notamment dénoncé le mode de scrutin inique Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Nous faisons 360.000 voix de plus qu’aux européennes ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était ce matin l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC. Elle a commenté les excellents scores du FN sur l’ensemble du territoire national à l’occasion du 1er tour des élections départementales ce dimanche. Elle a souligné que le « Front national est le Lire l'intégralité de l'article

Louis-Aliot-France Culture europeennes-2014

Louis Aliot : « Le parti socialiste est en échec grave »

Louis Aliot, vice-président du Front national et député français au Parlement européen, commentait hier soir les très bons résultats du premier tour des élections départementales. « Je constate que le PS est en échec grave et que Monsieur Valls devrait en tirer les conséquences, car il a mené une campagne absolument Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : «Si le PS prend une déculottée, il faut que Valls… valse !»

A une semaine du premier tour des élections départementales, la présidente du Front national accorde un entretien au Parisien Aujourd’hui en France. Dérapages de certains candidats, mesures appliquées en cas de victoire dans un département, négociations au 3e tour, les attaques du Premier ministre Valls, mais aussi les assistants parlementaires Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Tous politique

Marine Le Pen dénonce une «caricature grotesque» du Front national par François Hollande

La présidente du Front national Marine Le Pen répond au président socialiste de la République, François Hollande qui a estimé devant les lecteurs du Parisien – Aujourd’hui en France qu’il fallait «arracher les électeurs au FN». Marine Le Pen a visiblement très peu goûté les propos de François Hollande sur Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - europeennes 2014

Marine Le Pen : « Il faut couper les financements au fondamentalisme islamiste! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de Francis Letellier dans le « 12/13 Dimanche », le magazine politique de France 3. La question du jour portait sur la progression du FN en vue des élections départementales. L’actualité du moment a aussi été évoquée : la réaction du Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Géo-économie

Stratégie européenne pour l’alcool : les députés UMP refusent de défendre le patrimoine gastronomique français

Front National  Flamme FN

Communiqué de Mireille d’Ornano, Sylvie Goddyn, Joëlle Mélin, Jean-François Jalkh, députés français (Front national) au Parlement européen

Les députés français du Front national, Sylvie Goddyn, Mireille d’Ornano, Joëlle Mélin et Jean-François Jalkh ont déposé de nombreux amendements à la proposition de résolution du Parlement européen sur la stratégie européenne en matière d’alcool. Deux de ces amendements rappelaient que l’Union européenne doit tenir compte du patrimoine gastronomique, notamment français, classé au patrimoine immatériel de l’Unesco.

Alors que les députés patriotes avaient proposé des modifications valorisant le patrimoine français et sur lesquelles tous les représentants du peuple français au Parlement européen auraient dû être d’accord, les députés UMP ont voté contre ces amendements en commission Environnement ce mardi 31 mars 2015.

À l’évidence, et à l’image des coups bas politiques durant la dernière campagne des départementales, les partis du système sont enfermés dans un sectarisme idéologique et partisan qui dessert les Français. Leur refus de soutenir ces propositions du Front national reflète par ailleurs le mépris du parti de Nicolas Sarkozy pour les terroirs, les traditions et la culture française et rejettent les intérêts des Français. Le grand rêve européiste de la caste UMPS est donc clairement détaché de toute réalité locale et de la civilisation française qui fonde pourtant notre nation.

Le Front national s’est donc à nouveau engagé du côté des territoires, des artisans et des producteurs en voulant définir une limite claire à l’action de l’Union européenne en matière d’alcool. Si la prévention et la lutte contre les abus d’alcool qui mettent en danger le consommateur et son entourage sont nécessaires, il convient avant tout de traiter, à l’échelle des États, les causes de l’alcoolisme et des dérives de cette consommation, chez les jeunes notamment. Les députés Sylvie Goddyn, Mireille d’Ornano, Joëlle Mélin et Jean-François Jalkh ont proposé des amendements en ce sens.
Le Front national veille à ce que l’Union européenne soit freinée dans ses élans bureaucratiques et prohibitionnistes qui menacent nos libertés et nos traditions.

Un lobbyiste pro-Monsanto refuse de boire un herbicide qu’il juge « potable »

Monsanto2

Faites ce que je dis… Le médecin et lobbyiste Patrick Moore a, en une phrase, réduit à néant tous ses arguments pour défendre un herbicide.

Vous aimez le glyphosate ? Apparemment, Patrick Moore, médecin et lobbyiste pro-Monsanto, est prêt à défendre qu’il est « potable », mais pas à en boire lui-même. Sa réaction dans l’émission Spécial Investigation de Canal+ vaut tous les arguments du monde. Le Dr Moore défendait le tristement célèbre Roundup, l’un des herbicides les plus décriés qui soient, un « désherbant total », non sélectif, classé depuis peu dans la liste des « cancérogènes probables » par le Centre international de recherche sur le cancer.

Lire la suite sur lepoint.fr


Un pro-Monsanto défend un herbicide « potable… par LePoint

Port du Pirée : pour rester dans l’euro, Syriza se couche devant l’Union européenne

FN Marianne

Communiqué du Front national

La Grèce est un pays d’îles et de marins. Il n’est donc pas étonnant que le port du Pirée soit l’un des plus grands ports à conteneur de la Méditerranée.

Alexis Tsipras avait promis de ne pas vendre le port du Pirée, symbole de l’excellence grecque dans la marine marchande.

Mais c’était sans compter la pression insoutenable mise par l’Union européenne sur le gouvernement grec : le message est claire et simple, il n’y aura pas de prêts supplémentaires à la Grèce tant que le gouvernement n’aura pas accepté de continuer le plan d’austérité dramatique engagé en 2010. Du coup, le vice-premier ministre, Yannis Dragasakis a cédé et a annoncé à l’agence Chine Nouvelle que l’Etat grec cédera sa participation majoritaire dans le Port du Pirée dans les semaines à venir.

Il n’y a qu’un moyen de se sortir d’une telle pression et de ne pas renier les électeurs grecs : sortir de l’euro et arrêter ainsi la politique d’hyper austérité imposée par les institutions européennes à la Grèce !

En effet, si la Grèce restructurait sa monstrueuse dette publique de 180% du PIB tout en sortant de l’euro, elle retrouverait sa compétitivité et relancerait rapidement son économie. Elle n’aurait aucunement besoin de financements de l’Union européenne; son budget étant en excédent primaire, elle pourrait même sans trop de problèmes rembourser une dette publique ramenée à une dimension raisonnable.

Mais, Alexis Tsipras semble trouver qu’il est plus important de rester dans l’euro que de servir son pays. La Grèce risque fort de continuer à s’enfoncer dans les problèmes humanitaires et la vente de ses biens à l’étranger. Cela est profondément triste pour les Grecs et nous regrettons le manque de courage dont fait preuve aujourd’hui Alexis Tsipras.

Débattre du programme économique du FN : chiche, Monsieur Gattaz?

Marine-Le-Pen le vote utile c'est le Front National Rassemblement Bleu Marine

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

Le président du MEDEF a récemment attaqué le programme économique du Front national en des termes peu élogieux, prédisant qu’il mènerait à la catastrophe.

Monsieur Gattaz estime sans doute que les politiques qui ont abouti à la situation économique actuelle sont bien meilleures.

Surendettement public, chômage de masse, balance commerciale ultra déficitaire, inégalités croissantes, ascenseur social bloqué, rachats nombreux de nos entreprises par des capitaux étrangers, panne de l’investissement, etc. etc, tel est le triste bilan de ceux que le MEDEF considère apparemment comme seuls compétents.

Plutôt que de laisser prospérer les malentendus ou les raccourcis trompeurs, et dans une démarche de dialogue constructif avec le premier parti de France, Marine Le Pen invite le président du MEDEF à venir débattre avec elle du programme économique du Front national.

La caricature et l’outrance ne peuvent pas, dans une société démocratique, remplacer le seul exercice qui soit réellement républicain, à savoir la confrontation des idées et des projets.

Valls : le chômage attendra

valls de la haine

Le Premier ministre aime les lapalissades. Le chômage serait dû au déficit de la croissance. Et le déficit de la croissance, à qui incombe-t-il ?

Quelle drôle de manière… Manuel Valls est interrompu par quelques journalistes alors qu’il bat le pavé à Fresnes, dans le Val-de-Marne. Il est 18 heures ce mercredi. Et à cette heure-là, comme tous les derniers mercredis du mois, les chiffres du chômage tombent. Ils ne sont pas bons. Le nombre de chômeurs sans aucune activité (catégorie A) a progressé de 12 800 personnes, de quoi faire oublier la baisse surprise de 20 100 chômeurs survenue en janvier. Pis, au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5 262 500 fin février et à 5 561 000 en intégrant les Dom), soit une hausse de 0,6 % (+ 30 400) par rapport à janvier, et 6,5 % sur un an. Les journalistes veulent une réaction du Premier ministre. C’est la moindre des choses.

Il y a bien sûr cette fichue courbe qui ne s’inverse pas, il y a ces millions de Français – fatigués, voire désespérés – qui font la queue à Pôle emploi, et il y a aussi cette attente en coulisses des ténors socialistes, à l’affût d’un retournement de tendance qui ferait un superbe dernier argument de campagne électorale. Niet. Les mauvais chiffres sont là. À Fresnes, Manuel semble ailleurs, pour ainsi dire. À la presse qui l’interroge donc sur « ses » mauvais chiffres, il balance :

« Je suis en campagne. Je ne fais pas deux choses à la fois. Il faut vous y habituer. »

Lire la suite sur lepoint.fr

La tendance à l’aggravation du chômage se poursuit

fn flamme

Communiqué du Front National concernant la hausse du chômage en février

La hausse massive du chômage au mois de février (+12 800 en catégorie A, + 30 400 toutes catégories confondues) dissipe cruellement l’enfumage du gouvernement qui annonçait partout la reprise et le succès de sa prétendue politique économique.

Ces chiffres viennent donc rappeler que la soumission à Bruxelles ne paie pas. La politique d’austérité généralisée, décidée pour sauver l’euro, continue de déprimer l’économie et de détruire l’emploi.

Cette hausse continue du chômage est la conséquence logique des choix économiques désastreux du PS, dans la droite ligne de la politique déjà menée sous Nicolas Sarkozy.

La baisse dérisoire observée au mois de janvier dans la catégorie A n’était donc, comme nous l’annoncions, qu’une baisse atypique ; hélas, la tendance à l’aggravation du chômage se poursuit.

Les chiffres publiés par Pole emploi marquent même une réalité plus inquiétante encore : parmi les motifs de sortie du chômage (catégories A+B+C), les « reprises d’emploi déclarées » chutent en effet de 8,8% en 1 mois pour s’établir à 82.600, contre 90.000 à 100.000 par mois en moyenne depuis 4 ans.

Au lieu de stigmatiser les électeurs patriotes, Manuel Valls ferait mieux de stigmatiser le chômage, véritable fléau de notre République normalement sociale.

Vinci accusé de travail forcé sur les chantiers du Mondial du Qatar

qatar-2022

L’association Sherpa dénonce les conditions de travail imposées aux ouvriers migrants employés par Vinci au Qatar, dans le cadre des contrats colossaux décrochés pour les chantiers lancés pour accueillir la Coupe du monde 2022 de football. Une plainte pour « travail forcé » a été déposée ce lundi.

La future Coupe du monde de football au Qatar, qui ne doit avoir lieu qu’en 2022, n’a de cesse de faire polémique. Et pour la première fois, une grande entreprise française se trouve directement concernée : dénonçant du « travail forcé » et de « l’exploitation » pour ses très nombreux travailleurs migrants, l’association de juristes et d’avocats « Sherpa » attaque en justice le géant du BTP Vinci. Un groupe très implanté au Qatar, après avoir décroché sept contrats pour une valeur totale de plus de 5,4 milliards d’euros sur les chantiers pharaoniques entrepris par l’émirat en vue de réceptionner le plus grand rendez-vous sportif de la planète.

Lire la suite sur BFM-TV

Les fourberies de Sarkozy sur la crise du RSI

Mise en page 1

Communiqué de Bernard Monot, député français au Parlement européen, stratégiste économique du Front national

Le RSI est le régime social des travailleurs indépendants, des TPE, commerçants et artisans. La profonde crise qu’il traverse aujourd’hui marque l’échec du Président Nicolas Sarkozy. En 2008, pour fanfaronner politiquement, c’est lui qui fait réaliser dans la précipitation une réforme d’envergure de la protection sociale de ces professions, pour soi-disant soutenir et récompenser la « France qui se lève tôt ».
En 2015, on en mesure les dégâts: plus de 20 % de gabegies administratives, interruptions des prestations, dysfonctionnements permanents dans les appels de cotisations, poursuites judiciaires abusives des affiliés, etc!
Sous prétexte d’un choc de simplification, les indépendants ne se sont jamais sentis autant démunis face à un système incapable de prendre en compte les réalités du terrain. Le désespoir est tel chez les petits patrons que, en octobre 2013, sept députés UMP ont demandé l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire.
Mais Nicolas Sarkozy, qui n’en est plus à un boniment près pour faire oublier son bilan désastreux, affirme éhontément aujourd’hui: « en cas d’alternance, je demanderai que soit remis à plat le système du RSI qui a été construit en dépit du bon sens », « je veux dire aux professionnels indépendants: il faudra revoir de fond en comble le RSI».

Comment, avec ce cynisme politique, un électeur peut-il encore voter pour ce pyromane-pompier ? Les petits patrons apprécieront et sauront faire leur choix politique en faveur de ceux qui ne leur ont jamais mentis, le FN/RBM, lors des élections départementales du 22 et 29 mars.

Pour sortir de cette crise et restaurer la sérénité des patrons indépendants, le FN/RBM propose à court terme la suspension de l’exécution provisoire tant que les recours des affiliés ne sont pas épuisés et une commission indépendante d’experts-comptables pour servir de médiateur.

A plus long terme, le système de protection sociale des indépendants devra être reconfiguré dans un cadre libre mais aussi sécurisé par les pouvoirs publics, garants de l’équilibre financier et du contrôle des risques.

Le bio, nouvelle victime de la politique d’austérité gouvernementale

Logo Rassemblement Bleu Marine - Front National - FN - RBM 2013

Communiqué de Philippe Murer et Eric Richermoz (Collectif Nouvelle Ecologie)

Le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll a annoncé par arrêté la réduction de 25% des aides au maintien aux producteurs bio.
Comme beaucoup de politiques publiques, le programme « Ambition bio » est donc sacrifié sur l’autel de l’austérité : lancé en 2013, son objectif était de doubler les surfaces agricoles cultivées selon les méthodes de l’agriculture biologique pour atteindre 2 millions d’hectares en 2017.
Les aides au maintien sont ainsi considérées comme moins justifiées ou moins prioritaires que d’autres aides. Ces aides sont pourtant une juste rétribution des services environnementaux et sanitaires rendus par les producteurs bios à la société dans son ensemble : produits alimentaires sains sans résidu de pesticides, protection des sols, de l’air et des eaux, de la biodiversité, création d’emplois.
Par ailleurs, pour favoriser le développement de l’agriculture biologique, il serait intéressant et d’un coût financier nul pour l’Etat de mettre en place un label « Bio -» qui permette de valoriser la production d’un paysan Bio pendant les 2 ou 3 ans de la conversion à l’agriculture biologique. Cette période est difficile pour les agriculteurs et les éleveurs car ils travaillent avec les contraintes du label bio sans avoir l’avantage de prix de vente plus élevés. Le consommateur ne doit pas être floué : l’Etat doit être garant du fait que ce « – » apparaisse très clairement sur les étiquettes des produits « Bio –» afin qu’acheter ce type de produit soit bien un libre choix du consommateur.
Enfin, il est indispensable de rétablir immédiatement le montant de ces aides au maintien et de mettre en place une politique agricole française (PAF) qui protège nos paysans de la concurrence déloyale et permette de mener une politique agricole plus respectueuse de l’environnement.
pour atteindre 2 millions d’hectares en 2017.

Florian Philippot (FN) démolit le laquais mondialiste Emmanuel Macron (UMPS)

FN 22 29 mars 2015

Le ministre français de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, était l’invité de l’émission Des paroles et des actes sur France 2 le 12 mars 2015, où il a notamment affronté Florian Philippot, député français au Parlement européen et vice-président du Front national. Le représentant du camp national a poussé dans ses retranchements l’homme des lobbies mondialistes et des banques au service des intérêts ultralibéraux et apatrides. Un Emmanuel Macron bien nerveux ces derniers temps, comme l’ensemble des membres du gouvernement…

« Monsieur Macron, la vie ne s’apprend pas dans les cours chez Rothschild ou dans les cours de bourse ! »

 

Submersion migratoire de l’Europe : voie royale du terrorisme de demain

NiDroiteNiGauche_BAT

Communiqué du Front national

Les chiffres de l’agence Frontex chargée de la surveillance des frontières extérieures de l’Union européenne sont catastrophiques. En un an, les arrivées d’immigrants illégaux en provenance d’Afrique, du Moyen-Orient et des Balkans ont quasiment triplé, passant à 274 000 entrées en 2014. Sur les deux premiers mois de 2015, la hausse est d’ores et déjà de 250% ! Encore il ne s’agit là que d’estimations, puisque par définition l’immigration illégale se cache.

Devant de tels chiffres, qualifier l’Europe de « passoire » est un euphémisme ; les flux entrent mais ne ressortent pas.

Un phénomène de saturation risque bientôt de se produire avec des conséquences civiles incalculables. Déjà, dans les zones de concentration de ces migrants illégaux, les conflits avec les populations locales se multiplient et tournent régulièrement à la violence. C’est le cas en Italie, en Espagne, ainsi qu’en France où la tension, notamment à Calais, est de plus en plus forte.

La submersion migratoire du continent se ressent plus particulièrement en France, pays cumulant la double pénalité d’être à la fois attractif par les droits étendus qu’il accorde aux étrangers illégaux (AME, aides à la prise en charge générale : nourriture, logement, éducation) et laxiste par la politique de ses dirigeants UMPS.

L’échec de Frontex justifie donc plus que jamais un retour aux frontières nationales, seul moyen pour lutter efficacement contre l’immigration, de quelque nature qu’elle soit.

En outre, cette immigration clandestine massive accroît considérablement le risque terroriste. La saturation de nos systèmes de contrôle et de surveillance permet à un nombre impressionnant de djihadistes ou d’aspirants djihadistes, nationaux ou étrangers, de passer les frontières extérieures de l’Union européenne, dans un sens comme dans un autre.

Notre sécurité nationale est donc doublement mise en danger par les carences de l’Union européenne.

La France doit reprendre les rênes de sa politique migratoire, et retrouver pour cela sa souveraineté territoriale. Il faut systématiquement renvoyer chez eux les immigrés illégaux ne répondant pas au droit d’asile, comme l’Australie l’a fait avec succès ces dernières années, en refusant, par exemple, l’arrivée des bateaux clandestins sur son territoire.

Rapport sur les concessions autoroutières : la mascarade

FN_flamme_marine

Communiqué de Marie-Christine Arnautu et de Bernard Monot, députés français au Parlement européen

Le groupe parlementaire Assemblée nationale – Sénat qui se penchait sur la réforme des concessions autoroutières a rendu ses conclusions: plus question de gel des tarifs de péage, et prolongation des concessions, sans appel à la concurrence.

En clair, alors qu’il était question de moraliser le secteur et que 152 députés avaient appelé à la renationalisation, la montagne a accouché d’une souris.

L’atmosphère tourne même à la mascarade, puisque le président du groupe, le socialiste Jean-Paul Chanteguet, a quitté sa fonction pour protester contre les conditions dans lesquels le rapport a été court-circuité par les hauts fonctionnaires et le lobby autoroutier.

Privatisées sous le gouvernement Villepin, les sociétés concessionnaires d’autoroutes ont engrangé depuis des profits équivalents aux recettes de la privatisation, près de 20 milliards d’euros, soit un rendement sur capitaux propres imbattable, pouvant dépasser 20%.

La Cour des comptes comme l’autorité de la Concurrence ont dénoncé, en vain, cette rente dans deux rapports, en 2013 et 2014.

Une fois de plus, la proximité du gouvernement avec les forces de l’argent est évidente. Les usagers continueront donc de payer trop cher pour entretenir les profits de sociétés, dont les principales sont les filiales des géants français du BTP, Vinci et Eiffage.

Plus que jamais, il est nécessaire de rendre aux élus leurs prérogatives contre les élites administratives lorsqu’il s’agit de choix politiques. Plus que jamais, il faut rompre le lien entre l’argent roi et la décision publique. Deux impératifs que seul le Front national s’engage à respecter.

Cartel du yaourt : 11 fabricants, dont Senoble, sont condamnés à des amendes de 192,7 millions d’euros

yaourt

Le groupe familial Senoble, qui est basé dans L’Yonne, fait partie des onze fabricants de produits laitiers frais qui ont été condamnés à des amendes d’un montant total de 192,7 millions d’euros pour une entente sur les prix et les appels d’offres sur les marques distributeurs.

La nouvelle a été annoncée par l’autorité de la concurrence jeudi 12 mars 2015. L’amende la plus importante a été attribuée à Lactalis Nestlé avec 56,1 millions d’euros. Yoplait a lui été exempté d’amende pour avoir le premier dénoncé le cartel dans le cadre de la procédure de clémence.

Le cartel a duré entre 2006 et 2012. Il portait principalement sur un accord visant à définir en commun les prix lors des appels d’offres lancés par des enseignes de distribution pour la production de leurs propres marques. Cette technique permettait aux sociétés en question de se partager le marché.

Lire la suite sur francetvinfo.fr

France : 74.400 emplois détruits en 2014

Apres-Ayrault-le-gouvernement-Valls-bientot-au-chomage-lui-le-changement-cest-tout-le-temps-mai-2014

Les chiffres définitifs publiés ce mercredi par l’INSEE sont moins bons que ceux annoncés dans une première estimation. L’emploi marchand est resté quasi stable en fin d’année, grâce à l’intérim.

L’INSEE souffle une nouvelle fois le froid et le chaud sur la situation de l’emploi en France. Publiés ce mercredi les résultats définitifs sur l’emploi salarié s’avèrent en effet moins bons que ceux avancés dans une première estimation. Désormais en effet, l’INSEE estime que la France a détruit 74.400 emplois sur l’ensemble de l’année. Soit nettement plus que les 66.700 annoncés à la mi-février.

Lire la suite sur lesechos.fr

Marine Le Pen soutient la libre entreprise

Marine-Le-Pen le vote utile c'est le Front National Rassemblement Bleu Marine

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

Les indépendants, commerçants et artisans, TPE/PME descendent aujourd’hui dans la rue. Le 15 mars, ce sera le tour des professions libérales de santé. L’exaspération est la même que celle des notaires ou les taxis, car tous voient leur outil de travail en grave danger. Tout se passe comme si le système se nouait autour d’eux pour littéralement « étouffer » leur activité.

Pourtant le plus grand employeur de France possède tous le atouts : les connaissances, le savoir- faire, l’énergie, l’espoir, l’amour du travail bien fait et des heures sans compter. Il est fondamentalement un des plus sûrs garants de l’économie nationale et du maillage territorial.

Mais voilà, la libre entreprise à la française ne plait pas à Bruxelles : l’EU lui impose des dispositifs qui alourdit extraordinairement la bureaucratie, induit des taxes et des impôts insupportables, des règles ineptes et mortifères. Après l’accumulation de la réforme de la taxe professionnelle, de la loi sur les dividendes, de la loi Macron… nos TPE/PME et les indépendants sont genoux à terre. La crise du RSI vient porter le coup de grâce.

Depuis des décennies, le Front national se bat en France comme à l’Europe pour la reconnaissance et l’essor de nos entreprises à taille humaine, en combattant la fiscalité aveugle et contre productive, les réglementations ineptes et un système social inadapté à la réalité de l’entreprise.

Aujourd’hui, Marine Le Pen soutient très fermement les indépendants dans leur demande d’un allégement de la fiscalité et de la bureaucratie et d’une remise à plat de leur système de protection sociale.

Demain, aux affaires, elle se donnera à notre pays tous les moyens pour sauver la libre entreprise.