25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen : « Le Front national sera désormais la première force d’opposition dans la plupart des conseils régionaux de France »

Discours de Marine Le Pen, présidente du Front national, chef de file des listes FN-RBM en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, au soir du second tour des élections régionales. Avec quelque 6,6 millions de voix, le mouvement national dépasse le meilleur score de son histoire, quand il avait recueilli 6,4 millions de suffrages au Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen 12-13 Dimanche - NationsPresse

islamo-terrorisme / Marine Le Pen : « Les moyens qui sont mis en œuvre ne sont pas à la hauteur »

Marine Le Pen, la présidente du Front national, était l’invitée de Radio Classique et de LCI. Elle était interrogée par Gilles Leclerc sur les questions liées aux attentats du 13 novembre et leurs conséquences : insécurité, immigration, manque de moyens, nocivité de l’espace Schengen, etc. Partager la publication "islamo-terrorisme / Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen réclame l’arrêt total de l’accueil des immigrés clandestins en France

Attentats, surveillance d’Internet, immigration : Marine Le Pen répond aux auditeurs du 7/9 sur France Inter. Après les attentats de Paris, la présidente du Front national réclame l’arrêt total de l’accueil des « migrants » en France. Elle était l’invitée de Patrick Cohen. Partager la publication "Marine Le Pen réclame l’arrêt total Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen sur France 2 : « Si ce gouvernement avait le sens de l’honneur, ils auraient remis leurs démissions »

Marine Le Pen, la présidente du Front national était l’invitée hier soir sur France 2 du JT de 20 heures de David Pujadas. Elle s’est exprimée sur la situation en France après les attentats islamistes meurtriers de la soirée du 13 novembre, sur le manque de volonté du gouvernement en Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen BFM politique 241113

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy n’est pas sincère et n’a pas de convictions »

Marine Le Pen, la présidente du Front national, tête de liste pour les régionales en région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, députée française au Parlement européen, était l’invitée d’Yves Thréard lors du Talk Orange-Le Figaro. Il a été question du clash entre la représentante du peuple français et le vice-chancelier Hollande au Parlement de Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Je pense toujours à l’intérêt de mon pays, d’abord »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée du « Grand Jury RTL – LCI – Le Figaro ». Elle était interrogée par Elisabeth Martichoux, Christophe Jakubyszyn, Alexis Brezet sur les questions d’actualité du moment. Ont été entre autres évoquées : les « frappes » aériennes de la France en Syrie, la Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Social

Le Front national lance une pétition en soutien aux retraités

flamme-FN

Communiqué du Front national

Le Front national lance ce jour une pétition en soutien aux retraités victimes de décisions injustes prises par Nicolas Sarkozy en 2008 puis par François Hollande en 2014.

Veuillez trouver le texte de cette pétition ici

L’RPS met en péril nos anciens : protégeons-les !

Par une double réforme fiscale (la première mise en place par l’UMP, la deuxième par le PS), des milliers de retraités français, disposant de petites voire de très petites pensions, ont littéralement été asphyxiés en cette rentrée par le niveau de leurs impôts. La suppression progressive de la demi-part fiscale accordée aux veuves et veufs, décidée en 2008 par Nicolas Sarkozy, est en effet devenue définitive en 2014. Elle a donc fait passer cette année de nombreux retraités dans la catégorie des personnes imposables, ce qui a provoqué l’augmentation parfois considérable du montant de leur taxe d’habitation. Une surcharge fiscale insupportable et scandaleuse de plusieurs centaines d’euros, pour des personnes touchant parfois à peine 1000 euros de pension par mois…

Dans le même temps, François Hollande, en faisant voter en 2014 la fiscalisation de la majoration de 10% des retraites pour les personnes ayant eu au moins 3 enfants, a encore un peu plus alourdi la charge fiscale qui pèse sur nos anciens, et ce alors que les pensions n’ont pas été revalorisées depuis 2013.

Ce double coup porté spécifiquement contre les retraités et l’inaction du gouvernement Valls, qui n’a rien fait pour tenter de gommer les effets néfastes et pourtant prévisibles de la réforme Sarkozy, ont mis en péril certains de nos concitoyens parmi les plus fragiles.

Responsable de ce désastre, l’RPS reste indifférente à la détresse de nos anciens !

Avec le Front National, mobilisez-vous pour la défense de leur dignité ! Les retraités victimes de la réforme Sarkozy doivent être exonérés ou remboursés de l’augmentation de leur taxe d’habitation, et la fiscalisation des majorations doit être supprimée. Il y a tant d’économies à faire ailleurs (immigration, euro, UE, fraude, etc.) plutôt que de s’en prendre à nos anciens !

Signez notre pétition !

Le FN est solidaire des familles et des proches des victimes de l’accident de Puisseguin

Encart Front National - Flamme - logo

Communiqué du Front national

Le Front national exprime sa profonde tristesse après le terrible accident de Puisseguin en Gironde, qui a causé la mort de très nombreuses personnes.

Il est solidaire des familles et des proches des victimes, qui peuvent compter sur le soutien de toute la Nation.

______________

Louis Aliot, Joëlle Melin et Edouard Ferrand, députés français au Parlement européen de la circonscription Grand Sud-Ouest, s’associent pleinement à l’hommage aux victimes du dramatique accident ayant fait 43 victimes jeudi dernier. Ils assurent les familles et toutes les personnes touchées par ce deuil cruel de toute leur sympathie et de leur profonde émotion.

Enième Taubira-tage : les matons descendent dans la rue

Taubira té moi

On les appellent vulgairement les « matons » : ce sont les surveillants de prison qui manifestent à leur tour ce jeudi 22 octobre à Paris. Ils réclament notamment de meilleures conditions de travail et plus d’effectifs, alors que le nombre d’agressions et d’évasions de détenus n’a jamais été aussi élevé. En cause, la réforme judiciaire de Christiane Taubira, les politiques UMPS qui se succèdent et le laxisme généralisé d’un ministère de la Justice totalement à la botte de l’idéologie gauchiste et subversive du Syndicat de la magistrature qui y règne en maître. Une colère qui intervient dans un contexte de violences en Isère suite à des émeutes provoqués par des « gens du voyage » parce que l’un des leurs n’avait pas pu obtenir de permission de sortie.
__________

C’est une première depuis dix ans. Les principaux syndicats des personnels pénitentiaires (UFAP-UNSA Justice, SNP-FO Personnels de Surveillance, SNJFO Personnels administratifs et CGT Pénitentiaire) se réunissent, jeudi 22 octobre à Paris, pour crier d’une seule et même voix sous les fenêtres du ministère de la Justice. Ils seront ensuite entendus par Christiane Taubira à 17 heures. Quelque 2 000 surveillants actuellement en repos sont attendus, alors que les personnels en service n’ont pas le droit de manifester. Leur mouvement dénonce des conditions de travail qui se dégradent. Francetv info vous explique pourquoi ces agents sont en colère.

Parce que les agressions s’accumulent

4 500 agressions et 18 prises d’otages d’agents en un an, selon les syndicats. Quatre surveillants hospitalisés à Rennes en juin, une agression à la lame de rasoir à Perpignan en septembre, ces derniers mois, les cas s’accumulent. Cause soulignée, entre autres : la suppression des fouilles corporelles après le passage au parloir, qui date de 2009.

Les risques supportés par la profession ont un impact important sur la santé physique et mentale des agents. Une étude publiée en juillet dernier (document en PDF) par l’Institut de veille sanitaire met ainsi en avant « un excès de suicide statistiquement significatif (+21 %) » chez les hommes dans les métiers de surveillant pénitentiaire et d’adjoint technique, sur la période 1990-2008.

Lire la suite sur francetvinfo.fr

 

La Valls des licenciements à Air France, c’est du Gateau !

Conseiller social du Premier ministre Manuel Valls, Gilles Gateau rejoindra Air France le 1er novembre mais prendra véritablement ses fonctions de directeur général adjoint des Ressources humaines d’Air France courant janvier 2016.

Gilles Gateau est présenté par la presse bien pensante, depuis l’élection de François Hollande, comme un « rouage important de la politique sociale du gouvernement ». En somme, c’est un des artisans de l’augmentation exponentielle du nombre de chômeurs depuis 2012. Nul doute qu’à Air France, Gilles Gateau va pouvoir faire des miracles en matière de casse sociale et de licenciements massifs…

Source : leparisien.fr

Taxe d’habitation : vague de personnes âgées en grande détresse, il faut agir !

flamme-FN

Communiqué du Front national

Depuis plusieurs jours, le Front national reçoit des messages affolés de personnes âgées en détresse qui découvrent, stupéfaites, le montant exorbitant de la taxe d’habitation dont elles doivent soudainement s’acquitter.

Il s’agit, dans la plupart des cas, de veuves et de veufs aux revenus modestes qui, pour la première fois de leur vie, se retrouvent dans l’obligation de payer cette taxe très lourde pouvant atteindre plusieurs centaines d’euros. La raison en est simple : ce sont là les effets scélérats d’une réforme fiscale décidée par Nicolas Sarkozy en 2008 (la suppression de la demi-part fiscale concernant les veuves et les veufs) dont la mise en œuvre s’est faite progressivement pour aboutir au désastre que l’on connaît aujourd’hui.

Dans l’incapacité financière de payer cette taxe, de nombreuses personnes âgées, voire très âgées, basculent dans une situation de stress absolument insupportable.

Dans cette affaire, le gouvernement de Monsieur Valls porte quant à lui la très lourde responsabilité de n’avoir pas su anticiper une telle injustice fiscale.

Le Front national demande que des mesures d’urgence soient prises afin d’exonérer ou de rembourser cette taxe aux veuves et veufs victimes de cette réforme injuste votée par l’ancienne majorité UMP de Nicolas Sarkozy.

Fin de vie : un grand pas vers l’indigne euthanasie

Marion Marechal Le Pen

Communiqué de Marion Maréchal-Le Pen, député Front national élue dans le Vaucluse

Marion Maréchal-Le Pen a voté contre la proposition de loi intitulée « les nouveaux droits des personnes malades et en fin de vie » mardi 6 octobre.

Les socialistes et Les Républicains se sont unis pour soutenir une réforme brisant l’équilibre de la loi Léonetti de 2005 qui faisait pourtant presque consensus bien qu’elle fût perfectible.

Cette nouvelle loi n’est qu’une étape supplémentaire franchie vers la légalisation de l’euthanasie humaine.

Le titre trompeur de la proposition Claeys-Leonetti impose en réalité aux médecins de provoquer la mort du patient qui réclame d’être mis sous sédation sans possibilité de bénéficier d’une objection de conscience.

Le modèle unique de la directive anticipée, conçue pour refuser ou limiter des traitements, incite fortement le malade au recours de cette pratique.

Les législateurs du RPS ont trouvé dans la sédation profonde et continue le sésame d’une « fin de vie digne ». Accompagnée systématiquement de l’arrêt des traitements auxquels sont assimilés la nutrition et l’hydratation, la sédation profonde ne sert plus à éviter la douleur mais à abréger la vie dans un souci de rentabilité, sans retour en arrière. Les derniers espoirs d’amélioration sont impossibles et la mort certaine sous trois à cinq jours. La fin de vie « digne » devient une euthanasie par omission de soins élémentaires dus à tout être humain.

Le choix de société fait par cette loi est clair : celui de la facilité et de l’économie au détriment de l’accompagnement humain et médical le plus exigent à l’égard des personnes vulnérables.

Le message de vie que délivre le Front National passe par le renforcement de la formation du personnel médical aux soins palliatifs et par la préférence donnée à la sédation intermittente pour calmer les souffrances mal soulagées. Il est indispensable de préserver les liens familiaux et sociaux du malade jusqu’aux ultimes moments de sa vie. Les soins palliatifs doivent constituer la priorité d’un grand chantier national consacré au développement de la culture palliative dans notre pays.

Face à des criminels ayant perdu toutes formes d’humanité, la question du rétablissement de la peine de mort doit être posée sans tabou

Syndicat France Police SFP

Communiqué Michel Thooris, secrétaire général de France Police

Une nouvelle vague de violences frappe depuis quelques heures les personnels de la sécurité intérieure.

A Arles, des collègues ont été blessés dans un guet-apens.

A Toulouse, des effectifs BAC ont été volontairement percutés par des fuyards.

Enfin, en Seine-Saint-Denis, un collègue BAC a été touché par balle lors d’une intervention sur un braquage. Son état est jugé désespéré.

L’auteur du coup de feu est un islamiste ayant profité d’une permission de sortie pour ne pas réintégrer sa cellule.

Il est hautement probable que les activités criminelles de ce qui s’apparente plus à un commando qu’à des braqueurs lambdas avaient pour finalité le financement de l’islam radical en lien avec une entreprise terroriste.

L’angélisme de la justice incarné par Madame Taubira dont le seul objectif, il faut bien le dire, est de libérer toute la vermine qui gangrène notre société, n’est plus tolérable.

Après cette énième bavure judiciaire, oui il s’agit bien d’une bavure judiciaire, Christiane Taubira doit partir. Elle ne peut plus se maintenir à la tête du ministère de la Justice.

Par ailleurs, les règles de la légitime défense pour les policiers doivent être revues, la donne depuis les attentats du 7 janvier 2015 ayant changé.

En outre, ce n’est pas uniquement de moyens dont la police nationale a besoin contrairement à ce qu’affirme Monsieur Cazeneuve mais c’est aussi et surtout d’une justice qui protège en écartant définitivement la vermine du corps social sain.

Face à des criminels ayant perdu toutes formes d’humanité, la question du rétablissement de la peine de mort doit être posée sans tabou.

Air France : à quoi joue l’État ? À laisser pourrir la situation

chomage FN

Communiqué du Front national

Le Front national tire la sonnette d’alarme devant le drame social en cours à Air France, où près de 2.900 emplois sont directement menacés par le plan de déclassement de la compagnie porté par la direction.

Le Front national est abasourdi par l’absence de l’État (pourtant actionnaire important du groupe) et l’attitude scandaleuse du gouvernement qui laisse volontairement pourrir la situation au risque de braquer les différentes parties. Les négociations doivent pourtant continuer et le gouvernement doit s’évertuer à obtenir de chacun des efforts supplémentaires.

Le pourrissement de la situation va se traduire inévitablement par des débordements de plus en plus nombreux, comme l’agression ce jour de membres de la direction d’Air France, acte aussi inadmissible que condamnable.

En effet, non seulement le gouvernement de Messieurs Valls et Macron ne fait rien pour sauver notre compagnie nationale, mais il accompagne même aveuglément la stratégie désastreuse de la direction de réduction de format, dans un secteur pourtant en pleine croissance.

Plus grave encore, le gouvernement a contribué à dégrader depuis plusieurs mois la situation d’Air France par une politique faisant la part belle à ses concurrents. C’est ainsi qu’il a accordé de nouveaux droits de trafic à Qatar Airways en juin dernier, alors que notre compagnie nationale se plaignait déjà ouvertement d’une concurrence internationale exacerbée. Cette politique doit cesser.

En outre, la privatisation des aéroports régionaux de Lyon, Nice et Toulouse semble s’inscrire pleinement dans cette politique globale d’abandon du secteur aéroportuaire français, au bénéfice de groupes étrangers. Indéniablement, les intérêts stratégiques de la France ne sont pas défendus par le gouvernement français sous pression de l’Union européenne. Ces privatisations doivent donc être annulées.

Des dirigeants d’Air France molestés par des salariés en colère

Le DRH d’Air France et le directeur du groupe sur le site d’Orly ont dû être évacués ce matin après l’intrusion des salariés lors du CCE. La direction a annoncé qu’une plainte serait déposée pour «violence aggravée».

Air France va déposer plainte pour «violence aggravée», dont ont été victimes des membres de sa direction, a annoncé un porte-parole de la compagnie. Des salariés d’Air France en colère ont malmené lundi leur directeur des ressources humaines (DRH) après avoir envahi le comité central d’entreprise (CCE) qui discutait de mesures drastiques pour la compagnie, ont constaté des journalistes de Reuters.

Le DRH, [l’énarque, note NationsPresse] Xavier Broseta, qui présentait ce «plan B» décidé par la filiale d’Air France-KLM à la suite de l’échec des négociations avec les syndicats, s’est enfui de la salle de réunion au siège d’Air France à Roissy, torse nu après s’être fait arracher sa chemise, selon une photo de Reuters. Le directeur d’Air France à Orly, [l’énarque, note NationsPresse] Pierre Plissonnier, a lui aussi évacué après que sa chemise lui a été déchirée par des manifestants.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Assurance-chômage : le différé d’indemnisation est illégal, tranche le Conseil d’Etat

Apres-Ayrault-le-gouvernement-Valls-bientot-au-chomage-lui-le-changement-cest-tout-le-temps-mai-2014

Le « différé d’indemnisation » prévu par la convention d’assurance-chômage validée au printemps 2014 « porte atteinte au droit de réparation [de certains] salarié [s] », estime le Conseil d’Etat qui annonce, lundi 5 octobre, l’annulation de ces nouvelles règles.

Ce différé d’indemnisation est une mesure qui retarde le début du versement des indemnités pour certains salariés en fonction de leurs ressources. En le jugeant illégal, le Conseil d’Etat donne raison à des organisations et associations de salariés. Pour garantir la continuité du système d’assurance-chômage, l’institution décide de reporter l’application de sa décision au 1er mars 2016. Une nouvelle convention devra être signée et agréée d’ici là. Licenciés sans cause réelle et sérieuse Le Conseil d’Etat ne remet pas en question le principe du différé : lorsqu’un chômeur touche des indemnités de fin de contrat supérieures à ce que prévoit la loi (indemnités prud’homales, prime de fin de CDD, etc.), il peut attendre jusqu’à cent quatre-vingts jours, soit six mois, avant de toucher son allocation-chômage.

Lire la suite sur lemonde.fr

Moins d’aides sociales pour les Français, afin de soutenir l’immigration clandestine en France

FN_explosion-immigration

Le gouvernement prévoit de raboter le budget des aides personnalisées au logement pour compenser les dépenses pour l’accueil des réfugiés, notamment.

Le ministère du Logement va devoir économiser 225 millions d’euros sur les aides personnalisées au logement (APL), selon le projet de budget pour 2016 dévoilé mercredi.

Ces mesures d’économies compenseront des dépenses supplémentaires prévues l’an prochain : 150 millions d’euros d’ « aides à la pierre» (subventions aux bailleurs sociaux pour la construction d’HLM) en plus, et 120 millions pour renforcer les capacités d’accueil des réfugiés, selon l’entourage de la ministre du Logement Sylvia Pinel.

Les APL, très connues et octroyées sous conditions de ressources, sont aussi le principal poste de dépenses du ministère du Logement pour un montant de 15,5 milliards d’euros. Selon le projet de budget, elles seront rabotées de 225 millions en 2016 et de 314 millions en 2017 par trois mesures d’économies cibles.

Lire l’article sur lepoint.fr

Le Qatar profite de nos hôpitaux et de nos universités : une externalisation à moindre coût

Joelle Melin conseiller politique de Marine Le Pen Sante, protection sociale et dependance

Communiqué de Joëlle Melin, députée française au Parlement européen (Front national), chargée de la santé et de la protection sociale auprès de Marine Le Pen, coordinatrice des Comités d’action programmatique du FN

Le Qatar et l’Arabie Saoudite ont pris l’habitude, avec le consentement de nos hôpitaux, de réserver des lits d’hôpitaux publics à leur profit. Aujourd’hui ils réservent, prétendument en les finançant, des places d’universités. Et cela alors que nos concitoyens attendent des heures aux urgences un lit disponible, comme ils ne peuvent entamer un cursus universitaire faute de disponibilités, y inclus en médecine où le numerus clausus fait des ravages.

Bien mieux, le CNOUS, organisme national des œuvres universitaires, prévoit de traiter en priorité les dossiers de logement de ces étrangers.

Le parallèle est flagrant : la discrimination antifrançaise est à son comble.

Mais il ne faut pas s’y tromper : en arrière fond, c’est un phénomène bien plus élaboré qui se profile : c’est une élite étrangère qui se formera en France, aux frais quasi exclusifs du système national, pour éduquer, dispenser des services ou soigner prioritairement leurs concitoyens : cela est déjà le cas avec des médecins généralistes ou des avocats, dont les clientèles sont exclusivement communautaires.

Tout se passe comme si ces places leurs étaient réservées depuis longtemps, expliquant entre autre raison, la pénurie artificielle de soignants. .

Le docteur Joëlle Melin, au nom du Front national, s’insurge une fois de plus contre l’injustice grave qui est faite aux jeunes français qui ne peuvent pas accéder à des professions qui sont, par définition même un ascenseur social de notre pays .

Pour eux, restera-t-il peut être des emplois subalternes éventuellement dans un autre pays du monde ?

Au Parlement européen, Dominique Martin (FN) défend les intérêts des salariés français

dominique_martin

Dominique Martin, député français au Parlement européen (Front national) intervenait en séance sur le chômage longue durée et sur les relocalisations en Europe. Une occasion de défense les intérêts des salariés français qui subissent de plein fouet le choc de la crise économique issue de l’euromodialisme le plus échevelé.

 

Budget 2016 : budget de soumission à l’Union européenne et à l’immigration

fn_MLP-Marine-Le-Pen

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

Le budget présenté ce jour en Conseil des ministres suit la longue liste des budgets UMPS marqués du sceau de l’insincérité et de Bruxelles.

Insincérité en ce qu’il continue d’être calculé sur les bases d’une croissance économique irréaliste, estimée à 1,5% en 2016, ce qui, de l’aveu même du Haut conseil des finances publiques, est une estimation qui ne peut être qualifiée de « prudente ». On rappelle ainsi que la croissance au deuxième trimestre 2015 a été de 0% et que les prévisions de croissance dans le monde sont plus pessimistes que jamais.

En outre, dans le contexte actuel d’explosion du chômage, prévoir un boom de l’investissement et de la consommation des ménages en 2016 relève de la fantaisie pure. Pas plus que l’investissement n’avait redémarré en 2015 à la suite du pacte de compétitivité, il ne redémarrera pas en 2016 du fait d’un manque structurel de débouchés.

Car l’austérité bruxelloise, elle, continue. Encore 16 milliards de réductions aveugles de dépenses publiques imposées par l’Union européenne en 2016, qui vont contracter toujours plus l’activité et frapper les plus fragiles d’entre nous, notamment les petites retraites. C’est d’autant plus inadmissible que dans le même temps les économies sur les gaspillages et la mauvaise dépense publique ne sont pas faites, qu’on parle d’immigration, de fraude sociale et fiscale, ou des coûts liés à la fusion des régions.

Cette austérité délétère est en plus parsemée d’injustices criantes. C’est ainsi que les APL vont être réduites de 225 millions d’euros pour financer l’accueil des migrants : un arbitrage scandaleux au détriment des plus modestes ! Dans le même temps, la contribution française à l’Union européenne devrait atteindre des sommets à plus de 22 milliards d’euros l’année prochaine.

Au final, les mêmes politiques produisant les mêmes effets, la seule prévision qui se réalisera en 2016 est bien celle de l’augmentation de la dette publique qui devrait atteindre un record à 96,5% du PIB.

Le Front national condamne ce budget de soumission à Bruxelles et à l’immigration. Plus un euro ne doit aller à l’Union européenne qui nous impose une politique anti-économique et anti-sociale et des dépenses supplémentaires par sa folle politique d’immigration massive.

Euro et 35 heures, deux énormes erreurs, qui demandent un traitement différent

Bruno Lemaire

Par Bruno Lemaire, club Idées Nation

On parle parfois, dans le langage de l’entreprise, de « sunk costs », pour qualifier des erreurs de gestion qui ont conduit à des coûts inutiles, mais sur lesquels on ne peut revenir.

Certains, comme Henry Guaino, ont d’ailleurs qualifié ainsi l’euro. Il n’aurait pas fallu instaurer l’euro, monnaie unique, mais maintenant que le mal est fait, il ne faudrait pas revenir dessus, et donc essayer de vivre avec le moins mal possible.
Ce n’est pas notre avis, nous l’avons déjà dit, et le coût de transformer l’euro, monnaie unique, en monnaie commune, tout en ressuscitant des monnaies nationales, serait nettement moins important que de continuer à tenter de véhiculer cette chape de plomb, qui conduit à cette eurostérité dénoncée fort justement par Marine Le Pen et le Front national.

Il en va cependant tout autrement pour les 35 heures. Ce fut une erreur de l’instaurer, surtout de façon uniforme, comme si les entreprises de service devaient être traitées comme des entreprises industrielles, ou comme si on pouvait ‘quantifier’ de la même façon chaque métier, chaque travail.

Cela étant, la mise en place, cahin-caha, de cette législation a tellement bouleversé la vie et l’organisation des entreprises et des administrations, en raccourcissant de près de 20% la durée annuelle du travail qu’il nous apparait impossible de revenir en arrière, surtout de façon uniforme. L’erreur a été faite, mais tenter de la corriger par une loi ramenant la durée hebdomadaire ‘normale’ du travail à 39 h conduirait sans doute à plus de dégâts encore.

La seule solution raisonnable, si l’on peut parler ainsi, serait de déverrouiller les heures supplémentaires, en les payant un juste prix, et peut être aussi en permettant à certains secteurs économiques de pouvoir disposer d’un volant, mensuel ou annuel, d’heures supplémentaires (payées comme telles). Ce n’est qu’un pis-aller, certes, mais dans certains cas il est impossible de revenir réellement en arrière. C’est possible et nécessaire pour l’euro, ce n’est pas possible pour les 35 heures.