Louis Aliot FN - Le Grand Journal Canal Plus 14 octobre 2013

Louis Aliot : « Zemmour a toute ma sympathie face à la meute ! »

Dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera, Eric Zemmour a tenu, fin novembre, des propos sur les musulmans qui ont fait une nouvelle fois polémique. Scandale dans le scandale, le terme « déportation » retranscrit dans l’article mais non employé par l’essayiste, cristallise aujourd’hui les critiques. Les réactions du socialiste Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen, personnalité politique de 2014 pour les Français

La présidente du Front national est la personnalité qui a le plus marqué l’année politique 2014, selon notre sondage OpinionWay. Marine Le Pen remporte également la palme de la meilleure opposante à François Hollande. Marine Le Pen termine l’année sur une énième bonne nouvelle. Après sa série de succès électoraux Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - europeennes 2014

Marine Le Pen : « Il faut sortir de l’OTAN ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Il a été question de la triche de Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle, de l’affaire Bygmalion, du financement des partis politiques, du mode de scrutin antidémocratique, de l’OTAN (et des pays Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot :  » Le parti socialiste est à côté de la plaque, ils sont dans le déni de réalité »

Louis Aliot, vice-président du Front national, est l’Invité matin de RFI. Il commente au micro de Frédéric Rivière, l’actualité politique nationale marquée entre autres, par le meeting le mercredi 27 novembre, du parti socialiste contre la montée du racisme en France. «Les actes de racisme en France c’est 0,04% de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen sur NC 1ere 15032013

Marine Le Pen sur euronews : « Je prépare le grand basculement démocratique qui interviendra à la prochaine élection présidentielle »

Elle est présidente du Front National depuis 2011 et vient d’être réélue triomphalement avec 100% des suffrages exprimés lors du dernier congrès du FN à Lyon. Le Front National a obtenu le plus de sièges en France lors des dernières élections européennes et plus que jamais, 2017, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen 12-13 Dimanche - NationsPresse

Marine Le Pen : « Nous nous battons pour gagner ! »

En direct de Lyon et à l’issue du discours de clôture du XVe Congrès du Front National, la présidente Marine Le Pen était l’invitée du 20H de France 2 présenté par Laurent Delahousse. Elle a notamment commenté le « bilan très lourd et très mauvais » de Nicolas Sarkozy et de François Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Géo-économie

Crise du rouble : cinq raisons de ne pas vendre la peau de l’ours russe

Poutine ours russie

Effondrement de la monnaie nationale, mise au ban diplomatique, fuite de capitaux… La Russie est dans une situation qui semble critique. Mais Moscou possède encore des moyens de redresser la barre. Source : francetvinfo.fr. Par Christophe Rauzy

En russe, le mot panique s’écrit “паника”, prononcé “panika”. Un terme que ni le Kremlin, ni les journaux officiels russes n’ont encore utilisé pour commenter l’effondrement du rouble, qui fait craindre au pays une récession. Car si les causes sont identifiées (chute du prix du pétrole, attaques spéculatives et sanctions économiques), les conséquences, elles, sont plus incertaines.

Alors que de nombreux observateurs estiment que l’avenir de la Russie dépendra de décisions politiques, Vladimir Poutine doit tenir une conférence de presse très attendue, jeudi 18 décembre, devant des centaines de journalistes. Lors de cette intervention, le président russe devrait tenter de rassurer l’opinion publique.

Francetv info liste cinq raisons qui démontrent que le pays n’est pas encore au bord de l’abîme.

La Russie a les ressources nécessaires pour faire face

Après un “lundi noir” et un “mardi de la peur”, la Bourse de Moscou a connu un mercredi 17 décembre plus positif. En effet, quelques heures après avoir connu son plus bas historique – 100 roubles pour 1 euro et 80 roubles pour 1 dollar – la monnaie russe a repris des couleurs à 81 roubles pour 1 euro et 65 roubles pour 1 dollar.

Un regain de forme directement lié à l’annonce par le gouvernement russe de la vente de devises étrangères. “Le pays dispose des ressources monétaires nécessaires pour atteindre ses objectifs économiques”, a assuré dans la foulée le Premier ministre Dmitri Medvedev, en direct à la télévision, après une réunion d’urgence avec ses ministres.

Si les marchés ont réagi positivement, c’est parce qu’ils savent que Moscou possède une réserve suffisante pour soutenir son économie face à la dépréciation du rouble : les 420 milliards de dollars, en monnaies étrangères et en or, que contiennent les coffres de la Banque centrale russe, pourraient sans problème couvrir les 120 milliards de dollars de dettes que les entreprises russes doivent à leurs créanciers internationaux. La Russie, l’un des pays les moins endettés au monde, ne pourra donc pas se retrouver en défaut de paiement, du moins pas à court terme.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Le scandaleux bonus de Patrick Kron pour la vente d’Alstom ne doit pas être versé

Front National  Flamme FN

Communiqué du Front National

Patrick Kron devrait toucher 150.000 actions si le démantèlement d’Alstom par General Electric va jusqu’au bout. Le PDG de l’entreprise française a lancé les négociations de vente d’Alstom sans en informer l’Etat français alors même qu’Alstom est une entreprise stratégique qui s’est développée grâce à la commande publique. Le gouvernement a fait semblant d’agir mais a finalement abandonné notre fleuron dans les centrales électriques à l’américain General Electric. Cette entreprise est pourtant cruciale pour l’indépendance nationale et l’indépendance énergétique de la France. Il était tout à fait possible d’utiliser la Caisse des Dépôts, bras financier de l’Etat français, pour qu’Alstom énergie et Alstom transport restent toutes deux des entreprises françaises.
Patrick Kron ne doit pas toucher cette prime pour cet acte contraire aux intérêts du pays qui l’a vu naître et l’a porté au plus haut niveau. Nous demandons à l’Etat français de faire pression et d’utiliser tous les moyens pour qu’il y renonce.
Cette tragédie industrielle montre à quel point le pouvoir socialiste est en déliquescence et vend la France à la découpe. Le retour d’un Etat stratège est essentiel pour que sa France cesse de couler et amorce enfin son redressement.

Trou de 11 milliards en 2018 : les déficits des régimes de retraite se résorberont quand le nombre d’emplois augmentera

Front National flamme

Communiqué du Front National

Le Figaro a obtenu deux jours avant sa sortie un rapport de la Cour des Comptes annonçant un trou de 11 Milliards d’euros des régimes de retraite, malgré la hausse de la durée de cotisation. Dans la logique statique et simpliste de l’UMPS, cela signifie donc qu’il faudra une fois encore reporter l’âge de départ à la retraite, faire cotiser un peu plus patrons ou salariés, baisser le niveau des retraites.

Cependant, ces mesures douloureuses pourraient être évitées. L’équilibre d’un système de retraite nécessite d’avoir un nombre de cotisants suffisants pour payer les retraites des plus âgés. Or, le nombre de personne en emplois et donc le nombre de cotisants est aujourd’hui le même qu’en 2008, six ans plus tôt. Les « baby-boomers » partant en retraite et l’espérance de vie s’allongeant, le système de retraite se déséquilibre chaque année d’avantage.

Notre système de retraite pourra s’équilibrer quand le modèle économique permettra de créer de nouveau de l’emploi (et donc des cotisations sociales) pour les 6 millions de chômeurs ou quasi chômeurs inscrits à Pole Emploi.

En cela, la solution d’attendre depuis 2008 que la croissance revienne comme par miracle n’a aucun sens. Il est nécessaire d’être courageux et de retrouver nos moyens de relance de l’économie que sont la monnaie nationale, un Etat stratège, un patriotisme économique et un protectionnisme intelligent. Sans cela, l’âge de départ à la retraite ne cessera d’être augmenté et les retraites seront sans cesse rognées.

Fusion Lafarge/Holcim : le silence coupable du gouvernement français

FN-1er-parti

Communiqué du Front National

Après Alstom passé sous contrôle américain, c’est un autre grand fleuron industriel que notre pays est en passe de perdre, et ce dans l’indifférence totale du gouvernement français.

Dans cette fusion présentée par la presse comme « d’égal à égal », Lafarge fait en réalité l’objet d’une OPE du groupe suisse Holcim, dont la conséquence inévitable sera la fin de l’indépendance du groupe français et le redécoupage dangereux de ses activités.

En effet, la Commission européenne a conditionné son accord à la cession d’un nombre important d’actifs des deux groupes à travers toute l’Europe, et particulièrement en France où près de 200 sites sont concernés. Les menaces sur l’emploi sont donc réelles, surtout lorsque l’on sait que ces cessions sont souvent l’occasion de « dégraissages » importants voire de fermetures programmées. Au reste, comme pour bien marquer la fin de la domination française, c’est un patron allemand qui sera à la tête de la nouvelle entité.

Il est en outre piquant de constater que c’est un groupe hors Union européenne qui se retrouve une fois de plus en position de prédateur, signe de la faiblesse de notre espace économique.

Après le drame d’Arcelor et les déchirements consécutifs à la perte d’Alstom, le Front National exige une intervention de l’Etat pour bloquer cette fusion-absorption d’un des plus grands groupes industriels français, dont les activités représentent des centaines de milliers d’emplois.

Plus que jamais s’impose la nécessité d’un Etat-stratège, seul à même d’assurer l’indépendance des acteurs industriels français œuvrant dans les secteurs les plus stratégiques de l’économie.

Spéculations sur le rouble

Russie

Par Jacques Sapir, économiste

Le rouble a été durement attaqué hier, lundi, et a connu une nouvelle baisse importante. En réaction, la Banque centrale de Russie a monté son taux directeur de 10,5% par an à 17%. Cette réaction, dont on peut comprendre la logique, risque d’être insuffisante. Compte tenu de la nature des attaques spéculatives dont le rouble est l’objet, seul des mesures de contrôle des capitaux sont en mesure de ramener le calme sur le marché des changes.

Lire la suite sur RussEurope

Salaires des ouvriers STX : + 3 % maintenant !

RBM

Communiqué du Rassemblement Bleu Marine (RBM) de Saint-Nazaire

Les Chantiers STX de Saint-Nazaire sont actuellement en négociation salariale. Les ouvriers exigent des hausses de salaires. Nous comprenons et soutenons cette légitime revendication.

Au terme d’une réunion avec les syndicats, la direction de STX a proposé le 10 décembre dernier aux salariés une hausse des salaires de 0,3 % pour les ouvriers, et 1,1 % pour les cadres.

Les élus Saint-Nazaire Bleu Marine ne peuvent que déplorer cette décision insuffisante de la direction de STX. Les salariés créent de vraies richesses et déploient des compétences dont une ville industrielle comme Saint-Nazaire a le plus grand besoin. Ces compétences sont d’ailleurs d’autant plus reconnues que les Chantiers obtiennent de très stratégiques commandes, à l’instar des deux nouveaux paquebots commandés par l’armateur américain Royal Caribbean Cruises, Ltd. (RCCL), la semaine dernière.

En conséquence, les compétences des ouvriers des Chantiers nazairiens doivent avoir leur juste traduction sur le bulletin de paie. La direction de STX augmente ses ouvriers de 0,3 % ? C’est, à notre sens, quelque chose de provoquant. C’est au moins + 3 % qu’il fallait proposer, compte tenu du retard accumulé ces dernières années en termes d’augmentation générale des salaires aux Chantiers. Proposer + 3 %, ce n’est d’ailleurs pas glisser dans la démagogie syndicale de la CGT (+ 7 % !…) peut-être destinés à faire oublier ses renoncements passés.

Nous encourageons donc la direction de STX à revoir sa décision.

De AA+ en AA : l’agence Fitch abaisse la note de la France

Hollande fait la moue

Les dérapages budgétaires ont coûté à la France une dégradation de sa note d’appréciation de l’économie par l’agence Fitch Ratings, vendredi 12 décembre.

De « AA+ » la France est passée à la note « AA », assortie d’une perspective stable. Fitch a également qualifié de « faibles » les perspectives économiques du pays et affirmé que celles-ci pesaient sur la consolidation des finances publiques et la stabilisation du ratio de la dette. « L’économie française devrait croître moins que la moyenne des pays de la zone euro pour la première fois en quatre ans », a souligné Fitch.

Fitch table sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) français de 0,4 % en 2014 et de 0,8 % en 2015, année où « la dépréciation de l’euro et les prix du pétrole plus bas soutiendront quelque peu la croissance ».

Lire la suite sur lemonde.fr

La sombre spirale de l’appauvrissement en matière de logement

mc_arnautu_europeennes_2014

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, député français au Parlement européen, vice-présidente du Front National

Rien de bien surprenant, malheureusement, dans cette étude publiée aujourd’hui par la Banque de France : les dossiers de surendettement s’accumulent. En 2013, 223 012 dossiers ont été déposés auprès des commissions de surendettement dont près de 90% ont été jugés recevables. L’étude montre une hausse significative de la part des dossiers comportant un endettement immobilier, que ce soit en lien avec l’acquisition d’un bien ou avec la réalisation de travaux (10,8 % en 2013 contre 9,8 % en 2012 et 8,7 % en 2011). En effet, la part du logement dans le budget des ménages, notamment les plus modestes n’a eu de cesse d’augmenter

Les personnes seules, 64,6% sont les plus touchées, qu’elles soient célibataires, veuves ou divorcées et nos compatriotes sont de plus en plus nombreux à craindre d’être concernés un jour par la précarité du logement.

Déclassement social, difficulté d’accéder à la propriété sont le lot autant des classes moyennes que des classes populaires.

Le Front National a pour objectif prioritaire de redonner à tous les Français la dignité d’avoir un logement décent et de pouvoir se constituer un patrimoine personnel. Pour cela, nous devons établir une règle de priorité nationale en terme d’attribution des logements sociaux car le poids et l’explosion de l’immigration impactent très durement ce secteur. Nous améliorerons également les conditions de rachat par les locataires de leur logement social après 10 années d’occupation du logement.

Marine Le Pen l’a rappelé : une politique active du logement est compatible avec une économie de marché. Nous créerons donc les conditions d’un marché à la fois économiquement efficace et socialement juste. Le fonctionnement du marché de l’immobilier est entravé par une fiscalité dissuasive, une réglementation étouffante, des intervenants et intermédiaires innombrables et des pratiques locales inadmissibles favorisées par la décentralisation. Il en résulte un véritable paradoxe : l’État ne cesse de vouloir augmenter le parc public de logements publics au nom des carences du secteur privé, lui-même pénalisé par les pouvoirs publics.

Enfin, les pratiques bancaires abusives étant une des premières causes de surendettement, le Front National propose que les taux des crédits à la consommation et immobiliers contractés par des particuliers, fassent l’objet d’un encadrement législatif et réglementaire avec, notamment une révision de la procédure de fixation du taux d’usure.

L’aéroport de Toulouse doit impérativement rester public et français

Marine patriotes2Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

La privatisation partielle de l’aéroport de Toulouse et le choix fait par l’Etat de céder 49,9% de ses parts à un consortium chinois constituent une faute de premier plan contre les intérêts de la France. Faute encore plus choquante quand on sait que le gouvernement a privilégié le Chinois aux candidats français.
Très clairement sur ce dossier, le gouvernement joue contre la France.

Brader des actifs aussi stratégiques que cet aéroport à des investisseurs étrangers est l’inverse d’une politique de développement économique de long terme et d’indépendance nationale. C’est d’autant plus vrai à Toulouse, où la présence du siège d’Airbus oblige à une vigilance encore plus grande vis-à-vis de tout investissement étranger dans ce secteur d’activité.

Non seulement l’Etat ne doit pas privatiser l’aéroport de Toulouse, mais il doit cesser l’indécente braderie de notre patrimoine national, conséquence logique d’une politique d’austérité idiote, sans but ni efficacité.

Aéroport de Toulouse-Blagnac : Macron a choisi de céder aux Chinois

Deng Xiao hollandeLe consortium formé par trois investisseurs chinois et le groupe canadien SNC-Lavalin a été retenu par l’État pour le rachat de 49,99% de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Une offre française avait été déposée.

C’est finalement l’outsider qui remporte la partie! L’État vient en effet de choisir le consortium formé par trois investisseurs chinois et le groupe canadien SNC-Lavalin pour attribuer le rachat de près de la moitié du capital de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. «Il ne s’agit pas d’une privatisation mais bien d’une ouverture de capital dans laquelle les collectivités locales et l’État restent majoritaires avec 50,01% du capital», a insisté le ministre de l’Économie Emmanuel Macron dans une interview au quotidien régional, La Dépêche du Midi.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Macron : encore un ministre de niveau cour d’école

flamme-FNCommuniqué du Front National

En qualifiant dans un journal suédois le Front National de « menteur », Emmanuel Macron montre le niveau de son argumentation désormais réduite à l’état d’insulte de cour d’école.

Il faut dire que cet ami de la grande finance, ex-banquier d’affaires, aujourd’hui ministre de l’Économie en échec permanent, multiplie ces derniers temps les aveux de faiblesse.

Il en a ainsi été hier du Pacte de responsabilité, pierre angulaire de la politique économique de François Hollande, qualifié « d’échec » par Monsieur Macron lui-même ; il est en de même aujourd’hui de la mondialisation dont il reconnaît, dans ce même journal suédois, qu’elle est un modèle qui aurait besoin d’être « civilisée par l’Europe ».

Emmanuel Macron admet donc que le modèle qu’il défend et qu’il a contribué à mettre en place pour le plus grand malheur de la France est un modèle éminemment barbare. Ce modèle c’est celui de la loi du plus fort, de la concurrence déloyale internationale, du dumping social, de la spéculation débridée, etc. Bref, le modèle construit par et pour l’Europe depuis 30 ans.

Voir dans « l’Europe » un moyen de « civiliser » la mondialisation alors qu’elle en est l’un des principaux moteurs, c’est comme vouloir éteindre un incendie avec de l’essence. Cela démontre l’absence totale de vision et de cohérence de Monsieur Macron, qui annonce donc, sans le savoir, ses échecs de demain.

Au final, en dehors de quelques petites insultes puériles lâchement délivrées dans un journal étranger, il est regrettable de constater que le ministre français de l’Économie se montre incapable d’échanges sérieux et respectueux avec ses adversaires politiques, lui qui aurait pourtant besoin d’une bonne leçon comme à l’école.

Patrons dans la rue : soutenir les petits !

Florian PhilippotCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

Le mouvement patronal qui pousse de nombreux petits patrons à descendre dans la rue cette semaine ne doit pas masquer la fracture qui existe entre les petits entrepreneurs et leurs salariés d’un côté, et le grand patronat de l’autre, seul à profiter d’un système qu’il a contribué à mettre en place.

Les difficultés des entreprises sont la conséquence directe des politiques néfastes de l’UMP et du PS menées sous l’influence directe de l’Union européenne et des dogmes mortifères.

C’est l’explosion des normes et une complexité insupportable du droit, c’est aussi et surtout une déprime économique générale qui assèche les carnets de commande des entreprises et bride l’accès au crédit indispensable tant pour le développement que pour la trésorerie.

L’échec du Pacte de responsabilité, de l’aveu même de Monsieur Macron, s’explique en grande partie par cette politique aveugle de soumission à l’Union européenne. Baisser les charges des entreprises c’est bien, mais si la demande reste atone du fait d’un environnement économique déprimé, d’un euro inadapté, d’une concurrence déloyale, alors les entreprises n’ayant pas de charges de travail supplémentaires n’ont aucune raison d’embaucher.

La fracture entre petits entrepreneurs et grands groupes apparaît également dans les résultats du CICE, essentiellement capté par les grosses entreprises, telle une rente qui leur serait réservée.

La politique du gouvernement subit donc l’échec que nous annoncions depuis le départ. Le Pacte de responsabilité ne répond aucunement aux difficultés quotidiennes des petites et moyennes entreprises, qui sont pourtant la clé du redémarrage de l’emploi dans notre pays.

Pour répondre à ces difficultés quotidiennes, tant en termes d’activité, de gestion que de fonctionnement, le Front National propose une série de mesures à mettre en œuvre immédiatement : une simplification massive du droit, dont la complexité et les évolutions sont impossibles à suivre pour les petites entreprises ;

contraindre les banques et les assurances à assumer leurs fonctions au service de l’économie (prêter, rembourser rapidement les sinistres pour assurer une trésorerie) ;

mettre en œuvre une politique de patriotisme économique, avec notamment une loi « Achetons français » et une priorité d’accès aux marchés publics pour les TPE/PME (ce qui suppose de se libérer des règles de l’Union européenne) ;

enfin, mettre en place un impôt progressif sur les sociétés (il n’est pas normal que les petites entreprises payent jusqu’à 3 fois plus d’impôts que les grands groupes adeptes de l’optimisation fiscale, parfois même pratiquée à l’étranger).

Le chômage de masse : phénomène voulu et entretenu au nom de la lutte contre l’inflation et la dévalorisation des salaires

Bernard MonotCommuniqué de Bernard Monot, stratégiste économique du Front National, député français au Parlement européen

Ce mardi 2 décembre, les commissaires européens Moscovici, Thyssen et Dombrovkis ont présenté aux membres de la commission ECON le cycle de coordination des politiques économiques de l’Union européenne pour 2015, aussi appelé semestre européen.

Leur constat est résumé par la formule de Pierre Moscovici : « hyperchômage, hypoinflation ». En clair, le niveau d’inflation historiquement bas (0,5% dans l’UE 28, 0,4% en zone euro) se combine avec un chômage au contraire historiquement élevé (24,6 millions de demandeurs d’emploi). On peut y ajouter également les écarts de richesse grandissants (20 millions de pauvres dans l’Union).

Présenté comme un objectif prioritaire contre lequel les politiques luttent, le chômage est en réalité voulu et entretenu par les gouvernements des principaux pays, dont la France, ainsi que par les politiques de la Commission européenne, au nom de la lutte contre l’inflation.

Depuis les années 80, l’inflation est en effet le principal ennemi des politiques économiques, voire le seul. Le mandat de la BCE lui-même ne mentionne que l’objectif de stabilité des prix, mais pas la lutte contre le chômage ou la recherche de la croissance. La raison en est simple : l’inflation érode le rendement du capital et limite l’accumulation des profits, chose impensable pour le modèle ultralibéral dominant.

Peu d’économistes font référence de nos jours à cette corrélation fondamentale, illustrée par le concept monétariste du « NAIRU », le taux de chômage minimum qui stabilise l’inflation, popularisé par la courbe de Philips. Concrètement, lorsque le chômage est haut, la pression à la baisse sur les salaires contribue à un niveau d’inflation plus faible. En outre, cela augmente les profits en contenant le coût du travail.

Il faut donc dénoncer l’hypocrisie de ceux qui prétendent, à longueur de colloques, de rapports ou de déclarations d’intention, lutter contre un phénomène qui est la conséquence directe de la priorité donnée à la lutte contre l’inflation et la recherche des profits de quelques-uns au détriment de l’amélioration du niveau de vie des peuples.

Aymeric Chauprade : « La pression américaine est la raison principale pour ne pas livrer les Mistrals »

Entretien d’Aymeric Chauprade, député français au Parlement européen et conseiller de Marine Le Pen pour les questions internationales, à Russia Today au sujet du blocage de la livraison des Mistrals à la Russie.

Parlement européen : Dominique Martin (FN) dénonce le système européiste

Intervention de Dominique Martin, député français au Parlement européen (Front national) en séance plénière à Strasbourg, le 24 novembre 2014 sur l’analyse d’impact.

Voir l’intégralité du texte de l’intervention ici