Le livret A et son rendement… négatif !

Le livret A et son rendement négatif

L’application de la nouvelle formule de calcul concernant le livret A aurait dû pousser à la hausse le taux de rémunération, malheureusement elle ne sera pas mise en application le 1er aout comme prévu. Les épargnants ne voient plus l’intérêt du placement en livret A puisque le rendement est même … négatif !

En attente d’un nouveau taux de rémunération du livret A

Cela fait maintenant 2 ans que le taux du livret préféré des Français stagne à 0,75%. La mise en application de la nouvelle formule de calcul aurait pu faire augmenter le taux de rémunération permettant d’améliorer légèrement le rendement. Mais il en a été décidé autrement par l’Etat.

« La stricte application de la nouvelle formule décidée en novembre 2016 – et censée protéger les épargnants contre l’inflation » devait permettre de faire monter le taux. Seulement le ministère des finances a suivi l’avis du PDG de La Banque de France de garder le taux à 0,75% « dans une optique de stabilité » alors que « l’inflation a diminué en fin de semestre et reste modérée, à 0,7 % à fin juin ».

Une rémunération inférieure à l’inflation

Puisque le placement n’est intéressant que si son taux est supérieur à l’inflation, les détenteurs d’un livret en ont pour l’instant de leur poche !

Quand on regarde les statistiques, tout allait bien pour le livret A jusqu’en 2011 car il se situait toujours au-dessus de l’inflation. Mais cette année a très mal débuté avec une forte hausse de l’inflation à +1,4 % au mois de janvier puis toujours supérieur au livret A jusqu’en mai engendrant une perte sèche pour les épargnants. Les prévisions de l’Insee pour le reste de l’année sur l’inflation sont à 1,6% pour l’année 2017. Autant dire que les livrets ne sont pas du tout intéressants pour les épargnants cette année !

Adrien Drocourt

Adrien Drocourt

Passionné par l'actualité du monde de la Finance et de l'Immobilier, j'adore prendre la plume ou le clavier pour traiter des dernières News de ces thématiques.
Adrien Drocourt
PARTAGER