Contrefaçon chinoise…

Je rigole quand je pense à tous ces médias français et étrangers qui s’extasiaient sur le feu d’artifice à Pékin, maintenant on apprend que Lin Miaoke, la fillette de 9 ans qui a chanté l’« Ode à la patrie » l’a fait en… play back !! C’est la voix de Yang Peiyi, rondouillarde aux dents mal alignées, que le public a entendu. La grandiose cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Pékin commence à révéler des dessous moins brillants : une fausse chanteuse et des images truquées de feux d’artifice.

Personne ne niera que les tableaux concoctés par le metteur en scène Zhang Yimou, vendredi pour saluer les premières Olympiades chinoises, étaient parmi les plus spectaculaires du genre, entre féerie et démesure.

Mais voilà, certains petits secrets ont fait long feu. Et pourraient bien ternir un peu plus l’image d’une Chine déjà championne de la contrefaçon.

Le directeur musical de la soirée a reconnu que la fillette chinoise qui a entonné l’« Ode à la patrie » a chanté en play-back, la véritable chanteuse n’étant pas assez jolie, d’après lui, pour représenter son pays. « Nous voulions projeter l’image parfaite, nous avons pensé à ce qui serait le meilleur pour la nation », a déclaré Chen Qigang dans une interview à la télévision chinoise reprise hier par le portail Sina.com, avant que ces propos gênants ne disparaissent de la Toile.

Plusieurs médias chinois dressaient un portrait flatteur de Lin Miaoke, 9 ans, « star montante ». Pas un mot sur sa cadette de deux ans, Yang Peiyi, rondouillarde aux dents mal alignées, mais véritable voix. « C’était une question d’intérêt national. L’enfant devait bien passer devant la caméra, être expressive », a justifié Chen, célèbre compositeur chinois contemporain et citoyen français.

« Lin Miaoke est excellente pour tout cela. Mais question voix, Yang Peiyi est parfaite, toute l’équipe était d’accord là-dessus », selon le directeur musical. Chen a également précisé que la décision finale de faire chanter Lin en play-back avait été prise après une répétition à laquelle assistait un haut dirigeant du Parti communiste chinois (PCC).

« Il nous a dit qu’il y avait un problème et qu’il fallait le résoudre, on l’a résolu », a déclaré le musicien, sans donner de détails sur l’ordre et celui qui l’a donné. Miaoke est donc apparue vendredi soir devant 91.000 personnes dans le stade olympique et des milliards de téléspectateurs dans le monde.

La supercherie n’a guère intéressé la presse chinoise, mais le sujet a fait parler les internautes, beaucoup critiquant la manœuvre. « C’est insulter la véritable chanteuse et les gens qui ont écoutée », a écrit l’un d’eux sur le portail Netease.

Et bientôt, va-t-on aussi apprendre que leurs champions sont dopés ?

 

3 réponses à Contrefaçon chinoise…

  1. Christophe dit :

    « Nous voulions projeter l’image parfaite, nous avons pensé à ce qui serait le meilleur pour la nation »

    Ha ha,en même temps quand on a vu l’équipe « en France » pendant l’euro,pure propagande multiculturaliste,en France il est fait ce qu’il y a de pire pour la nation.
    Je me marre.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. Edouard dit :

    N’ayant jamais mis les pieds en Chine, je connais rien de ce pays, sinon qu’il est immense.

    Mais tout au long de ma jeunesse, je me souviens que mes aînés, qui n’avaient jamais vu la Chine, non plus, me vantaient les mérites du Chinois lambda. On me le présentait, comme quelqu’un de travailleur, rapport à sa misère environnante. On m’assurait de son sérieux, de sa culture. Mes instituteurs, faisaient l’éloge de sa pugnacité, de sa détermination, lors de je ne sais plus quelle(s) guerre(s). Qu’il aimait son pays, bien que celui-ci le le lui rendait guère. Bref, que du positif. Il me semble même avoir regretté, un jour ou l’autre, de n’être pas né Chinois…

    Et puis, le temps a passé. Un jour, les J O s’invitèrent dans ce pays. Les médias, dont il ne faut jamais oublier de se méfier comme de la vérole, couvrirent ce non-évènement, non sans oublier, au passage, d’évaluer l’importance accordée aux drwâââdlomm, dans ce pays lointain.

    Ils nous montrèrent des Chinois et des Chinoises, devenus somme toute assez proches de l’Européen, au niveau des comportements frivoles. Comme la plupart d’entre nous, ces saloperies de médias, ont réussi à les rendre stupides et antipathiques. A les faire s’intéresser à des jeux qui n’ont rien, mais alors rien à voir avec l’antique Olympe.

    Soudain ce peuple préservé de la folie humaine, va découvrir les moeurs ocidentales, dans ce qu’elles ont de plus futile, de plus pervers. La suite, hélas, on la devine.

    Saletés des journaleux ! Vous m’avez brisé un rêve…

    Signaler un problème avec ce commentaire

  3. Taub dit :

    Moi ce qui me fait rire en lisant Christophe et Edouard, c’est que quand même ils oublient un tout petit détail : la Chine n’est pas devenue communiste et méprisante des droits de l’homme seulement depuis les JO, le Tibet et tout ça. Il faut remonter un peu plus loin hein :)
    C’est la décision du CIO de laisser ces JO à la Chine qui est scandaleuse, rien que ces tours de passe-passe manqués en dit long sur ce pays…
    On pourra vraiment dire qu’on aura eu droit à des Jeux made in China, au moins, la qualité, elle ne change pas elle…

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire