Marine Le Pen - europeennes 2014

Mistral : la France gravement décrédibilisée, le contribuable encore saigné

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National L’officialisation hier de la non-livraison des navires Mistral à la Russie constitue une faute lourde de François Hollande, qui porte gravement atteinte à la crédibilité même de la France. En effet, aux considérations financières importantes de cet accord de non-livraison (entre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen dénonce Windows 10 de Microsoft qui espionne nos ordinateurs

Marine Le Pen, la présidente du Front national, s’en prend à Microsoft et affirme à juste titre que le dernier né de Microsoft, Windows 10, espionne nos ordinateurs. Dans une lettre ouverte à la présidente de la Commission nationale informatique libertés, la CNIL, Marine Le Pen a dénoncé « l’espionnage généralisé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen lance un appel solennel aux francais contre le traite transatlantique

La France ne peut pas abandonner ses éleveurs

Déclaration de Marine Le Pen sur la crise agricole Je comprends la colère des éleveurs. Depuis des années, je les rencontre le plus fréquemment possible, dans leurs exploitations et lors des événements professionnels qu’ils organisent. Depuis des années, sous la droite comme sous la gauche, leur situation qui était déjà Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Mobilisons-nous contre la nouvelle loi criminelle du gouvernement sur l’immigration !

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national Après la loi sur l’asile la semaine dernière, le gouvernement veut faire adopter une nouvelle loi, cette fois sur le « droit des étrangers », qui confirme la folle dérive immigrationniste dans laquelle la France est en train de sombrer. Sur le volet Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « Il n’y a rien à attendre de François Hollande, toujours embourbé dans la continuité d’une politique UMPS totalement impuissante »

Réaction de Marine Le Pen à l’entretien accordé par le président de la République François Hollande a continué en ce 14 Juillet de mentir aux Français, en niant le caractère souvent gravissime de la situation dans plusieurs domaines. En cela, il s’est de nouveau montré totalement absent, laissant cette impression Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Les 4 verites 2013

Marine Le Pen : « L’hyper-austérité qui est imposée par l’Union européenne est dévastatrice ! »

Marine Le Pen, la présidente du Front national, est intervenue sur France 2 le 25 juin dans l’émission Télé Matin. Elle a commenté la hausse énorme du chômage dont les politiques de droite comme de gauche sont responsables et a demandé à ce que nos compatriotes des DOM-TOM soient inclus Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Social

Les salariés niçois d’Air France victimes de la politique de François Hollande

Marie-Christine Arnautu FN Nice Municipales 2014

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, député français au Parlement européen, vice-présidente du Front national, conseiller municipal et métropolitain de Nice

Marie-Christine Arnautu regrette la décision d’Air France de fermer ses bases de province, et notamment celle de Nice. Elle assure les salariés et leurs familles de son soutien face à « drame humain », selon leurs propres termes.

Cette fermeture est une conséquence directe de la politique du gouvernement socialiste, poursuivant sur ce point celle de Nicolas Sarkozy et de l’UMP. La soumission aux diktats de Bruxelles empêche la France de soutenir sa compagnie nationale afin de lui permettre de lutter à armes égales contre ses concurrents étrangers, notamment les compagnies aériennes du Golfe, subventionnées à coups de dizaines de milliards d’euros par les pétromonarchies. Dans le même temps, les compagnies à bas coût bénéficient à la fois des règles de rémunération transfrontalières imposées par Bruxelles à l’intérieur de l’Union et de larges subventions des chambres de commerce puisque, par exemple, Ryanair percevrait plus de 800 millions d’euros annuellement.

Quant à François Hollande, pour conclure la vente des vingt-quatre avions de guerre Rafale au Qatar, il n’a pas hésité à sacrifier les intérêts d’Air France. La concession de droits de trafic supplémentaires à Qatar Airways menace les positions d’Air France au départ de Nice et de Lyon. Le Front national demande que la France défende enfin les intérêts d’Air France, compagnie nationale historique, non seulement car elle représente l’excellence française dans le monde entier, mais aussi car elle emploie des milliers de salariés de plus en plus inquiets pour leur avenir.

Marion Maréchal – Le Pen dénonce les squatteurs de propriétés privées

Marion Marechal Le Pen

Question écrite de Marion Maréchal-Le Pen, députée du Front national élue dans le Vaucluse, sur les squatteurs de propriétés privées

Marion Maréchal-Le Pen attire l’attention de Mme la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes sur l’occupation illégale d’une propriété.

La loi n°2007-290 du 5 mars 2007, « instituant le droit au logement opposable et portant diverses mesures en faveur de la cohésion sociale », s’avère porter de graves préjudices pour le droit du propriétaire d’un domicile. En effet, lorsqu’un propriétaire n’a pas entrepris de démarches dans les 48 heures suivant l’installation de squatteurs, ces derniers peuvent invoquer la loi DALO.

L’article 38 de la loi suscitée est censé faciliter l’expulsion des squatteurs. Or il est matériellement très difficile pour le propriétaire de réunir toutes les conditions inscrites dans l’article sous 48 heures pour mettre fin à l’intrusion illicite. Passé ce délai, le flagrant délit ne peut plus être caractérisé et la police ne peut plus procéder à l’expulsion immédiate des squatteurs. Dès lors, les occupants illégaux ne peuvent être contraints de libérer les lieux, selon l’article 61 de la loi du 9 juillet 1991, uniquement via une décision de justice. Les délais de décision de justice, le recours des squatteurs et l’application de la décision par le préfet engagent le propriétaire spolié de son bien dans un marathon judiciaire d’une à deux années. Ainsi, ces derniers jours une retraitée âgée de 83 ans n’a pas pu rentrer chez elle après que des individus aient dégradé sa demeure en abattant des cloisons, en taguant les murs, en érigeant des barbelés grâce à un scandale juridique leur permettant de se déclarer occupants légaux. Si la propriétaire avait pénétrer dans sa propre maison, cela lui aurait valu d’enfreindre la loi en commettant une violation de domicile.

Le propriétaire se retrouve à la rue, le plus souvent sans proposition d’hébergement d’urgence et sans aide juridictionnelle, pourtant nécessaire au regard de la longueur et de la complexité de la procédure. Les squatteurs étant insolvables, il revient à la victime du préjudice de financer le coût des réparations. Au combat juridique, s’ajoutent des préjudices moraux et financiers dévastateurs.

C’est pourquoi elle demande s’il est prévu de revenir sur le délai de flagrant délit d’occupation sans titre d’un logement afin de faciliter l’expulsion des squatteurs. De même, elle demande s’il est envisagé de revoir la politique du logement afin que les individus entrés par effraction ne puissent plus se targuer d’être dans la légalité.

Rennes : Maryvonne à la rue à 83 ans à cause de squatteurs d’extrême gauche

injustice

C’est l’histoire lamentable d’une octogénaire rennaise qui se bat pour récupérer sa maison occupée par des squatteurs d’extrême gauche, qui se croient tout permis. Voilà le résultat de la loi de 2007 sur le « droit au logement opposable ». Une loi injuste que l’UMP avait pris soin de soutenir en son temps avec la gauche…

Maryvonne Thamin, 83 ans, ne parvient pas à reprendre possession de son modeste pavillon, rue de Châtillon, à Rennes, car il est squatté depuis 2013 par un groupe de ce qu’il faut bien désigner comme des parasites. Les occupants ont pris la peine d’afficher sur la porte qu’il s’agit désormais de « leur domicile et qu’il ne peut y avoir d’expulsion sans décision exécutoire du tribunal ».

« Cette occupation est certes illégitime, mais les occupants, des jeunes précaires, étudiants, saisonniers, ont le droit de se maintenir dans les lieux », explique leur avocate, Me Stéphanie Peltier, qui défend trois d’entre eux gratuitement et semble bien décidée à mépriser le droit le plus élémentaire de la vieille de dame de pouvoir récupérer son bien… parce que la loi de 2007 le permet !

« Coupable d’être propriétaire » ! Telle est la situation scandaleuse de cette octogénaire rennaise, dénoncée à juste titre par Yvan Rioufol.

Trois ans de gouvernement Hollande : un bilan économique et social calamiteux

flamme_fn_04-150x1503

Communiqué du Front national

Encore deux ans à tenir pour les Français.
Triste anniversaire pour les Français… Le 6 mai 2012, ils élisaient à la présidence de la République François Hollande, ses riches promesses de campagne, son flamboyant discours du Bourget contre le monde de la finance, son discours offensif contre le chômage, son verbe anti-délocalisations et contre les fermetures d’usines… Trois ans plus tard, trois chiffres sur les salariés, les entreprises et l’Etat illustrent l’ampleur du désastre.

Sous le gouvernement de François Hollande, nous avons assisté à une envolée continue et terrible du chômage avec 1.018.000 demandeurs d’emplois en plus en catégorie ABCDE. Le rythme est, pour le plus grand malheur des Français, tout à fait comparable au rythme de destruction sous Nicolas Sarkozy avec 1.400.000 demandeurs d’emplois en plus entre 2007 et 2012.

Sous le gouvernement de François Hollande, il y a eu 190.000 entreprises défaillantes selon les chiffres de la Banque de France.
Les champions industriels français n’ont pas été protégés. Non seulement, ils ont dû subir la perte d’activité due à l’austérité décrétée par la Commission européenne mais la loi sur les entreprises stratégiques n’a pas été actionnée pour conserver dans le giron national trois grands champions de l’industrie française : les équipements de télécommunications de pointe d’Alcatel ont été rachetés par Nokia, le constructeur de centrales électriques français Alsthom a été racheté par General Electric, un des leader mondiaux du ciment Lafarge a été racheté par le cimentier suisse Holcim. Il est absolument scandaleux que l’Etat français n’ait pas utilisé ses marges de manœuvres (Caisse des Dépôts et loi sur les entreprises stratégiques) pour sauvegarder le patrimoine industriel des Français.

Sous le gouvernement de François Hollande, la dette publique a augmenté de 168 milliards d’euros et le déficit public s’est très peu réduit.
La politique d’austérité menée sur ordre de Bruxelles a échoué à faire baisser la dette publique. En revanche, elle a cassé la croissance, détruit de très nombreuses entreprises, fait exploser le nombre de chômeurs.
En mai 2015, après 3 ans de gouvernement Hollande, on n’a jamais vu autant d’entreprises détruites, de chômeurs, de précarité et de pauvreté dans notre pays.

Nous constatons que le bilan économique et social est calamiteux et regrettons l’entêtement inquiétant du président de la République dans une voie sans issue.
Pendant que François Hollande fête ses 3 années de mandat avec le dernier carré de ses courtisans à l’Elysée, les Français, eux, continuent de trinquer et de subir les conséquences dramatiques de cette politique de décroissance et de régression sociale.

Le Front national construit un projet cohérent pour nos compatriotes, propose une autre voie réaliste pour mettre un terme à ce quinquennat crépusculaire et à 30 ans d’impuissance de l’UMPS. Seule une autre politique, radicalement différente, fondée notamment sur le patriotisme économique, l’Etat stratège, les grands projets industriels et écologiques, la conquête maritime, le protectionnisme intelligent et le passage au nouveau franc permettra de redresser durablement la France et d’améliorer considérablement le quotidien des Français afin que nous sortions enfin de cette vallée de larmes.

Encore 15.000 chômeurs de plus en mars

Valls racisme

La France a dépassé de nouveau, en mars, le cap des 3,5 millions de personnes n’ayant pas du tout travaillé.

Si certains indicateurs semblent indiquer un début de reprise, cela ne se traduit pas encore dans les chiffres du chômage. En mars, le nombre de demandeurs d’emploi n’ayant pas du tout travaillé a encore progressé de 15.400, soit +0,4 %. Il a nettement franchi la barre des 3,5 millions, à 3.509.800 en métropole, selon les statistiques publiées ce lundi à 18 heures par le ministère du Travail. DOM compris, on atteint désormais le chiffre de 3.768.300. La bonne surprise du mois de janvier, durant lequel les effectifs des chômeurs de catégorie A avait baissé, apparaît donc comme un accident puisque les deux mois suivants, l’augmentation a repris à un rythme soutenu.

Lire la suite sur lesechos.fr

Faire toute la lumière sur les dysfonctionnements liés à l’affaire Sid Ahmed Ghlam

Syndicat France Police SFP

Communiqué de Michel Thooris, secrétaire général du Syndicat France police (SFP)

Le Syndicat France police saisit Monsieur Bernand Cazeneuve pour faire toute la lumière sur les dysfonctionnements liés à l’affaire Sid Ahmed Ghlam.

Pourquoi un ressortissant algérien qui avait quitté le territoire national en 2003 faute de papier et à l’encontre duquel une fiche d’attention de type sûreté a été émise, n’a-t-il pas fait l’objet d’une mesure administrative de retrait de son titre de séjour avec expulsion ?

Est-ce par manque de courage de la préfecture ou est-ce par manque de communication entre les services de renseignements et les services préfectoraux ?

Le ministre de l’Intérieur doit prendre toutes les mesures utiles pour qu’une autre affaire Sid Ahmed Ghlam ne se reproduise.

Les autorités préfectorales doivent être immédiatement et clairement informées par les services de renseignements de la présence de ressortissants étrangers en séjour ou en résidence sur le territoire national susceptibles d’être en lien avec la mouvance islamiste.

Les autorités consulaires doivent, quant à elles, systématiquement vérifier auprès des services de renseignements le statut des personnes auxquelles elles envisagent de délivrer un visa.

Le gouvernement doit, de son côté, interdire aux préfets de délivrer des titres de séjour à des individus susceptibles d’appartenir à la mouvance islamiste et obliger les représentants de l’État à procéder au retrait immédiat des titres de séjour détenus par de tels individus avec mesure coercitive d’expulsion à la clef.

Prime d’activité: la vraie-fausse annonce de Hollande

hollande rigole

Le chef de l’Etat avait annoncé dimanche que la prime d’activité, fusion du RSA-Activité et de la prime pour l’emploi, serait élargie à tous les Français. Sauf que les apprentis et les étudiants n’y auront en fait pas droit.

Étudiants et apprentis ne seront « pas éligibles » à la future prime d’activité, a tenu à préciser ce lundi le ministère du Travail, après l’annonce par François Hollande dimanche d’un élargissement de cette mesure qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2016.

« Je vais élargir » cette prime d’activité, qui « concerne tous les Français », avait déclaré le président sur Canal Plus, sans préciser si elle serait étendue aux apprentis et aux étudiants salariés, une mesure attendue.

Les étudiants qui travaillent en seront privés

« A ce stade, la prime d’activité sera ouverte à tous les actifs, dont les jeunes de 18 à 25 ans », mais « les étudiants ou les apprentis n’y seront pas éligibles », a pour sa part nuancé une source au ministère du Travail. Les étudiants exerçant des petits boulots pourront-ils y prétendre ? « Non », a-t-elle répondu.

Lire la suite sur bfmtv.com

Loi Santé : la qualité des soins sacrifiée par le dogmatisme socialiste

Collard-et-Marion-Marechal-Le-Pen

Communiqué de Marion Maréchal – Le Pen, députée du FN élue dans le Vaucluse et de Gilbert Collard, député du RBM élu dans le Gard

Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard ont voté contre la loi Santé mardi 14 avril.

Le texte de Mme Touraine est un empilement de mesures qui sont très loin de répondre au souci de « modernisation » que contient le titre du projet.

Aux mesures hygiénistes et contraignantes sur le tabac s’oppose la légalisation des salles de shoot pour une enveloppe de 10 millions d’euros, créant une exception légale à l’interdiction de consommation de substances illicites. Ce renversement de principe envoie un signal dramatique et fait de l’Etat le complice de la consommation plutôt que le garant de l’interdiction.

Les socialistes ont également inséré, par voie d’amendement, la suppression du délai de réflexion et donc des entretiens médicaux obligatoires avant un avortement au prétexte que ce dernier serait « infantilisant ». Cette nouvelle banalisation de l’IVG est incompréhensible alors même que le plus avisé et le plus sage des adultes a besoin de réfléchir avant de prendre une décision grave et irréversible. A croire que les socialistes et leurs alliés ne seront satisfaits que le jour où les pilules abortives seront en libre-service au centre commercial.

La commercialisation simplifiée du don de plasma ouvre ainsi la brèche de la commercialisation du corps humain ; les proches ne pourront plus s’opposer aux prélèvements d’organes d’un défunt sans que celui-ci n’ait anticipé sa décision dans le registre des refus dont très peu de Français connaissent l’existence.

Enfin, le projet de loi instaure la généralisation du tiers payant sans répondre aux inquiétudes techniques des médecins sur la mise en place de ce dispositif : surcharge administrative, surcout, retard de paiement, faisant ainsi payer aux médecins l’incapacité de ce gouvernement d’augmenter le pouvoir d’achat d’une catégorie de Français qui sont à quelques dizaines d’euros près et retardent leurs soins à défaut de pouvoir les avancer.

Les mesures contre l’exercice libéral, via l’étatisation de la médecine et l’assujettissement des professionnels de santé aux mutuelles sont autant de raisons qui m’ont conduite à voter contre ce projet de loi en première lecture.

L’emploi à domicile baisse, le travail au noir progresse

po d'emploi

Au quatrième trimestre 2014, par rapport au troisième, la masse salariale versée par les employeurs de salariés à domicile a diminué de 0,9%.

L’emploi à domicile a repris sa baisse au quatrième trimestre 2014 après quelques mois de stabilité, et sur un an le recul s’est poursuivi, une situation « alarmante » aux yeux des particuliers employeurs qui alertent depuis « onze trimestres » sur une remontée du travail au noir.

Lire la suite lepoint.fr

Le Syndicat France police dépose plainte contre le rappeur Booba pour apologie du terrorisme

Syndicat France Police SFP

Communiqué de Michel Thooris, secrétaire général du SFP

Dans une interview diffusée sur le site du Parisien, commentant les attentats dits Charlie hebdo, Booba estime que « quand on joue avec le feu on se brûle ».

Le rappeur occulte volontairement la réalité de cette vague d’attentats qui n’a pas seulement visé les journalistes de Charlie hebdo mais également des policiers et des juifs.

En quoi Ahmed Merabet, Franck Brinsolaro et Clarissa Jean-Philippe ont-ils joué avec le feu ?

Par ses déclarations, Booba justifie la légitimité des actes terroristes commis par les frères Kouachi, Amedy Coulibaly et de leurs complices en affirmant qu’ « il faut assumer ».

Mais assumer quoi ? De faire son travail de policier ou de journaliste ? D’aller faire ses courses au supermarché ?

Le Syndicat France police dénonce les dérives du rap qui, sous couvert de la culture, prône la haine, la violence et le terrorisme. Abdel-Majed Abdel Bary, rappeur britannique devenu équarrisseur pour l’État islamique, Denis Cuspert, rappeur allemand ou encore Emino, rappeur tunisien ayant fait allégeance à Daesh ne forment que la partie visible de l’iceberg.

Booba et consorts ciblent les plus jeunes et les plus fragiles pour répandre leur poison. La société doit répondre judiciairement aux agressions dont elle fait l’objet.

 

Les incroyables avantages des salariés de Radio France

sloth in panama

Vacances abondantes, primes en tous genres, avantages en nature, placards inutiles… A en croire la Cour des comptes, les conditions de travail sont « très favorables » dans les radios publiques.

La semaine dernière, la Cour des comptes a publié un rapport au vitriol sur Radio France, amenant de l’eau au moulin du P-DG Mathieu Gallet. Ce rapport dénonce effectivement, avec moult exemples accablants à la clé, les conditions de travail « très favorables » au sein des radios publiques. Revue de détail.

1-le volume de travail

Tout d’abord, les salariés ont droit à de généreuses vacances: jusqu’à 56,5 jours par an (RTT inclus) pour les personnels techniques et administratifs; et surtout jusqu’à 68 jours pour les journalistes. Mieux: ces congés ne sont apparemment pas déclarés correctement par les salariés. Selon un rapport d’audit, « rien ne permet d’affirmer que les congés sont saisis dans leur exhaustivité »…

Mais ce n’est pas tout. Une partie des journalistes (8% du total, mais 24% à France Info, ou 15% à France Inter) travaillent avec des rythmes atypiques, par exemple 4 jours de travail suivis de 3 jours de congés. « Cela aboutit à pourvoir un poste par au moins deux, voire trois personnes », pointe le rapport.

Les musiciens ne semblent pas non plus débordés: ils travaillent en moyenne un peu plus de 700 heures par an, loin des 1.100 heures prévues par la convention collective. « Ce sous-emploi chronique n’empêche pas le recours à des remplacements externes (1,4 million d’euros en 2013) et le paiement d’heures supplémentaires », déplore la Cour.

2-les compléments de rémunération

Au salaire de base s’ajoutent de multiples à-côtés. D’abord, des primes ou indemnités de fonction, par exemple pour le travail de nuit, pour la matinale, pour la promotion à un poste de cadre… Mieux, les journalistes, après avoir cessé de travailler la nuit ou d’encadrer des troupes, continuent à toucher « tout ou partie » de la prime octroyée au titre de leur fonction précédente.

Vivarte, MoryGlobal, DIM : une terrible réalité de crise

Marine Le Pen - Les 4 verites 2013

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

Chaque jour qui passe apporte son lot de plans sociaux de plus en plus massifs, qui viennent dissiper l’enfumage du gouvernement sur la reprise économique et la baisse du chômage.

Hier le groupe MoryGlobal était liquidé, entraînant la suppression de 2.200 postes ; aujourd’hui Vivarte (groupe notamment propriétaire de La Halle et André) annonce la suppression de 1600 emplois ; demain Dim devrait suivre la même voie et se séparer de près de 400 personnes.

Cette réalité accablante vient lever les mensonges du gouvernement qui ont émaillé la campagne des départementales, au sujet d’une hypothétique « reprise » et d’un redémarrage de l’emploi. Pire, le gouvernement a sciemment repoussé à l’après-élection l’annonce de plans sociaux aussi considérables, dans le but de tromper les électeurs.

Alors que les conditions extérieures de la croissance ne peuvent être meilleures dans le cadre actuel : un euro au plus bas et des cours du pétrole raisonnables, aucune reprise n’est en vue. Ce sont donc bien les fondamentaux de l’économie française, évoluant dans un cadre totalement inadapté, qui sont atteints.

Il y a d’autant plus lieu de s’inquiéter que le gouvernement mise toute son action sur une communication optimiste et paralysante. Feignant de guetter une reprise qu’il prétend « imminente », le gouvernement de Manuel Valls n’agit pas.

Le résultat est là : chaque jour l’euro tue l’emploi ; chaque jour les charges écrasantes qui pèsent sur nos petites et moyennes entreprises tuent l’emploi ; chaque jour la directive Détachement des travailleurs et l’ouverture totale des frontières tuent l’emploi. Chaque jour la politique de l’UMPS tue l’emploi.

C’est sur cela que le gouvernement devrait travailler, et c’est pourtant sur cela qu’on ne l’entend pas.

Dim : 400 emplois menacés en France

Sarkozy Hollande, la Precarite pour tous c'est maintenant

Selon les informations du journal Le Parisien, Dim s’apprêterait à supprimer 400 emplois en France. Le site d’Autun (Saône-et-Loire) serait particulièrement touché.

Le groupe textile américain HanesBrands (HBI), propriétaire des marques de sous-vêtements Dim, Playtex et Wonderbra, envisage de supprimer quatre cents emplois en France, annonce Le Parisien mardi 7 avril.

« Hanes envisage de supprimer 400 emplois dans toutes ses implantations en France dont 160 au minimum à Autun (Saône-et-Loire) où Dim emploie actuellement 1.010 personnes », indique le quotidien.

« Les 400 suppressions d’emplois devraient être officialisées dans les prochains jours », selon Le Parisien qui explique que les suppressions d’emplois envisagées seraient « d’abord des départs volontaires ou des départs en préretraite, dans le cadre d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui reste à définir ».

Lire la suite sur challenges.fr

Gilbert Collard : « Progressivement on va arriver à récupérer des alliances intérieures »

Gilbert Collard

Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, était l’invité de Nicolas Beytout sur le plateau de L’Opinion ce mardi 31 mars 2015. Il s’est, entre autres, exprimé sur les élections départementales et la sortie de l’euro proposée par le FN, rappelant «qu’avant l’euro, il y avait notre monnaie, ce n’est donc pas l’inconnu» que de retourner au franc. Également interrogé sur la loi Touraine, il s’est dit contre l’instauration du tiers payant car «les médecins sont effrayés par ce système».


Gilbert Collard – Départementales 2015 : « Le… par Lopinionfr

Vinci accusé de travail forcé sur les chantiers du Mondial du Qatar

qatar-2022

L’association Sherpa dénonce les conditions de travail imposées aux ouvriers migrants employés par Vinci au Qatar, dans le cadre des contrats colossaux décrochés pour les chantiers lancés pour accueillir la Coupe du monde 2022 de football. Une plainte pour « travail forcé » a été déposée ce lundi.

La future Coupe du monde de football au Qatar, qui ne doit avoir lieu qu’en 2022, n’a de cesse de faire polémique. Et pour la première fois, une grande entreprise française se trouve directement concernée : dénonçant du « travail forcé » et de « l’exploitation » pour ses très nombreux travailleurs migrants, l’association de juristes et d’avocats « Sherpa » attaque en justice le géant du BTP Vinci. Un groupe très implanté au Qatar, après avoir décroché sept contrats pour une valeur totale de plus de 5,4 milliards d’euros sur les chantiers pharaoniques entrepris par l’émirat en vue de réceptionner le plus grand rendez-vous sportif de la planète.

Lire la suite sur BFM-TV