Le Front National en Nouvelle Caledonie manifeste pour rester dans la France contre les independantistes 24 avril 2015

Nouméa : plus de 10.000 patriotes manifestent pour la Calédonie française

Entre 8.000 et 10.000 personnes ont manifesté vendredi à Nouméa, pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. Elles répondaient à l’appel lancé par plusieurs partis patriotes et anti-indépendantistes. 8.200 personnes selon les estimations du Haut-Commissariat – plus de 10.000 pour les organisateurs -, avaient répondu présentes à la Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : « Sans Marine Le Pen, le Front national n’existerait plus »

Dans cette seconde partie de « Politique », Louis Aliot, député européen et vice-président du Front national, revient sur la crise qu’a traversée le FN. Selon lui : « Sans Jean-Marie Le Pen, le Front national n’existerait pas. Mais sans Marine Le Pen, le Front national n’existerait plus ». Partager la publication "Louis Aliot Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen : « Il faut tourner le dos à la politique d’austérité qui va s’accélérer ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de la « La Preuve par 3 » sur Public Sénat, après les élections départementales qui traduisent un bouleversement politique avec la très forte poussée du FN et la confirmation de son enracinement local. Elle a aussi commenté l’inaction gouvernementale et Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « La fracture ne fait que s’élargir entre la classe politique et le peuple »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée, ce matin, d’I-Télé et de RTL où elle a commenté les résultats du second tour des élections départementales qui ont confirmé l’ancrage local de la principale formation politique de l’opposition qu’elle dirige. Elle a notamment dénoncé le mode de scrutin inique Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Nous faisons 360.000 voix de plus qu’aux européennes ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était ce matin l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC. Elle a commenté les excellents scores du FN sur l’ensemble du territoire national à l’occasion du 1er tour des élections départementales ce dimanche. Elle a souligné que le « Front national est le Lire l'intégralité de l'article

Louis-Aliot-France Culture europeennes-2014

Louis Aliot : « Le parti socialiste est en échec grave »

Louis Aliot, vice-président du Front national et député français au Parlement européen, commentait hier soir les très bons résultats du premier tour des élections départementales. « Je constate que le PS est en échec grave et que Monsieur Valls devrait en tirer les conséquences, car il a mené une campagne absolument Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Lobbies

L’Eurodictature met les OGM dans votre assiette !

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

L’Union européenne a autorisé hier l’importation et la commercialisation de 19 nouveaux OGM. Onze d’entre eux sont des produits de la multinationale Monsanto.

Alors que les peuples d’Europe, et notamment le peuple français, sont massivement opposés aux OGM alimentaires, l’Europe de Bruxelles impose ses vues et fait un nouveau cadeau aux multinationales américaines.

Nous voyons là une nouvelle fois les dangers très graves liés aux transferts de notre souveraineté vers l’Union européenne, une instance antidémocratique et toute entière soumise aux puissances d’argent.

Le Front national condamne fermement cette décision de l’Union européenne, appelle sans illusion le gouvernement français à lui désobéir immédiatement, et plus fondamentalement propose au peuple français de retrouver sa liberté par la reprise en main de sa souveraineté nationale.

L’Union européenne est la proie des lobbies !

Gilles Lebreton candidat euro circonscription Ouest election europeennes 2014

Communiqué de Gilles Lebreton, député français (FN) au Parlement européen

Deux ONG, les Amis de la Terre Europe et l’Observatoire de l’Europe industrielle, viennent de publier une enquête sur un groupe d’experts de la Commission de Bruxelles : le « réseau scientifique et technique européen pour l’extraction des hydrocarbures non conventionnels ». En clair, il s’agit d’un groupe de 74 experts chargés de réfléchir sur l’exploitation du gaz de schiste par fracturation hydraulique.

Sur les 74 experts, 14 travaillent pour la Commission et 60 sont supposés être indépendants. Or l’enquête révèle que « plus de 70% » de ces 60 experts, c’est-à-dire au moins 42 d’entre eux, ont « des liens financiers avec l’industrie de la fracturation hydraulique ».

Les dés sont donc pipés, et il ne faudra pas compter sur le Parlement européen pour redresser la barre car l’ONG Transparency International vient de le noter 37 sur 100 pour sa capacité de résistance à la corruption…

Et dire que pendant ce temps là, l’OLAF, l’organisme européen de lutte anti-fraude, enquête sur les eurodéputés FN ! Pour le détourner des vrais problèmes ?

 

Bisphénol A : les eurodéputés UMP et PS rejettent une initiative Front national

Etiquette-Front-National-Flamme-copie-copie-1

Communiqué de Sylvie Goddyn, Mireille d’Ornano, Jean-François Jalkh, Joëlle Mélin, députés français du Front national au Parlement européen

Le 23 février 2015, les eurodéputés Front national qui siègent en commission Environnement et santé publique ont demandé l’audition du directeur de l’EFSA, agence européenne de sécurité alimentaire. Cette audition aurait permis de comprendre pourquoi l’Agence concluait de façon surprenante à l’innocuité du bisphénol A.
Contre toute logique, la commission ENVI a rejeté sans motif cette demande. En effet, les députés UMPS exercent une pression importante contre toutes les initiatives des élus Front national ;  fût-ce aux dépends de la santé publique.
En parallèle, la Commission européenne étudie actuellement cet avis de l’EFSA. Sur cette base, elle pourrait remettre en question l’interdiction française du bisphénol A dans les contenants alimentaires, pour atteinte à la libre-circulation des produits contenant du bisphénol.
Sur ce sujet comme sur d’autres, les eurodéputés du système rejettent en bloc les propositions de bon sens des eurodéputés Front national, faisant passer au second plan leur mission première.
Force d’opposition constructive, le Front national est manifestement le seul à défendre la santé des Français.

De la manipulation idéologique d’un journal au passé glorieux

Bruno Lemaire

 Par Bruno Lemaire du Club Idées Nations

Que Le Monde, prétendument journal « de référence » de l’Intelligentsia, soit foncièrement et idéologiquement anti-FN, quitte à ressasser des argumentaires d’une pauvreté, voire d’une absurdité affligeante, à propos de son programme économique – comme par exemple la pseudo démonstration des conséquences financières faussement dramatiques sur la sortie de l’euro – n’étonnera pas grand monde. Après tout, le ci-devant normalien (Lettres) Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères de son état, reprend bien les mêmes balivernes.

Mais que par des allusions perfides, à la limite de la diffamation, Le Monde prétende « démontrer » que le FN est un parti d’extrême droite, puisque, d’après lui, le FN flirterait avec l’antisémitisme est absolument honteux. Que l’on pense que Jean-Marie Le Pen a tort de se cramponner à sa phrase sur le « détail » est une chose, qu’on puisse en déduire que le fondateur du FN est antisémite est évidemment diffamatoire. Un peu comme si l’on affirmait que reconnaître le génocide arménien prouvait que le pape François était antisémite. Oui, le drame de la Shoah est évidemment horrible, et au-delà de toute description ; ce n’est donc pas un détail dans l’histoire et l’évolution de l’Humanité. Qu’un peuple ait pu ainsi être décimé est un crime contre l’humanité indescriptible. Faut-il pour autant ne pas s’insurger aussi contre les dizaines de millions d’autres morts dus au nazisme et au communisme stalinien ou maoïste ?

Mais, en dehors des reproches, parfois justifiés, que l’on peut reprocher à la posture de Jean-Marie Le Pen, il y a encore plus pernicieux, puisque certains « experts » osent affirmer que la priorité nationale défendue par le Front national, et par sa présidente, Marine Le Pen, ne serait pas républicaine, et serait même d’extrême droite, car anticonstitutionnelle. On peut certes affirmer que, pour le moment, c’est contraire à la loi, mais ce n’est ni anti-républicain, ni anti-constitutionnel. Ce que dit Nicolas Lebourg à ce sujet est donc faux, en confondant citoyenneté et présence sur le sol français. C’est d’ailleurs ce qu’affirme aussi Alain Finkielkraut : « Il n’y a pas de nation sans préférence nationale », et c’est aussi ce que vivent les canadiens, les australiens, les suisses, et les compatriotes de la nouvelle diva de la «gôche», Hillary Clinton. Peut-être Le Monde pense-t-il que ces quatre pays ne sont pas républicains ?

Oui, le Front national cherche à défendre la famille, la nation, contre des politiciens hors-sol, européistes ou mondialistes. Si c’est cela être d’extrême droite, alors souhaitons que de nombreux compatriotes le soient, pour que re-vive la France.

Chrétiens d’Orient censurés : la RATP fait marche arrière

Chrétiens d'Orient RATP

Fin de la polémique à la RATP. La Régie autonome des transports parisiens, au cœur d’une controverse ces derniers jours, a finalement fait marche arrière et annoncé dans un communiqué, lundi 6 avril, qu’elle allait rétablir la mention « au bénéfice des chrétiens d’Orient » sur les affiches du groupe de chanteurs catholiques Les Prêtres.

Objet de la discorde : deux cent cinquante affiches annonçant dans le métro le concert en juin du groupe à l’Olympia, et qui mentionnaient que la recette irait « au bénéfice des chrétiens d’Orient ».

Lire la suite sur lemonde.fr

M. Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en 2 ans : le FN en totale opposition !

Front-National

Communiqué du Front national

À l’occasion du Rassemblement annuel des musulmans de France, organisé par l’UOIF au Bourget, Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman, vient de demander le doublement du nombre de mosquées en France en seulement deux ans.

Cette annonce, aux allures de provocation, apparaît comme particulièrement irresponsable. Qui est Monsieur Boubakeur pour faire une proposition aussi saugrenue et dangereuse ?

En effet, comme ne cesse de le dénoncer le Front national, le plus grand flou plane aujourd’hui sur l’origine et le financement des projets de mosquées en France. L’aide financière apportée par certains Etats étrangers, tels que l’Arabie saoudite ou le Qatar, qui entretiennent des liens avec les pires mouvements jihadistes du monde, constitue une menace certaine pour la sécurité nationale.

En outre, le développement particulièrement inquiétant des filières jihadistes en France, utilisant les mosquées comme points de recrutements, et la faiblesse des moyens de l’Etat pour les contrôler, obligent à repenser totalement les projets de nouvelles mosquées dans notre pays.

Pour toutes ces raisons, et parce que l’explosion du communautarisme multiplie les zones de tension sur le territoire, le Front national rappelle sa proposition de gel de tous les projets de mosquées actuellement en cours, dans l’attente d’une enquête nationale sur leur financement.

Il en va d’une question de sécurité nationale mais aussi de la survie de notre pacte républicain, que l’islamisme et le communautarisme menacent plus que jamais.

Le CFCM veut doubler le nombre de mosquées d’ici 2 ans !

islam_fn

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Dalil Boubakeur, a appelé samedi à doubler le nombre de mosquées en France pour répondre aux besoins. Il a également insisté sur la formation des imams.

« Nous avons 2200 mosquées. Il en faut le double d’ici deux ans », a souhaité M. Boubakeur, qui est recteur de la mosquée de Paris. Il s’exprimait au Bourget, en banlieue parisienne, à l’occasion du Rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF) organisé par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), la franchise française des Frères musulmans [islamistes interdits en Égypte car considérés comme terroristes, ndlr].

Pour les « 7 millions de musulmans » de France, les mosquées actuelles « ne suffisent pas », selon le président du CFCM. Les estimations du nombre de musulmans en France varient de 4 à 5 millions.

« Il y a beaucoup de salles de prières, de mosquées inachevées, et il y a beaucoup de mosquées qui ne sont pas construites, je pense qu’il faut le double de mosquées », a-t-il insisté.

Lire la suite sur romandie.com

Jean Roucas, nouvelle victime de la censure!

soutien a Jean Roucas - Mobilisation sur Facebook pour la Liberte d'expression

Communiqué Gilles Lebreton, député français au Parlement européen

L’humoriste Jean Roucas vient d’être renvoyé du Théâtre des 2 ânes, dans lequel il se produisait depuis de longues années. Sa faute ? On lui reproche d’avoir commis un crime de lèse-majesté en tweetant « Heil Hollande ».

La liberté d’expression se porte décidément de plus en plus mal en France. Après Eric Zemmour, chassé d’I-Télé pour des propos sur l’islam, c’est au tour de Jean Roucas de subir le châtiment de la censure pour avoir osé se moquer du président de la République.

Qui peut croire sérieusement qu’il ait réellement voulu comparer Hollande à Hitler ? Chez les humoristes, l’excès de langage et la caricature sont des procédés couramment admis. L’impertinence est par ailleurs une caractéristique de l’esprit français.

En réalité, Jean Roucas paye le prix de son soutien à Marine Le Pen. Son tweet n’est qu’un prétexte pour le liquider. Il s’agit là d’une preuve supplémentaire que le système politico-médiatique s’affole de la montée en puissance du Front national, et qu’il est prêt à renier les principes de la démocratie pour se maintenir au pouvoir.

Dans ce moment difficile pour lui, j’apporte mon soutien à cet homme courageux qu’est Jean Roucas.

Un lobbyiste pro-Monsanto refuse de boire un herbicide qu’il juge « potable »

Monsanto2

Faites ce que je dis… Le médecin et lobbyiste Patrick Moore a, en une phrase, réduit à néant tous ses arguments pour défendre un herbicide.

Vous aimez le glyphosate ? Apparemment, Patrick Moore, médecin et lobbyiste pro-Monsanto, est prêt à défendre qu’il est « potable », mais pas à en boire lui-même. Sa réaction dans l’émission Spécial Investigation de Canal+ vaut tous les arguments du monde. Le Dr Moore défendait le tristement célèbre Roundup, l’un des herbicides les plus décriés qui soient, un « désherbant total », non sélectif, classé depuis peu dans la liste des « cancérogènes probables » par le Centre international de recherche sur le cancer.

Lire la suite sur lepoint.fr


Un pro-Monsanto défend un herbicide « potable… par LePoint

Communautarisme : les janissaires d’Ankara en première ligne

turquie europe troie

En pleine campagne électorale, l’islamo-turquisme s’affiche désormais ouvertement dans une dizaine de cantons de l’Est de la France pour ces départementales 2015. Son principal concurrent est l’Union des démocrates musulmans de France (UDMF), une micro structure qui nie les principes de laïcité de notre République. Il s’agit d’un nouveau test pour sonder la progression du vote islamo-communautariste au sein de la société française, bien malade des conséquences néfastes d’un immigrationnisme débridé.

« On sait que certains vont fantasmer à la Houellebecq. Mais on n’est pas là pour diriger la France. On pense simplement qu’un jour, si un président d’origine musulmane est élu, ça serait bénéfique (source). »

De la "diversité", mais surtout pas de femme à l'affiche !

De la « diversité », mais surtout pas de femme à l’affiche !

Le parti Égalité et Justice (PEJ) est un petit parti communautariste islamo-turc idéologiquement proche des islamistes de l’AKP au pouvoir à Ankara. Il se définit faussement comme un « parti laïque qui défend les valeurs familiales et traditionnelles des musulmans et des minorités » mais entend imposer le communautarisme comme une de ses « priorités ».

De nombreux responsables du PEJ ont des responsabilités au sein de la Cojep, une structure « éducative » proche de l’AKP du Premier ministre turc Erdogan qui veut transformer les mosquées en casernes et les minarets en baïonnettes. Rappelons que le régime islamiste d’Ankara, faussement présenté comme « modéré », soutien activement les islamistes de Daech et autres Front al-Nosra qui œuvrent en Syrie et en Irak.

Outre des revendications de saupoudrage clientéliste liées à la « politique de la Ville », le PEJ demande l’abolition de la loi sur l’interdiction du port du voile à l’école, l’instauration de l’Aïd-el-Kébir comme jour férié national, ou encore l’imposition de menus halals dans les cantines scolaires. En matière internationale, le programme se résume à l’adhésion de la Turquie et de la Bosnie-Herzégovine réislamisée au sein de l’Union européenne ainsi qu’à la défense des « droits des Palestiniens ».

Cartel du yaourt : 11 fabricants, dont Senoble, sont condamnés à des amendes de 192,7 millions d’euros

yaourt

Le groupe familial Senoble, qui est basé dans L’Yonne, fait partie des onze fabricants de produits laitiers frais qui ont été condamnés à des amendes d’un montant total de 192,7 millions d’euros pour une entente sur les prix et les appels d’offres sur les marques distributeurs.

La nouvelle a été annoncée par l’autorité de la concurrence jeudi 12 mars 2015. L’amende la plus importante a été attribuée à Lactalis Nestlé avec 56,1 millions d’euros. Yoplait a lui été exempté d’amende pour avoir le premier dénoncé le cartel dans le cadre de la procédure de clémence.

Le cartel a duré entre 2006 et 2012. Il portait principalement sur un accord visant à définir en commun les prix lors des appels d’offres lancés par des enseignes de distribution pour la production de leurs propres marques. Cette technique permettait aux sociétés en question de se partager le marché.

Lire la suite sur francetvinfo.fr

La discrimination positive dans l’accès à la fonction publique officialisée

FN 22 29 mars 2015

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

L’énième plan Banlieues présenté hier par Manuel Valls ne laissera aucun souvenir et sera sans effet tant il reprend les poncifs traditionnels de la politique de la ville, pourtant en échec depuis des années. Il ne fera que renforcer le sentiment de millions de Français d’être en dehors des écrans radars de l’UMPS, car n’habitant pas dans les quartiers et les banlieues dignes d’intérêt pour la caste.

Une annonce attire cependant notre attention, au sujet des recrutements dans la fonction publique. Manuel Valls a en effet déclaré que « l’Etat, la fonction publique doivent être à l’image de ce qu’est la réalité du pays », ajoutant « l’accès au concours doit donc être beaucoup plus ouvert et diversifié ».
Derrière ces déclarations assez floues, il y a clairement l’idée d’un renforcement de la discrimination positive, qui vise à créer des passe-droits et des passerelles en fonction de critères personnels, comme l’origine ethnique ou le lieu d’habitation par exemple, et non pas selon le mérite comme l’exigent les principes de notre République. Il y a quelques années sous l’UMP, la discrimination positive a fait son entrée dans la fonction publique en contournant le concours via le dispositif PACTE notamment. On sait que Nicolas Sarkozy est un grand admirateur de ce concept multiculturel anglo-saxon. Le gouvernement actuel, comme l’avait avoué il y a plusieurs semaines le ministre de la Ville Kanner, veut renforcer cette politique.
D’ailleurs, ce 6 mars, Manuel Valls a reçu de la part d’un député socialiste Philippe Doucet « 24 propositions » dont la très explicite numéro 20 : « Tripler en cinq ans le nombre de fonctionnaires de police issus de l’immigration »…

Cette orientation est clairement anti-républicaine. Quand il y a discrimination positive pour certains, il y a nécessairement discrimination négative pour d’autres. L’idée de Philippe Doucet consiste en outre à faire un tri entre les Français puisque l’accès à la police nationale n’est ouvert qu’aux nationaux français : il y aurait donc d’un côté les « bons Français », issus de l’immigration et qu’on devra recruter prioritairement, et de l’autre les « mauvais Français », non issus de l’immigration et donc discriminés. Cette politique délétère, contraire à tous les principes républicains, précipiterait l’explosion du communautarisme dans notre pays, et créerait un climat de tension terrifiant.
Marine Le Pen demande au président de la République de condamner explicitement toute forme de discrimination positive quitte à recadrer ses ministres, et au gouvernement de renoncer à ses projets.
C’est une politique de fond qu’il faut mener, en changeant radicalement de politique européenne et économique pour recréer de l’emploi pour les jeunes, en redressant l’Ecole par le mérite et la discipline, et en luttant contre le communautarisme par l’arrêt de l’immigration légale et illégale et la réaffirmation des valeurs de notre pays.

L’ONU déplore la légalisation progressive du cannabis et s’inquiète des «nouvelles drogues»

cecile duflot cannabis fake sblesniper 600

Dans son rapport annuel, l’Organe international de contrôle des stupéfiants s’inquiète des nouvelles substances arrivées sur le marché, et note le recul de la consommation de cocaïne.

L’Organe international de contrôle des stupéfiants, rattaché à l’ONU, s’alarme de la multiplication des nouvelles drogues élaborées pour contourner les interdictions, pointant un «problème de plus en plus grave» de santé publique dans le monde.

Lire la suite sur liberation.fr

Marion Maréchal – Le Pen dénonce la multiplication des dérives communautaristes dans les universités

Marion Marechal Le Pen - FN

Marion Maréchal Le Pen, députée du Front national élue dans le Vaucluse, interroge le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sur la question de la laïcité dans les universités

La loi n° 2004-228 du 15 mars 2004 interdit «le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse» dans «les écoles, les collèges et lycées publics.» L’université n’a pas été intégrée au dispositif législatif au motif que les étudiants sont des individus majeurs libres de leurs choix: ils peuvent arborer des signes religieux tant que le visage n’est pas dissimulé eu égard à la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010.

Néanmoins, le monde de l’Enseignement est régi par une laïcité à géométrie variable qui n’est pas sans engendrer des contradictions : les étudiants des classes préparatoires et des BTS, pourtant majeurs, sont soumis à la loi de 2004. Par ailleurs, depuis la loi n° 2007-1199 du 10 août 2007 relative à l’autonomie des universités, il revient à chacune d’elle d’adopter un règlement intérieur et une charte d’établissement précisant sa position sur les signes religieux ostensibles.

L’absence d’universalité de la laïcité provoque des confusions, sources d’une multiplication des dérives communautaristes: port du voile, remise en cause du contenu de l’enseignement, demandes d’aménagements des sessions d’examens en fonction du calendrier religieux, exploitation de locaux universitaires par des associations communautaires. Les directions universitaires font face à un flou juridique qui peut les pousser aux compromis en cédant à des attitudes velléitaires qui cherchent à déstabiliser un modèle respectueux de la liberté de conscience.

Pourtant, l’exhibition d’insignes religieux ostensibles constitue un véritable trouble de l’ordre dans l’établissement et le fonctionnement du service public qui devrait conduire les autorités à intégrer de telles manifestations visuelles dans les interdictions tracées par le Conseil d’Etat.

Le Haut Conseil à l’intégration avait proposé en août 2013 d’élargir la loi de 2004 aux établissements universitaires. C’est pourquoi elle demande si les pouvoirs publics n’envisagent pas d’étendre la loi de 2004 aux établissements de l’enseignement supérieur afin d’apaiser les tensions communautaires au sein de nos universités tout en assurant l’équité recherchée par la laïcité.

Quand la gauche radicale s’acoquine avec des accros de l’intégrisme

Indigène république islamophobe

Le 6 mars prochain, à Saint-Denis, une partie de la gauche radicale et d’associations musulmanes tiendront meeting contre « l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire ». Dans l’intitulé du meeting, pas un mot contre le jihadisme, l’intégrisme ou l’antisémitisme. Comme si, pour certains, l’attentat contre Charlie-Hebdo n’avait jamais eu lieu.

Un meeting « contre l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire » doit se tenir le 6 mars à Saint Denis. Le simple intitulé est tout un programme.

Passons sur le concept de « guerre sécuritaire » dans un Etat de droit où, jusqu’à plus ample informé, nul « Patriot Act » n’a été instauré. Si « guerre » il y a, ce serait plutôt celle déclarée par l’Etat Islamique et ses succursales.

Quant à la notion fumeuse d’« islamophobie », agitée comme un chiffon rouge, elle est régulièrement mise en scène pour assimiler toute critique de l’islam – qui relève de la liberté d’expression – à une stigmatisation des musulmans.

Lire la suite sur marianne.net