Malgré les scandales, Samsung renonce à la scission

Le premier fabricant mondial de smartphones, Samsung Electronics, qui émerge à peine d’une des pires séquences de son histoire, a annoncé vendredi qu’il renonçait à un projet de scission qu’il avait auparavant évoqué.

Le géant sud-coréen vient d’être confronté à deux crises majeures: d’abord le désastreux rappel planétaire de son Galaxy Note 7, un appareil dont la batterie présentait des risques d’explosion, et ensuite son implication dans le scandale retentissant de corruption qui a entraîné la destitution de la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye.

Le vice-président de Samsung Electronics, Lee Jae-Yong, qui n’est autre que l’héritier de sa maison mère – le Groupe Samsung -, a été inculpé entre autres pour corruption et est toujours incarcéré.

Après le fiasco du Galaxy Note 7 à l’automne, Samsung Electronics avait annoncé, sous la pression de ses actionnaires demandant une amélioration de la gouvernance, qu’il envisageait une scission en deux entités.

Mais le président du conseil d’administration Kwon Oh-Hyun a annoncé vendredi, lors de l’assemblée générale de Samsung Electronics, que l’étude des aspects légaux et fiscaux d’une telle opération avait permis d’isoler «certains effets négatifs».

«A ce stade, (la scission) semble difficile à mettre en oeuvre», a-t-il dit sans donner plus de précision.

Nouvelle commission de gouvernance

Une nouvelle commission de gouvernance, qui avait été promise dans la foulée du rappel du Galaxy Note 7, sera en revanche bien mise en place fin avril, a-t-il dit.

Mais Samsung Electronics n’a pour l’instant pas été en mesure de recruter les «cadres dirigeants étrangers qui ont l’expérience de la direction exécutive des grands groupes» et qui seraient susceptibles d’entrer dans cette commission, a-t-il dit, «en raison des incertitudes sur l’environnement interne et externe du groupe».

Samsung Electronics est le navire-amiral du groupe Samsung. Son action a atteint des sommets sur la perspective de bénéfices encore plus élevés.

Son vice-président Lee Jae-Yong est devenu le patron de facto de Samsung après la crise cardiaque de son père en 2014.

Le scandale politique est centré sur Choi Soon-Sil, amie de 40 ans de l’ex-présidente Park, accusée de s’être servie de son influence pour soutirer près de 70 millions de dollars à divers conglomérats et se mêler des affaires de l’Etat.

Premier conglomérat du pays, Samsung, qui pèse environ un cinquième du PIB sud-coréen, est celui qui a été le plus généreux vis-à-vis des fondations de Mme Choi.

Le groupe est accusé d’avoir versé près de 40 millions de dollars de pots-de-vin à la confidente de l’ombre de l’ex-présidente, en contrepartie de faveurs politiques.

Samsung avait notamment reçu le feu vert du gouvernement à la fusion controversée de deux de ses unités, Cheil Industries et C&T, en 2015.

Cette opération, capitale pour la succession à la tête du groupe, avait été dénoncée par certains actionnaires, qui estimaient que C&T avait été délibérément sous-évaluée. Mais la Caisse nationale de retraites, gros actionnaire de Samsung sous tutelle du ministère des Affaires sociales, l’avait soutenue. L’ex-ministre des Affaires sociales a été inculpé pour abus de pouvoir.

Samsung affirme que les versements étaient des dons désintéressés qu’il a été obligé de faire. Mais M. Kwon n’en a pas moins présenté des excuses pendant l’Assemblée générale.

«Nous sommes désolés d’avoir créé de l’agitation dans la société», a-t-il dit, en promettant que le groupe passerait en revue ses dons caritatifs.

«Nous avons réalisé que nos dons pouvaient être utilisés pour d’autres choses que ce auquel ils étaient destinés», a-t-il ajouté.

Antoine Delagrange

Antoine Delagrange

Passionné par le journalisme et tout ce qui touche au secteur immobilier, j'ai décidé de recentrer ma carrière sur le Web pour vous informer via ce média.
Antoine Delagrange

Les derniers articles par Antoine Delagrange (tout voir)

PARTAGER