24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari. Partager la publication "Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Bruxelles 2014

Conférence de presse de Marine Le Pen à Bruxelles sur les alliances du FN au Parlement européen

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la présidente du Front National et députée française au Parlement européen, Marine Le Pen s’exprime sur son projet de constituer prochainement un groupe. D’ici à juillet, Marine Le Pen espère annoncer la naissance d’un groupe d’eurodéputés qui défendent une autre Europe afin de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Européennes / Intervention de François Hollande — Louis Aliot : «Je l’ai trouvé nul !»

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, était l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique, en partenariat avec LCI. Après l’intervention du président de la République qui a commenté les résultats des élections européennes en France, Louis Aliot a réagi  : «Je l’ai trouvé nul, Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen BFM politique 241113

Européennes 2014 : Marine Le Pen invitée de «Bourdin direct» sur BFM-TV

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National, était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin dans «Bourdin direct» sur BFM-TV. Elle a fait part de sa réaction au lendemain de l’intervention enregistrée, diffusée en différé aux Français par François Hollande qui a commenté les résultats des élections Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen réagit vivement à «l’erreur grossière» de l’agence Reuters !

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National A la suite d’une lourde erreur, l’agence Reuters a cru pouvoir indiquer que j’avais déclaré sur BFM-TV, envisager des alliances avec le Jobbik et l’Aube Dorée, j’ai déclaré exactement l’inverse, à la question posée par Jean-Jacques Bourdin : « Avec qui Lire l'intégralité de l'article

louis-aliot-sud-ouest-la-voix-est-libre-france3-lr-26-avril-2014

Européennes : réaction de Louis Aliot (FN) après l’intervention de François Hollande

Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, après l’intervention du président de la République, François Hollande, qui a diffusé un message enregistré depuis l’Élysée à 20 heures hier soir pour commenter les résultats des élections européennes. Louis Aliot : «On l’a vu pendant Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)

25 mai 2014 – Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National au soir des résultats des européennes en France sur le plateau de France 2 dédié à l’événement. Partager la publication "Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Européennes / Louis Aliot (FN) : «Nous allons continuer à dialoguer avec les Français et nous implanter sur le territoire»

Interview de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, dans «Europe 1 matin», une émission animée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1. «Tout est encore à faire (…) Nous allons continuer à faire ce que nous faisons : dialoguer avec les Français et nous implanter Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Grâce aux Français, 24 députés FN siègeront au Parlement européen !

Résultats des élections européennes 2014 pour les candidats du Front National : Nord-Ouest : 10 sièges à pourvoir 5 sièges Marine Le Pen (FN) : Mme Marine Le Pen (FN), M. Steeve Briois (FN), Mme Mylène Troszczynski (FN), M. Nicolas Bay (FN), Mme Sylvie Goddyn (FN) Ouest : 9 sièges Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Européennes 2014 : déclaration de Marine Le Pen (FN)

En duplex du siège du parti à Nanterre, retrouvez ci-dessous l’intervention de Marine Le Pen, présidente du Front National, dans les principaux médias au soir des résultats des élections européennes qui placent le FN comme le premier parti en France avec 25% loin devant l’UMPS ! Les Français peuvent déjà Lire l'intégralité de l'article

Europeennes 2014 - FN a 25 pourcent en France - premier parti de France

Européennes 2014 – 25% pour le Front National : la France est de retour !

C’est un score historique, un véritable séisme politique auquel nous assistons ce soir : 25% des électeurs ont choisi de voter pour les listes Bleu Marine, pour que la France soit de retour, contre l’euromondialisme et le déclin programmé par certains de notre pays. L’ensemble du paysage politique français, et Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : FN – Front National

Pacte de responsabilité : le gouvernement et le Medef ont roulé les Français dans la farine

Marine Le Pen - NationsPresse MagazineCommuniqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

François Hollande a lancé le 31 janvier 2013 le pacte de responsabilité, prévoyant 30 milliards de baisse des charges pour les entreprises avec comme contrepartie de nombreuses créations d’emplois.

Pierre Gattaz, président du Medef, a obtenu cette mesure en proposant en contrepartie 1 million de créations d’emplois. Il affichait fièrement le 15 janvier 2014 un badge « 1 million d’emplois » en conférence de presse.

Quelques mois plus tard, deux rapports montrent que les créations d’emplois seront … nulles. Une étude de l’Ifrap, institut proche de la droite libérale, conclut à la création de 80.000 emplois. Selon une étude réalisée par la députée PS et rapporteur générale du budget, Valérie Rabault, le pacte de responsabilité détruirait 60.000 d’emplois.

En gros, les deux principaux protagonistes de cette affaire, François Hollande et Pierre Gattaz, appuyés par l’UMP, l’UDI et le PS, ont roulé les Français dans la farine. Il y aura bien 30 milliards de baisse de charges mais pas de créations d’emplois du tout. Le Front National dénonce cette manière révoltante de jouer avec les Français, décrédibilisant la légitimité de la politique et des hommes politiques qui ne se mettent plus au service de l’intérêt général.

L’application du programme du Front National et notamment le passage au nouveau franc permettra la création de 1,5 à 2 millions d’emplois comme le montre l’étude « Les scénarii de dissolution de la Zone euro » réalisée par Jacques Sapir et Philippe Murer. Tant que le gouvernement, l’UMPS et le Medef refuseront la sortie de l’euro, la France coulera. C’est maintenant aux Français d’agir.

Projet de charcutage des régions : non merci à la double-entente socialiste-européiste en vue de la « landerisation » de la France

MMLP-Gilbert CollardCommuniqué de Marion Maréchal-Le Pen et de Gilbert Collard

Gilbert Collard et Marion Maréchal- Le Pen ont voté contre le redécoupage des régions le mercredi 23 juillet.

Mobilisés contre le projet de réforme territoriale méprisant les réalités géographiques, historiques, culturelles, économiques, les élus FN-RBM ont dénoncé à la tribune, par la voix de Marion Maréchal-Le Pen, la volonté de « court-circuiter l’échelon étatique pour privilégier le lien direct UE-région » afin de « contourner les réflexes et les résistances nationales du peuple français face à la construction fédérale européenne ».

Derrière ce redécoupage territorial se dissimule un véritable charcutage électoral et politicien : conscient de son impopularité, le gouvernement a repoussé les élections locales pour prolonger de quelques mois la survie des petites baronnies socialistes qui ne pourront pas résister au verdict du suffrage universel.

Cette réforme, réalisée dans la précipitation et sans l’aval du peuple, n’apportera aucune réduction substantielle de coûts de fonctionnement voulue dès 2015 par le plan d’austérité de Manuel Valls. Au contraire, on assistera à une hausse des coûts de fonctionnement et des dépenses immobilières alors que les inégalités territoriales se creuseront au détriment des populations rurales et des petites communes. Les économies prétendues servent à justifier de nouvelles coupes dans les dotations aux collectivités sans se soucier du devenir des services publics de proximité.

Une fois encore, le gouvernement se fait le serviteur zélé de l’Europe des régions qui veut nous imposer ses Landern à l’allemande, réduisant ainsi nos grandes métropoles, au rayonnement international, en des préfectures soumises aux ordres de Bruxelles.

Le triptyque commune –département-Etat, spécificité française adaptée à notre territoire et ses diversités locales, doit être maintenu et défendu tout en clarifiant les compétences réservées aux différentes strates du millefeuille français.

Projet de loi sur l’immigration et le droit d’asile : de nouvelles pompes aspirantes pour l’immigration

Front National  Flamme FNCommuniqué du Front National

Le conseil des ministres a approuvé ce matin deux projets de loi sur l’immigration et le droit d’asile.

Le gouvernement de Manuel Valls va, notamment, créer des titres de séjour pluriannuels, qui permettront de résider sur le territoire français durant deux à quatre ans, sans obligation de renouvellement entre-temps. Est également prévue, par transposition d’une directive européenne, la simplification des démarches d’accès au droit d’asile. Il est aussi mis en place un « passeport talent » qui pourrait bénéficier à 10 000 étrangers au moment même où les jeunes diplômés français sont de plus en plus nombreux à quitter leur pays.

En mettant en œuvre de telles mesures, le gouvernement ne fera qu’accroître encore l’immigration massive dans notre pays, qui compte plus de 5 millions de chômeurs et plus de 9 millions de pauvres. Notre opposition à ces projets est catégorique. La France doit mettre un terme à l’ensemble des pompes aspirantes favorisant l’immigration de masse et non en créer de nouvelles.

Le pouvoir est incapable de faire respecter ses décisions

Logo Front ?Nation FN Paris 75Communiqué de Wallerand de Saint-Just, secrétaire départemental de la fédération du FN de Paris

La manifestation propalestinienne a eu lieu cet après-midi à Paris, malgré l’interdiction du ministre confirmée par la justice.

L’échec du gouvernement est patent, au surplus il n’est même pas capable d’empêcher les manifestants de mettre le quartier à feu et à sang. En effet, non content d’importer le conflit israélo-palestinien dans notre capitale, les manifestants, aidés de quelques gauchistes, se révèlent être de redoutables casseurs.

Le Front National demande que le ministre de l’Intérieur et le préfet de police, si prompts à réprimer durement d’autres manifestations, empêchent vraiment de telles dérives du droit d’exprimer son opinion.

Une première session du Parlement européen révélatrice

Communiqué de Bernard Monot, stratégiste économique du Front National et député français au Parlement européen

La première session de la nouvelle législature du Parlement européen, où les élus Front National constituent la première délégation française, s’est tenue à Strasbourg du 14 au 17 juillet. L’ordre du jour et les débats ont été révélateurs de l’absence de toute prise en compte par l’Europe de Bruxelles du vote des peuples le 25 mai, qui a clairement exprimé une volonté de changement. Sourds à cet appel, les européistes forcenés entendent poursuivre les mêmes politiques de destruction des nations…

Pour preuve, nous avons ainsi pu traiter des thèmes suivants :

l’élection pseudo démocratique de M. Juncker comme président de la Commission européenne, seul candidat en lice, qui incarne la continuité dans les politiques ultralibérales et d’austérité, voulues par les lobbies privés ;

l’adhésion en 2015 de la Lituanie à l’euro, alors qu’une majorité du peuple lituanien y est opposée ;

la confirmation par la troïka (CE, BCE, FMI) de la mise en place d’urgence d’ici à 2015 de l’Union bancaire pour préparer le sauvetage des banques privées en difficulté, par confiscation à la méthode « chypriote », des dépôts bancaires et épargne des clients. D’ici là pour sécuriser le système bancaire de la zone euro, la BCE va injecter 1.000 milliards d’euros de prêts à long terme dans les banques privées, censées irriguer l’économie réelle ;

l’incurie de l’Union, dont le budget affiche un état sans précédent d’impayés, plus de 20 milliards d’euros, qui représente le prix de ses promesses politiques non financées.

L’ensemble des députés euroréalistes se sont opposés à toutes ces décisions au cours de leurs interventions. Et Bernard Monot a prévenu M. Juncker que les patriotes français avaient placé sous « surveillance renforcée » la Commission européenne et ses politiques antisociales.

La lecture du jugement de Cayenne : Moscou 1930

Front National flammeCommuniqué du Front National

Bien entendu les juges de Cayenne (MM. Rémy, Fournié et Abdou-Souna) évitent de se prononcer sur l’illégalité manifeste de la condamnation du Front National, la loi excluant expressément la possibilité de déclarer coupable d’une telle infraction une personne morale. Pourtant, le procureur de la république de Cayenne l’avait rappelé à l’audience …

Pour déclarer le Front National coupable à titre d’auteur principal d’injure à caractère raciste à l’égard de Madame Taubira, la principale motivation des juges est que le Front National « ne s’est pas assuré des opinions républicaines » de Madame Leclère. Au-delà de la bouffissure de ce motif, il est digne des régimes de terreur les plus totalitaires : comment fait-on pour s’assurer des opinions d’un être humain ? Quelles sont les méthodes que les juges de Cayenne voudraient voir employées ? On en a froid dans le dos …

Le tribunal ajoute que le Front National a encore commis le délit d’injures envers Madame Taubira en véhiculant un discours parfois raciste. Cette affirmation est un mensonge pur et simple. Jamais le Front National, dans son programme, dans ses écrits officiels, n’a véhiculé un discours raciste.

Le tribunal en outre impute de façon diffamatoire au Front National de « posséder un idéal du Français de souche de race blanche » (sic). Non seulement cette affirmation est calomnieuse, mais elle est folle : jamais le programme du Front National, ses écrits, les écrits ou déclarations de ses dirigeants ont pu faire croire qu’ils désiraient un « idéal du Français de souche de race blanche ». Cette affirmation est la démonstration du degré d’ignorance et de paranoïa des juges de Cayenne.

Cette décision se veut, à l’évidence, politique : pour déclarer le Front National coupable, les juges de Cayenne fustigent la prétendue « analyse politique du Front National imputant aux immigrés l’essentiel des difficultés rencontrées par le pays ». Cela n’a jamais été la position du Front National qui a toujours bien plutôt « fustigé » la politique de l’immigration et non « les immigrés ».

Le tribunal résume ainsi sa position : le Front National doit être considéré comme auteur principal de l’infraction d’injure car l’élément matériel de cette infraction est « la fourniture d’une investiture, d’un programme et d’affiches », l’élément moral étant la « volonté exprimée de s’en prendre aux étrangers et plus généralement aux hommes de race ou d’origine différentes » (resic). Ce raisonnement est non seulement une aliénation, une hérésie juridique et intellectuelle mais il est la preuve de la volonté de juges politisés de commettre un acte politique hostile qui est la condamnation du Front National dans ces conditions.

Il est très difficile de se défendre contre de tels raisonnements et de tels juges, contre l’infrajustice, néanmoins le Front National résistera évidemment à cette entreprise qui constitue une instrumentalisation ignoble de la justice comme on le constate dans les pays dictatoriaux et totalitaires.

Réaction de Marine Le Pen à la tragédie du vol Malaysia Airlines en Ukraine

mlpcontenteCommuniqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Face à l’épouvantable tragédie de la disparition du vol MH17 dans l’espace aérien ukrainien, le Front National adresse ses condoléances aux familles des nombreuses nations frappées par cette tragédie. A cette heure, l’on ne sait pas encore si des Français figurent parmi les victimes de ce vol affrété conjointement par Air France KLM et Malaysian Airlines et notre inquiétude est celle de tous les Français.

De nombreuses interprétations fleurissent déjà dans les médias, dont beaucoup semblent vouloir accuser les séparatistes de Donetsk ou même la Russie et exonérer donc les forces armées ukrainiennes. J’appelle à la plus grande prudence quant à toute conclusion hâtive car chacun sait que la guerre de l’information, et donc de la désinformation, est partie intégrante des conflits modernes. Chacun sait aussi que des calculs géopolitiques peuvent aussi parfois miser sur la « stratégie de la tension ».

Face aux drames, qui suscitent l’émotion jusqu’à brouiller la raison, le Front National n’a de cesse d’appeler au discernement, comme il refuse le manichéisme et la manipulation des opinions publiques. Ce fut vrai dans les conflits d’Irak, de Yougoslavie, de Libye, de Syrie, c’est encore vrai à propos de l’Ukraine.

C’est la raison pour laquelle, le Front National demande une enquête internationale sérieuse, seule capable d’établir la vérité et les responsabilités engagées dans cette atroce tragédie, preuve supplémentaire, s’il en fallait, que les civils innocents sont les principales victimes de la folie des hommes.

Tragédie du vol MH-17 en Ukraine : oui à une enquête internationale, non à la diabolisation de la Russie !

Communiqué d’Aymeric Chauprade, conseiller de Marine Le Pen pour les questions internationales – Député français élu au Parlement européen

La plus grande prudence doit être observée quant aux interprétations rapides qui pointent du doigt la Russie dans le seul but d’isoler celle-ci. Plusieurs faits doivent être rappelés avant toute conclusion hâtive. En premier lieu, la tragédie s’est produite dans l’espace aérien ukrainien ; par conséquent, en droit international c’est la responsabilité de l’État ukrainien qui est engagée.

On peut d’ailleurs se demander pourquoi Kiev a autorisé le survol d’un territoire en guerre et pourquoi alors, si un quelconque risque d’usage de missiles sol-
air par les séparatistes du Donetsk avait été identifié, comme le prétendent déjà certains, les plans de vol des compagnies internationales n’avaient pas été modifiés.

Il faut rappeler aussi un fait connu par tous les spécialistes militaires : l’armée ukrainienne souffre d’un grave défaut de formation. En 2001 déjà, les militaires ukrainiens avaient abattu, par erreur, un avion de ligne civil russe transportant des citoyens russes de confession juive vers Israël. Ce sont ces mêmes faiblesses dans la maîtrise des missiles sol-air S-200 et S-300 qui ont conduit les Ukrainiens à demander aux Américains le « monitoring » de leurs tirs de missile. Une erreur de l’armée ukrainienne (plus qu’un tir délibéré) est donc une hypothèse qu’on ne peut écarter, à moins qu’il ne s’agisse d’une erreur de tir de semonce d’un chasseur ukrainien.

L’hypothèse des séparatistes du Donetsk n’est que très peu crédible car même si ceux-ci s’étaient vantés d’avoir récupéré un système de missiles Buk, ils ne sont pas qualifiés pour pouvoir, en moins de quatre minutes, repérer une cible à cette altitude et effectuer correctement le tir.

Quant à la Russie, c’est une certitude, elle ne peut en aucun cas être impliquée dans cette tragédie tout simplement parce qu’elle est la dernière à avoir intérêt à « jouer » la tension. On le voit d’ailleurs dès le lendemain du drame puisque la tragédie est exploitée par les forces qui veulent faire échouer la vente des navires français Mistral à la Russie, ou le gazoduc Southstream. Déjà frappée par des sanctions, la Russie n’a aucun intérêt à fragiliser ses projets avec l’Union européenne avec une stratégie de l’escalade.

Seule une enquête internationale permettra d’établir la responsabilité de cette tragédie, plus probablement issue d’une erreur que d’une action délibérée. Plus que jamais, il faut appeler le gouvernement de Kiev et les séparatistes de l’Est à la raison et au cessez-le-feu et demander à l’Union européenne d’œuvrer à la désescalade du conflit en ouvrant un dialogue constructif avec Moscou, acteur régional et international majeur qui ne saurait être contourné s’agissant de l’avenir de l’Ukraine.

Compromis ou souveraineté

Gilles Lebreton candidat euro circonscription Ouest election europeennes 2014Communiqué de Gilles Lebreton, député français au Parlement européen

« Le principe de la démocratie, c’est le compromis ». Cette déclaration émane de M. Weber, représentant du PPE (auquel appartient l’UMP) au Parlement européen, qui l’a faite en séance plénière le 15 juillet 2014.
Elle est radicalement fausse. Le vrai principe de la démocratie, c’est la souveraineté du peuple. Ce que rappelle la Constitution française du 4 octobre 1958, dont l’article 2 reprend la fameuse définition de la démocratie donnée par Abraham Lincoln : « Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Mais pour qu’il y ait souveraineté du peuple, et donc démocratie, il ne suffit pas d’organiser des élections, encore faut-il qu’il y ait un « peuple », c’est-à-dire une nation voulant assumer une communauté de destin.

Or ce n’est pas le cas de l’Union européenne, pseudo-démocratie qui ne repose sur l’existence d’aucun peuple européen, et qui parvient de moins en moins à convaincre les nations européennes de sa légitimité.

M. Weber a donc commis une confusion en assimilant l’Union européenne à une démocratie. « Le principe de l’Union européenne, c’est le compromis » voulait-il dire. Affirmation qui, ainsi formulée, est exacte, car en l’absence de souveraineté du peuple, seul un système de compromis incessant peut sauver provisoirement une union artificielle que les nations européennes finiront par congédier.

Louis Aliot appelle à défendre les chrétiens dans le monde musulman

Louis AliotIntervention de Louis Aliot, au Parlement européen, sur la condamnation à mort de Meriam Ibrahim au Soudan et en faveur de la défense des chrétiens dans le monde musulman

Nous sommes légitimement indignés par la condamnation à mort de Madame Meriam Ibrahim sous le prétexte qu’elle aurait quitté l’islam pour adopter la foi chrétienne.

Ce cas particulier pose le problème de la persécution religieuse. Aujourd’hui, 70% de la population mondiale vit dans un pays qui restreint la liberté religieuse : sur 4 victimes de persécution religieuse dans le monde, 3 sont des chrétiens.

La principale cause est l’islamisme radical comme au Soudan, au Nigéria, en Irak, au Yémen, en Égypte, en Somalie ou encore au Pakistan. Avec le réveil de l’islam, les chrétiens d’Afrique subsaharienne sont de plus en plus persécutés, nécessitant même des interventions militaires comme au Mali ou en Centrafrique.

Aux « printemps arabes » succède maintenant un véritable « hiver chrétien » qui doit nous mobiliser.

Au-delà de la juste indignation du cas de Meriam et des pressions à exercer sur le Soudan pour empêcher cette abomination, l’UE doit rappeler l’incompatibilité totale des valeurs qui fondent notre civilisation avec la loi islamique totalitaire qui progresse partout, y compris en Europe, avec son cortège d’intolérances, de violences et de crimes !

Enfin il devient urgent d’interpeller l’Arabie Saoudite et le Qatar sur leurs responsabilités dans le soutien permanent qu’ils apportent à tous les mouvements criminels religieux qui se développent et progressent aux quatre coins du monde.

Réforme pénale : le laxisme d’Etat institutionnalisé

Marine Le Pen - France 3Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Par le vote définitif ce jour de la nouvelle réforme pénale de Mme Taubira par le Parlement, le laxisme d’État, qui était jusqu’alors une pratique anormale et détestable de la Justice, devient une politique institutionnalisée et inscrite dans le code pénal.

Mesure phare : la fin de la prison comme élément central des peines par l’instauration d’une « contrainte pénale », qui concernera dès 2015 tous les délits passibles de moins de 5 ans d’emprisonnement, puis à partir de 2017 l’ensemble des délits.

C’est donc en situation de semi-liberté, hors les murs d’une prison, que l’immense majorité des condamnés de France exerceront tout ou partie de leurs peines.

Jamais une telle réforme, qui bouleverse aussi profondément le rapport de la société à la Justice, n’a été avalisée par les Français ; jamais un tel mépris des victimes n’a été ainsi exprimé par un garde des Sceaux.

