Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari. Partager la publication "Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Bruxelles 2014

Conférence de presse de Marine Le Pen à Bruxelles sur les alliances du FN au Parlement européen

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la présidente du Front National et députée française au Parlement européen, Marine Le Pen s’exprime sur son projet de constituer prochainement un groupe. D’ici à juillet, Marine Le Pen espère annoncer la naissance d’un groupe d’eurodéputés qui défendent une autre Europe afin de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Européennes / Intervention de François Hollande — Louis Aliot : «Je l’ai trouvé nul !»

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, était l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique, en partenariat avec LCI. Après l’intervention du président de la République qui a commenté les résultats des élections européennes en France, Louis Aliot a réagi  : «Je l’ai trouvé nul, Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen BFM politique 241113

Européennes 2014 : Marine Le Pen invitée de «Bourdin direct» sur BFM-TV

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National, était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin dans «Bourdin direct» sur BFM-TV. Elle a fait part de sa réaction au lendemain de l’intervention enregistrée, diffusée en différé aux Français par François Hollande qui a commenté les résultats des élections Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : FN – Front National

La mauvaise foi de François Asselineau

Communiqué d’Aymeric Chauprade, député français au Parlement européen, conseiller de Marine Le Pen sur les questions internationales

Aymeric Chauprade, chef de la délégation Front National au Parlement européen, tient à démentir les propos de M. Asselineau, chef du groupuscule UPR.

Ce dernier a en effet soutenu que le Front National aurait voté cette semaine à Strasbourg une résolution incriminant la Russie dans le conflit ukrainien. Ces allégations sont entièrement fausses! La prétendue liste de vote détenue par M. Asselineau ne peut porter sur la résolution en question : il n’y a en effet pas eu de vote par appel nominal pour l’ensemble de ce texte.

Aucune liste de vote n’est donc disponible!

Les députés européens du Front National ont évidemment voté contre ce texte et restent sur la position qui a toujours été la leur concernant la crise ukrainienne : nous ne pouvons unilatéralement condamner la Russie dans cette affaire.

Marine Le Pen : la lutte contre le jihad «n’est pas à la hauteur du danger»

Ce vendredi matin 19 septembre, sur RFI, Frédéric Rivière recevait Marine Le Pen, la présidente du Front National, pour parler de la conférence de presse de François Hollande, de l’intervention militaire annoncée en Irak et du référendum en Ecosse.


Marine Le Pen: la lutte contre le jihad «n’est… par rfi

« Moi, je pense que la France a suivi les Etats-Unis dans de multiples circonstances et qu’à chaque fois qu’elle l’a fait, elle a commis une erreur. Car les Etats-Unis sont en grande partie responsables de la situation actuelle, du développement du fondamentalisme islamiste, notamment par leur intervention suivie, il faut bien le dire par le gouvernement de Nicolas Sarkozy, et soutenu par le parti socialiste en Libye et en Syrie… »

Corruption en Catalogne : Louis Aliot interpelle la Commission européenne

Question de Louis Aliot, député français (FN) au Parlement européen, à la Commission européenne concernant l’affaire de corruption dite « affaire Jordi Pujol », la région autonome espagnole de Catalogne, l’Andorre et l’Union européenne

« Monsieur Le Président de la Commission,

Comme largement évoqué par la presse tant espagnole qu’européenne, l’Union européenne connaît un important scandale de corruption qui met en cause l’un des hommes politiques les plus influents d’Espagne, l’ancien président de la Catalogne Jordi Pujol. Celui-ci a reconnu que sa famille avait caché de l’argent à l’étranger pendant plus de 30 ans. Le journal espagnol ABC a annoncé que « le clan Pujol » avait encaissé 12 millions de commissions sur la base de fausses factures et que trois des cinq entreprises de Jordi Pujol Ferrusola (le fils aîné de Jordi Pujol) sur lesquelles enquête le juge Pablo Ruz ont fourni des fausses factures à une trentaine de sociétés pour un montant total de près de 12,2 millions d’euros. La plupart de ces sociétés étaient sous contrat avec l’administration catalane.

Dans le cadre de cette affaire de corruption internationale mettant en cause l’ex-président de la Région autonome espagnole de Catalogne et au moment où s’ouvrent des négociations importantes entre l’Union européenne et l’Andorre, je souhaiterai connaître la position de la Commission sur ce scandale et interroger celle-ci sur les renseignements dont elle dispose :

- Considérant que les relations entre l’UE et l’Andorre sont fondées sur l’accord de 1990 instituant une union douanière, qui couvre les produits industriels, et son protocole concernant les mesures douanières de sécurité,

- Considérant qu’un accord monétaire permet à l’Andorre d’utiliser l’euro comme monnaie légale et qu’en mars 2014 la Commission a recommandé l’ouverture de négociations avec l’Andorre sur la participation de ces pays au marché unique,

- Considérant que le peuple Andorran, l’un des plus anciens d’Europe, ayant rendu de grands services humanitaires pendant les guerres et qu’il est volontairement attaché à la France,

- Considérant que l’Andorre est l’une des victimes collatérales de ce scandale financier, économique et politique, rendu public à la veille de la négociation entre l’UE et l’Andorre,

Pourquoi je crois, moi, qu’une présidence Marine Le Pen est possible…

Par Laure Fouré

Gardons toujours à l’esprit la profession de foi de sainte Jeanne d’Arc : « Les hommes combattront et Dieu donnera la victoire. »

Dans un récent article paru sur Boulevard Voltaire, M. Nicolas Bonnal tente de prouver qu’une présidence de Marine Le Pen serait impossible.

Selon lui, les technocrates de Bruxelles et les patrons de la finance internationale – bref, les acteurs du nouvel ordre mondial mis en place par les États-Unis – auxquels se joindraient les bobos parisiens, les islamistes des banlieues et les monarchies pétrolières du Golfe, tous convaincus du caractère « fasciste » des idées du Front national, empêcheront l’installation en France d’un pouvoir souhaitant restaurer dans tous les domaines la souveraineté de la nation.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Marine Le Pen dans « Des paroles et des actes » sur France 2

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée, hier soir sur France 2, de l’émission politique « Des paroles et des actes ». Elle a affronté les représentants de l’UMPS. Un débat télévisé qui intervient juste après la conférence de presse pleurnicharde de François Hollande.

Marine Le Pen tacle Jean-Christophe Cambadélis sur ses diplômes

« Moi j’aime bien, monsieur Cambadélis, quand vous apportez des preuves » a glissé au premier secrétaire du parti socialiste, la présidente du Front National durant l’émission « Des paroles et des actes » sur France 2 hier soir.

La Française des Jeux doit rester publique

flamme-FNCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

La possible privatisation de la Française des Jeux par le gouvernement est une nouvelle bêtise en préparation.

D’abord parce que cette entreprise rapporte gros à l’Etat : pas moins de 3 milliards d’euros en 2012. À cet égard, même Nicolas Sarkozy avait renoncé au projet de cession, du fait du faible intérêt financier pour l’Etat d’une telle opération.

Ensuite parce que seule la puissance publique est à même d’éviter la mainmise des mafias et réseaux criminels sur les jeux d’argent. Une privatisation de la FDJ remettrait gravement en cause le monopole de cette société, donc de l’Etat, sur les loteries.

Pour l’ensemble de ces raisons, le Front National s’oppose vivement à tout projet de privatisation de la Française des Jeux et demande au gouvernement de renoncer officiellement à cette idée contraire à l’intérêt général.

Les gesticulations occidentales contre l’État islamique cachent mal la bienveillance des États-Unis et de la France envers les jihadistes

Marie Christine Arnautu FN - RBM - Municipales 2014 - Nice 2020Intervention de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

Les gesticulations occidentales contre le prétendu État islamique cachent mal la bienveillance des États-Unis et de la France envers les jihadistes

Depuis quelques mois, suite à l’émotion provoquée par la prise de la plaine de Ninive par le prétendu État islamique, les États-Unis, suivis par leurs valets européens, feignent de s’inquiéter du sort des minorités en Irak, et particulièrement de celui des chrétiens. Ces évènements tragiques sont pourtant la conséquence directe de l’invasion américaine de l’Irak en 2003 et du chaos dans lequel ce pays est tombé depuis.

Les États-Unis prétendent désormais lutter contre le groupe terroriste de l’État islamique mais continuent de soutenir, directement ou indirectement, d’autres milices islamistes en Syrie, qui sont pourtant tout autant fondamentalistes et terroristes, sous prétexte qu’elles s’opposent au gouvernement syrien. Cette politique schizophrène ne tient aucun compte des réalités du terrain et notamment du fait que, début septembre, l’Armée syrienne libre a conclu une alliance avec le prétendu État islamique.

La meilleure preuve de la duplicité des États-Unis est sa bienveillance envers la Turquie, pourtant membre de l’OTAN, et qui ne se cache pas de soutenir ce prétendu État islamique.

Vous trouverez ci-après mon intervention d’une minute sur le sujet au titre des explications de vote :

Assemblée nationale / Vote de confiance : Gilbert Collard (RBM) dans LCI Soir

Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, était l’invité de LCI ce mardi 16 septembre 2014 pour commenter le résultat du vote de confiance au gouvernement qui s’est déroulé à l’Assemblée nationale.

Saint-Nazaire (44) – Le FN dénonce les syndicats et souhaite pouvoir « nuancer » ses votes

Les trois élus du Front National ont aussi donné leur conférence de presse à Agora mardi soir.

Jean-Claude Blanchard tête de liste du Rassemblement Bleu Marine snobait la rentrée de la CARENE qui se tenait au même moment. Il avait invité la presse avant de tenir une réunion des adhérents. « J’y vais comme élu, mais là je ne l’ai pas jugé nécessaire ». « Nous avons déjà donné notre avis sur la CARENE » rappelle Gauthier Bouchet le benjamin de la troupe qui paraît décidé à mener l’entretien comme il l’entend.

C’est lui qui fera le bilan des six premiers mois au conseil, rappelant les interventions du FN : trop d’adjoints, trop de quartiers, pas équilibrés. « Cela définit des micro baronnies, du clientélisme, et cela prépare la prochaine élection ». « Il aurait fallu moins d’adjoints, baisser les indemnités, nous avions proposé une solution qui faisait économiser 1,2 million d’euros sur le municipe » souligne Stéphanie Sutter. L’idée d’un adjoint par quartier est pourtant reconnue comme « plutôt une bonne chose » par Jean-Claude Blanchard, « mais moins ».

Lire la suite sur saintnazaire-info.fr

Marion Maréchal-Le Pen pointe les fraudes sur les cotisations sociales

marion maréchal le penQuestion écrite de Marion Maréchal-Le Pen, députée du Front National élue dans le Vaucluse, concernant les fraudes sur les cotisations sociales

Marion Maréchal-Le Pen alerte le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social sur les fraudes aux cotisations sociales.

Le rapport annuel de la Cour des comptes, publié le 17 septembre, fait état de 20 à 25 milliards d’euros de fraudes constatées en 2012, soit le double en cinq ans. Ce phénomène s’apparente à une épée de Damoclès qui menace d’abattre à court terme la solidarité nationale : si la fraude était enrayée, le déficit de la Sécurité sociale serait comblé et l’organisme se retrouverait même en solde positif.

L’étude met en exergue de nouvelles formes de fraudes consécutives à la mondialisation, aux transactions dématérialisées et au marché unique européen au nom duquel il est imposé une harmonisation et un nivellement par le bas de notre modèle social. Ainsi, le statut des travailleurs détachés, promulgué par la directive européenne 96/71/CE adoptée le 16 avril 2014, est l’une des premières préoccupations mentionnées par le rapport. Dans notre pays, le nombre officiel de travailleurs détachés est passé de 7 500 à 210 000 de 2000 à 2013. Certaines estimations englobant les non-déclarés l’évaluent à plus de 350 000 travailleurs. La corrélation entre cette augmentation et l’arrivée en tête des secteurs du commerce et de la construction, avec respectivement 3,3 milliards et 3,8 milliards de cotisations évaporées, n’est pas fortuite. En effet, les professionnels de ces filières sont victimes du dumping social imposé par Bruxelles tandis que l’interminable accumulation des normes entrave et ralentit leurs activités.

C’est pourquoi, compte-tenu de l’impérieuse nécessité de réduire l’ampleur de la fraude à la Sécurité sociale, elle demande si le gouvernement n’entend pas abroger la directive des travailleurs détachés et instaurer dans les plus brefs délais une taxe compensatoire anti-dumping social, correspondant à la différence entre les charges sociales payées dans le pays d’origine du travailleur détaché et celles qu’il aurait dû payer en France.

Haro sur le projet de marché unique numérique !

Intervention de Gilles Lebreton, député français (FN) au Parlement européen, membre de la Commission des affaires juridiques, conseiller à l’enseignement supérieur de Marine Le Pen

Mesdames, Messieurs,

M. Jean-Claude Juncker a fait du marché unique numérique sa priorité n° 1, ce qui n’est pas rassurant quand on pense comme moi qu’il est l’homme des banques et des lobbies financiers internationaux.

Son projet est un piège pour les citoyens. Il repose sur un amalgame et sur de fausses promesses.

L’amalgame consiste à relier artificiellement le marché unique numérique à la neutralité du Net, alors qu’il s’agit de deux choses différentes. La neutralité du Net doit être recherchée et protégée, car elle garantit le libre accès de tous les citoyens, même les plus modestes, au réseau numérique. Elle est un bouclier contre la volonté de certaines grandes entreprises d’instituer une priorité d’accès en faveur de ceux qui sont capables de la payer au prix fort. A l’heure où je vous parle, la puissante association GSMA, qui réunit les opérateurs de téléphonie mobile, fait un lobbying acharné pour abattre la neutralité du Net. La Commission et le Parlement européens sauront-ils lui résister ? Rien n’est moins sûr car les Etats-Unis ne veulent pas de la neutralité du Net, or l’Union européenne finit généralement par leur céder.

Les fausses promesses consistent à parer le futur marché unique numérique de vertus quasi miraculeuses. Dans sa résolution du 4 juillet 2013, le Parlement européen affirme qu’il rapportera 800 milliards d’euros à l’économie européenne. Mais un an plus tard, M. Juncker abaisse cette prévision à 500 milliards d’euros. Comment croire des évaluations aussi fantaisistes ?

Les mêmes autorités nous assurent que le marché unique numérique profitera aux PME et créera 4,4 millions emplois dès 2016. Je crois au contraire qu’il détruira des PME et des emplois, notamment dans mon pays – la France -, en ajoutant un dumping social numérique au dumping social qui existe déjà.
En réalité, le marché unique numérique est une machine de guerre contre la souveraineté des Etats. Avec ce projet, l’Union européenne cherche une fois de plus à supprimer des protections nationales qu’elle assimile à des « obstacles », sans vouloir comprendre que la libre concurrence n’est pas un but en soi.

Conséquences de l’embargo de l’Union européenne contre la Russie

Intervention d’Edouard Ferrand, député français au Parlement européen (FN), membre de la Commission agriculture et développement rural

Monsieur le Président,

Nous nous sommes tiré une balle dans le pied et sommes tombés dans le piège des sanctions.
L’Union européenne ne propose qu’une aide de 185 millions d’euros au secteur maraîcher européen. Or, l’embargo russe touche la totalité des productions agricoles françaises. Votre action est catastrophique chez nous. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :
- – 12% pour le prix des fruits en France par rapport à 2013,
- – 13% pour le prix des légumes en France par rapport à 2013,
- – 20% pour le prix des pommes, des poires, des melons et des pêches,
- la tonne de poudre de lait est passée de 2 900 à 2 310 €,
- la tonne de beurre est passée de 3 550 à 3 100 €.

Je ne saurais oublier également l’ensemble des producteurs européens, mes amis néerlandais du PVV en particulier n’ignorant pas que plus de 250.000 tonnes d’Édam étaient annuellement exportées vers la Russie…

Enfin, les éleveurs de porc, d’après les évaluations du Comité régional porcin de Bretagne, ont déjà perdu 15 € par porc, soit 70 000 € pour un éleveur moyen.

Il est grand temps de mettre fin à la politique irresponsable de l’Union européenne face à la Russie ! La France est le 8e fournisseur de la Russie pour les produits agroalimentaires pour un montant annuel de 1,1 milliard d’euros.

Messieurs de la Commission et du Conseil, changez de politique, pensez à nos agriculteurs, la levée de l’embargo est vitale pour eux !

Les accords de libre-échange entre l’Union européenne et l’Ukraine sont une menace pour la paix

Marie Christine Arnautu FN - RBM - Municipales 2014 - Nice 2020Intervention de Marie-Christine Arnautu, députée française, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales, au Parlement européen

Alors que la guerre civile fait rage dans l’est de l’Ukraine, le Parlement européen décide de ratifier en urgence, sans la moindre étude d’impact, les accords de libre-échange entre l’Union et l’Ukraine. Bien loin d’être facteur d’apaisement, ces accords ont été au contraire le déclencheur des troubles en Ukraine, qui ont conduit notamment au coup d’état renversant l’ancien président Viktor Yanukovitch puis au déclenchement de la guerre civile à l’Est.

Cette ratification accélérée est, une nouvelle fois, la preuve du mépris total de Bruxelles pour les peuples et sa soumission aux intérêts américains.

Vous trouverez ci-après mon intervention d’une minute sur le sujet au titre des explications de vote :

« Monsieur le président, chers collègues,

Je voterai contre la ratification de ces accords. L’Ukraine est actuellement déchirée entre l’Est et l’Ouest, on le constate de manière tragique chaque jour.

N’oublions pas que cette crise est directement issue de la signature ou non des accords que nous discutons aujourd’hui, puisque elle a commencé avec la volte-face du président Yanukovitch, renversé ensuite par un coup d’Etat. Pourquoi jeter de l’huile sur le feu en signant cet accord au lieu de tenter d’apaiser les choses entre les deux camps?

L’association entre l’Union et l’Ukraine a pour objectif, notamment, de promouvoir, préserver et consolider la paix et la stabilité. Pour l’instant, vous aboutissez exactement au résultat inverse.

Par ailleurs, comment voulez-vous appliquer un accord de libre-échange avec un pays dans lequel sévit une guerre civile, sur environ un tiers de son territoire?

D’un point de vue plus technique, il est dommageable qu’aucune étude d’impact n’ait été réalisée puisque cet accord comporte de nombreux risques, tant pour les salariés européens que pour les salariés ukrainiens. »

Les dangers de la mise en place d’une zone de libre-échange entre l’Union européenne et les pays du sud et de l’est de la Méditerranée

Intervention de Louis Aliot, député français au Parlement européen (Front National), le 16 septembre 2014, dans l’hémicycle européen

Sous les présidences de Messieurs Sarkozy et Hollande, s’est progressivement installée l’idée qu’il fallait créer entre l’Union européenne et les pays du sud et de l’est de la Méditerranée une zone de libre-échange, calquée sur celle qui existe déjà en Europe qui à terme permettra une ouverture totale des frontières économiques et une libre circulation des hommes.

Cette zone de libre-échange viserait « à créer 40 millions d’emplois dans le Sud » (rien que ça) à l’horizon 2025/2030 constatant que l’Europe à ce moment-là de son histoire « aura un déficit de 20 à 30 millions d’actifs ». Qui ne voit pas que nos eurocrates ont dans l’idée de remplacer la disparition des uns au Nord par la naissance des autres au Sud !

Défendu par les socialistes et soutenu par l’UMP européenne, ce projet représente un danger pour l’avenir économique et culturel de l’Europe entière. Nous sommes désormais pris dans un étau qui se révélera mortel pour notre prospérité et notre identité : d’un côté le traité de libre-échange avec les Etats-Unis, de l’autre celui avec les pays du sud et de l’est de la Méditerranée.

La logique du tout-commerce qui anime l’UMPS à l’échelle européenne doit être combattue avec détermination tant il est vrai que l’oligarchie mondialiste tente d’imposer son modèle de domination sans se soucier de la réalité des nations, des peuples et des cultures qui représentent pourtant la richesse de notre planète. Tout n’est plus que marché et finance, l’humain laisse la place au consommateur mondialisé.

Vous trouverez ci-après mon intervention (1mn) au Parlement européen sur le dossier EUROMED ainsi que le lien vidéo pour la consulter ici.

« OUI à une coopération entre l’Union européenne et les pays du sud et de l’est de la Méditerranée,

NON à la mise en place d’une zone de libre-échange, c’est-à-dire l’effacement progressif des frontières économiques et douanières d’abord, humaines ensuite.

Que l’Union européenne investisse dans ces pays du Sud dans un souci de développement équilibré, dans une volonté aussi de desserrer l’étau migratoire et à terme d’inverser les flux migratoires du Nord vers le Sud est aujourd’hui un investissement pour notre avenir.

Pour défendre nos paysans, nos ouvriers, nos industries mais aussi nos cultures et notre civilisation, le développement du Sud est une nécessité.

Mais pas n’importe comment, ni à n’importe quel prix !

Nous devons d’abord nous assurer de notre sécurité en conditionnant nos aides à la stabilité politique, au respect des minorités (chrétiennes notamment) et à la lutte contre l’immigration sauvage.
Enfin, nous devons nous assurer que chaque euro dépensé dans ces Etats le soit en utilisant les entreprises et la main-d’œuvre locale, et/ou à défaut des entreprises européennes, ce qui nous évitera de financer indirectement les entreprises chinoises et américaines prédatrices »