Marine Le Pen invitee TF1 120913

Une politique de l’emploi radicalement différente est une obligation économique et financière mais également morale

Ce texte de Marine Le Pen a été proposé au Figaro, au Monde, au Parisien et à La Tribune. Aucun de ces journaux n’a voulu le publier. Le chômage de masse coûte 100 milliards d’euros par an à l’État : plus que le déficit public ! Année après année, mois Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen à Calais contre le « désespoir » de la population concernant l’immigration clandestine

Marine le Pen, la présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était à Calais où elle est allée à la rencontre des populations françaises qui sont dans une situation de désespoir face à une immigration clandestine en pleine expansion alors que l’UMPS a toujours joué la politique de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Louis Aliot : « Le FN s’adresse aux Français, y compris ceux de confession musulmane »

Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au Parlement européen, était l’invité de L’interview politique du week-end sur Europe 1. Il était interrogé par Maxime Switek sur l’actualité du moment et, notamment, sur le cas Maxence Buttey, cet élu FN converti à l’islam qui s’est vu suspendre de ses Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - LCI - Le-Oui-Non

Louis Aliot sur Radio Classique : « Il ne tient qu’au Sénat de réveiller les institutions et de jouer son rôle »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de Patrick Poivre d’Arvor sur Radio Classique. Il a commenté l’actualité du moment et notamment les élections sénatoriales de dimanche qui ont permis au FN d’avoir deux sénateurs. La présidentielle de 2017 a aussi été évoquée. A l’heure actuelle, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : FN – Front National

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté contre le budget de la Sécurité sociale

Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen, députée du FN élue dans le Vaucluse,  et de Gilbert Collard, député du RBM élu dans le Gard

Vote du PLFSS : non à l’insécurité sociale

La famille est une fois de plus la variable d’ajustement du gouvernement socialiste. Celui-ci a fait le choix de mettre en place la modulation des allocations familiales en fonction des revenus et de réformer le congé parental en le rendant plus contraignant. Les socialistes choisissent la démagogie avec l’extension du tiers-payant et surtout conservent un silence complice sur des réformes pourtant nécessaires comme la remise en place de jours de carence pour les fonctionnaires, le rapprochement des régimes de retraite public-privé ou la remise à plat du régime des intermittents du spectacle. Le poids de l’immigration familiale et sanitaire sur notre système de protection sociale demeure un tabou que nous sommes les seuls à dénoncer en proposant d’octroyer les aides sociales en fonction d’un critère de nationalité.

Le projet s’attaque à la fraude aux prestations familiales à fleurets mouchetés pour une économie de 100 millions alors que les infractions détectées en 2012 avaient coûté 290.66 millions d’euros, la fraude sociale dans son ensemble avoisinant les 20 milliards d’euros par an, soit 1 point de PIB. La question de la mise en place d’une carte vitale biométrique est plus que jamais d’actualité. Pire encore, le gouvernement allège les pénalités financières en cas de fraude. Il est bon d’être délinquant au pays des socialistes !

Le manque de courage et le clientélisme de ce gouvernement finiront par avoir raison de notre modèle de protection sociale, c’est pourquoi les députés FN/RBM ont voté contre ce PLFSS.

Jean-Marie Le Pen porte plainte contre Jacques Séguéla pour injure

JMLP-6-214x300Communiqué de Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front National

M. Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front National, dépose plainte contre Jacques Séguéla qui, le 20 octobre 2014 en direct sur BFM-TV, dans le face-à-face de Ruth Elkrief et en présence de Serge Moati, a proféré les propos suivants : « Ce peut être le dernier cadeau que François Hollande fera, un cadeau empoisonné à la démocratie, que d’être tellement faible, avec une droite qui est en train de s’autodéchirer dans un duel à mort, et que ces 2 monstres de droite et de gauche nous livrent pierres (sic) et poings liés à la fille de ce nazi. »

Jean-Marie Le Pen a donné pour instructions à son avocat de déposer une plainte pour injure alors que M. Séguéla a appliqué au président d’honneur du Front National l’invective de nazi et alors que M. Séguéla est un habitué de l’insulte.

Une politique de l’emploi radicalement différente est une obligation économique et financière mais également morale

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Ce texte de Marine Le Pen a été proposé au Figaro, au Monde, au Parisien et à La Tribune. Aucun de ces journaux n’a voulu le publier.

Le chômage de masse coûte 100 milliards d’euros par an à l’État : plus que le déficit public !

Année après année, mois après mois, le chômage s’accroît inexorablement. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, B, C, D, E a augmenté de près de 800.000 sous le gouvernement Hollande après avoir crû de 1.400.000 sous le gouvernement Sarkozy.

Le coût financier du chômage

Le chômage de masse génère une immense détresse dans la société française : désocialisation, précarisation, pauvreté. En plus d’être une catastrophe sociale, le chômage a un coût très élevé quand on rassemble toutes les mesures d’aide au chômage et à la pauvreté qui en découlent : 37,2 milliards d’euros pour l’assurance chômage, 10,5 milliards d’euros pour le RSA, une partie des aides au logement qu’on peut estimer à 6 milliards d’euros sur un total d’aides au logement de 16,48 milliards d’euros. On arrive à un coût direct minimal de 53,7 milliards d’euros chaque année.

Mais il y a aussi un coût indirect.

On peut estimer le nombre de chômeurs ou quasi-chômeurs à 8 millions de personnes au minimum : on compte ainsi plus de 6 millions de personnes inscrites à Pole emploi en catégorie A-B-C-D-E, 1,7 million de personnes inscrites au RSA Socle, plus de 450.000 auto entrepreneurs qui n’ont quasiment pas de revenus, plus de 600.000 stages abusifs, 1,5 million de personnes travaillant à temps partiel alors qu’elles souhaiteraient travailler à temps plein selon l’INSEE, etc. On est donc très loin du chiffre de 3,4 millions de chômeurs généralement cité par les ministres du gouvernement ; citer un chiffre aussi décalé de la réalité vécue par les Français relève soit d’une volonté de minimiser le problème, soit d’un terrible aveuglement. Nous avons 8 millions de chômeurs ou de quasi-chômeurs pour un nombre de personnes en emploi de 26,3 millions soit un taux de chômage et de quasi-chômage atteignant le niveau catastrophique de 23,3%. On comprend la peur qu’ont de très nombreux salariés de perdre leur emploi.
Si ces 8 millions de personnes travaillaient et donc cotisaient, 48 milliards d’euros de cotisations sociales entreraient au minimum dans les caisses de la Sécurité sociale !

Le chômage coûte donc dans ce calcul conservateur plus de 100 milliards d’euros chaque année si on compare notre situation de chômage de masse à une situation de quasi-plein emploi que nous avons déjà connue par le passé sur de longues périodes. Ces 100 milliards représentent 1.2 fois le déficit public ! Résoudre le problème du chômage permettrait donc de résoudre le problème du déficit public.

Pour sortir du problème des dépenses de prestations sociales et des charges élevées, de la dette, il faut donc recréer de la croissance et de l’emploi en sortant de l’euro et de l’austérité, retrouver la main sur notre monnaie pour pouvoir relancer l’industrie, adopter un protectionnisme intelligent. Inverser le cours des choses permettra des économies et des recettes considérables dont ces 100 milliards d’euros ne sont qu’une partie.

Le coût humain du chômage

Le chômage de masse en France crée d’énormes souffrances sociales. Trouver une solution à ce problème qui dure depuis plus de 30 ans est une obligation morale pour tout politique qui se respecte. Chacun doit pouvoir par son travail trouver sa place, apporter sa pierre à la collectivité et en retirer un salaire décent, lui permettant de vivre et de faire vivre sa famille dans la dignité. A contrario, les chômeurs sont précarisés, se sentent déclassés et souffrent d’être un poids économique pour leur famille. Ceux qui ont un travail sont souvent stressés par la peur de le perdre. La jeunesse est aussi très durement frappée. On remarquera par exemple qu’un jeune sur deux sorti du système scolaire avec un diplôme en 2011, 2012 et 2013 est au chômage selon le baromètre IFOP pour Deloitte ! Et ces jeunes, nos forces vives, celles qui sont censées travailler et payer ainsi les retraites des générations précédentes, espèrent maintenant émigrer pour trouver un emploi. Cette population de jeunes est en souffrance, son avenir obéré par les très grandes difficultés à trouver un travail. L’article du Figaro du 26 février 2014 commentant le sondage Polling Vox « Génération quoi ? » reflète bien cette problématique : « C’est une génération sacrifiée, méprisée, déclassée, à qui la société et le monde du travail ne donnent pas sa chance, et qui, face à tant de frustrations, pourrait bien exploser. »

Ces situations tragiques pourraient être évitées mais encore faut-il le vouloir et s’en donner les moyens. Retrouver un fort taux d’emploi est donc autant un impératif moral qu’une chance de redressement économique pour la France. C’est tout le sens du programme économique du Front National de recréer ces emplois perdus, de restaurer ainsi l’équilibre des comptes publics et de redonner un destin à la France et aux Français. Pour ce grand projet, les demi-mesures prises depuis 30 ans et au final inefficaces ne sont plus possibles : il est nécessaire d’avoir une monnaie au service de notre économie ni trop forte, ni trop faible, une réforme de la finance afin que celle-ci finance l’économie réelle et non l’économie de casino des marchés financiers, un protectionnisme intelligent, le patriotisme économique et bien entendu la fin de cette destructrice eurostérité.

Marine Le Pen

Saint-Nazaire (44), le Front National dénonce le travail détaché massif

DSC_0662
Selon Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal Front national de Saint-Nazaire, les entreprises du bassin d’emploi nazairien font largement appel à de la main-d’œuvre étrangère.

« Pour obtenir le marché du fameux paquebot le plus gros du monde, les entreprises du bassin d’emploi nazairien sont contraintes par différentes pressions de faire massivement appel à de la main-d’œuvre étrangère. Et il s’agit hélas d’une dynamique en expansion
Car si, à l’automne 2013, cela ne concernait que quelques dizaines de travailleurs étrangers engagés chaque semaine, nous en sommes, un an plus tard, à quelques centaines par semaine. Plus officieusement, une source informait il y a peu l’un des militants de notre section d’un ratio de cinq mille travailleurs étrangers en « détachement » contre deux mille locaux : moins de 30 % de Français au total.

Depuis quelques mois déjà, nos ouvriers se retrouvent donc à laisser leur place à des sociétés venant majoritairement d’Europe orientale : Lituanie, Pologne, Roumanie… Que vont alors devenir tous les commerces nazairiens travaillant avec nos salariés locaux ?

Le « plus que low coast » se déversant à Saint-Nazaire chaque semaine met à mal nos emplois et un confort de vie souvent déjà bien précaire. Jusqu’en 2012, un ouvrier touchait 12 euros de l’heure, avec un panier-déplacement journalier. Désormais, c’est fini : le taux horaire passe en 2014 à 10,90 euros, et le déplacement est supprimé. Ce sont malheureusement les contraintes à supporter pour pouvoir travailler de nos jours. Mais nous ne nous y résignons pas.

Sachant que les travailleurs détachés se restreignent, afin d’envoyer le maximum de leur salaire dans leurs pays, et que nos travailleurs sont désormais amputés d’une partie de leur pouvoir d’achat, qui va consommer dans nos commerces ? Dans certains secteurs d’activités, cette arrivée massive de travailleurs en détachement pose déjà des problèmes en termes économiques. Que vont devenir nos familles, touchées bientôt par le chômage ou la délocalisation ?

Il est temps de prôner dès maintenant l’égalité de salaires et de charges pour toute personne ou entreprise venant travailler en France. De même, il est grand temps d’imposer à nos grands groupes d’arrêter de faire appel à ces sociétés de sous-traitance, dans le seul but d’engendrer un maximum de bénéfices au plus court terme, quel qu’en soit le coût social pour les Français.

Cela fait des années que l’on entend que le coût du travail est cher en France. Aujourd’hui, tant le président de la République que le Premier ministre et ceux de l’Économie, du Budget et du Travail, ne semblent pas capables pour autant de réunir tous les acteurs socio-économiques – syndicats des ouvriers et du patronat, cadres, représentants des PME-TPE et de l’artisanat, etc. – afin de les obliger à trouver des solutions pour faire baisser le coût du travail. »

Une amie et une militante exemplaire nous a quittés

6515-marine_lepen_3Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

Cheville ouvrière du mouvement dans notre région dont elle portait admirablement les valeurs de générosité, d’humanité et de gentillesse, Eliane Coolzaet nous a quittés.

