Les salariés de GM&S sont prêt à tout en mettant leurs fournisseurs devant le fait accompli

L’usine de l’équipementier automobile GM&S devrait être placé en liquidation judiciaire s’il n’arrive pas au terme des négociations avant le mardi 23 mai.

Les salariés de l’importante usine GM&S industry (deuxième employeur de la Creuse) sont furieux car des négociations sont en cours depuis le mois de décembre avec les constructeurs auto PSA et Renault, mais ils n’ont reçu toujours aucune réponse. Après des mois de discussions, les salariés du site tentent une dernière tentative assez risquée en piégeant l’usine avec des bonbonnes de gaz et des bidons d’essence et en détruisant des machines dans l’usine (à voir dans la vidéo plus bas).

« Ça fait mal au cœur, mais on n’a plus le choix »

Des pères de famille et salariés de longue date accompagnés par le syndicat se disent révoltés et prêt à tout pour garder leur emploi. En début de semaine les salariés de l’entreprise ont détruits deux importantes machines avec une presse en métal servant à fabriquer des pièces automobiles qu’ils ont découpés au chalumeau. Un ouvrier de GM&S explique : « Ça fait mal au cœur, mais on n’a plus le choix pour faire pression, si on ne veut pas disparaître comme ça ! ». Suivi du délégué de la CGT Vincent Labrousse qui a dit : « Nous n’accepterons pas d’être baladés une minute de plus. Nous nous battons depuis le mois de décembre maintenant ! Cela nous attriste d’en arriver là, mais aujourd’hui la menace, c’est celle d’une liquidation totale. Si tel devait être le cas, l’usine ne sera pas rendue intacte ! ».

Faire intervenir le nouveau président

L’objectif des négociations pour les 279 salariés du site est celui d’un engagement de leur deux principaux clients PSA et Renault, de continuer les commandes dans une quantité suffisante. Les responsables de l’usine souhaitent aussi attirer l’attention du nouveau président Emmanuel Macron afin qu’il fasse quelque chose pour maintenir l’activité de cette usine comme il l’a fait à Whirlpool.
Si rien ne se fait avant le 23 mai prochain, l’entreprise sera placée en liquidation judiciaire et sera contrainte de fermer ses portes, mettant au chômage technique les 279 salariés de l’entreprise.


La colère des salariés de GM&S

Antoine Delagrange

Antoine Delagrange

Passionné par le journalisme et tout ce qui touche au secteur immobilier, j'ai décidé de recentrer ma carrière sur le Web pour vous informer via ce média.
Antoine Delagrange

Les derniers articles par Antoine Delagrange (tout voir)

PARTAGER