Marine Le Pen invitee TF1 120913

Une politique de l’emploi radicalement différente est une obligation économique et financière mais également morale

Ce texte de Marine Le Pen a été proposé au Figaro, au Monde, au Parisien et à La Tribune. Aucun de ces journaux n’a voulu le publier. Le chômage de masse coûte 100 milliards d’euros par an à l’État : plus que le déficit public ! Année après année, mois Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen à Calais contre le « désespoir » de la population concernant l’immigration clandestine

Marine le Pen, la présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était à Calais où elle est allée à la rencontre des populations françaises qui sont dans une situation de désespoir face à une immigration clandestine en pleine expansion alors que l’UMPS a toujours joué la politique de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Louis Aliot : « Le FN s’adresse aux Français, y compris ceux de confession musulmane »

Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au Parlement européen, était l’invité de L’interview politique du week-end sur Europe 1. Il était interrogé par Maxime Switek sur l’actualité du moment et, notamment, sur le cas Maxence Buttey, cet élu FN converti à l’islam qui s’est vu suspendre de ses Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - LCI - Le-Oui-Non

Louis Aliot sur Radio Classique : « Il ne tient qu’au Sénat de réveiller les institutions et de jouer son rôle »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de Patrick Poivre d’Arvor sur Radio Classique. Il a commenté l’actualité du moment et notamment les élections sénatoriales de dimanche qui ont permis au FN d’avoir deux sénateurs. La présidentielle de 2017 a aussi été évoquée. A l’heure actuelle, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Terrorisme

Ukraine / Donbass : ça se réchauffe de plus en plus

Engins des forces ukrainiennes détruits du côté de Volnovakha au sud de Donetsk, lors des combats de ces derniers jours : on distingue deux camions Ural et un BTR-60 1V18 « Klyon-1″ pour l’observation et le commandement des batteries d’artillerie et des batteries BM-21 Grad

L’automne sera chaud, écrivions-nous il y a quelques semaines : nous y sommes. L’activité du front nord de la poche du Donbass semble s’être propagée sur l’ensemble du front. Outre les combats au nord-ouest de Lugansk sur la T1303, on note un regain d’activité aux abords du saillant de Debaltsevo, y compris contre son artère logistique vitale. A l’ouest de Gorlovka, de même que sur Avdeievka, les combats ont repris, appuyés par des tirs d’artillerie. Quant au secteur ouest de Donetsk, il a été l’objet d’échanges de tirs d’artillerie et de reconnaissances offensives de la part des forces de Kiev. Plus au sud, le secteur de Volnovakha de même que le nord-ouest de Mariupol connaissent des affrontements à l’intensité croissante, alors que les forces ukrainiennes retranchées dans le port se préparent à des combats en zone urbaine.

On remarque un regain d’activité depuis 48 à 72 heures au niveau des aérodromes et des aéroports militaires et civils à proximité du Donbass ou dans le Donbass même (Kramatorsk…) : s’agit-il de transports aériens qui achemineraient rapidement des moyens sur zone ou s’agit-il de prépositionnements de l’aviation tactique ? Dans cette seconde hypothèse, on peut s’interroger sur la nature de ces avions (nationalité, type…) dans la mesure où l’armée ukrainienne ne possède presque plus de Su-25. Certaines sources affirment avoir vu à l’aéroport de Nikolaev des Su-25 et Su-27.
Cet après-midi, 4 hélicoptères d’assaut Mi-24 ont été aperçus à l’aéroport de Melitopol (environ 100 km à l’ouest de Mariupol).

Comme le soulignait hier un observateur du conflit, il est aussi nécessaire de prendre en compte la météo parmi l’ensemble des paramètres qui interviennent dans les événements qui se déroulent sous nos yeux. La semaine prochaine, la météo signale une période de températures très douces (pour la région) : ce sera un avantage pour le camp ukrainien, qui est très mal équipé pour l’hiver, avant les très grands froids de novembre-décembre. Il est possible, mais pas certain, que l’attaque attendue débute à ce moment là.

Nord-ouest de Lugansk : un autre poste de contrôle encerclé

Au nord-ouest de Lugansk, les FAN continuent de reconquérir le terrain perdu il y a quelques semaines sur la T1303 au sud-ouest de la rivière Seversky Donets. Après l’éradication du point de contrôle 32 avant-hier, voilà que la suivant en direction du nord-ouest est l’objet de toutes les attentions : escarmouches, tirs de mortiers et d’AGS-17, salves d’artillerie se succèdent. Plusieurs véhicules de transport et de logistique auraient été touchés, il y aurait aussi des blessés du côté des forces ukrainiennes. Cette nuit, peu avant minuit, une colonne de renforts ukrainiens a été prise pour cible sur cette unique voix d’accès, un autre a reçu le même accueil vers 7h00 ce matin. Le poste de contrôle n°31 face au village de Frunze est, à son tour, encerclé.

Tirs de Grad-P par les cosaques du 32e détachement de l’armée des cosaques du Don, ce matin sur le poste de contrôle ukrainien n°27.

Le poste de contrôle n°27 présenterait en ce moment une grande concentration de troupes et de moyens mécanisés. C’est pourquoi un détachement cosaque a harcelé au moyen de Grad-P une partie de la journée cette position retranchée.

Ukraine – Xavier Moreau : « Le parti de la guerre va avoir une très grosse importance à l’intérieur du nouveau gouvernement »

Entretien avec Xavier Moreau sur les élections législatives en Ukraine. Xavier Moreau, analyste politique et homme d’affaires français résidant en Russie, nous livre son analyse des élections législatives en Ukraine qui ont eu lieu dimanche dernier.

Source

Le sergent-chef Thomas Dupuy est le dixième soldat français tué au Mali

Le sergent-chef Thomas Dupuy est mort dans un violent accrochage avec un groupe terroriste. Il est le dixième soldat français à tomber au Mali.

Le sergent-chef Thomas Dupuy, 32 ans, a été tué mercredi matin dans le nord du Mali lors d’une opération des forces françaises «contre un groupe armé terroriste», a annoncé François Hollande dans un communiqué publié par l’Élysée dans la soirée. Deux autres militaires français ont été blessés durant cette mission menée par la force Barkhane «dans le massif de Tigharghar», a précisé le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, dans un communiqué distinct.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Lire aussi sa bio sur Lignes de Défense

Qu’il repose en paix

Ukraine / Donbass : affrontements au nord de Lugansk sur la Seversky Donets

T-72BV sur la route Lugansk-Donetsk près de Krasny Luch hier après-midi

Kiev vient de renier ce qu’il a signé à Minsk. Pour le régime « proeuropéen », l’accord de septembre est nul et non avenu. Voilà une nouvelle pirouette pour justifier le non respect du cessez-le-feu par les forces de la junte et préparer une attaque massive pour très bientôt. Mais pour le moment, surtout sur les secteurs nord et sud du front du Donbass, l’initiative revient aux Forces armées de Nouvelle Russie. Au nord de Lugansk, une nouvelle bataille de la Seversky Donets semble débuter et au nord-est de Mariupol, c’est l’ensemble de la zone de front qui se réveille depuis quelques jours.

Allah Akbar pour l’Ukraine « proeuropéenne » ! Isa Munaev, ancien colonel de la police, est l’ancien général de brigade des unités islamo-terroristes à Grozny, début 1999 sous les ordres d’Aslan Maskhadov le commandant militaire de la Tchétchénie islamiste (Itchkérie) en guerre contre la Russie. Devenu « président » du mouvement subversif « Caucase libre», il a intensifié ses activités en 2010 avec l’aide de réseaux occidentaux. Au printemps 2014, il est devenu le chef du «bataillon international de maintien de la paix (sic) Johar Doudaïev » intégré aux forces de Kiev. Il opère désormais contre les troupes de Nouvelle Russie. Les terroristes islamo-tchétchènes ont le soutien plein et entier de l’ensemble de l’extrême droite « ukrainienne » ; à l’hiver dernier Dmytro Yaroch, le « Führer » de Praviy Sektor, ayant même appelé à des attentats sur le territoire russe de la part des islamistes du Caucase du Nord.

Les corps des combattants ukrainiens tués sur le poste n°32 ont été transférés à Lisichansk, puis à Artemivsk. Les médias ukrainiens se sont empressés de ne surtout pas rapporter la situation réelle sur le terrain tout en minimisant les pertes des forces de Kiev sur ce secteur (comme sur d’autres), ce qui a provoqué un mécontentement évident au sein de familles de combattants impliqués dans ces affrontements. La page Facebook du 24e « bataillon Aydar » de la garde nationale est édifiante à ce sujet. Par exemple, on peut y lire : « Je suis une femme d’Alexander Piskižova. Vous avez écrit que mon mari a été tué. Pourquoi personne ne me l’a dit. Et où est la preuve que c’est mon mari ? » (source) Intéressante question à laquelle MM. Porochenko, Yatseniuk ou encore Avakov seraient bienvenus d’y répondre. A noter que cette unité paramilitaire est idéologiquement proche de Svoboda, qui fait preuve d’un silence assourdissant…

Évolution de la situation tactique au nord

Avant-hier, devant le point de contrôle n°32, vu du côté des forces indépendantistes.

Un des BTR-4E capturés au point de contrôle n°32

La position fortifiée n°31 des forces de Kiev à l’ouest de l’ancienne position n°32 risque bien de subir le sort de sa consœur : les forces républicaines continuent de s’en prendre aux barrages routiers qui se trouvent sur la T1303 au sud de la Seversky Donets. L’artillerie lourde (152 D-20) du corps des cosaques du Don de l’ataman Pavel Dremov pilonne en permanence ces positions et les convois qui cherchent à les ravitailler.

Plus à l’est, Schastye est désormais pratiquement encerclée par les DRG de l’armée de Nouvelle Russie. Hier soir, une tentative de désenclaver l’agglomération qui verrouille le passage sur la rivière a encore échoué. Précédemment, une reconnaissance offensive importante, quelques kilomètres plus à l’ouest, avait coûté la vie à quelque 40 combattants ukrainiens et 8 d’entre eux, du « bataillon Aydar », avaient même été faits prisonniers (voir nos précédentes chroniques).

A Stanitsa Luganskaya, à 7 km au sud-est, toujours dans la vallée de la Seversky Donets, un poste de contrôle associé à une importante base logistique des forces ukrainiennes a dernièrement été totalement décimé par une action des DRG conjointe avec l’artillerie des FAN.

Au sud et à l’est de Debaltsevo, les reconnaissances offensives des DRG républicains se poursuivent, de même que les frappes d’artillerie ciblées sur des objectifs défensifs ukrainiens. Il y a quelques jours, un poste de commandement et de logistique avait été touché de plein fouet, hier et ce matin ce sont des positions retranchées d’une unité mécanisée qui ont été visées : au moins un T-64BM Bulat et deux autres T-64BV de la 17e brigade indépendante de chars ont été détruits.

La tourelle caractéristique du T-64BV a valsé après l’explosion du chargeur automatique des munitions de 125 mm du canon…

Ukraine / Donbass : la miniretraite devant Lugansk n’est pas de bon augure pour Kiev

Colonne de T-72BV des FAN aperçue près de Donetsk sur la voie principale en provenance de Lugansk cet après-midi.

Un quatrième convoi humanitaire russe est en route pour le Donbass, 100 camions pour 1.000 tonnes de fret, alors que Kiev accroît la pression contre ses propres populations et prépare un assaut. Dans le Donbass, la défense continue de s’organiser : plusieurs convois motorisés et mécanisés des FAN ont été aperçus aujourd’hui entre Lugansk et Donetsk. Et le commandement militaire des FAN cherche à optimiser la logistique au sein des unités, notamment en matière de ravitaillement en nourriture. Loin du tumulte « démocratique » kievien, le Donbass s’apprête à se défendre âprement.
__________

Note importante :

Puisque notre travail vient d’avoir l’honneur d’être largement cité par un observateur reconnu du conflit en Ukraine, Claude Petrovic Rainaudi (qui est aussi une de nos nombreuses sources), qui faisait remarquer à juste titre que les toponymes et noms d’agglomérations du Donbass devaient conserver leurs origines russophones, nous tâcherons désormais de faire un effort en ce sens, notre erreur venant de ce que nous prenons comme référence Google Map pour situer géographiquement les événements que nous évoquons.

Nous ajoutons que nos sources ne sont pas choisies en fonction de telle ou telle tendance politique ou de telle ou telle philosophie (pour un  travail de ce genre ce serait stupide), mais par rapport à leur niveau de fiabilité démontrée dans la durée. Nous avons des sources brutes de toutes origines (vidéos, photos, sites officiels, fora, militarymaps.info, commentaires et infos sur FB et VK…) et d’autres qui sont généralement des articles d’actualité et des analyses.

Enfin, et c’est important, nous ne sommes pas infaillibles : il peut nous arriver de nous tromper dans nos comptes-rendus factuels, de même que dans les ordres de bataille. Les sources pour un tel sujet nécessitent d’être d’une grande prudence dans leur choix et leurs recoupements et, jusqu’à preuve du contraire, aucune même généralement fiable ne l’est à 100%. Pour autant, depuis que nous avons débuté cette chronique régulière, jusqu’à présent la plupart de ce que nous avons pu écrire, et parfois prédire, a pu se vérifier dans les faits relativement rapidement.
__________

La fraude massive électorale est « conforme aux normes démocratiques » (sic), a déclaré Kent Harstedt, le chef de la mission de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) concernant les législatives qui viennent de se dérouler en Ukraine. Voilà qui en dit long sur l’état d’esprit de cette organisation et qui ne nous étonne guère. L’Union européenne, pour sa part, s’apprête à payer une partie des dettes abyssales de Kiev. Voilà où va nous mener le coup d’Etat du Maidan de l’hiver dernier : payer toujours tant et plus pour une pays qui n’a plus aucune cohésion nationale, identitaire, territoriale, politique, sociale et économique. Autant dire que nous n’avons pas fini de raquer…

Retrait précipité au nord-ouest de Lugansk

La situation sur la T1303 contrôlée par le bataillon « Saint-Georges ». Attention images très dures.

L’importante reconnaissance offensive d’un groupe tactique ukrainien à l’ouest de Shchastye au-delà de la rivière, il y a quelques jours, a échoué. Le point de contrôle n°32 au sud-ouest de Smeloe sur la T1303 a dû être finalement abandonné, les troupes ukrainiennes prises au piège se sont repliées vers le point de contrôle n°31 près de Frunze, en abandonnant presque toutes leurs armes et leurs équipements. Ce n’étaient pas 50 mais environ 150 combattants que cette position contenait, des soldats des forces régulières ukrainiennes (paras du 80e régiment de Lviv) et des gardes nationaux du « bataillon » de Vinnitsa. Ce groupe de combat kievien présentait de très nombreux blessés. Pendant plusieurs semaines, ils ont manqué de munitions, de nourriture et d’eau. Beaucoup ont pris froid et nécessitent une aide médicale. Une situation qui a été confirmée en matinée par la télévision ukrainienne. Tout s’est décidé cette nuit, après qu’un véhicule blindé qui tentait de sortir de l’encerclement ait heurté une mine. Dans la soirée, il y avait déjà eu une autre tentative de sortie de ce chaudron : 6 BTR-4 et 1 BTR-80 (ou celui-là capturé selon les sources) avaient été détruits.

Désormais, avec ce retrait précipité, la zone de Smeloe est devenue une sorte de saillant à seulement quelques kilomètres à l’ouest de Shchastye.

Le départ cette nuit (ou juste avant l’aube) : à partir de 3 mn 40, on aperçoit ce qui pourrait être des BTR-4.Et à 69 mn 45, un BTR-80 et un BMP-2 des FAN ferment la marche.

La situation hier dans le secteur vue par la télévision ukrainienne : en résumé, les soldats et gardes nationaux ukrainiens expliquent que dès qu’ils sortent du point de contrôle n°31 sur la T1303 pour aller secourir le n°32 quelques kilomètres plus à l’est, ils se font tirer comme des lapins par les forces républicaines présentes dans toute la zone. Un militaire ukrainien rapporte que les forces de Kiev ont perdu environ 200 hommes (tués et blessés) et 22 véhicules, lors des combats dans la zone du poste de contrôle 32.

Ukraine / Donbass : l’assaut de Kiev est attendu de pied ferme

Un détachement de volontaires indépendantistes dernièrement arrivés sur zone dans le secteur de Lugansk : ils sont tous équipés pour l’hiver, pas comme en face…

Ces deux derniers jours, l’ensemble du front du Donbass a été relativement calme, même si l’on note de nombreux affrontements au nord-ouest de Lugansk et vers Mariupol, ces dernières 48 heures, aux deux extrémités de la ligne de contact. Cependant, il est à noter aussi de très nombreuses tentatives de reconnaissance et de sabotage de groupes armés ukrainiens, essentiellement sur le territoire de l’aéroport de Donetsk et au centre-ville, en plus d’une surveillance accrue de drones sur l’ensemble des secteurs. A Kiev, les élections viennent de légitimer le coup d’Etat de l’hiver dernier. Dans le Donbass, on s’attend désormais à un déluge de fer et de feu destiné à légitimer la politique criminelle de ce régime imposé de force et qui est le seul principal responsable de l’éclatement du pays.

Donetsk : les recrues fraichement formées d’une compagnie mécanisée sur BMP-2 au camouflage d’hiver ont prêté serment à la République populaire de Donetsk

L’ambassadeur français aux USA Gérard Aro, prenant la parole lors d’un déjeuner de presse organisé par Bloomberg à Washington DC, concernant les évènements d’Ukraine a déclaré que le Président Poutine a imposé à l’Occident de jouer à une partie de poker. Selon le diplomate, l’Occident a perdu parce qu’il avait peur de tout miser (source). Encore un qui n’a rien compris : quand l’Occident joue au poker menteur, Poutine, lui, joue aux échecs. C’est là toute la différence.

Un groupe de combattants républicains devant un T-72B1V

Légitimation du Banderistan « proeuropéen »

La mutation de l’Ukraine en Banderistan (1) est désormais actée. Peu importe qu’une minorité ait désigné une majorité, peu importent les fraudes massives, le baillonnage de l’opposition, les persécutions ethniques et religieuses, la loi du plus fort menée par les bandes armées de l’extrême droite néobandériste… Les élections du 26 octobre ont permis de légaliser le coup d’Etat de février dernier : le patchwork des partisans d’un assujettissement du pays à l’euromondialisme et à l’hyperpuissance US a obtenu près de 75% des voix, avec une abstention record (50% alors qu’il y avait 60% de participation à la présidentielle). Les trois quarts de la moitié n’ont jamais fait une majorité et il leur faudra maintenant s’allier, marchander, magouiller pour obtenir un semblant de cohérence gouvernementale.

Paramilitaires néonazis votant à Mariupol… à la place des habitants : la démocratie « proeuropéenne » est en marche

Et la fraude massive a été omniprésente dans cette élection, comme dans les précédentes. Si même le très atlantiste et russophobe Benoît Vitkine du Monde le reconnaît, cela a dû être phénoménal : « Dans de nombreuses circonscriptions, la corruption électorale – distribution d’argent ou de cadeaux – est toujours de mise, et nombre d’élus peu réputés pour leur honnêteté vont conserver leur poste. Surtout, en l’absence de tout système de financement public, une poignée d’oligarques continuent d’exercer un poids immense sur la vie politique, en mettant leurs moyens financiers et médiatiques au service des listes et partis de leur choix. »

Qu’à cela ne tienne, les tenants du pouvoir ont maintenant toute possibilité pour donner libre cours à la prédation ultralibérale, au pillage économique, à la casse sociale, à la vente du pays en viager, au nettoyage ethnique et religieux et à la répression de tous les opposants.

On notera, tout de même, malgré la terreur ambiante, les interdictions et la censure, la progression de formations politiques hostiles à l’euroatlantisme dans les régions de Kharkov, d’Odessa, de Kherson et même de Dniepropetrovsk. Dans cet oblast, justement, Kolomoisky, malgré son féodalisme privé, ses milliards, la fraude massive, ses méthodes d’intimidation et ses paramilitaires néonazis, n’a même pas réussi à obtenir un résultat supérieur à 50% de la population. «L’Ukraine unie» a bel et bien vécu.

Petro Porochenko est un grand démocrate : il a pu voter partout où il voulait, même ici à Kramatorsk, ville vidée à 80% de ses habitants par ses propres troupes. Beaucoup ont pu voter partout où ils voulaient, et plusieurs fois même, du moment qu’ils affichaient un passe-droit « proeuropéen »… Gloire à l’Ukraine !

Pour autant, la censure draconienne qui a cours dans le pays, les lois liberticides, l’interdiction de formations politiques qui ne sont pas atlanto-compatibles, la législation nouvellement adoptée légalisant la «vengeance» sur toute personne associée ou supposée l’être au régime précédent, le flicage de la population, l’encouragement à la délation, les persécutions ethniques et religieuses légalisées de fait, la destructions du patrimoine historique, religieux et culturel, tout cela vient d’être validé dans des urnes à moitié pleines et par les mensonges des médias occidentaux de manière particulièrement fallacieuse.

Rassemblant environ 15% des voix (dont Svoboda avec moins de 5% qui est éliminé de la Rada, et Oleg Lyachko moins de 7%) avec l’élection des deux principaux chefs néonazis Dmytro Yaroch et Andry Biletsky, l’ensemble des formations extrémistes a désormais une légitimité inédite pour faire office de bras armé de la répression, même s’ils ne représentent finalement pas grand-chose. Là se situe une partie de l’escroquerie de ce Banderistan, qui ressemble à s’y méprendre de plus en plus à la Bosnie et la Croatie des années 90, à l’Afghanistan post-11-Septembre, à l’Irak post-Saddam Hussein, à la Libye de l’après-Kadhafi.

Mais, pour l’heure, les règlements de comptes entre factions ne sont pas exclus : Sergey Melnychuk, le commandant du « bataillon Aydar » (qui vient d’être élu au Parlement) a affirmé vouloir en découdre avec Semen Semenchenko, le commandant du « bataillon Donbass » (source). Voilà des lendemains dans le Banderistan « proeuropéen » qui promettent…

Du nord au sud : reconnaissances offensives ukrainiennes

Au nord-ouest de Lugansk, au sud de la vallée de la Siverskiy Donets, le verrou de Frunze sur la T1303 tient ferme. Il empêche toute retraite et tout ravitaillement des forces ukrainiennes encerclées plus au sud-est sur cette même voie secondaire au point de contrôle n°32. Ce matin, un blindé (BTR) a encore été détruit par des éléments du bataillon « Saint-Georges », deux Ukrainiens ont péri dans les combats. Le groupe encerclé , composé de paras du 80e régiment de Lviv et de la garde nationale, commence à manquer d’eau : le dernier camion KrAZ qui devait leur en apporter a été capturé par la milice.

Dans la journée, près de Frunze, un camion Ural (photo) transportant une section d’infanterie a été prise sous le feu d’armes légères de la milice : 8 soldats ukrainiens ont été tués.

Ukraine / Donbass : on bourre les urnes à Kiev, on se bat pour la liberté à Lugansk et Donetsk

Donetsk BMP2 Ukraine 25 10 2014L’offensive prévue pour le début de la semaine prochaine serait quelque peu repoussée : d’après les renseignements militaires recueillis par les forces républicaines, l’assaut aurait lieu aux environs du 28 au 30 octobre. Déjà, les FAN ont pris des mesures appropriées : mise en place de systèmes défensifs dans l’agglomération de Donetsk, minage des points de passages prévisibles des forces ukrainiennes, reconnaissances et sondage du dispositif adverse, opérations de sabotage des artères logistiques par les DRG… Et en attendant la tempête, on votait en Ukraine à l’occasion d’élection où toute possibilité de choix était proscrite. Résultat : la Rada sera à 70% en faveur des « pro-occidentaux », des mondialistes, des laquais de Washington (Svoboda comme le parti de Lyachko font moins de 7%), avec une présence très symbolique de soi-disant « pro-russes ».

On votait aujourd’hui dans l’Ukraine « proeuropéenne », on votait partout de manière assez peu enthousiaste. Les chiffres partiels de la participation qui nous parviennent évoquent une abstention record. Qu’à cela ne tienne, les urnes sont remplies à rebord. On votait partout, sauf dans le Donbass, ou très peu. A Mariupol, à  Slaviansk et à Kramatorsk sous la botte, on ne s’est pas précipité vers l’isoloir : dans ces deux dernières agglomérations, la plupart de la population est partie, chassée par la guerre faite au nom de « l’Europe », remplacée en partie par des Galiciens qu’on est allé dénicher dans les fins fonds de l’ouest pauvre. Mais là encore, les urnes sont peines à craquer. 5 millions de russophones d’Ukraine, considérés comme des « sous-hommes » par le pouvoir, ont refusé d’aller voter. Ce n’étaient pas leurs élections, eux ont déjà choisi massivement la liberté au printemps dernier. Et aujourd’hui, ils se battent pour la défendre.

Contre-attaque ukrainienne au nord de Lugansk

Les opérations des forces républicaines au nord de Lugansk se poursuivent. Il y a deux jours, une colonne blindée ukrainienne a été totalement détruite sur la route T1303, alors qu’elle tentait de désenclaver le poste de contrôle 32 au sud-ouest de Smile (vidéo).

Ce matin, près de Geivka sur la T1303 au sud de la vallée de la Siverskiy Donets, à l’entrée du mini chaudron du sud-ouest de Smile, une colonne blindée des forces de Kiev a été prise sous le feu d’un détachement du bataillon « Saint-Georges » des FAN. Bilan : au moins un char lourd détruit, sans doute un T-64BM Bulat (de ce qui reste de la 1re brigade de chars) d’après la description qui en a été faite.

Vers Shchastya occupée par les forces de Kiev, la RRT « Batman » a capturé des paramilitaires de l’unité « Aydar », certains sont gravement blessés suite aux combats.

On annonçait en fin d’après-midi l’engagement sur Slavyanoserbsk, près de la vallée de la Siverskiy Donets, d’une force de 300 combattants ukrainiens et une trentaine de véhicules. Il s’agit d’un groupe tactique interarmes qui a pour objectif de reprendre le contrôle de Slavyanoserbsk afin de débloquer le mini chaudron du poste de contrôle n°32. Ce soir, les affrontements continuent.

Attaques républicaines sur le saillant de Debaltseve

Le secteur du saillant Delbaltseve s’est sérieusement réchauffé en fin de semaine : cette nuit, on signalait plusieurs tirs de batteries Grad ukrainiennes en périphérie, après les combats de la journée du 25 octobre sur l’agglomération même de Debaltseve où un poste de commandement et de logistique a été touché de plein fouet par des salves de Grad républicains. Ce soir, un peu avant 19h00, heure locale, de nouvelles frappes de mortiers de 120 Nona des FAN ont touché plusieurs secteurs défensifs de la ville : au moins une position Grad a été prise pour cible, 2 véhicules de combat d’infanterie détruits, des camions Ural, un dépôt de munitions ont été touchés et de très nombreuses pertes humaines sont a déplorer du côté des forces de Kiev.

Ukraine / Donbass : dans l’attente de l’offensive de Kiev

Un T-64BM Bulat récemment pris aux forces de Kiev

A Kiev, dans le Banderistan « proeuropéen », c’est veille d’élections législatives : tout le monde a pu se présenter, toutes les tendances politiques ont eu droit à la liberté d’expression garantie par la constitution. Toutes ? Toutes ! Sauf bien sûr celles de l’opposition au coup d’Etat du Maidan ! Ceux qui refusent les oukases de Washington et de Bruxelles ont eu droit à des tabassages en règle, des interdictions de se réunir, d’avoir accès aux médias et même de se présenter. Dans le Banderistan, on ne badine pas avec la liberté version Soros ou BHL ! A l’est, dans le Donbass rebelle, la situation reste tendue sur l’ensemble du front. Le long de la ligne de contact, les troupes ukrainiennes ont intensifié leur pression militaire, surtout au nord, à l’ouest et au sud-ouest de Donetsk. Là bas, on n’attend rien des urnes, rien de l’Union européenne, rien de Washington, ni de sa « Communauté internationale » : dans le Donbass, on s’apprête à résister à l’attaque à venir, on se prépare à tenir bon, à défendre sa liberté, la vraie, pas celle de Wall Street ou de la Commission européenne.

La situation a été relativement calme sur l’ensemble du front, aujourd’hui, en dépit de tirs sporadiques sur les agglomérations de la part de l’artillerie ukrainienne. A noter une recrudescence de l’activité de petites unités de reconnaissance ukrainiennes infiltrées dans l’agglomération de Donetsk à des fins de renseignement et de guidage de l’artillerie.

Selon les renseignements des forces armées de Nouvelle Russie, ces derniers jours, les troupes ukrainiennes ont reçu quantité de matériels et divers réapprovisionnements, de même que des troupes fraiches et des moyens en artillerie et en génie sur les positions occupées sur la ligne de contact.

Un automoteur d’artillerie 2S19 MSTA-S de 152 mm capturé dernièrement par les FAN

De plus, les drones ont intensifié leur surveillance aérienne sur les zones nord, ouest et sud de la ligne de front.

Enfin, les observations des forces républicaines confirment plusieurs mouvements de véhicules blindés près de Donetsk ces dernières 48 heures.

L’attaque, qui devrait avoir lieu à partir de dimanche, s’orienterait dans quatre directions : à partir de Debaltseve, avec une poussée nord-sud ; à l’ouest à partir de Pisky-Marinka en direction ouest-est ; au nord, à partir d’Avdiivka en direction nord – sud-est et enfin à partir de Volnovakha en direction sud-ouest – nord-est. L’objectif principal est la prise de Donetsk, après l’avoir isolé du reste du territoire de Nouvelle Russie.

Donetsk, dans l’attente…

Reportage de la télévision ukrainienne sur un groupe de combattants kieviens dans le terminal de l’aéroport avant son nettoyage par les groupes de choc de « Givi » et « Motorolla ».
La zone était alors tenue par une ou deux compagnies du 3e régiment spetsnaz, un bataillon affaibli de la 93e brigade mécanisée, un autre de la 79e brigade aéromobile (non opérationnel depuis et retiré du front), une compagnie du 17e « bataillon » de défense territoriale « Krivoy Rog », une compagnie du « bataillon Dnepr-1 » composée de néonazis de Praviy Sektor.

L’aéroport de Donetsk est maintenu fermement entre les mains des forces de Nouvelle Russie. Plusieurs reconnaissances offensives ont bien eu lieu ces derniers jours de la part des forces de Kiev, mais sans réel succès. Les troupes ukrainiennes semblent incapables d’affronter leurs adversaires en zone urbaine.

Ukraine / Donbass : Donetsk se prépare aux combats de rues

Un poste de commandement et de logistique ukrainien dans Debaltseve cet après-midi, après que l’artillerie républicaine ait fait son œuvre…

Importants mouvements de blindés lourds aujourd’hui dans l’agglomération de Donetsk : les forces républicaines se préparent à combattre dans la grande ville du Donbass, quartier par quartier, rue par rue. L’alerte comme quoi Kiev aurait l’intention de donner l’assaut juste après les législatives de dimanche est prise très au sérieux. Sur la ligne de front, et notamment au nord, à l’ouest et au sud de Donetsk, la tension reste vive. Sur le secteur nord allant de Gorlivka à Debaltseve, les forces républicaines accentuent la pression sur celles de Kiev. Et au nord-ouest de Lugansk, les DRG, les cosaques et le bataillon « Saint-Georges » continuent leur harcèlement des forces ukrainiennes avec succès.

La junte ne doute de rien : il s’agit d’un point de situation fait par un porte-parole du commandement ukrainien. Les zooms sur la carte (que nous reproduisons sous la forme d’images dans cette chronique), correspondent à des positions défensives clés des forces de Kiev au nord-ouest, à l’ouest et au sud-ouest de Donetsk. La seconde partie de la vidéo montre diverses images des forces républicaines.

L’utilisation de sous-munitions contre des zones résidentielles à l’est de l’Ukraine, si elle est confirmée, pourrait être considérée comme un crime de guerre, a déclaré le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux droits de l’Homme, le Croate Ivan Simonovic, lors d’une réunion du Conseil de sécurité. Il a appelé à « une enquête rapide et approfondie », ce que les alliés américains, français et britanniques du régime de Kiev s’empresseront de dénoncer, voire d’empêcher. Le même diplomate international avait précédemment fait part de la découverte d’un nouveau charnier dans les environs de Donetsk. Là encore, il y a peu de chances que la moindre enquête aboutisse…

Au nord-ouest de Lugansk, le mini saillant est devenu un mini chaudron. Vers 14h00, heure locale, une colonne de 22 véhicules, principalement des blindés, a été prise sous le feu sur la T1303 lors d’une embuscade républicaine : il y aurait quelque 200 pertes du côté ukrainien. Cette colonne tentait d’approcher le point de contrôle n°32 au sud-ouest immédiat de Smile qui est encerclé à la fois par des cosaques et une unité du bataillon « Saint-Georges ».

Dans le milieu de l’après-midi, les DRG opérant au-delà de la Siverskiy Donets ont pris pour cible plusieurs postes de contrôle à Geivka, un village à 5 km l’ouest de Shchastya.

Renforcements et frappes sur Debaltseve

La tension ne faiblit pas sur l’énorme saillant de Debalseve où les duels d’artillerie se succèdent de même que les opérations d’infiltration des DRG républicains dans le dispositif adverse. Sur la ville même de Debatlseve, les retranchements et les systèmes défensifs terrestres ont été renforcés ces 72 dernières heures. Kiev craint que les efforts des FAN parviennent finalement à transformer le saillant en chaudron en le coupant de ses arrières par la prise de cette agglomération. On note aussi différents niveaux de retranchements en profondeur destinés à gêner l’action des DGR républicains : Kiev tient à ce que ce saillant soit imprenable.
Depuis 7h00, heure locale, des affrontements ont lieu sur le secteur ouest du saillant, dans la localité de Vuhlehirsk (Uglegorsk).

Cette journée a été marquée, dans ce secteur, par plusieurs reconnaissances offensives et ris d’artillerie des forces de Nouvelle Russie. Un poste de commandement, dans Debaltseve même, a été touché, de même qu’une compagnie de ravitaillement. Les photos ci-dessous ont été prises par des militaires ukrainiens en fin d’après-midi.

Parmi les carcasses de véhicules encore fumantes, on distingue un BRDM-2, quelques GAZ-66, un engin polyvalent du génie, des KrAz…

Ukraine / Donbass : fin officielle de la trêve

La situation militaire s’est quelque peu calmée depuis le début de la semaine. Kiev semble surtout avoir cherché à tester le dispositif défensif et les capacités de réactions des forces républicaines du Donbass. Mais la menace de première importance sur Donetsk est maintenue. Une alerte en ce sens avait été donnée par le colonel Strelkov, de Russie, elle est renforcée par une source humaine à l’intérieur du ministère de la Défense de Kiev (semble-t-il) qui confirme que le régime entend bien prendre la capitale du Donbass d’ici le début de l’hiver et forcer, de fait, Moscou à intervenir. Les autorités de la République populaire de Donetsk ont annoncé, en même temps, qu’elles ne respectaient plus le cesse-le-feu, violé constamment, et qu’elles s’apprêtaient à contre-attaquer.

Dans la première partie de la vidéo, il s’agit d’une présentation des opérations en cours : vous pouvez observer attentivement la carte qui montre les lignes de ravitaillement des forces de Kiev et les efforts tactiques des groupes de combat ukrainiens en ce moment. La seconde partie montre des images de divers groupes de combats, dont ceux de la brigade de « Motorolla » sur l’aéroport de Donetsk.

Lyachko mène campagne, Lyachko règle ses comptes : avec Igor Mosiychuk, l’imposant ex-n°2 des Patriotes ukrainiens tombé en disgrâce pour avoir stigmatisé les oligarques en juin dernier, le chef de file du parti radical accuse Ihor Kolomoisky, le fourier des paramilitaires néonazis, Arsen Avakov, le ministre de tutelle des escadrons de la mort, et Semen Semenchenko, le commandant du « bataillon Donbass », d’être responsables de la perte de milliers de soldats dans le chaudron d’Ilovaisk en août dernier. Il a étalé ces graves accusations sur sa page Facebook, « sur la base de témoignages oculaires, de captures d’écran, de rapports de renseignement. » Ces deux-là feraient bien de se méfier : c’est comme ça que Sasha le blanc, cadre de l’UNA-UNSO et n°2 de Praviy Sektor, a terminé les pieds devant.

Voici un crime qui n’a jamais existé, selon l’ONG mondialiste Amnesty International : l’assassinat de prisonniers par un escadron de la mort des forces de Kiev. Cette vidéo a été trouvée dans la carte mémoire de la caméra GoPro installée dans un véhicule appartenant à des paramilitaires du « bataillon Donbass » de Semen Semenchenko et a été récemment capturée par les forces républicaines.

La Pologne vient de refuser de livrer du charbon à l’Ukraine. Varsovie qui est clairement dans le camp atlantiste le plus russophobe sait que Kiev ne paiera jamais. Le gaz commence à manquer dans les villes ukrainiennes, alors que le gel arrive aujourd’hui à Kiev. Les caisses sont vides, la contestation gagne la rue, les paramilitaires (du moins les plus politisés) sont à deux doigts de se révolter contre le gouvernement et la présidence, les oligarques sentent la menace monter et le vent tourner. Sur le front, chacun sait que les troupes de la junte ne sont pas équipées pour passer l’hiver et le ravitaillement dans certains endroits commence à se faire rare. Kiev a donc besoin d’une intervention russe en Ukraine, ce qui lui permettrait de justifier ses échecs cuisants à tous les niveaux et son incompétence crasse pour relever le pays, et de passer pour un régime martyrisé par els méchants russes. Et ce qui lui permettrait de faire appel à l’OTAN pour une intervention militaire.

L’activité des DRG républicains au-delà de la Siverskyi Donets ne faiblit pas : la nuit dernières et celle d’avant, plusieurs attaques ont eu lieu contre un poste de contrôle tenu par une section de paramilitaires de ce qui reste du « bataillon Aydar » à l’ouest immédiat de Shchastya. Les forces de kiev ont répondu par des tirs d’AGS-17 et de mortiers lourds.

Par ailleurs, des véhicules de renseignement et de guerre électronique et de guerre électronique (SIGINT) ont été observés ces derniers jours à proximité de Trekhizbenka (à environ 10 km à l’ouest de Shchastya, au nord de la rivière). Ils espionnent et tentent de brouiller les systèmes de communication et de commandement des forces républicaines au nord de Lugansk.

Le mini-chaudron/saillant du sud-ouest de Smile est désormais verrouillé par au moins une compagnie du bataillon républicain « Saint-Georges » qui tient le village de Frunze à 5 km à l’ouest sur la T1303. D’ailleurs, plusieurs tentatives d’évacuation des forces de Kiev bloquées ou de ravitaillement de ces mêmes forces ont échoué ces derniers jours, comme les photos ci-dessous de blindés ukrainiens détruits le montrent. Les pertes humaines des forces kieviennes nous sont inconnues, mais elles semblent importantes. De plus, la milice a capturé intacts des camions KrAZ de ravitaillement en équipements et nourriture.

Le Canada à son tour frappé par le terrorisme islamiste

Un tireur, décrit comme « terroriste » par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d’être abattu.

Il s’agit du deuxième militaire canadien tué en trois jours, dans ce que le Premier ministre Stephen Harper a qualifié « d’attaques terroristes ». Mercredi, c’est un peu avant 16 heures (heure française) qu’un individu a tiré sur l’un des deux militaires postés devant le monument aux morts et touché le caporal Nathan Cirillo, 24 ans qui a succombé à ses blessures peu après. Au moins trois blessés ont été admis à l’hôpital d’Ottawa pour des blessures mineures.

Après avoir tiré sur le soldat, le terroriste s’est emparé par la force d’une voiture officielle pour gagner plus rapidement l’entrée du Parlement. Un peu après, une forte détonation a été entendue, suivie de tirs nourris des policiers.

Identifié comme Michael Zehaf-Bibeau, ce Canadien de 32 ans a déclenché un vent de panique dans la capitale fédérale, la police craignant pendant quelques heures la présence d’autres assaillants dans le bâtiment avant, en début de soirée, de lever l’imposant périmètre de sécurité.

L’homme était dans la mire des services de sécurité. Considéré comme un « voyageur à haut risque » par les services de renseignement, il s’était fait récemment confisquer son passeport, ont expliqué des responsables canadiens au quotidien Globe and Mail.

Le profil de Zehaf-Bibeau rappelle celui de l’homme qui avait volontairement tué lundi avec sa voiture un militaire dans la banlieue de Montréal. Ce dernier, Martin Rouleau-Couture, un jeune homme converti à l’islam et proche des thèses du jihad, ferait partie des 90 Canadiens soupçonnés de vouloir fomenter des attentats dans le pays.

Déjà lundi le gouvernement canadien avait parlé d’un acte terroriste, le premier attentat lié à l’extrémisme islamiste de l’histoire du Canada.

Source : ouest-france.fr

Ukraine / Donbass : Kiev intensifie ses préparatifs avant l’assaut

Poste d’observation ukrainien au nord-ouest de l’aéroport

Les opérations militaires des forces ukrainiennes dans le Donbass continuent de s’intensifier. Le commandement de Kiev teste le dispositif républicain. L’offensive prévue après les élections législatives du 26 octobre se précise. A tel point que le colonel Igor Strelkov vient de lancer un appel pour soutenir la Nouvelle Russie contre cet assaut qui sera forcément meurtrier et destructeur. Ce n’est pas un choix militaire, mais bien une option politique de ceux qui sont au pouvoir en Ukraine. Et ils obéissent à une logique qui prend sa source du côté de Washington. Pour le moment, au nord, comme au sud et sur Donetsk, les FAN tiennent bon, mais pour combien de temps ?

Human Rights Watch (HRW) vient de découvrir l’eau chaude. Dans un rapport rendu public mardi 21 octobre l’ONG américaine écrit que « les éléments pointent vers une responsabilité des forces gouvernementales ukrainiennes pour plusieurs attaques à l’aide de bombes à sous-munitions ». Il ne s’agit pas de « bombes » mais de roquettes tirées à partir de lanceurs multiples de 220 mm (BM-27 Uragan) et 300 mm (BM-30 Smerch) qui vont partie de l’arsenal classique des forces armées ukrainiennes.

La seule présence de ces moyens d’artillerie sur le terrain, et quasiment depuis le début du printemps, indiquait clairement que Kiev avait l’intention d’employer des « sous-munitions » contre des objectifs à la fois militaires et civils. HRW prend une fois de plus l’information en cours de route, avec plusieurs mois de retard.

Et si l’on y ajoute que les missiles tactiques Tochka-U, utilisés abondamment ces derniers jours contre Donetsk ont une capacité en « sous-munitions », il n’est pas difficile de comprendre que Kiev se moque éperdument des conventions internationales. D’ailleurs, pourquoi la junte au pouvoir se gênerait, puisqu’elle a le soutien total de Washington et de Bruxelles pour agir à sa guise contre les populations du Donbass ?

La situation en ce moment correspond en tous points à ce que nous observons ces derniers jours, à savoir que le commandement opérationnel ukrainien a brutalement intensifié l’activité de ses unités afin de tâter le dispositif adverse, de même qu’il a augmenté le nombre de frappes de l’artillerie sur les positions républicaines, les quartiers résidentiels et les zones industrielles. Une offensive de grande envergure se prépare et le colonel Igor Strelkov vient de lancer un appel destiné à mobiliser l’opinion russe sur la situation des forces indépendantistes qui seront bientôt confrontées à un assaut qui n’épargnera rien ni personne.

Ukraine / Donbass : une offensive contre Donetsk est en préparation

En plus des Strela-10M (SA-13b Gopher), les FAN disposent désormais de quelques lanceurs sol-air Osa-M (SA-8b Gecko). L’aviation de Kiev est attendue de pied ferme.

L’offensive tant attendue, depuis la débâcle de l’été dernier des forces de Kiev, serait en cours de préparation. L’activité des fortes concentrations de troupes, ces dernières heures, aux abords de Donetsk, en plus du saillant de Debaltseve qui ne cesse de se renforcer, semblent signifier que dans les prochains jours l’attaque aura lieu. Déjà, les artilleurs ukrainiens redoublent d’activité en concentrant leurs tirs nourris contre les positions des forces républicaines et les populations civiles. Comme nous n’avons cessé de l’écrire, la trêve signée à Minsk aura donc permis à la fois de sauver un régime immoral, illégitime et criminel, et de préparer une contre-offensive destinée à éradiquer ceux qui sont considérés par ce même régime comme des « sous-hommes ». Mais le peuple de Nouvelle Russie n’a encore pas rendu son dernier souffle.

Tirs ukrainiens de munitions au phosphore la nuit dernière sur Donetsk. Un crime qui n’existe pas selon Amnesty International…

Les ordres son tombés comme un couperet : Amnesty International qui avait dénoncé, il y a quelques semaines, un certain nombre de crimes de guerre et de crimes contre l’Humanité commis par des troupes régulières et des paramilitaires des forces de Kiev dans le Donbass, vient de revenir sur ses déclarations. Le régime de Kiev ne serait pas responsable de crimes ! Quid alors des charniers découverts qui sont pourtant bien réels ? L’ONG mondialiste botte en touche et parle désormais de « désinformation ». Soit Amnesty International ment délibérément, soit cette ONG est d’une incompétence crasse… On se souvient que, dans les années 1990, la même ONG bien-pensante avait fait le même coup avec les victimes serbes en Croatie, en Bosnie et au Kosovo. Des victimes qui, déjà, étaient pourtant bien réelles. Ces crimes contre le peuple serbe ont été considérés par l’ONU depuis comme une réalité incontournable des guerres balkaniques. Pour Amnesty international, comme la plupart des ONG stipendiées par des fonds occidentaux, la vérité, c’est le mensonge.

Les drones allemands Luna chargés de surveiller le champ de bataille pour le compte de l’OSCE seraient cloués au sol par le froid (source). Dernièrement, les forces républicaiens avaient menacé d’abattre ces drones si leur plan de vol n’avait pas été communiqué aux autorités de Nouvelle Russie préalablement.

Les prémices d’une offensive à grande échelle contre Donetsk sont désormais évidents : cette offensive serait prévue immédiatement après les élections à la Rada, le parlement de l’Ukraine, qui se tiendront le 26 octobre.

Trois fortes concentrations de troupes avec des chars lourds, de l’artillerie et des blindés sont prépositionnées au nord, à l’ouest et au sud de Donetsk, en plus des forces considérables positionnées dans le saillant de Debaltseve. Les troupes de Kiev entendent concentrer leur effort sur Donetsk, dans l’objectif de s’emparer d’une grande partie de l’agglomération par trois vagues simultanées. Pour que la Russie n’ait pas le temps de réagir et de venir en aide à la Nouvelle Russie, cettte offensive devrait être à la fois très brève dans le temps et massive.

Assauts sur l’aéroport de Donetsk

Depuis hier, plusieurs attaques massives sur l’aéroport ont eu lieu, à chaque fois elles étaient appuyées par des tirs des batteries de la 26e brigade. En une seule fois, pas moins de 20 blindés ont été engagés par els Ukrainiens et repoussés non sans mal par les défenseurs républicains. Cette pression constante sur la zone aéroportuaire oblige à ce que d’importantes forces républicaines restent fixées à l’ouest et au nord de Donetsk.

Une nouvelle attaque des positions indépendantistes a eu lieu cette nuit. Pas moins de 6 soldats ukrainiens ont été blessés et 12 ont été tués lors de cet assaut qui a, une nouvelle fois, échoué.

Washington veut faire croire que le pétrole apporterait 800 millions de dollars par an à l’ « Etat islamique »

Selon le cabinet américain IHS, la production pétrolière du groupe État islamique est estimée à 2 millions de dollars par jour. Il s’agit d’une source proche de l’Administration US qui a tout à gagner à faire accroire que le financement de Daech passe par le trafic clandestin de pétrole et non pas par l’Arabie Saoudite et les émirats du Golfe comme le Qatar.

Le cabinet américain IHS a estimé à 800 millions de dollars par an la production pétrolière du groupe État islamique (EI), soit l’équivalent de deux millions de dollars par jour. « Le groupe terroriste (…) est capable de générer des revenus significatifs même en produisant seulement une fraction des capacités pétrolières du territoire qu’il contrôle et en vendant le pétrole qu’il produit avec une forte remise au marché noir », souligne IHS dans un communiqué, sans pour autant préciser ses sources.

Le cabinet américain estime que l’EI contrôle des capacités de production de 350.000 barils par jour (bj) mais qu’il ne produit que 50.000 à 60.000 bj, qu’il vend ensuite au marché noir à un prix compris entre 25 et 60 dollars le baril (40 dollars en moyenne), soit bien moins que les tarifs pratiqués sur les marchés internationaux, le Brent évoluant actuellement autour de 85 dollars le baril. Les ventes de pétrole de l’EI se font « principalement via des camions par les routes de contrebande par la frontière turque », explique IHS.
«  Le pétrole alimente la machine de guerre de l’EI, tout particulièrement les véhicules militaires vitaux pour ses mouvements et ses capacités de combats » et « finance directement les nombreuses activités » du groupe, souligne le cabinet, oubliant de préciser le rôle exact des Etats du Golfe, alliés des USA, dans le soutien dont à jusqu’alors bénéficié cette mouvance jihadiste.

C’est justement ce que l’Administration d’Obama veut faire passer dans les médias occidentaux, pour tenter de passer sous silence sa responsabilité écrasante (et celle de ses alliés du Golfe) dans le développement de cette entité islamiste au Moyen Orient. Nous sommes bien là dans la désinformation à grande échelle.

Source : lesechos.fr

Ukraine / Donbass : intensification des combats au nord de Lugansk, à Donetsk et sur Volnovakha

Donetsk sous les tirs des missiles de Kiev

La tentative de contre-attaque des forces ukrainiennes au nord-ouest de Lugansk est en passe d’échouer, l’initiative reste toujours entre les mains des forces armées de Nouvelle Russie. Même à Donetsk, qui subit ces dernières heures de nombreux tirs de missiles balistiques et d’artillerie occasionnant des destructions et des pertes humaines considérables parmi les civils, on note une nette augmentation de l’intensité des affrontements. Plus au sud, le secteur de Volnovakha bouge lui aussi, même si, là encore, l’initiative reste aux mains des républicains. Aussi les tirs de missiles Tochka-U sur Donetsk sont destinés, une nouvelle fois, à se venger sur les civils qui sont encore présents dans la capitale du Donbass.

svoboda farion la russie doit devenir un cimetière« La Russie doit devenir un cimetière » affirment les affiches électorales de Svoboda pour les élections législatives en Ukraine. Outre le message qui révèle un sens politique du niveau d’un enfant de 4 ans, on notera qu’aucun des dirigeants de cette formation amie de McCain et de Fabius, n’a mis sa peau au bout de ses idées… Comme BHL, ils sont toujours généreux avec le sang et l’argent des autres.

C’est bien dommage, car les combats sur Donetsk, Volnovakha et au nord de Lugansk s’intensifient en ce début de semaine.

Encerclement au nord-ouest de Lugansk

Alors qu’au nord de Donetsk, au-delà de la Siverskiy Donets, les DRG républicains poursuivent leurs actions offensives sur Bahmutivka (situé sur l’axe routier stratégique nord-sud entre Shchastya et Novoaidar), l’axe secondaire T1303, qui relie Lysychansk au nord-ouest à Lugansk au sud-ouest parallèlement au sud de la vallée de la rivière, est l’objet de toutes les attentions depuis 48 heures.

Kiev a tenté de contre-attaquer avec pour objectif d’atteindre les lignes de départ de l’offensive cosaque de jeudi par une manœuvre de contournement ; mais les forces ukrainiennes, qui n’ont pas pu être engagées d’un seul coup, se sont retrouvées partiellement encerclées à l’est de Permovaisk. Le groupe de combat ukrainien semble avoir perdu dans l’affrontement de ces deux jours derniers pas moins de 8 à 10 blindés et un nombre important de véhicules divers (photos), ses pertes en hommes ne sont pas encore connues.

B0R0LlQIIAAPrkzEn ce moment, les combats se concentrent sur le point de contrôle n°32 juste au sud-ouest de Smile (Smeloe) sur la T1303. Des éléments mécanisés de la 92e brigade, une compagnie de ce qui reste du « bataillon Aydar » et plusieurs éléments de la 95e brigade aéromobile de Zhytomyr, une ou deux compagnies du 9e «bataillon» de défense territoriale de Vinnytsia tentent de manœuvrer sur cette T1303 en dépit des attaques des cosaques et de l’artillerie de Nouvelle Russie qui concentre ses tirs sur ce tronçon routier.

Plusieurs tirs d’artillerie républicains sur Nyzhnie et Toshkivka (au sud-est de Lysychansk) ont été effectués dans l’après-midi, afin de bloquer toute retraite adverse et toute possibilité de ravitaillement et de communication terrestre du groupe de combat encerclé plus au sud-est vers Smile. Après avoir tenté une contre-attaque, ce groupe est en ce moment en position défensive dite du hérisson au sud-ouest de Smile (village tenu par les cosaques) sur la route et 2 km plus au sud sur le village de Khoroshe.

Cet axe de pénétration risque bien pour les forces de Kiev de devenir très rapidement un chaudron tant les flancs-gardes ne semblent pas avoir été sécurisés au nord comme au sud. Les heures qui viennent seront décisives.