Dans le même temps, pour le peu de détenus qui resteront en prison, on apprend avec stupéfaction que ces derniers seront autorisés à disposer de téléphones portables dans leurs cellules, au mépris de toutes les règles de bon sens et de sécurité. C’est en tout cas l’avis exprimé par la nouvelle contrôleuse générale des prisons, plus soucieuse elle aussi du confort personnel des détenus, que des risques évidents liés à l’utilisation de téléphones portables (trafics, organisations mafieuses, sécurité des gardiens, etc.)

Face à une telle dérive des politiques pénales, déjà largement amorcée sous la présidence de Nicolas Sarkozy avec les lois Dati, le Front National rappelle son exigence d’une politique de tolérance zéro à l’égard des délinquants et criminels, l’expulsion dans leur pays des criminels étrangers, l’exécution stricte des peines et la construction pour ce faire de 40 000 places de prison supplémentaires, remettant ainsi notre pays dans la moyenne des autres pays développés.

Le mépris de Martin Schulz

flamme-FNCommuniqué de Gilles Lebreton, conseiller politique de Marine Le Pen, député français au Parlement européen

Le 16 juillet 2014, le président du Parlement européen, le socialiste allemand Martin Schulz, a attaqué Marine Le Pen en séance plénière en déclarant à la tribune qu’il « comprenait parfaitement » un député communiste grec qui venait de la diaboliser.

Il a ainsi violé, dans l’indifférence générale, l’article 11 du règlement intérieur du Parlement européen qui prescrit le « respect mutuel » des députés.

Triste spectacle d’un président incapable de tenir son rang, et d’un pseudo-parlement majoritairement composé de valets de l’ultralibéralisme mondialisé.

Ces apprentis oligarques ne méprisent pas seulement les députés du Rassemblement Bleu Marine, ils méprisent aussi le peuple : le président Schulz n’était même plus là quand le Parlement (aux deux tiers vide) a débattu du chômage des jeunes !

A Cayenne, un guet-apens judiciaire

Front National flammeCommuniqué du Front National

Le « mouvement Walwari » (association indépendantiste créée en Guyane par Christiane Taubira) a cru pouvoir citer devant le tribunal correctionnel de Cayenne Mme Anne-Sophie Leclère pour le délit d’injure envers la même Mme Taubira après que Mme Leclère l’eut caricaturée sur Facebook. Cette association a cru aussi pouvoir citer pour la même infraction le Front National.

Le Front National a demandé au premier président de la cour d’appel de Cayenne la récusation de M. Stéphane Rémy, le président du tribunal correctionnel, au motif de son appartenance au syndicat de la magistrature. Le premier président a rejeté cette demande sans même faire mention de l’argument soulevé par le FN tenant à l’existence du « mur des cons » et au fait que la présidente du SM est mise en examen pour injure envers le Front National.

Le Front National a ensuite tenté de trouver à Cayenne un avocat susceptible de le défendre. Il n’y est pas parvenu (Mme Leclère, compte tenu de son très petit niveau de vie, ne s’y est même pas essayée…). On mesure déjà l’iniquité de ce procès qui oblige ces deux défendeurs à comparaître à des milliers de kilomètres.

C’est dans ces conditions de chausse-trappe que s’est déroulé ce procès et que des condamnations révoltantes viennent d’être prononcées : 9 mois de prison ferme contre Mme Leclère, 30.000 euros d’amende contre le Front National et 50.000 euros de dommages et intérêts au profit du « mouvement Walwari ». Il doit s’agir des condamnations les plus importantes prononcées depuis longtemps en matière de droit de la liberté d’expression.

Évidemment, le Front National interjette appel de cette décision (devant la cour d’appel de Cayenne). Le Front National fera valoir que le droit français a expressément exclu la responsabilité pénale d’une personne morale pour les délits relatifs à la liberté d’expression. Le procureur de Cayenne avait relevé cette impossibilité de déclarer coupable le Front National du délit d’injure. Tout ceci n’a pas arrêté, à l’évidence, les juges du tribunal de Cayenne. Le Front National fera aussi valoir qu’il n’a pas injurié Mme Taubira, qu’il n’a donné aucun moyen à Mme Leclère de le faire, qu’il a d’ailleurs exclu définitivement cette Mme Leclère.

Clairement, au tribunal de Cayenne, les règles ne sont pas appliquées, il faut dénoncer avec vigueur ces violations incroyables de notre état de droit.

Protégeons la liberté de pensée des médecins

Joelle Melin conseiller politique de Marine Le Pen Sante, protection sociale et dependanceCommuniqué de Joëlle Melin, conseillère politique de Marine Le Pen en matière de santé

Le départ à la retraite du Dr Nicole Delepine, chef de service d’oncologie pédiatrique de l’hôpital de Garches, est l’occasion du transfert de son activité dans un autre établissement de l’AP-HP. Tel est le motif invoqué pour procéder à l’éclatement de son équipe, et surtout à la reprise en main par la tutelle des orientations thérapeutiques privilégiées depuis de nombreuses années dans son service.

Car Mme le Dr Delepine a toujours prescrit des traitements qui ne suivaient pas toujours les recommandations en cours, pour ne pas dire en vogue. Elle aurait toujours, de son point de vue, privilégié l’intérêt des enfants, parfois à contre-courant des pressions des lobbies, en particulier du lobby de la chimie pharmaceutique.

Le Dr Joëlle Melin, même en l’absence de connaissance de tous les éléments du dossier en cours depuis plusieurs années, ne peut que s’étonner, qu’au moment où les pathologies cancéreuses se multiplient plus que jamais et surtout que leur évolution redevient foudroyante comme il y a une trentaine d’années, il ne soit pas possible d’émettre des avis autres que celui de la pensée unique, en l’occurrence mortifère, des pseudo-consensus médicaux.

Avec le Front National, elle soutient donc fermement toute démarche médicale d’esprit critique constructif, pour peu qu’elle soit évaluable moderne et éclairée, de la science.

Encore des propositions contre l’emploi et les PME

Joelle MelinCommuniqué de Joëlle Melin, conseillère politique de Marine Le Pen en matière de protection sociale

Un rapport, pourtant ancien, de l’Inspection générale des finances, est publié à point nommé pour soutenir les propositions de l’ultralibéral Arnaud Montebourg. Il pointe les avantages jugés comme scandaleux de 37 professions libérales, toutes TPE et PME. Leur péché : dégager une rentabilité supérieure à 8% nets soit 800 euros pour 1 000 euros de revenus, avant impôts.

Peu importent les risques pris, les études ou les investissements qui font tourner l’économie. Peu importe que toutes ces professions – pharmaciens, plombiers, médecins, avocats, huissiers… – assurent, malgré la faillite des services publics, le maillage territorial du conseil personnalisé de proximité, et qu’elles soient l’armature de l’ascenseur social, en constituant cette classe moyenne qui une fois de plus est atteinte dans sa survie.

Peu importent toutes ces compétences, le savoir-faire et la personnalisation des services.

Peu importent les dizaines de milliards d’impôts et de charges sociales à la clé perdus, et surtout les 3 millions d’emplois en jeu.

Il s’agit avant tout pour les mystificateurs du gouvernement Hollande de donner des gages à leur aile gauche en prônant une lutte des classes caricaturale, tout en mettant en œuvre un démantèlement de pans entiers de la spécificité sociétale française, en conjuguant ainsi incompétence et malveillance.

Car à 8% de rentabilité, chaque jour prouve qu’il n’est pas possible ni d’embaucher ni de payer des impôts. C’est la panne économique à la française.

Le Front National, très soucieux de la modernisation de notre société et de la justice sociale, ne peut que s’opposer fermement à cette application aveugle, inepte et mortifère du libéralisme imposé par Bruxelles.