PS : Petites mesquineries entre amis à Dijon

segodijon2_440La journée de réflexion sur l’éducation organisée par Vincent Peillon à Dijon tourne à la foire d’empoigne médiatique. Un combat des chefs et de l’image menée de main de maître par Ségolène Royal.

Cette journée devait être consacrée au fond. Au menu, l’éducation. Mais patatras ! Tout tourne, à Dijon, autour du duel à distance entre Ségolène Royal et Vincent Peillon. Et à la place de celle des idées, c’est à la guerre des images que se livrent les protagonistes.

14H00. Vincent Peillon s’assied ostensiblement à côté du mécène Pierre Bergé. Royal est derrière, lui tournant le dos. Elle déjeune avec Jean-Louis Bianco. Puis elle se lève et fait la tournée des tables. Du côté de Peillon, on s’étrangle. « Qu’on soit d’accord ou non avec elle, apprécie un élu du Modem venu participer à cette journée de tables-rondes, elle, au moins, à une attitude sympathique avec les militants ! »

Quelques instants plus tard, Peillon reprend l’initiative : il fait à son tour la tournée des convives, serrant les mains, arrachant quelques applaudissements. Mais Royal lance alors le contre: elle profite de la place laissée libre par l’eurodéputé pour lui piquer son siège, s’installant près de Pierre Bergé.

« Ce n’est pas un coup médiatique, mais un moment politique mûrement réfléchi », déclarait une heure auparavant l’élue poitevine devant une nuée de caméras, malmenées par le service d’ordre. Assurément, ce n’est pas le fond qui sortira vainqueur de cette journée de mano à mano interne à la gauche.

Source : LEXPRESS.fr

 

6 réponses à PS : Petites mesquineries entre amis à Dijon

  1. Anonyme dit :

    Le PS n’a besoin de personne d’autre que la Cruche pour l’achever. Laissons la faire pour notre plus grand bonheur. A une époque, ce parti a gouverné (très mal) la France. Maintenant, il a du mal à gouverner ses propres latrines. Grandeur et décadence.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. Marino dit :

    Ségolène Royal : un petit tour et puis s’en va …

    C’est moi que je…

    Ségolène Royal persiste et signe. Malgré le refus du ministre de l’Education nationale, la présidente socialiste de Poitou-Charentes a confirmé sur RTL, vendredi à la mi-journée, l’envoi ce jour-même dans les lycées de sa région des « chèques-contraception ».

    http://www.rtl.fr/fiche/5930487679/polemique-autour-des-cheques-contraceptions-de-segolene-royal.html

    *** Les élections régionales mars 2010, me revoilou !!! je suis partout.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  3. JEROBOAM dit :

    Quelle misère, que des gens en arrivent à cela…
    Mais que la place doit être bonne pour qu’ils en arrivent là, mais quand même quel manque de convictions…
    Tous les calculs sont faits pour les caméras.
    Le paraître devenant plus important que l’être.
    Certains hommes de gauche ont su aussi mettre leur peau au bout de leurs idées et que l’on soit d’accord ou pas on doit lever son chapeau devant certains d’entre eux…
    Mais ceux morts pour une certaine idée de la France, ceux de 14 aussi, ceux morts en déportation ne méritaient surement pas des héritiers de ce style.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  4. primipile dit :

    je ne suis pas SOCIALO ,et que DIEU me préserve de cette défiance politique car cette idéologie prend racine dans le reve et l’onirisme et trés loin de tout pragmatisme politique .Mais je suis convaincu que Ségolene ROYAL est bien la meilleure candidate potentielle pour gérer ce parti et pour la tête de liste aux futures présidentielles ;elle a de véritables racines nationales ,elle est croyante et pratiquante et elle aime sa patrie ;ce qui n’est pas le cas pour beaucoup de vieux beaux et vielles moches du parti de JAURES.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  5. Marino dit :

    « Ségolène Royal règle ses comptes avec Vincent Peillon »

    NOUVELOBS.COM | 14.11.2009 | 17:55

    Ségolène Royal lui reproche son « dérapage verbal » pour avoir déclaré qu’elle n’était pas la bienvenue à Dijon. Elle accuse aussi Vincent Peillon d’avoir « utilisé (s)on nom » pour organiser les rencontres.

    Ségolène Royal s’en est pris vertement à Vincent Peillon, samedi 14 novembre. Elle reproche à l’organisateur des premières rencontres du rassemblement « social, écologique et démocrate » son un « dérapage verbal » pour avoir déclaré que sa présence n’était « pas désirée ».
    « Je ne comprends pas que Vincent Peillon auquel j’ai accordé toute ma confiance et une place éminente dans l’organisation de ce mouvement puisse aujourd’hui déraper verbalement comme il l’a fait sur Europe 1″, a-t-elle déclaré lors d’un point presse.

    « Un « coup médiatique »

    « Je n’ai pas fait 25 ans de vie politique pour me réfréner ou pour être l’otage ou être instrumentalisée, c’est-à-dire qu’on utilise mon nom, ma capacité de mobilisation des militants et ensuite qu’on utilise tout cela pour des rapports de force », a ajouté Ségolène Royal.

    Comme les journalistes, très nombreux, lui demandaient si sa présence constituait un coup médiatique, Ségolène Royal a répondu: « Pas du tout! Je suis très joyeuse d’être là ».

    La présence de Ségolène Royal n’était « pas souhaitable »
    Vincent Peillon avait affirmé, avant l’arrivée de Ségolène Royal, que la présence de présidentiables n’était « pas souhaitable » et que « l’ambition individuelle affichée » ne devait pas prendre « le pas sur les idées du rassemblement ».

    « Ségolène, elle s’est invitée. Elle vient, elle est la bienvenue. Voilà, c’est tout », a résumé François Rebsamen.

    *** Des « amis » qui se veulent du bien :-))

    Signaler un problème avec ce commentaire

  6. Marino dit :

    En fait cette fausse comique rebelle, vrai donneur de leçons-de-morale-à-deux-balles, n’est recherchée que par les radios et les télés…Non ! elle ne sera pas dans le prochain scénario des Présidentiables, mais réclamer par le cinéma pour incarner la mère dans « Vipère au poing » .
    Qu’elle arrête de se croire encore dans la course !
    Et que les Médias fassent leur travail, en invitant les véritables acteurs de la politique qui veulent faire avancer la France et faire le ménage de toutes les dérives, du P.S (Parti Sarkosiste)

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire