Louis Aliot FN - Le Grand Journal Canal Plus 14 octobre 2013

Louis Aliot : « Zemmour a toute ma sympathie face à la meute ! »

Dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera, Eric Zemmour a tenu, fin novembre, des propos sur les musulmans qui ont fait une nouvelle fois polémique. Scandale dans le scandale, le terme « déportation » retranscrit dans l’article mais non employé par l’essayiste, cristallise aujourd’hui les critiques. Les réactions du socialiste Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen, personnalité politique de 2014 pour les Français

La présidente du Front national est la personnalité qui a le plus marqué l’année politique 2014, selon notre sondage OpinionWay. Marine Le Pen remporte également la palme de la meilleure opposante à François Hollande. Marine Le Pen termine l’année sur une énième bonne nouvelle. Après sa série de succès électoraux Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - europeennes 2014

Marine Le Pen : « Il faut sortir de l’OTAN ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Il a été question de la triche de Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle, de l’affaire Bygmalion, du financement des partis politiques, du mode de scrutin antidémocratique, de l’OTAN (et des pays Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot :  » Le parti socialiste est à côté de la plaque, ils sont dans le déni de réalité »

Louis Aliot, vice-président du Front national, est l’Invité matin de RFI. Il commente au micro de Frédéric Rivière, l’actualité politique nationale marquée entre autres, par le meeting le mercredi 27 novembre, du parti socialiste contre la montée du racisme en France. «Les actes de racisme en France c’est 0,04% de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen sur NC 1ere 15032013

Marine Le Pen sur euronews : « Je prépare le grand basculement démocratique qui interviendra à la prochaine élection présidentielle »

Elle est présidente du Front National depuis 2011 et vient d’être réélue triomphalement avec 100% des suffrages exprimés lors du dernier congrès du FN à Lyon. Le Front National a obtenu le plus de sièges en France lors des dernières élections européennes et plus que jamais, 2017, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen 12-13 Dimanche - NationsPresse

Marine Le Pen : « Nous nous battons pour gagner ! »

En direct de Lyon et à l’issue du discours de clôture du XVe Congrès du Front National, la présidente Marine Le Pen était l’invitée du 20H de France 2 présenté par Laurent Delahousse. Elle a notamment commenté le « bilan très lourd et très mauvais » de Nicolas Sarkozy et de François Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Handicap

Troisième conférence nationale du handicap : en vingt ans, rien n’a changé !

Marie-Christine Arnautu FN Nice Municipales 2014

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National, député français au Parlement européen

La troisième conférence nationale du handicap se tient aujourd’hui à l’Élysée. Au-delà des belles paroles et des vagues promesses, les associations ne semblent pas attendre grand-chose de François Hollande.
À juste titre, car la situation des personnes handicapées en France est toujours catastrophique.

Au-delà de l’accessibilité, encore très peu améliorée dans les bâtiments publics, en 2014, le montant de l’Allocation adulte handicapé n’est toujours que de 800 € par mois, alors que 80% des bénéficiaires n’exercent aucune activité professionnelle. La conséquence directe de ce montant dérisoire est une paupérisation grandissante des personnes handicapées. Aujourd’hui, plus de 40 % d’entre elles vivent au-dessous du seuil de pauvreté et leur taux de chômage est deux fois plus important que la moyenne nationale.
Avec seulement 800 € par mois, les personnes handicapées se retrouvent devant des choix à faire, parfaitement indignes dans notre pays : se loger, se déplacer ou se soigner?
Le Front National et Marine Le Pen réclament depuis des années une revalorisation substantielle de l’AAH afin de permettre aux personnes handicapées de mener une vie normale, couplée à un vaste plan de luttes contre la fraude aux aides.
Alors que le handicap ne devient une préoccupation de l’UMPS qu’en période électorale, le Front National y porte une attention constante afin que les personnes handicapées et leurs familles bénéficient pleinement de la solidarité nationale qui leur est due et puissent retrouver une dignité, trop souvent disparue.

Le gouvernement socialiste abandonne les handicapés

Marie Christine Arnautu FN - RBM - Municipales 2014 - Nice 2020Communiqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

La crise économique frappe encore plus les personnes handicapées que les autres. A la fin de l’année 2013, plus de 410.000 d’entre elles étaient au chômage, ce qui correspond à une augmentation de 11,5% en un an, selon l’Association des paralysés de France. Cette dégradation se poursuit chaque mois : fin juin 2014, l’augmentation était de 10,6% soit deux fois plus que l’augmentation du chômage pour l’ensemble de la population.

Et pourtant, les personnes handicapées devraient être au cœur des préoccupations de l’État : plus fragiles, elles ont besoin de plus d’attention et de protection.

Encore plus victimes de la crise que le reste de la population, elles devraient bénéficier d’un effort plus soutenu de la part de la collectivité.

Au contraire, le gouvernement de Manuel Valls préfère s’attaquer à elles. Le gouvernement a fait adopter par l’Assemblée nationale une ponction de 29 millions d’euros sur les réserves du fonds d’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique ! Et le gouvernement prévoit le même mécanisme contre l’AGEFIPH qui agit pour l’insertion dans les entreprises privées.
Dans les pas de l’UMP, les socialistes choisissent de s’attaquer aux plus fragiles pour satisfaire aux exigences de la finance mondialisée.

Le Front National et Marine Le Pen mettent au contraire les plus fragiles au cœur de leur action, en voulant restaurer la nécessaire solidarité uniquement possible dans le cadre d’une souveraineté nationale retrouvée.

Gilbert Collard (RBM) défend la retraite des travailleurs handicapés

Gilbert CollardQuestion au gouvernement de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard

M. Gilbert Collard attire l’attention de M. le ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du dialogue social sur la retraite des travailleurs handicapés qui ont accompli leur carrière dans le secteur privé. Leur retraite est calculée sur le salaire moyen de leurs vingt cinq meilleures années d’activité. Or, leur invalidité partielle a souvent contraint ces actifs à des périodes d’arrêts de travail durables et fréquentes; ce qui diminue alors cette moyenne de référence généralement calculée sur des carrières courtes.

M. Collard souhaiterait savoir si votre ministère envisage alors de recalculer le revenu des années incomplètes par un salaire de référence calculé au vu des trimestres complets.

Revalorisation de l’allocation adulte handicapé (AAH) de 10,27 € : une honte !

Marie Christine Arnautu FN - RBM - Municipales 2014 - Nice 2020Communiqué de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales, députée française au Parlement européen

Alors que plus de deux millions de nos compatriotes handicapés vivent en dessous du seuil de pauvreté et dans une précarité grandissante, le gouvernement a annoncé la revalorisation de l’AAH de 10,27€ au 1er octobre : merci pour ce moment… de grande générosité !

Comment peut-on vivre dans la dignité avec une telle aumône ? Outre le parcours du combattant pour obtenir l’AAH que connaissent toutes les familles frappées par le handicap, outre l’immense solitude et le sentiment d’abandon que subissent les plus faibles d’entre nous, le lien entre handicap, pauvreté et exclusion leur apparaît désormais comme inéluctable.

Il suffirait pourtant de changer radicalement de politique au plan de la solidarité nationale, vision totalement étrangère à l’UMPS. Pour cela, il faut mettre un terme aux différents plans d’austérité imposés par l’Union européenne, et confirmés tout récemment par les injonctions de Mme Merkel à M. Valls.

Ce n’est qu’en retrouvant la maîtrise de notre souveraineté nationale, que l’État pourra exercer pleinement sa mission de venir en aide aux plus défavorisés de nos compatriotes. Le Front National réclame la revalorisation immédiate de 25% de l’AAH et la suppression du plafond de ressources du conjoint, mesures applicables dès lors qu’existe une vraie volonté politique luttant contre la fraude aux allocations diverses et appliquant la priorité nationale en matière d’aide sociale.

Comme tous les Français invisibles et oubliés des gouvernements successifs, nos compatriotes handicapés peuvent et doivent mettre leur espoir en Marine Le Pen et le Front National.

La justice « tend à ne plus protéger le faible contre le fort »

injusticeL’Office chrétien des personnes handicapées (OCH) a vivement réagi à trois affaires judiciaires (Vincent Lambert, procès Bonnemaison, et relaxe de cinq personnes accusées d’agression sexuelle sur une handicapée), s’alarmant d’une « déconsidération de la personne fragile ».

Concernant la décision du Conseil d’État d’autoriser l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation de Vincent Lambert, l’OCH dit « légitimement craindre, en raison du retentissement de cette affaire, que cette décision fasse jurisprudence, faisant planer une incertitude sur la vie des 1 700 personnes concernées par un état neurovégétatif ou pauci-relationnel* en France ». « N’y a-t-il pas là un jugement sous-jacent sur l’utilité de ces vies, diminuées, certes, mais porteuses d’une dignité inaltérable ? », s’interroge l’OCH.
À propos de l’acquittement du docteur Bonnemaison, l’OCH regrette « une décision qui ne peut qu’abonder dans le sens des militants de l’euthanasie, très présents au procès, alors que la perspective d’une évolution de la loi dans les prochains mois se précise ».
Enfin, sur l’affaire moins médiatisée de la scandaleuse relaxe, le même jour par le tribunal d’Angoulême, de cinq hommes accusés d’agression sexuelle envers une jeune femme handicapée mentale, au QI d’une enfant de 6 ans, au motif que les accusés n’étaient pas conscients de l’absence de consentement de la victime, l’OCH souligne « un éclatant abus de faiblesse laissé impuni ».
Si l’OCH ne veut pas amalgamer des « événements de nature différente », la fondation souligne que ceux-ci « semblent converger dans le sens d’une déconsidération de la personne fragile, et dans le développement d’une justice qui tend à ne plus protéger le faible contre le fort ». « Ces signaux doivent nous alerter et nous mobiliser », insiste l’OCH appelant « à un sursaut de conscience et de solidarité, qui seul pourra endiguer cette dangereuse vague d’abandon et de violence envers les plus fragiles d’entre nous ».

* État de conscience minimal. État d’une personne dans le coma mais qui conserve certaines réactions dues au comportement.

Source : la-croix.com

Autisme : la France dans le mur

Le Conseil de l’Europe va condamner ce mercredi pour la cinquième fois la France pour sa mauvaise prise en charge des personnes autistes. L’association Vaincre l’autisme tire la sonnette d’alarme et dresse un constat accablant de la situation de l’autisme en France, qui touche aujourd’hui près de 650.000 personnes.

Dépistage, diagnostic, prise en charge, traitement… Sur l’autisme, la France a faux sur toute la ligne et accuse un retard de 40 ans sur ses voisins européens et dans le monde. Ce terrible constat n’est pas seulement dressé par les associations, il l’est aussi par Bruxelles : selon les informations de Metronews, le Conseil de l’Europe devrait en effet condamner la France, ce mercredi, pour manquement à son devoir de prise en charge des personnes autistes. Un état d’urgence pour une « maladie » qui ne concerne pas moins d’un enfant sur cent à la naissance, soit environ 650.000 personnes en France.
« Face à un État aveugle, le recours juridique était la seule solution », explique le président de la fondation Vaincre l’autisme, M’Hammed Sajidi, à l’origine de la démarche. « Aujourd’hui, les autistes sont encore traités comme des malades mentaux et 80% des enfants ne sont pas du tout scolarisés ». Un véritable paradoxe : l’Organisation mondiale de la santé considère en effet que l’autisme ne relève plus de la « psychiatrie » mais d’un « trouble du développement ». Il ne se guérit donc ni à l’hôpital, ni avec des médicaments. Mais par la voie éducative.

Lire la suite sur metronews.fr

Certains frais d’ambulance pourraient ne plus être remboursés

blog PS_socialisme genereux avec argent autresLes parents d’enfants handicapés réclament l’abandon d’une circulaire, qui prévoit le déremboursement de frais de transports sanitaires.

Une circulaire ministérielle datée du 27 juin 2013 prévoit le déremboursement de certains transports en ambulance pour les personnes handicapées. La Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) a fait suspendre cette circulaire. Le dossier a été transmis à Marisol Touraine, la ministre de la Santé. Les familles attendent une annulation définitive.
A Wasquehal près de Lille, les parents de Vincent, âgé de 17 ans et souffrant de leucodystrophie, sont en colère, après le courrier de la Sécurité sociale qu’ils viennent de recevoir et qui leur annonce la mauvaise nouvelle : les frais d’ambulance pour leur fils pourraient ne plus être remboursés si la circulaire, pour l’instant suspendue et en attente d’une décision ministérielle, était validée.
« On se bat pour nos enfants à longueur de temps, pour que leur vie se passe bien, explique le père du jeune homme, au micro de RTL vendredi. Et là on nous rajoute une couche [d'ennuis] supplémentaire », dénonce-t-il.
Cet adolescent est placé dans un établissement spécialisé la semaine, et rentre chez ses parents chaque week-end en ambulance, pour un coût de 1.500 euros par mois.
« L’État demande aux parents d’enfants handicapés de les abandonner dans des centres », s’indigne le père de Vincent, qui estime que « le lien familial ne doit pas représenter des économies à faire ».

La Sécu pourrait ne plus rembourser (du tout) les lunettes

C’est l’une des pistes présentées par la Cour des comptes dans son dernier rapport. L’idée est de transférer les remboursements de tout ce qui concerne l’optique correctrice aux complémentaires santé quand elles seront généralisées (d’ici à 2017). L’objectif étant de limiter le déficit de la Sécurité sociale.

« Dès lors que l’assurance maladie complémentaire serait généralisée, pourrait se poser, s’agissant de l’optique correctrice, la question d’un réexamen de son articulation avec l’assurance maladie obligatoire englobant une réflexion sur un éventuel retrait de cette dernière du champ », suggère, d’une manière alambiquée, la Cour des comptes.
Une suggestion qui pourrait faire du bruit mais qu’il faut relativiser : sur les quelque 4 milliards que représentent ces dépenses d’optique correctrice, seulement 200 millions sont en effet pris en charge par l’assurance maladie, les 3,7 milliards restant étant du ressort des complémentaires.

Cette perspective inquiète néanmoins des professionnels de l’optique comme Jean-Pierre Champion, P.-D.G. de Krys group, numéro un du marché français : « Ce serait une erreur majeure, même si le remboursement de l’assurance maladie est symbolique ». Et il évoque le risque de « perdre le caractère santé de l’équipement optique ».

Source : franceinfo.fr

Gilbert Collard (RBM) dans « Debout les mots » n°31 du 30 juin 2013

CollardGilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, commente l’actualité du moment dans « Debout les mots », émission n°31 du 30 juin 2013. Il est interrogé par Nicolas Meizonnet, son attaché parlementaire.

Ici Gilbert Collard plaide en faveur des handicapés moteurs souhaitant poursuivre leurs études au lycée ou dans l’enseignement supérieur

Et ici, vous pouvez accéder aux textes des deux amendements déposés par Gilbert Collard en faveur du non-cumul des mandats

Tennis / Roland-Garros : le Français Houdet remporte le tournoi handi

Si Jo-Wilfrid Tsonga, dominé en demi-finale par l’Espagnol David Ferrer, ne remportera donc pas Roland-Garros trente ans après Noah, un autre Français a, lui, gagné le tournoi 2013. Stéphane Houdet (numéro 2) a en effet triomphé vendredi du numéro 1, le Japonais Shingo Kunieda dans la compétition en fauteuil.

Le Français Stéphane Houdet et le Japonais Shingo Kunieda se sont livré un superbe combat pour le titre du tournoi fauteuil et c’est finalement Houdet qui s’est imposé en trois sets (7-5, 5-7, 7-6), au terme de trois heures de match sous le chaud soleil de la Porte d’Auteuil. Il a ainsi remporté son deuxième titre en Grand Chelem, et par la même occasion son deuxième Roland-Garros de suite, en allant jusqu’au bout de lui-même pour vaincre son adversaire.

Quand la désespérance pousse à l’infanticide

Marie Christine Arnautu 2010Communiqué de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National chargée des Affaires sociales

L’assassinat de son fils par un père qui a ensuite tenté de se suicider montre toute la désespérance et l’abandon des familles d’enfants et d’adultes handicapés. Les pouvoirs publics sont coupables, et responsables. Dans la pure continuité de Nicolas Sarkozy, François Hollande avait réduit le volet handicap au strict minimum dans son projet présidentiel : voilà au moins un engament tenu !

Aucune revalorisation de l’allocation d’adulte handicapé, plus d’un million d’handicapés vivant en dessous du seuil de pauvreté, une inégalité territoriale flagrante dans le traitement des dossiers, un vide total pour les handicapés vieillissants, aucune prise en charge de l’autisme, 20.000 enfants handicapés non-scolarisés : tel est le bilan non-exhaustif de gouvernements successifs beaucoup plus préoccupés par leur allégeance à la finance et à l’Europe de Bruxelles qu’à la mission essentielle de solidarité nationale.

Marie-Christine Arnautu demande à Madame Carlotti d’examiner de toute urgence la situation de nos compatriotes handicapés et de leur familles, invisibles, victimes encore plus que d’autres de ce modèle de société égoïste, et d’enfin prendre en considération les impasses morales et financières dans lesquelles elles doivent se débattre.

Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme : encore un pavé lancé dans la mare de la désespérance des familles

Marie Christine Arnautu 2013Communiqué de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National

Après l’échec du plan autisme lancé en 2008 et son triste bilan évoqué en 2012, cette journée mondiale de sensibilisation à l’autisme ne fera qu’ajouter encore davantage au sentiment justifié d’abandon des familles concernées.

Pourtant le nombre de cas va en augmentant chaque année sans qu’une réelle volonté politique ne se dégage, tant au plan du diagnostic que de la prise en charge. Pour les quelque 600.000 personnes atteintes de ce trouble, les gouvernements successifs n’ont eu d’autre solution à proposer qu’un traitement psychiatrique, parfois inadapté, souvent indigne.

Cette accablante inertie relève de l’absence totale de solidarité nationale face à ce syndrome qui entraîne ce résultat honteux : en France 80% des enfants autistes ne sont pas scolarisés, et environ 1.500 places ont été créées dans des instituts spécialisés sur les 600.000 requises !

Marie-Christine Arnautu rappelle les engagements pris par Marine Le Pen et le Front National sur ce douloureux problème de l’autisme :

  • Une prise en charge à part entière de l’autisme, socio-éducative, assortie d’un diagnostic précoce au lieu d’une approche psychanalytique, très néfaste.
  • La prise en charge, si besoin, d’une auxiliaire de vie sociale et scolaire (AVS) dont le statut devra être pérennisé et la formation assurée.
  • Le développement et la mise à disposition de toute méthode informatique et « e-learning »
  • Une formation sérieuse et dédiée tant pour le personnel éducatif que pour les AVS.
  • Une inclusion scolaire adaptée dans des classes à effectifs réduits.
  • Une réflexion devant mener à la reconnaissance du parent ou de la personne ayant abandonné son travail du fait d’un proche atteint d’autisme. Ceci aboutirait à la prise en charge de points de retraite et au cumul de trimestres.

Enfin, le handicap, quel qu’il soit, doit relever de la mission de l’État et non délégué aux départements, source de trop d’inégalités territoriales.

Sorti de l’hôpital, un SDF de 72 ans est remis à la rue presque nu à Toulon

Déplorable ! C’est un ancien combattant et c’est ainsi que la France le remercie ? Certains ont eu la Légion d’honneur pour moins que cela, lui, ne demande qu’un toit !

Cette scène incroyable s’est déroulée le 31 décembre devant les portes closes, à ce moment-là, du SAMU social à Toulon.

Pris en charge à l’hôpital Sainte-Anne, puis à La Seyne pour une infection pulmonaire et une plaie à la jambe, un marginal impotent, ancien combattant, a été déposé à l’issue de ses soins par les ambulanciers dans une simple chemise hospitalière et sans son fauteuil roulant.

Informé par les membres du SAMU social, Gilles Rebèche, délégué épiscopal de la solidarité du diocèse Fréjus/Toulon a pris les choses en main et finalement trouvé, jeudi, une solution d’hébergement pour le vieil homme.

Source : Var Matin (voir la photo)

Marie-Christine Arnautu (FN) prend la défense des «Invisibles» de la République

Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National chargée des Affaires sociales, est l’invitée de l’émission «PolitiqueS» sur La Chaîne Parlementaire (LCP). elle participe au débat «ConfrontationS» dont le thème porte sur «Comment lutter contre la pauvreté» qui prospère en France tout comme le chômage depuis ces 30 dernières années.

Marie-Christine Arnautu débat face à Nathalie Arthaud, porte-parole de Lutte ouvrière, Benoist Apparu, député UMP de la Marne, ancien ministre et Emmanuel Maurel, secrétaire national du parti socialiste.

Elle réagit au sujet des millions de Français pauvres concernés par le énième plan contre la pauvreté de la politique du gouvernement HollAyrault : «Dans ces mesures rien n’est budgété. Franchement, je n’ai pas besoin de sortir de l’ENA pour savoir que ça va être encore à coups d’impôt : si c’est finalisé un jour, parce que ce plan aujourd’hui n’est pas finalisé, donc quand je vous dis que j’en ai marre c’est la réalité ! C’est pour cela qu’hier, à l’issue de toutes ces mesures, j’ai créé un nom de domaine sur Internet qui s’appelle www.Invisibles.fr parce que tous ces gens-là sont des invisibles. C’est cette classe moyenne si vous voulez qui est en train de disparaitre !»

Débat à partir de 15mn50

Une affaire de garde d’enfants jugée sur le trottoir !

Une femme en fauteuil roulant n’a pas pu entrer, hier, au tribunal de grande instance de Briey (Meurthe-et-Moselle). L’audience s’est déroulée… à l’extérieur.

Jeanine Mujic, une maman de 39 ans clouée depuis cinq ans sur un fauteuil roulant, était à mille lieues d’imaginer, hier, qu’elle n’entrerait jamais au tribunal de Briey et que son affaire allait être jugée… sur le parvis du TGI !

Ce jeudi à 14 heures, Jeanine arrive en fauteuil au tribunal de grande instance, place Poincaré. Problème : il n’y a pas de rampe d’accès. « Je le savais. Il y a deux ans, j’étais déjà venue et on m’avait portée », narre la Briotine qui se bat depuis plusieurs années pour avoir la garde de ses trois enfants.

Mais ce coup-ci, personne pour l’aider. « Tout le monde a été très gentil : les vigiles, la greffière, le juge. Mais ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas le droit de porter mon fauteuil car en cas d’accident, ils seraient responsables. » Coup de fil est passé aux pompiers mais ils ne se déplacent pas. Motif invoqué : la personne n’est pas en danger. On essaye alors de faire passer Jeanine par le garage souterrain du bâtiment. Pas de chance : il y a aussi des escaliers pour accéder au rez-de-chaussée. Aux grands maux, les grands remèdes : le juge décide d’examiner cette affaire de garde d’enfants devant les escaliers du TGI ! « Il était sincèrement désolé ». L’audience durera dix petites minutes, en présence de la greffière, de l’avocat de la maman et de son ex-mari, le tout à la plus grande surprise du quidam. « D’autant que les affaires familiales sont jugées à huis clos », souffle une robe noire. « Heureusement qu’il n’a pas plu. C’est un scandale ! », maugrée Jeanine, davantage gagnée par la colère que par un sentiment de honte. « Je ne suis pas un animal. » Son amie venue la soutenir fulmine : « C’est un bâtiment où l’on rend la justice qui est hors-la-loi ! Le pire, c’est qu’il y a des places de stationnement pour les personnes handicapées mais à quoi ça sert s’il n’y a pas de rampe ? » On a conseillé à Jeanine et à son amie d’écrire à la cour d’appel de Nancy. C’est cette juridiction qui gère apparemment les questions immobilières (mais personne au standard hier après-midi…). Jeanine rit jaune : « On nous a dit qu’il fallait que je prévienne la prochaine fois, pour que l’audience se fasse en mairie. » Heureusement, elle n’aura pas à revenir au TGI : le jugement de son affaire ayant été mis en délibéré au 11 octobre, elle sera informée de la décision par son avocat.

Article du Républicain Lorrain