Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen dénonce Windows 10 de Microsoft qui espionne nos ordinateurs

Marine Le Pen, la présidente du Front national, s’en prend à Microsoft et affirme à juste titre que le dernier né de Microsoft, Windows 10, espionne nos ordinateurs. Dans une lettre ouverte à la présidente de la Commission nationale informatique libertés, la CNIL, Marine Le Pen a dénoncé « l’espionnage généralisé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen lance un appel solennel aux francais contre le traite transatlantique

La France ne peut pas abandonner ses éleveurs

Déclaration de Marine Le Pen sur la crise agricole Je comprends la colère des éleveurs. Depuis des années, je les rencontre le plus fréquemment possible, dans leurs exploitations et lors des événements professionnels qu’ils organisent. Depuis des années, sous la droite comme sous la gauche, leur situation qui était déjà Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Mobilisons-nous contre la nouvelle loi criminelle du gouvernement sur l’immigration !

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national Après la loi sur l’asile la semaine dernière, le gouvernement veut faire adopter une nouvelle loi, cette fois sur le « droit des étrangers », qui confirme la folle dérive immigrationniste dans laquelle la France est en train de sombrer. Sur le volet Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « Il n’y a rien à attendre de François Hollande, toujours embourbé dans la continuité d’une politique UMPS totalement impuissante »

Réaction de Marine Le Pen à l’entretien accordé par le président de la République François Hollande a continué en ce 14 Juillet de mentir aux Français, en niant le caractère souvent gravissime de la situation dans plusieurs domaines. En cela, il s’est de nouveau montré totalement absent, laissant cette impression Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Les 4 verites 2013

Marine Le Pen : « L’hyper-austérité qui est imposée par l’Union européenne est dévastatrice ! »

Marine Le Pen, la présidente du Front national, est intervenue sur France 2 le 25 juin dans l’émission Télé Matin. Elle a commenté la hausse énorme du chômage dont les politiques de droite comme de gauche sont responsables et a demandé à ce que nos compatriotes des DOM-TOM soient inclus Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Espionnage américain : les autorités françaises se désintéressent de la France

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national La mollesse des réactions officielles françaises aux révélations de Wikileaks sur les écoutes des chefs d’Etat français est aussi navrante qu’inadmissible. Les autorités françaises, ainsi que l’ancien président Nicolas Sarkozy, ne semblent pas embarrassés par le fond de l’affaire mais par Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Terrorisme

Ukraine / Donbass : pilonnages massifs des forces de Kiev contre les zones résidentielles

Ukraine Donbass 122 D30

L’Ukraine glisse lentement, mais sûrement, vers le néant et l’anarchie. Au moment où se tient à Minsk une nouvelle rencontre entre les représentants des deux camps devant déboucher sur un nouvel accord de retrait des armes de la ligne du front (qui ne sera toujours pas respecté par la partie ukrainienne !), les forces de Kiev accentuent la pression encore un peu plus contre les populations civiles en lançant une offensive d’artillerie sans précédent, essentiellement contre les grandes villes de Gorlovka, Donetsk et Lugansk. Les victimes civiles sont extrêmement nombreuses et les dégâts considérables. Pendant ce temps, en Ukraine atlantisée, l’anarchie progresse dans le pays, des groupes armés s’en prennent violemment aux opposants et même à d’autres factions, alors que les extrémistes de Secteur droit menacent toujours la présidence. Et les bons esprits en Occident ne s’en émeuvent pas le moins du monde. D’ailleurs, en septembre, le PPE (parti populaire européen), le groupe de droite libérale au Parlement européen dont font partie les élus UMP-Républicains, s’apprête à accueillir en grandes pompes un néonazi notoire : Andriy Biletsky, le « Führer » des Patriotes ukrainiens et du « bataillon Azov ». Ça promet !

Suite à la dégradation de la situation en Ukraine, la Biélorussie s’est vue contrainte de consolider ses frontières. Déjà, aux portes de la Transnistrie, le positionnement inquiétant de quelque 7.000 militaires et paramilitaires kiéviens a obligé Tiraspol à mobiliser partiellement ses réserves. Le régime de Porochenko est une menace évidente pour certains voisins de l’Ukraine, c’est un facteur déstabilisant pour toute la région. D’autant que les tirs de l’artillerie lourde ukrainienne redoublent en ce début de mois d’août contre les zones résidentielles du Donbass fortement peuplées, ce qui augure de possibles attaques terrestres d’envergure dans les jours et les semaines à venir.

Offensive d’artillerie

Depuis la nuit du 31 juillet au 1er août, les forces ukrainiennes ont sérieusement intensifié leurs frappes d’artillerie notamment contre Gorlovka et les quartiers nord et ouest de l’agglomération de Donetsk, mais aussi contre Lugansk, Debaltsevo (frappes d’artillerie lourde toute la matinée de ce 2 août) et Pervomaïsk (salves de gros calibres à 5h20 ce matin) pour ne citer que ces villes. Dernier bilan humain pour Gorlovka : une vingtaine de tués dont 3 enfants et une trentaine de blessés dont plusieurs enfants. Les secours et les hôpitaux sont débordés. Ce soir, le maire de Gorlovka a décrété le couvre-feu pour la nuit.
Comme de bien entendu, la presse occidentale, aux ordres, se garde bien d’évoquer cette situation alarmante, se contentant de reprendre mot pour mot la propagande de Kiev et de larmoyer sur les 4 militaires tués et les 15 blessés du côté des agresseurs ukrainiens.
Cette offensive qui vise en priorité les zones résidentielles semble être directement liée aux pourparlers de paix à Minsk. Officiellement, afin de respecter les accords de Minsk, les forces républicaines ne ripostent pas ou peu, dans les faits certaines de nos sources affirment le contraire : des duels d’artillerie sont fréquents et très souvent au détriment des forces de Kiev.

L’attentat manqué de Villejuif aurait été commandité par des jihadistes « français »

Fabius Jihad bon boulot

Selon Le Monde, qui a eu accès au dossier d’instruction, Sid Ahmed Ghlam aurait été téléguidé depuis la Syrie par des jihadistes « français ».

Les soupçons des enquêteurs portent notamment sur un ancien proche de Mohamed Merah.

L’attentat manqué contre une église de Villejuif (Val-de-Marne) le 19 avril dernier ainsi que le meurtre, près des lieux visés, d’une jeune femme, Aurélie Chatelain, par un étudiant algérien de 24 ans n’aurait pas été l’action d’un loup solitaire, mais aurait bel et bien été commandité depuis la Syrie par des jihadistes « français ».

C’est en tout cas la principale hypothèse établie par les enquêteurs et qui figure dans le dossier d’instruction auquel le journal Le Monde a eu accès.

Calais : quand l’enfumage de Xavier Bertrand met au jour la responsabilité de l’UMP en matière de laxisme migratoire

FN_explosion-immigration

Communiqué du Front national

Les agitations électoralistes de Xavier Bertrand ne duperont personne. Ses prises de position sur la crise des migrants à Calais ne masqueront pas en effet la responsabilité qui est la sienne, ainsi que celle de son mouvement, dans les désastres de l’immigration massive que la France connaît aujourd’hui.

En l’espèce cette responsabilité est double.

Tout d’abord sur la situation à Calais, qui voit depuis des années la France supporter seule le problème des milliers de clandestins qui tentent tous les jours de passer en Angleterre. Cette situation proprement ingérable -surtout quand on refuse de se donner les moyens- est le résultat des accords passés entre la France et le Royaume-Uni en 2003 et 2009, c’est à dire sous les gouvernements UMP de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Si par ces accords, qui nous sont clairement défavorables, le Royaume-Uni a su protéger ses intérêts, ce n’est pas à David Cameron que Monsieur Bertrand doit s’en prendre mais à son parti l’UMP qui a mis sur la France une contrainte supplémentaire tout en la privant des moyens d’y faire face. On rappelle à cet égard que 12 500 postes de policiers et de gendarmes ont été supprimés sous Nicolas Sarkozy.

D’autre part, le problème des clandestins à Calais est largement alimenté par le laxisme des politiques migratoires menées par l’UMP comme par le Parti socialiste depuis quinze ans, et qui laissent chaque années près de 200 000 personnes s’installer légalement sur notre territoire, et ne font rien pour empêcher l’afflux de centaines de milliers de clandestins.

Sur ce dernier point, la responsabilité de Monsieur Bertrand et de l’UMP est même aggravée par les drames de l’opération militaire en Libye en 2011, qui a mis à terre l’Etat libyen et provoqué un chaos migratoire sans précédent, avec ses milliers de morts en Méditerranée et ses dizaines de milliers de clandestins arrivant chaque mois sur nos côtes et celles de nos voisins.

Pour faire parler de lui Xavier Bertrand s’agite mais oublie que les Français ont une mémoire pour se souvenir des promesses 1000 fois faites par l’UMP. À force d’enfumer en ces périodes de grosses chaleurs, Monsieur Bertrand risque donc l’asphyxie.

Seul le Front national propose une vraie politique de lutte contre l’immigration massive, basée sur la tolérance zéro et l’expulsion systématique des clandestins. Sur le modèle de l’Australie, plus aucun bateau de migrants ne doit être ramené sur nos côtes et l’intégralité des pompes aspirantes de l’immigration (AME, prises en charge dans le cadre de l’asile, etc.) doivent être supprimées. Une telle politique suppose évidemment de rompre avec les règles de l’Union européenne et de sortir sans délais de l’Espace Schengen en vue de retrouver la maîtrise de nos frontières nationales.

Grenoble (37) et Boulogne-Billancourt (92) : quatre volontaires pour le jihad arrêtés et mis en examen

_djihad-cazeneuve

Ces hommes d’une vingtaine d’années ont notamment été inculpés pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Les « Français » candidats au jihad sont toujours actifs. Quatre islamistes d’une vingtaine d’années ont été mis en examen pour leur implication dans des filières syriennes, a indiqué une source judicaire, samedi 1er août.

Dans le premier dossier, trois hommes arrêtés en début de semaine dans la région grenobloise sont soupçonnés d’être en relation avec un jihadiste installé en Syrie et d’avoir tenté de rejoindre ce pays au nom du jihad, selon cette source.

L’un d’eux, âgé de 21 ans, originaire de Seyssinet-Pariset (Isère), a été laissé libre sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet. Les deux autres, âgés de 25 et 22 ans et respectivement originaires de Vesoul et de Grenoble, ont été incarcérés. La semaine, il y aura un débat sur le placement en détention provisoire requis par le parquet.

Dans le second dossier, un homme de 21 ans qui avait été interpellé en début de semaine à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a été mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et financement de terrorisme. Il a été placé en détention provisoire.

Lire l’article sur francetvinfo.fr

L’immigration crainte par les Européens, selon un sondage de l’UE

immigration FN

Le sondage Eurobaromètre de printemps, publié fin juillet 2015, révèle une crainte commune à tous les Européens : la peur de l’immigration.

Selon un baromètre réalisé fin mai dans les États membres de l’Union européenne, l’immigration est désormais la principale préoccupation des citoyens européens, devant les questions économiques et le chômage. En novembre dernier, la situation économique, l’emploi et les déficits publics faisaient partie des inquiétudes numéro un des citoyens européens, selon une précédente enquête. L’immigration était alors en quatrième position (à 24 %).

[…]

Première préoccupation des Français

[…]

En France, ce sujet est une préoccupation pour 34 % de la population interrogée, avant l’économie (30 %). Autre préoccupation qui gagne du terrain : le terrorisme, dont les craintes ont également augmenté de manière significative depuis novembre 2014 dans l’ensemble de l’Union européenne (17 %, + 6 points).

Lire l’article en entier sur lepoint.fr

Ukraine / Donbass : Kiev maintient la pression contre les civils

Ukraine Donbass milicien FAN nouvelle Russie

Nous sommes bientôt à la moitié de l’été et la ligne de front ne semble pas évoluer d’un pouce, sauf à de très rares endroits et de façon anecdotique ou presque. Il y a un an, à la même époque, les forces républicaines étaient en sérieuses difficultés sur bien des secteurs, alors qu’un corps d’armée mécanisée ukrainien était encerclé près de la frontière russe. Rien, ou bien peu de choses, ne laissait présager une offensive d’été majeure et un encerclement sans précédent à Ilovaïsk suivie d’une débandade totale de forces ukrainiennes, pourtant supérieures en nombre, en soutien et en matériels. Il est possible que le même type de scénario se reproduise cet été. La propagande médiatique kiévienne annonce une offensive à venir… Hier matin, vers 10h30 (heure locale), le 34e convoi humanitaire de la Fédération de Russie est arrivé à Makeevka dans la banlieue de Donetsk, avec environ 550 tonnes de nourriture et de médicaments. La Russie n’oublie pas le petit peuple martyr du Donbass.

Les grands secteurs où la pression kiévienne est maintenue restent le nord et le nord-est de Lugansk, le nord et l’ouest de Gorlovka, la zone allant du sud d’Avdeevka à Marinka en passant par Spartak, l’aéroport de Donetsk et Peski, le secteur de Volnovakha au sud de Donetsk et bien sûr l’est de Mariupol. On ne note aucune attaque majeure, juste des accrochages d’intensité variable et, bien entendu, des frappes de l’artillerie lourde ukrainienne essentiellement contre des zones résidentielles dans le but de terroriser les civils.

A leur retour de Crimée, les enfants de Gorlovka ont failli être tué sous les tirs de l’artillerie ukrainienne (source)

On notera que les forces de Kiev ont recommencé leurs frappes nocturnes (surtout contre Donetsk et Gorlovka), afin de maintenu une pression quasi continue contre les civils. Chaque jour, des non combattants sont blessés, parfois tués. Depuis le début de l’année, pour la seule ville de Yasinuvata (ville ouvrière de 38.000 habitants avant guerre, se situant nord-est de Donetsk et juste à l’est d’Avdeevka), 28 civils ont payé de leur vie l’acharnement kiévien. 164 civils, dont 16 enfants, ont été tués dans les zones résidentielles de Gorlovka suite aux pilonnages de la ville de janvier à juillet à 2015 par les forces de Kiev. Et 501 personnes ont été blessées dans la même période, dont 42 enfants. Aujourd’hui, presque tous les quartiers ont été touchés par des salves de l’artillerie ukrainienne, y compris une église. Des civils ont encore été blessés, dont des enfants. Certains sont dans un état grave.

Renforts et pressions ukrainiennes

Le secteur le plus à l’est et au nord-est de Lugansk, allant de Popasna-Zolotoe jusqu’à Frunze-Krymskoe-Trehizbenka, semble avoir dernièrement reçu des renforts du côté ukrainien : on y trouve notamment un bataillon mécanisé de la 92e brigade du colonel Nikolyuk), un « bataillon police spéciale ‘Zolotyye vorota’ » sous les ordres du major Provolovsky et des éléments de la 54e brigade mécanisée (QG : Artemovsk). A noter que cette dernière unité a reçu, il y a quelques jours, des renforts en moyens médicaux et d’évacuation sanitaire. Il est probable qu’une attaque d’envergure se prépare sur cette zone du front nord.

Ces dernières 72 heures, la pression des forces ukrainiennes sur la zone se situant entre Spartak et Peski, incluant l’aéroport de Donetsk, a été telle que des positions tenues par le bataillon mécanisé renforcé « Somali » semblent avoir été perdues, selon un compte rendu d’Aleksandr Matyushin, chef d’état-major adjoint au 5e bataillon de la garde de Donetsk. Selon nos sources, la perte de terrain ne serait pas très significative. L’aéroport de Donetsk reste un des points les plus chauds du Donbass.
Sur l’est de Peski, les unités de la garde républicaine de Donetsk et de la brigade « Vostok » empêchent toujours les forces de Kiev de progresser ou de contourner l’aéroport par le sud-ouest. Le verrou établit par les FAN sur cette zone semble solide.

Pression accentuée sur Marinka

Une section républicaine de mortiers de 82 riposte aux tirs kiéviens sur Marinka-Krasnogorovka

Vallauris : quand l’UMPS confond « vivre-ensemble » et « vivre comme eux »

Marine Le Pen - 2014

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

La France n’est pas (encore) une République islamique et les revendications du roi d’Arabie Saoudite, en séjour à Vallauris sur la côte d’Azur, commencent à dépasser les limites de ce qui peut être toléré pour raison diplomatique.

Après la privatisation scandaleuse d’une plage publique et les travaux entamés sans permission pour la construction d’un ascenseur reliant cette plage à la résidence du monarque -qui étaient déjà des caprices consternants- l’on apprend maintenant qu’une femme CRS aurait été déplacée de la plage, où elle assurait sa mission de sécurité, à un point plus élevé du site pour ne plus être en contact visuel avec les hommes au moment de leur bain de mer.

Cette revendication scandaleuse, devant laquelle les autorités politiques françaises ont accepté de se coucher, est parfaitement intolérable. C’est une atteinte à l’honneur et à la dignité du corps des CRS, et une atteinte grave à nos principes fondamentaux de laïcité et d’égalité entre les hommes et les femmes.

Si le roi d’Arabie Saoudite voulait une plage privée pour son plaisir exclusif, il pouvait en louer une dans un coin du monde où ces privatisations se font, plutôt que de privatiser la toute petite plage publique de Vallauris. Si le roi d’Arabie Saoudite ne voulait pas de femmes affectées à sa sécurité, il pouvait plus encore rester chez lui.

La France doit désormais cesser de s’aplatir devant des revendications illégitimes et déshonorantes.

Ukraine / Donbass : intensification des pilonnages et nouvelle menace de putsch à Kiev

Ukraine Donbass novorossia FAN Nouvelle Russie

Ces dernières 24 heures, les accrochages et les frappes de l’artillerie kiévienne ont gagné en intensité sur les principaux points de la ligne de front. Si les deux parties s’accusent mutuellement de violer le cessez-le-feu, il est évident que c’est du côté des Ukrainiens que les violations sont les plus graves et les plus flagrantes ont lieu. A l’arrière, les extrémistes de Praviy Sektor et autres formations politiques néonazies et néobandéristes menacent maintenant directement le pouvoir d’un renversement si ce dernier ne lance pas une grande offensive d’été. Reste à savoir s’il s’agit encore une fois d’un énième chantage ou bien d’une menace avérée.


L’actu du Donbass du 27 juillet vue par South Front

Accentuation des pilonnages sur Gorlovka et Donetsk

Une batterie ukrainienne d’automoteurs de 122 mm 2S1 Gvozdika monte en ligne

Gorlovka a encore eu une nuit très agitée : plusieurs maisons (une dizaine selon nombre de sources) ont été détruites la nuit dernière suite à des frappes de l’artillerie lourde kiévienne. Deux civils ont été tués dont une femme. Plus au sud, alors que la nuit dernière a une fois de plus été particulièrement secouée sur Spartak, Avdeevka et Peski, en tout début d’après midi, vers 13h30, plusieurs salves d’artillerie de 203 mm ont touché des quartiers du nord de l’agglomération de Donetsk (source : Erwan Castel qui est sur place). Il s’agissait d’une attaque ciblée d’une batterie d’automoteurs lourds 2S7 Pion de la 43e brigade d’artillerie, obusiers ayant une portée de 37,5 à 55,5 km. C’est une évidente nouvelle violation des accords de cessez-le-feu de la part des agresseurs, comme on en constate trop souvent depuis des mois.

En première ligne devant Peski. Le secteur le plus à l’est du village de Peski, au sud-ouest de l’aéroport de Donetsk, est constamment harcelé par des tirs de mortiers automatiques ukrainiens 2B9 Vasilek de 82 mm.

« Comités révolutionnaires »

Praviy Sektor vient d’annoncer la création de « comités révolutionnaires » pour accentuer la pression contre le régime de Porochenko. Les extrémistes menacent directement (et une fois de plus) le gouvernement d’un renversement comparable au putsch de l’hiver 2013-2014. Mais en ont-ils réellement les moyens et leurs protecteurs d’outre-Atlantique risqueront-ils de s’aventurer vers un second Maïdan ? Quoi qu’il en soit, les groupes paramilitaires néobandéristes et néonazis restent un problème à régler pour le gouvernement de Kiev qui les a largement encouragés, équipés et instrumentalisés depuis plus d’un an. Depuis le désastre de Debaltsevo à l’hiver dernier, les difficultés que ces éléments armés créent au pouvoir « proeuropéen » n’ont pas cessé de croître. Après la destitution de l’oligarque Kolomoïsky de son poste de gouverneur de la région de Dniepropetrovsk, Kiev a tenté de mettre au pas ces éléments douteux. Mais pour la plupart, ils restent incontrôlables et font le jeu des faucons kieviens et washingtoniens. Il leur arrive souvent de refuser d’obtempérer à leur hiérarchie, de ne pas suivre les consignes de l’état-major général, d’agir comme des francs tireurs et de pratiquer toutes sortes de crimes et délits (trafics de drogue et d’armes, pillages, viols, assassinats, etc.) sous couvert de l’opération « antiterroriste ».

Dernier problème en date : dans la journée du 26 juillet, les paramilitaires de ce qui reste du 24e « bataillon Aydar » de la garde nationale ont eu un accrochage sévère avec les FAN vers Shchachtye, en compagnie de militaires de la 92e brigade mécanisée ukrainienne. La ville est censée devenir une zone démilitarisée, selon un accord avec l’OSCE, or les paramilitaires et une partie des militaires ukrainiens de la 92e refusent de quitter les lieux. Résultat : 4 blessés pour « Aydar » et plusieurs véhicules légers détruits, selon la version de Kiev, mais 14 blessés du côté des FAN et 8 tués et 21 blessés chez les Ukrainiens selon le dernier bilan. L’effectif d’une compagnie de ce qui reste d’ « Aydar », placé sous la responsabilité du lieutenant-colonel Evgeniy Ptashnik, devrait être retirée prochainement de la ligne de contact. En théorie, bien entendu. Rappelons qu’ « Aydar » est aussi en théorie dissous…

L’accrochage vu par la propagande kiévienne

Ukraine / Donbass : elles s’appelaient Christina et Kira…

Donbass je suis Kristina

Par Erwan Castel, engagé volontaire dans les forces de Nouvelle Russie

Nous n’oublierons et ne pardonnerons jamais !
« Cette image peut choquer » … Non ! Cette image DOIT choquer !

Cette jeune femme serrant jusque dans l’au-delà son bébé a été lâchement assassinée par les soudards ukrainiens il y a 1 an, le 27 juillet 2014 à Gorlovka.

Ce jour là, le régime de Kiev, soutenu par les gouvernements de l’Union européenne, donne l’ordre à son armée de bombarder le centre de cette paisible ville minière de 250 000 habitants située au Nord de Donetsk. Ce bombardement, qui n’est pas le premier, ouvre par son horreur le long martyr que continue a endurer jusqu’à aujourd’hui cette cité courageuse de Novorossiya.

Ce jour là, les artilleurs ukrainiens, ivres de haine ont bombardé délibérément les quartiers résidentiels de la ville, utilisant des munitions chargés de phosphore blanc, comme l’attestent les brûlures observables sur les vidéos ci après. Sans compter les dizaines de blessés, 13 civils décéderont ce jour là, dont 2 enfants…

Ce crime odieux n’a jamais été mentionné par la « merdiacratie » occidentale aux ordres de ses commanditaires et le massacre continue aujourd’hui, dans l’indifférence des peuples européens bâillonnés à leurs télévisions et leurs individualisme lâche…

Au coeur de l’Europe, chaque jour, de nouveaux crimes contre l’humanité sont perpétrés sur le sol du Donbass, exécutés par une junte mise en place et soutenue par nos propres gouvernements occidentaux aux ordres des intérêts étasuniens qui, pour provoquer la Russie organisent un génocide.

Et personne ne bouge à l’Ouest !

Cela fait plus d’un an que cette population résiste à l’infamie et à l’anéantissement physique s’élevant par son courage au sommet de l’héroïsme tandis que les peuples d’Occident eux, restent silencieux et immobiles, sombrant par leur lâcheté dans la complicité de ces crimes abjects.

Lire la suite sur le blog d’Erwan Castel

Ukraine / Donbass : une ligne de front figée sous un soleil de plomb

Donbass Crimée Poutine Porochenko

En raison de la période estivale, nos rapports de situation seront mis en ligne de manière occasionnelle, l’essentiel de la rédaction de NationsPresse étant en congés annuels. La régularité de nos «Sitrep» reprendra début septembre. Merci à tous et à toutes de votre compréhension, de votre fidélité et de vos nombreux et chaleureux soutiens.
JF
___________

Il fait chaud dans le Donbass en ce milieu d’été, très chaud, autant qu’en France sous la canicule. L’offensive kiévienne tant attendue contre les positions républicaines n’a toujours pas eu lieu : essentiellement en raison de carences accrues dans les rangs des forces assiégeantes (des cas de refus d’obéissance dans la 17e brigade de chars par exemple), ajoutées aux problèmes internes d’un régime « proeuropéen » aux abois qui est confronté aux résultats de sa politique désastreuse et à une pression de plus en plus insistante des bandes armées d’extrême droite instrumentalisées par Washington qui ont été entrainées et légitimées depuis un an et demi. D’ailleurs, deux nouveaux «bataillons» de «police» viennent d’être créés… Dans la situation actuelle, la ligne de front est figée et l’intensification significative des combats ne sera possible qu’en cas de provocations flagrantes de la part des forces ukrainiennes. Et, cela, alors que la situation à la frontière avec la Transnistrie ne cesse de devenir de plus en plus inquiétante, après les actions meurtrières des paramilitaires de Praviy Sektor : Kiev aurait déployé 5 à 7.000 militaires et paramilitaires sur cette zone, un acte évidemment hostile envers Tiraspol, alors que la présence de troupes américaines sur le territoire ukrainien devrait durer de longs mois encore.

La ligne de front ces derniers jours : en bleu, les concentrations ukrainiennes, en rouge, celles des forces républicaines

L’essentiel des activités militaires dans le Donbass se résume à des accrochages sur l’ensemble de la ligne de contact, des duels d’artillerie plus ou moins intensifs et des mouvements de troupes correspondant à des rotations ou des arrivées de renforts. A noter que, le 14 juillet, l’artillerie des forces de Kiev s’est particulièrement déchaînée contre Donetsk et Gorlovka, principales grandes villes martyres du Donbass avec Lugansk (source).

Depuis, régulièrement, l’artillerie ukrainienne vise des quartiers résidentiels de Gorlovka et de Donetsk, sans but militaire. Et ce sont surtout les civils qui sont les principales victimes de cette folie meurtrière.

Principalement armée d’obusiers de 203 mm 2S7 Pion, la 43e brigade d’artillerie récemment créée est destinée à être directement employée contre les agglomérations du Donbass et plus précisément contre les zones résidentielles. C’est une unité uniquement destinée à semer la terreur, la destruction et la mort parmi la population civile.

La plupart des unités d’artillerie des FAN sont désormais concentrées à l’arrière, ne reste en appui-feu que quelques mortiers de 120 et de 82, autant dire presque rien face à l’artillerie lourde ukrainienne qui n’a toujours pas été retirée en dépit des accords de Minsk-2 et de la parole donnée.

Le front au quotidien

Sur le front nord, au-delà de Lugansk, le secteur de Shachtye est censé devenir une zone démilitarisée, comme Shirokino. Or, comme à Shirokino, les forces de Kiev se sont maintenues : une trentaine de paramilitaires de l’ex « bataillon Aydar » composé pour l’essentiel de néonazis, tiennent encore l’école de police, la centrale thermique et quelques barrages routiers. Hier, vers 19h00 (heure locale), un détachement des FAN aurait encerclé ce groupe armé kiévien, alors que l’OSCE reste impuissante face aux violations flagrantes par la partie ukrainienne des accords signés entre Kiev, Moscou et les représentants de Nouvelle Russie. Des véhicules blindés et des mitrailleuses lourdes tiennent en respect ces poches de résistance ukrainiennes.

Un détachement motorisé du bataillon de choc « Sparta » à l’exercice : le commandant Arseny Pavlov dit « Motorola » prépare chaque jour ses « Spartiates » pour remonter en ligne en cas de coup dur. À l’heure actuelle, « Sparta » est l’une des unités les plus qualifiées et les plus redoutables des forces de Nouvelle Russie. Un reportage de Gleb Kornilov sur le terrain d’entraînement.

Sur le front syrien, des volontaires français partis combattre l’Etat islamique

Fabius Jihad bon boulot

Alors que le gouvernement socialiste de François Hollande persiste à soutenir, toute honte bue, certaines branches de Daech engagées contre les forces du régime de Bachar al-Assad, des volontaires français sont présents dans les rangs des opposants à l’Etat islamique.

_____________

Sur le front syrien, des volontaires français sont partis combattre l’Etat islamique. William et Damien ont quitté la France pour la Syrie. Ils combattent aux côtés des milices kurdes. France 2 les a rencontrés.

William et Damien sont français. Tous deux font partie des nombreux volontaires étrangers, de diverses nationalités, partis rejoindre les rangs des milices kurdes en Syrie afin de combattre les jihadistes de l’Etat islamique. France 2 les a rencontrés près de Tal Abyad, une ville syrienne où les jihadistes sont entrés, et diffuse un document exclusif, dimanche 19 juillet.

Lire l’article sur francetvinfo.fr

Exécutions de l’Etat islamique : une mise en scène dévoilée, John McCain éclaboussé

McCain

Des hackers du groupe CyberBerkut ont publié une vidéo de l’exécution de prisonniers de l’Etat islamique (EI), organisation terroriste islamiste, qui, d’après les images, a été filmée dans un studio d’enregistrement.

Les hackers ont expliqué avoir trouvé la vidéo sur un support électronique appartenant à un collaborateur du sénateur américain John McCain.

[John McCain, un des principaux faucons néoconservateurs américains, a été maintes fois missionné par l’Administration Obama pour aller défendre la stratégie et les intérêts US en Ukraine auprès des extrémistes néobandéristes et néonazis et en Syrie auprès des islamistes proches d’al-Qaïda/Daech. – note NationsPresse]

« Nous, le groupe CyberBerkut, avons eu à notre disposition un fichier dont il est difficile de sous-estimer l’importance! Cher sénateur McCain, nous vous recommandons de ne plus prendre avec vous des documents secrets dans des voyages à l’étranger, surtout en Ukraine ».

D’après les images de la vidéo, un « prisonnier » est « exécuté » devant plusieurs caméras, sous un éclairage bien choisi. Un acteur, habillé en bourreau du groupe Etat islamique, met un couteau près de la gorge du « séquestré », qui fait mine d’en souffrir.

Rappelons que depuis août 2014, les terroristes de l’EI ont publié plusieurs vidéos d’exécutions. Leurs victimes étaient pourtant miraculeusement calmes, prononçaient leurs derniers mots et mourraient dans les bras des terroristes. De nombreux internautes ont considéré ces vidéos comme fictives, notamment à cause des réactions des victimes et de la qualité des vidéos.

Les Américains ont été plusieurs fois blâmés pour avoir fabriqué des vidéos du groupement l’Etat islamique. Ainsi, une étudiante de l’Université de Nevada Ivy Zidrich a affirmé à Jeb Bush que son frère, l’ex président US Georges Bush, avait créé l’organisation de l’EI.

Source : sputniknews.com

Ukraine / Donbass : situation confuse sur Shirokino

Ukraine Donbass FAN combattant

Le nombre de volontaires de la Fédération de Russie intégrés dans les rangs des armées des républiques populaires de Lugansk et de Donetsk ne dépasse pas les 2%. Un élément de plus qui remet en cause le mythe de « l’invasion russe » si choyé du côté de Kiev, de Bruxelles et de Washington. Dans les rangs des forces de Kiev, en revanche, la présence étrangère y est très forte et quasi omniprésente au sein d’unités comme « Azov », dans les « bataillons » DUK ou dans « Dnepr-1 ». D’ailleurs, ces derniers jours, on a encore décompté nombre de ces personnels étrangers parmi les victimes d’accrochages intensifs, sur Shirokino par exemple. Shirokino où, ce soir, la situation est incertaine.

Depuis ce début du mois de juillet, aucun changement significatif n’est intervenu sur l’ensemble de la ligne de front. Néanmoins, on note une généralisation des frappes de l’artillerie kiévienne contre les grandes agglomérations de Gorlovka et de Donetsk (Lugansk est encore relativement épargnée), tous les soirs à partir de 20h00 (heure locale). L’information centrale de ces dernières 48 heures se situe sur la partie la plus au sud du front du Donbass, sur le village côtier de Shirokino qui viendrait d’être déclaré « zone démilitarisée » et où la situation est particulièrement confuse ce soir.

Shirokino « démilitarisé » ?

La situation est très opaque depuis au moins 24 heures sur Shirokino. Avant-hier, après l’annonce du « retrait » des forces de Kiev du village côtier de Berdyanskoe jouxtant au sud-ouest Shirokino (suite aux pilonnages de l’artillerie républicaine), le porte–parole du ministère de la Défense de la RPD, Eduard Basurin, déclarait que la démilitarisation de Shirokino était en cours sous la responsabilité de mission de l’OSCE. Le 1er juillet, le représentant officiel de la RPD pour les négociations concernant les accords de Minsk, Denis Pushilin, avait affirmé qu’un retrait « unilatéral » des forces de Nouvelle Russie avait été décidé. Pourtant, les combats se poursuivaient, toujours aussi intenses…
Du côté de la partie ukrainienne, on se permettait alors de nouvelles provocations : c’est ainsi que Shirokino fut une fois de plus copieusement pilonné (vidéo ci-dessous) et que la presse kiévienne s’empressa d’accuser les… « Russes » ! Tout en confirmant le retrait des forces indépendantistes du village…

89 mosquées salafistes en France : signez la pétition pour exiger leur fermeture !

00089_mosquees_petition_1

Le Front national lance ce 1er juillet une pétition nationale pour exiger la fermeture des presque 100 mosquées salafistes, radicales, déjà présentes sur le territoire national.

La France doit suivre les exemples égyptien et tunisien en ce domaine, et rompre avec des années d’immobilisme et de faiblesse, sous l’UMP comme sous le PS.

Cette pétition nationale vise à exercer une pression populaire sur le gouvernement.

Ukraine / Donbass : un soleil de plomb qui plombe l’offensive kiévienne

Ukraine Donbass marinka milice mitrailleuse FAN

Il fait très chaud dans le Donbass : plus de 40° ! Ce soleil semble plomber l’offensive kiévienne. Le commandement ukrainien vient d’interdire l’utilisation de téléphones mobiles dans la zone militaire du Donbass. Il vient seulement de s’apercevoir que ces communications pouvaient être écoutées par les forces indépendantistes… Mais cela ne permettra sans doute pas de faire baisser la récente augmentation des défections du côté de l’armée ukrainienne. Sans compter les cas de plus en plus fréquents d’alcoolisme et de toxicomanie dans les rangs de la soldatesque kiévienne qui obligent nombre d’officiers à faire enfermer les fautifs dans des… cages. Et c’est dans ces conditions que les troupes ukrainiennes tentent de forcer les lignes républicaines à l’ouest et au nord de Donetsk depuis quelques jours.

Reportage très partisan et d’une grande mauvaise foi de France 24 sur la situation dans le Donbass : quasiment rien sur les tirs de l’artillerie ukrainienne contre les zones résidentielles qui tuent chaque jour des civils, rien non plus sur les attaques quotidiennes des forces de Kiev sur les premières lignes républicaines, et silence total sur l’idéologie nauséeuse des extrémistes qui composent l’essentiel de la garde nationale de Kiev.

« Motorola » remonte au front, Donetsk sous pression

La demi-brigade de forces spéciales de «Motorola», dont le fer de lance est le bataillon « Sparta », va très vite remonter en première ligne. Une partie de cette unité est en ce moment au nord de Shirokino, le reste était en remise en condition, en formation et au repos depuis plusieurs semaines. Un détachement de « Sparta » avait été engagé lors de la contre-attaque républicaine sur Marinka il y a plusieurs semaines. A ce que nous en savons, outre le bataillon « Sparta » qui comprend 3 compagnies d’infanterie, l’unité dispose d’une unité de reconnaissance (DRG), d’une ou deux batteries de mortiers de 120 Sani et de 2B16 Nona-K et d’une batterie de mortiers de 82. Il y aurait en tout au moins 1.200 combattants. Il est possible que cette demi-brigade se retrouve désormais renforcée de plusieurs éléments tactiques, le bataillon « Somali » ayant lui-même été renforcé d’une compagnie de chars lourds en février dernier.

Gorlovka a encore été massivement pilonnée cette nuit : l’objectif est de faire pression sur la population et de fixer les forces de la 3e brigade motorisée sur cette ville, alors que les groupes tactiques kiéviens plus au sud-ouest peinent à percer entre Donetsk et Gorlovka. Depuis la soirée du 30 juin, la pression kiévienne s’est accrue sur Donetsk au point de devenir alarmante. Alors que la plupart des quartiers résidentiels se situant à l’ouest et au nord de la ville étaient frappés, une fois de plus, par des salves de l’artillerie lourde ukrainienne, on notait plusieurs tentatives d’assaut des positions républicaines sur Spartak, sur l’aéroport, sur Peski.

Éléments du bataillon « Somali » au nord de l’aéroport de Donetsk

La détérioration générale de la situation près de l’aéroport de Donetsk a été consignée par l’OSCE ces derniers jours. Les combats se sont aussi poursuivis vers le sud et le sud-est d’Avdeevka, alors que la tentative de percée ukrainienne au nord de Donetsk est un échec cuisant. Aussi, les pilonnages des zones résidentielles de Kiev se sont poursuivis de manière plus intense.