Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - LCI - Le-Oui-Non

Louis Aliot sur Radio Classique : « Il ne tient qu’au Sénat de réveiller les institutions et de jouer son rôle »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de Patrick Poivre d’Arvor sur Radio Classique. Il a commenté l’actualité du moment et notamment les élections sénatoriales de dimanche qui ont permis au FN d’avoir deux sénateurs. La présidentielle de 2017 a aussi été évoquée. A l’heure actuelle, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Europe

Augmentation des taxes sur le gazole : l’austérité étendue aux poids lourds

Marine Le PenCommuniqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

Après les automobilistes, vaches à lait de tous les gouvernements UMPS, ce sont les poids lourds qui font une nouvelle fois l’objet d’une attaque fiscale du gouvernement. Ceux-ci devront en effet s’acquitter, comme les automobilistes, dès le 1er janvier 2015, d’une augmentation des taxes sur le gazole à hauteur de 4 centimes par litre.

Cette nouvelle augmentation démontre que l’abandon de l’écotaxe n’était en rien une victoire pour les professionnels de la route, et que le gouvernement, soumis à la politique bruxelloise d’austérité, était résolu à les frapper fiscalement.

Le durcissement des taxes sur le gazole représente une difficulté supplémentaire scandaleuse, pour un secteur déjà très sévèrement affaibli par les règles déloyales de la libre concurrence européenne.

Le Front National demande la suppression immédiate de cette augmentation des taxes sur le gazole, et sa compensation par une taxe spécifique sur les poids lourds étrangers roulant en France, ce qui suppose, une fois encore, de sortir des règles absurdes de l’Union européenne.

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste d’austérité, qui entraîne l’aggravation des déficits et de la dette pour notre pays. 

« La politique qui est menée est un cercle vicieux, moi je propose de revenir à un cercle vertueux »


Marine Le Pen – 19 octobre 2014 par hurraken75

Mort de Christophe de Margerie à Moscou : les enquêteurs étudient plusieurs versions

Les enquêteurs examinent quatre versions du crash de l’avion Falcon 50 du P.-D.G. de Total survenu mardi à l’aéroport de Vnoukovo près de Moscou, a annoncé le responsable du bureau moscovite du Comité d’enquête russe Ivan Siboul.

« Il existe plusieurs versions des causes de l’incident, dont une erreur des pilotes, une erreur de contrôleurs aériens, une erreur du conducteur de la déneigeuse et une mauvaise visibilité », a expliqué M. Siboul.

Selon lui, l’avion a heurté l’engin de déneigement avec son train d’atterrissage avant, après quoi il s’est renversé. A l’heure actuelle, les enquêteurs cherchent à établir si l’incident a été enregistré sur support vidéo.

Plus tôt dans la journée, le service de presse de l’aéroport de Vnoukovo a rapporté que l’avion privé du patron du géant pétrolier français Total Christophe de Margerie s’était écrasé et avait pris feu après être entré en collision au moment du décollage avec une déneigeuse.

Le patron de Total et trois autres personnes se trouvant à bord de l’avion ont péri dans l’incendie.

Source : RIA Novosti

La Russie étend encore son embargo sur les produits européens

La Russie ajoute à la liste des produits sous embargo les abats, les farines animales et autres dérivés d’élevage.

La Russie a décidé ce lundi d’étendre son embargo sur les produits agroalimentaires européens aux abats, farines animales, gras et autres produits dérivés bovins, porcins et issus de la volaille, a indiqué à l’AFP le porte-parole de l’agence vétérinaire russe Rosselkhoznadzor.

L’argument sanitaire

Ces produits n’étaient jusque-là pas concernés par l’embargo alimentaire décrété début août par la Russie en réponse aux sanctions occidentales votées à son encontre, a expliqué à l’AFP Alexeï Alexeenko, ajoutant que la décision avait été prise en raison  de « violations des normes de sécurité », notamment à cause d’une infection microbienne.

« À partir du 21 octobre, des restrictions temporaires entreront en vigueur concernant l’importation en Russie depuis des pays de l’Union européenne d’un certain nombre de produits alimentaires, notamment les abats bovins et porcins, la farine animale, le gras de bœuf et de porc, y compris le lard et le gras de poulet », a précisé Rosselkhoznadzor dans un communiqué.

L’agence indique avoir identifié, au cours des deux derniers mois, 17 violations des normes sanitaires et découvert des traces d’antibiotiques dans des produits provenant notamment d’Allemagne, d’Italie et de Pologne.

Lire la suite sur lesoir.be

Ukraine / Donbass : intensification des combats au nord de Lugansk, à Donetsk et sur Volnovakha

Donetsk sous les tirs des missiles de Kiev

La tentative de contre-attaque des forces ukrainiennes au nord-ouest de Lugansk est en passe d’échouer, l’initiative reste toujours entre les mains des forces armées de Nouvelle Russie. Même à Donetsk, qui subit ces dernières heures de nombreux tirs de missiles balistiques et d’artillerie occasionnant des destructions et des pertes humaines considérables parmi les civils, on note une nette augmentation de l’intensité des affrontements. Plus au sud, le secteur de Volnovakha bouge lui aussi, même si, là encore, l’initiative reste aux mains des républicains. Aussi les tirs de missiles Tochka-U sur Donetsk sont destinés, une nouvelle fois, à se venger sur les civils qui sont encore présents dans la capitale du Donbass.

svoboda farion la russie doit devenir un cimetière« La Russie doit devenir un cimetière » affirment les affiches électorales de Svoboda pour les élections législatives en Ukraine. Outre le message qui révèle un sens politique du niveau d’un enfant de 4 ans, on notera qu’aucun des dirigeants de cette formation amie de McCain et de Fabius, n’a mis sa peau au bout de ses idées… Comme BHL, ils sont toujours généreux avec le sang et l’argent des autres.

C’est bien dommage, car les combats sur Donetsk, Volnovakha et au nord de Lugansk s’intensifient en ce début de semaine.

Encerclement au nord-ouest de Lugansk

Alors qu’au nord de Donetsk, au-delà de la Siverskiy Donets, les DRG républicains poursuivent leurs actions offensives sur Bahmutivka (situé sur l’axe routier stratégique nord-sud entre Shchastya et Novoaidar), l’axe secondaire T1303, qui relie Lysychansk au nord-ouest à Lugansk au sud-ouest parallèlement au sud de la vallée de la rivière, est l’objet de toutes les attentions depuis 48 heures.

Kiev a tenté de contre-attaquer avec pour objectif d’atteindre les lignes de départ de l’offensive cosaque de jeudi par une manœuvre de contournement ; mais les forces ukrainiennes, qui n’ont pas pu être engagées d’un seul coup, se sont retrouvées partiellement encerclées à l’est de Permovaisk. Le groupe de combat ukrainien semble avoir perdu dans l’affrontement de ces deux jours derniers pas moins de 8 à 10 blindés et un nombre important de véhicules divers (photos), ses pertes en hommes ne sont pas encore connues.

B0R0LlQIIAAPrkzEn ce moment, les combats se concentrent sur le point de contrôle n°32 juste au sud-ouest de Smile (Smeloe) sur la T1303. Des éléments mécanisés de la 92e brigade, une compagnie de ce qui reste du « bataillon Aydar » et plusieurs éléments de la 95e brigade aéromobile de Zhytomyr, une ou deux compagnies du 9e «bataillon» de défense territoriale de Vinnytsia tentent de manœuvrer sur cette T1303 en dépit des attaques des cosaques et de l’artillerie de Nouvelle Russie qui concentre ses tirs sur ce tronçon routier.

Plusieurs tirs d’artillerie républicains sur Nyzhnie et Toshkivka (au sud-est de Lysychansk) ont été effectués dans l’après-midi, afin de bloquer toute retraite adverse et toute possibilité de ravitaillement et de communication terrestre du groupe de combat encerclé plus au sud-est vers Smile. Après avoir tenté une contre-attaque, ce groupe est en ce moment en position défensive dite du hérisson au sud-ouest de Smile (village tenu par les cosaques) sur la route et 2 km plus au sud sur le village de Khoroshe.

Cet axe de pénétration risque bien pour les forces de Kiev de devenir très rapidement un chaudron tant les flancs-gardes ne semblent pas avoir été sécurisés au nord comme au sud. Les heures qui viennent seront décisives.

Des provocateurs panalbanais font annuler le match de foot Serbie-Albanie

Avec Roland Machefer

Un drone transportant un drapeau de la « Grande Albanie » a provoqué un déchaînement de violences durant le match Serbie – Albanie mardi. Une énième provocation des extrémistes panalbanais au moment où Belgrade s’apprêtait à recevoir en grandes pompes le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, afin de commémorer les 70 ans de la libération de la capitale serbe par l’armée rouge, le 20 octobre 1944.

Les vidéos du grave incident survenu mardi durant la rencontre Serbie – Albanie comptant pour les éliminatoires de l’Euro 2016 ont déjà fait le tour du monde. Vers la 40e minute de jeu, un drone transportant un drapeau de la « Grande Albanie »  survole la pelouse. Un joueur serbe l’arrache et se retrouve aussitôt encerclé par des joueurs albanais, avant que des supporters serbes descendent des tribunes pour défendre leurs joueurs. Ce drapeau de la Grande Albanie ethniquement pure, à la veille des commémorations de la libération de Belgrade le 20 octobre 1944, n’est pas anodin.

La Grande Albanie faisait partie du projet hitlérien de remodelage du continent européen. Il y a 70 ans, nombreux avaient été les Albanais du Kosovo et du nord de l’Albanie (pays gheg) à rejoindre les volontaires de la Waffen-SS au sein de la 21e division de montagne « Skanderbeg » (9.000 hommes) de sinistre mémoire. Dans les Balkans, les Albanais représentaient après les musulmans de Bosnie, le contingent le plus nombreux dans les rangs de la Waffen-SS. La Grande Albanie, ethniquement purifiée, était alors sur le point d’être réalisée par le feu et le sang, avec l’assentiment de Mussolini, tout d’abord, puis du Reich hitlérien à partir de septembre 1943, et au moyen d’un nettoyage ethnique de la presque totalité des Serbes et des chrétiens orthodoxes de souche vivant sur le territoire du Kosovo, la province historique serbe annexée par Tirana.

Ukraine / Donbass : les forces républicaines progressent au nord et au sud

Attaque au nord et progression des FAN au sud, alors que les défenseurs de l’aéroport de Donetsk tiennent toujours bons sous les assauts et les salves d’artillerie des forces de Kiev. En 96 heures, c’est presque l’ensemble du front du Donbass qui a été sérieusement évolué, au détriment des forces de Kiev. Ces dernières envoient des renforts mais semblent globalement incapables de contre-attaquer, tout juste essaient-elles des manœuvres de freinage pour tenter de retarder la progression adverse. Les commémorations anachroniques de l’extrême droite néobandériste partout dans l’Ukraine « proeuropéenne » ont été saluées par les troupes de Nouvelle Russie à leur juste mesure. Pas sûr que les nervis qui paradaient hier à Kharkov, Odessa, Lviv et Kiev courent aujourd’hui rejoindre ceux qui, en ce moment, subissent les attaques des forces de Nouvelle Russie.

Salves de Grad des forces républicaines

« Le communisme est mort, nous devons maintenant détruire l’orthodoxie ! » C’est un vieux Galicien qui vient d’affirmer cela (source) et pas n’importe lequel, un des plus influents de la planète : Zbigniew Brzezinski, conseiller de Barack Obama, théoricien du « Containement » contre l’URSS du temps de la guerre froide, un de ceux qui influencèrent la politique interventionniste US en Afghanistan au point de créer et d’instrumentaliser al-Qaïda, et qui est sans doute l’homme, avec Soros, qui a la plus grande responsabilité du coup d’Etat de l’hiver dernier à Kiev, un coup de force antidémocratique destiné, non pas à soutenir le peuple ukrainien dont il ne moque éperduement, mais à lancer une nouvelle guerre froide sur le continent européen, voire au-delà. C’est donc bien une guerre de religion à laquelle nous assistons en ce moment, en plus d’un conflit « ethnique » (dixit Iryna Farion de Svoboda) dans le cadre d’un affrontement géopolitique majeur entre les partisans d’un monde multipolaire et ceux de l’hyperpuissance US.

Mais pour le moment, l’heure est aux réalités du quotidien : la guerre ethno-religieuse que Washington et Bruxelles entendent mener contre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien, se heurte à une farouche résistance populaire. Et les autorités de Nouvelle Russie ne sont pas dupes du rôle trouble de certaines organisations de la « Communauté internationale » : elles ont menacé d’abattre les drones de la mission de l’OSCE au cas où ils survoleraient sans autorisation préalable le territoire des républiques séparatistes. Les indépendantistes craignent, à juste titre, que ces drones issus d’armées de pays membres de l’OTAN (Allemagne, France) servent in fine au renseignement des forces de Kiev.

Batterie ukrainienne d’automoteurs 2S3 de 152 mm Akatsiya au nord de Donetsk (55e brigade d’artillerie)

Le chaudron de d’Amvrosyvka, au sud-est d’Ilovaisk semble enfin liquidé depuis la fin de la semaine dernière. Ce qui a permis de libérer des troupes du côté indépendantiste et de les redéployer sur d’autres secteurs où elles sont plus utiles. D’ailleurs, on note de fortes progressions des forces républicaines et nord et au sud du front du Donbass depuis 96 heures. On note également, depuis les 16 et 17 octobre, une poussée au nord de Gorlivka de plusieurs kilomètres en direction d’Artemivsk ; alors que le flanc ouest de ce saillant continue de connaître des affrontements sporadiques. Sur Verhnotoretske (7 km au nord-ouest d’Avdiivka et au sud de Gorlivka), une reconnaissance par le feu des forces ukrainiennes a été signalée dans la journée du 18.

On signale également la poursuite des attaques sur les positions ukrainiennes dans le saillant de Debaltseve tenu par Kiev avec comme appui-feu des lances-roquettes multiples Grad. Les combats se poursuivent à la périphérie immédiate de la ville (à l’est), mais dans l’ensemble, il n’y a pas de changement significatif. On note l’action, sur le flanc ouest du saillant, de plusieurs unités de reconnaissance des forces de Kiev chargées de tater le dispositif républicain. Tout comme, ce soir, une importante colonne d’infanterie motorisée sur BTR-80, appuyée par une batterie d’artillerie de quatre 122 D-30 tractés par MT-LB et un poste de commandement a été signalée à Kostyantynivka (plus de 20 km au nord-ouest de Gorlivka) faisant mouvement vers les premières lignes. Dans l’après-midi, des drones ukrainiens de reconnaissance ont été aperçus au-dessus de Yenakijeve (sud-est de Gorlivka).

Un des ateliers de remise en condition de combat et d’entretien des armements lourds des FAN

Offensive républicaine au nord

Lugansk 16 17 10 2014La situation ces derniers jours au nord de Lugansk : en bleu, les positions des forces de Kiev ; en rouge celles de Nouvelle Russie.

Ce qui était encore, il y a quatre jours, une simple reconnaissance offensive, est devenu une véritable progression au nord de Lugansk, au-delà de la Siverskiy Donets. S’appuyant sur le verrou de Pervomaisk, le 32e détachement de l’armée des cosaques du Don, secondé par plusieurs DRG, mène en ce moment une véritable offensive sur la partie nord de la poche du Donbass. Bahmutka est atteinte, le sud de Novoaidar est menacé et des combats sont en cours à Lysychansk sur le flanc ouest de cet axe de progression.

Après les niches fiscales, les niches d’imposition

Bruno LemaireBillet d’humeur de Bruno Lemaire, secrétaire général du Club Idées Nation

Depuis quelque temps les ‘rabots’ sont de sortie. Il ne s’agit plus pour l’État d’aider les ménages et les entreprises à créer des richesses, ni même à réduire ses dépenses, mais à tenter de « piquer » par-ci, par- là quelle menue monnaie à ceux qui en auraient encore.

La méthode est habile, au moins politiquement. Il s’agit de s’en prendre à des gens dont le pouvoir de nuisance est faible, voire nul, ou encore parce les personnes visées déclencheront peu de sympathie parmi le reste de la population.

Il est vrai que pour les 5 ou 6 millions de chômeurs, pour les onze millions de travailleurs pauvres, enlever 100 ou 150 euros par mois à un couple qui gagne 6 000 euros mensuellement ne semble pas tragique. Même chose quand on rabote la retraite au-dessus de 2000 euros, lorsque la retraite de certains n’atteint pas 900 euros.

Certains capitaines d’industrie avaient été blâmés, à juste titre, pour avoir « vendu par appartements » des établissements industriels, après avoir racheté pour une bouchée de pain les établissements concernés

L’État socialiste fait de même : il divise les citoyens français en catégories, en niches imposables, pour en tirer le plus de « suc fiscal ».

Le seul « petit » problème – en dehors du problème éthique que cela représente – c’est que certains de ces « riches » sont aussi des facteurs de richesse dont la France a cruellement besoin. Que l’on taxe des représentants du « show-biz » ou des commissaires européens ne me ferait ni chaud ni froid. Mais que l’on taxe ou surtaxe des cadres ou des entrepreneurs qui tentent, bon an mal an, de relancer l’économie française me semble beaucoup plus dangereux. Mais cela, en ‘Hollandie’, personne n’en a cure.

Austérité/Défense : la triple faute du gouvernement

flamme-FNCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

Par l’annonce de la dissolution d’un nouveau régiment militaire en Champagne-Ardenne et le départ des activités médicales du Val-de-Grâce à Paris, entre autres mesures d’austérité frappant les armées, le gouvernement multiplie les fautes graves à l’égard de la France : faute morale, faute économique et faute sécuritaire.
En revendiquant vouloir faire « porter aux armées leur part dans l’effort budgétaire du pays », Jean-Yves Le Drian oublie ainsi que les militaires payent déjà le prix du sang, et que c’est à la Nation de faire un effort budgétaire pour ses armées et non l’inverse.

Il en va de la puissance de la France et de sa sécurité.

Les annonces de suppressions de postes dans la Défense sont parfaitement intolérables. Elles fragilisent des territoires déjà fortement ébranlés par la crise économique permanente, et surtout, à l’heure où le monde est chaque jour plus incertain, elles participent à l’effondrement sécuritaire de notre pays.

Après les 54 000 suppressions de postes issues de la LPM 2008-2014 votée par l’UMP, la majorité socialiste maintient honteusement son objectif de 23 500 suppressions de postes supplémentaires d’ici à 2019.

Toujours moins de militaires, toujours moins d’équipements mais toujours plus de menaces. Qui peut comprendre le sens d’une telle politique, aussi profondément antinationale et motivée par les seules contraintes d’austérité dictées par l’Union européenne ?

Le Front National appelle tous ceux qui le peuvent, civils et familles de militaires, à se mobiliser pour défendre les intérêts de nos armées, et donc notre sécurité collective.

Nous renouvelons à cet égard notre proposition de sanctuarisation du budget de la Défense en inscrivant dans la Constitution une limite inférieure obligatoire équivalent à 2% du PIB, et qui seule pourrait permettre le réarmement indispensable de la France, aussi bien humain que matériel.

Ukraine / Donbass : les combats font rage, une centaine de soldats ukrainiens encerclés au nord de Lugansk

Petro Porochenko se veut rassurant, le boucher de Kiev fait le beau, il parle de « paix » et de « grands espoirs » pour trouver une solution à la guerre civile qui continue de faire rage dans le Donbass. Mais pendant ce temps-là, ses troupes continuent de semer la mort à Donetsk, à Mariupol ou encore à Gorlivka. Et les rues de sa capitale sont en ébullition, après les démonstrations des extrémistes galiciens, admirateurs des collabos du IIIe Reich de sinistre mémoire, qui veulent peser coûte que coûte sur le scrutin législatif. Loin de là, les combats font rage dans le Donbass et, aujourd’hui, un nouveau chaudron a vu le jour, au nord de Lugansk.

Voilà comment la milice du Donbass traite les voleurs et autres maraudeurs issus de ses propres rangs : ceux-là ont volé des téléphones à des civils. Ils sont traités à l’ancienne, comme le grand Fredéric II de Prusse l’imposait en son temps à ses troupes, avant d’être exclus des rangs des FAN. En un sens ils ont de la chance : un décret spécial de Staline, datant de fin juin 1941, autorise de fusiller sur le champ tout pillard pris sur le fait en zone de guerre. Il s’applique encore dans l’armée russe.

Si le moral des troupes de Nouvelle Russie reste globalement très haut, force est de constater que les affrontements depuis un mois, sous couvert de « trêve », semblent être destinés à user progressivement les forces indépendantistes. En outre, de très nombreux matériels capturés à l’été dernier ne sont pas encore remis en état de combattre, par manque de pièces et de personnels qualifiés dans les ateliers de réparation. De plus, un grand nombre de munitions pour armes lourdes commencent à manquer, tout comme les moyens en artillerie à longue portée font encore défaut dans les rangs des FAN. Enfin, l’absence d’un véritable commandement opérationnel unifié limite les capacités tactiques et opérationnelles des FAN sur l’ensemble du territoire qu’elles contrôlent.

Les forces de Nouvelle Russie ont réussi depuis l’été à constituer des brigades sur la base de bataillons tels que « Vostok », « Kalmius », « Oplot » ou encore « Prizrak ». D’autres unités, plus petites, restent indépendantes comme « Goblin », « Batman » « Rusych », « Zarya », sans oublier les cosaques, de même que celles de « Motorolla » (même si nous considérons qu’il s’agit là aussi désormais d’une brigade) et de « Givi » engagées en ce moment sur l’aéroport de Donetsk. L’ensemble ne forme pas une force armée homogène, d’autant que les armements employés sont souvent hétéroclites.

A cela s’ajoutent les difficultés croissantes au quotidien pour les millions d’habitants du Donbass qui subissent depuis mars dernier la guerre impitoyable que le régime « proeuropéen » de Kiev leur fait. La précarité, les difficultés pour survivre et la situation humanitaire alarmante engendrent une montée inquiétante de la délinquance à la veille d’un hiver qui sera rude ; et tant Lugansk que Donetsk connaissent une monté des pillages, des vols et de la petite criminalité qu’il est nécessaire d’endiguer puis d’éradiquer sans faiblesse. Dans un contexte de guerre civile, cela nécessite d’employer des troupes au maintien de l’ordre qui de facto ne peuvent être engagées en première ligne.

L’aéroport sous pression

Quelques instants de pause entre les combats pour les deux commandants qui dirigent la défense de la zone aéroportuaire : « Motorolla » et « Givi »

Plusieurs attaques ukrainiennes avec appui de blindés ont eu lieu cette nuit en direction de l’ancien terminal en ruines de l’aéroport de Donetsk. Le groupe de « Motorolla » a riposté au moyen de missiles guidés antichars.

De très puissances salves d’artillerie ont touché, cette même nuit, l’agglomération Ouest de Donetsk. Dans l’après-midi, plusieurs salves de BM-21 ont, une fois encore, atteint l’aéroport et le centre-ville de la capitale du Donbass.

Les combats sur le site aéroportuaire sont rendus d’autant plus difficiles que, de part et d’autre, il y a une importante présence de snipers. De plus, les anciens bunkers de défense datant de la guerre froide, se situant au Nord de la principale piste, permettent aux forces de Kiev de maintenir une position avancée.

Vers 17h40, heure locale, un renfort d’artillerie mécanisée (automoteurs de 122 mm 2S1 Gvozdika) a été aperçu se déplaçant en direction de l’Ouest de Donetsk.

Juste au Sud de l’aéroport, sur la route menant au village de Pisky tenu par les Ukrainiens, au moins deux compagnies de la brigade « Vostok » se sont retranchées dans des positions préparées et interdisent toute progression sur Donetsk et tout contournement du dispositif des FAN sur l’aroport par le Sud.

Plus au Nord-Est, les combats se poursuivent juste à l’Est du saillant fortifié de Debaltseve entre une unité de cosaques « Ermak » et un détachement ukrainien, au Nord de la M04, à Verhulivka (Bakhmutka). Plusieurs DRG de la brigade « Prizrak » seraient engagés sur ce secteur, de part et d’autre de l’axe routier. Le village de Nikishine, au Sud-Est du saillant fortifié (6 km de Debaltseve), est l’objet d’âpres affrontements. Plusieurs salves d’artillerie de part et d’autre ont été signalées.

Opérations au-delà de la Siverskiy Donets

A environ 20 km au Nord-Ouest de Lugansk, au Nord de Slavianoserbsk sur la Siverskiy Donets, une colonne de la garde nationale a été prise en embuscade par un DRG républicain. Au moins 3 blindés du 19e « bataillon » territorial de Nikolaev ont été détruits, et 4 morts sont à déplorer du côté ukrainien. Il y aurait aussi de très nombreux blessés.

Sur Bakhmutivka, à une quinzaine de kilomètres plus au Nord, une opération de reconnaissance offensive a commencé vers 2 heures du matin (heure locale) et s’est poursuivie jusqu’au milieu de la matinée. Le 32e détachement de l’armée des cosaques du Don, sous le commandement de Pavel Dremov, a été mis à contribution pour cette attaque. Il s’agissait d’une mission contre une position fortifiée de deuxième échelon comprenant une compagnie ukrainienne, une vingtaine de blindés et deux douzaines d’autres véhicules de la 24e brigade mécanisée. Un chef de bataillon ukrainien se trouverait parmi les prisonniers (dont de nombreux blessés). Une centaine de combattants de Kiev sont encerclés dans ce secteur (112 exactement), ce qu’un rapport de l’OSCE semble confirmer. Selon plusieurs sources, 3 BTR ukrainiens auraient été détruits et il y aurait une douzaine de tués et de blessés dans les rangs des forces de Kiev.

Non à la Turquie dans l’Union européenne

Communiqué de Louis Aliot,  vice-président du FN, député français au Parlement européen

Au moment où la Turquie refuse de s’engager contre l’État islamique mais réprime durement les manifestations prokurdes et bombarde les positions du PKK, nous apprenons que la Commission européenne continue, sans pressions particulières, ses négociations avec le gouvernement islamiste au pouvoir à Ankara.

En effet, lors d’une récente réunion à Bruxelles, la Commission a approuvé une communication dressant un bilan du processus d’élargissement de l’UE et fait le point sur les progrès réalisés au cours des douze derniers mois par la Turquie.

Dans le même temps le ministre turc en charge des affaires européennes ainsi que l’ambassadeur Bozkir ont déclaré que le rapport d’étapes d’adhésion à l’UE serait utilisé comme un élément constructif pour faire avancer le processus d’une intégration à l’UE.

Alors que beaucoup de peuples d’Europe sont majoritairement hostiles à une éventuelle intégration de la Turquie à l’Europe et au regard des engagements pris par les institutions européennes, Louis Aliot, député français au Parlement européen, a réitéré l’opposition de son groupe à ce processus d’intégration et demandé à la commission des précisions sur ce rapport d’étapes.

Ukraine : combats dans le Donbass, émeutes d’extrémistes atlantistes à Kiev et Kharkov

L’esprit de BHL cet après-midi à Kiev : un doigt d’honneur à la démocratie

L’automne sera chaud, écrivions-nous il y a quelques jours. Depuis 48 heures, la tension monte sur l’ensemble du front du Donbass : à l’aéroport de Donetsk, bien sûr, mais aussi sur le saillant de Debaltseve, au Sud vers Volnovakha, et même à Mariupol, secteur relativement calme jusqu’à présent. Il ne nous semble pas que cela soit un prémisse à une offensive générale, mais plutôt une forme de stratégie de la tension destinée à maintenir la pression sur les FAN. Et Kiev reprend des airs insurrectionnels, comme il y a bientôt un an… Les pions de Washington sont à la manœuvre.

Les nouvelles neuves de Nouvelle Russie avec la charmante Elena (sous-titrées en anglais)

Pavel Gubarev, le gouverneur indépendantiste de Donetsk, a été gravement blessé lors d’un attentat sur la route avant-hier. Il est à l’hôpital. On ignore, pour le moment, qui sont les instigateurs de cet acte criminel ; mais en tout état de cause, l’attitude critique de Gubarev envers les accords de Minsk ne lui ont pas fait que des amis.

Son épouse, Catherine, raconte les circonstances de l’attentat : « Des inconnus conduisant un véhicule non identifié, ont essayé de couper la route à la voiture dans laquelle se trouvait Gubarev et ont ouvert le feu avec, probablement, des armes automatiques. Son chauffeur a perdu le contrôle de la voiture qui a percuté un poteau en béton armé sur le bord de la route. L’enquête est en cours. Le chauffeur qui a reçu de légères contusions est vivant. Pavel a reçu les premiers secours sur le territoire russe. Pavel est en vie, il n’a pas été blessé par balles, il n’a pas de fractures et ses organes vitaux n’ont pas été touchés. Pour le moment il reste inconscient. Selon les spécialistes, le diagnostic préalable laisse envisager un traumatisme crânien. Les examens cliniques se poursuivent. D’après les médecins, il peut reprendre connaissance à tout moment. Le diagnostic définitif sera établi d’après les résultats des examens. » Il a repris connaissance cette nuit et reste hospitalisé.

Donetsk : la contre-attaque contre l’aéroport se poursuit

Les deux assauts pour tenter de reprendre le principal terminal de l’aéroport, hier, se sont soldés par des échecs cuisants pour les forces ukrainiennes. Les groupes de Motorolla » et de « Givi » (groupe « Somali ») ont eu raison du détachement mécanisé de la 93e brigade.

Nouvelle attaque ce matin des forces de Kiev : cette fois avec une possible percée sur le site, en employant de l’infanterie et 6 blindés en appui. Pendant les combats d’hier, en tout 3 miliciens ont été tués, 11 ont été grièvement blessés. Il semblerait que le nouveau terminal (en construction) soit l’objectif des assaillants.
Il s’agit d’une manœuvre en tenaille destiné à reprendre le contrôle de la zone aéroportuaire. Pas moins de 25 véhicules blindés et une vingtaine de pièces d’artillerie (mortiers de 82 et de 120, 122 D-30, BM-21, etc.) sont engagés par les forces ukrainiennes.

Deux axes de progression ont été signalés par le commandant « Givi » : un au Nord-Ouest à partir de la zone occidentale d’Avdiivka, l’autre plus au Sud à partir de Pisky. Les tirs de l’artillerie ukrainienne ces derniers temps ont été si violents et concentrés que le quartier de Spartak, au Nord-Ouest de Donetsk, est à moitié en ruines.


Le secteur Ouest, Nord-Ouest et Sud-Ouest de Donetsk reste une importante zone de concentration d’artillerie particulièrement active côté ukrainien, permettant des pilonnages presque continus sur l’ensemble de l’agglomération de Donetsk. Le moral reste très élevé du côté des forces républicaines.

Parlement européen – Aymeric Chauprade (FN) interroge Federica Mogherini sur son indépendance vis-à-vis de la politique atlantiste

Intervention d’Aymeric Chauprade, député français au Parlement européen, lors de l’audition de la haute représentante désignée pour la politique extérieure de l’Union européenne, la très atlantiste Federica Mogherini. L’élu français l’interrogeait sur ses positions très atlantistes et sur son indépendance réelle ou virtuelle envers l’hyperpuissance US. La réponse de cette représentante de facto d’un bloc transatlantique dominé par les États-Unis est un exemple de mauvaise foi et de langue de bois européiste.

« L’Algérien serait très fainéant et ne travaille pas suffisamment », selon un journal d’Alger

drapeau-algerieL’Algérie enregistre un taux moyen de productivité de moins de 0,2%. Une moyenne très en deçà de la norme qui est de 4 à 5%, selon l’expert international Abdelmalek Serraï.

Par Salima Akkouche – Alger (Le Soir)

L’Algérien serait très fainéant et ne travaille pas suffisamment. A moins de 0,2%, le taux moyen de la productivité en Algérie est très faible, voire nul.

Abdelmalek Serraï, qui a donné hier ce chiffre en marge d’une conférence de presse au siège de l’UGCAA (Union générale des commerçants et artisans algériens) sur le pouvoir d’achat et la politique des salaires, estime que contre une norme allant de 4 à 5%, la rentabilité du travailleur algérien est catastrophique. «Le travailleur doit au moins bosser 173 heures par mois pour garantir une rentabilité», a indiqué cet expert. En Algérie, nous sommes donc loin de la norme voulue. Pourtant, souligne M. Serraï, deux Algériens sur trois trouvent généralement du travail. Selon lui, «le plus grave, c’est que nous souffrons toujours des séquelles des années 1986 et 1988 où nous avons trop dépensé et le taux de croissance était trop faible».

Lire la suite sur lesoirdalgerie.com

Ukraine / Donbass : contre-attaque sur l’aéroport de Donetsk

Mortier BM-37 de 82 mm servi par une section du groupe d’assaut de « Motorolla » cet après-midi sur l’aéroport de Donetsk. Une arme d’appui ancienne, mais encore très efficace !

La contre-attaque attendue sur l’aéroport de Donetsk a débuté aujourd’hui. Après une classique préparation d’artillerie, un détachement mécanisé de la 93e brigade a tenté une « reconnaissance par le feu ». Les éléments ukrainiens ont été repoussés, mais la tension reste vive sur ce secteur. Sur Debaltseve, les forces ukrainiennes ont pilonné le secteur Est en bordure de leurs lignes de défense, sans pour autant que l’on puisse définir leurs intentions réelles. Porochenko a bien signé une « paix » de Tartuffe à Minsk, une fois de plus pour gagner du temps. La guerre, sur le terrain, se poursuit de plus belle et à Kiev la garde nationale manifeste son mécontentement.

Evincé Valery Geletey ! Porochenko vient de nommer au poste de ministre de la Défense le commandant de la garde nationale, le général de police Stepan Poltorak, 49 ans (photo). Il était à ce poste depuis le 19 mars dernier et n’y a pas particulièrement brillé. Il avait également été pendant moins d’un mois commandant des troupes du ministère de l’Intérieur, au lendemain du putsch. De 2002 à 2014, il était le directeur de l’Académie du ministère ukrainien de l’Intérieur, un placard doré pour un incapable repus.

C’est donc un apparatchik opportuniste du système répressif ukrainien qui a été désigné pour superviser les opérations militaires dans le Donbass, sans pour autant en avoir la direction effective qui reste entre les mains du Conseil national de sécurité et de défense et des « conseillers » militaires occidentaux, principalement américains.

Le fait de désigner celui qui fut à la tête de ces escadrons de la mort que sont les « bataillons » répressifs politisés, dont certains ont commis à l’évidence un certain nombre de crimes, n’est pas anodin. Il s’agit sans doute d’une tentative de Porochenko d’apaiser ces paramilitaires afin de s’assurer qu’ils ne se retourneront pas contre lui d’ici le printemps.

Des « volontaires » de la garde nationale manifestent dans les rues de Kiev : ils réclament le paiement des soldes (depuis trois mois !), des vêtements chauds pour l’hiver, des équipements, des armements…

Contre-attaque sur l’aéroport de Donetsk

Quelques vues sur la zone Sud de l’aéroport de Donetsk tenue par les FAN aujourd’hui

Arsen Pavlov, dit « Motorolla » en observation cet après-midi à l’Est de l’aéroport

Cette nuit et à la mi-journée, le secteur Ouest de Donetsk de même que le centre-ville ont subi d’importants tirs d’artillerie. En milieu d’après-midi, on signalait une sérieuse contre attaque ukrainienne sur la zone du principal terminal de l’aéroport, appuyée par des blindés et au moins trois chars lourds. L’hôtel le plus proche a reçu plusieurs obus, les Ukrainiens pensant qu’il y aurait encore des observateurs ou des snipers indépendantistes. En fin d’après-midi, on apprenait que la progression des troupes kieviennes avait été stoppée par des équipes antichars très mobiles de la brigade de « Motorolla » qui disposaient, entre autres, d’un appui-feu de mortiers de 82 mm. Il y aurait un tué et trois blessés du côté des forces républicaines. La situation à l’Ouest de Donetsk reste très tendue, mais les troupes de Kiev ne semblent pas avoir repris du terrain.

Vers 19h30, heure locale, des tirs d’artillerie ukrainiens ont une nouvelle fois visé la zone aéroportuaire, selon des témoins locaux des gaz incapacitants auraient été employés.

Et vue du côté des forces de Kiev, avant le nettoyage par les équipes d’assaut de « Motorolla » et « Givi », il y a quelques jours.