Marine Le Pen - Elections Europeennes 2014 - NationsPresse

Marine Le Pen lance la campagne : « Oui à la France, non à Bruxelles ! »

A Paris, à la Maison des Centraliens, Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National et du RBM, a lancé la campagne pour les élections européennes du 25 mai 2014. Elle était accompagnée des 8 candidats têtes de liste : Pour la région Nord-Ouest avec Marine Lire l'intégralité de l'article

Hors zone euro, la Grande Bretagne se redresse plus vite

Hors zone euro, la Grande-Bretagne se redresse plus vite que la France !

Revue de presse. Hors de la zone euro et parfaitement souveraine, la Grande-Bretagne se redresse après la crise financière. Grâce à la mise en place d’une politique monétaire très accommodante, le gouvernement favorise en priorité le retour de la croissance économique, l’emploi des Anglais, le développement et l’activité des entreprises, Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

A Laguiole, c’est un morceau de notre patrimoine national que brade le gouvernement !

Communiqué du Front National Au prétexte que la loi censée protéger les artisans titulaires d’une indication géographique protégée n’est pas encore appliquée, le gouvernement abandonne le village de Laguiole, fleuron de la coutellerie française, à une succession de décisions ubuesques. Après avoir été dépossédé de son nom par une première Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - France 3

Européennes / FN / BNP – Droit de réponse de Marine Le Pen au Figaro

Mise en cause dans un article titré « Rencontre avec Nigel Farage, le Britannique qui veut faire sauter l’Europe » publié en page X de votre édition du 15 avril 2014 et dans sa version numérique http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/04/14/31001-20140414ARTFIG00287-rencontre-avec-nigel-farage-le-britannique-qui-veut-faire-sauter-l-europe.php, je vous prie et au besoin … en vertu des dispositions prévues par l’article 13 Lire l'intégralité de l'article

Humiliation de la France su la scene europeenne - deficit public 2014

Objectif 3 % de déficits publics : Valls contredit Hollande !

Dans la revue de presse de ce matin diffusée sur la chaîne de l’économie, BFM Business, Laurent Mimouni relate le contorsionnisme adopté par le Premier ministre, Manuel Valls, pour essayer de s’en sortir vis-à-vis de l’Europe de Bruxelles : « Hier à Berlin raconte Le Figaro, Manuel Valls a été très clair, Lire l'intégralité de l'article

vacances - le budget des francais chute de 25 pourcent

Vacances : le budget des Français s’effondre de 25 % !

En plein marasme social dû à la politique d’austérité européenne mise en œuvre par le tandem socialiste Valls-Hollande, les Français sont obligés de réduire considérablement depuis plus de 3 ans leur budget alloué pour partir en vacances. Ils se serrent la ceinture et économisent. C’est Mondial Assistance, un assureur de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Europeennes 2014 - 25 mai 2014

Européennes 2014 – Marine Le Pen : « J’en appelle à la lucidité des Français ! »

Ce matin, Marine Le Pen, présidente du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Marine Le Pen a réagi en marge des élections européennes qui se dérouleront le 25 mai 2014 en France. « J’en appelle à la lucidité des Français !  Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Salut les terriens : Louis Aliot invité de Thierry Ardisson

Louis Aliot, vice-président du Front National chargé des manifestations et de la formation, est l’invité de Thierry Ardisson dans l’émission « Salut les terriens » sur Canal Plus. Salut les Terriens du 12/04/14 – Part. 2 Louis Aliot à partir de 7mn Partager la publication "Salut les terriens : Louis Aliot invité de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen a la Douma - crise en Ukraine

Russie : visite privée de Marine Le Pen à la Douma

En visite privée à Moscou en Fédération de Russie, Marine Le Pen, présidente du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, en a profité pour rencontrer et dialoguer avec le président de la Douma, Sergueï Narychkine, concernant la crise en Ukraine provoquée par les euromondialistes. Partager la publication "Russie : visite Lire l'intégralité de l'article

Archives mots-clefs : Bernard Accoyer

Bernard Accoyer reprend l’expression de Marine Le Pen et du FN pour désigner l’amateurisme UMPS !

Après que Jean-François Copé a repris fin août 2013 le flambeau pour défendre la « Liberté » (voir notre article NationsPresse : Dans les pas du Front National, Copé (UMP) vante à son tour la « Liberté ») défendu par le Front National et Marine Le Pen lors du 1er mai 2011, il convient d’observer que le plagiat politique des expressions ou actions entreprises par le Front National est désormais la règle à l’UMP.

Le parti en quête d’intérêt électoraliste essaie probablement de retrouver une virginité après l’obscurantisme politique de l’ère Sarkozy et ainsi de récupérer un électorat trompé par le mensonge et l’attitude déplorable de ses représentants méprisant très souvent le peuple français.

Ce matin, c’est Bernard Accoyer (UMP), ex-président de l’Assemblée nationale, qui dénonce sur Public Sénat « le symptôme d’un gouvernement malade de son amateurisme » du gouvernement de Jean-Marc Ayrault et de François Hollande !

Intéressant de constater que l’« amateurisme », expression initialement portée par Marine Le Pen et le FN depuis plusieurs années et principalement adressée au gouvernement de Nicolas Sarkozy, vient désormais décrire l’exercice de celui qui lui a succédé à l’Élysée et qui fait la même politique que son prédécesseur.

Les Français sont de plus en plus nombreux à rejoindre le Front National et le Rassemblement Bleu Marine, car ils dénoncent ouvertement l’amateurisme UMPS (UMP-PS).

source de la vidéo : France TV info

Pour Bernard Accoyer, Marine Le Pen doit avoir ses signatures et Hervé Morin appelle les maires à signer pour Marine Le Pen

Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée nationale, a déclaré durant ses vœux à la presse, le mercredi 11 janvier, qu’il « jugeait indispensable la présence de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ». Il a ajouté que « ce serait un problème majeur si un parti politique, qui représente une part significative de l’opinion publique française, de l’opinion politique française, de l’expression française, ne pouvait pas être représenté ».


Hervé Morin appelle lui aussi, selon Le Nouvel Obs, les maires à « soutenir » la candidature de Marine Le Pen, si lui n’obtient pas les signatures nécessaires. Le chef de file du Nouveau centre estime lui aussi que ce « serait un scandale démocratique total » si celle qui représente plus de 20 % d’intentions de vote dans les sondages ne pouvait pas participer à l’élection présidentielle.

Marine Le Pen devrait donc pouvoir compter sur les signatures de MM. Morin et Accoyer, s’ils sont sincères !

Sondages de l’Elysée : pas de commission d’enquête ?

images-3La commission d’enquête parlementaire sur les sondages payés par l’Elysée ne devrait pas voir le jour, sauf si l’organe exécutif de l’Assemblée et son président Bernard Accoyer (UMP) décident d’aller contre la volonté de l’exécutif et de l’UMP. Ce qui serait plutôt rare et courageux… donc.

En effet, hier la commission des Lois, chargée de se prononcer sur « l’opportunité » de la requête socialiste, l’a déclarée « irrecevable » parce que « non constitutionnelle ».

Composée à majorité de députés UMP, elle a invoqué le principe de la séparation des pouvoirs ainsi que l’article 67 de la Constitution sur l’irresponsabilité pénale du président de la République durant son mandat.

« C’est une décision politique grossière, qui n’est basée juridiquement sur rien. Ce sont des artifices. », a protesté Delphine Batho. « Et pourquoi la commission invoque-t-elle l’irresponsabilité pénale du chef de l’Etat ? C’est comme admettre que la commission d’enquête pourrait constater des délits de nature pénale… » s’interroge-t-elle.

Silencieux sur le fond, M. Accoyer s’est contenté mardi de convoquer « dans les prochains jours » le bureau (organe exécutif à majorité UMP) de l’Assemblée, qu’il préside et qui devra statuer.

« Ce serait assez étonnant de voir Accoyer dans le rôle de l’hyper-président d’un hyper-Parlement contre le “micro-président” d’un “micro-groupe” », a ironisé le villepiniste François Goulard, jugeant impossible que le président de l’Assemblée se démarque de l’Elysée et de M. Copé.

La polémique sur les sondages payés par l’Elysée est née en juillet avec la publication par la Cour des comptes d’un rapport épinglant les pratiques de la présidence en la matière.

Bernard Accoyer révèle le coût financier du Congrès et annonce le remaniement ministériel

Bernard Accoyer

Bernard Accoyer

Bernard Accoyer, Président de l’Assemblée Nationale, qui présidera ce lundi après-midi le Congrès qui se réunit à Versailles, a confirmé ce matin sur l’antenne de France Info que le coût approximatif de ce Congrès était bien, comme annoncé ici ou là, de 400.000 euros.

« C’est le coût d’une démocratie qui fonctionne normalement. Il y a nécessairement des procédures qui rythment la vie de cette démocratie (…) Nous avons réfléchi à tout ce qui permettait d’atténuer le coût, et celui-ci est bien inférieur à ce qu’il pourrait être » a-t-il justifié.

Bernard Accoyer a cependant précisé que « les élus régleront eux mêmes leurs déjeuners ». Ouf, on respire…

Quant au remaniement ministériel, « on peut imaginer qu’il sera en place dans les deux jours qui viennent », a-t-il conclu.

Jean-Marie Le Pen ne se rendra pas au Congrès à Versailles

300px-le_pen_le_25_mai_20051Le président du Front National (FN) Jean-Marie Le Pen a annoncé vendredi qu’il déclinait l’invitation du président de l’Assemblée Bernard Accoyer pour venir écouter lundi Nicolas Sarkozy devant les parlementaires réunis en Congrès à Versailles.

Le Président de l’Assemblée Nationale, Bernard Accoyer, a convié les anciens présidents de la République, les ex-Premiers ministres et les 72 eurodéputés français élus le 7 juin à participer au Congrès du Parlement à Versailles.

M. Le Pen ayant été réélu député européen le 7 juin, il donc été invité mais il a refusé de se rendre à ce Congrès qui ne sera autre qu’une grande conférence de presse de Sarkozy.

« J’ai décliné l’invitation que m’avait faite, très courtoisement, le président (de l’Assemblée nationale, Bernard) Accoyer d’assister à cette séance du Congrès », a déclaré M. Le Pen au site internet du FN dans son journal de bord.

« C’est dans la ligne de la prise de distance que je souhaite à l’égard des autorités politiques du pays. J’estime qu’elles ne font pas respecter les règles les plus élémentaires de la démocratie », a-t-il ajouté.

Bien vu Monsieur Le Pen !

En attendant, tous vos amis et tous ceux qui, comme nous, vous aiment, vous souhaitent un très  bon anniversaire Monsieur le Président.

Que Dieu vous garde.

Chine/France : le périple chinois de Bernard Accoyer vise à renforcer les relations parlementaires

Bernard Accoyer, député-maire UMP d'Annecy-le-Vieux et président de l'Assemblée nationale

Bernard Accoyer, député-maire UMP d'Annecy-le-Vieux et président de l'Assemblée nationale

Député-maire UMP d’Annecy-le-Vieux (Haute-Savoie) et président de l’Assemblée nationale, le Docteur Bernard Accoyer doit séjourner en Chine du 19 au 26 avril 2009. Vendredi 17 avril, Bernard Accoyer a accordé un entretien exclusif à l’agence de presse Chine Nouvelle (Xinhua) dans lequel il a plaidé avec vigueur pour un renforcement des relations bilatérales dans de multiples domaines. La consolidation des relations parlementaires constitue un objectif majeur pour Bernard Accoyer et son homologue chinois Wu Bangguo. Il s’agit également d’un événement historique puisque c’est la première visite officielle d’un président du Palais Bourbon en Chine depuis 1982.

Chine-France : vers un réchauffement diplomatique et économique ?

Afin de se soustraire de la tutelle nord-américaine, le général Charles de Gaulle décida d’ouvrir une troisième voie en matière de politique étrangère ce qui devait consacrer l’indépendance réelle de la France face à Moscou et Washington. Outre sa « politique arabe » et sa méfiance viscérale à l’égard d’Israël, Charles de Gaulle fut le premier chef d’État français à reconnaitre officiellement la Chine le 27 janvier 1964. Cette reconnaissance diplomatique, qui se traduisit ultérieurement par la nomination de deux ambassadeurs et la mise en place progressive de structures d’échange, coïncidait avec les prémices de la « Révolution Culturelle » maoïste (1966-1976) caractérisée par un véritable génocide physique et culturel. À l’époque, on pouvait interpréter ce geste hautement politique comme une volonté de ne pas dénoncer le communisme et ses crimes monstrueux.

Accoyer propose « un grand emprunt d’Etat » et « une amnistie fiscale » pour sortir de la crise

 Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer

Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer

Le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer propose, dans un entretien à paraître vendredi dans Les Echos, de lancer « un grand emprunt d’Etat » et « une amnistie fiscale » pour sortir de la crise bancaire et financière.

« Pourquoi ne pas réfléchir au lancement d’un grand emprunt d’Etat, pour être en mesure de donner au secteur bancaire les moyens de financer notre économie ? » propose M. Accoyer.

Rentrée parlementaire

Le projet de loi sur le Grenelle de l’environnement lancera, à partir du 7 octobre, la session parlementaire 2008-2009, selon le ministre de l’Ecologie, Jean-Louis Borloo. Le début de cette session sera marqué par l’examen traditionnel des projets de budget 2009 et de financement de la Sécu.

Le texte sera d’abord débattu par l’Assemblée nationale, a précisé mardi devant la presse le secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi. Il a précisé que la discussion devait durer 2 à 3 semaines, jusqu’au début de l’examen du budget 2009, à partir du 20 octobre.

Le projet de loi sur l’audiovisuel sera également, « s’il est prêt », inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée cet automne, a indiqué M. Karoutchi. Selon le ministre, le Sénat débutera ses travaux en séance plénière, avec en octobre, le projet de loi pénitentiaire de Rachida Dati (Justice) et le projet de loi sur le logement de Christine Boutin (Logement), présenté le 28 juillet en conseil des ministres. Viendront ensuite, avant Noël, un projet de loi sur l’Outre-mer, un autre sur la sécurité intérieure et un dernier sur la santé.

Mais députés et sénateurs devraient reprendre, avant le 1er octobre, date officielle d’ouverture de la nouvelle session, le chemin de leurs palais respectifs.

Le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, réunira début septembre le groupe de travail interpartite sur la réforme du règlement de l’Assemblée nationale nécessaire après la révision constitutionnelle.

Huit lois organiques doivent par ailleurs être votées pour mettre en œuvre la plupart des nouvelles dispositions de la Constitution, le gouvernement ayant annoncé une application de l’ensemble du dispositif au 1er mars.

Le travail des commissions de l’Assemblée reprendra en septembre, avec notamment une audition de l’ancien homme d’affaires Bernard Tapie par la commission des Finances, dans le cadre de l’affaire Tapie/Adidas/CDR.

Les sénateurs rentreront eux aussi en septembre : après le renouvellement d’un tiers du Sénat (114 sièges), le 21 septembre, ils éliront leur nouveau président le 1er octobre au terme d’une bataille qui s’annonce acharnée entre les deux principaux prétendants, Jean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher.

Source : AFP, le 24 juillet 2008

Réforme des institutions : menaces, cadeaux… tous les moyens sont bons !

Nicolas Sarkozy et l’UMP manient la carotte et le bâton pour faire passer la réforme des institutions. Une députée MPF de Vendée raconte comment le président de l’Assemblée Nationale a essayé de l’« acheter ».

Ca se passe comme ça chez les « démocrates »…

Congrès à Versailles : Issue incertaine…

Les 577 députés et les 330 sénateurs se réunissent ce lundi après-midi au château de Versailles pour se prononcer sur la réforme des institutions, lors d’un Congrès au résultat toujours indécis même si, à droite comme à gauche, on donne désormais un léger avantage au « oui ».

A l’initiative de la réforme, le président Nicolas Sarkozy devrait apprendre, vers 19H15, le verdict depuis l’avion qui le ramènera de son déplacement en Irlande.

Pour être adoptée, la révision constitutionnelle, la 24ème depuis 1958, doit être approuvée par les 3/5èmes des suffrages exprimés, seuls étant décomptés les votes pour et contre (et donc pas les abstentions).

D’aucuns misent sur une adoption du texte à 3 ou 4 voix près, d’autres redoutent -ou espèrent !- le même scénario… mais en sens inverse.

Institutions : Accoyer pour un geste vers la gauche

« Ouvert » sur les institutions, Bernard Accoyer refuse, en revanche, la remise en cause de la durée légale du travail.

Au « Grand Jury » RTL-Le Figaro-LCI, le président de l’Assemblée a proposé de « prendre en compte une partie » du temps de parole du président de la République.

Pour sauver la révision constitutionnelle, le « soldat » Accoyer est prêt à tout, y compris à braver les consignes présidentielles. Le président de l’Assemblée nationale va proposer au CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) de « prendre en compte une partie » des interventions du président de la République dans les médias et d’offrir « une compensation » en termes de temps de parole « à la majorité et à l’opposition ».

Lire la suite de l’article ici : Le Figaro