l-apartheid selon valls - tu mets quelques blancs white blancos

L’ « Apartheid » selon Manuel Valls

Selon Manuel Valls, le Première ministre socialiste de Normal 1er, il y aurait un « apartheid » en France… Un « Apartheid » que semble avoir expérimenté dans sa bonne ville d’Evry, l’inénarrable chef du gouvernement pour qui la Valls de l’insécurité et du grand n’importe quoi n’a plus de secret. « Belle image Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - Vice-President du FN - Front National - France NationsPresse Info

Louis Aliot : « Il y a un jeu entre le grand banditisme et l’islam radical »

Louis Aliot, vice-président du Front national, était de l’invité de LCI. Il a commenté l’actualité du moment, dont les conséquences de la vague d’attentats islamistes qui vient de frapper notre pays, les problèmes liés à l’immigration, à l’islamisme, au communautarisme. « Il y a une faille de l’Europe telle que nous Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Le commaunautarisme est le terreau de la montée du fondamentalisme islamiste »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de Patrick Cohen sur France Inter. Elle a commenté les événements qui ont suivi la vague d’attentats islamo-terroristes qui ont frappé la France. Elle a dénoncé l’incapacité de l’UMPS a faire face à ces événements et a rappelé le lien évident Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « Ce sursaut a tout d’abord été celui du peuple français »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était invitée d’Europe 1. Elle a dû faire face au provocateur professionnel à carte de presse Jean-Pierre Elkabbach dans le contexte d’attaques terroristes qui ont secoué notre pays. Un Elkabbach très en forme : désinformateur, menteur et manipulateur, qui semble se féliciter de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen lance un appel solennel aux francais contre le traite transatlantique

Marine Le Pen : « Dimanche, tous Français, tous unis ! »

Après sa réunion avec François Hollande, président socialiste de la République, suite à la vague d’attentats islamistes qui ont secoué la région parisienne et l’ensemble de notre pays, Marine Le Pen, présidente du Front National et chef de file de l’opposition patriotique, a fait une mise au point quant à Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - Vice-President du FN - Front National - France NationsPresse Info

Louis Aliot : « La famille comme la nation sont des piliers de notre civilisation »

Tribune libre de Louis Aliot sur Boulevard Voltaire On entend ici et là que le Front national n’est pas clair sur la question du « mariage » homosexuel… Pouvez-vous donc répéter ce qu’il en est exactement ? Les gens qui disent cela sont de mauvaise foi et utilisent des ficelles Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Social

Perpignan / Intempéries – Louis Aliot (FN) sollicite une aide financière d’urgence de l’Union européenne

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, député français au Parlement européen, conseiller municipal et de l’Agglomération de Perpignan

Face aux dégâts considérables que les crues hors normes liées aux intempéries de cette fin de semaine ont provoqués sur le pourtour des différents cours d’eau du département, et avant même qu’un premier bilan provisoire ne soit dressé par la préfecture pour la déclaration de l’état de catastrophe naturelle, j’ai sollicité une aide financière d’urgence auprès de la commissaire européenne en charge du développement régional dans le cadre du Fonds de solidarité de l’Union européenne (FSUE).

Je m’associe à la peine de la famille du défunt rivesaltais, ainsi qu’à celle des familles, entrepreneurs et agriculteurs victimes – tant sur le plan moral que matériel – de cet épisode d’une extrême violence qui a pris par surprise l’ensemble des habitants des Pyrénées-Orientales mais également de l’Aude.

Le chômage de longue durée a explosé depuis l’élection de Hollande

Hollande chomage pour tous gouvernement valls 2014Les chiffres du chômage d’octobre seront publiés ce jeudi à 18 heures. Depuis la dernière élection présidentielle, la France compte plus d’un demi-million de chômeurs de plus.

C’est ce soir à 18 heures que seront connus les chiffres du chômage pour le mois d’octobre. Si rien ne permet d’en présager les résultats, on sait déjà que la situation de l’emploi est désastreuse en France. Fin septembre, suite à une énième hausse, la France comptait 3,4 millions de chômeurs inscrits en catégorie A à Pôle emploi (sans aucune activité), selon le ministère du Travail, soit 508.000 de plus que lors de l’élection de François Hollande. C’est peu de dire que le chef de l’État a manqué son pari d’inverser la courbe. Depuis son arrivée à l’Élysée, le nombre d’inscrits en catégorie A n’a reculé qu’à deux reprises (hors bug SFR), en octobre 2013 et en août 2014.

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Syndicats : Lepaon de nouveau épinglé par Le Canard enchaîné

Après la polémique autour des travaux réalisés dans son appartement, le journal satirique révèle ce mercredi que le secrétaire général de la CGT aurait réaménagé son bureau au siège de la confédération pour 62.000 euros environ.

D’après le devis, un peu plus de 10.000 euros auraient été dépensés pour refaire l’installation électrique et 21.588 euros afin de renouveler le mobilier, précise Le Canard enchaîné.

Il y a quelques semaines, l’hebdomadaire révélait que le trésorier de la CGT avait donné son feu vert pour la rénovation de l’appartement de fonction de Thierry Lepaon. Le montant dépassait les 100.000 euros. Le patron de la CGT avait alors reconnu un manquement et la nécessité d’y remédier.

Mais cette fois la CGT s’agace. Dans un communiqué publié sur son site Internet, l’organisation syndicale « s’étonne que, depuis plusieurs semaines, une campagne de presse se focalise sur les travaux réalisés dans l’environnement du secrétaire général », rappelant au passage que chaque année des travaux sont entrepris. Enfin, elle indique que, les comptes de la CGT sont consultables et « doublement audités » depuis l’affaire de l’appartement. « Une Commission financière de contrôle (…) s’emploie actuellement à faire toute la lumière sur les dysfonctionnements concernant le montant et l’engagement des dépenses de la confédération », conclut-elle.

Source : boursier.com

Violences faites aux femmes : pour une tolérance zéro

Marie Christine Arnautu 2013Communiqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

Aujourd’hui se tient la journée internationale de lutte contre les violences à l’égard des femmes. Mais que ressort-il vraiment de ces journées mondialistes en tous genres à part un affichage de communication pour se donner bonne conscience?

Car en France, le bilan reste effrayant : une femme décéderait tous les trois jours sous les coups de son compagnon, chaque année, plus de 216.000 femmes seraient victimes de violences et seulement 16% d’entre elles déposeraient plainte.

Spécialiste des observatoires et des « grands plans », les socialistes ont mis en place un quatrième plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes. Les mesures qui y figurent vont du gadget, comme la généralisation du téléphone « grand danger », à l’aveu du lien entre l’échec de notre politique d’immigration avec la préconisation de réserver « un meilleur accueil aux femmes étrangères fuyant des violences conjugales ».

Les gouvernements de François Hollande, comme ceux de Nicolas Sarkozy précédemment, n’ont pourtant eu de cesse de disloquer toujours plus la cellule familiale, alors que la crise des familles est la première cause de ces violences. La deuxième cause est bien sûr l’arrivée massive et continue d’étrangers extra-européens qui ne partagent ni la culture, ni les mœurs, ni les coutumes, de la majorité des Français.
Enfin, les réformes laxistes de Christiane Taubira ont largement contribué à augmenter l’impunité croissante dont bénéficient les criminels.

Le Front National et Marine Le Pen sont les seuls, au-delà des rodomontades et des effets d’annonce, à défendre la famille et à vouloir lutter avec détermination contre l’immigration et contre le laxisme pénal engendrant une insécurité croissante. Bien plus que la mise en place d’un « téléphone grand danger », ce sont ces mesures claires et fortes qui rétabliront la sécurité des Français, et notamment des femmes.

Euro : bientôt la fin ?

0euroPar Eloïse Gloria

L’Italie pourrait ouvrir le bal. En panne de croissance pour le treizième trimestre consécutif, elle s’embourbe dans la récession et affiche au compteur une dette de près de 2.200 milliards d’euros. D’après l’économiste Jacques Sapir, les conseillers de Matteo Renzi jugent inéluctable une sortie de l’eurozone au printemps 2015, à moins que l’Allemagne accepte le déploiement d’un plan d’investissement de grande envergure.
L’économiste Claudio Borghi est lui aussi un partisan convaincu du retour à la lire, de même que l’Américain Edward Luttwak, qui estime que l’Italie n’a plus le choix. The Guardian pronostique que les Transalpins auront abandonné l’euro dans les deux ans – près de la moitié y seraient d’ailleurs favorables. L’ineffable Beppe Grillo a publiquement réclamé un référendum sur la question lors d’un discours au Parlement européen mi-novembre.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Retraites chapeau : encore des promesses, mais jamais d’action !

flamme_fn_04-150x1503Communiqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

Les Français sont lassés des sempiternels débats sur les retraites chapeau et des éternelles promesses de suppression. Cent fois sous les gouvernements UMP comme PS de telles promesses ont été faites, et cent fois elles n’ont pas été tenues. Chaque scandale choquant remet le sujet sur le devant de la scène médiatique, permet aux ministres de jouer les outrés, mais rien ne vient jamais.
Le ministre Macron ne semble pas échapper à cette règle. En étant incapable de dire clairement qu’il faut supprimer les retraites chapeau, en commandant un énième rapport à l’Inspection générale des Finances, le gouvernement donne le sentiment de parler fort mais de préparer la reculade.
Cette inaction n’étonnera pas de la part d’un gouvernement soumis comme les autres aux puissances d’argent et aux lobbies de la finance.
Le Front National lui parle clair : il demande la suppression rapide et définitive des retraites chapeau, mais aussi des parachutes dorés. C’est le travail et l’économie réelle qu’il faut valoriser, pas la rente et la démesure !

Culture – A Beaucaire (Gard), avec un maire FN : une bibliothèque municipale ouverte beaucoup plus souvent !

Communiqué de Julien Sanchez, maire de Beaucaire, conseiller régional Front National

Depuis le 12 novembre 2014, de nouveaux horaires d’ouverture au public de la bibliothèque municipale de Beaucaire sont entrés en vigueur dans l’objectif unique d’une culture accessible à tous, la municipalité ayant à cœur l’émancipation et l’émulation intellectuelles de chacun, loin de toutes ces communes n’ouvrant leurs bibliothèques que 20 à 25h par semaine, privant ainsi leurs citoyens d’un accès à la culture digne de ce nom.

La bibliothèque municipale de Beaucaire ouvre désormais 35h par semaine au lieu de 20 :
- du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 19h
- le samedi de 10h à 17h sans interruption

Ces nouveaux horaires, qui font de la bibliothèque municipale de Beaucaire (16.000 habitants) l’une des bibliothèques les plus ouvertes au public de France pour une ville de cette strate, sont rendus possibles par la volonté de la nouvelle majorité municipale de renforcer de manière importante les effectifs de notre bibliothèque, toujours dans l’objectif de favoriser l’accès à la culture pour tous (les agents passant de 4 avant la réorganisation générale des services à 7, sans embauche supplémentaire mais par un simple redéploiement des effectifs).

Travailler dans cette bibliothèque sera plus que jamais une fierté pour les agents municipaux vu la conception de la culture et du service public que porte la nouvelle équipe municipale, particulièrement appréciable en cette période de coupes sombres budgétaires envers les collectivités locales et donc envers la culture de la part des donneurs de leçons du gouvernement de gauche. A titre de comparaison, les bibliothèques des villes socialistes du département du Gard sont ouvertes 20 à 25h par semaine. A quand les 35 heures ?

Le syndicat France Police demande la reconnaissance des harkis au sein du ministère de l’Intérieur

Lettre ouverte à monsieur le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve

Monsieur Le ministre de l’Intérieur,

Le 25 septembre 2012, le président François Hollande reconnaissait la responsabilité et la faute de la France dans l’abandon des Harkis.

Le 4 juillet dernier, le chef de l’État demandait l’élaboration d’un plan d’action en trois volets en faveur des Harkis.

Nous suivons avec la plus grande attention la mise en œuvre de la politique gouvernementale par l’intermédiaire de Monsieur Kader Arif mais nous la jugeons pour l’heure encore très insuffisante.

Le Syndicat France Police revendique son amour de la Patrie et des Français. Les harkis ont versé leur sang pour la Nation. A ce titre, les citoyens français harkis méritent à jamais la reconnaissance de la Patrie.

C’est pourquoi nous demandons la pose d’une stèle en hommage aux Forces auxiliaires anciens harkis de la police nationale dans la cour d’honneur de notre ministère, place Beauvau.

Nous sollicitons également la création d’une célébration officielle devant cette plaque commémorative chaque 25 septembre dans le cadre de la journée nationale d’hommage aux harkis.

Je suis certain que ce combat citoyen et républicain pour ne rien oublier retiendra toute votre attention et que vous saurez saisir l’occasion de laisser une trace indélébile de votre passage au sein de notre institution en donnant vie à ce projet.

Recevez, Monsieur le ministre de l’Intérieur, l’expression de notre profond respect.

Michel Thooris, secrétaire général

Smail Khaldi, conseiller d’administration

Source

Le gouvernement socialiste abandonne les handicapés

Marie Christine Arnautu FN - RBM - Municipales 2014 - Nice 2020Communiqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

La crise économique frappe encore plus les personnes handicapées que les autres. A la fin de l’année 2013, plus de 410.000 d’entre elles étaient au chômage, ce qui correspond à une augmentation de 11,5% en un an, selon l’Association des paralysés de France. Cette dégradation se poursuit chaque mois : fin juin 2014, l’augmentation était de 10,6% soit deux fois plus que l’augmentation du chômage pour l’ensemble de la population.

Et pourtant, les personnes handicapées devraient être au cœur des préoccupations de l’État : plus fragiles, elles ont besoin de plus d’attention et de protection.

Encore plus victimes de la crise que le reste de la population, elles devraient bénéficier d’un effort plus soutenu de la part de la collectivité.

Au contraire, le gouvernement de Manuel Valls préfère s’attaquer à elles. Le gouvernement a fait adopter par l’Assemblée nationale une ponction de 29 millions d’euros sur les réserves du fonds d’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique ! Et le gouvernement prévoit le même mécanisme contre l’AGEFIPH qui agit pour l’insertion dans les entreprises privées.
Dans les pas de l’UMP, les socialistes choisissent de s’attaquer aux plus fragiles pour satisfaire aux exigences de la finance mondialisée.

Le Front National et Marine Le Pen mettent au contraire les plus fragiles au cœur de leur action, en voulant restaurer la nécessaire solidarité uniquement possible dans le cadre d’une souveraineté nationale retrouvée.

La priorité nationale aux aides sociales est possible et que s’il elle s’applique aux ressortissants de l’Union

Louis AliotCommuniqué de Louis Aliot, vice-Président du FN, député français au Parlement européen

La Cour de justice de l’Union européenne a publié un arrêt important établissant un lien direct entre droit de séjour et droit à bénéficier des prestations sociales dans un pays.

La Cour a relevé qu’un ressortissant d’un pays de l’Union ne respectant pas toutes les conditions ouvrant à un droit de séjour dans un autre pays européen n’est plus fondé à y bénéficier des prestations sociales. En effet, un organisme allemand avait refusé à deux ressortissants roumains l’octroi d’une l’allocation sociale, ainsi que la participation aux frais d’hébergement et de chauffage, prévues par la législation allemande en raison de leur situation juridique précaire.

Mettant en avant la directive 2004/38 relative au droit des citoyens de l’Union de circuler et de séjourner librement sur le territoire des Etats membres, la Cour a établi que la personne mise en cause « n’avait pas les moyens de subvenir seule à ses besoins et à ceux de sa famille » et ne pouvait donc prétendre « à une égalité de traitement avec les ressortissants de l’Etat membre d’accueil ». La Cour rappelle que la directive sus-évoquée avait pour objectif « d’éviter que les citoyens de l’Union ressortissant d’autres Etats membres deviennent une charge déraisonnable pour le système d’assistance sociale de l’Etat membre d’accueil ».

Cette décision apporte la preuve que la priorité nationale aux aides sociales est possible et que s’il elle s’applique aux ressortissants de l’Union, elle s’applique donc et aussi à tous les étrangers non européens.

La Cour vient donc de valider un type bien précis de priorité nationale qui est une avancée dans un débat qui ne fait que s’ouvrir à un moment où la « charge déraisonnable » du traitement social de l’immigration devient d’une évidence pour beaucoup.

En France, les pauvres sont de plus en plus pauvres

Dans son rapport annuel sur l’état de la pauvreté en France, le Secours catholique pointe une paupérisation de la population, chez les seniors notamment. « Des pauvretés qu’on ne voit plus », selon l’association.

« La pauvreté s’intensifie. On rencontre davantage de personnes avec un niveau de vie de plus en plus faible », explique Bernard Thibaud, le secrétaire général du Secours catholique. En publiant son rapport annuel, l’association dresse un bilan assez peu optimiste de l’évolution de la société. Ainsi, la paupérisation s’accélère chez les seniors en raison de carrières professionnelles de moins en moins stables et d’une hausse du phénomène d’invalidité. Le document met aussi en avant une augmentation de la solitude chez les plus précaires, particulièrement chez les hommes, et alerte les autorités sur la précarité énergétique grandissante avec la montée des prix dans ce domaine.
Le Secours catholique dit avoir accueilli près d’un million et demi de personnes en 2013, dont 8,5% de plus de 60 ans, alors qu’ils représentaient 5% des populations aidées en 2000, et la progression est plus forte chez les plus de 50 ans, qui comptent pour 25,5% des personnes accueillies contre 18% en 2011. Ce chiffre fait écho à ceux du chômage : en septembre, le nombre de demandeurs d’emploi de plus de 50 ans avait augmenté de 11,1% sur un an contre 4,0% pour l’ensemble de la population.

Lire l’intégralité de l’article sur franceinfo.fr

Médecine : les spécialistes aussi feront grève à Noël

Les spécialistes se joignent aux généralistes. Ils fermeront leur cabinet entre le 24 et le 31 décembre pour protester notamment contre la généralisation du tiers-payant.

Après les principaux syndicats de médecins généralistes, qui avaient annoncé leur décision fin octobre, les médecins spécialistes ont également averti de leur intention de faire grève pendant les vacances de Noël (du 24 au 31 décembre précisément). Ils protestent contre l’une des dispositions du projet de loi présenté par Marisol Touraine, qui comprend notamment la généralisation du tiers payant.
La Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) affirme que « la coupe est pleine tant pour les généralistes que pour les spécialistes, parce qu’ils ne se retrouvent pas dans ce projet de loi qui va organiser bureaucratiquement la médecine de ville ».

« Ils ne sont pas d’accord avec le tiers-payant obligatoire parce que c’est un mécanisme coûteux qui va leur prendre du temps. Ils assistent à un démembrement de leur métier, on vient de le voir récemment, avec la vaccination confiée aux pharmaciens. Nous donnons deux mois au gouvernement pour ouvrir des négociations pour revoir l’ensemble du dispositif », a déclaré le Dr Jean-Paul Ortiz, le président de la CSMF.
Cette grève ne signifie pas pour autant que tous les cabinets seront fermés. Un système de garde, obligatoire, sera mis en place pour les urgences, sur le modèle de ce qui est organisé les week-ends.

Source : tf1.fr

Michel Thooris (France Police) : « Nous sommes un syndicat contestataire, corporatiste et revendicatif »

Michel ThoorisInterview de Michel Thooris, secrétaire général du syndicat France Police, à la veille des élections professionnelles dans la police

NPInfo : Michel Thooris, vos listes France Police ont été validées par l’administration, vous serez donc bien candidat aux prochaines élections professionnelles au sein du ministère de l’Intérieur en décembre 2014, votre sentiment ?

Je suis engagé syndicalement depuis plus d’une décennie. Aux élections professionnelles 2003, j’ai fait campagne pour le SNPT. Suite à l’implosion du SNPT, j’ai conduit en 2006 la liste Action Police et nous avons obtenu plus d’un millier de voix. Au lendemain du scrutin, Action Police a été dissous de fait par la CFTC avec la complicité du pouvoir politique en place à l’époque. Nous avons été contraints de poursuivre notre combat syndical au sein d’une nouvelle structure, France Police à la tête de laquelle j’ai été élu secrétaire général en 2009. L’administration a rejeté notre candidature aux élections professionnelles 2010 arguant du fait que nous n’étions pas représentatifs. Vous apprécierez le caractère démocratique des élections syndicales. Grâce aux accords de Bercy signés en 2008 mais appliqués pour la première fois aux scrutins prévus cette année du 1er au 4 décembre 2014, nous pouvons enfin nous présenter après huit longues années de traversée du désert. Cette candidature est à la fois l’aboutissement d’une décennie de combats et à la fois le début d’un nouveau challenge ; celui de faire enfin appliquer nos revendications dans la police nationale.

Quelle est votre différence par rapport aux autres syndicats présents à ce scrutin ?

Nous sommes le seul syndicat non affilié à union, à une fédération ou à une confédération. France Police est l’unique syndicat corporatiste qui défend exclusivement les intérêts des policiers nationaux.

Emploi : nouvelle provocation de Gattaz

Fn CGT MedefLe président du Medef propose que les employeurs n’aient plus à avancer des motifs aux licenciements de leurs salariés.

Pierre Gattaz prend l’habitude des sorties fracassantes. Après sa proposition de Smic intermédiaire en avril, voilà qu’il exprime le souhait que les employeurs n’aient plus à justifier les licenciements. C’est ce qu’il explique dans une interview donnée à L’Opinion vendredi.
Le président du Medef n’y va pas par quatre chemins : « il faut sortir de la convention 158 de l’Organisation internationale du travail qui nous oblige à justifier les motifs de licenciements ». Pointant du doigt la complexité de la législation du travail, il explique que « tant qu’on aura cette contrainte supranationale, peu importe le contrat, le fond du problème ne sera pas traité ».
La France a signé cette convention en 1982, « très peu de pays l’ont ratifiée, l’Allemagne ne l’a pas fait », souligne Gattaz.
La convention 158 oblige l’employeur à justifier le licenciement pour un motif « valable ». En droit français, cela signifie qu’il doit avancer une « cause réelle et sérieuse ».
C’est une remise en cause d’un principe fondamental que Pierre Gattaz propose, selon Jean-Emmanuel Ray, professeur de droit du travail à Paris-Sorbonne. « Il m’apparaît comme inapproprié de ne pas donner à un collaborateur la raison de son licenciement », déclare-t-il à Europe 1. « Lors d’un entretien préalable, il doit énoncer le motif du licenciement qu’on discute et après, il doit notifier ce motif par lettre recommandée envoyée au domicile du salarié. Et c’est sur la base de cette lettre que l’employé pourra saisir le tribunal des prudhommes », détaille l’expert.
« C’est une sortie scandaleuse », pour Véronique Descacq, numéro 2 de la CFDT. « Après s’en être pris au code du travail français, Pierre Gattaz nous explique que les règles internationales qui protègent des milliards de salariés dans le monde doivent aussi disparaître ». L’obligation d’un employeur d’avancer le motif du licenciement « permet à un salarié de se défendre devant les tribunaux », explique-t-elle. « Supprimer ce droit élémentaire, c’est revenir à une époque où les salariés étaient taillables et corvéables à merci, au Moyen-Âge probablement », déplore-t-elle. Pour la syndicaliste, c’est « le manque de perspectives et d’activités » qui freine l’embauche et aucunement l’obligation de justifier un licenciement.

Source : europe1.fr

Inégalité, pauvreté : nouvelles devises de la République ?

Marie-Christine ArnautuCommuniqué de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales, députée française au Parlement européen

Le rapport de l’UNICEF publié hier dresse un bilan effrayant. Le taux de pauvreté des mineurs en France est passé de 15,6% à 18,6% entre 2008 et 2012. En quatre ans, ce sont ainsi 440.000 enfants supplémentaires qui sont tombés dans la pauvreté. Avec l’accès à la nourriture, à l’éducation et aux soins, le premier facteur de pauvreté pour ces enfants est le logement. Plus de 600.000 d’entre eux souffrent de mal-logement ou vivent dans la rue. L’explosion du coût du logement et les défauts de remboursement de prêts immobiliers en sont la cause directe.

A ce triste constat s’ajoute la mise à la rue de milliers de familles françaises chaque année, dont des personnes âgées, tel cet exemple tout récent d’une Niçoise de 97 ans expulsée de son logement car elle ne pouvait plus en payer le loyer.

Si le logement social n’est pas la solution à long terme, il n’en reste pas moins vrai, comme le souligne Marine Le Pen, qu’il doit avoir pour finalité de faciliter temporairement la vie des Français en difficulté. Or, que les villes soient dirigées par l’UMP comme à Nice, ou par le PS, la règle d’attribution des logements sociaux reste la même : on privilégie l’urgence à l’ancienneté, en clair, les familles, souvent nombreuses, arrivées de fraîche date sur notre sol, plutôt que nos compatriotes.

De même, que les municipalités soient UMP ou PS, toutes se refusent à instaurer la transparence dans le mode d’attribution des logements sociaux en en rendant publiques les commissions.

Il n’est pas d’égalité ni de fraternité possibles si la solidarité nationale ne retrouve pas sa place dans notre pays et si la priorité nationale ne devient pas une règle de bon sens.

C’est à la restauration de ces valeurs qu’aspirent Marine Le Pen et le Front National.