Hénin-Beaumont (62) : de porte en porte, Steeve Briois va pêcher les voix

Par Gaëlle Caron (Nord éclair)

Arrivé en tête au premier tour des cantonales, Steeve Briois, le candidat FN, prépare son duel face au socialiste sortant Jean-Marie Picque. Inlassablement, il sillonne les rues d’Hénin, son terrain de prédilection, et frappe aux portes, tracts à la main, en quête de nouvelles voix.

À Hénin, cela s’est encore vérifié aux dernières régionales, plus le taux de participation augmente plus le FN progresse. Alors, Steeve Briois a fait les comptes : « Si on a 6 % de votants supplémentaires, c’est jouable pour nous. » Et c’est dans son fief justement, où l’abstention a été plus forte qu’à Montigny-en-Gohelle, la ville de son adversaire socialiste Jean-Marie Picque, qu’il peut grappiller ses quelques voix précieuses… Alors depuis lundi, le candidat frontiste pratique le porte-à-porte, ce qu’il préfère en politique.

Hier après-midi, accompagné d’une militante, le conseiller municipal et secrétaire général du FN a battu la campagne rue de Verdun, où il a fait un de ses moins bons scores (30 % quand même…), et cité Declercq. L’enfant du pays, petit-fils de mineur et fils d’ouvrier, est plutôt bien accueilli. « On augmente les impôts et rien ne bouge à Hénin. Il faut vraiment que ça change », commente Angélique. Piercing au nez, la mère de famille, qui paie 1.600 € de foncier pour sa maisonnette, n’a pas besoin d’être convaincue. Son bulletin de vote est déjà prêt. Poignée de mains appuyée. Steeve Briois s’en va sonner chez le voisin. La porte s’ouvre. Il tend un tract et argumente : « Mobilisez-vous pour avoir un vrai conseiller d’opposition au département comme c’est déjà le cas à la mairie ». Son interlocuteur, un homme d’une soixantaine d’années, sourit. « Pourquoi pas essayer », dit-il.

Au coin de la rue, le candidat frontiste croise Christiane. « Bonjour Steeve, ça va ? », lui demande-t-elle spontanément. La conversation s’engage. L’élu prend des nouvelles du mari et des enfants. Il connaît la famille. Pas besoin de tract. En revanche, il en donne un à deux jeunes, qui discutent à proximité. Ludovic, 25 ans, a voté FN au premier tour. Il fera de même dimanche prochain. Tout comme son copain Jérémy, 24 ans, qui en a marre de voir « toutes ces entreprises quitter Hénin et tous ces commerces fermés en centre-ville ». « Il faut du travail et des logements ! », poursuit le jeune homme. Steeve Briois acquiesce, mais se veut prudent : « On ne pourra pas tout changer d’un coup de baguette magique, mais un siège au conseil général, ça peut réveiller les consciences. » À son rebord de fenêtre, une femme guette le candidat. « Avec elle, c’est pas gagné ! Son mari est PC, elle nous aime pas… ». L’élu FN s’avance, prêt à se faire envoyer sur les roses. Mais la dame est tout sourire. « Vous êtes le seul à dénoncer les magouilles, alors maintenant je suis avec vous. Et mon mari aussi. C’est pas pour ça qu’on va adhérer au FN, mais pour l’instant vos idées ici nous conviennent. » Steeve Briois s’en félicite. Deux voix de plus dans sa besace. Et la tournée n’est pas finie…

Source

 

4 réponses à Hénin-Beaumont (62) : de porte en porte, Steeve Briois va pêcher les voix

  1. Bidule Chose dit :

    Le FN mérite les honneurs… quand on voit les magouilleurs de l’umps qui ont des relations partout pour en profiter, qui soutiennent le communautarisme sélectif, repoussant les Français de coeur…

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. ducegabbana dit :

    Bon boulot. M Briois est excellent et mérite de gagner.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  3. Rebel dit :

    Le porte à porte est une exellente méthode de prosélytisme. Trés efficace. Bravo steeve, et bonne chance!

    Signaler un problème avec ce commentaire

  4. CHCl3 dit :

    S’il y a un élu à gagner aux cantonales, je souhaite que ce soit lui..

    Je ne suis pourtant pas du Nord, mais je tire mon chapeau à Steeve Briois et à toute cette fédération FN, qui a démontré ses capacité face au PS et m’a même permis de les suivre en vidéo différée…

    Reste à le faire au plan national, et pas qu’aux cantonales, mais je suis certain que c’est possible

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire