L’UMPS contre la France rurale

Communiqué de Bertrand Dutheil de La Rochère, porte-parole de la campagne de Marine Le Pen

En dehors des agglomérations, le territoire rural français est administré par quelque 30.000 maires et 500.000 conseillers municipaux. Dévoués au bien commun, ils servent à titre gratuit ou sont faiblement indemnisés. Les sous-préfectures les aident et les assistent.

Sans étiquette, ces maires  sont indépendants. Et cette indépendance est insupportable aux partis installés. Alors, pour les contrôler, l’UMPS a déjà rendu obligatoire les intercommunalités. Maintenant, ils veulent démanteler le réseau des sous-préfectures  pour priver les communes rurales de leurs conseils. Dans son récent rapport, la Cour des comptes leur vient en aide sous prétexte d’économies budgétaires. L’ancien député socialiste Didier Migaud, nommé à la présidence de cette institution par Nicolas Sarkozy, est le symbole même de l’UMPS.

Marine Le Pen veut garantir la libre administration des communes dans le cadre de la loi, telle que le prévoit la constitution. Les sous-préfectures doivent avoir les moyens de les conseiller, comme doivent y être maintenus les gendarmeries, la poste et autres services publics. Les campagnes françaises ne doivent pas être promises au désert.

 

Une réponse à L’UMPS contre la France rurale

  1. Jean-Marie dit :

    le Parti Unique Masqué finit d’arracher les lambeaux de notre démocratie en loques.

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire