Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - LCI - Le-Oui-Non

Louis Aliot sur Radio Classique : « Il ne tient qu’au Sénat de réveiller les institutions et de jouer son rôle »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de Patrick Poivre d’Arvor sur Radio Classique. Il a commenté l’actualité du moment et notamment les élections sénatoriales de dimanche qui ont permis au FN d’avoir deux sénateurs. La présidentielle de 2017 a aussi été évoquée. A l’heure actuelle, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Archives catégories : Europe

Non à la Turquie dans l’Union européenne

Communiqué de Louis Aliot,  vice-président du FN, député français au Parlement européen

Au moment où la Turquie refuse de s’engager contre l’État islamique mais réprime durement les manifestations prokurdes et bombarde les positions du PKK, nous apprenons que la Commission européenne continue, sans pressions particulières, ses négociations avec le gouvernement islamiste au pouvoir à Ankara.

En effet, lors d’une récente réunion à Bruxelles, la Commission a approuvé une communication dressant un bilan du processus d’élargissement de l’UE et fait le point sur les progrès réalisés au cours des douze derniers mois par la Turquie.

Dans le même temps le ministre turc en charge des affaires européennes ainsi que l’ambassadeur Bozkir ont déclaré que le rapport d’étapes d’adhésion à l’UE serait utilisé comme un élément constructif pour faire avancer le processus d’une intégration à l’UE.

Alors que beaucoup de peuples d’Europe sont majoritairement hostiles à une éventuelle intégration de la Turquie à l’Europe et au regard des engagements pris par les institutions européennes, Louis Aliot, député français au Parlement européen, a réitéré l’opposition de son groupe à ce processus d’intégration et demandé à la commission des précisions sur ce rapport d’étapes.

Ukraine : combats dans le Donbass, émeutes d’extrémistes atlantistes à Kiev et Kharkov

L’esprit de BHL cet après-midi à Kiev : un doigt d’honneur à la démocratie

L’automne sera chaud, écrivions-nous il y a quelques jours. Depuis 48 heures, la tension monte sur l’ensemble du front du Donbass : à l’aéroport de Donetsk, bien sûr, mais aussi sur le saillant de Debaltseve, au Sud vers Volnovakha, et même à Mariupol, secteur relativement calme jusqu’à présent. Il ne nous semble pas que cela soit un prémisse à une offensive générale, mais plutôt une forme de stratégie de la tension destinée à maintenir la pression sur les FAN. Et Kiev reprend des airs insurrectionnels, comme il y a bientôt un an… Les pions de Washington sont à la manœuvre.

Les nouvelles neuves de Nouvelle Russie avec la charmante Elena (sous-titrées en anglais)

Pavel Gubarev, le gouverneur indépendantiste de Donetsk, a été gravement blessé lors d’un attentat sur la route avant-hier. Il est à l’hôpital. On ignore, pour le moment, qui sont les instigateurs de cet acte criminel ; mais en tout état de cause, l’attitude critique de Gubarev envers les accords de Minsk ne lui ont pas fait que des amis.

Son épouse, Catherine, raconte les circonstances de l’attentat : « Des inconnus conduisant un véhicule non identifié, ont essayé de couper la route à la voiture dans laquelle se trouvait Gubarev et ont ouvert le feu avec, probablement, des armes automatiques. Son chauffeur a perdu le contrôle de la voiture qui a percuté un poteau en béton armé sur le bord de la route. L’enquête est en cours. Le chauffeur qui a reçu de légères contusions est vivant. Pavel a reçu les premiers secours sur le territoire russe. Pavel est en vie, il n’a pas été blessé par balles, il n’a pas de fractures et ses organes vitaux n’ont pas été touchés. Pour le moment il reste inconscient. Selon les spécialistes, le diagnostic préalable laisse envisager un traumatisme crânien. Les examens cliniques se poursuivent. D’après les médecins, il peut reprendre connaissance à tout moment. Le diagnostic définitif sera établi d’après les résultats des examens. » Il a repris connaissance cette nuit et reste hospitalisé.

Donetsk : la contre-attaque contre l’aéroport se poursuit

Les deux assauts pour tenter de reprendre le principal terminal de l’aéroport, hier, se sont soldés par des échecs cuisants pour les forces ukrainiennes. Les groupes de Motorolla » et de « Givi » (groupe « Somali ») ont eu raison du détachement mécanisé de la 93e brigade.

Nouvelle attaque ce matin des forces de Kiev : cette fois avec une possible percée sur le site, en employant de l’infanterie et 6 blindés en appui. Pendant les combats d’hier, en tout 3 miliciens ont été tués, 11 ont été grièvement blessés. Il semblerait que le nouveau terminal (en construction) soit l’objectif des assaillants.
Il s’agit d’une manœuvre en tenaille destiné à reprendre le contrôle de la zone aéroportuaire. Pas moins de 25 véhicules blindés et une vingtaine de pièces d’artillerie (mortiers de 82 et de 120, 122 D-30, BM-21, etc.) sont engagés par les forces ukrainiennes.

Deux axes de progression ont été signalés par le commandant « Givi » : un au Nord-Ouest à partir de la zone occidentale d’Avdiivka, l’autre plus au Sud à partir de Pisky. Les tirs de l’artillerie ukrainienne ces derniers temps ont été si violents et concentrés que le quartier de Spartak, au Nord-Ouest de Donetsk, est à moitié en ruines.


Le secteur Ouest, Nord-Ouest et Sud-Ouest de Donetsk reste une importante zone de concentration d’artillerie particulièrement active côté ukrainien, permettant des pilonnages presque continus sur l’ensemble de l’agglomération de Donetsk. Le moral reste très élevé du côté des forces républicaines.

Parlement européen – Aymeric Chauprade (FN) interroge Federica Mogherini sur son indépendance vis-à-vis de la politique atlantiste

Intervention d’Aymeric Chauprade, député français au Parlement européen, lors de l’audition de la haute représentante désignée pour la politique extérieure de l’Union européenne, la très atlantiste Federica Mogherini. L’élu français l’interrogeait sur ses positions très atlantistes et sur son indépendance réelle ou virtuelle envers l’hyperpuissance US. La réponse de cette représentante de facto d’un bloc transatlantique dominé par les États-Unis est un exemple de mauvaise foi et de langue de bois européiste.

« L’Algérien serait très fainéant et ne travaille pas suffisamment », selon un journal d’Alger

drapeau-algerieL’Algérie enregistre un taux moyen de productivité de moins de 0,2%. Une moyenne très en deçà de la norme qui est de 4 à 5%, selon l’expert international Abdelmalek Serraï.

Par Salima Akkouche – Alger (Le Soir)

L’Algérien serait très fainéant et ne travaille pas suffisamment. A moins de 0,2%, le taux moyen de la productivité en Algérie est très faible, voire nul.

Abdelmalek Serraï, qui a donné hier ce chiffre en marge d’une conférence de presse au siège de l’UGCAA (Union générale des commerçants et artisans algériens) sur le pouvoir d’achat et la politique des salaires, estime que contre une norme allant de 4 à 5%, la rentabilité du travailleur algérien est catastrophique. «Le travailleur doit au moins bosser 173 heures par mois pour garantir une rentabilité», a indiqué cet expert. En Algérie, nous sommes donc loin de la norme voulue. Pourtant, souligne M. Serraï, deux Algériens sur trois trouvent généralement du travail. Selon lui, «le plus grave, c’est que nous souffrons toujours des séquelles des années 1986 et 1988 où nous avons trop dépensé et le taux de croissance était trop faible».

Lire la suite sur lesoirdalgerie.com

Ukraine / Donbass : contre-attaque sur l’aéroport de Donetsk

Mortier BM-37 de 82 mm servi par une section du groupe d’assaut de « Motorolla » cet après-midi sur l’aéroport de Donetsk. Une arme d’appui ancienne, mais encore très efficace !

La contre-attaque attendue sur l’aéroport de Donetsk a débuté aujourd’hui. Après une classique préparation d’artillerie, un détachement mécanisé de la 93e brigade a tenté une « reconnaissance par le feu ». Les éléments ukrainiens ont été repoussés, mais la tension reste vive sur ce secteur. Sur Debaltseve, les forces ukrainiennes ont pilonné le secteur Est en bordure de leurs lignes de défense, sans pour autant que l’on puisse définir leurs intentions réelles. Porochenko a bien signé une « paix » de Tartuffe à Minsk, une fois de plus pour gagner du temps. La guerre, sur le terrain, se poursuit de plus belle et à Kiev la garde nationale manifeste son mécontentement.

Evincé Valery Geletey ! Porochenko vient de nommer au poste de ministre de la Défense le commandant de la garde nationale, le général de police Stepan Poltorak, 49 ans (photo). Il était à ce poste depuis le 19 mars dernier et n’y a pas particulièrement brillé. Il avait également été pendant moins d’un mois commandant des troupes du ministère de l’Intérieur, au lendemain du putsch. De 2002 à 2014, il était le directeur de l’Académie du ministère ukrainien de l’Intérieur, un placard doré pour un incapable repus.

C’est donc un apparatchik opportuniste du système répressif ukrainien qui a été désigné pour superviser les opérations militaires dans le Donbass, sans pour autant en avoir la direction effective qui reste entre les mains du Conseil national de sécurité et de défense et des « conseillers » militaires occidentaux, principalement américains.

Le fait de désigner celui qui fut à la tête de ces escadrons de la mort que sont les « bataillons » répressifs politisés, dont certains ont commis à l’évidence un certain nombre de crimes, n’est pas anodin. Il s’agit sans doute d’une tentative de Porochenko d’apaiser ces paramilitaires afin de s’assurer qu’ils ne se retourneront pas contre lui d’ici le printemps.

Des « volontaires » de la garde nationale manifestent dans les rues de Kiev : ils réclament le paiement des soldes (depuis trois mois !), des vêtements chauds pour l’hiver, des équipements, des armements…

Contre-attaque sur l’aéroport de Donetsk

Quelques vues sur la zone Sud de l’aéroport de Donetsk tenue par les FAN aujourd’hui

Arsen Pavlov, dit « Motorolla » en observation cet après-midi à l’Est de l’aéroport

Cette nuit et à la mi-journée, le secteur Ouest de Donetsk de même que le centre-ville ont subi d’importants tirs d’artillerie. En milieu d’après-midi, on signalait une sérieuse contre attaque ukrainienne sur la zone du principal terminal de l’aéroport, appuyée par des blindés et au moins trois chars lourds. L’hôtel le plus proche a reçu plusieurs obus, les Ukrainiens pensant qu’il y aurait encore des observateurs ou des snipers indépendantistes. En fin d’après-midi, on apprenait que la progression des troupes kieviennes avait été stoppée par des équipes antichars très mobiles de la brigade de « Motorolla » qui disposaient, entre autres, d’un appui-feu de mortiers de 82 mm. Il y aurait un tué et trois blessés du côté des forces républicaines. La situation à l’Ouest de Donetsk reste très tendue, mais les troupes de Kiev ne semblent pas avoir repris du terrain.

Vers 19h30, heure locale, des tirs d’artillerie ukrainiens ont une nouvelle fois visé la zone aéroportuaire, selon des témoins locaux des gaz incapacitants auraient été employés.

Et vue du côté des forces de Kiev, avant le nettoyage par les équipes d’assaut de « Motorolla » et « Givi », il y a quelques jours.

Contre le suicide des agriculteurs, il faut des prix justes !

FN MarianneCommuniqué du Front National

La Mutualité sociale agricole, la « sécu des agriculteurs », lance aujourd’hui un numéro d’appel dédié aux agriculteurs en difficulté. Avec, officiellement, un suicide tous les deux jours (certains acteurs évoquent le double), la profession vit un drame aussi silencieux que totalement oublié.

Cette situation n’est pas le fruit du hasard : elle illustre au contraire, et de la manière la plus cruelle, la crise profonde que vit notre agriculture. Si le dispositif de la MSA peut aider, il est largement insuffisant tant cette crise est profonde. Le seul moyen de lutter efficacement contre le suicide des agriculteurs consiste avant tout à rendre leur dignité à ces professionnels pressurés de toutes parts et condamnés à travailler pour des revenus de misère, voire à perte quand les cours plongent.

Pour cela, il est urgent de reforger une vraie politique agricole pour notre pays, seule apte à fournir des prix rémunérateurs et justes à nos producteurs. Cette politique doit être apte à les protéger du dumping social et environnemental des pays qui ont massivement recours à la main-d’œuvre à bas coût, y compris quand ils sont membres de l’Union européenne. Elle doit enfin rompre avec l’austérité imposée à la PAC en mobilisant les aides nécessaires au maintien et au développement de l’ensemble de nos filières, ainsi qu’avec la soumission aveugle aux marchés mondialisés de matières premières.

Ukraine / Donbass : « On ira pendre notre linge sur la ligne Poro » (air connu) !

Des paramilitaires néonazis du “bataillon à des fins spéciales (sic) Azov”… bras tendus ! Cette photo vient de la page VK de la Wotan Jugend, groupe néonazi « russe » de la nébuleuse orange-brune hostile à Vladimir Poutine et à la nation russe en général (par simple détestation de soi). Des activistes de la Wotan Jugend ont rejoint le « bataillon Azov » financé par l’oligarque ukraino-israélo-chypriote Ihor Kolomoisky. La Wotan Jugend est la référence incontournable de tous les abrutis de l’extrême droite consanguine et identitaire qui jouent les idiots utiles de Soros, McCain et BHL. Admirer des types comme ça est un signe de pathologie mentale très inquiétante.

Les derniers accords de Minsk permettent, sur le papier, de tracer une limite frontalière entre l’Ukraine « proeuropéenne » et le Donbass. L’Ukraine perd progressivement ses frontières soviétiques et c’est heureux. Porochenko, le maître de Kiev, a déjà donné ses quelques ordres à ses gens de pied afin de construire une barrière infranchissable, une sorte de Ligne Maginot, mais en encore moins efficace, c’est dire ! Il vient aussi de faire sauter le ministre de la Défense, le très paranoïaque Valery Geletey. Il sera vite remplacé par un clone tout aussi inefficace… Sur le terrain, rien ne change : tirs ukrainiens sur les civils, affrontements sporadiques çà et là, opérations commandos des FAN sur les arrières des forces de Kiev.

Kiev, une fois la ligne dite de « démarcation » définie à Minsk, a entamé la construction d’un « mur » avec l’argent des contribuables des Etats-Unis et de l’Union européenne. De facto, c’est une nouvelle frontière qui s’inscrit sur le territoire d’un pays qui n’a cessé de voir ses délimitations bouger tout au long du siècle dernier, pour ne citer que celui-là. Il faut se souvenir qu’après la dissolution de l’Union soviétique, Kiev n’a jamais déclaré ses frontières à l’ONU, ce que Ban Ki Moon, le secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies a même reconnu. L’Ukraine post-soviétique avait gardé son tracé communiste qui dépendait de… la Russie. La Révolution orange de 2004 n’avait pas pris la peine de modifier cela. C’est justement cet anachronisme que Vladimir Poutine a remis en cause en réintroduisant pacifiquement la Crimée dans le giron russe, et c’est cela que les extrémistes de droite, néonazis et néobandéristes confondus, défendent avec acharnement, quitte à déclencher une troisième guerre mondiale avec l’aide de leurs amis américains.

Il est symptomatique que le Premier ministre de la République populaire de Donetsk, Aleksandr Zakharchenko, n’a pas divulgué tous les détails de ce nouvel accord signé à Minsk, qui avait apparemment causé sa démission avant de revenir dessus… Or, il y a peu de chances que certains détails non divulgués reçoivent un accueil chaleureux au sein des populations du Donbass meurtries et très éprouvées par des mois de guerre civile qui leur ont été imposés par un régime monstrueusement criminogène.

En tout état de cause une grande partie des Forces armées de Nouvelle Russie ne semble pas disposée à céder aux Ukrainiens le secteur de Slaviansk et de Kramatorsk, pas plus que le port de Mariupol.

La sauvagerie et la barbarie au quotidien sous le régime « proeuropéen » : une groupe de voyous de Praviy Sektor s’en prend physiquement à un candidat aux élections législatives qui a le tord de refuser l’euromondialisme atlantiste. La police n’intervient pas pour le protéger…

Suspension de l’écotaxe : une taxe peut en cacher une autre !

flamme-FNCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

La suspension de l’écotaxe est un nouvel écran de fumée qui masque la création d’une nouvelle taxe sur les sociétés d’autoroute, dont le coût sera encore une fois supporté par les usagers de la route, transporteurs routiers et automobilistes.

Elle démontre toutes les erreurs de la politique UMPS, dépourvue de cohérence et de vision.

Supprimer l’écotaxe : oui ; en créer une autre : non !

Le problème du financement des infrastructures routières ne sera résolu que lorsque l’État aura modifié en profondeur le modèle économique des sociétés d’autoroute.

Depuis la privatisation scandaleuse de ces sociétés, l’État s’est privé d’une manne financière immense. En dix ans, ce sont pas moins de 15 milliards d’euros de dividendes qui ont été versés à leurs actionnaires.

Autant d’argent qui n’a donc pas été réinvesti dans les infrastructures et la modernisation du réseau.

Aujourd’hui, faute de pouvoir compter sur les sociétés d’autoroute davantage soucieuses de préserver leurs marges, leurs bénéfices et les dividendes de leurs actionnaires, l’État est appelé à l’aide alors qu’il s’est lui-même privé de moyens par une politique stupide d’austérité, qui a contracté l’activité et aggravé la dette et les déficits.

Le Front National, qui s’oppose à toute nouvelle taxe, propose une renationalisation progressive des sociétés d’autoroute, autofinancée par le rendement des péages. La puissance publique, seule capable d’assurer un haut niveau d’investissement doit également être la seule à en récupérer les fruits, dans le sens de l’intérêt général.

Humilier la Russie, un jeu stupide et dangereux…

Par Thibaut Ronet

La Russie de Vladimir Poutine est un partenaire naturel et une puissance avec laquelle il faut compter.

Dans un précédent article consacré à l’économie, j’ai évoqué de façon rapide un risque de troisième guerre mondiale qui serait à nos portes. J’avais envie de revenir sur ce sentiment, voire cette certitude, qui m’habite.
Faire un parallèle avec l’histoire est toujours un jeu risqué et dangereux car les mêmes causes ne produisent pas systématiquement les mêmes effets et, surtout, on nous a assez bassinés avec « les heures sombres de notre histoire ».
Pourtant, parmi d’autres facteurs, il y a deux causes majeures au déclenchement des précédentes guerres mondiales : la crise économique et l’humiliation. C’est une Allemagne humiliée par le traité de Versailles et ruinée à un niveau inimaginable aujourd’hui qui a envahi la Pologne.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Portrait de Vadim, Ukrainien perdu

Bertrand Rivière, blogueur averti, relève un article du Point qui tranche avec la bien-pensance convenue de l’ensemble de la grosse presse française concernant la situation en Ukraine. La journaliste Anne Nivat, en reportage dans le Donbass, a recueilli le témoignage d’un militaire ukrainien originaire de Donetsk qui en dit long sur le moral des troupes de Kiev et de la population favorable au régime en général. Les parties le plus importantes sont soulignées en gras par nos soins. On notera par ailleurs le ton étonnamment peu favorable au régime et Anne Nivat qui met ostensiblement des guillemets à l’opération « appelée pudiquement action antiterroriste » et ne donne pas dans l’ensemble une image très glorieuse de la démocratie ni de l’armée ukrainienne.

Policier au service de l’État ukrainien après avoir fui les séparatistes, Vadim Koba n’est désormais reconnu par aucun des deux camps. Rencontre.

Dnipropetrovsk, centre de l’Ukraine. Vadim Koba, 32 ans, se tient bien droit pour la photo. Il a même tenu à poser en casquette, “pour faire plus sérieux”. Si ce policier au service de l’État ukrainien arbore aujourd’hui une tenue de camouflage aux armes de l’Ukraine en plein centre-ville, c’est parce qu’il sert d’instructeur au bataillon de volontaires « Dnepr-1″, financé par le milliardaire Igor Kolomoïski, gouverneur de la très riche région industrielle de Dniepropetrovsk. Né à Donetsk et résidant dans la capitale de la république autoproclamée du même nom, Vadim a fui sa ville il y a trois mois dans l’espoir de pouvoir facilement obtenir son transfert à la police de Dniepropetrovsk, la ville où il se trouve actuellement “en exil”, comme des dizaines de milliers de civils déplacés par les combats. Mais c’était compter sans la confusion qui règne dans les administrations respectives des deux villes, l’une se trouvant en territoire ukrainien (Dniepropetrovsk), l’autre s’affichant comme capitale d’une république autoproclamée dans laquelle se sont déroulés depuis cet été des combats acharnés, même si, depuis vendredi 5 septembre, un cessez-le-feu semble partiellement respecté.

Marine Le Pen : « Il faut s’attaquer à retrouver la voie de l’emploi ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée de Jean-Michel Apathie sur RTL.

« Il faut s’attaquer à retrouver la voie de l’emploi, car on ne règlera pas le problème des déficits, tant qu’on ne retrouvera pas de l’emploi et donc de la croissance et donc de la richesse dans notre pays. »


Marine Le Pen – 9 octobre 2014 par hurraken75

Écotaxe suspendue : le FN veut renationaliser les autoroutes

Florian Philippot, « qui s’oppose à toute nouvelle taxe », propose que cette renationalisation soit « autofinancée par le rendement des péages ».

Florian Philippot, vice-président du FN, a dénoncé samedi la suspension de l’écotaxe, « un nouvel écran de fumée qui masque la création d’une nouvelle taxe sur les sociétés d’autoroute », qu’il propose de « renationaliser progressivement ». « Supprimer l’écotaxe : oui ; en créer une autre : non ! » lance le vice-président du FN dans un communiqué publié après l’achèvement de l’examen en première lecture du projet de loi sur la transition énergétique à l’Assemblée nationale.

« Le Front national, qui s’oppose à toute nouvelle taxe, propose une renationalisation progressive des sociétés d’autoroute, autofinancée par le rendement des péages », affirme-t-il. « Le problème du financement des infrastructures routières ne sera résolu que lorsque l’État aura modifié en profondeur le modèle économique des sociétés d’autoroute. Depuis la privatisation scandaleuse de ces sociétés, l’État s’est privé d’une manne financière immense », estime-t-il.
Une « politique stupide d’austérité »

« Aujourd’hui, faute de pouvoir compter sur les sociétés d’autoroute davantage soucieuses de préserver leurs marges, leurs bénéfices et les dividendes de leurs actionnaires, l’État est appelé à l’aide alors qu’il s’est lui-même privé de moyens par une politique stupide d’austérité, qui a contracté l’activité et aggravé la dette et les déficits », déplore-t-il.

La ministre de l’Écologie Ségolène Royal a annoncé jeudi la suspension « sine die » de l’écotaxe et indiqué que sa priorité était « le prélèvement du profit des autoroutes ».

Source

Ukraine / Donbass : une ligne de démarcation en attendant l’assaut

Les autorités de la République populaire de Donetsk ont signé un accord avec Kiev concernant la mise en place d’une ligne de démarcation. Les forces ukrainiennes sont censées quitter plusieurs agglomérations, y compris le village de Pisky, à l’Ouest de la banlieue de Donetsk, en bout de piste de l’aéroport. Mais Mariupol, Kramatorsk et Slaviansk restent sous le contrôle ukrainien. Il y aurait donc une zone libre, à l’Est, et une autre occupée au centre et à l’Ouest… On sait ce que valent les « lignes de démarcation » dans l’histoire. Il y a peu de chances que celle-ci dure plus que les autres. En attendant les combats continuent sur Donetsk, Gorlivka et Debaltseve.

Le boucher de Kiev visite ses troupes. Porochenko a fait un rapide passage dans la journée auprès d’une unité qui se trouve à 32 km de Donetsk.

Pendant ce temps, une aide substantielle des Etats-Unis en équipements individuels serait en projet. Washington ne veut pour le moment pas livrer de matériels lourds. Une aide destinée bien naturellement à la répression des populations récalcitrantes au paradis « proeuropéen » qu’est le régime ukrainien. Au quotidien, le peuple commence à payer très sérieusement les conséquences des décisions d’un régime où la démence est devenue la règle.
Et voilà que pour faire des économies d’énergie, les universités ont été placées en vacances forcées pendant deux mois, en janvier et en février.

La population ukrainienne, toutes tendances confondues, commence sérieusement à s’énerver contre le pouvoir en place. Plusieurs rassemblements hostiles à la présidence et au gouvernement ont eu lieu ces dernières heures. Dans le village de Kozin, près de Kiev, les manifestants ont incendié des pneus devant les grilels de la résidence du potentat « proeuropéen » Petro Porochenko. D’autres ont décidé de poursuivre l’action sous les murs de l’administration présidentielle, rue Bankova à Kiev.

Le saillant du nord objet de toutes les attentions

Debaltseve avait été presque libérée il y a quelques semaines, Kiev a mis les moyens pour reprendre la ville et ses alentours et tenir fermement la position sous la forme d’un réduit défensif en hérisson. Plusieurs tentatives de refermer la poche de la part des FAN ont été jusqu’alors vaines. L’intention de Kiev est de conserver le saillant afin de pouvoir avoir une tête de pont au centre du dispositif défensif de Nouvelle Russie et éventuellement mener des frappes d’artillerie sur Donetsk et Gorlivka, ou bien accompagner une offensive terrestre.

Sanctions contre la Russie : Washington donne ses ordres à l’Union européenne

Dans la crise ukrainienne, qui a décidé au sein de l’Union européenne de sanctionner la Russie ? Les « Européens » ou… ? Ce sont les USA qui ont donné leurs quelques ordres à leurs gens de pied sur le continent européen. Le vice-président américain, Joe Biden, l’a reconnu sans détours. Le vrai patron de Bruxelles, le vrai « boss », c’est Washington !

Ebola : un cas suspect hospitalisé à Bichat à Paris

immigration FNUne femme, considérée à ce stade comme un cas probable d’Ebola, a été hospitalisée à Bichat à Paris, révèle Europe 1 ce vendredi matin.La femme aurait contracté le virus en Afrique et aurait été placée en chambre stérile. Les analyses devraient établir formellement dans la journée s’il s’agit ou non de la terrible fièvre hémorragique qui a déjà fait 3.439 morts en Afrique de l’Ouest depuis le début de l’année.

Le cas de cette patiente aurait basculé de «suspect» à «probable» après avoir été interrogée par l’Institut de veille sanitaire (INVS). «Des prélèvements ont été effectués et envoyés à l’Institut Pasteur de Lyon pour confirmer la contamination. Les résultats sont attendus d’ici 6 à 8 heures», écrit encore la radio sur son site Internet. Le protocole en France face à des cas décrits comme «possibles» prévoit en effet des analyses pour confirmer ou infirmer la contamination.

Il s’agit d’une patiente qui revient d’un voyage au Liberia, mais qui n’est pas un personnel soignant, selon les informations de RMC.

Lire la suite sur leparisien.fr