Grève à la maison d’arrêt de Villepinte : 200 % de surpopulation

Une soixantaine de surveillants pénitentiaires d’Ile-de-France bloquaient ce jeudi matin l’entrée de la maison d’arrêt de Villepinte (Seine-Saint-Denis) pour dénoncer la surpopulation carcérale et des conditions de travail jugées comme « dégradantes ».

Après les gardiens de Fleury-Mérogis, c’est au tour des surveillants du pénitencier de Villepinte (Seine-Saint-Denis) de manifester. Peu avant 7h30 ce jeudi matin étaient dressés palettes, plaques de contreplaqué et des tas de pneus enflammés, bloquant ainsi l’entrée de la maison d’arrêt.

« On est là pour lancer un appel au secours, un SOS », a déclaré Erwan Saoudi, délégué FO.

 

Un taux record de détenus

Une annonce avait été faite par la directrice de la maison d’arrêt de Villepinte en mars dernier déclarant qu’ils ne recevraient plus de nouveaux détenus car la sur-occupation de la prison avait atteint le taux record de 201% !

L’élu du syndicat CFTC Blaise Gangbazo, a expressément demandé le désengorgement des établissements pénitenciaires parisien qui ne répondent plus du tout aux normes de sécurités. Il y a en effet des cellules où les détenus se retrouvent à trois voire plus, entraînant une augmentation des agressions entre détenus et envers les surveillants.

Les demandes des deux organisations syndicales (SPS et FO) pour remédier au problème étaient principalement des « moyens matériels sécuritaires de pointe », un « comblement des postes vacants » et « l’instauration d’un seuil maximal d’accueil défini pour chaque établissement ».

«  On n’en démordra pas tant qu’on nous présentera pas un vrai plan d’action pour désengorger la prison et renforcer le nombre de personnels  » a précisé Erwan Saoudi, délégué FO.

 

L’insécurité à l’intérieur de la prison

Les manifestants cherchent à « alerter l’opinion publique et les familles car les surveillants comme les détenus sont en insécurité totale à l’intérieur » de la prison.

Le représentant syndical a demandé en urgence au moins 30 agents supplémentaires à la prison de Villepinte.

 

De nouvelles actions sont à venir

Les syndicats demandent une nouvelle rencontre avec la direction de l’administration pénitentiaire après les négociations de mardi. Si cette demande n’aboutit pas, les syndicats menacent de durcir leurs actions.m Il en va de même si les négociations n’avancent pas. « Dans ce cas de figure, le blocage de lundi passera pour un apéritif», a averti le syndicaliste.

Antoine Delagrange

Antoine Delagrange

Passionné par le journalisme et tout ce qui touche au secteur immobilier, j'ai décidé de recentrer ma carrière sur le Web pour vous informer via ce média.
Antoine Delagrange

Les derniers articles par Antoine Delagrange (tout voir)

PARTAGER