Louis Aliot FN - Le Grand Journal Canal Plus 14 octobre 2013

Louis Aliot : « Zemmour a toute ma sympathie face à la meute ! »

Dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera, Eric Zemmour a tenu, fin novembre, des propos sur les musulmans qui ont fait une nouvelle fois polémique. Scandale dans le scandale, le terme « déportation » retranscrit dans l’article mais non employé par l’essayiste, cristallise aujourd’hui les critiques. Les réactions du socialiste Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen, personnalité politique de 2014 pour les Français

La présidente du Front national est la personnalité qui a le plus marqué l’année politique 2014, selon notre sondage OpinionWay. Marine Le Pen remporte également la palme de la meilleure opposante à François Hollande. Marine Le Pen termine l’année sur une énième bonne nouvelle. Après sa série de succès électoraux Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - europeennes 2014

Marine Le Pen : « Il faut sortir de l’OTAN ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée de Guillaume Durand sur Radio Classique et LCI. Il a été question de la triche de Nicolas Sarkozy lors de la dernière présidentielle, de l’affaire Bygmalion, du financement des partis politiques, du mode de scrutin antidémocratique, de l’OTAN (et des pays Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot :  » Le parti socialiste est à côté de la plaque, ils sont dans le déni de réalité »

Louis Aliot, vice-président du Front national, est l’Invité matin de RFI. Il commente au micro de Frédéric Rivière, l’actualité politique nationale marquée entre autres, par le meeting le mercredi 27 novembre, du parti socialiste contre la montée du racisme en France. «Les actes de racisme en France c’est 0,04% de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen sur NC 1ere 15032013

Marine Le Pen sur euronews : « Je prépare le grand basculement démocratique qui interviendra à la prochaine élection présidentielle »

Elle est présidente du Front National depuis 2011 et vient d’être réélue triomphalement avec 100% des suffrages exprimés lors du dernier congrès du FN à Lyon. Le Front National a obtenu le plus de sièges en France lors des dernières élections européennes et plus que jamais, 2017, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen 12-13 Dimanche - NationsPresse

Marine Le Pen : « Nous nous battons pour gagner ! »

En direct de Lyon et à l’issue du discours de clôture du XVe Congrès du Front National, la présidente Marine Le Pen était l’invitée du 20H de France 2 présenté par Laurent Delahousse. Elle a notamment commenté le « bilan très lourd et très mauvais » de Nicolas Sarkozy et de François Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Terrorisme

Ukraine / Donbass : malgré la trêve Kiev tue toujours des civils

Ukraine Donbass BM-21

Le potentat de Kiev, Petro Porochenko, a soumis jeudi 18 décembre à la Rada une loi devant permettre à Kiev de rejoindre l’OTAN. Nul doute qu’elle sera votée massivement, puisque la liberté d’expression n’existe plus dans ce pays soumis à l’arbitraire mondialiste et à la loi des nervis d’extrême droite. On comprend mieux pourquoi Kiev est assez peu pressé de rencontrer ses interlocuteurs à Minsk. L’objectif est de pouvoir obtenir de facto une intervention militaire de l’Alliance afin d’être en mesure de réprimer, puis d’éradiquer jusqu’au dernier, les habitants du Donbass considérés comme des « sous-hommes ». Hier, à Gorlovka, une petite fille est morte, victime de la politique pro-Europe et haine… Diverses escarmouches et accrochages sont encore signalés ces dernières 48 heures, essentiellement vers Gorlovka et l’ouest de Donetsk, mais aussi au niveau du saillant de Debaltsevo et sur la partie nord de Lugansk. Bien que gelée, la guerre continue.

Lorsque nous évoquons le nettoyage ethnique du Donbass par la junte et sa soldatesque néobandériste, nous n’exagérons rien. L’administration régionale de Kharkov, contrôlée par le régime « proeuropéen », en accord avec le consul général de Pologne à Kharkov Stanislaw Lukasik, envisage « l’évacuation des Polonais ethniques avant la fin de l’année. Leur arrivée à Kharkov est prévue pour la matinée du 29 décembre ». Il s’agirait d’une centaine de personnes qui doivent être déportés en Pologne. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, jamais une telle chose ne s’était produite.

Situation humanitaire alarmante

Désormais, l’Ukraine est un pays dangereux, même pour les Occidentaux. Reporters sans frontières qui, jusqu’alors, avait ouvertement méprisé la mort de journalistes russes et ukrainiens hostiles au régime tyrannique kievien, vient de classer en troisième position ce pays en matière de dangerosité. Sur le fond, cela ne changera pas grand-chose, mais il est intéressant de le noter.

Un an après le début des émeutes insurrectionnelles du Maidan à Kiev, qui ont renversé de façon particulièrement antidémocratique le régime légal ukrainien pour imposer une des pires dictatures qui soit, Kiev se voit accusé d’affamer le petit peuple du Donbass. C’est ce qu’a déclaré à mi-mots sur la première chaîne nationale de l’Ukraine la directrice de la branche ukrainienne d’Amnesty International Tatiana Mazur. Selon elle, Kiev doit s’acquitter de ses obligations envers les résidents des régions de Donetsk et de Lugansk, qui sont encore officiellement des citoyens de l’Ukraine, en raison d’une situation humanitaire alarmante. Le régime « proeuropéen » semble avoir envoyé quelques camions avec des denrées de première nécessité, qui ont été immédiatement arrêtés et pillés par les paramilitaires du « bataillon » répressif « Dnepr-1 ». Pour l’heure, seule la Fédération de Russie vient en aide au peuple du Donbass.

Une compagnie de T-72B1V des FAN dans le secteur de Starobeshevo (25 km au sud-est de Donetsk)

Menace terroriste bandériste à Lugansk

Hier, côté ukrainien un affrontement armé près de l’hôpital de Shachtye aurait coûté la vie à 3 paramilitaires d’extrême droite du « bataillon Aydar » (proche de Svoboda et des néonazis de l’UNA-UNSO), deux autres ont été blessés. Étant donné que la ville est entièrement contrôlée par forces ukrainiennes, on ne peut pas exclure la possibilité de tirs fratricides. Un incident farouchement nié par la désinformation kievienne dans la journée d’hier, mais confirmé par des témoins oculaires de Severodonetsk qui ont vu arriver un convoi sanitaire transportant des blessés d’ « Aydar » en provenance de Shachtye.
En milieu d’après-midi, on apprenait que la veille au soir (soit le 18 vers 23h00, heure locale) une embuscade tendue par un DRG républicain près de Stari Aydar avait causé la mort de 2 paramilitaires de la même unité répressive et blessé 3 autres, dont un grave, un au visage, et un autre à la main. Information confirmée par le service de presse de l’unité en question. S’agit-il de la même affaire interprétée différemment ou bien de deux accrochages différents ? En tout cas, le « bataillon Aydar » reconnaît la mort de Sergeï Nikolaevich dit « Dynamite », 38 ans, commandant de la section de reconnaissance de l’unité, et celle d’un mercenaire géorgien, Alexander M. Grigolashvili, 32 ans, de même que 3 blessés qui ont été évacués vers le centre médical militaire de Kharkov, deux d’entre eux étant dans un état grave.
Toujours concernant ce « bataillon Aydar », un premier lot de vêtements d’hiver vient de leur être envoyé. Il est à noter que ces équipements chauds n’ont pu être obtenus que grâce à l’aide de «sponsors» et de collectes. Kiev ne semble pas faire grand cas de ses chiens de guerre envoyés dans le Donbass…

La chasse au Zemmour se poursuit !

zemmour

La chaîne d’information en continu iTélé a annoncé vendredi soir qu’elle mettait fin à l’émission Ça se dispute dans laquelle intervenait le journaliste Eric Zemmour, au cœur d’une vive polémique après des propos controversés sur l’islam.

« iTélé a décidé de mettre fin à l’émission Ça se dispute, qui ne reprendra pas en janvier 2015 », déclare la chaîne dans un communiqué, sans donner plus de détails.
« Je ne souhaite pas réagir pour le moment », a simplement répondu Eric Zemmour.
L’émission hebdomadaire, d’une vingtaine de minutes, existait depuis 2003. Eric Zemmour y participait depuis dix ans et débattait cette saison face à Nicolas Domenach. L’émission, diffusée le vendredi à 21 heures, a été annulée dès cette semaine.

Lire la suite sur ouest-france.fr

Crise du rouble : cinq raisons de ne pas vendre la peau de l’ours russe

Poutine ours russie

Effondrement de la monnaie nationale, mise au ban diplomatique, fuite de capitaux… La Russie est dans une situation qui semble critique. Mais Moscou possède encore des moyens de redresser la barre. Source : francetvinfo.fr. Par Christophe Rauzy

En russe, le mot panique s’écrit “паника”, prononcé “panika”. Un terme que ni le Kremlin, ni les journaux officiels russes n’ont encore utilisé pour commenter l’effondrement du rouble, qui fait craindre au pays une récession. Car si les causes sont identifiées (chute du prix du pétrole, attaques spéculatives et sanctions économiques), les conséquences, elles, sont plus incertaines.

Alors que de nombreux observateurs estiment que l’avenir de la Russie dépendra de décisions politiques, Vladimir Poutine doit tenir une conférence de presse très attendue, jeudi 18 décembre, devant des centaines de journalistes. Lors de cette intervention, le président russe devrait tenter de rassurer l’opinion publique.

Francetv info liste cinq raisons qui démontrent que le pays n’est pas encore au bord de l’abîme.

La Russie a les ressources nécessaires pour faire face

Après un “lundi noir” et un “mardi de la peur”, la Bourse de Moscou a connu un mercredi 17 décembre plus positif. En effet, quelques heures après avoir connu son plus bas historique – 100 roubles pour 1 euro et 80 roubles pour 1 dollar – la monnaie russe a repris des couleurs à 81 roubles pour 1 euro et 65 roubles pour 1 dollar.

Un regain de forme directement lié à l’annonce par le gouvernement russe de la vente de devises étrangères. “Le pays dispose des ressources monétaires nécessaires pour atteindre ses objectifs économiques”, a assuré dans la foulée le Premier ministre Dmitri Medvedev, en direct à la télévision, après une réunion d’urgence avec ses ministres.

Si les marchés ont réagi positivement, c’est parce qu’ils savent que Moscou possède une réserve suffisante pour soutenir son économie face à la dépréciation du rouble : les 420 milliards de dollars, en monnaies étrangères et en or, que contiennent les coffres de la Banque centrale russe, pourraient sans problème couvrir les 120 milliards de dollars de dettes que les entreprises russes doivent à leurs créanciers internationaux. La Russie, l’un des pays les moins endettés au monde, ne pourra donc pas se retrouver en défaut de paiement, du moins pas à court terme.

Lire la suite sur realpolitik.tv

Ukraine / Donbass : les FAN fourbissent leurs armes pour demain

ukraineamericamap

La trêve semble avoir figé, de façon toute relative, le conflit du Donbass en ce mois de décembre qui n’est pas encore très froid pour la saison. Les forces de Kiev continuent de se renforcer, de permuter, de préparer l’après-trêve. En Nouvelle Russie, en dépit des difficultés pour chacun de vivre un minimum convenablement, malgré les pénuries de toutes sortes, les destructions, la vie continue et les protecteurs bienveillants du petit peuple du Donbass que sont les FAN fourbissent leurs armes pour demain. Un dixième convoi humanitaire arrive de Russie, alors que Vladimir Poutine a affiché, aujourd’hui en conférence de presse, une fermeté que les agresseurs occidentaux et leurs séides kieviens feraient bien de prendre en compte.

L’aéroport international Sergeï Prokofiev de Donetsk, aujourd’hui

« Lia » du bataillon « Sparta ». Souvenez-vous : la jeune fille au fusil de sniper…

Le maître de Kiev «espère» réunir dimanche prochain à Minsk le groupe de contact pour avancer sur le dossier du Donbass. Il attend surtout que Washington et Bruxelles fassent suffisamment pression sur le Kremlin, dans un contexte de crise du rouble, pour que la Russie abandonne au nettoyage ethnique quelque 7 millions de civils du Donbass. Mais Moscou n’entend pas faire preuve de veulerie face à un Occident de plus en plus agressif, la conférence de presse internationale donnée aujourd’hui par Vladimir Poutine est sans ambigüité : « Il faut comprendre que si l’Ukraine veut rétablir la paix, expliquait-il dans la journée, le calme et son intégrité territoriale, il faut respecter les gens vivant sur certains territoires du pays, tout en menant avec eux un dialogue politique honnête et ouvert, et cesser d’exercer des pressions. J’espère que tout ira finalement sur cette voie. » Et d’ajouter qu’il fallait aussi que Kiev respecte les engagements assumés, notamment concernant la loi d’amnistie et le statut spécial du Donbass.

Entrainement des FAN avec des 100 mm T-12 Rapir

Les combats de demain

Vers fin janvier début février, les forces armées de Nouvelle Russie devraient être en mesure de présenter des structures mieux coordonnées et encadrées. Leur niveau d’équipement va augmenter, et les effectifs devraient atteindre rapidement entre 40 et 45.000 hommes. Il est indéniable que le conflit se poursuivra jusqu’au printemps, à moins que la situation politique, économique et sociale de l’Ukraine « proeuropéenne » ait raison du régime de Kiev.

Il semble désormais évident que la possibilité de reprise des combats à grande échelle, après une provocation ou sous pression américaine, se déroule d’ici là. Même si les forces ukrainiennes reçoivent des matériels neufs, même si elles imposent d’autres conscriptions forcées, même si elles arrivent à atteindre le niveau opérationnel de la fin du printemps dernier, il n’en demeure pas moins que le régime dont elles dépendent présente des carences effarantes. Par exemple, en raison d’un manque de fonds dans les réserves de l’Etat ukrainien, quelque mille mercenaires occidentaux (dont de très nombreux américains) ont quitté le territoire de l’Ukraine dans le cadre de la rotation aérienne de l’OTAN observée ces derniers jours.

Présentation du bataillon « Aleksandr Nevski » de la brigade Prizrak d’Aleksandr Mozzgovoi (qui intervient dans la vidéo), dont le commandant est appelé « Siberie ». Une unité aux couleurs de la Russie impériale

Cela n’empêche tout de même pas l’industrie militaire kievienne de signer des contrats militaires, comme celui-là impliquant la US Defense Technology Inc destiné à fournir des radars de contre-batteries AN/TPQ-49 (photo), capables de déterminer immédiatement l’endroit d’où partent les tirs des batteries de mortiers et d’obusiers, sur une distance de 50 mètres à 10 kilomètres, avec une précision variant de 75 mètres à 5 km.
Encore un truc bien coûteux que les DRG républicains auront hâte de détruire…

L’oppression « proeuropéenne »

Sur le front du Donbass, la situation reste globalement fichée, même si l’on constate parfois quelques accrochages d’intensité variable, des escarmouches et des tirs sporadiques de mortiers. Et toujours vers les mêmes endroits : l’aéroport de Donetsk, Peski, le sud d’Avdeevka, le nord ouest de Gorlovka, Uglegorsk, Debaltsevo, la zone de Shachtye.

On signale, en outre, plusieurs rotations de troupes de l’armée ukrainienne : des éléments des 28e et 79e brigades, de même que d’autres de la garde nationale.

La nuit dernière, vers Izyum (125 km au nord-ouest de Donetsk) et vers Slaviansk (86 km au nord-ouest de Donetsk), on signalait une colonne ukrainienne d’artillerie en progression, composée essentiellement de 9 BM-21 Grad.

Au sud, la zone de Mariupol continue d’être animée avec des mouvements de troupes et d’éléments du génie militaire.

Cette trêve profite au renforcement des forces de Kiev, même si du côté de la Nouvelle Russie on ne reste pas sans rien faire, mais aussi elle encourage de facto la répression du régime kievien : dans tous les secteurs du Donbass sous occupation ukrainienne, c’est le règne de l’arbitraire et de la répression tous azimuts. On incite à la délation, on pourchasse, on surveille, on arrête, on torture, on réprime. A 13 kilomètres au nord de Lugansk, la garde nationale pratique sa mission première : l’oppression. On cherche à identifier ceux qui sont censés sympathiser avec les indépendantistes, ceux qui ne sont pas en accord avec le régime mis en place en février dernier par le chantage, la corruption, la violence et la terreur. Et tout le monde y passe : hommes, femmes, enfants, personnes âgées, handicapés, malades. Des dizaines de civils ont déjà été interpellés arbitrairement et sont retenus dans des endroits secrets, certains ont même été déportés vers l’ouest. Toute forme de dissidence est étouffée dans l’œuf par des menaces, des méthodes de harcèlement et, si cela ne suffit pas, des arrestations et des incarcérations arbitraires, parfois même des disparitions.

L’Etat ukrainien « proeuropéen » est une des pires dictatures sous tutelle étatsunienne qui existe actuellement.

Vladimir Poutine : « La Russie n’attaque pas l’Occident, mais défend ses intérêts »

Poutine VV

La Russie n’attaque pas l’Occident dans le sens politique de ce terme, mais défend ses intérêts nationaux, a déclaré le président russe Vladimir Poutine lors de sa grande conférence de presse annuelle.

« Vous avez dit que la Russie avait dans une certaine mesure apporté sa contribution aux tensions que nous observons actuellement dans le monde. La Russie a en effet apporté sa contribution, mais uniquement en ce sens qu’elle défend de plus en plus rigoureusement ses intérêts nationaux. Nous n’attaquons pas dans le sens politique de ce terme, nous n’agressons personne, mais défendons nos intérêts », a indiqué le chef de l’Etat russe.

« Quant au mécontentement de nos partenaires occidentaux, en premier lieu américains, il s’explique précisément de la sorte, et non par le fait que nous entreprenons des actions susceptibles de provoquer des tensions en matière de sécurité », a souligné le président russe.

Source RIA Novosti

Louis Aliot : « Zemmour a toute ma sympathie face à la meute ! »

Louis Aliot FN - Le Grand Journal Canal Plus 14 octobre 2013

Dans un entretien au quotidien italien Corriere della Sera, Eric Zemmour a tenu, fin novembre, des propos sur les musulmans qui ont fait une nouvelle fois polémique. Scandale dans le scandale, le terme « déportation » retranscrit dans l’article mais non employé par l’essayiste, cristallise aujourd’hui les critiques. Les réactions du socialiste hollandien Bernard Cazeneuve, de l’ultra-mondialiste Jacques Attali ou encore de Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen.

La chasse au Zemmour est ouverte… Son livre fait mal au système. Tant mieux ! Il a toute ma sympathie face à la meute ! (Louis Aliot)


#tweetclash : #Zemmour : entre indignation et… par Lopinionfr

Ukraine / Donbass : les troupes de Kiev continuent de se renforcer

Ukraine Donbass USA Democracy

Ce 17 décembre, jour anniversaire du colonel Igor Vsevolodovitch Girkin dit Strelkov, est aussi le 7e jour de la trêve. Un cessez-le-feu relativement respecté mais qui cache des préparatifs guerriers, surtout du côté des forces de la junte. Même si ce conflit a pris des apparences de guerre civile localisée, il s’agit bel et bien d’une guerre, certes pour l’heure relativement limitée et de faible intensité – officiellement 4.400 tués en 6 mois-, mais qui est appelée cependant à durer avec des risques évidents d’évolution touchant toute la partie orientale de l’Ukraine suivant un axe Kharkov, Dniepropetrovsk – Odessa, voire à s’étendre régionalement, à cause de l’implication de plus en plus évidente et insistante dans ce conflit de pays membres de l’Alliance atlantique et de l’Union européenne comme la Pologne et les Etats baltes.

On note, ces dernières 24 heures, dans la zone du Donbass contrôlée par Kiev, une activité moyenne de l’aviation ukrainienne pendant la journée : 3 ou 4 avions de transport (An-26) tout au plus. Peu en comparaison à ces derniers jours où on a pu apercevoir d’incessants ballets aériens, sur les principaux aéroports du pays, d’appareils arborant les couleurs américaines et de l’OTAN. Au cours des 4 derniers jours, pas moins de 32 avions de transport militaire ont déchargé sur ces aéroports des cargaisons impressionnantes de systèmes de détection, de drones, d’équipements individuels et collectifs pour fantassins, de blindés légers et même des pièces d’artillerie. D’autres informations font état de débarquements d’engins divers et de blindés, de même que des systèmes d’artillerie dans le port d’Odessa. A ce rythme, si on ajoute les matériels remis en conditions et réparés dans les ateliers ukrainiens, les véhicules et blindés sortant des chaînes de montage, les vieux stocks livrés par des pays membres de l’Alliance atlantique, on peut s’attendre, pour la première quinzaine de janvier, à ce que les forces ukrainiennes aient des capacités opérationnelles comparables à celles qu’elles d’avant le mois d’août.
Mais ce n’est pas gagné d’avance puisque la logistique de l’armée de Kiev présente des carences insoupçonnables. Ainsi, dernièrement dans la région d’Odessa, quelque104 tonnes de vivres d’une valeur de plus de 1,2 millions d’hryvnia, qui avaient été stockées dans un entrepôt militaire ont été découverts dans un état inutilisable. Une enquête préliminaire est en cours pour négligence.

Accrochages sporadiques et grandes manœuvres

La reprise du contrôle total de la bourgade de Trehizbenka, dans la journée d’hier, par les forces de Kiev leur a permis d’installer des batteries de mortiers lourds. Hier soir, vers 20h30 – 20h45 (heure locale), plusieurs tirs de ces batteries ont été observés contre les positions indépendantistes vers de Prishib (quelques kilomètres plus au sud-ouest). Violant les accords de cessez-le-feu, Kiev entend bien maintenir la pression sur les FAN au nord de Lugansk, espérant sans doute ainsi reconquérir le terrain perdu les semaines précédentes.

Ukraine / Donbass : Kiev veut reprendre les hostilités

Ukraine Donbass église orthodoxe

L’état-major général des forces armées de l’Ukraine a annoncé la fin imminente de la trêve, avec une éventuelle reprise des hostilités. La rotation des unités et les renforts acheminés dans le Donbass sont presque terminés pour les troupes ukrainiennes. C’était bien le sens de ce cessez-le-feu, comme nous le pressentions dès le départ. D’ailleurs, sur la partie nord du front du Donbass, la trêve n’existe pas.

C’est toujours le front nord qui présente des signes d’activité militaire, en dépit de la trêve : des tirs contre les positions des FAN ont été observés à Valuiskoe (est immédiat de Stanitsa Luganskaya) à partir de positions retranchées des forces de Kiev vers Kolesnikovka et Olkhovoe au nord-est. Du côté ukrainien, plusieurs batteries d’automoteurs de 152 mm 2S3 Akatsiya et de 122 mm 2S1 Gvozdika sont toujours actives sur le secteur Nord de la Seversky Donets de même que des automoteurs de 152 mm 2S19 MSTA-S, de la 55e brigade d’artillerie, et des batteries BM-21 Grad et BM-27 Uragan.
Bilan matériel, selon les premiers comptes-rendus de ces duels d’artillerie et des accrochages de la journée : les forces de Kiev ont perdu 2 mortiers automoteurs de 120 mm 2S9 Nona, 3 obusiers de 122 D-30, 7 mortiers divers, 2 Ural, 3 automoteurs de 152 Akatsiya ont été endommagés de même que deux chars (rappelons qu’une batterie complète compte 6 obusiers ou automoteurs d’artillerie). Les forces indépendantistes ont perdu 3 mortiers de 82 mm 2B9 Vasilek, 1 Ural et 1 BTR.

A l’ouest de Shachtye, les forces ukrainiennes ont repris totalement le contrôle de la bourgade de Trehizbenka, au nord de Slavyanoserbsk, alors que depuis des semaines ce secteur était aux mains des DRG républicains. Une petite agglomération qui permet aux Ukrainiens de sécuriser une partie du secteur ouest de Shachtye. En fin de journée, plusieurs pilonnages de l’artillerie ukrainienne étaient signalés vers Slavyanoserbsk.

Vers Nikishino, au sud de Debaltsevo, il semblerait qu’il y ait eu un accrochage assez important dans la journée des forces de Kiev contre des positions… ukrainiennes !

Hier, plus à l’ouest, des tirs d’artillerie pouvaient être entendus à la périphérie ouest de Donetsk.

Scène hallucinante : rotation ukrainienne sur la position que les forces de Kiev occupent encore au nouveau terminal de l’aéroport de Donetsk, sous le contrôle des éléments du bataillon « Sparta » et de Motorola.

République féodale d’Ukraine – Saison 1 Episode 2 : le « populicide » du Donbass

usa ue ukraine mort

Par Xavier Moreau, analyste géopolitique spécialiste de l’Europe centrale et de la Russie

«American Way of War»

Le parti de la guerre est en passe de l’emporter à Kiev. Les déclarations de Petro Porochenko sur les enfants du Donbass condamnés à vivre dans les caves doivent être remises dans la perspective de la triple pression de Washington, des chefs néonazis et du parti de la guerre menée par Iatsenouk. Le Président ukrainien cherche à éviter une offensive militaire, dont le résultat est loin d’être garanti. Il mène donc une « guerre américaine », qui cible non plus les FAN (forces armées de Nouvelles Russie), mais les populations civiles du Donbass (ici une famille exterminée sous les bombes ukrainiennes à Gorlovka, ici à Kirovsk). Nous assistons donc à une destruction systématique des infrastructures énergétiques, sanitaires ou tout simplement des habitations elles-mêmes.

Les Etats-Unis qui ne comptent sans doute pas aider les Kiéviens de manière décisive, tiennent cependant à ce que ces derniers se battent jusqu’au bout. Le voyage de Joe Biden avait donc un triple objectif :

. Vérifier que son fils s’épanouit dans son nouvel emploi au sein de la compagnie de gaz ukrainienne, « Burisma Holdings ».

. S’assurer que la guerre civile se prolonge le plus longtemps possible, en espérant qu’elle aboutisse à la destruction ou au départ des populations du Donbass.

. Faire accélérer la création d’un gouvernement de coalition, car tant que celui-ci ne sera pas nommé, l’aide internationale sera bloquée. Washington compte bien faire pression sur l’Union européenne pour financer la guerre civile ukrainienne.

Notons que l’aide militaire américaine létale pose un problème d’escalade militaire à Washington. Tant que celle-ci consiste à envoyer du vieux matériel soviétique, stationné dans les anciens pays du Pacte de Varsovie, cela pouvait se passer discrètement. En revanche, la livraison de système typiquement américain provoquera une réponse proportionnée de Moscou. Pour résumer, si Washington livre des « Javelin », les Russes livreront des « Kornet ». En signant un traité avec l’Abkhazie, Vladimir Poutine a montré aux Occidentaux que leurs menaces et le chantage n’avaient aucune chance d’influencer la politique du Kremlin.

En résumé, Kiev compte utiliser son artillerie pour empêcher les habitants de Nouvelle Russie de passer l’hiver tranquillement, espérant ainsi effrayer les populations de Slaviansk et Marioupol, qui souhaitent massivement rejoindre le nouvel Etat. D’un côté les habitants des villes occupées subissent les exactions quotidiennes des unités de représailles, de l’autre ils vivent dans la menace de se voir couper les vivres par Kiev, en cas d’adhésion à la Nouvelle Russie.

Lire la suite sur stratpol.com

« Il faut prendre de grandes mesures, il faut exterminer tous les hommes qui ont pris les armes, et frapper avec eux leurs pères, leurs femmes, leurs sœurs et leurs enfants. La Vendée doit n’être qu’un grand cimetière national »

Louis Marie Turreau, 9 avril 1794

Spéculations sur le rouble

Russie

Par Jacques Sapir, économiste

Le rouble a été durement attaqué hier, lundi, et a connu une nouvelle baisse importante. En réaction, la Banque centrale de Russie a monté son taux directeur de 10,5% par an à 17%. Cette réaction, dont on peut comprendre la logique, risque d’être insuffisante. Compte tenu de la nature des attaques spéculatives dont le rouble est l’objet, seul des mesures de contrôle des capitaux sont en mesure de ramener le calme sur le marché des changes.

Lire la suite sur RussEurope

Gilbert Collard : « On est en présence dans notre pays d’une cinquième colonne terroriste »

Gilbert Collard

Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard, était l’invité politique de Sud Radio ce lundi 15 décembre 2014. Il a commenté l’actualité du moment et notamment le danger islamo-terroriste en France, le problème de la non-intégration de populations d’origine extra-européenne dans notre pays, le danger de l’islamisme en France, le musée de l’immigration inauguré par François le Normal dit Hollande, etc. Et cela face à l’arrogance insupportable de petits journalistes aux ordres de l’UMPS…

La majorité des Américains sont pour la torture

US New World Order

51% d’Américains estiment que l’emploi de la torture se justifie pour interroger des suspects, selon un sondage.

Selon un sondage, 51% des Américains, soit, une majorité, estiment aujourd’hui qu’il est justifié d’employer la torture pour interroger les suspects. Seuls 29% jugent injustifiées ces méthodes notamment pratiquées par la CIA. 20% disent quant à eux n’avoir pas d’opinion.

56% des personnes interrogées ont quant à elles indiqué qu’elles estiment que le recours à la torture lors d’interrogatoires menés par la CIA a permis d’obtenir des informations qui auraient contribué à déjouer un certain nombre d’attentats.
Le sondage a été réalisé du 11 au 14 décembre auprès de 1001 personnes, interrogées par téléphone.

Lire la suite sur 24matins.fr

Discours de François Hollande sur l’immigration : encore les niaiseries immigrationnistes de l’UMPS

Marine Patriotes1

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

Mis en place par l’UMP, inauguré par le PS, le musée de l’immigration est le symbole par excellence de la politique de l’UMPS en matière d’immigration, conduite en France depuis 30 ans.

Il rappelle toutes les niaiseries immigrationnistes qui ont dominé l’UMPS dans les discours comme dans les politiques très concrètement menées. En un mandat, Nicolas Sarkozy s’est ainsi illustré par l’entrée légale d’un million d’étrangers supplémentaires, donnant à l’immigration un caractère plus massif que jamais. Un rythme bien évidemment suivi par François Hollande depuis deux ans et demi.

Ce sont donc les mêmes poncifs habituels que l’on a entendus dans la bouche du Président de la République, la même logorrhée ultra-immigrationniste, au mépris de la réalité quotidienne que vivent les Français, et des drames multiples liés à l’immigration massive.

Les Français ne demandent pas un musée de l’immigration à la gloire d’un phénomène qui, entre autres maux, est responsable d’un mal-vivre ambiant, d’un appauvrissement et d’une insécurité grandissante ; ils souhaitent au contraire que l’immigration soit mise au musée, comme une politique du passé et non une sombre perspective d’avenir.

Comme l’immense majorité des Français, le Front National demande la fin de l’immigration massive dans notre pays. Il convient pour cela de retrouver des frontières nationales et de sortir de l’espace Schengen, qui n’a fait qu’amplifier les flux migratoires (en particulier l’immigration clandestine) ; il convient également de réformer le code de la nationalité et d’abolir le droit du sol. Une telle politique suppose, notamment, de mettre fin au regroupement familial, ainsi qu’à toutes les incitations sociales à l’immigration massive, par l’instauration de la priorité nationale.

Ukraine / Donbass : des troupes de l’OTAN arrivées par avions

Ukraine Donbass DRG Novorossia

La «trêve» reste bel et bien fragile, alors que les pourparlers attendus à Minsk semblent compromis. Si le « cessez-le-feu » semble bien plus calme que les précédents (et c’est peu dire), il n’en demeure pas moins que la situation sur la ligne de front est ponctuée d’accrochages d’une intensité variée, de tirs sporadiques, de salves d’artillerie, çà et là. On note une activité soutenue du côté ukrainien avec d’importants mouvements de troupes qui ne ressemblent en rien à un quelconque retrait. Se battant à tout au plus 1 contre 5, les forces de Nouvelle Russie ont, elles, respecté leurs engagements de retrait des armements lourds au-delà des 15 km de la ligne de contact. Il ne fallait pas s’attendre à ce que la junte fasse de même.

Comme nous le soulignions hier, les quelque 4.000 tués et 10.000 blessés estimés par l’ONU ne sont probablement que la partie émergée d’un iceberg macabre en plein cœur du Donbass depuis le printemps dernier. Plus d’un milliers de cadavres non identifiés attendent encore dans les morgues proches de la zone de guerre. De plus, l’accès en plusieurs endroits aux restes de très nombreux morts est impossible depuis plusieurs mois, à cause des combats et même maintenant, en dépit de la trêve, puisque la neige recouvre le tout.

Le DRG « Patriot » en mission de harcèlement de positions kieviennes à l’AGS-17, sans doute sur le secteur nord du front du Donbass. C’est ce DRG, avec « Rusich », qui avait tendu une embuscade début septembre au sud de Shachtye à une colonne du « bataillon Aydar », la détruisant totalement.

L’OTAN en soutien actif de Kiev

Il est évident que la puissante Amérique fournit déjà, et quasi gratuitement, des matériels de guerre et autres engins pour les forces répressives ukrainiennes. Le texte de loi voté à l’unanimité par le Sénat US, que nous évoquions hier, contribuera à renforcer ce « partenariat » destiné à la fois à sceller la tutelle de l’hyperpuissance US sur l’Ukraine et à poursuivre la politique d’agression menée par Washington et ses alliés contre Moscou. L’OTAN, bras armé du nouvel ordre mondial, pourvoit déjà en grande partie à la logistique des forces de Kiev. Les ballets incessants ces dernières 72 heures sur les aéroports du centre et de l’est de l’Ukraine d’appareils gros porteurs de pays membres de l’Alliance sont là pour nous le rappeler, comme le fait que de nombreux soldats et gardes nationaux ukrainiens, grièvement blessés dans les combats, sont soignés en Angleterre, dans les pays baltes, en Allemagne, etc.
Sur les pistes, les avions de transport de l’OTAN ont déchargé hier et aujourd’hui du matériel militaire, des troupes et des munitions. C’est la confirmation de la livraison de l’«aide» à l’Ukraine par l’Alliance atlantique. D’ailleurs, des résidents locaux ont reconnu avoir aperçu des véhicules européens et américains vers le terminal de l’aéroport de Kharkov. L’OTAN a commencé à s’impliquer dans le Donbass en douceur, une opération camouflée sous la forme de soutien logistique à la mission de l’OSCE.
Les aéroports de Kharkov, de Dniepropetrovsk et de Zaporozhye rouvriront aux vols de l’aviation civile le mardi 16 décembre, c’est ce qu’à déclaré aujourd’hui le chef de l’état-major général des forces armées de l’Ukraine, Vladislav Seleznev.

Accrochages sur le front nord, calme très relatif ailleurs

Les forces de Kiev continuent leur redéploiement à proximité de la ligne de front. Ici, un convoi composé de porte-chars MAZ-537 transportant 3 T-64BV, 3 BMP-2 et 1 Strela-10 (SA-13 Gopher en code OTAN), accompagnés de deux voitures de police, d’un camion Kamaz et d’une camionnette

Coup de filet anti-jihadiste près de Toulouse, en Normandie et en Île-de-France

jihad-Islam-Muslims

Des interpellations ont eu lieu tôt lundi matin en région parisienne, en Normandie et dans le Tarn. « Une dizaine d’objectifs » étaient visés, selon la police.

C’est l’aboutissement d’une enquête qui dure depuis plus d’un an. Une filière d’acheminement de jihadistes présumés vers la Syrie a été démantelée dans la région de Toulouse, notamment le Tarn, a-t-on appris lundi matin. Des interpellations ont également eu lieu en région parisienne et en Normandie. Une « dizaine d’objectifs » étaient visés dans plusieurs départements par la police antiterroriste et les hommes du Raid (unité d’élite de la police).

Le nombre exact et le profil des personnes interpellées n’étaient pas encore connus en tout début de matinée. Selon les premières informations disponibles, cette filière présumée aurait déjà acheminé en Syrie des candidats au jihad.

Lire la suite sur bfmtv.com