25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari. Partager la publication "Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Bruxelles 2014

Conférence de presse de Marine Le Pen à Bruxelles sur les alliances du FN au Parlement européen

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la présidente du Front National et députée française au Parlement européen, Marine Le Pen s’exprime sur son projet de constituer prochainement un groupe. D’ici à juillet, Marine Le Pen espère annoncer la naissance d’un groupe d’eurodéputés qui défendent une autre Europe afin de Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Libres propos

Gilbert Collard dans « Debout les mots » n°50 du 7 septembre 2014

Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, commente l’actualité de la semaine dans « Debout les mots », son émission hebdomadaire, accompagné de Nicolas Meizonnet.

Il était simplement fils de flic !

police-interpellation-Par J.-P. Fabre Bernadac

Aujourd’hui, il est plus dangereux d’être fils de flic que voyou.

Samedi soir, dans le centre-ville de Châlons-en-Champagne, un adolescent de 16 ans se promène avec son amie. Bras dessus, bras dessous, les deux jeunes échangent photos et souvenirs sur leurs vacances respectives lorsqu’ils sont abordés par trois mineurs de 14, 15 et 17 ans. « Toi, t’es un fils de flic ! » lance l’un d’eux. Après ces simples mots et sans explication supplémentaire, l’échauffourée éclate. Les trois malfrats frappent violemment le jeune homme. Celui-ci n’a que le temps de mettre ses mains devant son visage avant de recevoir une avalanche de coups.
Devant les cris et appels à l’aide de l’amie de la victime, les trois agresseurs s’enfuient précipitamment. Secouru par le SAMU, le gamin est hospitalisé à Châlons-en-Champagne. Les blessures sont graves, plusieurs fractures au visage sont diagnostiquées. Aussi, les médecins décident son transfert dimanche au CHU de Reims où il est opéré dès son arrivée.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Allophones ? Non mais allô quoi !

Julien SanchezTribune de Julien Sanchez, maire de Beaucaire (Gard), conseiller régional de Languedoc-Roussillon

A La Rochelle, ce week-end, les socialistes qui n’étaient pas sur scène ont beaucoup crié qu’ils étaient de gauche et du côté du peuple, indiquant qu’il fallait alléger les impôts.

C’est pourquoi, dans un souci constructif et pour l’intérêt général, afin d’aider le gouvernement dans sa recherche d’économies à quelques heures de la rentrée des classes, je tiens, en tant que maire, à alerter le gouvernement et l’opinion publique sur le coût pour les contribuables et la répercussion sur le niveau des enseignements offerts à nos enfants de l’accueil d’élèves dits allophones (autrefois appelés primo-arrivants) dans les écoles françaises.

À Beaucaire (16 000 habitants), ce sont ainsi 22 nouveaux élèves étrangers ne parlant pas français que je suis contraint par la circulaire n°2012-141 du 02/10/2012 d’accueillir dans les écoles de ma ville (du CP au CM2) en cette rentrée scolaire, sans compter les 9 élèves de maternelle.
Pour la plupart originaires du Maghreb et/ou de nationalité espagnole grâce à l’Europe passoire et laxiste en matière de naturalisations ou de droit du sol, ces élèves passent pendant 1 an (durée du dispositif par élève) la moitié de la semaine dans des classes classiques avec les enfants français ou francophones et la moitié de la semaine dans des structures spécialement créées pour eux.
Ces structures, appelées UPE2A, voient des enseignants (recrutés spécialement et payés par l’Éducation nationale via nos impôts pour l’occasion) s’occuper exclusivement de ces enfants (en écoles élémentaires uniquement) pour leur apprendre le français.

République bananière d’Ukraine, épisode 4, saison 2

Par Xavier Moreau, analyste géopolitique, spécialiste de la Russie et de l’Europe centrale

Le système ukrainien poursuit son effondrement politique, économique et militaire. Le calcul du Kremlin, qui consistait à attendre, que les réalités économiques ramènent le gouvernement oligarchique à la raison, semble fonctionner. La question qui se pose aujourd’hui, est de savoir s’il restera quelqu’un pour assumer les réformes constitutionnelles qui aboutiront à la fédéralisation du pays.

Situation militaire

Le 19 août dernier, Kiev a lancé une nouvelle fois ses forces à l’assaut, et de nouveau sans résultats. En fait, les rebelles laissent approcher les troupes ukrainiennes, et en combat rapproché, la supériorité de l’infanterie de Nouvelle Russie fait la différence, particulièrement contre des troupes démoralisées, ou trop habituées aux beuveries de Maïdan. L’artillerie rebelle, plus professionnelle et manœuvrière, emporte régulièrement les duels contre celle de Kiev, qui ne peut que riposter en bombardant les agglomérations à l’aveuglette.

Les tergiversations sur le convoi humanitaire russe ne sont pas liées à la possibilité que les Russes y aient caché une division parachutiste ou des T-90, mais au fait, que cette aide remet en question les efforts de Kiev pour affamer les habitants de Nouvelle Russie. Toute la stratégie de la Junte repose sur l’espoir de répéter ce qui s’est passé à Slaviansk. Notons que la tentative de couper l’approvisionnement en eau à Donetsk a échoué, l’administration de la ville ayant réussi à rétablir les stations de pompage. Fatigués de l’anarchie kiévienne et confiants dans la maîtrise du terrain par les guerriers de la LNR, les Russes ont envoyé leur convoi qui est arrivé aujourd’hui à Lougansk. La crise humanitaire est désormais impossible à nier pour Kiev, d’autant plus que son armée en est également victime.

L’OSCE continue de donner raison à la Russie, et les soldats ukrainiens, faute de combattre efficacement les guerriers du Donbass, en sont réduits à tourner des vidéos où ils se font passer pour des soldats russes prisonniers. Tandis que Pravy Sektor et le SBU torturent et brutalisent leurs prisonniers, l’armée de Nouvelle Russie met un point d’honneur à traiter les siens correctement. Les Ukrainiens capturés sont autorisés à appeler leur famille restée sans nouvelles. L’effet est dévastateur à l’arrière, car Kiev nie l’hécatombe dont son armée est victime. C’est une nouvelle fois le choc entre la sauvagerie de la modernité occidentale et l’Europe chrétienne.

Les Russes n’ont pas besoin d’envoyer du matériel car, comme le soulignait non sans humour le premier ministre de la DNR, Alexandre Zakharchenko, le fournisseur unique et fiable en matière d’armements pour les rebelles reste l’armée ukrainienne. Du côté russe proviennent certainement des volontaires et de l’argent, mais cette guerre est une guerre civile, que Kiev est en train de perdre, faute d’avoir voulu l’admettre.

Il semblerait que la contre-offensive annoncée régulièrement depuis 3 semaines a commencé. Sur tous les points du front, les forces kiéviennes reculent. L’objectif de la Nouvelle Russie est de contrôler totalement la zone tampon avec la frontière russe et ses liaisons avec Lougansk. Ces premiers objectifs atteints, les fédéralistes pourraient se retourner, si leurs réserves le leur permettent, vers Slaviansk et Marioupol. Les jours qui viennent devraient être décisifs.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Taubira et la preuve par le bracelet électronique

Par Caroline Artus

Christiane Taubira y croit : « Nous allons détruire, pulvériser les méthodes qui prétendent que le bon sens dit qu’il faut enfermer […] sans cesse alors que c’est cet enfermement sans cesse qui crée du danger pour la société. » La preuve par le bracelet électronique.
Suite à une série de braquages commis à Paris depuis le 20 mai 2014, un suspect, âgé de 27 ans et condamné pour vol aggravé le 25 mars 2013 à trois ans de prison dont deux avec sursis, a été interpellé dimanche. Casqué et sous la menace d’un pistolet, ce détenu – qui effectue donc sa peine en dehors de la prison – braquait pharmacies, boulangeries, stations-service, supérettes mais aussi des particuliers : 16 vols commis sous bracelet électronique. Ce qui est, pour le garde des Sceaux, la perle de l’incarcération en liberté s’avère, dans la réalité, tout simplement impossible, au moins en région parisienne, disait un juge d’application des peines au Figaro, en mai.
L’auteur présumé des 16 braquages sous bracelet électronique fait partie des 1.830 bracelets circulant dans huit départements de la région parisienne où le taux d’incidents (comme le non-respect des horaires) est de 10 à 15 %.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

La déflation, c’est maintenant !

Bruno LemairePar Bruno Lemaire, secrétaire général d’Idées Nation

Essayons d’y voir clair, plutôt que d’utiliser le langage pédant cher aux ‘experts’ de toutes sortes.

L’économie française, et peut-être européenne, est en panne, c’est-à-dire que nous ne produisons pas plus de biens et services qu’il y a 6 ou 7 ans, pour une population qui s’est accrue pourtant de près de deux millions de personnes, et un chômage qui a  augmenté de plus d’un million d’âmes.

Notre pouvoir d’achat moyen, qui, pour certains s’est simplement transformé en simple pouvoir de survie, a donc lui aussi diminué.

Quant à la hausse des prix, plus couramment appelée « inflation », elle n’a jamais été aussi faible, du moins officiellement.

Alors, succès ou échec que cette inflation tant décriée ?

Faut-il rappeler que pendant les « trente glorieuses », de 1947 à 1973 (pas tout à fait trente ans donc …) la croissance française était de l’ordre de 5%, avec une inflation du même ordre, ce qui ne gênait que les « rentiers », pas les « travailleurs », et ce avec un chômage quasiment inexistant.

Alors non, l’inflation n’est pas un mal absolu : le véritable danger, serait une hyperinflation, c’est-à-dire une inflation incontrôlable. Mais nous en sommes bien loin.

Cela étant, pourquoi une inflation (officielle) si faible est-elle dommageable ?

Pour une raison bien simple, ceux qui ont de l’argent, beaucoup d’argent, préfèrent investir, ou spéculer, là où le marché monte – à la Bourse par exemple – plutôt que dans un secteur où les prix stagnent, voire baissent. Qui va acheter, pour les revendre, des marchandises, lorsque l’on craint que les prix à la revente soient plus bas encore que les prix d’achat.

Certes les « petits », les « sans-grade », aimeraient bien acheter « à prix bas ». Mais eux n’ont déjà plus le moyen d’acheter quoi que ce soit.

Forcer les « riches » ou les « gros rentiers » à dépenser ? Comment ? Ce n’est sûrement pas en faisant appel à leur sens civique que cela peut marcher, et les inciter à sortir de la « trappe à liquidités » évoquée par Keynes.

Lorsque l’on voit les sommes énormes injectées par la BCE dans l’économie européenne, mais qui se retrouvent simplement dans les bilans des banques ou les comptes des spéculateurs, c’est-à-dire dans l’économie financière, et non dans l’économie réelle, celle de tous les jours, celle des commerçants, artisans, entrepreneurs , ménages, on voit bien que ce n’est pas en jouant sur la quantité de monnaie, ou même sur le taux d’intérêt, qu’il faut agir.

Non, c’est en faisant en sorte que l’argent, qui existe, soit à la disposition de tous ceux qui en ont besoin, dans la consommation comme dans la production et, par-dessus tout, que cet argent ne soit pas thésaurisé. En d’autres termes, que l’argent soit périssable, comme toute autre marchandise. C’est la seule façon de lutter contre cette panne de consommation et d’investissement ‘physique’ dénoncée par nos élites, mais qui se gardent bien d’y apporter le moindre remède, de peur de déranger leurs « amis de la finance ».

C’est pourtant d’une profonde réforme du système monétaire et financier dont la France a besoin.

La France face à la question islamique : les choix crédibles pour un avenir français

Par Aymeric Chauprade, géopolitologue, député français au Parlement européen, conseiller de la Présidente du Front national pour les questions internationales

Il est loin le temps où le monde arabe rêvait de développement, de modernisation, de sécularisation d’un islam sunnite toujours menaçant pour les minorités chrétiennes et chiites. Ce temps là c’était celui du nationalisme arabe, de Nasser jusqu’à Saddam Hussein en passant par Hafez al-Assad. Le temps de régimes autoritaires tournés vers le développement et qui offraient aux femmes, aux chrétiens et à toutes les minorités un rempart face au fondamentalisme sunnite autant que d’inéluctables perspectives d’ouverture démocratique si l’on avait bien voulu laisser les processus internes se dérouler à leur rythme historique. C’était aussi le temps où la cause palestinienne était encore une cause nationaliste et pas encore une cause islamique. Seulement voilà, de l’eau a coulé sous les ponts et l’Autorité palestinienne comme le Fatah ont été effacés par le Hamas.

Prendre acte de la disparition du nationalisme arabe

Ce temps des nationalismes arabes est bien révolu. Rongé par la corruption de ses propres élites, dévasté volontairement par la politique américaine (ennemie des nationalismes pétroliers) autant que par l’énorme erreur stratégique d’Israël avec lequel il aurait pu s’entendre pour assurer à la fois l’existence d’un Etat palestinien et la sécurité de l’Etat juif, le nationalisme arabe a signé son acte de décès.
En septembre 2001, la collusion probable entre une partie de l’Etat profond américain et l’Etat profond saoudien (ses services de renseignement), qui fut une sorte d’aboutissement paroxystique d’une alliance monstrueuse née dans la guerre d’Afghanistan face aux Soviétiques, créa une onde sismique mondiale. Le fondamentalisme sunnite se déchaîna tandis que les Etats-Unis, profitant de la « guerre contre le terrorisme » tentèrent d’opposer l’utopie d’un projet unipolaire à l’évidence du monde multipolaire.
Les partisans de la politique américaine purent successivement applaudir la guerre en Afghanistan contre des Talibans que Washington, Islamabad et Riyad avaient créés, la destruction du régime de Saddam Hussein à Bagdad, les révolutions colorées en Géorgie puis en Ukraine pour faire pièce à une Russie renaissante grâce à Vladimir Poutine, ou bien encore la politique d’isolement de Téhéran au prétexte d’une possible bombe iranienne.
Fiction occidentale, le « Printemps arabe » ne fut qu’un sombre festival qataro-saoudien. Le Qatar et ses amis « Frères musulmans » purent s’offrir les régimes Ben Ali en Tunisie, Moubarak en Egypte, Kadhafi en Libye, la terreur et le chaos en Syrie. Quant à l’Arabie Saoudite, elle emporta le deuxième acte au Caire en éliminant, grâce aux généraux égyptiens, Morsi et ses Frères musulmans mais elle disputa au Qatar l’influence sur les groupes terroristes en Syrie.
Toute cette oeuvre funeste d’égorgements, de décapitations, de viols des jeunes chrétiennes ou chiites vierges, d’exécutions sommaires, de prisonniers enterrés vivants, de vidéos macabres postées sur utube et téléchargées des dizaines de milliers de fois dans nos banlieues, tout cela nous le devons « à nos magnifiques alliés », nos nouveaux amis du Moyen-Orient, gorgés de pétro-dollars, le Qatar et l’Arabie Saoudite.

Le bilan de Sarkozy et Hollande au Moyen-Orient : chaos islamiste et crimes contre l’Humanité

La dernière fois que nos gouvernants eurent un peu de bon sens au Moyen-Orient ce fut en 2003 quand Chirac refusa de s’associer à la guerre américaine en Irak. Certes notre politique était alors à la remorque de l’Histoire ; certes elle s’accrochait à des régimes finissants, mais c’était une politique « du moindre mal » et ce n’était déjà pas mal. Du moins nos ambassadeurs arabisants de l’époque, avant que Sarkozy et Hollande ne remplacent ceux-ci par des humanitaires naïfs quand ils n’étaient pas des hommes d’affaires cyniques, du moins ces vrais ambassadeurs (comme celui qui m’avait accueilli en février 2003 à Bagdad pour rendre à Tarik Aziz sans doute l’une de ses dernières visites) connaissaient-ils cet Orient compliqué et anticipaient-ils les horribles carnages communautaires qui devaient inéluctablement se produire en lieu et place des vieux régimes « laïcs ».

