Edgar Morin : le prophète de la gauche ?

Edgar Morin est connu pour être le penseur de la complexité. Depuis quelques années cependant, il écrit des livres grands publics, dont la principale qualité demeure leur simplicité.

Bien sûr on peut parler simplement du complexe, et c’est ce à quoi s’évertue Morin, mais lorsque la simplicité est trop grande, on a tendance à évacuer la complexité de l’analyse au profit de belles formules toutes faites que nous retrouvons aujourd’hui un peu partout : « l’économie doit être au service de la vie et non l’inverse », « privilégions la qualité sur la quantité », « luttons pour la prééminence de l’être sur l’avoir », « substituons la ‘‘course au plus’’ par la ‘’marche vers les mieux’’ ». Cela frise l’incantation !

Le livre s’appelle Ma gauche, il aurait pu s’appeler Mon écologie. Il s’agit ici à la vérité d’un livre d’écologie politique. Morin y résume la pensée de ces prédécesseurs, à commencer par Ivan Illich, il réactualise ses idées, nous ne dirons pas qu’il en propose de nouvelles. « Il ne suffit pas d’introduire la politique dans l’écologie ; il faut aussi introduire l’écologie dans la politique ».

Lire la suite

 

2 réponses à Edgar Morin : le prophète de la gauche ?

  1. Oriane Borja dit :

    Edgar Morin est surtout un mondialiste de premier ordre.
    On retrouve sa trace dans les organisations économiques et financières internationales qui s’appuient sur les idéologies pédagogistes de ces tenants de l’homme nouveau qui se trouvent en tout point correspondre à cet esclave des temps modernes dont l’Empire raffole.

    Article paru dans “L’actualité de la formation –n°1291 – Le 12 avril 2010, par Nicolas Deguerry”

    C’est sous l’égide d’Edgar Morin que le CMEF (Comité mondial pour l’éducation et la formation tout au long de la vie – http://www.wcfel.org ) a mis en place, jeudi 8 avril, son conseil scientifique international de l’éducation et des apprentissages tout au long de la vie. L’occasion, pour le philosophe, de revenir sur ses thèses développées dans son ouvrage « Les sept savoirs nécessaires à l’éducation du futur ».

    « Pour aborder le problème de la réforme de l’éducation », explique le philosophe, « il faut d’abord réformer notre façon de connaître : les connaissances sont innombrables mais séparées, compartimentées, et entre les mains d’experts dans leur domaine clé. » Et d’ajouter : « Le défi de la connaissance, c’est le défi de la complexité », car « morcelés en petits bouts, les problèmes globaux et fondamentaux sont finalement occultés. » Que faire ? Réintroduire la question de notre « relation au monde vivant et physique », « enseigner à contextualiser en permanence » et « enseigner la compréhension humaine », ce qui suppose de disposer « d’outils pour relier ce qui est dispersé ». D’où la nécessité d’une « formation polydisciplinaire, pour ne pas dire transdisciplinaire ». Évoquant les enjeux de la démocratisation de l’enseignement, Edgar Morin invite à « faire la symbiose entre les cultures » plutôt qu’ « imposer les modèles de l’Occident : quand on parle de pays sous-développés, il ne faut pas oublier que ces pays détiennent une culture orale, des sagesses, des arts de vivre, etc. ».

    Mais attention, « le propre de l’éducation est de distribuer les connaissances sans jamais se soucier de la nature fragile des connaissances : qui nous dit que les connaissances d’aujourd’hui sont certaines ? », interroge-t-il. « Une connaissance n’est jamais une photographie ou un miroir de la réalité, mais une traduction suivie d’une reconstruction. » Avec pour conséquence un « risque permanent d’erreur et d’illusion », qui implique d’indiquer aux générations futures « les voies d’une construction pertinente ». D’où la nécessité de former un « nouveau type de formateurs », sur la base de la « collaboration » entre les différentes disciplines.

    Autre problème de la réforme de la connaissance, le fait qu’elle « déborde le champ de l’éducation ». Aussi « la réforme du contenu de l’enseignement est-elle nécessaire mais insuffisante : tout est à réformer, il y a une sorte d’art de vivre à trouver, à retrouver. Les politiques se heurtent à l’immédiat et sont à la remorque de l’économie, or les solutions quantitatives ne vont pas tout résoudre à l’heure où nous avons un problème de civilisation ». Et d’« espérer que la crise pénètre le monde de l’éducation : ce sont les insatisfaits, les déviants, qui seront les auteurs de la nécessaire révolution », conclut-il.

    Lire la présentation de “La Voie des 7 réformes” d’Edgar Morin

    Le Comité mondial s’installe à l’Exposition universelle de Shanghaï
    Le Comité mondial organise son séminaire international des apprentissages tout au long de la vie les 22 et 23 juillet prochains dans le cadre de l’Exposition universelle de Shanghaï. Installé au Pavillon de Paris Ile-de-France et au Pavillon de la France, le Comité mondial échangera autour du « devenir de la personne apprenante dans le village-planète ». Cinq sessions rythmeront les débats : Education tout au long de la vie : les enjeux / Apprentissages tout au long de la vie : quels réseaux ? / Villes et régions apprenantes / L’entreprise apprenante / L’avenir de l’éducation tout au long de la vie.
    Pour Yves Attou, président du Comité, ce sera là une nouvelle occasion d’œuvrer au « décloisonnement » cher à Edgar Morin. « Nous en sommes des militants, nous allons continuer à faire tomber les murs et à travailler avec toutes les écoles de pensée dans une démarche inclusive. » Et de conclure : « Nous sommes présents dans une soixantaine de pays, essayons de faire l’inventaire des bonnes pratiques : il y a une révolution éducative en cours mais on ne la maîtrise pas, essayons d’en être les acteurs. »
    Contact : cmefshangai@yahoo.fr

    Le tout sous la supervision de l’Ocde, grand ordinateur de la flexibilité mondiale au service du monde marchand et dont le conseiller principal en éducation est un certain Jacques Delors (ce que la gauche omet toujours de signaler).

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. saintpol dit :

    Morin …L’ art de parler pour ne rien dire ! ! ! !

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire