Hors zone euro, la Grande Bretagne se redresse plus vite

Hors zone euro, la Grande-Bretagne se redresse plus vite que la France !

Revue de presse. Hors de la zone euro et parfaitement souveraine, la Grande-Bretagne se redresse après la crise financière. Grâce à la mise en place d’une politique monétaire très accommodante, le gouvernement favorise en priorité le retour de la croissance économique, l’emploi des Anglais, le développement et l’activité des entreprises, Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

A Laguiole, c’est un morceau de notre patrimoine national que brade le gouvernement !

Communiqué du Front National Au prétexte que la loi censée protéger les artisans titulaires d’une indication géographique protégée n’est pas encore appliquée, le gouvernement abandonne le village de Laguiole, fleuron de la coutellerie française, à une succession de décisions ubuesques. Après avoir été dépossédé de son nom par une première Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - France 3

Européennes / FN / BNP – Droit de réponse de Marine Le Pen au Figaro

Mise en cause dans un article titré « Rencontre avec Nigel Farage, le Britannique qui veut faire sauter l’Europe » publié en page X de votre édition du 15 avril 2014 et dans sa version numérique http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/04/14/31001-20140414ARTFIG00287-rencontre-avec-nigel-farage-le-britannique-qui-veut-faire-sauter-l-europe.php, je vous prie et au besoin … en vertu des dispositions prévues par l’article 13 Lire l'intégralité de l'article

Humiliation de la France su la scene europeenne - deficit public 2014

Objectif 3 % de déficits publics : Valls contredit Hollande !

Dans la revue de presse de ce matin diffusée sur la chaîne de l’économie, BFM Business, Laurent Mimouni relate le contorsionnisme adopté par le Premier ministre, Manuel Valls, pour essayer de s’en sortir vis-à-vis de l’Europe de Bruxelles : « Hier à Berlin raconte Le Figaro, Manuel Valls a été très clair, Lire l'intégralité de l'article

vacances - le budget des francais chute de 25 pourcent

Vacances : le budget des Français s’effondre de 25 % !

En plein marasme social dû à la politique d’austérité européenne mise en œuvre par le tandem socialiste Valls-Hollande, les Français sont obligés de réduire considérablement depuis plus de 3 ans leur budget alloué pour partir en vacances. Ils se serrent la ceinture et économisent. C’est Mondial Assistance, un assureur de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Europeennes 2014 - 25 mai 2014

Européennes 2014 – Marine Le Pen : « J’en appelle à la lucidité des Français ! »

Ce matin, Marine Le Pen, présidente du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Marine Le Pen a réagi en marge des élections européennes qui se dérouleront le 25 mai 2014 en France. « J’en appelle à la lucidité des Français !  Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Salut les terriens : Louis Aliot invité de Thierry Ardisson

Louis Aliot, vice-président du Front National chargé des manifestations et de la formation, est l’invité de Thierry Ardisson dans l’émission « Salut les terriens » sur Canal Plus. Salut les Terriens du 12/04/14 – Part. 2 Louis Aliot à partir de 7mn Partager la publication "Salut les terriens : Louis Aliot invité de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen a la Douma - crise en Ukraine

Russie : visite privée de Marine Le Pen à la Douma

En visite privée à Moscou en Fédération de Russie, Marine Le Pen, présidente du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, en a profité pour rencontrer et dialoguer avec le président de la Douma, Sergueï Narychkine, concernant la crise en Ukraine provoquée par les euromondialistes. Partager la publication "Russie : visite Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Comme prévu, un remaniement pour rien !

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National On nous annonçait un « gouvernement de combat » renouvelé et resserré, les Français découvrent au final un gouvernement bien trop fourni, composé de 30 ministres et secrétaires d’État, et très peu modifié, via un simple jeu de chaises musicales. La promotion-sanction de Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Analyse

Hollande bat tous les records d’impopularité

Et un petit parachutage dans l'Est de l'Ukraine pour faire remonter la popularité, ça le ferait ?

Et un petit parachutage dans l’est de l’Ukraine pour faire remonter la popularité, ça le ferait ?

C’est un record absolu dans l’histoire de la Ve République. Selon le baromètre Ifop/JDD, seul outil mesurant l’opinion des Français sur le président de la République et le Premier ministre depuis 1958, quarante points séparent François Hollande (qui chute à 18 %) de son nouveau chef de gouvernement (qui démarre à 58 %).

A quelques semaines du deuxième anniversaire de l’élection de François Hollande à l’Élysée, jamais un Président n’a connu en terme d’opinion une situation si compliquée, si difficile voire si catastrophique. François Hollande paie cash la claque des élections municipales avec la perte de 155 villes détenues jusqu’à présent par le PS.

Sans surprise, il bat tous les records d’impopularité et s’enfonce davantage vers des profondeurs jamais atteintes par ses prédécesseurs : le plus petit nombre de Français « très satisfaits » (2 %), le plus grand nombre de mécontents (82 %), l’écart le plus important jamais enregistré entre un chef de l’État et son Premier ministre (40 points). Le précédent record datait de mars 2008 (déjà après des municipales largement perdues) avec 21 points entre Nicolas Sarkozy et François Fillon.

Source : lejdd.fr

Recyclage : l’Union européenne lorgne sur une nouvelle manne financière

Revue de presse. La filière du recyclage intéresse sournoisement l’Union européenne. Il s’agit en effet d’une véritable économie créée autour du traitement des déchets qui met à contribution nombre d’acteurs publics et privés notamment en France. En mai 2014, la Commission européenne va publier un état des lieux de la législation du recyclage. En attendant, le secteur inquiète les experts et membres des institutions européennes qui n’ont pas encore la mainmise sur ce secteur d’activité.

Extrait. Les potentiels du secteur sont énormes avec la création potentielle de 400 000 emplois d’ici 2020 d’après la Direction générale environnement de la Commission européenne. Pour permettre l’émergence de cette économie spécialisée, les instances européennes insistent sur la transparence et la lutte contre les filières souterraines.

Alors que la Commission européenne prépare une évaluation du recyclage des pays de l’Union, le risque de corruption plane sur ce secteur en développement. Il est en effet difficile de lutter contre l’opacité d’un système qui implique une myriade d’acteurs : particuliers, entreprises et collectivités locales.

Lire l’article : RSE Magazine

Plus de 20 % des jeunes cherchent toujours un emploi trois ans après avoir quitté l’école

Hollande l'autre pays du chômageEn 2013 plus d’un jeune sur cinq n’avait pas réussi à trouver un emploi trois ans après sa sortie du système scolaire, selon une étude publiée ce mardi par le Cereq. Les peu ou pas diplômés sont plus que jamais en première ligne face à la crise.

L’insertion professionnelle des jeunes diplômés s’est fortement dégradée en 2013. Le Centre d’études et de recherches sur les qualifications (Cereq) s’est penché en 2013 sur le sort des quelque 700.000 jeunes sortis trois ans auparavant du système scolaire, pour voir comment cette «  génération 2010  » s’est insérée dans la vie professionnelle, dans un contexte particulièrement difficile : un marché du travail sinistré par la crise financière et la crise de la dette, une forte poussée du chômage et la diminution des contrats aidés destinés aux jeunes (la montée en charge des emplois d’avenir voulus par François Hollande ne s’opérant qu’en 2013.) Résultat : 22 % des 33.000 jeunes interrogés directement par le Cereq cherchaient toujours un emploi en 2013, soit le plus haut niveau observé depuis que ce centre de recherches a lancé ce type d’enquêtes en 1992.
La crise a en outre encore accentué les disparités entre les jeunes diplômés et les jeunes peu ou pas diplômés : le taux de chômage des non-diplômés a atteint ainsi le niveau record de 48 %, trois ans après leur sortie du système scolaire. Ils ont «  en moyenne passé autant de temps au chômage qu’en emploi  », relève le Cereq. Les titulaires d’un CAP ou d’un BEP, même s’ils sont moins mal lotis, ont vu aussi leurs difficultés s’aggraver, avec un taux de chômage qui a augmenté de 15 points par rapport à la «  génération  » précédente.

Lire l’intégralité de l’article sur lesechos.fr

Valls : un gouvernement pro-européen aux ordres des marchés financiers

gouvernement Valls aux ordres de l'Europe de Bruxelles

A l’issue du premier Conseil des ministres qui s’est déroulé vendredi, Serge Raffy, rédacteur en chef adjoint du Nouvel observateur, réagit sur I-Télé en signalant que le gouvernement Valls est « pro-européen » et qu’« il n’y aura pas d’ambiguïté pour jouer le jeu de l’Union européenne ». Et cela pour une raison très simple : les marchés financiers et la Commission de Bruxelles « nous surveillent de très près et il va falloir donner des gages très rapidement pour ne pas inquiéter tous ces gens là ! »

Rappelons que la politique européenne menée à l’encontre des pays endettés et surendettés comme la France, s’articule par la mise en place d’une cure d’austérité sans précédent contre les peuples.

Pour 66 % des Français, le Front National propose des solutions réalistes

pour 66 pourcent des francais, le FN propose des solutions realistes - janvier 2014

Dans un sondage paru en janvier 2014 et réalisé par Ipsos / Stéria, on apprend que les Français sont de plus en plus intéressés par les solutions proposées par le seul mouvement politique qui défend le rôle de la nation, le Front National.

  • Pour 53 % des Français, le Front National est un parti utile
  • Pour 66 %, le Front National incarne une alternative politique crédible au niveau national et propose des solutions réalistes !
  • C’est un parti proche des préoccupations pour 68 % des Français
  • Pour 49 % des Français, le FN est un parti démocratique

Source : Ipsos – Janvier 2014

Européennes 2014 : les Français contestent de plus en plus l’Europe de Bruxelles !

Europeennes 2014 - il faut renforcer les pouvoirs de decision de notre pays meme si cela doit conduire a limiter ceux de l Europe pour 70 pourcent des Francais

Les Français sont désormais de plus en plus nombreux à vouloir tourner le dos à l’Union européenne, celle que défendent la bouche en cœur et la main dans la main la gauche socialiste hollandaise et la droite UMPiste sarkozyste.

Le repli et la défiance de l’opinion des Français exacerbent les crispations à l’égard de l’Union européenne à 4 mois des prochaines élections européennes qui se dérouleront à la proportionnelle le 25 mai 2014.

Pour faire face aux grands problèmes des années à venir, une large majorité de Français (70 %, +5) plaide :

  • Pour un renforcement des pouvoirs nationaux au détriment de ceux de l’UE (67 %).
  • La contestation de la monnaie unique est également en nette progression.
  • 33 % (+5) des Français souhaitent que la France sorte de la zone euro et repasse au franc (contre 67 %, -5 qu’elle reste dans l’euro). Cette idée est désormais majoritaire chez les ouvriers (à 52 %, +8 soit l’une des plus fortes progressions).
  • En outre, seuls 45 % des Français (34 % des ouvriers) estiment que l’appartenance de la France à l’Union européenne (UE) est une bonne chose, contre 40 % pour qui c’est une mauvaise chose.

Les Français font aussi part des valeurs du passé :

  • Pour 74 % des Français, la France, c’était mieux avant
  • Pour 78 % des Français : dans ma vie, je m’inspire de plus en plus des valeurs du passé
  • Rien n’est plus beau que la période de mon enfance pour 70 % des Français

Voir aussi : sondage / la société française se fracture, les Français se tournent vers le Front National

Source : Ipsos – janvier 2014

Sondage : la société française se fracture, les Français se tournent vers le Front National

La France en declin 2014

Dans une récente enquête réalisée par l’institut de sondage Ipsos / Steria pour Le Monde / France Inter / Cevipof / Fondation Jean-Jaurès, on observe de nouvelles fractures au sein de la société française, une aggravation des jugements dans certains domaines et un renforcement du clivage social qui traverse la société française.

Extrait. Les Français exigent très exactement :

  • Une forte demande (84 %) d’autorité de la part d’un vrai Chef d’État pour remettre de l’ordre en France !
  • L’armée et la police font partie des rares institutions auxquelles une majorité de Français accordent encore leur confiance
  • Pour 58 %, la France doit se protéger davantage du monde d’aujourd’hui
  • Une vraie maitrise des flux migratoires sur l’ensemble du territoire national, 66 % des Français sont d’accord avec l’idée selon laquelle il y a trop d’étrangers en France et 47 % pensent que pour réduire le nombre de chômeurs en France, il faut réduire le nombre d’immigrés.
  • Islam : 63 % (-11) des Français considèrent que cette religion n’est pas compatible avec les valeurs de la société française
  • 72 % des Français n’ont pas confiance dans l’Assemblée nationale, 73 % dans le Sénat.
  • Pour 88 % des personnes interrogées, les hommes et les femmes politiques ne s’occupent pas de ce que pensent les gens.
  • Pour 74 % des Français, les journalistes ne parlent pas des vrais problèmes des Français.
  • Près d’un Français sur deux (45 %) se montre favorable au retour de la peine de mort

Le constat de cette enquête est sans appel !

Dans ce contexte, le Front National séduit, au-delà de ses sympathisants, une partie significative de la population.

  • 32 % des Français disent que ce parti est proche de leurs préoccupations (38 % des employés et 41 % des ouvriers).
  • Ses propositions sont perçues comme réalistes par 34 % des Français (42 % à l’UMP).
  • Il incarne une alternative politique crédible pour 34 % des sondés (40 % à l’UMP).

Découvrir l’intégralité du sondage – cliquez-ici

Sondage commenté par Brice Teinturier, directeur général délégué, Ipsos France

Recul du travail en intérim : un signe négatif pour l’emploi

po d'emploiEntre février 2013 et février 2014, l’emploi intérimaire a reculé de 2,4 %. Le secteur le plus touché est celui du bâtiment mais à l’inverse certaines professions souffrent d’une pénurie de main-d’œuvre.

Sur le front de l’emploi, tous les indicateurs virent au rouge. Alors que les chiffres du chômage se sont envolés pour le mois de février, ceux du travail en intérim ne sont pas bons. En un an, l’emploi intérimaire a reculé de 2,4 %, avance Prismemploi cité par France Info. L’organisation patronale qui regroupe les différentes agences d’intérim rappelle qu’en janvier, ce secteur avait déjà reculé de 2,7 % après une chute de 8,6 % sur l’ensemble de l’année 2013.
Le travail en intérim donne des indications sur les tendances à venir concernant l’emploi. De fait, il s’agit d’une variable d’ajustement pour les entreprises, si elles font face à des pics d’activité, elles vont d’abord embaucher du personnel en intérim avant de créer des emplois et à l’inverse en cas de coup dur, elles vont réduire en priorité le nombre d’intérimaires.
Le secteur le plus touché est celui du bâtiment et des travaux public avec une baisse de près de 10 % entre février 2013 et février 2014. Si l’hiver doux n’est pas la cause de ce moindre appel à de la main-d’œuvre extérieure, en revanche la proximité des municipales a peut être eu un impact sur les embauches d’intérimaires. De fait, peu avant les élections, les communes ont tendance à reporter les grands travaux. Les services, le commerce et les transports, sont aussi touchés par une baisse de l’emploi intérimaire. Paradoxalement, certains secteurs peinent toujours à recruter des intérimaires. C’est le cas de l’aéronautique où les soudeurs qualifiés se font rares.

Source : lefigaro.fr

République bananière d’Ukraine, épisode 7

Ukraine Sashko Biliy Muzytscko UNA UNSO

Celui-là ne pourra plus nuire : il s’est fait descendre la nuit dernière près de Rovno, par les services spéciaux… ukrainiens, si l’on en croît la presse du pays. Le début de la fin pour tous ces pions euroatlantistes les plus déjantés ?

Par Xavier Moreau, analyste en géopolitique, spécialiste de la Russie et de l’Europe centrale

Épisode 7 : vol au-dessus d’un nid de cinglés

Humilié par son échec, le département d’État américain a décidé d’appliquer à l’Ukraine la même politique de terre brulée qu’en Syrie. Les bandes continuent de semer le désordre partout dans le pays. Deux députés de Svoboda se sont attaqués au directeur de la première chaîne publique de télévision, si bien que, même les journalistes français n’ont pas osé passer cela sous silence. Une gifle à un journaliste les choque davantage que « les snipers de l’OTAN » tirant sur les policiers et les manifestants, que ce soit à Damas ou à Kiev. Les mêmes snipers ont tenté, le 18 mars dernier, de faire basculer la réunification de la Crimée dans un bain de sang. Bilan : un soldat ukrainien et un cosaque sont morts. À ces morts s’ajoutent deux blessés, un dans chaque camp. Ces derniers sont soignés dans un hôpital russe de Crimée. La palme du mensonge, ou de la bêtise, revient à l’envoyée spéciale du journal Le Monde. Dans un tweet, Marion Van Renterghem évoque une procession pour « deux cosaques morts et rien pour le soldat ukrainien ». Cette idiote ne s’est même pas aperçue que, sur sa propre photo, c’est le portrait du soldat ukrainien qui est tenu par l’homme à droite. Ces deux hommes, qui ne seront malheureusement pas les derniers à tomber sous les balles de l’OTAN, ont eu droit à un enterrement commun à la maison des officiers. Ces cosaques et ces soldats ukrainiens de Crimée ne se sont pas trompés d’ennemi.

Le reste de la situation à l’intérieur du pays oscille entre l’anarchie et le sordide. Les milices néonazies révèlent leur vraie nature, celle de brigands provenant des zones les plus arriérées de l’Ukraine, et cherchant à s’enrichir rapidement par la rapine systématique. Les miliciens sont devenus des hommes de main, investissant tour à tour l’usine de vodka de Némirov, des usines étrangères ou un train de passagers russes. Ajoutons que la semaine dernière, deux procureurs auraient été pendus dans la région de Lvov.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Ci-dessous : deux vidéos, à Kiev et à Lviv (Lvov), montrant les bandes armées néonazies de Praviy Sektor (Secteur droit) semant la terreur parmi la population ukrainienne. Là où BHL passe, la liberté trépasse…

Perpignan Ensemble : Louis Aliot (FN / RBM) progresse dans tous les quartiers de Perpignan

Source : France Bleu

L’implantation est désormais totale : le parti de Marine Le Pen réalise des scores historiques dans tous les secteurs de Perpignan au premier tour des municipales. Dans les quartiers populaires comme dans les quartiers bourgeois.

Jusqu’à présent, le Front national avait …

Lire la suite sur « Perpignan Ensemble avec Louis Aliot »

Olivier Berruyer (BFM Business) dénonce la désinformation occidentale sur le putsch en Ukraine

Olivier Berruyer, analyste sur BFM Business, dénonce la désinformation des gros médias et des tenants de l’Union européenne et des États-Unis sur la crise ukrainienne et sur la nature des putschistes qui ont pris le pouvoir à Kiev par la violence. Il ne se dit pas optimiste quant à l’avenir de ce pays en voie d’éclatement.

Ukraine / Crimée – Aymeric Chauprade : « Il s’agit de la réunification de la Russie »

Aymeric Chauprade, géopolitologue, tête de liste du Front National pour les européennes en Ile-de-France et conseiller de Marine Le Pen pour les relations internationales, est actuellement en mission d’observation en Crimée, où s’est déroulé le 16 mars 2014 un référendum portant sur un rattachement de la Crimée à la Russie. Il témoigne au micro de la radio francophone « La Voix de la Russie« . Aymeric Chauprade se rendait en Crimée à titre individuel, invité par une ONG.

 
En direct de la Crimée : témoignage d’Aymeric… par realpolitiktv

République bananière d’Ukraine, épisode 6

Secteur droit KievAnalyse de Xavier Moreau, géopolitologue spécialiste de la Russie et de l’Europe centrale

Épisode 6 : anarchie

John Kerry et Sergueï Lavrov d’accord sur les sanctions.

Selon toute vraisemblance, les chefs des diplomaties russe et américaine sont tombés d’accord vendredi dernier pour « l’après-annexion » de la Crimée. Le temps des postures étant passé, Américains, Anglais, Allemands, Français et Russes doivent désormais régler le plus rapidement et le plus efficacement possible les problèmes du reste de l’Ukraine.

Problème numéro 1 : l’insécurité

Le problème des bandes armées est de plus en plus ingérable. À Kiev, dans la nuit de mercredi à jeudi, 38 « Guerriers de Narnia » armés (une composante du « Praviy Sektor »), ont attaqué une banque. Arrêtés par la police, ils ont été relâchés après avoir expliqué qu’ils voulaient protéger la banque. Rappelons que les structures de force du gouvernement putschiste sont entre les mains de Svoboda. Le fait est que ces milices sont constituées majoritairement par des militants de l’ouest pauvre de l’Ukraine. Elles n’ont absolument pas envie de se disperser et de retourner dans leur campagne misérable. La violence s’étend de plus en plus dans l’est de l’Ukraine. À Donetsk, les militants antimaïdan ont violemment dispersé les milices néonazies, faisant un mort. À Kharkov, ce sont les milices néonazies qui ont ouvert le feu sur les antimaïdan faisant deux morts et cinq blessés, dont un policier. Après avoir pris trois otages, une trentaine de néonazis se sont finalement rendus à la police. Ce matin, des habitants de Kharkov montaient la garde devant le commissariat pour éviter que les miliciens soient libérés comme à Kiev.

Dans l’ouest de l’Ukraine, les dépôts de munitions ont été pillés, des milliers de kalachnikov, de pistolets Makarov, de grenades et de munitions sont désormais dans la nature. Selon la presse russe, des armes antiaériennes portables de type « Igla » auraient également disparu. Pour tenter de reprendre la main, le gouvernement putschiste a décidé de monter une garde nationale. Dans la mesure où le ministre de la Défense est l’ancien « chef d’état-major » de Maïdan, il y a fort à parier que cette garde soit en fait une milice chargée de réprimer les mouvements russophones et d’organiser le nettoyage ethnique, sur le modèle de ce que les services américains avaient effectué avec succès en Krajina en 1995 et sans succès, en 2008, en Ossétie. Le gouvernement russe a clairement fait savoir qu’il ne tolérerait pas ce genre d’agressions.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Praviy Sektor Kiev

Ci-dessus : milice affiliée à Praviy Sektor semant la terreur dans les rues de Kiev. La scène d’une rare violence s’est déroulée hier dans la matinée sous les fenêtres d’Anna Savinova, une jeune Ukrainienne qui a pris ces photos. Détail intéressant de son témoignage : ces individus arborant l’insigne bandériste de Secteur droit parleraient peu ou mal l’ukrainien et auraient un accent anglo-saxon…

République bananière d’Ukraine, épisode 5

Par Xavier Moreau, analyste géopolitique spécialiste de la Russie et de l’Europe centrale

Les dernières évolutions autour du conflit ukrainien ont entraîné un brutal retour à la réalité pour les puissances occidentales et la population ukrainienne.

Réalités militaires et sécuritaires

Personne ne peut s’opposer à l’armée russe en Europe, et l’agitation hystérique du Département d’État américain est inversement proportionnelle à sa capacité à agir. L’inquiétude pour la population ukrainienne ne vient pas de l’armée russe, mais de la présence au sein du gouvernement de membres de Svoboda. Ces derniers ont tenté, pour l’instant sans succès, d’intégrer « Pravy Sektor » dans les forces armées ukrainiennes. Les milices ont en outre récupéré les listes de leurs opposants, au sein du parti communiste et du parti des régions. La sécurité de ces personnes et de leur famille est précaire. Les milices peuvent investir les habitations, menacer, battre ou enlever impunément qui ils veulent.

La présence militaire des Russes en Crimée est un faux problème, dans la mesure où le pouvoir à Kiev a moins de légitimité que celui de la Rada de Crimée, qui prend ses décisions sans contrainte extérieure. En outre de nombreux habitants ont la double nationalité, et peuvent ainsi être considérés comme des soldats russes. Aux groupes d’autodéfense de Crimée se sont joints des volontaires russes et serbes.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Aymeric Chauprade : « La Russie a réagi de manière raisonnable et proportionnée »

Entretien accordé par Aymeric Chauprade à l’agence de presse Ria Novosti (mars 2014).

RIA Novosti – Pourquoi les pays d’Occident considèrent-ils les autorités actuelles de Kiev comme légitimes alors que leur arrivée au pouvoir s’est faite par la voie de la violence, par les attaques contre les forces de l’ordre, par la capture de bâtiments administratifs ?

Aymeric Chauprade - Le nouveau pouvoir en place à Kiev est arrivé par un coup d’État contre un président élu démocratiquement. Cette élection démocratique n’avait pas été contestée à l’époque. Il est donc incontestable que le nouveau pouvoir à Kiev n’est pas légal. Si les gouvernements américain et européens reconnaissent le pouvoir de Maïdan, alors ils sont en contradiction flagrante avec les principes qu’ils prétendent défendre. Malheureusement, ils le sont et essaient donc de maquiller leur incohérence en faisant croire que c’est la Russie qui mène une politique de force.

Lire la suite sur realpolitik.tv