Marine Le Pen invitee TF1 120913

Une politique de l’emploi radicalement différente est une obligation économique et financière mais également morale

Ce texte de Marine Le Pen a été proposé au Figaro, au Monde, au Parisien et à La Tribune. Aucun de ces journaux n’a voulu le publier. Le chômage de masse coûte 100 milliards d’euros par an à l’État : plus que le déficit public ! Année après année, mois Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen à Calais contre le « désespoir » de la population concernant l’immigration clandestine

Marine le Pen, la présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était à Calais où elle est allée à la rencontre des populations françaises qui sont dans une situation de désespoir face à une immigration clandestine en pleine expansion alors que l’UMPS a toujours joué la politique de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Louis Aliot : « Le FN s’adresse aux Français, y compris ceux de confession musulmane »

Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au Parlement européen, était l’invité de L’interview politique du week-end sur Europe 1. Il était interrogé par Maxime Switek sur l’actualité du moment et, notamment, sur le cas Maxence Buttey, cet élu FN converti à l’islam qui s’est vu suspendre de ses Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - LCI - Le-Oui-Non

Louis Aliot sur Radio Classique : « Il ne tient qu’au Sénat de réveiller les institutions et de jouer son rôle »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de Patrick Poivre d’Arvor sur Radio Classique. Il a commenté l’actualité du moment et notamment les élections sénatoriales de dimanche qui ont permis au FN d’avoir deux sénateurs. La présidentielle de 2017 a aussi été évoquée. A l’heure actuelle, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Social

Après les niches fiscales, les niches d’imposition

Bruno LemaireBillet d’humeur de Bruno Lemaire, secrétaire général du Club Idées Nation

Depuis quelque temps les ‘rabots’ sont de sortie. Il ne s’agit plus pour l’État d’aider les ménages et les entreprises à créer des richesses, ni même à réduire ses dépenses, mais à tenter de « piquer » par-ci, par- là quelle menue monnaie à ceux qui en auraient encore.

La méthode est habile, au moins politiquement. Il s’agit de s’en prendre à des gens dont le pouvoir de nuisance est faible, voire nul, ou encore parce les personnes visées déclencheront peu de sympathie parmi le reste de la population.

Il est vrai que pour les 5 ou 6 millions de chômeurs, pour les onze millions de travailleurs pauvres, enlever 100 ou 150 euros par mois à un couple qui gagne 6 000 euros mensuellement ne semble pas tragique. Même chose quand on rabote la retraite au-dessus de 2000 euros, lorsque la retraite de certains n’atteint pas 900 euros.

Certains capitaines d’industrie avaient été blâmés, à juste titre, pour avoir « vendu par appartements » des établissements industriels, après avoir racheté pour une bouchée de pain les établissements concernés

L’État socialiste fait de même : il divise les citoyens français en catégories, en niches imposables, pour en tirer le plus de « suc fiscal ».

Le seul « petit » problème – en dehors du problème éthique que cela représente – c’est que certains de ces « riches » sont aussi des facteurs de richesse dont la France a cruellement besoin. Que l’on taxe des représentants du « show-biz » ou des commissaires européens ne me ferait ni chaud ni froid. Mais que l’on taxe ou surtaxe des cadres ou des entrepreneurs qui tentent, bon an mal an, de relancer l’économie française me semble beaucoup plus dangereux. Mais cela, en ‘Hollandie’, personne n’en a cure.

France Police dénonce la garde à vue à l’encontre d’un policier de la BAC de Toulouse

Police 2Communiqué de Michel Thooris, secrétaire général du Syndicat France Police

Le syndicat France Police dénonce la mesure de garde à vue prise à l’encontre de notre collègue de la BAC de Toulouse comme étant abuse.

La garde à vue doit constituer l’unique moyen de parvenir à l’un des objectifs fixés par la loi. Cette condition n’est pas remplie, la garde à vue n’est pas, en l’espèce, nécessaire à la manifestation de la vérité.

Par ailleurs, une mesure de garde à vue est prise lorsqu’il existe des indices graves et concordants de soupçonner qu’une personne a commis ou tenté de commettre un crime ou un délit.

A ce stade de l’enquête, comment peut-on considérer qu’il existe ces indices graves et concordants contre notre collègue ? Nous acceptons naturellement qu’il y ait une enquête pour faire toute la lumière sur les circonstances mais nous regrettons que la seule possibilité pour un policier de prouver sa bonne foi est, à l’instar d’Aurélie Fouquet, d’être abattu.

En plaçant en garde à vue le policier qui a fait son travail, la société se place clairement du côté des braqueurs contre sa police républicaine.

 

Défense : le grand nettoyage par le vide !

Le ministère de la Défense a annoncé ce mercredi l’ensemble des restructurations ou suppressions d’unités pour l’année 2015 dans le cadre de la Loi de programmation militaire (2014-2019) votée fin décembre. Un régiment d’artillerie va être dissous, cinq bâtiments de la marine désarmés, une base navale fermée et l’hôpital du Val-de-Grâce transformé en pôle de recherche.

Ces restructurations doivent permettre de réaliser d’importantes économies budgétaires et de nouvelles coupes dans les effectifs des armées. Ce sont 7 500 postes qui doivent ainsi être supprimés l’an prochain. Un important volet concerne le Service de santé des armées (SSA) et la réorganisation des hôpitaux militaires. L’hôpital du Val-de-Grâce à Paris va donc fermer et ses activités seront transférées vers les hôpitaux militaires Percy et Begin.
Le 1er Régiment d’artillerie de marine de Châlons-en-Champagne (Marne), plus ancien régiment d’artillerie de la marine, va être dissous. Sa dissolution concerne aussi l’état-major de la 1re Brigade mécanisée. Un coup dur pour cette ville de 45 000 habitants. Au total, 960 emplois vont être supprimés. Selon la mairie de Châlons, c’est presque 7% de la population de la ville qui directement ou indirectement vont être touchés par cette décision, soit 3 000 personnes en tout dont 400 enfants scolarisés. Selon la commune, un emploi sur deux dépend de la présence militaire dans la ville alors que le chômage dans la région est de l’ordre de 16%.

Pour la marine, cinq bâtiments de combat vont être désarmés. Il s’agit du bâtiment de transport de chalands de débarquement Siroco, du pétrolier-ravitailleur Meuse à Toulon mais aussi du patrouilleur austral Albatros à La Réunion et les deux patrouilleurs de surveillance de site Athos et Aramis à Anglet. En outre, le Commandement de la marine (Comar) à Strasbourg sera supprimé. La base navale de l’Adour à Anglet sera aussi fermée.

La base aérienne de Drachenbronn (Bas-Rhin) sera également touchée avec la perte de 190 postes militaires et 3 postes civils, a annoncé ce mercredi Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin. «Cette annonce faisant suite à une première diminution des effectifs l’an dernier, il ne restera plus sur le site que 110 personnels, ce qui fait craindre un démantèlement du site à plus ou moins brève échéance», a-t-il estimé.

Source : leparisien.fr

GPA, PMA, le GPS du droit de la famille perd le nord

Tribune de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard

Le 22 septembre 2014, la Cour de cassation, notre plus haute juridiction, a, dans sa solennité, désormais avant-gardiste, émis un avis péremptoire au terme duquel l’épouse d’une femme inséminée à l’étranger par le « don » d’un donneur anonyme peut adopter l’enfant en France !

Elle décide donc, allant plus loin que le législateur, malgré les décisions contraires de plusieurs juridictions, que l’enfant conçu selon une loi étrangère peut être adopté par la femme de la mère, en contravention à la loi française…

Il est tout de même incroyable que la gardienne des lois autorise la fraude à la loi. Les hypocrites diront qu’il ne s’agit là que d’un avis que la Cour de cassation peut émettre depuis une loi de 1991 et que les juridictions pourraient s’en affranchir. La bonne blague !

La Cour a toujours le dernier mot, à quoi bon s’opposer à un avis qui a valeur d’ultimatum ? Il annonce les arrêts de rigueur qui frapperont les récalcitrants ! Cet avis aux amateurs d’un droit de la famille classique a la gueule d’un arrêt posant un principe qui comble une lacune volontaire de la loi sur le mariage pour tous, lacune politique visant à ne point donner du grain à moudre aux opposants.

En un mot, la Cour de cassation fait le sale boulot d’un législateur qui n’a pas voulu assumer jusqu’au bout les conséquences d’une loi contraire à l’évidence biologique.

Lire la suite

Ebola : un cas suspect hospitalisé à Bichat à Paris

immigration FNUne femme, considérée à ce stade comme un cas probable d’Ebola, a été hospitalisée à Bichat à Paris, révèle Europe 1 ce vendredi matin.La femme aurait contracté le virus en Afrique et aurait été placée en chambre stérile. Les analyses devraient établir formellement dans la journée s’il s’agit ou non de la terrible fièvre hémorragique qui a déjà fait 3.439 morts en Afrique de l’Ouest depuis le début de l’année.

Le cas de cette patiente aurait basculé de «suspect» à «probable» après avoir été interrogée par l’Institut de veille sanitaire (INVS). «Des prélèvements ont été effectués et envoyés à l’Institut Pasteur de Lyon pour confirmer la contamination. Les résultats sont attendus d’ici 6 à 8 heures», écrit encore la radio sur son site Internet. Le protocole en France face à des cas décrits comme «possibles» prévoit en effet des analyses pour confirmer ou infirmer la contamination.

Il s’agit d’une patiente qui revient d’un voyage au Liberia, mais qui n’est pas un personnel soignant, selon les informations de RMC.

Lire la suite sur leparisien.fr

«Mur des cons» : la présidente du Syndicat de la magistrature déboutée

La présidente du Syndicat de la magistrature (SM, extrême gauche, ndlr), Françoise Martres, n’a pas réussi à stopper l’instruction menée sur son fameux «mur des cons». Elle avait demandé l’annulation de cette procédure.

«Plus rien n’empêche désormais que la procédure aille à son terme et que la responsable, en tant qu’éditrice, se retrouve en audience correctionnelle», indique Le Figaro. Françoise Martres se défendait en soulignant qu’elle n’avait pas voulu donner un caractère public à cet affichage.

L’hebdomadaire Valeurs Actuelles avait révélé en mars dernier que la présidente du Syndicat de la magistrature (classé à gauche) avait été mise en examen le 17 février à la suite de douze plaintes de personnalités mécontentes d’avoir été épinglées sur ce fameux panneau, détruit depuis. Le scandale avait éclaté le 24 avril 2013 quand le site Atlantico avait diffusé des images filmées dans le local syndical du Syndicat de la magistrature montrant plusieurs dizaines de photos de personnalités regroupées sous le titre «mur des cons».

Lire la suite sur leparisien.fr

Modulation des allocations familiales : préservons l’universalité du modèle français

Marine-Le-Pen le vote utile c'est le Front National Rassemblement Bleu MarineCommuniqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

Le Front National s’oppose très fermement au projet de modulation des allocations familiales porté par la majorité socialiste et envisagé ce matin par Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement .

Les allocations familiales ne répondent pas à des considérations fiscales mais à une véritable politique de protection et de développement de la famille, dans l’intérêt de toute la nation.

Le principe d’universalité des allocations ne doit donc pas être remis en cause ni sacrifié sur l’autel de l’austérité bruxelloise.

Le gouvernement, soutenu en cela par l’UMP, poursuit pied à pied son œuvre de déconstruction du modèle social français au profit d’un système toujours plus individualiste et injuste.

Il faut donc rompre avec l’austérité imposée par Bruxelles et recréer les conditions d’une relance de l’économie ; seule la création de richesses permettra de pérenniser les allocations familiales et d’en garantir l’universalité.

La seule modulation urgente et juste à mettre en œuvre, serait celle qui consiste à réserver les allocations familiales aux Français.

Un Français sur cinq souffre de précarité énergétique

Valls goubernementale, la bamboche c'est maintenantUn cinquième de la population en France connaîtrait des difficultés pour se chauffer et régler ses factures énergétiques. Le constat que dresse le premier rapport de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), publié ce matin est édifiant.

« L’ensemble des populations en situation de précarité énergétique dans leur logement serait de l’ordre de 5,1 millions de ménages, alerte le rapport dès ses premières pages. Soit plus de 11,5 millions d’individus (20 % de la population). » Des chiffres bien supérieurs à ceux avancés auparavant. Jusqu’à maintenant, les experts estimaient en effet que 3,8 millions de ménages (8 millions de personnes) souffraient de précarité énergétique.

Pourquoi un tel écart ? « L’observatoire a décidé de prendre en compte deux autres indicateurs, explique Bruno Léchevin, président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), qui gère l’ONPE. Jusqu’à maintenant, on ne s’intéressait qu’à la part du budget allouée aux dépenses énergétiques. Si cette part dépassait les 10 % du budget global, alors on était considéré en état de précarité. » Le premier de ces deux nouveaux indicateurs est subjectif : c’est la sensation de froid, et le fait de se restreindre sur le chauffage pour des raisons économiques. 40 % des Français ont avoué y avoir eu recours l’hiver dernier ! Le deuxième indicateur est plus technique : il prend en compte le niveau de revenus, comme auparavant, mais en tenant compte cette fois-ci de la superficie du logement. « Cela permet par exemple d’inclure des ménages qui ne font pas forcément partie des revenus parmi les plus bas, précise Bruno Léchevin, mais qui vivent en milieu rural dans de grandes maisons très mal isolées. Ils ont des dépenses énergétiques très élevées qui grèvent leur budget et les plongent dans la précarité. »

L’intégration de ces nouveaux indicateurs devrait permettre des mesures bien plus fines à terme. « Les moyennes nationales ne rendent pas compte de l’ampleur du phénomène avec suffisamment de précision, estime encore le président de l’Ademe. Or il existe dans ce domaine de grandes disparités territoriales. Entre les villes et la campagne par exemple. Ou encore entre des habitats collectifs et des maisons individuelles. »

Source : leparisien.fr

L’allocation de congé parental et les aides à la famille sacrifiées

Marion Marechal Le PenQuestion écrite au gouvernement de Marion Maréchal-Le Pen, députée du Front National élue dans le Vaucluse

Mme Marion Maréchal-Le Pen appelle l’attention de Mme la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des droits des femmes sur la réforme de l’allocation de congé parental.

Pour résorber le déficit de la Sécurité sociale, le gouvernement prévoit un rabotage de 700 millions d’euros sur la branche famille lors de la prochaine loi de financement de la Sécurité sociale, sans compter la division par trois de la prime de naissance au second enfant, la baisse pour nombre de familles du complément de garde aux ménages.

L’égalitarisme imposé aux parents par l’actuel ministre de l’Éducation nationale et sa loi sur l’égalité femme-homme, avait lancé la répartition du congé parental en redistribuant 6 mois sans rétrocession pour le père sur l’enveloppe de trois ans, jusqu’alors attribuée indifféremment aux deux parents. Cette contrainte occultait que le congé parental, concernant 540 000 bénéficiaires, est consommé à 97% par les mères. L’option de réduire à 18 mois le congé de la femme, au nom d’un équilibre parfait entre la mère et le père, est un raisonnement insidieux dont les conséquences sur le budget des familles, notamment les plus modestes, sont alarmantes. Ce sont majoritairement les employées et les ouvrières qui utilisent le congé parental pour modérer les dépenses relatives à la garde de l’enfant et au transport. Le partage n’est économiquement pas viable car l’homme touche une meilleure rémunération que la femme dans plus de 50% des foyers. Dans la grande majorité des cas, au terme des 18 mois, les parents seront contraints de faire appel à une assistante maternelle ou de mettre l’enfant en crèche : ces deux solutions augmentent les dépenses de l’État, l’enfant gardé en crèche coûtant environ 1 200 euros par mois à l’État contre 390 euros lors d’un congé parental. En outre, il manque 350 000 places de crèches : face à cette inquiétante pénurie de garde, nombre de mères sans solution seront obligées de quitter leur emploi.

C’est pourquoi, elle souhaite que le ministère des Affaires sociales s’engage à ne pas modifier le système du congé parental au risque de se rendre coupable d’une régression sociétale touchant au droit de la famille ainsi qu’à la liberté pour la femme d’accomplir son statut de mère. Globalement, elle demande au gouvernement de ne pas assainir les dépenses publiques en fonction d’une idéologie partisane qui agit au détriment des familles françaises et du dynamisme démographique de notre pays. Pour cela, elle propose l’instauration de la priorité nationale, levier indispensable au soutien et à la sécurité des familles françaises en période de crise.

Grève des professions réglementées : le Front National combat lui aussi le putsch ultralibéral voulu par l’Union européenne !

Florian PhilippotCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

Le Front National ne peut que comprendre la colère des professions réglementées, en grève aujourd’hui, face à la politique destructrice du gouvernement qui ne cherche pas à réformer un système mais à casser un pan entier de notre modèle national, du point de vue économique, social et sanitaire.

Cette réforme ne vise pas à redonner du pouvoir d’achat aux Français, mais seulement à garantir des parts de marché supplémentaires aux grands groupes et aux grandes surfaces. Les impératifs de santé publique sont ignorés, et l’aménagement du territoire mis en danger. En ce sens, il s’agit bien d’un putsch ultralibéral contre le modèle français, putsch voulu par l’Union européenne et organisé par l’UMPS.

En effet, cette attaque généralisée est également portée par l’UMP qui, faisant mine de critiquer la forme, approuve bien entendu le fond : la déréglementation généralisée des professions libérales et de santé fait partie intégrante de son projet.

Marine Le Pen, qui refuse que les lois iniques du marché s’immiscent dans tous les domaines de la société, vient d’adresser en ce sens une lettre aux pharmaciens pour leur faire part de ses positions, et écrira prochainement de la même manière à d’autres professions concernées.

Le Front National ne laissera pas s’effacer tout ce qui fait la spécificité et la force de notre modèle français, face aux assauts répétés d’une UMPS mondialiste soumise au marché et aux grands groupes.

Familles, l’UMPS vous hait !

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, conseillère municipale de Nice, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

Adoubée par Mme Parisot, ex-Medef, Marisol Touraine, ministre de la Santé a déclaré, en présentant le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 : « J’aime les familles. Notre politique aime les familles ». C’est heureux qu’elle le précise car, une nouvelle fois, les familles sont les vaches à lait du gouvernement socialiste et fait sien l’adage « qui aime bien châtie bien ».

Tout y passe :
- la prime à la naissance serait divisée par trois dès le deuxième enfant
- les allocations familiales seraient diminuées pour les enfants ayant entre 14 et 16 ans
- la prestation d’accueil du jeune enfant serait versée non plus à la naissance mais à la fin du mois suivant la naissance
- le complément de libre choix de garde, qui aide à employer des employés à domicile, serait désormais soumis à condition de ressources.

Le PS ne fait qu’agrandir le sillon destructeur de la famille creusé par l’UMP quand M. Frédéric Lefèvre déclarait en 2011 : « Pourquoi est-ce si difficile pour la France de faire baisser le chômage ? Parce qu’on a un taux de natalité beaucoup plus important que d’autres pays ».
Les Verts quant à eux, préconisaient déjà il y a 3 ans, dans la bouche d’Yves Cochet, de  » faire la grève du troisième ventre afin d’agir sur les allocations familiales en dissuadant les couples de procréer au-delà de trois enfants »

Sous couvert de trou sans fond de la Sécurité sociale, la famille est devenue la cible favorite des gouvernements successifs depuis les années 70 et ceci ne fait qu’empirer.

Le Front National propose au contraire une politique familiale ambitieuse, volontaire et nataliste avec une série de mesures développées à travers le projet de Marine Le Pen et qui vont exactement à l’encontre de celles prônées par l’UMPS, comme par exemple la revalorisation des allocations familiales et leur indexation sur le coût de la vie, en les réservant aux familles dont au moins l’un des parents est français .

Défendre la famille, encourager la natalité, c’est aussi défendre la solidarité nationale, c’est aussi assurer la pérennisation de notre système de retraite.

Marie-Christine Arnautu appelle tous nos compatriotes à la rejoindre le 5 octobre lors du grand rassemblement organisé par la Manif pour tous. La famille, les familles, sont les piliers essentiels de notre nation française, ne les abandonnons jamais !

Les prix du gaz vont repartir à la hausse !

gazDans la foulée de la hausse de près de 4% en octobre, les prix du gaz pourraient continuer d’augmenter de 2,4% en novembre.

Après neuf mois de baisse, les prix du gaz repartent à la hausse. Une bien mauvaise nouvelle pour 7,9 millions de ménages français. En octobre, les tarifs réglementés de GDF Suez vont grimper de 3,9%, comme l’a révélé Le Figaro au début du mois de septembre. Et selon Europe 1, ils pourraient augmenter de 2,4% encore en novembre. Ce qui représenterait une hausse de 29 euros de la facture cette année et de 75 euros si l’on tient compte de l’évolution des prix pour octobre.

Une progression qui annule la baisse d’un peu moins de 7% enregistrée entre janvier et septembre et, surtout, qui confirmerait les propos de Manuel Valls tenus au début de l’été après la cacophonie gouvernementale autour d’une hausse de 5% des prix de l’électricité le 1er août qui avait été annulée par la suite. Pour apaiser la colère d’EDF, le Premier ministre avait annoncé que les hausses des prix de l’énergie – donc du gaz, entre autres – augmenteraient mais «à l’automne».

Lire l’intégralité de l’article sur lefigaro.fr

Les retraités de nouveau dans la rue

hollande rigoleLes retraités vont manifester demain mardi 30 septembre, et ce, dans toute la France, à l’appel de neuf syndicats. Revalorisation des pensions, pouvoir d’achat et loi sur la dépendance sont les principaux motifs de mécontentement.

Gel de retraites, pouvoir d’achat en baisse, disparition de la demi-part fiscale pour les veuves et veufs, fiscalisation de la majoration de pensions pour enfants, loi sur la dépendance en attente… les sujets de mécontentement s’accumulent. Quatre mois après la dernière manifestation nationale à Paris, les retraités redescendront donc dans les rues, dans la quasi-totalité des départements, demain mardi 30 septembre.

Cette manifestation est lancée à l’appel d’organisations de retraités de la CGT, de FO, de la CFTC, de la CFE-CGC, de la FSU (Éducation nationale), de l’Union syndicale Solidaires, de la Fédération générale des retraités de la Fonction publique (FGRFP), de l’Union nationale des retraités et personnes âgées (UNRPA) et de l’association Loisirs et solidarité des retraités (LSR). A Paris, le rassemblement est prévu devant la préfecture de région, rue Leblanc, dans le 15e arrondissement.

Source : notretemps.

Les Français perdent 1.500 € de pouvoir d’achat chaque année depuis cinq ans

Marie-Christine Arnautu FN Nice Municipales 2014Communiqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

Selon l’association 60 millions de consommateurs, le pouvoir d’achat des Français a baissé de 4% depuis 2009. Ce chiffre alarmant représente une réalité dramatique : les Français perdent 1.500 € de pouvoir d’achat chaque année depuis cinq ans.

Près de 9 millions de nos compatriotes vivent sous le seuil de pauvreté. Cette situation est d’autant plus inacceptable que la France redistribue toujours plus d’argent aux nouveaux arrivants, dont des immigrés clandestins entrés illégalement sur le territoire et donc délinquants. Le gouffre qu’est l’Aide médicale d’État (près d’1 milliard d’euros) par exemple n’émeut pas davantage l’UMP que le PS, l’attribution de logements sociaux sur le critère de l’urgence sociale et non de l’ancienneté, non plus.

Loin de prendre la mesure de cette réalité, les gouvernements successifs de Nicolas Sarkozy et de François Hollande continuent d’obéir aux injonctions des eurocrates de Bruxelles : toujours moins pour les nôtres, toujours plus pour les autres.

Conseiller de « manger 5 fruits et légumes par jour  » est un bien joli slogan mais qui aujourd’hui en a les moyens ?

Les divers plans d’austérité passés et à venir, la politique de préférence étrangère entraînent la France et les Français vers un suicide collectif que seuls le Front national et l’arrivée de Marine Le Pen aux responsabilités seront capables d’enrayer .

Encore un coup fatal pour les familles

Communiqué de Marie-Christine Arnautu, députée française au Parlement européen, conseillère municipale de Nice, vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

Sous la pression de Bruxelles qui lui demande toujours plus d’austérité, le gouvernement Valls envisage de s’attaquer une nouvelle fois aux familles, mais cette fois par le biais des prestations sociales.

Il se murmure que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2015 devrait geler les prestations familiales. Plus grave, il prévoirait de réduire le congé parental de 36 à 18 mois pour les mères… tout en l’augmentant de 6 à 18 mois pour les pères. Officiellement, cela engendrerait des économies au motif que les pères utilisent moins le congé parental que les mères…

En réalité, il s’agit d’une nouvelle étape de la course folle pour éliminer toute forme de différenciation des sexes, et donc d’affaiblir encore davantage la famille .
En égalisant la durée des congés parentaux, on considère que le rôle du père et de la mère est exactement le même auprès des nourrissons. Le gouvernement ne précise pas encore si les pères auront l’obligation d’allaiter pendant ce congé…