Louis Aliot

Louis Aliot : « Cazeneuve cherche à redorer le blason du gouvernement socialiste auprès des musulmans »

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front national, commente la « réforme du culte musulman » annoncée par le ministre de l’Intérieur, le socialiste Bernard Cazeneuve. Au micro de Frédéric Rivière, il s’exprime également sur les élections départementales de mars prochain. « Ce qu’il faut surtout c’est couper l’islam Lire l'intégralité de l'article

Louis-Aliot-France Culture europeennes-2014

La victoire de SYRIZA en Grèce : la politique du moindre mal

Par Louis Aliot, vice-président du Front national, député français au Parlement européen, pour Boulevard Voltaire Le Front national s’est félicité de la victoire du parti SYRIZA lors des élections législatives du 25 janvier. Ce soutien a suscité de nombreuses analyses malveillantes dans les grands médias. Les adversaires du FN en Lire l'intégralité de l'article

l-apartheid selon valls - tu mets quelques blancs white blancos

L’ « Apartheid » selon Manuel Valls

Selon Manuel Valls, le Première ministre socialiste de Normal 1er, il y aurait un « apartheid » en France… Un « Apartheid » que semble avoir expérimenté dans sa bonne ville d’Evry, l’inénarrable chef du gouvernement pour qui la Valls de l’insécurité et du grand n’importe quoi n’a plus de secret. « Belle image Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - Vice-President du FN - Front National - France NationsPresse Info

Louis Aliot : « Il y a un jeu entre le grand banditisme et l’islam radical »

Louis Aliot, vice-président du Front national, était de l’invité de LCI. Il a commenté l’actualité du moment, dont les conséquences de la vague d’attentats islamistes qui vient de frapper notre pays, les problèmes liés à l’immigration, à l’islamisme, au communautarisme. « Il y a une faille de l’Europe telle que nous Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Le commaunautarisme est le terreau de la montée du fondamentalisme islamiste »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de Patrick Cohen sur France Inter. Elle a commenté les événements qui ont suivi la vague d’attentats islamo-terroristes qui ont frappé la France. Elle a dénoncé l’incapacité de l’UMPS a faire face à ces événements et a rappelé le lien évident Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « Ce sursaut a tout d’abord été celui du peuple français »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était invitée d’Europe 1. Elle a dû faire face au provocateur professionnel à carte de presse Jean-Pierre Elkabbach dans le contexte d’attaques terroristes qui ont secoué notre pays. Un Elkabbach très en forme : désinformateur, menteur et manipulateur, qui semble se féliciter de Lire l'intégralité de l'article

Archives mots-clefs : mur des cons

«Mur des cons» : la présidente du Syndicat de la magistrature déboutée

La présidente du Syndicat de la magistrature (SM, extrême gauche, ndlr), Françoise Martres, n’a pas réussi à stopper l’instruction menée sur son fameux «mur des cons». Elle avait demandé l’annulation de cette procédure.

«Plus rien n’empêche désormais que la procédure aille à son terme et que la responsable, en tant qu’éditrice, se retrouve en audience correctionnelle», indique Le Figaro. Françoise Martres se défendait en soulignant qu’elle n’avait pas voulu donner un caractère public à cet affichage.

L’hebdomadaire Valeurs Actuelles avait révélé en mars dernier que la présidente du Syndicat de la magistrature (classé à gauche) avait été mise en examen le 17 février à la suite de douze plaintes de personnalités mécontentes d’avoir été épinglées sur ce fameux panneau, détruit depuis. Le scandale avait éclaté le 24 avril 2013 quand le site Atlantico avait diffusé des images filmées dans le local syndical du Syndicat de la magistrature montrant plusieurs dizaines de photos de personnalités regroupées sous le titre «mur des cons».

Lire la suite sur leparisien.fr

Le mur de la honte

Wallerand de Saint JustCommuniqué de Wallerand de Saint-Just, avocat de Jean-Marie Le Pen et de Marine Le Pen

J’ai souvent demandé la récusation de magistrats quand je possédais la preuve qu’ils appartenaient au Syndicat de la magistrature, alors que cette appartenance est quasi secrète. La Cour de cassation a toujours répondu que le fait d’appartenir à ce syndicat ne suffisait pas, qu’il fallait la démonstration de manifestations hostiles du magistrat, en plus de celles de son syndicat (pourtant significatives…). Cette thèse ne peut plus tenir. Le scandale du « mur des cons » le démontre.

Toutefois, la surprise d’un certain nombre de responsables politiques est étonnante. Depuis la création de ce syndicat, on sait que ceux qui y appartiennent ne sont pas des magistrats mais des militants politiques particulièrement sectaires. Au surplus, lorsque l’on constate que, pour les magistrats membres du Syndicat de la magistrature, le sigle « Front National » est utilisé comme un signe d’infamie, on ne peut être que révolté.

En tout cas, les magistrats qui appartiennent à ce syndicat doivent le faire officiellement savoir et ils doivent s’interdire de siéger dans toutes les affaires qui peuvent intéresser ceux qu’ils appellent les cons… Et, il est vrai, que la question de la dissolution de ce syndicat se pose véritablement.