Sarkozy supprime le référendum pour l’entrée de la Turquie en Europe

Communiqué de presse du CIREN

Centre d’Initiatives pour le Rassemblement de l’Europe des Nations
www.europedesnations.fr

Le 8 juillet 2008

Sarkozy supprime le référendum pour l’entrée de la Turquie en Europe

Sarkozy supprime de facto le référendum pour l’entrée de la Turquie en Europe. Pour arbitrer les chicayas politiciennes de l’Assemblée Nationale et du Sénat, l’Elysée a proposé discrètement un amendement destiné à berner l’opinion publique au sujet de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne.

En effet, même si théoriquement la possibilité d’une consultation populaire est maintenue, en réalité un vote de l’Assemblée et du Sénat, soumis à quelques conditions secondaires facilement réunies, suffira pour accepter la Turquie dans l’Union européenne, sans demander l’avis des Français.

Le Centre d’Initiatives pour le Rassemblement de l’Europe des Nations (CIREN) condamne cette nouvelle trahison de Nicolas Sarkozy, qui il y a un an, proclamait encore son opposition à l’entrée de la Turquie dans l’Europe.

 

2 réponses à Sarkozy supprime le référendum pour l’entrée de la Turquie en Europe

  1. lover dit :

    LaRouche : chaque semaine d’inaction aggrave l’effondrement pour 2009 et 2010 pire et les autres plus que pire
    pour 2011 a 2014 voir plus …..si son guerre mondial, 3

    20 février 2009 – 10:06

    20 février 2009 (Nouvelle Solidarité) – Voici la réponse de Lyndon LaRouche à une question qui lui a été posée et qui citait le Professeur Bradley R. Schiller, de l’université du Nevada, déclarant que Obama « alimente la peur » sur l’économie. Schiller se sert de statistiques pour dire que l’effondrement actuel ne mérite pas la comparaison avec la Grande dépression et accuse Obama de faire de la « dangereuse » propagande.

    ——————————————————————————–

    À : [xxxxxxxx]

    Votre critique est complètement contraire à la réalité ; il n’y a pas d’« alarmisme » dans les propos du Président Obama. En fait, la situation actuelle est bien pire que ce que sa déclaration ne le prétend.

    Lors de ma conférence internationale par internet le 25 juillet 2007, j’ai averti que l’économie des Etats-Unis était au bord d’une crise de rupture du système monétaro-financier mondial actuel. Trois jours plus tard, cette prévision fut confirmée. Au lieu d’agir selon les lignes que j’avais alors définies, le gouvernement Bush et le Congrès agirent de sorte à ce que nous subissions la totalité des effets de ce contre quoi j’avais mis en garde. Le résultat de ces actions, sous la direction du Royaume-Uni et du gouvernement Bush aux Etats-Unis, est que la crise s’est transformée en une crise de rupture générale au niveau mondial. À moins que les mesures que j’ai publiquement définies en détail ne soient appliquées maintenant, la planète entière est au bord d’un nouvel âge sombre, comparable mais pire à celui qui est connu comme le « nouvel âge des ténèbres » de l’Europe au quatorzième siècle.

    Chaque semaine s’écoulant sans que les directives que j’ai définies soient appliquées, implique que lorsque le processus de rupture frappera de toute sa force, l’effet de l’effondrement général et mondial sera d’autant plus violent que le délai sera long. C’est-à-dire que l’effet net de tout « plan de stimulation » ou « plan de renflouement » sera d’accélérer le degré d’effondrement général d’à peu près tout, quand le danger latent s’abattra ; et ce, bientôt.

    Les statistiques auxquelles vous faites référence sont frauduleuses et, bien plus que frauduleuses, reviennent à signer un engagement au suicide de l’économie des Etats-Unis. Pour être précis, je dois vous prévenir que non seulement les chiffres que vous citez sont frauduleux en eux-mêmes, mais il est d’une importance plus profonde et décisive encore que le délai de la rupture générale qui couve aujourd’hui a été effectué en achetant du temps par des méthodes intrinsèquement hyperinflationnistes de « renflouement » ou de « stimulation », qui ne font rien d’autre que d’augmenter la violence de l’explosion. L’Allemagne de 1923 était bénigne en comparaison du krach mondial qui est sur le point de se produire.

    La dangereuse propagande est celle du type dont vous vous êtes fait le relais.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. Lab dit :

    Ce discours sur Obama et la crise financiére actuelle n’est pas le probléme ici, nous nous égarons de la question de base posée ! Qui est encore a ce que je saches l’entrée de la Turquie dans l’UE?! A laquelle, je dit haut et fort NON et NON. Du point de vue géographique peut on dire qu’un pays qui n’a pas sa capitale sur le sol Européen et 95% de sa populaion en Asie est Européen… NON. Les motivations de ce pays sont exclusivement économiques, et non partagés également sur des valeurs et un histoire comtemporaines proches… je doute que les Grecs applaudisse l’idée meme de l’entré de la Turquie dans l’Union.
    Je crois aussi que les Français et de nombreux pays Européens n’ont rien contre les USA, que le président soit W.Bush ou Obama, on s’en fiche c’est pas le fond du probléme. Le fait est qu’ils doivent s’occuper de leur affaires, et celles ci ne les concernes en aucune façon. Aprés tout si ils tiennent tant à ce que l’UE intégre la Turquie pour en gros montrer notre « esprit d’ouverture ». Dans ce cas pourquoi les USA ne montrent pas l’exemple en intégrant le mexique à leur « union d’états »??? Je serai curieuse de voir les opinions des américains… du nord bien sur( les mexicains ne seraient surement pa contre…)!! A bon entendeur Salut!

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire