Archives par auteur : Hugues Portal

Marine Le Pen : l’Union Bancaire, c’est vider les comptes des clients pour sauver les banques

-front-national-fn-marine-le-pen-1

Au Parlement européen, le 24 juin 2015, Marine Le Pen a dénoncé l’Union Bancaire, qui vider les comptes de ses clients pour sauver les banques. Et cela dans un contexte de faillite de la Grèce soumise à l’eurodictature.

Euromondialisme : l’afflux massif d’immigrés inquiète Budapest

FN_explosion-immigration

La crise de l’invasion d’immigrés extra-européens dans l’Union européenne est devenue plus aigüe mercredi, avec les réticences de la Hongrie à appliquer un règlement de l’UE sur l’asile, alors que l’afflux de dizaines de milliers d’immigrés inquiète certains gouvernements.

« La barque est pleine », avait lancé mardi Zoltan Kovacs, le porte-parole du gouvernement hongrois, en annonçant que son pays suspendait sine die le texte dit « Dublin III », l’une des pierres angulaires de la politique commune envers les immigrés.

Il y a une semaine, le dirigeant conservateur hongrois Viktor Orban avait déjà annoncé qu’une clôture de 175 km de long serait érigée à la frontière serbo-hongroise.

C’est l’un des trois itinéraires privilégiés par les personnes qui fuient la guerre, avec la Méditerranée centrale en Italie et la Méditerranée de l’est en Grèce.

Chacun de ces parcours voit passer un tiers environ de ces immigrés arrivant d’Irak, de Syrie, d’Afghanistan et de plusieurs pays africains en proie à la violence. Mais selon le dernier bilan établi mardi par Frontex, c’est bien la route des Balkans qui connaît la plus forte augmentation depuis le début de l’année. Entre janvier et mai, plus de 50.000 immigrés y ont été repérés, soit une hausse vertigineuse de 880% par rapport à 2014.

Source : lepoint.fr

Pour une gestion plus efficace de l’aide au développement

Marion Marechal Le Pen - Assemblee nationale

Question à l’Assemblée nationale : Marion Maréchal – Le Pen interroge M. le ministre des Affaires étrangères et du Développement international sur la politique d’aide au développement destinée à l’Afrique francophone

L’ambitieuse politique d’aide au développement (APD) dont s’est dotée la France a connu des évolutions ces dernières années qui ont impacté sur son leadership. Publié en avril, un rapport parlementaire portant sur la stabilité et le développement de l’Afrique francophone fait état d’une gestion illisible de l’aide publique française qui ne peut répondre aux objectifs fixés le 31 juillet 2013 par le Comité interministériel de la coopération internationale et du développement. En effet, il est constaté que seuls quatre Etats faisant partie de la liste des seize pays pauvres prioritaires d’Afrique subsaharienne sont présents parmi les vingt premiers récipiendaires de l’aide bilatérale. Ainsi, la majorité des Etats aidés sont des pays à revenu intermédiaire (PRI) à l’instar de la Chine, du Brésil ou de la Turquie, cette dernière ayant bénéficié d’un versement de 45 millions d’euros en 2013 par l’agence française du développement (AFD) dans le cadre de travaux de prolongement d’une ligne de métro à Istanbul.

La distorsion avec les enjeux géographiques français est aggravée par l’engagement progressif de notre pays vers le canal multilatéral (qui finance l’aide communautaire, les fonds et banques mondiaux) au détriment de l’aide bilatérale, cette dernière étant un outil souple et réactif permettant de conserver une visibilité de l’effort français, gage d’influence dans la sphère francophone et au sein des organes internationaux. Une telle réorientation ne permet pas à la France d’utiliser avec efficacité ses aides en matière de santé et d’éducation. Or, l’adaptation des aides sanitaires aux causes de mortalité contribuerait à la nécessaire transition démographique de l’Afrique francophone. Par ailleurs, une rationalisation de nos aides pour l’éducation de base contiendrait l’extension d’un « soft power wahhabite » s’infiltrant dans les sociétés musulmanes francophones via la culture et l’éducation.

C’est pourquoi elle sollicite le gouvernement afin de concentrer l’aide pour le développement sur le canal bilatéral. Par ailleurs, elle demande si l’Afrique francophone, épicentre des enjeux sanitaires, migratoires et culturels, ne devrait pas concentrer les efforts de l’APD en excluant les pays non francophones et à revenu intermédiaire. Elle souhaite savoir quels moyens sont apportés par l’Etat aux entreprises françaises qui contribuent à l’essor du marché de l’Afrique subsaharienne.

Valls dans les pas de Sarkozy : organiser le communautarisme plutôt que combattre l’islamisme

FN péril islamiste

Communiqué du Front national

Dans les pas boueux de Nicolas Sarkozy le gouvernement de Manuel Valls s’attelle à l’édification d’un « islam de France » voué à l’échec.

150 personnes choisies par les préfets auront ainsi pour mission d’organiser le culte musulman en France, s’ajoutant au CFCM dans un ensemble de plus en plus chaotique et brumeux.

Mais ces nominations n’ont aucun sens : l’on n’impose pas de l’extérieur des représentants religieux que les fidèles ne reconnaissent pas. Si l’islam, notamment l’Islam sunnite, se caractérise par l’absence de clergé, ce n’est pas à l’Etat de lui en fournir un, avec cette arrière-pensée électoraliste que chacun aura perçue.

L’Etat n’est pas là pour organiser le communautarisme, selon la détestable jurisprudence Sarkozy, mais pour faire appliquer la loi, et notamment la laïcité qui rappelle que l’Etat ne reconnaît ni ne salarie aucun culte. Le gouvernement Valls, comme avant lui Nicolas Sarkozy, sort donc de son rôle.

En outre, il est absolument sidérant que sur les quatre groupes de travail thématiques mis sur pied, aucun ne porte sur les stratégies à mettre en œuvre pour lutter contre l’islamisme radical. Au lieu de cela, ces groupes se penchent sur les moyens de contourner la loi de 1905 : comment favoriser « la construction des lieux de culte », ou comment développer les « pratiques rituelles », notamment le halal.

Plutôt que ces grands-messes, le Front National demande un plan d’urgence de lutte contre l’islamisme.

Quatorze islamistes de Forsane Alizza jugés pour terrorisme

_djihad-cazeneuve

Du point de vue de son fondateur, Mohamed Achamlane, le site Internet Forsane Alizza avait pour seule mission de « lutter contre l’islamophobie ». Pour les services d’enquête, cette plateforme dédiée à la « défense des musulmans » était en réalité un groupuscule prônant le jihad armé. Une lecture dévoyée du jihad défensif, adossée à une vision paranoïaque du monde, qui conduira son leader à écrire dans une ode à Mohamed Merah que ce dernier avait tué en « état de légitime défense ».

Trois ans après leur interpellation, quatorze membres de Forsane Alizza, dont l’« émir » Mohamed Achamlane, sont jugés du lundi 8 au mardi 23 juin pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes terroristes ». Le quinzième mis en examen, mineur au moment des faits, sera renvoyé devant un tribunal pour enfants.

Ce procès se tient dans un contexte particulier, cinq mois après les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hypercacher de la porte de Vincennes, les 7 et 9 janvier 2015. Deux cibles évoquées quelques années plus tôt, de façon plus ou moins précise, par Mohamed Achamlane.

Lire la suite sur lemonde.fr

Quand l’Armée fait recalculer à la main la solde de ses soldats !

armée

Conséquence des bugs de son logiciel de paie Louvois, la Défense va tenter de récupérer cette année 82 millions de trop versés aux militaires. Pour éviter les nouvelles erreurs, l’Armée de terre fait recalculer à la main la solde de ses soldats !

En 2017, le ministère de la Défense disposera d’un nouveau système de paie qui doit remplacer le calamiteux logiciel Louvois, après trois ans de couacs et près de 500 millions d’euros d’investissements publics. Mais en attendant, l’Armée doit faire avec.

Voici peu, devant la commission de la Défense du Sénat, le général Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’Armée de terre, a avoué que pour éviter les erreurs dans le montant des soldes, « un double comptage est réalisé à la main (…) en particulier au delà de 10.000 euros par mois, somme tout à fait anormale pour un militaire ».

Il a aussi confié que des officiers devaient parfois accompagner certains de leurs hommes au centre des impôts pour expliquer au fisc que leurs revenus réels n’étaient pas ceux inscrits sur leur feuille d’impôt à cause de Louvois…

Lire la suite sur BFM Business

L’ex-présidente du Syndicat de la magistrature bientôt nommée à la direction de l’ENM

Taubira té moi

Christiane Taubira s’apprête à nommer l’ex-présidente du très à gauche Syndicat de la magistrature, Emmanuelle Perreux, au poste de directrice adjointe de l’École nationale de la magistrature (ENM), chargée, notamment, du recrutement et de la formation des magistrats.

Un choix qui, en interne, provoque de vives tensions. Le Syndicat de la magistrature avait notamment déclenché la polémique, en 2013, après la révélation de son “mur des cons” apposé dans son siège, sur lequel figurait une trentaine de personnalités étiquetées à droite. Parmi elles : les UMP Brice Hortefeux, Michèle Alliot-Marie, Thierry Mariani, Robert Ménard, le magistrat Philippe Courroye, le criminologue Alain Bauer, mais aussi le général (2S) Philippe Schmitt dont la fille Anne-Lorraine avait été assassinée par un récidiviste après une tentative de viol en 2007 et qui avait créé l’Institut pour la justice.

Lire la suite sur valeursactuelles.com

Pour sauver l’euro, Macron défend la fuite en avant fédérale, antidémocratique et coûteuse!

Front National flamme

Communiqué du Front national

Emmanuel Macron avoue dans Le JDD aujourd’hui la réalité du projet de la Caste qui contrôle la zone euro : une fuite en avant perverse, par un budget commun, une dette commune, et même un parlement commun !

Cette fuite en avant fédéraliste est perverse parce que ses conséquences automatiques ne sont jamais exposées aux Français : encore moins de souveraineté et donc de démocratie dans nos nations, et des transferts massifs et obligatoires d’argent de pays comme la France vers les pays du Sud et de l’Est de l’Europe. Ces transferts financiers pourraient représenter plusieurs points de PIB chaque année, soit l’équivalent de dizaines de milliards d’euros payés par le contribuables français pour financer les lubies européistes du Système RPS.

Emmanuel Macron avoue que l’euro est une monnaie religieuse. Normalement la monnaie est mise au service de l’économie ; ici il nous est proposé l’inverse : mettre l’économie et tout un continent au service d’une monnaie, qui ne fonctionne pas mais qu’il faut sauver à tout prix dans un acte de foi malsain.

Marine Le Pen s’opposera de toutes ses forces à cette Europe fédérale antinationale et des transferts financiers massifs. Les fuites en avant idéologiques finissent toujours en catastrophes comme l’Histoire nous l’enseigne. Elle défend l’idée d’une coopération fructueuse entre des nations libres, souveraines et prospères, maîtrisant leur budget, leur monnaie et leurs frontières.

Université de printemps de Fils de France : l’UMP Hervé Mariton invité au côté d’un imam prônant le jihad

ump islam

Comme en 2013 et en 2014, cette année encore se tiendra l’Université de Printemps de Fils de France, les 13 et 14 juin. Sont entre autres invités des personnalités engagées au sein de La manif pour tous (LMPT) et Hervé Mariton, le très sarkozyste député de la Drôme, chargé de rédiger le programme de sa formation politique, et géopolitiquement proche des néocons US (qui soutiennent le jihad américano-compatible en Syrie).

Fils de France recevra, le député UMP Hervé Mariton aux cotés d’Hassan Iquioussen, un imam fondateur des Jeunes musulmans de France (JMF). Il y avait autrefois des « Jeunes musulmans » en Bosnie, liés à la confrérie d’Hassan al-Bana (Frères musulmans), les Mladi muslimani (Jeunes musulmans) de Bosnie dirigés par l’islamiste Alija Izetbegovic sous l’occupation allemande et qui avaient largement contribué au recrutement pour la division musulmane de la Waffen-SS « Handschar » (1943-1944). D’ailleurs Fils de France est très proche de l’imam Tareq Oubrou qui participa au soutien « humanitaire » des islamistes en Bosnie dans les années 1990. Mais on n’ose croire que les JMF aient un quelconque lien avec les Mladi muslimani…

« Nous ne sommes ni marocains ni algériens, nous sommes des musulmans […] C’est ça notre identité, c’est ça notre nationalité, c’est ça notre être, c’est ça le plus important. Tout le reste est secondaire ». Conférence de Hassan Iquioussen sur l’engagement en islam, à Saint-Louis de La Réunion le 14 janvier 2013.

Deux chefs jihadistes abattus par l’armée française au Mali

mali_ansar-dine

Le ministère de la Défense vient d’annoncer la mort de quatre « terroristes » dont deux des principaux chefs d’Al-qaida au Maghreb islamique (AQMI) et d’Ansar Dine, tués par l’armée française dans le nord du Mali. Un des chefs abattu, « Abdelkrim le Touareg », est lié à l’enlèvement et au meurtre des journalistes de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon à Kidal, en 2013.

L’opération des forces spéciales a été menée dans la nuit du 17 au 18 mai, selon le ministère. « Quatre terroristes ont été tués au cours des combats », indique la Défense française dans un communiqué. « Parmi eux figurent Amada Ag Hama alias ‘Abdelkrim le Touareg’ et Ibrahim Ag Inawalen alias ‘Bana’, deux des principaux chefs d’Aqmi et d’Ansar Eddine ».

Lire la suite sur lefigaro.fr

Selon un communiqué diffusé par la DICOD, « dans la nuit du 17 au 18 mai, les forces spéciales françaises ont conduit une opération dans le Nord du Mali. Quatre terroristes ont été tués au cours des combats. Parmi eux figurent Amada Ag Hama alias « Abdelkrim le Touareg » et Ibrahim Ag Inawalen alias « Bana », deux des principaux chefs d’AQMI et d’Ansar Eddine.
Ces deux groupes sont responsables de nombreuses attaques terroristes contre les forces internationales, ainsi que d’exactions répétées à l’encontre des populations maliennes. »

« Cette opération, après celle ayant mis hors de combat Ahmed El Tilemsi, haut responsable du Mujao, porte un nouveau coup dur aux groupes armés terroristes sahéliens », conclut le communiqué.

Abdelkrim le Touareg avait revendiqué au nom de son organisation l’enlèvement et l’assassinat des reporters de RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon, le 2 novembre 2013.

Source

Quotas de migrants voulus par l’UE : derrière leur agitation médiatique, Valls et Sarkozy soumis à la politique d’immigration massive

Marine Le Pen

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

Face à la demande de l’Union européenne d’instauration de « quotas » de migrants dans chaque pays membre, MM. Valls comme Sarkozy ont voulu donner le sentiment d’être en désaccord, pour des raisons médiatiques et électoralistes. En réalité, le fond de leur politique est plus immigrationniste que jamais : en étant intégralement soumis à l’Union européenne comme l’UMP et le PS le sont, ils ne peuvent que s’aplatir devant les ordres venus de Bruxelles.

Manuel Valls reste dans le flou, évoquant une répartition plus équitable des étrangers qui déferlent sur les côtes de l’Europe, et donc un nouvel alourdissement de la charge migratoire qui pèse déjà de tout son poids sur la France.

Nicolas Sarkozy pour sa part répète sa volonté d’un « Schengen 2″, c’est-à-dire se soumettre demain encore davantage à la politique du zéro-frontière et de l’immigration massive. Rester dans cette logique de l’Union européenne comme le demandent MM. Valls et Sarkozy, c’est en effet accepter une politique nécessairement immigrationniste, car l’immigration est dans l’ADN de l’Union européenne comme le rappelait récemment le commissaire européen Carlos Moedas selon lequel « l’immigration est essentielle à la croissance » et que nous devons par conséquent « ouvrir nos portes ».

En acceptant, en soutenant, en votant pour ce système européen, Valls comme Sarkozy, le PS comme l’UMP, sont complices de l’immigration anarchique, peu importe leurs discours devant les caméras de télévision. Seuls leurs bilans, accablants, valent quelque chose en la matière.

Marine Le Pen refuse catégoriquement toute idée de quotas de migrants et demande aux autorités françaises d’agir maintenant en toute urgence pour faire face à la déferlante migratoire : restauration immédiate de nos frontières nationales, reconduite systématique des bateaux de migrants vers les ports d’origine, gel de la politique de l’asile totalement encombrée, suppression des aides sociales destinées aux demandeurs d’asile et aux clandestins pour les dissuader de venir, reconduite à la frontière des clandestins déjà arrivés en France.

On rappellera enfin la responsabilité écrasante de Nicolas Sarkozy dans les drames actuels, en raison de l’intervention militaire qu’il a menée en 2011 en Libye au bénéfice des jihadistes et des passeurs qui profitent aujourd’hui du chaos sur place pour organiser l’immigration vers l’Europe et la France. Cette faute éternelle en Libye devrait pousser Nicolas Sarkozy à bien plus de modestie et l’inciter à une cure de silence.

Des factures du mariage de Jean-François Copé auraient été réglées par des prestataires de Bygmalion

copé baille

Des factures du mariage de l’ancien secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, ont été payées par des prestataires de Bygmalion, affirme jeudi 7 mai L’Obs. Les enquêteurs chargés du dossier des fausses factures lors de la campagne de Nicolas Sarkozy pour l’élection présidentielle de 2012 ont découvert ces documents chez l’entreprise prestataire, selon l’hebdomadaire.

Ces prestations pour le mariage de M. Copé représenteraient quelques milliers d’euros. Elles comprennent la réalisation d’une vidéo, la commande d’une arche et d’un rideau. Certaines n’auraient jamais été réglées aux fournisseurs. Elles auraient été coordonnées par Event & Cie, la filiale de Bygmalion qui a organisé tous les meetings de la campagne de 2012.

Lire la suite sur lemonde.fr

Équipements militaires : la priorité étrangère UMPS contre la priorité nationale du FN

Bernard Monot

Communiqué de Bernard Monot, député français au Parlement européen, stratégiste économique du Front national

La presse a annoncé hier que l’armée française aurait choisi, pour renouveler ses véhicules légers tout-terrain, un fournisseur américain contre les projets concurrents de Citroën ou Renault.

Il s’agirait d’une première tranche de 1.000 véhicules, mais le marché total avoisine les 5.000.

Une fois de plus, la logique d’un mondialisme sauvage défendu par l’UMPS l’emporte sur celle du bon sens patriotes qui voudrait que les marchés publics français privilégient d’abord l’industrie nationale.

Il ne faut donc pas que le gouvernement s’étonne que notre croissance économique et la création d’emplois restent atones.

Les États-Unis sont eux, en retour, bien plus protectionnistes, comme le montra en 2011 le marché des avions ravitailleurs, qui a finalement échappé à Airbus.

Le FN dénonce ces pratiques qui préfigurent le futur traité transatlantique USA/UE, qui se négocie en coulisses actuellement et sera ratifié d’ici fin 2015 dans les États-membres. Il ne fera que renforcer cette ouverture absurde et économiquement suicidaire alors même qu’il faudrait justement produire et acheter français.

Plus de 100 jeunes islamistes « français » tués au jihad

_djihad-cazeneuve

Les tout derniers morts sont deux adolescents de 12 et 14 ans, partis il y a deux ans avec leur mère. 1.600 personnes environ sont impliquées dans les filières jihadistes françaises [note NPInfo : chiffres officiels dont minimisés].

Le jihad est un voyage sans retour. La barre des 100 morts parmi les islamistes partis de France pour mener le jihad en Syrie et en Irak a été franchie, selon un décompte des services antiterroristes français. Parmi les derniers décès sur les 104 désormais identifiés figure celui de deux adolescents de 12 et 14 ans qui étaient partis il y a deux ans avec leur mère, une femme radicalisée originaire de la région de Toulouse, a précisé la source sans plus de détails sur leur identité.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Scandale de l’INA : Agnès Saal n’a pas vraiment démissionné

gauche caviar

La présidente de l’INA, Agnès Saal, a présenté sa démission ce mardi après la révélation d’une facture colossale de taxi mais conserve son statut de fonctionnaire. Pour Eric Verhaeghe, cette affaire souligne l’impunité de la haute administration.

Après les révélations sur ses frais de taxi, Agnès Saal a jeté l’éponge. Elle quitte ses fonctions de l’Institut national de l’audiovisuel (INA). On en sort un peu frustré d’ailleurs, parce que la décision qu’elle a prise d’abandonner son poste nous prive peut-être d’autres révélations sur ses turpitudes.

Agnès Saal appartient à cette classe de petits marquis de gauche qui ont fait ou font carrière en se politisant et en rendant des services aux élus dans le sillage de qui ils s’inscrivent.

Lire la suite sur lefigaro.fr