Cette militante de longue date du Front National a été de tous les combats, apportant dans les succès comme dans l’épreuve des défaites, son éternelle joie de vivre et cet enthousiasme communicatif, qui redonnaient à chacun l’envie de repartir plus déterminé que jamais.

Eliane Coolzaet va manquer à tous les cœurs patriotes. Aux militants qui l’ont connue, je partage avec eux leur profonde tristesse. A ses proches, je témoigne de mes plus sincères sentiments de compassion, ceux de la présidente du Front National et de l’amie.

Fidèles à ce qu’elle a toujours incarné, qu’Eliane sache que nous continuerons avec le même dévouement le combat pour lequel elle s’était investie sans compter.

L’ensemble du Front National s’associe à la peine qui est la mienne aujourd’hui.

Justice : Gilbert Collard (RBM) questionne le gouvernement sur le manque d’effectifs dans nos juridictions

Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, interroge à l’Assemblée nationale le gouvernement sur le manque d’effectifs dans nos juridictions. Dans le cadre du Projet de loi de Finances 2015, Gilbert Collard interpelle la garde des Sceaux, Christiane Taubira.

Concernant la situation à Sivens

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

Le Front National et le Rassemblement Bleu Marine s’associent à la douleur de la famille du jeune opposant au barrage de Sivens décédé dimanche et appellent à faire toute la lumière sur les conditions de ce drame.

Ce jeune homme est victime de l’incapacité des gouvernements successifs à neutraliser les groupuscules d’extrême gauche, professionnels de la violence qui mettent sciemment en danger leurs jeunes militants sur le terrain en engageant une lutte terrible avec des forces de l’ordre confrontées à ce déchaînement de brutalité. Ces groupuscules ont déjà pourtant à de nombreuses reprises ces dernières années démontré leur ultraviolence, en saccageant des centre-villes entiers. Depuis longtemps ils auraient dû être dissous et leurs membres les plus actifs interpellés et condamnés.

Au-delà de ce drame et de l’incapacité de l’État à assurer l’ordre dans des circonstances normales, se posent des questions quant à la capacité de la Nation à concevoir et faire accepter par la population ses grands projets d’aménagement du territoire.

De toute évidence, le pilotage de ce dossier par le conseil général du Tarn a été déficient, et il aura fallu le rapport tardivement commandé par Ségolène Royal pour comprendre que le projet avait été mal conduit et devait subir d’importantes modifications.

Les grands projets d’aménagement du territoire doivent naturellement revenir à l’État qui seul dispose des compétences nécessaires à la conception et à l’acceptation de projets d’envergure nationale. D’une manière générale, le Front National et le Rassemblement Bleu Marine considèrent que les grands projets stratégiques et structurants doivent en France essentiellement être portés par l’État.

Comme l’affaire de Notre-Dame-des-Landes, celle du barrage de Sivens montre qu’il est illusoire de laisser les collectivités locales seules soutenir des projets qui, pour emporter l’adhésion des populations, et ne pas voir les oppositions se radicaliser, doivent être conçus et compris par tous comme étant au service de l’intérêt général.

La France est en panne à tous points de vue, et il est choquant de constater qu’aujourd’hui, les projets d’envergure s’enlisent tous, les uns après les autres, dans des guerres locales devenues insurmontables. L’absence de réflexion stratégique au niveau national, de volonté politique clairement exprimée, et de capacité à mobiliser les Français autour de projets à la fois cohérents, utiles et respectueux de l’environnement, se traduit par une inertie coupable en matière d’aménagement du territoire.

Il est enfin indécent de voir un ancien président de la République, lui aussi incapable en son temps de moderniser le territoire national, se livrer à des rodomontades d’estrade en rappelant que sous son mandat, aucune manifestation n’avait dégénéré en la mort d’un opposant. Il s’agit là d’une pitrerie supplémentaire de la part d’un homme du passé, aux abois, prêt à toutes les bassesses pour faire parler de lui.

« Europhiles contre europhobes » : Dominique Martin (FN) face à l’UMPS sur France 3

Dominique Martin, député français du Front National au Parlement européen, débattait de Strasbourg dans « La Voix est libre » sur France 3 face aux représentants de l’UMPS. Le sujet de l’émission : « europhiles contre europhobes ».


Revoir « europhiles contre europhobes » dans La… par France3Alpes

Bruxelles entraîne inexorablement les peuples dans la grande pauvreté

Marie-Christine Arnautu FN Nice Municipales 2014Communiqué de Marie-Christine Arnautu, député français au Parlement européen, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

En mai 2013, un rapport établi pour l’UNICEF soulignait qu’en Grèce, le taux des ménages avec enfants vivant sous le seuil de pauvreté s’élevait à 44,3%. Il précisait et que le nombre d’enfants pauvres atteignait 527 000 dont plus de la moitié en état de grave privation matérielle.

Aujourd’hui l’UNICEF nous alerte sur la situation du Portugal : 31% des familles nombreuses et 41% des familles monoparentales vivaient en 2011 en dessous du seuil de pauvreté, et tout comme en Grèce, les enfants de ces familles frappées par l’austérité, ont des carences graves en viande, poissons, yaourts, mais manquent également de vêtements et de chaussures. Plus alarmant encore : 546.000 enfants sont sortis des allocations familiales entre 2009 et 2012.

Ces deux pays suivent depuis des années les politiques d’austérité préconisées par Bruxelles et le FMI, au détriment flagrant de leurs compatriotes et de leurs enfants.

François Hollande, comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy, s’inspire de ces « anti-modèles » dévastateurs en s’attaquant budget après budget à notre solidarité nationale et à notre politique familiale.

Quelles que soient les promesses de campagne de l’UMP et du PS, aucun d’eux ne sera capable de mener une autre politique que celle qui a fait preuve de sa nocivité chez nos voisins européens : leurs gouvernements obéissent servilement à Bruxelles et leurs enfants ne peuvent plus être nourris correctement.

Seuls le Front National et Marine Le Pen demandent la renégociation des traités européens.

Un retour à notre souveraineté nationale s’impose afin de sortir de la spirale de la pauvreté et de cette terrible régression, dans lesquelles nous entrainent Bruxelles et l’Union européenne chaque jour un peu plus.

Émeute à Nantes, le Front national 44 réagit

Sirven
La ville de Nantes à connu, le 27 octobre dans la soirée, une importante émeute fomentée par des activistes d’extrême gauche et antifas. Le Front national de Loire-Atlantique a immédiatement réagi en diffusant le communiqué suivant :

Émeute à Nantes, le Front national de Loire-Atlantique condamne les violences et demande la dissolution des groupuscules violents

Une nouvelle fois, le 27 octobre dans la soirée, la ville de Nantes a subi la violence de casseurs organisés, membres de diverses organisations cataloguées comme d’extrême-gauche, antifa ou zadiste.

Une nouvelle fois, des vitrines ont été cassées, des magasins attaqués, du matériel urbain dégradé, des policiers agressés et de simples citoyens menacés.

Le Front national de Loire-Atlantique condamne ces violences contre des biens et des personnes et s’étonne, une fois de plus, que la répression policière n’ait pas été à la hauteur des délits (seulement 8 personnes interpellées selon FBLO) .

Suite à ces actes de violence répétés à Nantes, à Notre-Dame-des-Landes et ailleurs dans le département, le Front national de Loire-Atlantique demande au Préfet de Loire-Atlantique d’intervenir auprès du ministre de l’Intérieur afin qu’une procédure de dissolution soit entamée contre les groupuscules violents d’extrême-gauche, antifas et zadistes actifs dans notre département.

De son côté, Christian Bouchet, tête de liste de Nantes Bleu Marine au municipales de 2014 et futur candidat du Front national aux départementales de 2015, a remis aux médias ce communiqué :

Les Écologistes à Nantes : casseurs cagoulés et bobos en costume

BOUCHET-ChristianUne émeute émaillée de nombreuses dégradations commises sur des biens privés et publics s’est déroulée à Nantes le 27 octobre en fin de journée.

Les auteurs des violences inqualifiables sont clairement identifiés, il s’agit de militants d’une fraction de la mouvance écologiste.

Cette mouvance écologiste est dans le même temps représentée au conseil municipal de Nantes où elle siège dans une coalition PS-PC-Écolos.

Comme Docteur Jekyll et Mister Hyde, les écologistes sont donc à Nantes à la fois des casseurs cagoulés et des bobos en costume…

Pour Christian Bouchet, tête de liste de Nantes Bleu Marine au municipales de 2014 et futur candidat du Front national aux départementales de 2015, cette situation incarne bien l’ambiguïté du mouvement écologiste dans notre ville.

Comme tous les Nantais, Christian Bouchet attend des élus écologistes au conseil municipal de Nantes une condamnation claire des groupuscules écologistes qui, hier soir, faisaient régner la peur dans les rues de Nantes et qui la font régner, depuis plusieurs années, à Notre-Dame-des-Landes.

Christian Bouchet invite par ailleurs les élus écologistes au conseil municipal de Nantes à s’associer à lui pour intervenir auprès du préfet de Loire-Atlantique afin que celui-ci demande au ministre de l’Intérieur qu’une procédure de dissolution soit ouverte contre les groupuscules violents d’extrême-gauche, écologistes, antifas et zadistes à l’oeuvre hier dans notre ville.

 

Assemblée nationale – Gilbert Collard (RBM) interroge le gouvernement sur la fraude sociale liée aux emplois saisonniers

Gilbert CollardQuestion écrite de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, au gouvernement

M. Gilbert Collard attire l’attention de M. le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social sur la situation de certains travailleurs saisonniers étrangers, qui rejoignent ensuite leur pays d’origine.

Dans l’intervalle, certains d’entre eux s’inscriraient au chômage, afin de bénéficier des ASSEDIC tout en retrouvant parfois un emploi dans leur région de provenance.

M. Gilbert Collard pensait que les contrôles administratifs et les convocations dans les agences de Pole Emploi suffiraient à éviter cette fraude potentielle. Il semblerait cependant que la rareté des convocations permettrait le maintien d’allocations indues, grâce à une domiciliation française de complaisance et à un téléphone portable utilisable en itinérance.

M. Gilbert Collard souhaiterait savoir si de telles fraudes sociales ont été détectées et approximativement quantifiées.

La France à nouveau premier producteur mondial de vin : le mérite en revient avant tout à nos viticulteurs !

edouard_ferrandCommuniqué d’Edouard Ferrand, député français au parlement européen, membre de la comagri

La France reste la grande nation du vin. Avec 46 millions d’hectolitres produits, la France, selon l’Organisation internationale de la vigne et du vin, retrouve le rang de premier producteur mondial. Alors que la presse explique ce succès par les aléas climatiques, il convient avant tout de souligner le savoir-faire, l’excellence, l’abnégation d’une tradition deux fois millénaire sur notre sol. Alors que les vins du « Nouveau Monde », Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, Chili…, connaissent une certaine uniformité, nos grand crus comme nos vins issus des petits producteurs locaux révèlent la diversité de nos climats, des plantations, des techniques, des produits…

Cette performance démontre une fois encore le bien fondé de l’encadrement des droits de plantations et de la protection des appellations, que, sous prétexte de compétitivité, la Commission européenne tente encore de battre en brèche. Pour notre avenir, protégeons nos petits domaines et nos appellations !

Seul le Front national défend le patriotisme alimentaire

Front National  Flamme FNCommuniqué de Philippe Loiseau et Edouard Ferrand, députés français au Parlement européen (Front National), membres de la commission agriculture et développement rural

Au Salon international de l’alimentation Valls a joué du menton en affirmant qu’il voulait sanctionner les pratiques commerciales déloyales. Coïncidence (?) c’était en discussion à la Commission agriculture de l’Union européenne dernièrement…

La grande distribution, répondant à la logique ultralibérale, fait en effet peser une pression sur les prix des producteurs. Marine le Pen, dans son projet présidentiel, avait prévu la lutte renforcée contre les ententes entre centrales d’achat et les abus de position dominante de la grande distribution. Après Montebourg et sa marinière, Manuel Valls évoque « le patriotisme alimentaire ». Encore une idée défendue par le Front National qui lui l’appliquera, car cela doit s’accompagner d’une autre logique économique en faveur des producteurs et des consommateurs : relocalisation des productions, diminution des importations dont dépendent notre agriculture, rapprochement des productions au plus près des systèmes de distribution, développement des circuits courts pour baisser les coûts de transport mais aussi la pollution, label « Achetons français ». Valls est-il prêt à appliquer ces mesures ? Non. Seul le Front national défend le patriotisme alimentaire.

Michel Sapin promet encore plus d’austérité pour calmer le courroux de ses maîtres bruxellois !

Marine Le PenCommuniqué de de Marine Le Pen, présidente du Front National

Terrorisé par les conséquences politiques internes qu’entraînerait le rejet par l’Union européenne du budget français, l’élève Sapin vient de promettre à ses maîtres de Bruxelles 3,6 milliards d’euros d’austérité supplémentaires.

En votant le Traité budgétaire européen, les responsables PS et UMP ont réduit à néant le processus démocratique et gravement humilié notre pays, désormais contraint d’aller faire viser le budget de la Nation par une commission européenne aussi illégitime qu’éloignée des intérêts français.

Ce sont les Français qui découvrent effarés en ce moment qu’on leur a volé leur liberté de peuple, et condamnés à l’austérité la plus brutale et la plus stupide.

Le spectacle pitoyable qu’inflige actuellement le gouvernement français à nos compatriotes, entre exercices de soumission à Bruxelles et engagements parfaitement contraires à nos intérêts qui en découlent comme celui de M. Sapin ce jour, discrédite à jamais ces partis politiques qui ont fait le choix de l’Europe contre la France.

Marine Le Pen prend l’engagement de proposer par référendum aux Français de se libérer de la prison européenne en quittant l’UE.
Les dirigeants politiques français de droite et de gauche qui ont bradé une souveraineté nationale qui ne leur appartenait pas et mis l’honneur français plus bas que terre devront en répondre devant les Français et devant l’Histoire.

Le système bancaire privé européen est-il en danger ?

Front National flammeCommuniqué de Bernard Monot, stratégiste économique du Front National, député français au Parlement européen

La Banque centrale européenne a rendu public ce dimanche le résultat des tests de résistance (Stress tests) qu’elle a menés sur les 130 principales banques européennes. Cet examen a pour vocation de prévenir les risques bancaires afin d’éviter les faillites, mais surtout de redonner confiance aux marchés de capitaux mondiaux.

On constate que 25 établissements n’ont pas passé ce test, soit presque 20% de banques dites systémiques. C’est d’ores et déjà énorme, compte tenu de tous les renflouements financiers qui leur ont été accordés depuis 2008, au de triment des finances publiques des Etats.

Mais la fragilité du système bancaire privé européen est certainement encore sous-estimée. En effet, la valorisation de certains actifs, comme les dettes souveraines, l’immobilier et les produits dérivés, est sujette à caution. Les engagements hors bilan des grandes banques sont à la fois très importants et mal appréhendés, notamment en France. Enfin, les hypothèses macroéconomiques retenues pour les tests par la BCE pourraient se révéler trop optimistes.

Au-delà de ces résultats, qui se veulent faussement rassurants pour le grand public, la réalité est que ces tests ont été réalises par des banquiers pour des banquiers et qu’ils ne freineront pas plus l’avidité des opérateurs de marché que la spéculation.

Les plans de refinancement publics des banques ont donné de mauvaises habitudes, depuis le Crédit Lyonnais jusqu’à Dexia en France, en déresponsabilisant les financiers. La crise bancaire chypriote en 2013 a, qui plus est, donné naissance à un nouveau péril démocratique: l’union bancaire. Voulue par le Troika, cet ensemble de règles européennes fait que ce sont les épargnants qui seront appelés désormais à combler les pertes des banques.

Pour éviter ce totalitarisme financier qui menace les Français d’une euthanasie de leur épargne si le risque systémique se réalise, le Front National, inspiré par sa vision stratégique à long terme, propose sa solution alternative de « patriotisme économique » avec une France de livrée de l’euro monnaie unique et de ses contraintes.