Coexister et ses pôles d’activité

Coexister

Parmi toutes les diversités du monde, la diversité religieuse, peut-être mal comprise car est la plus à même d’être à l’origine de discriminations ou marginalisations. C’est donc dans l’espoir de créer du lien entre les gens à partir de leur différence que Samuel Grzybowski, militant associatif et entrepreneur social français, fonde en 2009 le mouvement Coexister.

Coexister : Une association qui s’emploie à promouvoir le vivre-ensemble

C’est suite à l’Opération plomb durci encore connu sous le nom de la « guerre de Gaza » que l’association Coexister voit le jour en 2009. Il s’agit d’un mouvement de jeunesse apartisan et aconfessionnel qui milite pour la coexistence active. Il se base sur une méthode d’éducation par les pairs destinés à des jeunes âgés de 15 à 35 ans.

L’objectif du co-fondateur de Coexister Samuel Grzybowski, est de créer, d’organiser et de faire la promotion de projets en faveur de : la paix, la non-violence, la rencontre entre religions ainsi que le dialogue des cultures. La cible étant particulièrement les jeunes générations. Ainsi et en prenant exemple sur leur slogan « Unité dans la foi, diversité dans l’action », les différentes actions de cette association tournent autour de l’engagement pour une société unie. Coexister, c’est aujourd’hui le plus grand mouvement français de jeunes dirigé en grande majorité par ces derniers.

Les étapes-clés de l’association

Comme souligné précédemment, l’association Coexister est née de la volonté de valoriser la dissemblance de chaque individu, de telle sorte à en faire un levier pour mieux vivre ensemble. En 2009 un rassemblement de prières interreligieux est initié après des affrontements entre deux cortèges de manifestations pro-palestinienne et pro-israélienne à Paris. Samuel Grzybowski, jeune chrétien de 16 ans, propose alors la création d’un groupe de dialogue interreligieux.

Bien que cette idée d’une association pour créer des ponts entre jeunes germait déjà en lui depuis 2008, sa création s’est opérée en avec l’appui de son père, Laurent Grzybowski, journaliste à La Vie. En février 2012, Coexister obtient le statut d’association d’intérêt général, avant de perdre ce statut  l’année d’après par la direction générale des Finances publiques. Mais il faut souligner que c’est l’association qui, par souci d’honnêteté, a eu à demander un réexamen.

Après de nombreuses campagnes de protestation et pétition en ligne, son caractère éducatif et philanthropique lui est reconnu le 7 août de la même année. En février 2015, avec ses 2 000 membres, Coexister remporte le label « La France s’engage » attribué par le Président de la République.

Coexister : les pôles d’activité

Les différentes actions de l’association Coexister s’articulent autour de 5 pôles d’activité :

  • le dialogue qui permet aux jeunes d’apprendre à se connaître ;
  • la solidarité pour dépasser le simple cadre du dialogue afin de mener, ensemble, des actions pour le bien-être de la société ;
  • la sensibilisation afin que ces jeunes puissent se transformer en agents de la coexistence active ;
  • la formation qui facilite une coéducation sans distinction de genre, de convictions, de culture, de religions et d’origines.

Des pôles d’activité qui permettent à ces jeunes d’être dans la coexistence active et de développer des savoir-être, savoir-faire et savoir-vivre pour mieux vivre ensemble.

Adrien Drocourt

Adrien Drocourt

Passionné par l'actualité du monde de la Finance et de l'Immobilier, j'adore prendre la plume ou le clavier pour traiter des dernières News de ces thématiques.
Adrien Drocourt
NOS NOTES ...
Note
PARTAGER