Les assises du ferroviaire : un coup d’épée dans l’eau

Communiqué de Franck Briffaut, conseiller de Marine Le Pen en charge des Transports

Les recommandations faites à Nathalie Kosciusko-Morizet à l’issue des assises du ferroviaire ont uniquement permis d’établir un état des lieux et des problèmes se rattachant au système ferroviaire, c’est-à-dire rien de bien nouveau.

Aucune véritable décision n’est sortie de ces assises alors que tout le monde sait que le système ferroviaire français va dans le mur si rien n’est fait à plus ou moins court terme.

On ne sait toujours pas si la gestion de l’infrastructure a vocation à être reprise ou non par l’opérateur historique qu’est la SNCF.

Dans le cadre de l’ouverture à la concurrence, quel cadre social et s’il doit être harmonisé sur quelle bases le sera-t-il ?

Comment sera réglé le problème du financement du système ferroviaire qui coûte 13 milliards d’euros par an à la collectivité et qui traîne une dette devant atteindre, au rythme où vont les choses, les 60 milliards d’ici 2025.

Quant au Schéma national des infrastructures de transport (SNIT), on s’achemine vers son abandon pur et simple, ce qui démontre une fois encore que l’Etat sarkozyste se révèle décidément incapable d’assumer son rôle de stratège.

De plus, ces nombreuses incertitudes et interrogations quant à l’avenir de notre système ferroviaire risquent de mettre à mal notre industrie ferroviaire pourtant toujours considérée comme l’un des plus beaux fleurons de l’industrie française.

Avec Marine Le Pen, nous nous attacherons :

- A chiffrer et à hiérarchiser les opérations prévues au SNIT avec priorité à la remise à niveau du réseau ferroviaire existant, ce qui implique de rompre avec la politique du « tout TGV ».

- A réintégrer la gestion des infrastructures au sein de l’opérateur ferroviaire principal qu’est la SNCF afin de garantir le caractère intégré du système ferroviaire actuellement victime d’un cloisonnement excessif des activités.

Nous rendrons à l’Etat son rôle de stratège afin de définir une véritable politique nationale de transport au service des Français.

 

Une réponse à Les assises du ferroviaire : un coup d’épée dans l’eau

  1. topaze dit :

    Les assises ferroviaires servent plutôt à mettre de l’huile sur le feu plutot que de dévelloper le chemin de fer en france car il a du potentiel (les dirigeants de la SNCF veulent multiplier par quatre le nombre de passagers trnasportés dans les TER).

    On aurait pu aussi poser la question du poids des filliales routières au sein de la SNCF qui est à l’heure actuelle le premier transporteur routier en france.

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire