Sommet de la zone euro : déjà le début de la fin pour le nouvel accord !

Communiqué de Florian Philippot, Directeur stratégique de la campagne présidentielle de Marine Le Pen

Ainsi que Marine Le Pen l’avait anticipé publiquement, il n’aura pas fallu deux jours pour que l’écran de fumée du dernier Sommet de la zone euro se dissipe. Après le coup de communication de ce nouveau Sommet et le service après-vente de Nicolas Sarkozy sur toutes les chaînes de télévision, le réel reprend une nouvelle fois le dessus : l’accord européen ne convainc pas, les doutes envahissent les milieux financiers sur l’effectivité des mesures annoncées à grand renfort de communication, et les bourses après une euphorie de courte durée semblent à nouveau dévisser. Bref, rien n’est réglé !

Il est même possible que cet accord ne voie jamais le jour car ce sera aux Grecs d’en décider par référendum. On peut à ce sujet se réjouir de cette première lueur démocratique dans un pays soumis aux pires pressions depuis des mois maintenant, le peuple se voyant en permanence sommé d’accepter l’inacceptable.

Une nouvelle fois, comme lors des précédents Sommets de la zone euro, on a donc délibérément menti aux peuples en leur faisant croire qu’une solution était trouvée. Nicolas Sarkozy a même accepté toutes les folies pour tenter de maintenir cette illusion, allant jusqu’à se mettre à genou devant la Chine.

L’UMP et le PS tentent à tout prix de garder en vie artificielle le système désastreux de l’euro. Mais rien n’y fait : Sarkozy et les admirateurs de la monnaie unique auront beau tout sacrifier pour l’euro, notre modèle social et notre dette y compris, il n’y a aucune solution dans ce cadre.

Seule la fin organisée et concertée de l’expérience malheureuse et ratée de l’euro que préconise Marine Le Pen pourra sortir notre pays et la zone euro de l’ornière et de la crise. Il est temps de cesser l’idéologie et de choisir cette voie pragmatique.

 

8 réponses à Sommet de la zone euro : déjà le début de la fin pour le nouvel accord !

  1. Marie dit :

    Ce qui s’est réellement passé le 28/10, pour la fête nationale !

    La tradition du cortège, lors d’une parade, est de regarder la tribune où sont présents les officiels et élus. Pour la première fois, en cette année 2011, les personnes présentes dans les cortèges ont, pendant la marche, détourné leurs têtes pour regarder la population plutot que les élus. Pour la première fois, des personnes des fanfares ont porté un brassard noir, signe de deuil familial. Un signe de deuil national ?

    http://www.lepost.fr/article/2011/10/30/2625899_le-jour-du-non-927-967-953-poste-sur-le-blog-www-les-crises-fr.html

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. bruno lemaire dit :

    Bonjour,

    le « dévissage » boursier, et surtout de la valeur des actions des banques, après l’annonce d’un possible référendum grec montre bien que ce ne sont pas les nations que l’on veut « sauver », ni la Grèce, et encore moins le peuple grec.

    Ce sont les banques qu’il s’agit de tenter de sauver – en faisant payer les ‘innocents’, ceux qui n’en peuvent ‘mais’.

    La Grèce ne pourra payer, c’est une évidence. Sa sortie de l’euro semble elle aussi une nécessité. On veut aussi nous faire croire que cette sortie de l’euro de la Grèce, et éventuellement d’autres pays, condamne l’Europe. C’est évidemment un mensonge.

    Cela condamne peut être la construction fédéraliste de l’Europe, et le diktat, voire la dictature, de la BCE.

    Mais cela ne condamne sûrement pas une Europe des nations, une confédération de ces nations qui ne demandent qu’à coopérer en respectant leurs diverses cultures et sensibilités nationales, tout en s’appuyant sur des échanges commerciaux équilibrés, ce qui n’est pas le cas actuellement.

    Dans la zone euro actuelle, il y a 13 pays qui souffrent de la valeur actuelle de l’euro, contre 4 autres qui en bénéficient largement.

    Bruno Lemaire.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  3. patrice.f dit :

    Il faut remarquer que la question posée lors de ce référendum Grec sera l’acceptation ou non de l’accord européen concernant la dette de ce pays.
    L’on se garde bien de demander à ce peuple s’il souhaite rester dans l’Europe ou non.
    A la suite de ce référendum Papaandréou sera éliminé et refilera ainsi le bébé à l’opposition.
    Celle ci renégociera la dette et servira aux grecs une autre proposition européenne quelle présentera alors comme d’avantage acceptable.
    Résultat les Grecs se retrouveront de nouveau marron.
    En effet ce référendum peut aussi se présenter comme une sorte de piège.
    En acceptant de s’y soumettre les Grecs ne disent pas non à l’Europe mais l’acceptent tout en réclamant certains aménagements concernant la rigueur que cette dernière souhaite leur imposer.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  4. jeanne dit :

    le president grecque a fortement ete marque par la peine et la tagedie de son peuple .si LORD sarkozy pourrait faire la meme chose, car il mene un combat contre son propre peuple. J amais on aurait du le laisser prendre le pouvoir,car lui est vraiment ateint pathologiquement de la maladie du pouvoir au quel on va le lui retirer des mains en 2012,SINON DANGER TOTAL

    Signaler un problème avec ce commentaire

  5. vérité77 dit :

    Ils vont faire comme d habitude, passer outre au choix du peuple grec en passant en force, au risque important de déclencher l insurrection et la révolution en gréce.

    Peut etre le socialiste Papandréou pensait a cette conséquence tragique, lorsqu il voulait acheter des blindés a l industrie américaine…

    Signaler un problème avec ce commentaire

  6. paamix dit :

    Papandréou sera démissionné et le référendum surement repoussé aux calendes grec, ce sera le pan B européiste n’en doutez pas !

    Signaler un problème avec ce commentaire

  7. Olivier FN dit :

    Les mots justes pour le dire.
    Le FN recrute décidément d’excellents talents, qui n’ont à envier aux meilleurs « spécialistes » des grands partis subventionnés.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  8. Pôvrefrance 30 dit :

    G7,G20 tout ça n’est que mascarade,c’est un simulacre de démocratie. Ils nous baratinent tout en sachant que leurs décisions irresponsables sont prises…G mal en notre France.

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire