Le Front National en Nouvelle Caledonie manifeste pour rester dans la France contre les independantistes 24 avril 2015

Nouméa : plus de 10.000 patriotes manifestent pour la Calédonie française

Entre 8.000 et 10.000 personnes ont manifesté vendredi à Nouméa, pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. Elles répondaient à l’appel lancé par plusieurs partis patriotes et anti-indépendantistes. 8.200 personnes selon les estimations du Haut-Commissariat – plus de 10.000 pour les organisateurs -, avaient répondu présentes à la Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : « Sans Marine Le Pen, le Front national n’existerait plus »

Dans cette seconde partie de « Politique », Louis Aliot, député européen et vice-président du Front national, revient sur la crise qu’a traversée le FN. Selon lui : « Sans Jean-Marie Le Pen, le Front national n’existerait pas. Mais sans Marine Le Pen, le Front national n’existerait plus ». Partager la publication "Louis Aliot Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen : « Il faut tourner le dos à la politique d’austérité qui va s’accélérer ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de la « La Preuve par 3 » sur Public Sénat, après les élections départementales qui traduisent un bouleversement politique avec la très forte poussée du FN et la confirmation de son enracinement local. Elle a aussi commenté l’inaction gouvernementale et Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « La fracture ne fait que s’élargir entre la classe politique et le peuple »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée, ce matin, d’I-Télé et de RTL où elle a commenté les résultats du second tour des élections départementales qui ont confirmé l’ancrage local de la principale formation politique de l’opposition qu’elle dirige. Elle a notamment dénoncé le mode de scrutin inique Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Nous faisons 360.000 voix de plus qu’aux européennes ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était ce matin l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC. Elle a commenté les excellents scores du FN sur l’ensemble du territoire national à l’occasion du 1er tour des élections départementales ce dimanche. Elle a souligné que le « Front national est le Lire l'intégralité de l'article

Louis-Aliot-France Culture europeennes-2014

Louis Aliot : « Le parti socialiste est en échec grave »

Louis Aliot, vice-président du Front national et député français au Parlement européen, commentait hier soir les très bons résultats du premier tour des élections départementales. « Je constate que le PS est en échec grave et que Monsieur Valls devrait en tirer les conséquences, car il a mené une campagne absolument Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Social

De retour du jihad en Irak, il vit d’une allocation adulte handicapé

taubira-il-faut-que-jeunesse-se-passe

Dans l’hebdomadaire Le Point, du 16 janvier, un article intitulé « L’histoire funeste des trois tueurs » (pp. 43-47) on apprend qu’un islamiste, membre du « réseau des Buttes-Chaumont » dont faisaient partie les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, les auteurs des récents attentats meurtriers à Paris, bénéficie d’une allocation adulte handicapé.

L’article que Mohamed el-Ayouni, qui s’était rendu en Irak en juillet 2004, lors des combats de Falloujah, avait perdu son bras et son œil gauches. De retour en France, il avait demandé une allocation handicapé… et l’avait obtenue des services sociaux.

Jusqu’à la fin de ses jours, la nation française versera tous les mois à cette « chance pour la France » la somme de 800,45 euros.

Fin de vie : Marion Maréchal – Le Pen dénonce une loi inhumaine

Intervention de Marion Maréchal – Le Pen, députée du Front national élue dans le Vaucluse, à l’Assemblée nationale, sur la proposition de loi visant à assurer aux patients le respect de leur choix de fin de vie.

Affaire du barrage de Sivens : France Police dénonce la mise en garde à vue d’un gendarme

gendarmes mobiles

Communiqué du syndicat France Police

Le syndicat France Police dénonce la mesure de garde à vue prise à l’encontre de notre collègue gendarme dans l’affaire de la mort de Rémi Fraisse sur le barrage de Sivens.

Pour prendre une mesure de garde à vue à l’encontre d’une personne il doit exister des indices graves et concordants qu’elle a commis ou tenté de commettre une infraction.

Agissant dans un cadre légal – un maintien de l’ordre -, en état de légitime défense – face à des groupes violents utilisant des projectiles de toutes sortes dont des engins incendiaires -, les gendarmes ont été irréprochables.

Il n’existe pas d’indice grave et concordant contre notre collègue gendarme justifiant cette mesure de garde à vue. On s’en prend à un militaire de la gendarmerie à titre individuel alors qu’il s’agit d’une question politique. Les gendarmes n’étaient pas à Sivens d’initiative mais sur ordres.

C’est un nouveau message de défiance adressé par la justice aux forces de police et de gendarmerie. Le recours systématique à la garde à vue contre les policiers et gendarmes est scandaleux.

A quand le placement en garde à vue des fonctionnaires ayant abattu les frères Kouachi et Amedy Coulibaly ?

Beaucaire (Gard) : Marine Le Pen rend hommage aux victimes du terrorisme face à l’intolérance et la haine antifrançaise

Marine patriotes3

Plus d’un millier de personnes se sont réunies devant la mairie de Beaucaire dans le Gard dont le maire est Julien Sanchez, conseiller régional FN. Ce rassemblement était destiné à rendre hommage aux victimes de la vague de terrorisme qui a secoué notre pays dernièrement et pour dénoncer le danger islamiste. Certains individus, toute honte bue, n’ont pas hésité à salir l’hommage rendu en sifflant la présidente du FN pendant son discours. D’autres, patriotes, l’ont vivement applaudie. Elle était notamment accompagnée du maire de Beaucaire, de France Jamet, chef de file des élus frontistes à la région, et de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard.

« Si être Charlie, c’est défendre la liberté d’expression et la défendre tout le temps, y compris pour ceux qui sont en désaccord avec vous, alors je suis Charlie« , a dit la présidente du Front national en allusion à la manifestation parisienne dont le FN s’est retrouvé exclu par les partis du système.

Marine Le Pen : « Dimanche, tous Français, tous unis ! »

Marine Le Pen lance un appel solennel aux francais contre le traite transatlantique

Après sa réunion avec François Hollande, président socialiste de la République, suite à la vague d’attentats islamistes qui ont secoué la région parisienne et l’ensemble de notre pays, Marine Le Pen, présidente du Front National et chef de file de l’opposition patriotique, a fait une mise au point quant à la polémique déclenchée par certains organisateurs de la manifestation de dimanche.

 

La Valls des sacrifices pendant plusieurs années

Apres-Ayrault-le-gouvernement-Valls-bientot-au-chomage-lui-le-changement-cest-tout-le-temps-mai-2014

Dans un entretien au journal espagnol El Mundo -qui fait de Manuel Valls l’homme de l’année [note NPI : on ne rit pas !], le Premier ministre français évoque des efforts à mener pour les trois prochaines années.

Les temps sont durs pour les Français. Et ce n’est pas fini, leur dit ce lundi le Premier ministre dans un entretien à El Mundo. « Homme de l’année » pour le journal espagnol, Manuel Valls avertit que les sacrifices pour redresser le pays devront continuer pendant des années.

« Je ne veux pas dire aux Français que d’ici deux à trois ans nous en aurons fini avec les sacrifices », déclare le Premier ministre né à Barcelone au journal conservateur qui le présente comme « l’Espagnol qui veut changer la France ».

« Nous devons faire des efforts pendant des années pour que la France soit plus forte, pour que ses entreprises soient plus compétitives et pour que son secteur public soit plus efficace, avec moins de coûts et moins d’impôts », explique-t-il dans une interview longue de trois pages.

Lire la suite sur lexpress.fr

Lettre de Marine Le Pen aux acteurs des services à la personne

Marine Le Pen

Lettre de Marine Le Pen aux acteurs des services à la personne

Suite à sa visite du Salon des services à la personne, Marine Le Pen a adressé une lettre aux professionnels du secteur reproduite ci-dessous.

Nanterre, le 16 décembre 2014

Madame, Monsieur,

Il y a quelques jours j’ai eu le plaisir de me rendre au salon des Services à la personne au cours duquel j’ai pu apprécier toute l’étendue des activités de votre secteur. Incontestablement, de votre bon développement dépend en partie l’équilibre social de notre société.
Qu’il s’agisse des aides aux personnes fragiles (garde à domicile des jeunes enfants, assistance aux personnes âgées, aide aux personnes handicapées), ou des services courants dits de « confort » (activités ménagères, jardinage, bricolage, soutien scolaire, livraison de repas ou de courses à domicile, assistance informatique, etc.), des problématiques très spécifiques se posent à vous, auxquelles il importe que l’Etat et les pouvoirs publics apportent des réponses.

De ce point de vue, je suis particulièrement inquiète et en colère de l’extraordinaire désintérêt de l’ensemble de la classe politique pour ces questions de première importance.
Lors de ma visite, j’ai reçu de nombreux témoignages, tous très précieux, et je sais les inconvénients qui dominent votre secteur :
• la faiblesse des salaires horaires, souvent proches du Smic ;
• des conditions de travail souvent pénibles (gestes et postures, temps de trajet), qui demandent un engagement et une motivation réelles ;
• chez les salariés des particuliers-employeurs, un fréquent isolement professionnel, à la différence des salariés d’associations ou d’enseignes commerciales.

Trou de 11 milliards en 2018 : les déficits des régimes de retraite se résorberont quand le nombre d’emplois augmentera

Front National flamme

Communiqué du Front National

Le Figaro a obtenu deux jours avant sa sortie un rapport de la Cour des Comptes annonçant un trou de 11 Milliards d’euros des régimes de retraite, malgré la hausse de la durée de cotisation. Dans la logique statique et simpliste de l’UMPS, cela signifie donc qu’il faudra une fois encore reporter l’âge de départ à la retraite, faire cotiser un peu plus patrons ou salariés, baisser le niveau des retraites.

Cependant, ces mesures douloureuses pourraient être évitées. L’équilibre d’un système de retraite nécessite d’avoir un nombre de cotisants suffisants pour payer les retraites des plus âgés. Or, le nombre de personne en emplois et donc le nombre de cotisants est aujourd’hui le même qu’en 2008, six ans plus tôt. Les « baby-boomers » partant en retraite et l’espérance de vie s’allongeant, le système de retraite se déséquilibre chaque année d’avantage.

Notre système de retraite pourra s’équilibrer quand le modèle économique permettra de créer de nouveau de l’emploi (et donc des cotisations sociales) pour les 6 millions de chômeurs ou quasi chômeurs inscrits à Pole Emploi.

En cela, la solution d’attendre depuis 2008 que la croissance revienne comme par miracle n’a aucun sens. Il est nécessaire d’être courageux et de retrouver nos moyens de relance de l’économie que sont la monnaie nationale, un Etat stratège, un patriotisme économique et un protectionnisme intelligent. Sans cela, l’âge de départ à la retraite ne cessera d’être augmenté et les retraites seront sans cesse rognées.

Salaires des ouvriers STX : + 3 % maintenant !

RBM

Communiqué du Rassemblement Bleu Marine (RBM) de Saint-Nazaire

Les Chantiers STX de Saint-Nazaire sont actuellement en négociation salariale. Les ouvriers exigent des hausses de salaires. Nous comprenons et soutenons cette légitime revendication.

Au terme d’une réunion avec les syndicats, la direction de STX a proposé le 10 décembre dernier aux salariés une hausse des salaires de 0,3 % pour les ouvriers, et 1,1 % pour les cadres.

Les élus Saint-Nazaire Bleu Marine ne peuvent que déplorer cette décision insuffisante de la direction de STX. Les salariés créent de vraies richesses et déploient des compétences dont une ville industrielle comme Saint-Nazaire a le plus grand besoin. Ces compétences sont d’ailleurs d’autant plus reconnues que les Chantiers obtiennent de très stratégiques commandes, à l’instar des deux nouveaux paquebots commandés par l’armateur américain Royal Caribbean Cruises, Ltd. (RCCL), la semaine dernière.

En conséquence, les compétences des ouvriers des Chantiers nazairiens doivent avoir leur juste traduction sur le bulletin de paie. La direction de STX augmente ses ouvriers de 0,3 % ? C’est, à notre sens, quelque chose de provoquant. C’est au moins + 3 % qu’il fallait proposer, compte tenu du retard accumulé ces dernières années en termes d’augmentation générale des salaires aux Chantiers. Proposer + 3 %, ce n’est d’ailleurs pas glisser dans la démagogie syndicale de la CGT (+ 7 % !…) peut-être destinés à faire oublier ses renoncements passés.

Nous encourageons donc la direction de STX à revoir sa décision.

Sapin de Noël : 30 millions d’euros pour les syndicats !

argent

C’est une nouvelle ligne de cotisations patronales qui va bientôt s’ajouter à nos fiches de paie grâce à la décision de Michel Sapin de faire participer les entreprises au fonctionnement des syndicats, à hauteur de 30 millions.

Cette nouvelle décision honteuse en période de rigueur budgétaire (on coupe des postes dans des hôpitaux pour payer des retraites dorées à des Lepaon) a été prise par Michel Sapin, quand il était encore ministre du Travail, au nom de la « transparence » (puisqu’on vous dit qu’ils n’ont aucune limite !).

Aujourd’hui, les différents syndicats français ( CGT, CFDT, FO, CGC, CFTC mais aussi le Medef et la CGPME) sont financés par l’argent de la formation professionnelle (déjà, une honte en soi quand on voit que chez nos voisins européens, où les syndicats sont vraiment représentatifs et utiles, ces derniers sont essentiellement financés par les cotisations de leurs adhérents).

A partir du premier janvier prochain, une nouvelle cotisation patronale viendra participer au financement de ces syndicats. On a pas encore le nom de cet impôt supplémentaire (malgré les mensonges d’Hollande), mais on connait son taux : 0,014 %. Ce qui devrait apporter près de 32,6 millions d’euros pour engraisser ces syndicats qui « ne représentent plus qu’eux-mêmes », comme le dénonce Le Point en oubliant qu’ils représentent surtout les partis de gauche et d’extrême gauche…

Lire la suite

Troisième conférence nationale du handicap : en vingt ans, rien n’a changé !

Marie-Christine Arnautu FN Nice Municipales 2014

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, vice-présidente du Front National, député français au Parlement européen

La troisième conférence nationale du handicap se tient aujourd’hui à l’Élysée. Au-delà des belles paroles et des vagues promesses, les associations ne semblent pas attendre grand-chose de François Hollande.
À juste titre, car la situation des personnes handicapées en France est toujours catastrophique.

Au-delà de l’accessibilité, encore très peu améliorée dans les bâtiments publics, en 2014, le montant de l’Allocation adulte handicapé n’est toujours que de 800 € par mois, alors que 80% des bénéficiaires n’exercent aucune activité professionnelle. La conséquence directe de ce montant dérisoire est une paupérisation grandissante des personnes handicapées. Aujourd’hui, plus de 40 % d’entre elles vivent au-dessous du seuil de pauvreté et leur taux de chômage est deux fois plus important que la moyenne nationale.
Avec seulement 800 € par mois, les personnes handicapées se retrouvent devant des choix à faire, parfaitement indignes dans notre pays : se loger, se déplacer ou se soigner?
Le Front National et Marine Le Pen réclament depuis des années une revalorisation substantielle de l’AAH afin de permettre aux personnes handicapées de mener une vie normale, couplée à un vaste plan de luttes contre la fraude aux aides.
Alors que le handicap ne devient une préoccupation de l’UMPS qu’en période électorale, le Front National y porte une attention constante afin que les personnes handicapées et leurs familles bénéficient pleinement de la solidarité nationale qui leur est due et puissent retrouver une dignité, trop souvent disparue.

Quand la CGT fait le paon, Eric Lafont, son administrateur-trésorier, sert de fusible

paon

Les prémices d’un départ plus important ou une manière de purger la polémique ? Eric Lafont, l’administrateur-trésorier de la CGT qui avait validé les très coûteux travaux de l’appartement de fonction du patron de la CGT, Thierry Lepaon, a démissionné, selon une source interne, confirmant une information d’I-Télé.

Cette annonce survient alors que la Commission exécutive, la direction élargie de la CGT, est réunie pour examiner notamment ces dépenses de 105.000 euros à 130.000 euros révélées par le Canard Enchaîné. Cette polémique, suivie d’une autre sur le coût des travaux de son bureau, et d’une autre sur les indemnités perçues par le premier des syndicalistes de la centrale, ont provoqué une crise qui a fragilisé à la fois la la CGT et Thierry Lepaon.

Appelé à démissionner par certains cadres, Thierry Lepaon, qui a affirmé ne pas être au courant des travaux, doit convaincre ce mardi la Commission exécutive du syndicat de lui maintenir sa confiance. Il a promis dorénavant une «transparence totale» et des propositions seront avancées pour «améliorer les procédures financières dans la CGT».

Source : 20minutes.fr

Génériques / tiers-payant : discrimination et division sociale en vue

Marion Marechal Le Pen - FN

Question écrite au gouvernement de Marion Maréchal-Le Pen, députée du Front national élue dans le Vaucluse

Mme Marion Maréchal-Le Pen attire l’attention de Mme la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes sur l’émoi que suscite la nouvelle règle tiers-payant contre génériques chez les pharmaciens, une règle manifestement vectrice de division, d’inégalité et d’injustice sociale.

Dans le cadre de la maîtrise des dépenses de santé et en vue d’amplifier la délivrance de médicaments génériques, cette disposition oblige les pharmaciens à réserver la prise en charge du tiers payant à l’acceptation d’un médicament générique. Ainsi, lorsqu’un assuré souhaite obtenir un médicament princeps (i.e. commercialisé sous une marque commerciale) et même s’il présente une ordonnance comportant la mention « Non substituable », il devra payer directement et ne sera remboursé qu’ultérieurement par sa caisse d’Assurance maladie. Cependant, les bénéficiaires de la CMU et de l’AME sont exclus de ce dispositif, le tiers payant étant conventionnellement obligatoire pour ces catégories.

Cette règle éminemment discriminatoire et synonyme de division sociale, définit donc des groupes de citoyens exemptés d’effort pour la collectivité. Dans les faits, une personne diabétique de 80 ans, ayant cotisé toute sa vie et bénéficiant d’une petite retraite, va être obligée de prendre des médicaments qu’elle ne supporte peut-être pas ou alors devra avancer l’argent pour obtenir ceux qui lui sont prescrits ; une autre personne diabétique , en situation irrégulière en France, qui n’a donc jamais cotisé, obtiendra quant à elle les médicaments de son choix sans rien débourser. Telles doivent être conçues la justice sociale et l’égalité à l’aune de cette nouvelle disposition.

Dans un contexte socio-économique où le nombre de personnes ne pouvant plus subvenir à leurs dépenses de santé ne cesse de croître, une politique de rationnement des soins toujours orientée vers les mêmes catégories est-elle réellement opportune ? Elle lui demande si elle entend revenir sur ces dispositions ou si elle envisage de les étendre à toutes les catégories de la société.

La sombre spirale de l’appauvrissement en matière de logement

mc_arnautu_europeennes_2014

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, député français au Parlement européen, vice-présidente du Front National

Rien de bien surprenant, malheureusement, dans cette étude publiée aujourd’hui par la Banque de France : les dossiers de surendettement s’accumulent. En 2013, 223 012 dossiers ont été déposés auprès des commissions de surendettement dont près de 90% ont été jugés recevables. L’étude montre une hausse significative de la part des dossiers comportant un endettement immobilier, que ce soit en lien avec l’acquisition d’un bien ou avec la réalisation de travaux (10,8 % en 2013 contre 9,8 % en 2012 et 8,7 % en 2011). En effet, la part du logement dans le budget des ménages, notamment les plus modestes n’a eu de cesse d’augmenter

Les personnes seules, 64,6% sont les plus touchées, qu’elles soient célibataires, veuves ou divorcées et nos compatriotes sont de plus en plus nombreux à craindre d’être concernés un jour par la précarité du logement.

Déclassement social, difficulté d’accéder à la propriété sont le lot autant des classes moyennes que des classes populaires.

Le Front National a pour objectif prioritaire de redonner à tous les Français la dignité d’avoir un logement décent et de pouvoir se constituer un patrimoine personnel. Pour cela, nous devons établir une règle de priorité nationale en terme d’attribution des logements sociaux car le poids et l’explosion de l’immigration impactent très durement ce secteur. Nous améliorerons également les conditions de rachat par les locataires de leur logement social après 10 années d’occupation du logement.

Marine Le Pen l’a rappelé : une politique active du logement est compatible avec une économie de marché. Nous créerons donc les conditions d’un marché à la fois économiquement efficace et socialement juste. Le fonctionnement du marché de l’immobilier est entravé par une fiscalité dissuasive, une réglementation étouffante, des intervenants et intermédiaires innombrables et des pratiques locales inadmissibles favorisées par la décentralisation. Il en résulte un véritable paradoxe : l’État ne cesse de vouloir augmenter le parc public de logements publics au nom des carences du secteur privé, lui-même pénalisé par les pouvoirs publics.

Enfin, les pratiques bancaires abusives étant une des premières causes de surendettement, le Front National propose que les taux des crédits à la consommation et immobiliers contractés par des particuliers, fassent l’objet d’un encadrement législatif et réglementaire avec, notamment une révision de la procédure de fixation du taux d’usure.

Intempéries 2014 : des paroles aux actes budgétaires…

France JametCommuniqué de France Jamet, membre du bureau politique du Front National, présidente du groupe FN en Languedoc-Roussillon

Cette année 2014 a été particulièrement sombre : on déplore 24 nouveaux décès dus aux intempéries dans le sud de la France.

Alors que nous l’’avons maintes fois dénoncé depuis 30 ans, aujourd’hui’ tout le monde s’’accorde enfin à reconnaître que les réparations coûtent 10 fois plus cher que la prévention.

Qu’’attendent les pouvoirs publics pour agir ?

Quand l’’État et les régions, tous deux compétents en matière d’’aménagement du territoire, vont-ils prévenir les risques ?

En octobre dernier, Damien Alary, président de région, confirmait qu’une somme de 70 millions d’’euros serait consacrée à la prévention des risques sur la période 2014-2020, c’’est-à-dire… 30 millions de moins que ce qui avait été alloué pour la période 2007-2014 !

Il faut au contraire renforcer sans attendre les investissements pour la prévention des risques : sur les digues, les bassins, les écoulements, curages, embâcles, …

Il faut au contraire et sans attendre lancer : le démarrage des travaux pour les programmes d’’actions de prévention des inondations 2e version, le PAPI 2 .

Il faut d’’ores et déjà s’’atteler à préparer le PAPI 3 et réviser l’’ensemble des plans de prévention des risques inondation.

Les élus du groupe Front National exigent que le prochain budget régional tienne compte de ces impératifs et consacre :

- 60 millions d’euros supplémentaires (en autorisation de programme) ;

- et 26 millions d’euros pour l’année 2015 (en crédits de paiements) ;

Afin de réaliser en urgence l’’ensemble du programme initial des PAPI 2, rogné par les collectivités territoriales du Languedoc-Roussillon en 2013-2014, sous prétexte de la baisse des dotations de l’’État.

Il est des dépenses dont nous ne saurions faire « l’’économie »… Les économies sont à faire ailleurs : dans le train de vie de nos collectivités et de ses élus, dans les dépenses pharaoniques de communication, dans les dépenses hors compétences qui doivent passer, elles, au second plan….

L’’aménagement du territoire est une compétence obligatoire de la région.

La lutte contre les inondations doit être la priorité.