25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari. Partager la publication "Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Bruxelles 2014

Conférence de presse de Marine Le Pen à Bruxelles sur les alliances du FN au Parlement européen

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la présidente du Front National et députée française au Parlement européen, Marine Le Pen s’exprime sur son projet de constituer prochainement un groupe. D’ici à juillet, Marine Le Pen espère annoncer la naissance d’un groupe d’eurodéputés qui défendent une autre Europe afin de Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Terrorisme

Ukraine / Donbass : l’horreur « proeuropéenne »

L’événement du jour dans les médias occidentaux, c’est la statue de Lénine mise à bas à Kharkov par des nervis néonazis des Patriotes ukrainiens. Ingrats : au XXe siècle, c’est Lénine qui a donné le Donbass à l’Ukraine, comme Staline lui donna la Galicie polonaise et Khrouchtchev la Crimée russe. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait plus tôt, lors de la première révolution orange de 2004 par exemple ? Un épi-phénomène qui est destiné à cacher les tristes réalités d’un pays qui part à la dérive, mais qui intervient quelques jours après la profanation du monument commémoratif du massacre de plus de 30.000 juifs à Babi Yar fin septembre 1941 (photo). Un signe qui ne trompe pas.

Chaque jour, des civils sont tués par l’artillerie de Kiev dans le Donbass, chaque jour des charniers sont découverts là où les escadrons de la mort de la junte « proeuropéenne » y avaient établi leurs quartiers. Chaque jour permet de dévoiler un peu plus l’horreur des réalités d’un régime imposé par la force à l’hiver dernier pour satisfaire les appétits mondialistes et atlantistes.

Les États-Unis viennent d’envoyer 8 experts militaires en Ukraine, pour « l’évaluation de la sécurité » et pour « étudier la possibilité de renforcer la coopération entre Washington et Kiev qui vise à élargir les capacités militaires de l’Ukraine ». En somme, il s’agit de renforcer la politique d’ingérence de Washington dans le pays et de resserrer l’étau atlantiste autour des organes de sécurité, de défense et de répression en profitant de la trêve.

Car il y a urgence : il faut remettre, avant la fin de l’hiver, les forces ukrainiennes en condition de combattre. Les contrats avec les firmes US qui lorgnent sur l’industrie lourde, les mines et le gaz de schiste du Donbass sont en voie d’être signés. Et à l’heure actuelle, 88 de 93 mines situées dans les régions de Donetsk et de Lugansk sont sous le contrôle des indépendantistes, ce que le premier vice-ministre de l’Énergie de la République de Donetsk, Yuri Zyukov, a confirmé.

Du côté des forces indépendantistes, on ne reste pas sans rien faire : les brigades se structurent, le matériel pris aux forces de Kiev est progressivement remis en état. Des renforts en hommes arrivent dans les rangs des FAN. Dernièrement, d’ailleurs, les volontaires français de l’« Unité continentale » ont été incorporés au 155e groupe de diversion qui dépend de la brigade « Prizrak » d’Aleksei Mozgovoi. Aux côtés de Serbes, de Brésiliens, d’Espagnols, ils opèrent désormais sur la zone Nord du front du Donbass, vers Debaltseve et Stakhanov.

La situation ce matin, en anglais

Difficile progression dans la zone de l’aéroport de Donetsk

Vidéo sur les combats de l’aéroport de Donetsk que nous avons déjà mise en ligne, mais cette fois-ci avec des sous-titres en anglais.

Sur le terrain, les combats qui se déroulent en ce moment à l’Ouest de Donetsk sont particulièrement âpres. Dimanche, à Donetsk, 6 civils ont été tués et 18 ont été blessés à la suite de tirs d’artillerie de l’armée ukrainienne. A 22h40 et 01h50, cette nuit, plusieurs salves ont été tirées de la part des batteries de mortiers de 120 positionnées à Pisky (10 km à l’Ouest de Donetsk, juste au Sud-Ouest de la zone aéroportuaire) sur les positions des FAN près de l’aéroport.

Hier, les combats dans le périmètre de l’aéroport ont tué 11 combattants des milices, 23 ont subi des blessures de gravité variable. Plus de 50 militaires et gardes nationaux ukrainiens auraient été mis hors de combat, dont un chef de compagnie de la 93e brigade mécanisée (on évoque aussi le chef de corps de la brigade), et 13 véhicules divers détruits.

La progression dans le nouveau terminal se fait quasiment mètre par mètre. Hier, un ancien abri antiatomique a été atteint par un détachement de la milice. Dans l’après-midi, un tir direct sur un BTR-80 a tué 7 soldats de la 79e brigade aéromobile et en a blessé 9. Cette unité, détruite dans le chaudron des frontières cet été, a été reconstituée partiellement à la va-vite. Elle se compose désormais de quelques bataillons constitués de troupes peu entraînées et sans aucune expérience au feu.

Selon les estimations des forces indépendantistes, il y aurait encore quelque 2.500 combattants (chiffre énorme) sur l’aéroport et à l’Ouest de ce dernier, comprenant des « contractors » polonais ayant vraisemblablement appartenu aux forces spéciales « Grom » de l’armée polonaise.

Dokuchajevsk, au sud de Donetsk, une batterie BM-21 Grad, de la brigade « Oplot », tire des roquettes de 122, le 27 septembre, contre des positions ukrainiennes à Volnovakha, à 10 km au Sud-Ouest.

Nantes (44) : le Front National rend hommage à Hervé Gourdel

A Nantes, l’hommage à Hervé Gourdel, ce guide de haute montagne assassiné cette semaine par des jihadistes en Algérie, devait être solennel, comme dans de nombreuses villes de France.

Ce vendredi soir, il n’en a rien été. Devant la mairie, la manifestation, initiée par un collectif de Nantais, a vite tourné au vinaigre. La faute au Front national selon les uns, la faute aux socialistes et aux communistes, selon le FN.

Parmi la petite centaine de personnes réunies, une vingtaine de militants du parti [de Marine Le Pen, note NPInfo] ont répondu présent. Ils ont accroché aux grilles de la mairie une banderole sur laquelle est écrit en blanc sur fond noir «Hommage à Hervé Gourdel nouvelle victime du terrorisme islamiste».

Lire la suite sur leparisien.fr

Ukraine / Donbass : pas d’éloignement des troupes de la ligne de front

Mi-8 ukrainien abattu le 27 septembre à proximité de la ligne de front

Alors qu’officiellement la presse occidentale évoque des « éloignements » bilatéraux de troupes de la ligne de front, les affrontements s’intensifiaient sur l’aéroport de Donetsk et on notait même une poussée des FAN au Sud de l’agglomération. Nous sommes dans la désinformation la plus totale des médias occidentaux : la guerre se poursuit bel et bien et aucune des deux parties n’est disposée à faire des concessions à l’autre. Kiev profite de cette fausse trêve pour se réorganiser et prépare une nouvelle offensive. Le refus, aujourd’hui encore, de ses troupes encerclées de quitter la zone de l’aéroport grâce à un corridor sécurisé, proposé par les FAN, est l’illustration de ce refus d’apaisement du côté de la partie ukrainienne. Les observateurs de l’OSCE doivent intervenir d’ici peu dans « la zone tampon ». On se demande bien comment ils vont s’y prendre dans ces conditions…

Le 28 septembre, un nouveau charnier a été découvert près du village de Nyzhnya Krynka, à 15 km à l’Est de Donetsk, où les paramilitaires du 41e « bataillon » de la défense territoriale « Tchernihiv-2 », sur les ordres du lieutenant-colonel AV Drozdov, avait été positionné il y a une semaine (poche de Zhdanivka évacuée après accord de cessez-le-feu). L’unité avait fait sauter un pont routier important avant de rejoindre les lignes ukrainiennes vers Debaltseve. Le décompte des corps est en cours. L’enquête dira comment et quand ces personnes sont décédées.
Une affaire qui s’agrège à d’autres toutes aussi inquiétantes : comme ce témoignage en vidéo d’un combattant du « bataillon Donbass » de Semen Semenchenko, dont les effectifs se composaient essentiellement de repris de justice, d’activistes d’extrême droite (bandéristes néonazis) et de mercenaires avant leur éradication dans la poche d’Ilovaisk fin août. Cet homme témoigne du nettoyage ethnique entrepris par son unité répressive du bourg de Mykolaivka, juste à l’Est de Slaviansk, quelques jours après le retrait des forces de Strelkov. Un véritable carnage avec exécutions sommaires, pillages, saccages d’habitations etc. Ce que nous relations déjà à l’époque et qui vient confirmer que ces unités de la garde nationale ne sont finalement que des escadrons de la mort destinés à mener à bien une politique de nettoyage ethnique décidée en haut lieu à Kiev.

La situation ce matin

Au Nord de Lugansk, au niveau de la Siverskiy Donets, d’intenses combats se poursuivent en ce moment entre la milice et une avant-garde mécanisée des forces de Kiev. A l’Est de Permovaisk, dans le secteur le plus au Nord du dispositif républicain, une nouvelle petite poche d’encerclement vient de se créer. Il s’agit d’une colonne blindée qui s’est fait prendre au piège. La brigade « Prizrak » de Mozgovoi qui contrôle cette zone attend leur reddition.

Sur Debaltseve, la situation reste globalement inchangée. Ce matin, vers 4 heures des tirs d’artillerie se sont fait entendre après une nuit relativement calme. Des détachements de reconnaissance et de sabotage des FAN continuent de tester les défenses de cette poche.

Reportage de la télévision ukrainienne, il y a quelques jours. Depuis ces positions tenues par les forces de Kiev sont entre les mains des forces républicaines. On notera l’équipement individuel des troupes de la junte (garde nationale et 93e mécanisée) : casques polonais modèle 2005, viseurs Aimpoint israéliens sur les AK-74, gilets de combat US, etc.

Hier, après que le nouveau terminal ait été pris par les troupes républicaines, les forces de Kiev se sont renforcées au niveau de l’ancien terminal, refusant même un «corridor» offert par les FAN pour quitter les lieux sans pertes.
Des batteries D-30 (122 mm) des FAN ont pilonné une partie de la matinée les positions de l’armée ukrainienne sur la zone aéroportuaire, notamment une partie de la piste, la tour de contrôle et le village de Pesky (Sud-Ouest de l’aéroport) où se trouvent des batteries de mortiers de 120 des Ukrainiens.

Des tirs nourris qui ont été suivis d’une riposte dans la foulée des batteries d’artillerie ukrainienne, impliquant des salves de BM-27 Uragan (220 mm) sur les quartiers Nord et Ouest de l’agglomération.

Les combats vus du côté des positions républicaines. On notera à 2mn28 le T-72B1V.
Attention à 10mn25, images très dures !

Au Sud de Donetsk, le secteur de Volnovakha semble bouger ces dernières heures : on note une progression des FAN dans la partie Nord de l’agglomération. Volnovakha, plusieurs fois libérée et reprise, est un verrou essentiel pour les troupes ukrainiennes déployées à l’Est de l’autoroute H20 au niveau de Granitne face à Telmanove.
D’ailleurs, le commandement opérationnel à Kiev le sait : il vient de renforcer son artillerie au niveau de Mariupol. Et il n’est, là encore, pas disposé au moindre « éloignement de la ligne de front », n’en déplaise à l’AFP, Reuters et autre Associated Press.

Ukraine / Donbass : la paix mort-née

La paix mort-née de Minsk n’empêche pas les combats très durs qui se poursuivent sur l’aéroport de Donetsk ces dernières 24 heures, alors que Kiev masse des troupes mécanisées au Nord-Ouest et au Nord-Est de la capitale du Donbass, comme pour y préparer un assaut d’ici peu de temps. Une « paix » qui n’empêche pas non plus la répression contre les opposants hostiles à la marche forcée en direction de l’Union européenne imposée par la junte putschiste depuis le mois de mars.

La République de Donetsk a décidé d’arrêter l’échange de prisonniers de guerre avec l’Ukraine en raison du fait que les transferts des forces de Kiev ne correspondent pas aux accords de Minsk : la junte libère de plus en plus de civils pris en otages, au lieu de miliciens faits prisonniers, et ces civils présentent des marques évidentes de sévices et de torture pour la plupart d’entre eux. Un phénomène inquiétant qui s’agrège à la découverte de charniers dans les zones abandonnées par les troupes ukrainiennes depuis quelques jours et qui ne sont pas sans rappeler les charniers découverts il y a quelques mois vers Slaviansk ou Kramatorsk, zones sous contrôle des forces ukrainiennes. Kiev avait alors accusé les indépendantistes de crimes, puis l’enquête avait été étouffée en haut lieu…

La situation dans la journée du 27 septembre

Combats dans la zone aéroportuaire

En première ligne avec les combattants d’un détachement de reconnaissance et de sabotage de la brigade « Kalmius » aux abords de l’aéroport de Donetsk

En dépit de l’accord sur le retrait des troupes au-delà de la ligne de contact, les forces ukrainiennes continuent de se regrouper au Nord-Ouest et Nord-Est de Donetsk. Déjà, environ 14.000 combattants, près de 200 chars et un très grand nombre de pièces d’artillerie s’accumulent dans ces secteurs, ce qui sous-entend que Kiev entend bien mener une attaque de grande envergure sur la ville d’ici quelques jours ou quelques semaines.

A 06h30, ce matin, les troupes ukrainiennes ont tenté de percer les défenses des FAN au niveau de l’aéroport de Donetsk. La milice a répondu : des pertes importantes sont à décompter du côté de la partie ukrainienne.
Ce soir, on signale qu’un bataillon de la brigade « Kalmius » progresse dans les ruines de la nouvelle aérogare de l’aéroport de Donetsk qui était en construction. Une progression rendue difficile en raison des destructions, des mines, des snipers et des retranchements mis en place par les défenseurs ukrainiens.

En fin de soirée, un nouveau pilonnage d’artillerie au moyen de mortiers de 120 et de BM-21 vient une fois de plus de toucher le quartier Kuibyshev à l’Ouest de Donetsk.

La riposte des FAN aux tirs ukrainiens

Pour Tahar Ben Jelloun, les islamistes « visent l’Europe »

L’écrivain marocain a commenté les rassemblements des musulmans de France un peu partout sur le territoire vendredi après-midi. Il tire la sonnette d’alarme sur ces forces terroristes qui veulent « démolir la démocratie ».

Pour rendre hommage à l’otage français décapité par les jihadistes de l’État islamique le 24 septembre, les musulmans de la capitale se sont donné rendez-vous vendredi devant la Mosquée de Paris pour protester contre les actes perpétrés par les terroristes en Syrie et en Irak. Parmi eux, se trouvait l’écrivain marocain Tahar Ben Jelloun, pour qui c’était « la moindre des choses » de rendre hommage à Hervé Gourdel. Pour lui, le Français « est devenu le symbole de l’innocence même massacrée par cette barbarie qui est étrangère à nos traditions et nos coutumes ».
Dans la lutte contre l’État islamique, ce n’est pas seulement la France mais tout le monde qui doit se mobiliser selon Tahar Ben Jelloun. « Heureusement que 5 pays musulmans, (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Jordanie, Qatar, Bahrein, ndlr) font partie de cette riposte, mais je pense depuis longtemps que les États du Golfe devraient rendre des comptes parce que ce sont eux qui ont commencé à financer des islamistes plus ou moins radicaux jusqu’à ce qu’ils se rendent compte que c’était très dangereux », poursuit-il.
Si la France ne bombarde pas l’Irak et la Syrie, l’écrivain soutient que les islamistes « arriveront chez nous », parce que « c’est leur projet », « ce sont des gens déterminés qui n’ont pas peur de la mort, du sang. Ils visent l’Europe », prévient-il. « Démolir la démocratie, ça les excite, les chrétiens et les juifs et évidemment les musulmans qui ne sont pas de leur bord », a-t-il conclu.

Source : rtl.fr

Double jeu : les méandres de l’attitude trouble de la Turquie face aux Califoutraques islamiques

Le gouvernement turc s’apprête à autoriser les avions militaires américains à utiliser la base d’Incirlik, dans un but humanitaire et logistique uniquement, mais reste réticent à l’idée de participer à une opération militaire. Ankara soutient particulièrement le Front islamiste (réunion de plusieurs mouvements rebelles syriens) qui a des liens indirects avec l’Etat islamique.

Entretien avec Alain Rodier, directeur de recherche au sein du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R)

Question :  Au mieux décrite comme prudente, au pire comme ambiguë, la position de la Turquie a souvent fluctué. Quelle a été l’attitude de la Turquie depuis que l’Etat islamique existe et commet ses exactions ?

Alain Rodier : L’Etat islamique d’Irak et du Levant (EIIL) devenu aujourd’hui l’Etat islamique tout court (ou Daesh, ce qui veut dire la même chose en arabe mais avec un côté péjoratif) existe presque depuis le début de la rébellion syrienne.

En effet, ce sont des troupes de l’Etat Islamique d’Irak (EII) qui existaient 2006 (en Irak) qui ont pénétré dans le pays dès la fin 2011. Ses forces s’approvisionnaient alors principalement en Irak mais aussi en Turquie, au milieu des autres groupes rebelles. Il était alors fait aucune distinction entre les « modérés » et les « radicaux », le seul objectif était de faire tomber le régime de Bashar el-Assad, ce qui devait intervenir rapidement.

Ukraine / Donbass : reprise partielle de l’aéroport de Donetsk, combats dans Debaltseve

L’improbable camion blindé bricolé du « bataillon Azov » a changé de propriétaire…

En pleine campagne électorale, Petro Porochenko veut faire accroire à son bon peuple que « la guerre est finie » ! Une fois les élections passées, et son pouvoir renforcé (du moins l’espère-t-il), le boucher de Kiev relancera une offensive contre le Donbass, sans doute plus meurtrière et destructrice que les précédentes. Pour l’heure, les combats perdurent au Nord et à l’Ouest de Donetsk, pour les plus importants, mais aussi à l’Est de Mariupol, au Nord de Lugansk et autour de Debaltseve. Pour le maître de Kiev « le pire de la guerre est passé » et « son » (sic) plan de paix fonctionne ; d’ailleurs il présente déjà son programme économique visant à préparer la candidature d’ici 2020 de l’Ukraine à l’entrée dans l’Union européenne. On croît rêver : le pays est divisé plus que jamais, totalement en ruines, l’économie est exsangue, la crise énergétique menace la plupart des grandes villes et des villes moyennes, la corruption ne s’est jamais mieux portée et dans le Donbass la guerre civile se poursuit. Un vrai paradis européen !

Il y avait longtemps que nous n’avions pas mis en ligne les nouvelles neuves de Nouvelle Russie avec la toujours aussi charmante Elena.

Ukraine, l’OSCE et la Fédération de Russie ont mis en place un groupe de travail pour surveiller le cessez-le-feu dans le Donbass. Mais ce cessez-le-feu n’existe pas, en particuliers à Donetsk. De plus, Kiev semble rechigner pour satisfaire aux exigences de libération de prisonniers. Les échanges de détenus présentent de plus en plus de problèmes, les forces ukrainiennes semblent oublier qu’il s’agit d’une clause des accords de Minsk. A tel point que la partie indépendantiste envisage d’y mettre fin de façon unilatérale. Depuis quelques jours, le nombre de prisonniers diminue à l’initiative de Kiev, et seulement 20% des indépendantistes faits prisonniers ont été libérés.
De plus, dans Mariupol, les paramilitaires menés par Oleg Lyachko, en campagne pour sa réélection à la Rada, multiplient les enlèvements et les arrestations arbitraires. Un mini camp de concentration pour les détenus aurait été installé dans une dépendance de l’aéroport de la ville où l’on y pratiquerait des interrogatoires pour le moins musclés. Plus d’un millier de civils seraient ainsi portés disparus depuis début septembre.

Une colonne motorisée de la garde nationale, à l’Ouest de Donetsk, a été prise sous le feu des salves de BM-21 Grad.

Une grande partie de l’aéroport de Donetsk sous contrôle des FAN

Les FAN ont réussi à repousser le gros des forces ukrainiennes à l’Ouest de Donetsk, au niveau de Zaporizhzhya, soit à 35 km de la grande agglomération. Pourtant, une partie des premières lignes kieviennes se trouve encore à une vingtaine de kilomètres de Donetsk et des nids de résistance persistent au niveau de l’aéroport. Cette nuit, les quartiers Ouest de Donetsk ont encore subi des pilonnages d’artillerie de la part des troupes kieviennes.
Dans la journée, il y aurait eu une tentative de contre attaque ukrainienne d’Ouest en Est en direction de l’aéroport. En tout cas, l’artillerie indépendantiste s’est déchaînée sur la partie la plus à l’Ouest de ce secteur contigu à la banlieue de Donetsk.

Les premières images de la zone aéroportuaire sous contrôle des FAN depuis 24 heures. Sur l’image satellite, le point rouge symbolise l’endroit où cette vidéo a été tournée.

Une batterie mixte d’artillerie mécanisée de la brigade « Kalmius » en appui-feu sur le secteur de l’aéroport de Donetsk : des 2S1 Gvozdika de 122 mm et des 2S3 Akatsiya de 152 mm.

De très durs combats depuis le début de la semaine se déroulent au Nord de Donetsk, vers Avdiivka, qui entraînent de très nombreuses pertes de part et d’autre

Ukraine / Donbass : Kiev cherche à jouer l’accalmie

Les combats semblent s’être quelque peu atténués à l’Ouest et au Nord de Donetsk par rapport à hier et on notait même des retraits en ordre de troupes ukrainiennes d’Est en Ouest ces dernières 24 heures. Kiev cherche à jouer l’accalmie, sans doute pour mieux contre-attaquer dans quelques temps. Et pendant que l’oligarque Porochenko joue au potentat bien propre sur lui, on découvre chaque jour des charniers dans les secteurs jusqu’alors tenus par ses troupes et ses paramilitaires d’extrême droite.

L’armée ukrainienne a commencé à retirer ses troupes au Sud-Ouest et au Nord-Ouest de Donetsk. Un important groupe tactique interarmes de quelque 14.000 soldats, 80 à 100 chars, appuyé par des batteries Grad, ferait mouvement en direction de l’Ouest en ce moment. Il est possible que les troupes ukrainiennes se préparent à une contre-offensive, ces déplacements ne seraient donc que des leurres. Sur l’aéroport de Donetsk, en revanche, la situation reste fichée, d’autant qu’au moins une compagnie de « Dnepr-1 » composée d’éléments de Praviy Sektor tiendrait encore plusieurs positions. Des rapports ukrainiens font état de tirs réguliers d’obusiers d’artillerie de 152 mm de la part des FAN qui auraient causé des pertes importantes dans les rangs des défenseurs de ces derniers retranchements. D’aucuns évoquent un manque de contrôle de ces paramilitaires de la part de Porochenko, c’est oublier que leurs moyens lourds, pour la plupart, proviennent directement de l’armée, en l’espèce d’éléments de la 93e brigade mécanisée, que le chef de l’Etat ukrainien contrôle parfaitement. Là encore, nous sommes bien dans un jeu de dupes.

Ramzan Kadyrov interdit le port du voile intégral en Tchétchénie

Le site Internet russe chechnya.kavkaz-uzel.rul rapporte l’arrestation musclée d’une jeune fille à Grozny, portant un voile cachant son front et et son menton. Au sujet de cette affaire, le porte-parole du ministère de l’Intérieur russe en République de Tchétchénie a déclaré : « Les forces de l’ordre ont procédé et vont procéder à des mesures préventives pour identifier les adeptes du wahhabisme. Le wahhabisme et l’extrémisme n’ont pas de place sur notre terre. Tout comme n’a pas de place celui qui, extérieurement, essaie d’être comme les wahhabites. »

Devant les rumeurs de jeunes filles enlevées pour port du voile islamique (hidjab) véhiculés par les réseaux sociaux, Ramzan Kadyrov a répondu sur son compte Instagram, le 17 septembre :

« Ces derniers temps, les utilisateurs de réseaux sociaux sont envahis par la passion, affirmant que la Tchétchénie interdit aux jeunes filles de porter le hidjab. Ils disent que les filles en hidjab sont sorties des madrasa et contrôlées ! Si les auteurs ont connu au moins un tel cas, qu’ils le signalent ! »

« Le hidjab est porté par chaque musulmane, car c’est un devoir. Mais nous ne laisserons personne cacher son visage, envelopper son menton. C’est à partir de cela qu’ont commencé ceux qui ont mis des bombes dans les rues de Grozny. Notre position de principe est : ne laisser aucune personne, jamais, non seulement être wahhabite en Tchétchénie, mais aussi ne pas le laisser leur ressembler ! Je dis encore une fois que toute tentative de semer les graines du wahhabisme, sera consciencieusement éliminée. »

Cela change des hommes politiques français qui n’ont même pas le courage de faire appliquer la loi sur le voile intégral, de peur de se faire traiter d’islamophobes ou de s’aliéner une clientèle électorale.

Source : Le Monde russe

http://chechnya.kavkaz-uzel.ru/articles/249331/

http://www.newsru.com/russia/18sep2014/chech_1.html

Le Front National de Loire-Atlantique s’associe à l’hommage qui sera rendu demain à Nantes à Hervé Gourdel

flamme-FNCommuniqué du Front National de Loire-Atlantique

Des Nantais, horrifiés et révoltés par l’assassinat barbare d’Hervé Gourdel par des terroristes islamistes, appellent à un rassemblement silencieux place de l’hôtel de ville, à Nantes, le vendredi 26 septembre à 19 heures 30.

Le Front National de Loire-Atlantique s’associe à cet hommage et convie tous les citoyens de notre métropole à montrer par leur présence qu’ils refusent la violence inhumaine des mouvements islamistes.

Port du voile dans le sport : il est temps d’exclure le Qatar des compétitions sportives

flamme_fn_04-150x1503Communiqué d’Eric Domard, conseiller aux sports de Marine le Pen

​Le Qatar a décidé de retirer son équipe féminine de basket des Jeux asiatiques au motif que ses joueuses ne pouvaient disputer les rencontres avec un voile islamique.

Déjà à la manœuvre pour imposer le port du voile dans les compétitions de football féminin, d’aviron, de badminton et du short dans les épreuves de beach-volley, le Qatar, dictature islamiste et soutien financier du jihadisme international accentue son entrisme religieux dans le sport.

Cette offensive politico-religieuse vise clairement à remettre en cause la charte olympique qui stipule qu’« aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement sportif ».

Le Front National s’alarme de cette intrusion du religieux dans les enceintes sportives et de la complaisance de certaines fédérations internationales tout comme du Comité international olympique, qui tentent de contourner leur propre règlement en assimilant le voile islamique à un symbole culturel et non plus religieux.

Il s’inquiète de la décision de la Fédération internationale de basket, d’autoriser « pour une période d’essai » de deux ans le port du voile dans les compétitions nationales.

Face aux menées subversives de ce micro-Etat islamiste, il faut rappeler avec force le principe inconditionnel et non négociable de neutralité religieuse et politique du sport.

Si le Qatar veut imposer la religion dans le sport, il faut exclure le Qatar de toute participation aux compétitions sportives internationales.

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre et qui continue le sale boulot de Nicolas Sarkozy et de Bernard-Henri Lévy à l’international.

« La France doit se faire respecter sur chaque mètre carré de son territoire national. [...] Je m’engage à restaurer une diplomatie française libre assise sur une défense nationale indépendante de l’OTAN.»

L’incroyable raté dans l’affaire des trois jihadistes

Communiqué de Michel Thooris, secrétaire général du Syndicat France Police suite au raté à l’aéroport de Marignane

L’incroyable raté dans l’affaire des trois jihadistes français expulsés de Turquie qui ont réussi à passer le contrôle transfrontière à l’aéroport de Marignane est l’arbre qui cache la forêt.

Dans cette affaire, le fichier des personnes recherchées (FPR) est montré du doigt. Ce fait qui en devient presque « divers » démontre une nouvelle fois que l’Espace Schengen est une passoire dans lequel on peut entrer et sortir à loisir même en étant un dangereux terroriste.

France Police a été alerté à de multiples reprises sur les pressions exercées notamment par Aéroport de Paris sur la police aux frontières pour limiter le temps d’attente aux aubettes lors du contrôle d’entrée dans l’Espace Schengen. En cas de forte affluence, sur pression de la hiérarchie, les fonctionnaires bâclent les contrôles.

Nous demandons à M. Cazeneuve d’établir une circulaire interdisant ces pratiques.

Par ailleurs, pour pallier une éventuelle défaillance des fichiers de police notamment du FPR, nous demandons au ministre de l’Intérieur qu’un contrôle a priori soit systématiquement effectué avant l’atterrissage d’un vol en provenance d’un pays sensible sur la base du listing des passagers.

Mort d’Hervé Gourdel : réaction du Front National

Front National flammeCommuniqué du Front National

Le Front National adresse ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches d’Hervé Gourdel, otage français enlevé par des islamistes en Algérie, et dont la mort affecte l’ensemble de nos compatriotes.

Si bien entendu il ne faut en aucune circonstance négocier avec les terroristes, cette terrible nouvelle doit cependant nous alerter sur la stratégie globale adoptée par la France dans sa lutte contre le terrorisme en général et l’Etat islamique en particulier.

Contrairement aux mots de François Hollande qui avait expliqué que les frappes françaises en Irak et l’implication militaire directe de notre pays au côté des Américains étaient de nature à renforcer la sécurité des Français, en France comme à l’étranger, les faits lui donnent malheureusement tort.

La France, par une posture déséquilibrée et sans rapport avec ses moyens militaires réels, est devenue la cible numéro un des jihadistes dans le monde.

Il n’est pas possible de prétendre faire une guerre totale, à un ennemi aussi nébuleux que l’Etat islamique, sans cohérence ni moyens. La cohérence suppose de couper les relations diplomatiques et économiques avec le Qatar, qui finance et soutient les mouvements jihadistes du monde entier. Cela suppose également de renforcer considérablement notre outil de défense et de renseignement, tant en termes de moyens humains, matériels que financiers.

Il convient enfin d’adopter sur le territoire national une véritable politique pour lutter contre le phénomène grandissant des jihadistes français, en instaurant la déchéance de nationalité et l’interdiction du territoire pour les jihadistes partis combattre au Moyen-Orient ou ailleurs dans le monde.

Ukraine / Donbass : affrontements au nord et à l’ouest de Donetsk

La grande puissance la plus proche de l’Ukraine est la Fédération de Russie, c’est une réalité. L’Ukraine fait partie, volens nolens, de l’espace géopolitique et civilisationnel slavo-orthodoxe russe («l’ensemble russe» diront certains), c’est une autre réalité incontournable. Le coup d’Etat «proeuropéen» de l’hiver dernier n’a apporté que divisions, pertes de souveraineté, destructions, désolations, paupérisations, pillages, déstabilisations de toutes sortes et massacres, c’est une troisième réalité. N’en déplaise aux propagandistes occidentaux ou aux Polonais russifiés (Galiciens) en mal de repères identitaires, Kiev fait bien partie de la sphère d’influence géopolitique de Moscou, et cela depuis des siècles. C’est ce refus obstiné, de l’Occident et de ses laquais locaux, de voir les réalités historiques, géographiques et géopolitiques en face qui est à l’origine de l’abominable guerre civile qui a cours en ce moment dans le Donbass et qui risque de s’étendre bien au-delà. Un déni de réalité totalement irrationnel nourrit à la fois par des idéologies mortifères d’un autre âge et par la prédation atlantiste et mondialiste qui ne recule devant rien. C’est aussi pourquoi la «paix de Minsk» ne durera pas, même pas médiatiquement, sur place tout le monde en est conscient. Le conflit continuera.

Kiev semble préoccupé par la campagne électorale qui bat son plein. Les élections approchent et, pour le régime putschiste, il s’agit de démontrer que l’Ukraine est un pays apaisé, stable, ouvert… Il s’agit donc, une fois de plus de mentir et de faire oublier le drame qui se poursuit dans le Donbass où 300.000 personnes vont devoir passer l’hiver sous des tentes du fait des destructions « proeuropéennes ».

De leur côté, les indépendantistes ont annoncé la tenue d’élections présidentielle et législatives à Donetsk et Lugansk, le 2 novembre. Ils ont également fait savoir qu’ils n’organiseraient pas les législatives ukrainiennes fixées au 26 octobre. La séparation du Donbass du reste du pays est un fait établi.

La situation hier soir

Préparation d’une batterie des FAN de 122 D-30

Combats au Nord et à l’Ouest de Donetsk

Utilisation de mini drones civils par les FAN aux abords de l’aéroport de Donetsk

Tout au long de la nuit, de violents combats se sont déroulés dans la zone d’Avdiivka au nord de Donetsk, de même que dans le secteur de l’aéroport. Sous la poussée indépendantiste, un détachement ukrainien a tenté de se retirer de ses positions, en vain. Afin d’éviter de lourdes pertes, dans la journée, ce groupe de combat a dû revenir sur ses bases de départ. Ce soir, les affrontements au niveau de l’aéroport se poursuivent intensément.

À Donetsk, cette nuit vers 01h40 (heure de Moscou), les quartiers Leninski et Kuibyshev ont été pris sous le feu des forces de Kiev. En fin de journée, le centre de Donetsk a encore été l’objet de tirs d’artillerie des mêmes, à partir d’une position au Sud-Ouest de l’aéroport près de village de Pisky. Le commandement ukrainien ne veut ni lâcher l’aéroport (ou du moins les dernières positions que ses unités tiennent encore), ni Avdiivka, ce qui entraine de très lourdes pertes de part et d’autre.

A l’Ouest de Donetsk, Marinka est enfin entre les mains des FAN, la garde nationale (une compagnie de « Dnepr-1 ») a dû céder du terrain sur 5 km plus à l’Ouest.

On note depuis hier plusieurs mouvements de batteries d’artillerie ukrainiennes au Nord de Lugansk : Kiev retire ses principaux moyens offensifs au-delà de la zone démilitarisée.