Sur Sarkozy, les Français ont la mémoire courte

sarko-echecPar Maximilien Richonet

À peu de chose près, Sarkozy et Hollande, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Pourquoi ne pas tenter le bonnet bleu blanc rouge ?
Un récent sondage pour notre confrère Marianne, donnant Marine le Pen en pole position (26 %) lors du premier tour des prochaines élections présidentielles, suivie d’un petit point par Nicolas Sarkozy (25 %), fait froid dans le dos.
Bien que loin de la vie politique, bien qu’empêtré dans une multitude d’affaires, l’ancien président arrive à talonner la candidate frontiste. Si le score de cette dernière n’a rien de surprenant (comparable aux dernières élections européennes), celui de l’ancien locataire élyséen est stupéfiant.
Le retour de Sarkozy n’est qu’une question de temps, il se représentera, ayant à cœur de prendre sa revanche sur l’actuel président.
Les Français ont sans doute la mémoire courte… Pourtant l’actuelle situation libyenne devrait nous rafraîchir un peu la mémoire car c’est lui, avec son ministre officieux de l’époque Bernard-Henri Lévy, qui avait pris la folle décision d’anéantir le règne de Kadhafi qui, malgré ses extravagances, était garant d’une certaine stabilité. Place désormais à l’instabilité la plus totale, à la guerre sans fin entre tribus rivales… Quel résultat !

Lire la suite sur bvoltaire.fr

République bananière d’Ukraine / Saison 3 : l’empire du mensonge

A chaque fois qu’une agglomération, ou même le moindre village, est « libéré » par les troupes de Kiev, le régime fait repeindre les murs aux couleurs du drapeau de l’Ukraine « proeuropéenne »… C’est du meilleur effet !

Par Xavier Moreau, analyste géopolitique spécialiste de la Russie et de l’Europe centrale

Situation sur le terrain

Pour le détail de la situation, nous recommandons les analyses de Jacques Frère, parfaitement documentées et précises. Nous retiendrons de ces 15 derniers jours d’affrontements les éléments suivants :

- L’armée ukrainienne a lancé une offensive immédiatement après la chute du Boeing malaisien en en profitant pour faire un carnage à Lougansk, le jour suivant.

- L’armée ukrainienne a obtenu d’excellents résultats en matière de destruction des civils et des infrastructures avec l’objectif, désormais évident, de transformer Lougansk puis Donetsk en Slaviansk géant. Les villes se trouvent privées, tout ou partie, d’électricité, d’eau, de nourriture et de médicaments. En ce sens l’offensive de Kiev est un succès.

- En revanche, du point de vue militaire, l’armée ukrainienne continue de se faire tailler en pièces depuis 15 jours, tandis que les désertions se multiplient.

- Le conseil de sécurité ukrainien et les généraux ukrainiens se comportent à l’évidence comme les plus mauvais chefs bolchéviques de 1941 et 1942. Ils comptent sur des vagues humaines mal entraînées pour compenser leur incompétence. Le rôle du NKVD est, cette fois, tenu par le « Pravy Sektor » qui, faute de se battre correctement, est chargé d’abattre les « traîtres » ou les hésitants et de punir au besoin ceux des soldats ukrainiens qui, à court d’eau, de vivres, de munitions et d’ordres ont trouvé refuge en Russie. Le travail ne devrait pas leur manquer puisque 438 soldats ont traversé la frontière, le 3 août dernier. « Pravy Sektor » a été rejoint par une poignée de néonazis italiens, suédois et même par un marginal français. Son ralliement à la milice de Kolomoïski est sans doute un moyen pour lui de se racheter de l’époque où il appelait au meurtre de Laurent Fabius (pour ceux qui veulent l’aider à repartir, c’est 50 €, à votre bon cœur…).

- L’offensive ukrainienne avait deux objectifs : prendre le contrôle de la zone du crash de l’avion malaisien pour y effacer les preuves qui pourraient incriminer Kiev et, dans le même temps, encercler Donetsk et Lougansk. La précipitation liée au premier objectif est peut-être une des raisons de l’échec catastrophique de cette offensive.

- Comme nous l’analysions précédemment, tout va se jouer sur la capacité de résistance des populations des villes de Donetsk et de Lougansk, malgré la crise humanitaire. L’armée ukrainienne utilise désormais ouvertement des bombes au phosphore, à fragmentation et des missiles balistiques SS 21. Ces derniers, avec une ogive de 500 kg, ne sont d’aucune utilité contre une guérilla, mais feront merveille contre les maisons, les hôpitaux, les centrales électriques ou d’épuration, qui sont les cibles fixées par les conseillers militaires américains.

- Certaines sources, non confirmées chez les rebelles, font état d’une « surprise » que préparerait l’état-major de Nouvelle Russie, qui pourrait constituer une offensive rebelle dans les prochaines semaines. Cela confirmerait la montée en puissance de l’armée rebelle, sous les ordres du colonel Strelkov, qui fait désormais figure de légende en Nouvelle Russie.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Ukraine : et si la Russie n’était pas le grand méchant loup qu’on dépeint ?

pulsante russiaPar Julien Bondarev

L’Occident n’arrive pas à considérer le rapprochement de l’Ukraine avec l’UE autrement que comme une bonne chose.

La menace de sanctions internationales a été mise à exécution. Bruxelles et Washington ont décidé de tomber à bras raccourcis sur la Russie. C’est la première fois que l’Europe frappe si sévèrement le pays de Vladimir Poutine. En plus d’être inutiles, voire contre-productives, ces sanctions sont les témoins d’une conception binaire, surannée et manquant pourtant de recul historique, de la marche du monde.
Les sanctions internationales, c’est admis, ne servent à rien. Tout juste offrent-elles aux grandes puissances un moyen de se gargariser, en se réintroduisant par la force dans une équation de laquelle elles avaient été exclues, vexées. Ça les fait se sentir incontournables, certes, mais ça n’empêche en rien les pays cibles de continuer de contourner leurs diktats. Bref, c’est une réponse fate et inappropriée.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Le premier qui dit la vérité…

Gilbert CollardBillet d’humeur de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard

Parce qu’il a dit la vérité, le général Bertrand Soubelet, numéro trois de la gendarmerie est sanctionné par une mutation à la direction de la gendarmerie d’outre-mer. Autrefois, on appelait cela un limogeage, même si l’outre-mer ce n’est pas Limoges ; c’est une punition déguisée, une manière de se débarrasser d’un gêneur qui témoigne tout haut de ce que la gendarme…rie pense et rumine tout bas :

« Les auteurs d’atteinte aux biens bénéficient d’un traitement pénal qui leur permet de continuer à exercer leurs atteintes. », « La délinquance et l’insécurité frappent au cœur nos territoires. », « Les gendarmes sont inquiets, car on prend plus soin des auteurs que des victimes. »

La vérité, rien que la vérité, le quotidien des jours et nuits de violence, proférée devant une commission parlementaire, censée s’instruire, où la parole devrait être libre, exempte de censure, de répression politique, puisqu’il s’agit d’informer les représentants de la Nation. Avis, désormais aux amateurs de sincérité, de courage civique, d’honnêteté intellectuelle : qui que l’on soit, gendarme, juge, policier, il faut adopter la voix de ses maîtres, dire comme Valls et Taubira, qui tolèrent la liberté d’expression dans la soumission, sinon punition, expédition. La terreur hiérarchique ! Du balai ou le balai brosse !

Quel député, dans ces conditions, pourra siéger dans une commission sans avoir le sentiment qu’on lui raconte des bobards ? On attend la révolte parlementaire face à ce mépris. Cette mutation, même ensoleillée, est une insulte faite à l’authenticité du travail des commissions, une prime d’avancement à tous les Tartufes. Il faut mettre son képi, fut-il étoilé, sur la vérité et prendre pour des légumes auditifs les députés.

Ce pouvoir est minable, mesquin, punitif, il ne reconnaît que les serviles qui cirent ses pompes politiques. Il ne supporte pas le courage de la vérité. Ce général fait honneur à la gendarmerie. Il méritait mieux qu’un peloton d’exécution à deux fusils, deux petits fusils à tampon administratif, aux armes chargées de mutation, le plombiste Valls et la pétoire Taubira. Que cela est minable !

À quelque chose, malheur est bon, pour l’outre-mer ! La liberté d’expression y gagne un soldat blessé au champ d’honneur, dans l’indifférence des belles consciences républicaines, démocratiques, j’en passe et des plus sonores, syndicales, associatives, médiatiques, professorales ; on les entendra encore et encore se gargariser des grands principes pour mieux les avaler.

La lutte contre l’immigration s’intensifie en Europe, la France reste en marge

L'immigration nous coute 60 milliards d'€ par anPar Gabriel Robin

Le Premier ministre britannique David Cameron avait déclaré en 2011 vouloir s’attaquer avec fermeté au problème de l’immigration et souhaiter réduire le solde migratoire à quelques« dizaines de milliers de personnes par an, et non les centaines de milliers comme lors de la dernière décennie », selon un article du journal Le Monde daté d’avril 2011. Cette déclaration a été suivie d’effets, contrairement à celle de son comparse atlantiste Nicolas Sarkozy qui, lui, n’a rien fait pour lutter efficacement contre l’immigration, en dépit de ses promesses de campagne.
Trois axes de combat ont été dévoilés par David Cameron, trois propositions de bon sens qui répondent à des problématiques qui concernent aussi directement notre pays.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Communautarismes : la France est-elle encore une nation ?

islam france fillePar Maximilien Richonet

Après Barbès et Sarcelles, la place de la République samedi dernier s’est progressivement transformée en place de la haine. Une nouvelle fois, les forces de l’ordre ont fait les frais du déchaînement incontrôlé d’un certain nombre de jeunes non intégrés à la communauté nationale, en soif de violence gratuite. La statue de la République fut escaladée et même gratifiée de croix gammées, de nouveaux drapeaux israéliens ont brûlé, les slogans de haine ont une nouvelle fois fleuri.

Ces événements ne sont en réalité que le fruit d’une politique mondialiste et multiculturaliste menée depuis 40 ans par ceux qui nous gouvernent. L’entrée de la France au sein de l’Union européenne et l’arrivée de l’euro n’ont fait qu’accélérer ce processus de destruction de la nation. Le communautarisme puise sa force dans la faiblesse étatique, et la France, noyée dans la mondialisation, en est le parfait exemple. Le communautarisme se nourrit d’une nation sans repères et qui se meurt.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Suppression des bourses au mérite : les mensonges de l’égalitarisme…

Par Paul-Marie Andreani

Le gouvernement a annoncé la semaine dernière son intention de supprimer les bourses au mérite à la rentrée 2014. Mis en place lors du mandat précédent, ce dispositif permettait aux étudiants ayant obtenu leur bac avec une mention « très bien » de recevoir une aide financière annuelle de 1.800 euros pendant trois ans. L’attribution de bourses en fonction du mérite individuel récompense l’excellence scolaire et distingue le travail fourni par les élèves les plus brillants. Mais cette vision méritocratique de l’enseignement est aujourd’hui combattue par le gouvernement.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Réforme du droit des étrangers : les pyromanes appliquent leur programme

affiche_vote_etrangersPar Gabriel Robin

Nous sommes mauvaises langues d’accuser François Hollande de ne pas tenir ses promesses de campagne. La France est toujours en récession, la République n’est pas plus « apaisée » qu’exemplaire mais le planning des réformes « sociétales » est respecté avec la plus grande fermeté.

Le mariage homosexuel a été voté, nulle manifestation n’aurait pu s’y opposer ; le « gender » est en chantier et tout est fait pour que cette théorie s’impose dans les écoles ; quant à la réforme de la justice voulue par Christiane Taubira, elle s’appliquera à tous sauf à Anne-Sophie Leclère. Bref, Terra Nova et la fondation Jean-Jaurès sont satisfaites, le calendrier est tenu. La libéralisation s’impose tant dans les mœurs que dans le champ économique, avec l’annonce de la reprise des mesures préconisées par Jacques Attali dans son « Rapport pour la libération de la vie économique ».

Pour faire suite à ces grands travaux de destruction de la France historique, et après le fameux « Rapport sur l’intégration » ou le CV anonyme, vient maintenant la réforme du droit des étrangers.

Lire la suite sur bvoltaire.fr