Archives par auteur : Hugues Portal

Grippe aviaire : nos éleveurs d’oies et de canards en péril. Le Front national interpelle le ministre de l’Agriculture

Louis_aliot fn europarlement

Communiqué de Louis Aliot, député français (Front national) au Parlement européen

Suite à l’épidémie de grippe aviaire qui sévit dans notre région, le gouvernement vient d’annoncer le gel de la production des élevages d’oie et de canard du Sud-Ouest, afin d’éviter les abattages préventifs massifs pratiqués par le passé et de permettre aux équipes sanitaires de procéder à la désinfection complète des installations. Les élevages ne pourront donc plus accueillir de nouveaux canetons pendant plusieurs mois, pour permettre l’assainissement de l’environnement en créant un vide sanitaire.

Nous tenons à alerter le gouvernement sur les effets pernicieux possibles de la mesure proposée. Il est louable de vouloir éviter les abattages massifs d’animaux. Néanmoins les éleveurs ne pourront pas continuer leur activité et continuer à acheter des animaux jeunes à engraisser, ce qui conduira à une perte de chiffre d’affaire considérable. Il serait aussi proposé de réduire le nombre de bandes d’élevage par exploitant de façon permanente ce qui aurait un effet majeur sur leur résultat d’exploitation. Il n’existe pas d’assurance pour couvrir ces risques : c’est donc tous les producteurs qui en pâtiront sans compensation financière.

Nombre d’éleveurs sont déjà très affectés par le climat économique, les charges élevées et les dettes. Sans aide beaucoup ne survivront pas. C’est donc toute une filière qui risque d’en pâtir, car au-delà des éleveurs, c’est toute la chaine de production qui risque d’être affectée : de l’engraissage au produit fini en passant par le gavage.

En plus des mesures proposées dans le plan qui doit être proposé par le gouvernement français à l’Union européenne la semaine prochaine, il nous parait donc important de mettre en place un système d’aide financière d’urgence pour éviter la disparition de nos producteurs tenant compte de la perte d’exploitation avec un système de paiement rapide, de geler le paiement des cotisations MSA et d’imposer aux banques finançant les exploitations un gel intégral des intérêts et des remboursements qui leur sont dus. Les éleveurs affectés par l’abattage de leurs animaux en novembre n’ont toujours pas été indemnisés et certains sont au bord de la faillite. L’élevage d’oie et de canard est une composante essentielle à l’identité du Sud-Ouest et il est donc urgent qu’un mécanisme de compensation financière efficace soit mis en place afin de la défendre.

La situation de la province autonome de Catalogne ouvre une période de grande instabilité en Espagne

Louis_aliot fn europarlement

Question écrite de Louis Aliot, député français au Parlement européen, à la Commission européenne

L’investiture d’un Président indépendantiste à la tête de la province autonome de Catalogne ouvre une période de grande instabilité en Espagne, déjà très affaiblie par une crise économique importante et une instabilité politique et gouvernementale naissante. Alors que le sentiment indépendantiste est clairement minoritaire en voix en Catalogne et que les forces politiques démocratiques respectueuses de la Constitution de l’Etat espagnol et de son unité, s’opposent à ces véléités séparatistes et extrémistes, nous souhaiterions connaître la position de la Commision sachant que l’Etat espagnol est une nation souveraine et que celle-ci bénéficie d’une aide européenne financièrement substantielle.

– La Commission compte-elle soutenir le gouvernement espagnol dans sa volonté de maintenir l’unité de l’Espagne ou bien entend-elle ouvrir un dialogue avec le nouveau chef du gouvernement indépendantiste catalan ?

– L’accession unilatérale de la Catalogne à l’indépendance signifierait-elle pour le nouvel Etat une sortie immédiate de l’UE ?

Baromètre Ipsos-Le Point : Hollande et Sarkozy en chute libre

sarkollande

Passé l’émotion, la cote du chef de l’État recule de 12 points. L’après-régionales voit Nicolas Sarkozy baisser de 18 points chez les sympathisants LR.

Les temps sont durs pour les deux têtes d’affiche de 2012 : François Hollande et Nicolas Sarkozy sont en net recul, chacun pour des raisons différentes. Le chef de l’État, qui avait bénéficié d’un rebond de 17 points dans notre baromètre Ipsos-Le Point de fin novembre, recule de 12 points, à 29 % de bonnes opinions. La baisse est plus rapide qu’après l’épisode Charlie, comme si le train-train ordinaire de la politique reprenait plus vite ses droits.

François Hollande baisse sur l’ensemble des familles politiques. Il passe ainsi de 80 à 67 % de bonnes opinions au PS, de 24 à 11 % chez Les Républicains, de 44 à 31 % au Front de gauche… Manuel Valls suit la même pente et perd tout le capital post-attentats : 39 % de bonnes opinions, soit 8 points de moins (+ 9 points après les attentats). Dix points séparent donc les deux têtes de l’exécutif.

Lire la suite sur lepoint.fr

Plus que quinze mois !

FN liberté konk

Par Jean Goychman, Club Idées Nation

Il ne nous reste plus que quinze mois à supporter cela. Il faut dire que rien ne nous est épargné en matière de communication pour nous faire comprendre la chance que nous avons d’avoir François Hollande à la Présidence de la République. Les médias, toutes technologies confondues, le rendent omniprésent. Ceux qui, comme moi, ont connu la grande époque où le quartier latin ne bruissait d’admiration envieuse que pour Mao et son « petit livre rouge » doivent quand même esquisser un petit sourire narquois.

Talleyrand disait : « Tout ce qui est excessif est insignifiant » Et de l’excès, nous en avons au quotidien, depuis plusieurs mois. Les médias saturent littéralement nos sens récepteurs en nous répétant « ad nauséam » par des passages en boucle ininterrompue les mêmes images qui contiennent les mêmes messages. Depuis près de deux mois, nous vivons sous l’empire médiatique des attentats. Il y a ceux qui viennent de se produire, dont, sous couvert d’information, on nous abreuve de détails plus ou moins importants concernant les auteurs, leurs origines, leur parcours, leurs habitudes et que sais-je encore. Il y a ceux qu’au bout d’un an on peut commémorer, à grands renforts de discours, de caméras, de rappels de manifestations. Enfin, il y a ceux qui peuvent, hélas, aussi se produire et contre lesquels il convient naturellement de se prémunir. Bref, vous l’avez compris, François Hollande entend conduire sa réélection sur une espèce de réunification du pays en utilisant comme agent fédérateur la peur inspirée par les attentats. Son petit cercle de conseillers en communication, (où peut-être lui-même, car il en a la capacité) a dû y voir une sorte d’opportunité arrivant à point nommé pour le remettre sur le devant de la scène médiatique.

Car tout cela, n’en doutons pas, va s’étaler dans le temps jusqu’à prochaine élection présidentielle. Nous rentrons dans un cycle d’évènements et de, commémorations dont le but est de nous laisser en permanence le message subliminal : « Hollande n’est ni de droite, ni de gauche et est le seul rassembleur des français » Il n’hésite d’ailleurs pas à nous servir un « remake » du « seul contre tous » avec le faux débat sur la déchéance de nationalité qui mériterait un article à lui seul. Je vais d’ailleurs y réfléchir. Et pendant ce temps-là, la vente continue… Mais elle se fait à notre insu. Les choses sont ainsi faites que lorsqu’on focalise les projecteurs de l’actualité sur un seul sujet, le reste des évènements est maintenu dans l’ombre.

Et ce ne sont pourtant pas les sujets préoccupants qui manquent. Seulement, ils ne concourent pas à l’objectif unique défini par les « faiseurs d’opinion » qui est de circonscrire tout débat national à la prochaine élection présidentielle. En prenant un peu de recul, il est sidérant de voir que le décor et les personnages de la pièce qui va se jouer sont déjà en place et que les répétitions vont commencer. Car, à les entendre, les jeux sont faits et, tels les matches de catch de mon enfance, les résultats sont connus avant même que la partie ne débute. Quelle outrecuidance ! Cela revient à dire que l’opinion des électeurs le jour du vote n’a aucune importance.

Il est quasi-universellement admis que Marine Le Pen sera une des finalistes, mais qu’il est évident qu’elle sera battue par le survivant des deux autres protagonistes qui seront nécessairement issus d’un trio formé par François Hollande, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.
Je les place par ordre alphabétique pour ne pas me voir accuser de favoritisme. Ainsi donc, la « mère de toutes les batailles » ne sera pas le second tour de l’élection présidentielle, et peut-être même pas le premier tour non plus. En réalité, à les entendre, la seule interrogation qui subsiste est celle du vainqueur des primaires de ce qu’il est convenu d’appeler la droite, car on ne sait plus comment la désigner autrement. Heureusement, de ce strict point de vue, ils n’ont pas ce problème à gauche, du moins pas encore…

Revenons donc à l’acte 2. Sarkozy ou Juppé ? Voici la question lancinante que tout ce petit monde se pose, mais à laquelle personne ne se hasarde à répondre. Après tout, on peut le comprendre, ni l’un ni l’autre n’ayant la réputation d’avoir une mémoire « défaillante »
Cela a un petit air de « déjà vu » souvenez-vous, en 1994, le 11 décembre, lorsque Jacques Delors, ultra favori dans les sondages, avait renoncé à se présenter à l’élection de 1995. Il avait justifié sa décision par une absence de majorité qui ne lui permettrait pas de mettre en œuvre la politique qu’il aurait voulu suivre. La suite est connue de tous. C’est celui donné perdant par tous, Jacques Chirac, qui a pourtant été élu.

Mais voilà, les temps ont changé, les hommes politiques aussi. Entre un Delors qui voyait au-delà de l’élection et un Hollande qui envisage sans vergogne de créer autour de lui une sorte de majorité « virtuelle » uniquement pour se faire élire, tout en sachant parfaitement qu’après l’élection cette pseudo-majorité se disloquera, il y a toute la différence d’une génération qui croyait encore à l’engagement politique et la survie de la Nation et celle qui, considérant l’exercice du pouvoir comme une fin en soi, n’y croit plus. Notez bien que le problème n’est pas propre à François Hollande et se posera dans les mêmes termes pour Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy. L’un ou l’autre ne pourront être qu’élus que grâce aux voix des électeurs ayant voté pour leur adversaire du premier tour.

Et c’est là le véritable problème qui se pose à notre pays. La constitution voulue par De Gaulle est morte avec le quinquennat, après avoir été anesthésiée par la « cohabitation » Pour pouvoir gouverner, il faut deux conditions simultanées : gagner l’élection présidentielle et obtenir une majorité à l’Assemblée nationale. Or, personne aujourd’hui n’est réellement en passe de remplir ces conditions. La IVe République pouvait vivre (difficilement) avec des coalitions plus ou moins hétéroclites mais la Ve ne le peut pas.

Il ne subsiste alors que deux voies possibles :
– Une recomposition bipartite, abandonnant le clivage antique et dépassé « droite-gauche », et consacrant une nouvelle ligne de clivage entre les souverainistes et les mondialistes
– Un changement profond, voire une réécriture de notre constitution avec de nouvelles institutions qui prendraient en compte une réalité « tripartite ». Ce serait alors au peuple français et à lui seul de se prononcer.

De toutes façons, nous serons fixés dans quinze mois. Hélas, beaucoup d’entre nous risquent de trouver ce temps très long…

Plus d’un million d’immigrés clandestins sont arrivés en Europe en 2015

FN immigration

Le dernier décompte établi, mardi 22 décembre, par l’Organisation internationale pour les migrants (OIM) et le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) fait état de 1.005.504 entrées d’immigrés clandestins sur le territoire européen, par voies maritime et terrestre.

Au 21 décembre, quelque 972.000 avaient traversé la mer Méditerranée, d’après les chiffres du HCR. En plus, l’OIM estime que plus de 34.000 s’étaient rendus en Bulgarie et en Grèce après avoir traversé la Turquie.

La majeure partie de cette vague migratoire vient du territoire turc, puisque Ankara semble avoir organisé leur départ en direction des pays membres de l’Union européenne depuis l’été dernier. Et, cela, dans le but de faire pression sur les opinions publiques de l’UE afin de pouvoir lancer une intervention armée contre le régime laïc de Bachar al-Assad qui lutte contre le terrorisme islamique.

Une immigration clandestine qui arrange bien les affaires de la haute finance mondialiste puisque cela lui permettra de faire baisser les salaires et de justifier de la mise en place de nouvelles mesures de casse sociale.

C’est par ces filières de l’immigration clandestine que plusieurs terroristes islamistes impliqués dans les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis ont pu se rendre sur le territoire français.

Islamo-communautarisme : Quick bientôt 100% halal

Quick-Halal-002

Le groupe Bertrand va s’emparer, jeudi 17 décembre, des restaurants Quick. Si la grande majorité vont être transformés en Burger King, 10% conserveront la marque Quick en se spécialisant dans le halal, selon Le Parisien.

Quick ne va pas disparaître, enfin pas complètement. Le groupe Bertrand s’est porté candidat, en septembre pour racheter l’enseigne et va signer cet accord, estimé à 600 millions d’euros, jeudi 17 décembre. L’actionnaire majoritaire de Burger King a toujours été clair sur ses intentions: les restaurants Quick basculeront sous enseigne Burger King. Mais d’après Le Parisien, le nouveau propriétaire veut conserver la marque pour séduire les consommateurs musulmans en servant de la viande halal.

10% des 397 restaurants français de l’enseigne seraient concernés. Quick surfe depuis 2009 sur le succès du halal. Aujourd’hui 23 Quick, dont les deux tiers en Île-de-France, vendent des burgers avec du steack haché certifié halal. Le bacon y a été remplacé par de la dinde fumée. Avec une quarantaine de restaurants, le groupe Bertrand s’assurerait une couverture nationale complète.

Lire la suite sur bfmtv.com

Le FN condamne l’agression à Marseille d’un professeur juif par trois hommes se revendiquant de l’Etat islamique

fn flamme

Réaction du Front national à l’agression antisémite de Marseille

Le Front national condamne avec la plus grande sévérité l’agression particulièrement lâche, hier à Marseille, d’un professeur juif par trois hommes se revendiquant de l’Etat islamique.

Cet acte odieux renforce plus que jamais notre détermination à lutter contre le fondamentalisme islamiste, véritable fléau qui gangrène la société, depuis la délinquance de quartier aux attentats les plus sanglants, en passant par les agressions physiques les plus lâches telle que celle qui est survenue hier dans les rues de Marseille.

La Front national tient donc à exprimer toute sa solidarité avec la victime et demande à ce que tous les moyens disponibles soient mis pour interpeller le plus rapidement possible les auteurs, et les remettre entre les mains de la Justice.

Attentats islamistes : la minute de silence huée à la prison de Fresnes

taubira-il-faut-que-jeunesse-se-passe

La situation dans les prisons sous Christiane Taubira et Adeline Hazan (An 3 de la chienlit hollandienne) : la minute de silence après les attentats de Paris et de Saint-Denis a été huée, conspuée, à la maison d’arrêt de Fresnes (Val-de-Marne), lundi 16 novembre. Des incidents confirmés par un surveillant pénitentiaire de la prison.

« Rien ne prouve que la scène se soit bien déroulée pendant la minute de silence et donc que les détenus ne respectaient pas l’hommage aux victimes », écrit L’Express sur son site Internet. Mais l’hebdomadaire a contacté Yoan Karar, surveillant pénitentiaire et délégué syndical FO à la prison de Fresnes, qui a confirmé les faits. La minute de silence « a bien été huée », dit-il.

Source

Une situation déplorable dans nos prisons qui correspond parfaitement à l’esprit insufflé par le Syndicat de la magistrature au sein des institutions judiciaires. Ainsi, l’attaque du très gauchiste Syndicat de la magistrature contre les mesures prises suite aux attentats de Paris et de Saint-Denis (le SM refuse l’état d’urgence) reflète la nature même de ce repère de gauchistes qui considèrent que l’impartialité de la justice doit être l’exception et l’esprit partisan la règle. Aussi, quand on sait que l’entourage de Christiane Taubira, garde des Sceaux, est composé pour l’essentiel d’individus de ce genre, et même qu’Adeline Hazan, responsable des « lieux de privation de liberté » (prisons…), est une ancienne présidente de ce « syndicat », on ne peut qu’être inquiet quant à la manière dont certains dossiers judiciaires sensibles, comme les affaires de terrorisme, sont et vont être traités par ces magistrats à l’idéologie criminogène.

Jihad : «La France a enregistré 7.000 signalements de personnes radicalisées» sur son territoire

_djihad-cazeneuve

Alors que l’on vient d’apprendre qu’un projet d’attentat contre des militaires de la base navale de Toulon aurait été déjoué par l’antiterrorisme, Pierre N’Gahane, secrétaire général du Comité interministériel pour la prévention de la délinquance (CIPD), dresse le bilan, sur 20minutes.fr, dix-huit mois après la mise en place du numéro vert «Stop Djihadisme»…

A la fin du mois d’octobre, le numéro vert avait enregistré un peu plus de 3.000 signalements. A ce chiffre, il faut ajouter les appels passés dans les différentes structures mises en place dans chaque préfecture. Il y en a eu 4.000. Au total, nous avons donc enregistré plus de 7.000 signalements de personnes soupçonnées de radicalisation […] Il y a 20 % de personnes mineures, 30 % de femmes environ et 37 % de « convertis ».

Lire l’entretien sur 20minutes.fr

Belgique : un jihadiste revenu de Syrie demande 10.000 euros à l’Etat

Fabius Je suis Daech

Cet islamiste de 23 ans a été blessé à la tête en Syrie par un éclat d’obus et est retourné, grièvement blessé, en Belgique en avril 2014. En France, les gentils islamistes qui reviennent bien gentiment du saint jihad ont droit à beaucoup d’égards : indemnités chômage, aides à la recherche d’emploi, stages de « déradicalisation », attentions particulières de l’Etat, etc., tout ça payé par le contribuable, mais pas encore de dédommagements financiers… A n’en pas douter, voilà une idée qu’elle est bonne à reprendre pour la Hollandie.
__________

De retour de Syrie, Hakim Elouassaki a demandé 100.000 euros à l’Etat belge, qui n’a pas été capable d’effectuer son analyse psychiatrique, indiquent les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.

Le jeune homme de 23 ans a été blessé à la tête en Syrie par un éclat d’obus et est retourné, grièvement blessé, en Belgique en avril 2014. Aujourd’hui, il reste à moitié paralysé.

M. Elouassaki devait comparaître l’année dernière dans le cadre du procès Sharia4Belgium, mais le président a exigé qu’il soit d’abord gardé en observation afin de déterminer l’état de sa santé mentale. Les experts psychiatriques judiciaires ont alors expliqué qu’une telle analyse serait uniquement possible dans une institution spécialisée, mais en dépit d’une loi votée en 1964, celle-ci n’a toujours pas vu le jour en Belgique.

L’avocat de M. Elouassaki a donc porté plainte contre l’Etat belge. «Nous exigeons 100.000 euros de dommages moraux et une pénalité de 2.500 euros par jour pour chaque journée supplémentaire durant laquelle l’Etat belge ne respecte pas la loi et ne met pas en place un centre d’observation. Il est impensable que personne ne puisse se prononcer sur l’état de santé mentale de mon client.»

Source : lesoir.be

Seules les forces de l’ordre doivent avoir le droit de contrôler et de verbaliser en France

Taxes

Libres propos de François Dussaubat du Club Idées & Nation

Une fois de plus le gouvernement et la prétendue opposition s’entendent pour détruire l’État. Nicolas Sarkozy avait proposé en début de semaine de faire verbaliser les automobilistes directement par les sociétés d’autoroutes. On veut remplacer les policiers qui verbalisent les excès de vitesse sur les autoroutes par des employés des sociétés qui exploitent les autoroutes.

À qui profite le crime ?

Le gouvernement n’a pas encore révélé à qui il souhaitait confier la tâche aujourd’hui dévolue aux forces de l’ordre, mais son allié, Nicolas Sarkozy, a déjà répondu à cette question. Il entend déléguer les pouvoirs des forces de l’ordre aux sociétés concessionnaires des autoroutes. Celles-ci font déjà les poches des Français et prélèvent l’impôt comme les fermiers généraux d’Ancien régime, elles pourront bientôt aussi remplacer la police. On sait trop bien ce que cela veut dire.

Ces délégations sont toujours très lucratives. Dans beaucoup de mairies les fourrières municipales sont gérées par des entreprises qui font pression pour augmenter le nombre de mises en fourrière et rentabiliser leur délégation. Tout cela se fait sur le dos du racket des Français qui ne peuvent pas échapper à l’impôt.

Ici on veut engraisser plus encore des sociétés d’autoroutes qui nous exploitent déjà largement.

Pas employés à leur juste valeur ?

Cela permettrait de libérer les policiers et les gendarmes pour leur faire faire des choses plus importantes. De qui se moque-t-on ?

Sur les plus de 200.000 policiers et gendarmes qui travaillent dans notre pays seulement 100.000 sont sur le terrain ! Rassurez-vous, les 100.000 autres ne sont pas sur les autoroutes ! Les pauvres malheureux sont noyés sous la paperasse exigée par les lois de Mme Taubira. Des milliers de policiers et de gendarmes assurent la police des audiences dans les tribunaux et les escortes de détenus. Des milliers servent de plantes vertes devant les ambassades étrangères. Si c’était vraiment pour dégager des effectifs pour faire autre chose, on pourrait en trouver bien plus ailleurs.

Mais alors voudrait-on faire des économies ? Sachant qu’un gendarme adjoint est payé 870 € par mois et un brigadier 900 en début de carrière je vois mal comment on pourrait encore faire des économies.

Seules les forces de l’ordre doivent avoir le droit de contrôler et de verbaliser en France. Il faut arrêter de déléguer l’autorité de l’État à des entreprises. Le rôle de celles-ci est de faire du bénéfice, pas de faire la police.

800.000 immigrés clandestins sont entrés dans l’UE depuis janvier

Clandestin-que-ce-soit-sous-Sarkozy-ou-Hollande-un-non-métier-davenir-en-France-

Selon le patron de Frontex, l’agence européenne de surveillance des frontières, l’afflux d’immigrés clandestins n’a pas encore « atteint son paroxysme ».

Quelque 800.000 « entrées illégales » dans l’Union européenne ont été dénombrées depuis le début de l’année, a déclaré Fabrice Leggeri, le patron de l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex, au quotidien allemand Bild de ce mercredi.

Selon lui, l’afflux d’immigrés illégaux en Union européenne n’a probablement pas « atteint son paroxysme ». Il appelle les États membres de l’UE à placer en rétention ces clandestins, dont les demandes d’asile seraient refusées, pour les renvoyer « rapidement » dans leur pays d’origine.

France : des attentats jihadistes se prépareraient, « impossibles à déjouer »

hollande rigole

Le régime en place prépare l’opinion publique à accepter son impuissance et son manque de volonté affichée face à la menace islamo-terroriste. Pour cela, il peut compter sur une certaine presse servile. Des attentats islamistes, « d’une ampleur inégalée », se prépareraient contre la France et sont d’ores et déjà présentés comme « impossibles à déjouer », par les mêmes « experts » et « responsables » qui n’ont pas été capables de prévoir les attentats commis par Merah en 2012 ou encore les frères Kouachi et Amedy Coulibaly au début de l’année, alors que tout ce petit monde était fiché, répertorié, surveillé par les « services » compétents.

Dans un entretien publié jeudi par Paris Match, le juge Marc Trévidic, ancien du pôle antiterroriste du palais de justice de Paris, partage cette inquiétude : « J’ai acquis la conviction que les hommes de Daech ont l’ambition et les moyens de nous atteindre beaucoup plus durement, en organisant des actions d’ampleur, incomparables à celles menées jusqu’ici ».

Il faut reconnaître que le gouvernement socialiste en place et la présidence hollandienne semblent avoir tout fait pour que de tels actes se déroulent très bientôt dans notre pays : la vague de « migrants » qui déferle sur notre sol, encouragée par le pouvoir socialiste et ses relais bien-pensants, cache en son sein nombre de terroristes potentiels, comme la presse britannique l’a dévoilé il y a près de deux mois (source).

Pour autant, a-t-on pris les dispositions nécessaires pour affronter une telle menace ? Certainement pas ! Pour quoi faire ? A croire que l’actuel locataire de l’Élysée s’imagine sans doute pouvoir utiliser d’éventuels attentats à des fins politiciennes à l’approche de la présidentielle de 2017…

OGM et sécurité alimentaire : le Front national toujours en première ligne

FN-PE-Logo

Communiqué de Sylvie Goddyn, députée française au Parlement européen (Front national)

Après s’être opposée à un pesticide dangereux pour les abeilles, Sylvie Goddyn, élue Front national, propose aux députés européens de la commission ENVI d’empêcher la mise sur le marché d’un nouvel OGM de Monsanto. Un projet similaire a été déposé par les élus d’autres groupes politiques, laissant entrevoir un succès possible de cette initiative.

Cet OGM est résistant au glyphosate, le fameux Round Up, et à d’autres herbicides. Il n’apporte rien aux consommateurs si ce n’est le risque d’absorber encore plus de glyphosate, dont l’innocuité est pourtant en cours de réévaluation.

En matière d’écologie comme sur d’autres sujets, le Front national reste donc en première ligne pour protéger la souveraineté et la sécurité alimentaire des Français.

Pologne : victoire des conservateurs euroseptiques et atlantistes

Pologne_armes

Les Polonais ont voté dimanche pour le changement en portant au pouvoir les conservateurs catholiques eurosceptiques qui ont surfé sur une vague de promesses populistes et la peur de l’arrivée massive de réfugiés du Proche-Orient, au risque de créer des tensions dans les relations avec l’UE, Berlin et Moscou.

Le parti Droit et Justice (PiS, opposition) de Jaroslaw Kaczynski a obtenu la majorité absolue aux élections législatives, avec 38% des voix, soit 238 sièges sur 460, selon des projections de trois chaînes de télévision mises à jour dans la nuit de dimanche à lundi, fondées sur des résultats affichés dans un échantillon de bureaux.

Lire la suite sur lacroix.com