Affaire Bourgi : les dessous d’un grand déballage

Lu pour vous sur Jeune Afrique

Les révélations de Robert Bourgi étalent au grand jour les financements occultes en France en provenance du continent. Quelle est la crédibilité de ces accusations ? Pourquoi ce « porteur de valises » s’est-il mué en imprécateur ? Jusqu’où ira-t-il ? Enquête exclusive.

Il fait beau sur Paris en ce jour de septembre, mais les épais voilages aux fenêtres du bureau de son bureau sur cour demeurent obstinément tirés. Tapi dans son antre de l’avenue Pierre-Ier-de-Serbie, Robert Bourgi s’est toujours méfié du soleil et de ses brûlures contre lesquelles son mentor Jacques Foccart l’avait mis en garde.

Dans la pénombre, les lieux semblent encombrés de fétiches. Grigris napoléoniens, bric-à-brac gaulliste, capharnaüm de dossiers, dessins d’enfants à leur grand-père bien aimé, clichés dispersés aux quatre coins. Bien en vue, un portrait de Nicolas Sarkozy dédicacé : « Pour Robert, avec toute mon amitié. » Relégué à l’autre bout de la pièce, un autre de Jacques Chirac. Entre les deux, des photos du maître de la case en compagnie de Foccart, de Ouattara, de Bongo père, d’Ahmadinejad, de condisciples de la fac de droit de Dakar et même de Karim Wade, qu’il vient pourtant de traîner dans le marigot.

L’Aston Martin, c’est un cadeau d’Ali Bongo ; la Maserati, c’est papa qui me l’a offerte. Robert Bourgi, Avocat

Dehors, un agent de sécurité d’une société privée veille devant la porte, les bras croisés, à deux pas d’une limousine vert bouteille. « L’Aston Martin, c’est un cadeau d’Ali Bongo ; la Maserati, c’est papa qui me l’a offerte », explique, un brin provocateur, Me Bourgi. « Papa » : depuis des lustres, c’est ainsi que notre hôte nomme Omar Bongo Ondimba, celui qui l’initia à la lecture des cauris africains. Que pense « papa », là où il se trouve aujourd’hui, de l’extraordinaire impudence de son fils blanc ? « Il en sourit, il sait que j’ai fait cela pour venger sa mémoire », jure notre homme. Bourgi a donc tous les talents, y compris celui de faire parler les morts…

« La bataille suprême est engagée »

Lire la suite de l’article sur Jeune Afrique
 

2 réponses à Affaire Bourgi : les dessous d’un grand déballage

  1. Liberté dit :

    Excellent article. Je te tiens, tu me tiens, par la barbicheeeetteuhh…

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. lecteur dit :

    Encore un copain….copain comme cochon, et quel copain… ça mérite bien une médaille de décoration de porteur de valises !!!

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire