Louis Aliot FN - Le Grand Journal Canal Plus 14 octobre 2013

Louis Aliot : « Zemmour a toute ma sympathie face à la meute ! »

Dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera, Eric Zemmour a tenu, fin novembre, des propos sur les musulmans qui ont fait une nouvelle fois polémique. Scandale dans le scandale, le terme « déportation » retranscrit dans l’article mais non employé par l’essayiste, cristallise aujourd’hui les critiques. Les réactions du socialiste Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen, personnalité politique de 2014 pour les Français

La présidente du Front national est la personnalité qui a le plus marqué l’année politique 2014, selon notre sondage OpinionWay. Marine Le Pen remporte également la palme de la meilleure opposante à François Hollande. Marine Le Pen termine l’année sur une énième bonne nouvelle. Après sa série de succès électoraux Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - europeennes 2014

Marine Le Pen : « Il faut sortir de l’OTAN ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Il a été question de la triche de Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle, de l’affaire Bygmalion, du financement des partis politiques, du mode de scrutin antidémocratique, de l’OTAN (et des pays Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot :  » Le parti socialiste est à côté de la plaque, ils sont dans le déni de réalité »

Louis Aliot, vice-président du Front national, est l’Invité matin de RFI. Il commente au micro de Frédéric Rivière, l’actualité politique nationale marquée entre autres, par le meeting le mercredi 27 novembre, du parti socialiste contre la montée du racisme en France. «Les actes de racisme en France c’est 0,04% de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen sur NC 1ere 15032013

Marine Le Pen sur euronews : « Je prépare le grand basculement démocratique qui interviendra à la prochaine élection présidentielle »

Elle est présidente du Front National depuis 2011 et vient d’être réélue triomphalement avec 100% des suffrages exprimés lors du dernier congrès du FN à Lyon. Le Front National a obtenu le plus de sièges en France lors des dernières élections européennes et plus que jamais, 2017, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen 12-13 Dimanche - NationsPresse

Marine Le Pen : « Nous nous battons pour gagner ! »

En direct de Lyon et à l’issue du discours de clôture du XVe Congrès du Front National, la présidente Marine Le Pen était l’invitée du 20H de France 2 présenté par Laurent Delahousse. Elle a notamment commenté le « bilan très lourd et très mauvais » de Nicolas Sarkozy et de François Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Editoriale et libres propos

L’aéroport de Toulouse-Blagnac sous pavillon chinois ?

Par Gabriel Robin

Le gouvernement socialiste s’abaisse à vendre un aéroport de premier plan, et par ailleurs symbolique car c’est celui de la ville d’Airbus, à un groupe public chinois !

L’État a décidé de se désengager de l’aéroport de Toulouse-Blagnac en cédant 49,99 % du capital, sur les 60 % qu’il détient, à une entreprise privée. La dette colossale contractée par l’État français l’oblige aux pires braderies et aux pires bassesses, car cette privatisation ne profitera pas à une entreprise ou à un investisseur français, faute d’une offre suffisante.

En effet, l’offre de rachat la plus importante émane d’un consortium sino-canadien, le groupe Lavalin, qui gère déjà plusieurs aéroports, dont celui de Toulouse-Francazal (transport de marchandises) et divers petits aéroports provinciaux (Reims, Tarbes, Tours…). Problème : dans l’affaire qui nous intéresse, le groupe canadien a été obligé de s’adosser à un gros partenaire chinois, la société publique Shandong High Group, qui gère déjà des infrastructures de transports dans l’est de la Chine.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Gilbert Collard (RBM) sur le « grand remplacement »

Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, commente l’actualité du moment dans « Debout les mots » n°54.

Trignac (44) – Lydia Poirier (FN) est républicaine

FN MarianneTribune du Front national (FN) de la huitième circonscription de Loire-Atlantique

Nous apprenions ce matin à la lecture d’un article du journal Presse Océan, « Une candidate FN « gênante » pour l’UMP », l’odieuse déclaration de Denis Rouland, responsable du parti socialiste (PS) de Trignac. Monsieur Rouland n’a vraiment pas de chance… Huitième de liste à Trignac durant la dernière élection municipale, il ne put être élu dans la mesure où seuls les sept premiers candidats passèrent et que sa liste perdit, d’ailleurs pour la première fois depuis 1914, signant la mort de la gauche locale.

Depuis cette défaite, aigri et rancunier, Rouland déverse comme il le peut son fiel sur une majorité accusée de « délit de patriotisme » (nous ne savons pas encore s’il s’agit d’un crime) pour avoir fait élire deux candidats FN sur sa liste d’intérêt général. Dans Presse Océan d’aujourd’hui, nous apprenons que les chefs d’accusation retenus sont plus fournis encore. Ils s’étendraient désormais à « l’anti-républicanisme » supposé de la mairie de Trignac. L’article vise de plus nommément une élue : Lydia Poirier, maire adjointe (FN), et accuse David Pelon, le maire (UMP), des « pires compromissions ».

Les stress-tests des banques, une arnaque de plus

Libres propos de Jean Goychman

Seul un tout petit nombre de personnes connaissent le fonctionnement du système bancaire. Cela n’a rien de fortuit. L’opacité qui entoure la réalisation des opérations bancaires était une condition indispensable à la mise en œuvre du processus. Dès 1922, Henri Ford disait : « Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire. Car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin. »
Ce système bancaire repose entièrement sur la crédulité des peuples, mais on préfère dire la « confiance », car la « crédulité » est trop synonyme de « naïveté ».

Qu’est-ce que la confiance ? On peut dire que la confiance est avant tout un « ressenti », un sentiment que nous avons et qui nous est inspiré par une multitude d’éléments. Cela peut provenir d’une expérience vécue dans une relation humaine : « Il a toujours tenu parole » ou commerciale : « Je n’ai jamais été déçu par mes achats dans ce magasin ». Cela peut venir aussi d’un environnement, comme un quartier « chic » ou voir quelqu’un rouler dans une voiture de luxe …
Concernant les banques, cette confiance est vitale, car nous lui donnons notre argent en dépôt. La règle du jeu implicite est que nous devons être sûrs de pouvoir le récupérer à tout moment.

Télé-réalité des hommes politiques : le constant abaissement de la fonction

téléPar Gabriel Robin

Le casting de ce futur spectacle télévisuel ne comprend aucun élu du Front national. Peut-être que ces derniers n’ont pas besoin de participer à une émission outrancière pour comprendre les préoccupations des Français…

La chaîne D8, appartenant au groupe Canal+, s’apprête à lancer un nouveau programme de télé-réalité. L’idée est simple : grimer des hommes et des femmes politiques en Français lambda, afin qu’ils puissent réellement observer comment vit la France d’en bas. Penser que ces gens ont besoin de se déguiser pour comprendre la vie des Français fait froid dans le dos !

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Ukraine – Xavier Moreau : « Le parti de la guerre va avoir une très grosse importance à l’intérieur du nouveau gouvernement »

Entretien avec Xavier Moreau sur les élections législatives en Ukraine. Xavier Moreau, analyste politique et homme d’affaires français résidant en Russie, nous livre son analyse des élections législatives en Ukraine qui ont eu lieu dimanche dernier.

Source

Bernard Monot (FN) fait le point sur la situation économique en Europe et en France

Aux premières loges en tant que député français au Parlement européen, stratégiste économique du Front national et membre de la Commission des affaires économiques et financières, Bernard Monot fait le point sur la situation économique en Europe et en France.

Marcelo Bielsa pour le ballon rond et le pape pour la foi

Par Philippe Bilger

Il n’y a pas que ces deux-là. Mais si seulement ils pouvaient être encore plus contagieux !

Je sais bien qu’il existe une multitude de niveaux et d’étapes entre l’être et le néant, entre certains êtres d’exception et le néant d’autres. La médiocrité, l’excellence, le convenable ou l’insuffisance trouvent de quoi se loger dans cet immense contraste.
[..]
J’ai choisi à dessein deux exemples contrastés, l’un dans le profane, l’autre dans le sacré.
Depuis que Marcelo Bielsa est l’entraîneur de l’équipe de football de Marseille, quasiment avec les mêmes joueurs, son groupe, avec un grand gardien comme capitaine, en est à sa huitième victoire d’affilée et aujourd’hui il n’est pas inconcevable de supputer une lutte dans le championnat de France dont le PSG ne sortira pas forcément vainqueur.
Il est incontestable que tout ce qui a permis à cette équipe de se montrer sous un autre visage que l’an passé est dû aux principes, à la rigueur et à la personnalité atypique et très compétente de cet entraîneur argentin qui ne passe jamais quelque part en laissant les choses en l’état. Il y a des êtres qui commentent et parasitent le réel et d’autres qui le transforment de fond en comble.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Nous n’avons pas tort d’avoir raison avec Éric Zemmour

Philippe BilgerPar Philippe Bilger

Comme Ivan Rioufol l’a relevé, signe des temps, la pièce de Bernard-Henri Lévy, soutenue et applaudie par le Tout-Paris, président de la République compris, s’est arrêtée prématurément et le livre d’Éric Zemmour, médiatiquement démoli, est plébiscité par le public.

Que ce dernier « affole l’Audimat » et que la détestation manifestée à son encontre par une majorité de journalistes le fasse bénéficier de la sympathie intellectuelle de beaucoup de citoyens est une évidence.

Mais toutes les attaques ne sont pas médiocres. Si certaines sont seulement inspirées par la jalousie, d’autres lui intentent un procès de fond et, négligeant le journaliste, s’en prennent à l’homme politique que Zemmour serait devenu. Je songe notamment à un billet fin et caustique d’Ariane Chemin sur son intervention aux côtés de Robert Ménard à Béziers et aux analyses, par exemple, de Nicolas Truong et de Luc Bronner dans Le Monde. Pour celui-ci, Éric Zemmour serait « le révélateur des angoisses françaises ».

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Cachez ce voile… Avec lui la laïcité a du vent dans l’aile

Gilbert CollardBillet d’humeur de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard

Tissu léger, mais armure évidente d’une propagande religieuse qui s’affiche, désormais, un peu partout, comme une provocation à l’idéal de laïcité et de liberté de la femme.

Anecdotique, dirait le ministre des Relations avec le Parlement, puisque tout est anecdotique pour lui, même le fait que des hommes vêtus de djellabas, barbus comme Landru, s’entraînent aux cris d’Allah Akbar, avec des armes factices dans un parc public de Strasbourg, disant vouloir venger leurs morts, et cela sans aucune sanction. Elle est pas belle, la France.

Anecdotique, qu’une étudiante à la Sorbonne assiste aux travaux dirigés couverte d’un voile qui enveloppe ses cheveux ? Anecdotique, qu’une étudiante à Sciences-Po d’Aix-en-Provence suive les cours ensevelie dans une labyrinthique tenue noire qui la couvre intégralement, à l’exception du visage ? Ainsi la loi vestimentaire qui interdit de dissimuler son visage dans les lieux publics est respectée, tout en étant ridiculisée !

À la Sorbonne, l’enseignante ose demander à l’étudiante si elle compte garder « son truc », formulation un peu excessive, certes, mais franche. Elle ajoute, aggravant son cas que ce voile la dérange et qu’elle est là pour « l’aider à l’insertion professionnelle », « pour laquelle ce vêtement lui posera des problèmes. » Qui peut dire que l’observation n’est pas raisonnable ? Ne tenant aucun compte de l’observation la militante du voile argumente fièrement qu’elle possède le droit de ne pas rester tête nue, ce qui est vrai ! Le professeur lui demande alors de choisir un autre groupe… Crime de lèse-majesté du voile, l’envoilée se prétend « humiliée » ! Que vont faire nos couilles molles ? Devinez… Le président de la Sorbonne reçoit personnellement en personne la victime humiliée et présente au nom de l’Université ses excuses… Oui, ses excuses ! L’agenouillement des nouilles ne suffit pas, l’offensée voilée et culottée exige une sanction ! Pourquoi se priver ? Le président s’en sort par une pirouette juridique arguant que l’enseignante allergique a mal interprété la loi de 2004 qui interdit le port des signes religieux dans les écoles, les lycées, les collèges, mais pas dans les universités.

Lire la suite

Gilbert Collard (RBM) dans « Debout les mots » n°53 du 18 octobre 2014

Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, commente l’actualité du moment dans « Debout les mots », présenté par Nicolas Meizonnet.

Après les niches fiscales, les niches d’imposition

Bruno LemaireBillet d’humeur de Bruno Lemaire, secrétaire général du Club Idées Nation

Depuis quelque temps les ‘rabots’ sont de sortie. Il ne s’agit plus pour l’État d’aider les ménages et les entreprises à créer des richesses, ni même à réduire ses dépenses, mais à tenter de « piquer » par-ci, par- là quelle menue monnaie à ceux qui en auraient encore.

La méthode est habile, au moins politiquement. Il s’agit de s’en prendre à des gens dont le pouvoir de nuisance est faible, voire nul, ou encore parce les personnes visées déclencheront peu de sympathie parmi le reste de la population.

Il est vrai que pour les 5 ou 6 millions de chômeurs, pour les onze millions de travailleurs pauvres, enlever 100 ou 150 euros par mois à un couple qui gagne 6 000 euros mensuellement ne semble pas tragique. Même chose quand on rabote la retraite au-dessus de 2000 euros, lorsque la retraite de certains n’atteint pas 900 euros.

Certains capitaines d’industrie avaient été blâmés, à juste titre, pour avoir « vendu par appartements » des établissements industriels, après avoir racheté pour une bouchée de pain les établissements concernés

L’État socialiste fait de même : il divise les citoyens français en catégories, en niches imposables, pour en tirer le plus de « suc fiscal ».

Le seul « petit » problème – en dehors du problème éthique que cela représente – c’est que certains de ces « riches » sont aussi des facteurs de richesse dont la France a cruellement besoin. Que l’on taxe des représentants du « show-biz » ou des commissaires européens ne me ferait ni chaud ni froid. Mais que l’on taxe ou surtaxe des cadres ou des entrepreneurs qui tentent, bon an mal an, de relancer l’économie française me semble beaucoup plus dangereux. Mais cela, en ‘Hollandie’, personne n’en a cure.

GPA, PMA, le GPS du droit de la famille perd le nord

Tribune de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard

Le 22 septembre 2014, la Cour de cassation, notre plus haute juridiction, a, dans sa solennité, désormais avant-gardiste, émis un avis péremptoire au terme duquel l’épouse d’une femme inséminée à l’étranger par le « don » d’un donneur anonyme peut adopter l’enfant en France !

Elle décide donc, allant plus loin que le législateur, malgré les décisions contraires de plusieurs juridictions, que l’enfant conçu selon une loi étrangère peut être adopté par la femme de la mère, en contravention à la loi française…

Il est tout de même incroyable que la gardienne des lois autorise la fraude à la loi. Les hypocrites diront qu’il ne s’agit là que d’un avis que la Cour de cassation peut émettre depuis une loi de 1991 et que les juridictions pourraient s’en affranchir. La bonne blague !

La Cour a toujours le dernier mot, à quoi bon s’opposer à un avis qui a valeur d’ultimatum ? Il annonce les arrêts de rigueur qui frapperont les récalcitrants ! Cet avis aux amateurs d’un droit de la famille classique a la gueule d’un arrêt posant un principe qui comble une lacune volontaire de la loi sur le mariage pour tous, lacune politique visant à ne point donner du grain à moudre aux opposants.

En un mot, la Cour de cassation fait le sale boulot d’un législateur qui n’a pas voulu assumer jusqu’au bout les conséquences d’une loi contraire à l’évidence biologique.

Lire la suite

Humilier la Russie, un jeu stupide et dangereux…

Par Thibaut Ronet

La Russie de Vladimir Poutine est un partenaire naturel et une puissance avec laquelle il faut compter.

Dans un précédent article consacré à l’économie, j’ai évoqué de façon rapide un risque de troisième guerre mondiale qui serait à nos portes. J’avais envie de revenir sur ce sentiment, voire cette certitude, qui m’habite.
Faire un parallèle avec l’histoire est toujours un jeu risqué et dangereux car les mêmes causes ne produisent pas systématiquement les mêmes effets et, surtout, on nous a assez bassinés avec « les heures sombres de notre histoire ».
Pourtant, parmi d’autres facteurs, il y a deux causes majeures au déclenchement des précédentes guerres mondiales : la crise économique et l’humiliation. C’est une Allemagne humiliée par le traité de Versailles et ruinée à un niveau inimaginable aujourd’hui qui a envahi la Pologne.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Sauvegardons notre recherche en la dynamisant !

6515-marine_lepen_3Tribune libre de Marine Le Pen, présidente du Front National

Je partage l’inquiétude de la communauté scientifique devant la situation alarmante de notre recherche. Les réformes universitaires successives ont abouti à l’émergence d’un mille-feuille administratif et à l’étranglement financier de nombreuses universités, ces dernières se voyant contraintes de réduire fortement le nombre de postes permanents d’enseignants-chercheurs mis au concours. Dans le même temps, le CNRS a perdu plus de 800 postes permanents depuis 2002.

De surcroît, le financement de la recherche publique a été revu. Cette situation oblige les chercheurs à constituer des dossiers complexes et se révèle extrêmement chronophage. Il en résulte qu’un grand nombre de dossiers sont refusés pour de mauvaises raisons. A ce rythme, si rien n’est fait, la source des découvertes fondamentales ou appliquées va se tarir surtout au moment où les grands organismes de recherche publique ne peuvent plus mener dans des conditions acceptables des politiques de recherche à long terme.

Tout se passe comme si le but de cette politique démarrée en 2007, était d’obliger les chercheurs du secteur public à renoncer à la majeure partie de leur liberté de recherche académique pour assumer l’effort de recherche que nos entreprises ne parviennent plus à faire. Ces dernières, en effet, sont handicapées pour investir dans la recherche car elles subissent la politique de l’euro et la baisse de compétitivité qui en résulte.

Force est de constater encore que le saupoudrage des milliards du Crédit impôt recherche n’a pas empêché notre recherche industrielle et notre niveau de gamme de stagner.
La recherche industrielle allemande est au contraire florissante. Outre-Rhin, chaque entreprise définit sa propre politique de recherche couplée à une étude de marché, avant que ses chercheurs n’entrent en contact avec leurs collègues universitaires afin de résoudre les problèmes identifiés. Les élites allemandes sont largement formées par la recherche (27.000 thèses soutenues chaque année au rythme actuel) de sorte qu’il s’est instauré une culture de l’investissement dans la recherche-innovation à tous les niveaux du « vaisseau Allemagne ». Hélas, ce n’est pas le cas en France où 12.000 thèses seulement sont soutenues par an.

Si j’accède au pouvoir, je rétrocéderai la masse salariale des universités à l’État et simplifierai les structures administratives. Je permettrai aux chercheurs de retrouver leur liberté de recherche académique en réaffectant un financement récurrent correct à la recherche fondamentale.

En contrepartie, les crédits de la recherche finalisée à court terme seront diminués et l’organisation de cette dernière simplifiée et recentrée sur des objectifs ciblés. Il nous faudra pouvoir consacrer 3% du PIB à la recherche. Je mettrai en place un plan pluriannuel d’emplois statutaires pour les chercheurs et enseignants-chercheurs. Je prendrai des mesures fortes pour faire reconnaître le doctorat dans les conventions collectives et faciliter le recrutement de docteurs dans les secteurs clés de l’administration et de l’économie.

Mon programme économique permettra aux entreprises de retrouver une marge d’autofinancement et d’investir dans la recherche. Les chercheurs et enseignants-chercheurs du secteur public qui soutiendront une entreprise dans son effort de recherche pourront bénéficier, après évaluation, d’une reconnaissance dans le cadre des promotions.

J’ai beaucoup d’admiration pour nos chercheurs, ils constituent un formidable atout pour la France : sachons collectivement en tirer le meilleur !

Marine Le Pen