Le Front National en Nouvelle Caledonie manifeste pour rester dans la France contre les independantistes 24 avril 2015

Nouméa : plus de 10.000 patriotes manifestent pour la Calédonie française

Entre 8.000 et 10.000 personnes ont manifesté vendredi à Nouméa, pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. Elles répondaient à l’appel lancé par plusieurs partis patriotes et anti-indépendantistes. 8.200 personnes selon les estimations du Haut-Commissariat – plus de 10.000 pour les organisateurs -, avaient répondu présentes à la Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : « Sans Marine Le Pen, le Front national n’existerait plus »

Dans cette seconde partie de « Politique », Louis Aliot, député européen et vice-président du Front national, revient sur la crise qu’a traversée le FN. Selon lui : « Sans Jean-Marie Le Pen, le Front national n’existerait pas. Mais sans Marine Le Pen, le Front national n’existerait plus ». Partager la publication "Louis Aliot Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen : « Il faut tourner le dos à la politique d’austérité qui va s’accélérer ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de la « La Preuve par 3 » sur Public Sénat, après les élections départementales qui traduisent un bouleversement politique avec la très forte poussée du FN et la confirmation de son enracinement local. Elle a aussi commenté l’inaction gouvernementale et Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « La fracture ne fait que s’élargir entre la classe politique et le peuple »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée, ce matin, d’I-Télé et de RTL où elle a commenté les résultats du second tour des élections départementales qui ont confirmé l’ancrage local de la principale formation politique de l’opposition qu’elle dirige. Elle a notamment dénoncé le mode de scrutin inique Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Nous faisons 360.000 voix de plus qu’aux européennes ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était ce matin l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC. Elle a commenté les excellents scores du FN sur l’ensemble du territoire national à l’occasion du 1er tour des élections départementales ce dimanche. Elle a souligné que le « Front national est le Lire l'intégralité de l'article

Louis-Aliot-France Culture europeennes-2014

Louis Aliot : « Le parti socialiste est en échec grave »

Louis Aliot, vice-président du Front national et député français au Parlement européen, commentait hier soir les très bons résultats du premier tour des élections départementales. « Je constate que le PS est en échec grave et que Monsieur Valls devrait en tirer les conséquences, car il a mené une campagne absolument Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Religion

Attentat déjoué à Villejuif : les enquêteurs à la recherche de complices

sid-ahmed-Ghlam

Les enquêteurs s’activaient jeudi, au lendemain de la révélation d’un attentat déjoué contre des églises de Villejuif, pour mettre au jour les éventuelles complicités et soutiens logistiques dont a pu bénéficier le suspect Sid Ahmed Ghlam, muré dans le silence.

Moins de quatre mois après les attaques jihadistes de Paris, un attentat « imminent » contre « une ou deux églises » catholiques vient selon les autorités d’être évité avec l’arrestation fortuite d’un homme par ailleurs soupçonné d’être impliqué dans un meurtre inexpliqué commis en banlieue parisienne.

Cet Algérien, Sid Ahmed Ghlam, étudiant de 24 ans, arrêté dimanche matin à Paris et placé en garde à vue médicalisée à l’Hôtel Dieu, est connu des services de renseignement pour ses « velléités de départ en Syrie » dans les rangs jihadistes, a annoncé le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Selon le procureur de Paris, François Molins, le suspect, qui avait chez lui des documents sur les « organisations terroristes al-Qaïda et Etat islamique », a évoqué les « modalités de commission d’un attentat » avec une personne « pouvant se trouver en Syrie ». Cette dernière lui a demandé « explicitement de cibler particulièrement une église ».

Lire la suite sur lepoint.fr

Tarn : 80 tombes vandalisées dans un cimetière de Castres

Valls taubira

Des crucifix ont été arrachés des sépultures, mais aucune inscription ni revendication n’a été retrouvée, selon la police.

Près de 80 tombes du cimetière Saint-Roch à Castres (Tarn) ont été vandalisées et des crucifix arrachés mercredi 15 avril, selon la procureure adjointe. Le maire de Castres, Pascal Bugis (DVD), avait évoqué plus tôt dans la journée le nombre de 250 tombes, un chiffre qui est donc contesté par le parquet. « Aucune inscription et aucun tag, ni revendication » n’ont été trouvés dans le cimetière, a précisé source policière.

« Ce saccage est intolérable. Cette atteinte à la mémoire des morts est terrible », a regretté Pascal Bugis, accompagné du préfet du Tarn, Thierry Gentilhomme. Ces dégradation ont été constatées vers 14 heures, lorsque les gardiens ont repris leur poste « après la pause déjeuner ».

Source : francetvinfo.fr

Chrétiens d’Orient censurés : la RATP fait marche arrière

Chrétiens d'Orient RATP

Fin de la polémique à la RATP. La Régie autonome des transports parisiens, au cœur d’une controverse ces derniers jours, a finalement fait marche arrière et annoncé dans un communiqué, lundi 6 avril, qu’elle allait rétablir la mention « au bénéfice des chrétiens d’Orient » sur les affiches du groupe de chanteurs catholiques Les Prêtres.

Objet de la discorde : deux cent cinquante affiches annonçant dans le métro le concert en juin du groupe à l’Olympia, et qui mentionnaient que la recette irait « au bénéfice des chrétiens d’Orient ».

Lire la suite sur lemonde.fr

M. Boubakeur veut doubler le nombre de mosquées en 2 ans : le FN en totale opposition !

Front-National

Communiqué du Front national

À l’occasion du Rassemblement annuel des musulmans de France, organisé par l’UOIF au Bourget, Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman, vient de demander le doublement du nombre de mosquées en France en seulement deux ans.

Cette annonce, aux allures de provocation, apparaît comme particulièrement irresponsable. Qui est Monsieur Boubakeur pour faire une proposition aussi saugrenue et dangereuse ?

En effet, comme ne cesse de le dénoncer le Front national, le plus grand flou plane aujourd’hui sur l’origine et le financement des projets de mosquées en France. L’aide financière apportée par certains Etats étrangers, tels que l’Arabie saoudite ou le Qatar, qui entretiennent des liens avec les pires mouvements jihadistes du monde, constitue une menace certaine pour la sécurité nationale.

En outre, le développement particulièrement inquiétant des filières jihadistes en France, utilisant les mosquées comme points de recrutements, et la faiblesse des moyens de l’Etat pour les contrôler, obligent à repenser totalement les projets de nouvelles mosquées dans notre pays.

Pour toutes ces raisons, et parce que l’explosion du communautarisme multiplie les zones de tension sur le territoire, le Front national rappelle sa proposition de gel de tous les projets de mosquées actuellement en cours, dans l’attente d’une enquête nationale sur leur financement.

Il en va d’une question de sécurité nationale mais aussi de la survie de notre pacte républicain, que l’islamisme et le communautarisme menacent plus que jamais.

Le CFCM veut doubler le nombre de mosquées d’ici 2 ans !

islam_fn

Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Dalil Boubakeur, a appelé samedi à doubler le nombre de mosquées en France pour répondre aux besoins. Il a également insisté sur la formation des imams.

« Nous avons 2200 mosquées. Il en faut le double d’ici deux ans », a souhaité M. Boubakeur, qui est recteur de la mosquée de Paris. Il s’exprimait au Bourget, en banlieue parisienne, à l’occasion du Rassemblement annuel des musulmans de France (RAMF) organisé par l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), la franchise française des Frères musulmans [islamistes interdits en Égypte car considérés comme terroristes, ndlr].

Pour les « 7 millions de musulmans » de France, les mosquées actuelles « ne suffisent pas », selon le président du CFCM. Les estimations du nombre de musulmans en France varient de 4 à 5 millions.

« Il y a beaucoup de salles de prières, de mosquées inachevées, et il y a beaucoup de mosquées qui ne sont pas construites, je pense qu’il faut le double de mosquées », a-t-il insisté.

Lire la suite sur romandie.com

Scandale à la RATP : les chrétiens d’Orient bannis du métro !

islam_fn

Invoquant abusivement la laïcité, la RATP a refusé que la mention «  »au bénéfice des chrétiens d’Orient » figure sur une affiche du groupe Les Prêtres.

Metrobus a refusé de mentionner sur une affiche publicitaire que le concert des Prêtres sera au profit des chrétiens d’Orient et de l’Oeuvre d’Orient.La RATP et sa régie publicitaire ont refusé la mention « au bénéfice des chrétiens d’Orient » sur une affiche du groupe Les Prêtres dans le métro parisien. Aussi la RATP et sa régie publicitaire, Metrobus, ont demandé au producteur, TF1 Entreprises, de supprimer cette mention. Dans un communiqué diffusé mercredi, elles invoquent le « principe de neutralité du service public » dans « le contexte d’un conflit armé à l’étranger » pour expliquer leur décision. En un mot comme en cent, elles ne condamnent pas le massacre des chrétiens d’Orient par les islamistes et vont presque jusqu’à nier ce drame.

Le patron de Metrobus est un militant de gauche de longue date. Gérard Unger, né le 24 octobre 1946 à Paris, ancien président de RMC puis de la Sofirad, est le Président-directeur général de Metrobus, régie publicitaire de la RATP, depuis 1997. Gérard Unger est également conseiller du président de Publicis, Maurice Lévy, et président-directeur général de Médiavision (Jean Mineur, régie publicitaire de cinéma), toutes deux filiales du groupe Publicis.

Militant au PS de longue date, il appartient au bureau exécutif du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), de l’Union de la publicité extérieure (UPE), est vice-président de la LICRA chargé de la communication et président de JCall France.

Le 11 mars, il avait été décoré par François Hollande.

Communautarisme : les janissaires d’Ankara en première ligne

turquie europe troie

En pleine campagne électorale, l’islamo-turquisme s’affiche désormais ouvertement dans une dizaine de cantons de l’Est de la France pour ces départementales 2015. Son principal concurrent est l’Union des démocrates musulmans de France (UDMF), une micro structure qui nie les principes de laïcité de notre République. Il s’agit d’un nouveau test pour sonder la progression du vote islamo-communautariste au sein de la société française, bien malade des conséquences néfastes d’un immigrationnisme débridé.

« On sait que certains vont fantasmer à la Houellebecq. Mais on n’est pas là pour diriger la France. On pense simplement qu’un jour, si un président d’origine musulmane est élu, ça serait bénéfique (source). »

De la "diversité", mais surtout pas de femme à l'affiche !

De la « diversité », mais surtout pas de femme à l’affiche !

Le parti Égalité et Justice (PEJ) est un petit parti communautariste islamo-turc idéologiquement proche des islamistes de l’AKP au pouvoir à Ankara. Il se définit faussement comme un « parti laïque qui défend les valeurs familiales et traditionnelles des musulmans et des minorités » mais entend imposer le communautarisme comme une de ses « priorités ».

De nombreux responsables du PEJ ont des responsabilités au sein de la Cojep, une structure « éducative » proche de l’AKP du Premier ministre turc Erdogan qui veut transformer les mosquées en casernes et les minarets en baïonnettes. Rappelons que le régime islamiste d’Ankara, faussement présenté comme « modéré », soutien activement les islamistes de Daech et autres Front al-Nosra qui œuvrent en Syrie et en Irak.

Outre des revendications de saupoudrage clientéliste liées à la « politique de la Ville », le PEJ demande l’abolition de la loi sur l’interdiction du port du voile à l’école, l’instauration de l’Aïd-el-Kébir comme jour férié national, ou encore l’imposition de menus halals dans les cantines scolaires. En matière internationale, le programme se résume à l’adhésion de la Turquie et de la Bosnie-Herzégovine réislamisée au sein de l’Union européenne ainsi qu’à la défense des « droits des Palestiniens ».

Marion Maréchal – Le Pen dénonce la multiplication des dérives communautaristes dans les universités

Marion Marechal Le Pen - FN

Marion Maréchal Le Pen, députée du Front national élue dans le Vaucluse, interroge le ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sur la question de la laïcité dans les universités

La loi n° 2004-228 du 15 mars 2004 interdit «le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse» dans «les écoles, les collèges et lycées publics.» L’université n’a pas été intégrée au dispositif législatif au motif que les étudiants sont des individus majeurs libres de leurs choix: ils peuvent arborer des signes religieux tant que le visage n’est pas dissimulé eu égard à la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010.

Néanmoins, le monde de l’Enseignement est régi par une laïcité à géométrie variable qui n’est pas sans engendrer des contradictions : les étudiants des classes préparatoires et des BTS, pourtant majeurs, sont soumis à la loi de 2004. Par ailleurs, depuis la loi n° 2007-1199 du 10 août 2007 relative à l’autonomie des universités, il revient à chacune d’elle d’adopter un règlement intérieur et une charte d’établissement précisant sa position sur les signes religieux ostensibles.

L’absence d’universalité de la laïcité provoque des confusions, sources d’une multiplication des dérives communautaristes: port du voile, remise en cause du contenu de l’enseignement, demandes d’aménagements des sessions d’examens en fonction du calendrier religieux, exploitation de locaux universitaires par des associations communautaires. Les directions universitaires font face à un flou juridique qui peut les pousser aux compromis en cédant à des attitudes velléitaires qui cherchent à déstabiliser un modèle respectueux de la liberté de conscience.

Pourtant, l’exhibition d’insignes religieux ostensibles constitue un véritable trouble de l’ordre dans l’établissement et le fonctionnement du service public qui devrait conduire les autorités à intégrer de telles manifestations visuelles dans les interdictions tracées par le Conseil d’Etat.

Le Haut Conseil à l’intégration avait proposé en août 2013 d’élargir la loi de 2004 aux établissements universitaires. C’est pourquoi elle demande si les pouvoirs publics n’envisagent pas d’étendre la loi de 2004 aux établissements de l’enseignement supérieur afin d’apaiser les tensions communautaires au sein de nos universités tout en assurant l’équité recherchée par la laïcité.

Stéphane Ravier (FN) : « Il faut mettre en place une politique de retour de l’immigration »

Stéphane Ravier

Stéphane Ravier, sénateur-maire Front national du VIIe secteur de Marseille (Bouches-du-Rhône), intervenait avec d’autres à l’occasion de la convention du Front national pour les départementales de mars 2015 qui s’est tenue le week-end dernier à Paris. Il a souligné la question de notre identité nationale qui doit être préservée et a notamment dénoncé les méfaits de l’immigrationnisme sur notre société et du communautarisme islamique qui en découle.

« Nous avons une identité, il faut la défendre [...] Je ne suis pas amnésique, ce pays plonge ses racines dans 16 siècles de chrétienté, ça ne s’oublie pas. 16 siècles de chrétienté ne se mettent pas sur le même pied d’égalité que 30 ans d’immigration. [...] La seule politique qui soit efficace pour réduire ce danger de l’islamisme, c’est non seulement de stopper mais d’inverser les flux migratoires, il faut mettre en place une politique de retour de l’immigration. »

Louis Aliot : « Cazeneuve cherche à redorer le blason du gouvernement socialiste auprès des musulmans »

Louis Aliot

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front national, commente la « réforme du culte musulman » annoncée par le ministre de l’Intérieur, le socialiste Bernard Cazeneuve. Au micro de Frédéric Rivière, il s’exprime également sur les élections départementales de mars prochain.

« Ce qu’il faut surtout c’est couper l’islam de ses racines étrangères ! [...] Le CFCM représente l’islam de différentes nationalités. »


Louis Aliot: «Il n’y a plus de spécificité de… par rfi

Sarre-Union : le chef des profanateurs du cimetière juif est un antifa

antifa

Le «mobile antisémite» des cinq adolescents suspectés d’avoir profané le cimetière juif de Sarre-Union «apparaît clairement». Mais le profil de ces jeunes voyous contraste d’autant plus avec leurs actes, que le meneur se déclare lui-même «antifasciste» de la mouvance anacho-gauchiste.

Le portrait du meneur des cinq jeunes délinquants, dressé dans le journal Le Monde, est édifiant. Car contrairement aux insinuations du député socialiste du Bas-Rhin, Philippe Bies, lequel entrevoyait sur Twitter un lien entre cet acte antisémite et la montée du Front national dans la ville, la description faite de ce garçon va à l’encontre de sa déclaration.

Pierre B. aime la musique metal, le look punk-gothique, les capuches, les bracelets cloutés, les Doc Martens, les colifichets avec des têtes de mort. C’est un grand gars blond aux yeux bleus rieurs, plutôt fluet, avec une bonne bouille d’ado de son âge et de son temps.

Après le collège où il était un élève sans problème, il a choisi de préparer un CAP d’agent de sécurité, sa passion. Sur Facebook, le 10 février, Pierre postait ce message – sans fautes d’orthographe : « Bon les gens, je compte organiser dans pas longtemps un petit groupe afin d’aller explorer quelques endroits abandonnés (maisons, manoirs, château, gares, etc.). Qui serait partant ? Faites aussi parvenir quelques-unes de vos idées, si vous en avez. »

Pierre B. est le meneur de la bande des cinq jeunes Alsaciens interpellés après la profanation du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin). Mercredi 18 février, dans la soirée, tous les cinq ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire.

Le « mobile antisémite » de la profanation est apparu « clairement » au procureur de Saverne Philippe Vannier au vu des éléments de l’enquête, « malgré les dénégations des intéressés ». Quatre des adolescents ont été soumis à une mesure de placement en centre éducatif, dont l’un dans un centre fermé, tandis que le cinquième a été « confié à un tiers digne de confiance ». Ils ont entre 15 et 17 ans.

Profanation d’un cimetière catholique du Calvados

flamme_fn_04-150x1503

Communiqué du Front National

La profanation d’un cimetière catholique dans le Calvados où une dizaine de croix ont été retournées démontre que si aucun culte n’est épargné par ces comportements odieux, les sépultures chrétiennes sont en France les plus visées.

C’est ainsi que plusieurs cimetières de ce département ont connu de similaires dégradations au cours des dernières semaines.

De même, les atteintes aux lieux de culte chrétiens représentaient en 2012 plus de 80% des atteintes aux édifices et aux sépultures religieux.

Le Front National réaffirme sa ferme condamnation d’actes aussi infamants et déplore vivement la banalisation de ces profanations tout autant que l’indifférence qu’elles suscitent lorsqu’elles visent des cimetières chrétiens.

Des islamistes de La Réunion font le jihad en Syrie

_djihad-cazeneuve

L’information circulait déjà depuis plusieurs semaines. Des jeunes réunionnais, pratiquant l’islam ou nouvellement convertis, participent au jihad en Syrie. Le Journal de l’île révèle le parcours de l’un d’eux, ce mercredi 18 février 2015.

Le 13 janvier 2015, Dominique Sorain, préfet de La Réunion, confirme lors d’un petit déjeuner avec la presse que plusieurs personnes ont quitté La Réunion pour se rendre en Syrie afin de participer au jihad.

Cette information, attendue dans un département où le nombre de musulmans pratiquants est très important, est confirmée par Le Journal de l’île.

Romain Latournerie a longuement parlé avec la famille de l’un des jihadistes.

Le « combattant » s’installe dans l’île avec sa mère, originaire de La Réunion. Elle vient de divorcer et a donc décidé de se rapprocher de sa famille.
L’enfant, devient adolescent puis, un jeune majeur comme tous les autres. Le Bac en poche, il part à la Fac du Moufia, où là encore, il passe inaperçu. Un étudiant parmi des milliers qui suivent des cours et font la fête.

Lire la suite sur reunion.la1ere.fr

Un directeur d’IUT agressé et menacé de mort !

Gilles Lebreton candidat euro circonscription Ouest election europeennes 2014

Communiqué de Gilles Lebreton, député français au Parlement européen (Front national)

La presse a dénoncé l’attitude d’un enseignant vacataire de l’Université Paris 13 Villetaneuse (Seine-Saint-Denis), qui vient d’être démis de ses fonctions pour avoir menacé de ne plus faire cours devant une étudiante voilée.

Elle a en revanche été plus discrète sur une affaire beaucoup plus grave qui concerne cette même université, et plus précisément son IUT de Saint-Denis. Un rapport de l’inspection générale de l’administration de l’Education nationale est en effet sur le point d’être remis à la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, sur une affaire qui a secoué l’établissement au printemps 2014. Il concerne l’agression physique dont le directeur de cet IUT a été victime en mai dernier après avoir reçu une quinzaine de lettres de menace de mort, écrites pour certaines en arabe.

Quel crime abominable lui était-il reproché pour susciter un tel déferlement de haine ? Simplement d’avoir tenté de s’opposer aux agissements d’une association qui vendait des sandwichs halal dans ses locaux, et aussi d’avoir démis de ses fonctions, pour favoritisme « clanique » et discriminations sexistes, un de ses chefs de service proche de cette association.

Sans doute est-ce la peur de stigmatiser l’islam qui explique le silence qui entoure cette affaire. Mais se taire fait le jeu du fondamentalisme. Il faut dénoncer les menaces et les agressions dont sont victimes les enseignants, pour défendre la laïcité, l’égalité homme/femme et nos libertés contre les intimidations des fondamentalistes.

Bas-Rhin : cinq mineurs en garde à vue pour avoir profané un cimetière juif

garde_a_vue.1237795655

Cinq mineurs âgés entre 15 ans et demie et 17 ans ont été placés en garde à vue dans l’enquête sur la profanation d’un cimetière juif dans le Bas-Rhin.

Cinq mineurs âgés de 15 ans et demi à 17 ans ont été placés en garde à vue pour la profanation d’un cimetière juif en Sarre-Union, dans le Bas-Rhin. Le plus jeune s’est dénoncé ce lundi à la gendarmerie de la commune, face aux retentissements de cette affaire, et a « mis en cause » les autres fauteurs de trouble.

Le procureur de la République de Saverne, Philippe Vannier, a indiqué qu’ils sont « choqués de la tournure des événements, et impressionnés par la mesure de garde à vue dont ils font l’objet ». Il a aussi rapporté qu’au total, 250 tombes ont été profanées, et qu’un monument dédié aux victimes de la déportation a également été détérioré.

Source