Est-il dans votre intérêt de faire racheter votre crédit immobilier ?

Immobilier, prêt immobilier, rachat de crédit immobilier
Immobilier, prêt immobilier, rachat de crédit immobilier

Les opérations de rachat de crédit surfent sur la vague de la baisse des taux observée au cours de l’année 2016. Les emprunteurs antérieurs sont les principaux concernés. Voici les pistes à suivre pour réussir son rachat de prêt immobilier.

Quel taux faut-il viser ?

En général, le crédit à l’habitat est une opération bancaire qui s’inscrit dans la durée et cela sur plusieurs années.

En procédant au  rachat de leur prêt, l’intention numéro 1 des emprunteurs est de faire des économies. Si leurs revenus le permettent, ils peuvent décider d’augmenter le montant de leur mensualité. Ainsi, la durée d’emprunt sera réduite de même que le taux fixe. L’autre solution est de conserver la même mensualité mais, là encore, de réduire la durée du crédit.

Selon les spécialistes du secteur bancaire et financier, le rachat est intéressant si la différence entre l’ancien et le nouveau taux est d’au moins 1 %. Dans le cas d’un récent crédit, 0,7 % peuvent suffire pour rendre l’opération intéressante d’un point de vue comptable. Les emprunteurs d’avant 2016 ont bien saisi l’intérêt de l’opération et ne se sont pas fait prier pour, eux aussi, profiter de l’exceptionnelle baisse des taux.

Quelle est la période idéale pour racheter un prêt immobilier ?

La part des intérêts versée est plus importante en début qu’en fin de prêt. Au contraire, durant les dernières années du contrat, les intérêts sont de plus en plus faibles. Il est donc plus intéressant de procéder à un rachat de crédit durant les premières années du prêt. Les experts s’accordent pour déterminer le premier tiers de l’emprunt immobilier comme étant la période idéale pour un rachat.

Les frais de remboursement anticipé sont également à prendre en compte. En effet, en soldant un prêt pour en souscrire un autre auprès d’un établissement différent, il faut procéder au remboursement anticipé du capital restant dû. Les contrats de prêts prévoient des indemnités qui ne peuvent dépasser 3 % du capital restant dû ou 6 mois d’intérêt au taux moyen.

Trouver le bon accompagnement

De prime abord, l’opération de rachat de prêt peut paraître complexe si les tenants et les aboutissants ne sont pas compris. Pour ne pas rester désarmé, il est possible de se faire accompagner par un intermédiaire bancaire. Les sociétés spécialisées dans ce domaine, telle que Solutis.fr, ont l’habitude de monter ce type de dossier et proposent même de racheter d’autres types de crédit (consommation, travaux, auto, etc.), on parle alors de regroupement de crédits.

Ne pas négliger l’assurance emprunteur

Enfin, la réduction du taux n’est pas le seul élément clé pour faire un bon rachat de son prêt, il faut également profiter de l’opération pour revoir à la baisse la mensualité versée en assurance emprunteur. Cette couverture qui garantit le capital peut représenter jusqu’à 30 % du coût total du financement. Changer d’assurance de prêt peut permettre d’envisager de belles économies. Par exemple, en  réduisant son assurance de prêt de 15 euros pendant 17 annuités, l’emprunteur réduira le coût final d’environ 3000 euros. Les jeunes emprunteurs représentent les profils pour qui le changement d’assurance est le plus profitable surtout s’ils sont non-fumeurs.

Sophie Delcourt

Sophie Delcourt

Voilà je me présente, Sophie Delcourt, après avoir hésité longtemps entre le monde de la finance et de l'Immobilier j'ai repris des études de journalisme pour me consacrer à ces deux sujets, je pratique donc la rédaction d'articles sur notre média presse.
Sophie Delcourt
NOS NOTES ...
Note
PARTAGER