Japon: la confiance des grandes industries se renforce encore

L’indice de confiance des grandes firmes manufacturières japonaises a augmenté de deux points, selon la dernière enquête Tankan de la Banque du Japon (BoJ) publiée lundi, signant sa deuxième hausse consécutive sur fond de repli du yen.

D’après cette étude de «sentiment à court terme», réalisée à un rythme trimestriel et perçue comme un indicateur important de l’état d’esprit du monde des affaires, le moral des industries de premier plan est monté à 12 (contre +10 précédemment), renouant avec son niveau de fin 2015.

Les groupes exportateurs ont retrouvé un élan positif ces derniers mois grâce à l’affaiblissement de la monnaie nippone, qui gonfle mécaniquement leurs recettes encaissées à l’étranger une fois converties en yens, et à une embellie du commerce extérieur, en particulier en direction de la Chine.

Ce chiffre est toutefois inférieur aux attentes des économistes interrogés par l’agence Bloomberg (+14).

Concernant le secteur non-manufacturier, l’enquête Tankan fait état d’une progression similaire (à +20). Tous secteurs confondus, le moral des grandes entreprises progresse de deux points (à +16).

Même tendance pour les autres catégories, avec un indice en hausse de 3 points (à +15 pour les firmes de moyenne envergure et à +5 pour les plus petites).

«Nous constatons une amélioration sur l’ensemble du spectre», a commenté Takuji Okubo, économiste en chef de Japan Macro Advisors, interrogé par la presse, saluant des résultats «globalement encourageants».

L’étude Tankan, menée auprès de plus de 10.000 entreprises entre le 27 février et le 31 mars, mesure la différence entre le pourcentage de sociétés qui jugent la situation favorable et celles qui la considèrent défavorable.

‘Vulnérable’

Les projets d’investissements des grandes compagnies pour la nouvelle année budgétaire, qui vient de débuter, laissent en outre augurer d’une expansion, a noté M. Okubo.

Le Japon a connu une petite embellie économique en 2016, une tendance qui semble se poursuivre depuis le début de l’année. Selon des statistiques annoncées vendredi, l’inflation s’est ainsi légèrement accélérée en février, la production industrielle s’est redressée et le chômage est tombé au plus bas depuis 1994.

«Le Tankan vient renforcer l’idée que la reprise modérée va se maintenir pour l’instant», a souligné dans une note Yasunari Ueno, de Mizuho Securities. La BoJ, qui se réunit en fin de mois, devrait donc maintenir inchangée sa politique monétaire.

Mais la consommation des ménages, maillon faible de la troisième économie mondiale, demeure atone au grand dam du Premier ministre Shinzo Abe et de la Banque du Japon (BoJ), qui oeuvrent de concert dans le cadre de la stratégie «abenomics».

«La faiblesse de la demande intérieure signifie que l’économie reste très vulnérable à de brusques changements des conditions de marché qui pousseraient le yen vers le haut», estime l’analyste.

De fait, les compagnies restent prudentes: un déclin de l’indice est attendu dans la prochaine édition du Tankan, alors que les grandes industries s’inquiètent du regain du protectionnisme dans le monde, notamment aux Etats-Unis sous l’égide de Donald Trump.

«C’est ce manque de confiance qui explique pourquoi elles sont réticentes à augmenter les salaires, malgré un marché de l’emploi très tendu», ajoute Takuji Okubo.

Antoine Delagrange

Antoine Delagrange

Passionné par le journalisme et tout ce qui touche au secteur immobilier, j'ai décidé de recentrer ma carrière sur le Web pour vous informer via ce média.
Antoine Delagrange

Les derniers articles par Antoine Delagrange (tout voir)

PARTAGER