Un « social-traitre » pris la main dans le sac…

CollusionSyndicatSarkozyCette image illustre à merveille la collusion réelle, l’ostensible complicité  qui existe entre les syndicats du Système, faux défenseurs des travailleurs mais vrais syndicats « jaune », et le pouvoir politique UMPS, pro européiste et antinationale.

La loi sur les retraites vient d’être votée par le Parlement. Les « bons » petits toutous du pouvoir mondialiste retournent à la niche. Ils ont fait « le job » comme dirait Sarkozy, travail pour lequel l’État les paie grassement. Ils ont étouffé, à coup de blocages et autres procédés marxistes, la légitime colère du peuple.

Retour sur « le bal des faux culs » comme dirait Marine Le Pen, grâce à quelques liens que nous avons publié sur NationsPresse.info, afin de vous présenter les analyses et les propositions de Marine Le Pen, vice-présidente du Front National.

Cette liste n’est qu’un florilège des interventions de Marine Le Pen sur le sujet et ne saurait bien évidemment être exhaustive. Je vous invite donc, cher lecteur de NPI, à enrichir, grâce à vos commentaires, cette énumération.

 

26 réponses à Un « social-traitre » pris la main dans le sac…

  1. patrice dit :

    La finance internationaliste qui s’appuie sur la gauche mondialiste.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  2. vive la france dit :

    petit rappel pour Marine :
    lorsqu’elle énumère les dépenses nuisibles à éliminer (UE, immigration etc.), elle ne doit pas aussi omettre le cout de la délinquance, qui se chiffre à 115 milliards d’euro !

    http://www.france-info.com/france-justice-police-2010-05-04-la-delinquance-couterait-115-milliards-d-euros-a-la-france-437443-9-11.html

    tous mondialistes, tous coupables !

    Signaler un problème avec ce commentaire

  3. militant fn 62 dit :

    Ce Thibaut n’est qu’un profiteur qui manipule les salariés
    du domaine public et ceux du privé !
    pour boire le champagne avec le nain ça lui va ,tandis que
    l’ouvrier doit trimer dur pour avoir un maigre salaire de misère.
    Et pendant ce temps là quand il défilé dans la rue pour les grèves les salariés du privé ne pouvant pas se joindre à leurs cortèges sinon ils etaient licencier !
    (c’est comme ça que ça se passe en Françe)
    Ca n’empèche pas que la retraite est passer à 62 ans et que les syndicalists ont étaient encore une fois tromper par ce Thibaut de malheur.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  4. Marino dit :

    La question …

    Est-ce que les « camarades syndicalistes » sont payés quand il y a une grève?
    Les Chérèque,Thibault et Cie, font-ils leur beurre sur le dos des cotisants ?

    * Yahoo ! Question/Réponses
    Meilleure réponse – Choisie par les votants

    - Pas de soucis pour les leader: ils sont payés mensuellement, et je me demande même s’ils n’ont pas une prime à chaque grève, prime augmentant avec le nombre de grévistes et manifestants.
    Pour les autres, la première des choses qu’ils font, du moins dans la fonction publique, ils négocient le paiement de leurs jours de grève

    *** Rappel pour les Con-tribuables avec la complicité du Gouv !

    http://www.observatoiredessubventions.com/2010/1-milliard-d-euros-pour-les-syndicats-du-public/

    Signaler un problème avec ce commentaire

  5. bidule chose dit :

    Voilà la vie d’un syndicaliste CGT, protestation puis picole avec les dirigeants contre qui on a fait semblant de manifester !

    Signaler un problème avec ce commentaire

  6. Marino dit :

    Ne vous inquietez pas!…

    - Ils sont « des notres » et même de pére en fils, les dockers cégétistes de Marseille.

    Celle-ci est conduite par « 36 grutiers » irréductibles qui ont parfaitement compris que se joue en ce moment le sort d’un mode d’organisation du travail, celui des dockers.
    La question qui surgit est : pourquoi une catégorie particulière de salariés, les dockers, dispose-t-elle d’un tel pouvoir depuis si longtemps ?

    Article :

    http://www.telos-eu.com/fr/article/hourra-pour-les-dockers-de-marseille

    Signaler un problème avec ce commentaire

  7. Marino dit :

    CDans l’Air : vendredi 29 octobre 2010
    Social : la pause et les comptes

    http://www.france5.fr/c-dans-l-air/index-fr.php?page=resume&id_rubrique=1564

    * Où on parle des « 35 grutiers » cégétistes de pére en fils..

    La Monarchie Sarko ou CGT : c’est un « droit de cuissage » des Seigneurs !

    Signaler un problème avec ce commentaire

  8. jacques dit :

    le travailleur comprendra t’il un jour que le syndicat n’est plus rien pour lui .
    tibault et les autres à 5000 € par mois ont la retraite bien assurée .tous les acquits de nos anciens ils les perdent un par un et ils ont toujours des adeptes MDR
    IMPOSSIBLE À COMPRENDRE tous ces syndiqués sont lobotomisés ou quoi

    Signaler un problème avec ce commentaire

  9. alain PICHOT dit :

    On a commencé à comprendre cette collusion quand, en mai 68, notre mouvement etudiant fut recupéré, et pourri, par les « syndicats » .
    Leur branche etudiante d’abord, puis la branche ouvrière ensuite.

    Pour l’inscription, bien plus tard à mon tour, de mes enfants en faculté, je m’amusais de ce « passage obligé » ( inscription normale, puis abonnements à certaines revues, puis adhésion à une mutuelle, un syndicat etc.) tous chargés du bien de ces nouveaux etudiants par d’autres « etudiants » chargés de recuperer parmi la jeunesse innocente les futurs agitateurs.

    Savoir aussi que l’etat verse une subvention de fonctionnement annuelle à ces pseudo représentants, que la CGT possède, également subventionnée, une société d’edition de film etc.

    Etre syndiqué de nos jours repond à une peur, un besoin de protection, parfois aussi à une lutte de personnes, et non plus à une recherche de consensus entre patron/employé, un « gagnant/gagnant »;

    Cette inféodation psychologique a été comprise par ces agitateurs subventionnés qui manipulent ces (mini) masses quasi inertes dans le sens voulu, donné, indiqué, par le pouvoir en place.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  10. Karldergrosse dit :

    Pour des faux culs ont ne peut faire mieux!
    Je qualifierai mème ce genre là de salaud!

    Signaler un problème avec ce commentaire

  11. Victimise59 dit :

    C’est quand même incroyable !

    Signaler un problème avec ce commentaire

  12. caprice dit :

    on savait mais la on hallucine il n a aucun respect envers les gens qui l ont suivi pendant les greves. c est pour sa pomme point barre

    Signaler un problème avec ce commentaire

  13. Marino dit :

    Suite, SNCF : Thibault, (24 ans, est élu secrétaire des cheminots CGT Paris-Est) et comme ‘son pote’ Didier le Reste : Militants communistes depuis toujours…

    « Didier Le Reste » prend sa retraite à 55 ans: les limites franchies de l’indécence syndicale »

    Alors que depuis plusieurs semaines les syndicats enjoignent les citoyens à se battre contre la réforme des retraites et instaurent des journées de grève perturbant la vie de beaucoup de citoyens, le secrétaire nationale des cheminots CGT, lui, prend sa retraite… à 55 ans! Elle est pas belle la vie?

    Quel drôle de pays, où les donneurs de leçons sont souvent les premiers à transgresser les règles de leur propre morale. Ainsi le secrétaire national des cheminots CGT, Didier Le Reste, que nous avons vu durant plusieurs semaines expliquer sur les écrans l’iniquité de la réforme des retraites et appeler ses collègues cheminots à la grève va donc prendre sa retraite à… 55 ans. Que fait donc ce monsieur dans la vie ? Il répare le ballast, remplace les rails, tend les caténaires au-dessus des voies, conduit des trains de nuit ? Non, Didier Le Reste est contrôleur. Un métier de très haute pénibilité, aux rythmes infernaux, particulièrement éprouvant pour la santé. Vous savez, ces gens qui sont obligés plusieurs fois pas jour de faire des petits trous dans les billets de train, voire d’en émettre à bord si le voyageur n’a pas eu le temps d’en acheter. Nous avons tout le respect du monde pour les contrôleurs de la SNCF, pardon, pour les « agents commerciaux », car n’oublions pas que la Société Nationale des Chemins de Fer français est de moins en moins un service public et de plus en plus une entreprise commerciale. Donc Didier Le Reste, qui a le pouvoir de bloquer une partie du pays, de prendre parfois -un peu- en otage les salariés et les travailleurs de ce pays, ces gens qui se lèvent de bonne heure pour aller bosser à une ou deux heures de chez eux pour gagner le SMIC, et auxquels leur patron va décompter des temps de retard ou des journées d’absence, et bien ce monsieur, lui, va prendre sa retraite à 55 ans. Je me réjouis pour lui, je trouve seulement qu’il y a une légère dichotomie entre le sort des uns et le statut des autres, entre le pouvoir d’embêter une population innocente pour préserver des acquis pas forcément justifiés et l’impuissance de ceux qui sont là pour subir, entre le discours misérabiliste de nantis sociaux et le silence d’une majorité de précaires qui eux aussi aimeraient bien que l’on se mobilise pour atténuer leur calvaire. Mais l’action syndicale est trop souvent l’apanage d’une certaine catégorie de privilégiés qui exigent la solidarité de ceux pour lesquels ils ne lèveront jamais le petit doigt. En l’occurrence, tout le monde s’accorde pour stigmatiser la façon dont ce gouvernement a géré cette crise, même si l’on sait que l’allongement de l’âge de la retraite à 62 ans n’est hélas qu’une étape provisoire vers celui, inévitable, à 65 ans. Ce qui est honteux, c’est que la sincérité et le désintéressement du mouvement syndical soient ternis par des comportements et des disparités de ce genre. Didier Le Reste peut-il soutenir honnêtement que sa fonction de contrôleur implique qu’il doive pendre sa retraite à 55 ans ? Est-il le mieux placé pour exiger des pouvoirs publics une attitude de justice quand lui même bénéficie d’une prébende aussi illégitime ? C’est bien tout le problème d’un certain syndicalisme français. Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais. On s’étonnera ensuite qu’il n’y ait plus que 7% de syndiqués dans ce pays. Dommage, car c’est aussi là le fondement de la démocratie.

    * Source Marianne 2

    ** Didier le Reste et sa retraite à 2300 euros (CGT)

    http://www.dailymotion.com/video/xf9h4e_didier-le-reste-et-sa-retraite-a-23_news

    Signaler un problème avec ce commentaire

  14. daiduroi dit :

    Non seulement ils ne boivent pas à notre santé, mais en plus ils font « trinquer » les français !.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  15. Oriane Borja dit :

    Ce qui fut charitable de la part du gouvernement, c’est de faire passer la réforme lors de la traditionnelle révolution d’octobre des étudiants lassés de la plus longue période de cours de l’année, ils sont comme Sarkozy au fond, tous les deux mois, que ce soit avec Cécilia, Radicha, Carlita, il leur faut des putains de vacances.
    La spontanéité prévisible de nos grévistes en herbe folle redonnant un coup d’jeuns aux syndicats de grand-papa, leur permettant de tirer leur épingle du jeu, alors que Sarkosy s’empressait d’aller tirer le sien avant même la fin de la partie.
    Rachida aurait dit que les pions étaient pipés d’avance.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  16. Philippe dit :

    ces combats syndicaux sont perdus d’avance, et les apparatchiks syndicaux le savent très bien, parce que les syndicats ont accepté le schéma dominant de la mondialisation financière et ne remettent pas ce schéma en cause
    le combat syndical est devenu un combat désincarné, et donc condané à l’impuissance, parce que ne reposant plus sur la substance et le cadre nationaux
    or le cadre national de notre économie est le seul à même de garantir notre progrès social

    Signaler un problème avec ce commentaire

  17. Turenne dit :

    Tous copains. Nous le savons tous, et cette photo illustre parfaitement l’affaire.
    Photo à faire circuler le plus possible pour que les travailleurs français sachent à qui ils ont confié leurs droits syndicaux.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  18. Jean Dominique dit :

    Otez moi un doute de l’esprit, c’est une vraie photo ?

    Signaler un problème avec ce commentaire

  19. Marie Niste dit :

    A Jean Dominique

    OUI !

    Et après ça ils nous feront croire qu’ils se battent pour l’ouvrier !

    Signaler un problème avec ce commentaire

  20. trenels patriote dit :

    L’on parle Toujour du syndicats CGT création 1895 Mais nous aussi nationaliste nous avions eu jadis un syndicat ce syndicat fut créer en 1899 à Monceaux les mines des mineurs qui étaient anti rouge en avait assez de la dictature syndicales des rouges de ce fait ils ont créer un syndicat concurent ,les rouges de la CGT furieux firent le siége du lieu de la réunion du syndicat concurent de l’époque, il y eu une grande bagarre entre cgt et anti cgt, le syndicat concurent se refugia dans un café de monceaux les mines,il fallus l’intervention des gendarmes pour remettres de l’ordre, les CGT Comme à leur habitude voulait un syndicat unique marxiste, donc nos chers et courageux syndicalistes anti marxiste eurent les vitres du café cassés et ironie du sort ils avaient mis du papier « jaune » pour obstrué les vitres brisés,les CGT dirent par la suite c’est un syndicat « jaune » le nom était donné !, de fait en 1900,1901 fut créer la première fédération « des syndicats jaunes »en 1902 premier congré avec sa téte un certain Lanoir, puis ce fut Pierre BIETRY qui en devient le chef charismatique,en 1906 BIETRY Fut élus député nationaliste, le mouvement sombra dans les année 1912-13,puis vient la guerre de 1914-1918, et Le mouvement disparu.
    ( l’on parle du syndicat jaunes dans le livre de F BERGERON et PH VILGIER Les Droites dans la rue NATIONAUX ET NATIONALISTES SOUR LA TROISIEME REPUBLIQUE)
    Alors pourquoi ne pas créer une forme de syndicat JAUNE Proche du FN ? En réaction à cette chienlit actuelle ?

    Modération : Parce que depuis 1945 la loi ne le permet plus, tout simplement ! Dans les années 90, le FN avait bien tenté de lancer de tels syndicats, ceux-ci ont été dissous par voie judiciaire.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  21. patrice dit :

    A Trenels Patriote.
    Le mot jaune pour désigner les anti-gréviste viendrait aussi à ce qu’il paraîtrait d’une pratique patronal.
    Lorsqu’à une époque des ouvriers décidaient d’une gréve le patronat faisait appel à des chinois pour remplacer la main d’oeuvre qui avait cessé le travail.
    d’ou l’appellation de jaunes qui perdure du reste concernant les anti-grévistes.
    Remarquez que les asiats même s’ils ne se déplacent plus pour remplacer les ouvriers Français ont réussis néanmoins et à distance à récupérer notre production industrielle.

    Signaler un problème avec ce commentaire

  22. roumégue dit :

    Sarko le ventilo + Tibo le bolcho = France…K 0

    Signaler un problème avec ce commentaire

  23. roux dit :

    ouaip, elle est belle la France, je vais simplement citer Napoléon : « quand on dore ses fers, le peuple ne hait point la servitude ».
    Napoléon lui savait qu’il fallait dorer les fers du peuple, Sarkozy ne prend même pas cette peine.
    Plutot qu’une révolution, je défie ce grand (mais tellement petit) connard arriviste sur un ring de boxe, et je m’engage à lui transmettre la colère du peuple qui l’a élu.
    Il ne mérite aucun respect, Il représente la lie de la société qu’il est censé diriger, et bien sur tous les lècheurs de bottes qui l’accompagnent sont à mettre dans le même sac.
    Ah elle est belle la France, les terroristes ont de l’avenir.

    Signaler un problème avec ce commentaire

Laisser un commentaire