Immobilier 2024 : Les grandes tendances et réformes à venir

Immobilier 2024 : Les grandes tendances et réformes à venir
Immobilier 2024 : Les grandes tendances et réformes à venir

Alors que nous approchons de l’année 2024, le marché immobilier français connaît d’importantes évolutions et transformations.

Les politiques publiques, les comportements des acheteurs et les innovations technologiques ont un impact considérable sur les différents acteurs de ce secteur.

Nous vous proposons de faire le point sur les principaux changements et tendances qui façonneront le paysage immobilier en 2024.

La transition énergétique et écologique

Parmi les évolutions majeures de ces prochaines années, la transition énergétique et écologique occupe une place centrale dans le domaine de l’immobilier. Plusieurs mesures et réglementations vont continuer à impacter le marché, tant pour les constructions neuves que pour les logements existants.

La RE2020

  • La Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) remplacera progressivement la RT2012 à partir de 2022. Elle vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre des bâtiments neufs et à promouvoir des constructions à énergie positive (BEPOS).
  • Les exigences en matière d’isolation et de chauffage seront renforcées, et l’utilisation de matériaux biosourcés sera encouragée.
  • La RE2020 aura un impact sur les coûts de construction, mais sur la valeur des logements neufs, qui devront répondre à des critères environnementaux de plus en plus stricts.

La rénovation énergétique des logements existants

  • Le gouvernement a mis en place des dispositifs incitatifs pour encourager les propriétaires à réaliser des travaux de rénovation énergétique, tels que MaPrimeRénov’ ou les aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah).
  • Les diagnostics de performance énergétique (DPE) sont devenus de plus en plus importants, notamment avec la loi Énergie-Climat qui prévoit la mise en place d’un seuil minimal de performance énergétique pour les logements mis en location à partir de 2023.
  • Les logements classés « énergivores » (étiquettes énergie F et G) pourraient être interdits à la location d’ici 2028, ce qui incite les propriétaires à investir dans des travaux de rénovation.

La digitalisation du secteur immobilier

La technologie et le numérique jouent un rôle de plus en plus important dans l’immobilier, offrant de nouvelles opportunités et défis pour les professionnels et les particuliers.

Les outils numériques au service des professionnels

  • Les agents immobiliers et les promoteurs peuvent désormais s’appuyer sur des plateformes en ligne et des applications mobiles pour faciliter leurs transactions et leur relation avec les clients.
  • La réalité virtuelle et les visites immersives 3D permettent de présenter des biens à distance et de séduire davantage d’acheteurs potentiels.
  • Les outils d’analyse de données (big data) et l’intelligence artificielle sont de plus en plus utilisés pour optimiser la gestion des biens et les stratégies de commercialisation.

Les plateformes de vente et de location entre particuliers

  • Les sites et applications de mise en relation entre particuliers se multiplient, offrant une alternative aux agences immobilières traditionnelles et facilitant les transactions sans intermédiaire.
  • Ces plateformes proposent des services de plus en plus complets, allant de la diffusion d’annonces à la rédaction des contrats, en passant par la vérification des dossiers des locataires.
  • Les professionnels de l’immobilier doivent s’adapter à cette concurrence et proposer de nouveaux services pour conserver leur place sur le marché.

Les évolutions démographiques et sociétales

Les changements de population et les attentes des Français en matière de logement ont des conséquences directes sur les tendances immobilières et les politiques publiques.

Le vieillissement de la population

  • La part des personnes âgées de 65 ans et plus dans la population française est en constante augmentation, ce qui entraîne un besoin croissant de logements adaptés aux seniors.
  • Les résidences services seniors, les logements intergénérationnels et les dispositifs de maintien à domicile sont autant de solutions pour répondre à cette demande.
  • Les investisseurs et les promoteurs doivent prendre en compte cette évolution pour développer des projets immobiliers adaptés aux besoins des personnes âgées.

La recherche de la qualité de vie

  • La crise sanitaire de la COVID-19 a renforcé la volonté des Français de privilégier la qualité de vie et le bien-être dans leur logement.
  • Les espaces extérieurs (jardins, balcons, terrasses) et les espaces de coworking au sein des résidences sont de plus en plus demandés.
  • Les villes moyennes et les zones rurales attirent davantage de ménages à la recherche d’un meilleur cadre de vie et de prix plus abordables, ce qui pourrait contribuer à la décentralisation du marché immobilier en France.

Les enjeux de l’accession à la propriété

L’accession à la propriété est un enjeu majeur pour de nombreux ménages français, et les dispositifs d’aide évoluent pour s’adapter à la réalité du marché.

La fin du dispositif Pinel et l’évolution des aides à l’achat

  • Le dispositif Pinel, qui permet aux investisseurs de bénéficier d’une réduction d’impôt pour l’achat d’un logement neuf destiné à la location, devrait prendre fin en 2024.
  • D’autres dispositifs d’aide à l’achat, tels que le Prêt à Taux Zéro (PTZ) ou l’accession sociale à la propriété (PSLA), pourraient évoluer pour s’adapter aux besoins des ménages et aux contraintes budgétaires.
  • Les pouvoirs publics devront trouver de nouvelles solutions pour soutenir l’investissement locatif et favoriser l’accès à la propriété, tout en tenant compte des enjeux environnementaux et sociaux.

La hausse des prix et les difficultés d’accès au crédit

  • La hausse des prix de l’immobilier dans les grandes villes et les zones tendues rend l’accès à la propriété de plus en plus difficile pour les ménages modestes et les jeunes actifs.
  • Les conditions d’accès au crédit immobilier se sont resserrées ces dernières années, notamment avec la recommandation du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) de limiter la durée des prêts à 25 ans et le taux d’endettement à 33 %.
  • Les solutions de financement alternatif, telles que le crowdfunding immobilier, le prêt participatif ou le portage immobilier, pourraient se développer pour pallier ces difficultés.

L’année 2024 sera marquée par de nombreux changements et défis pour le secteur immobilier français. La transition énergétique et écologique, la digitalisation, les évolutions démographiques et sociétales, ainsi que les enjeux de l’accession à la propriété sont autant de facteurs qui influenceront le marché et les comportements des différents acteurs. Pour s’adapter à ces transformations, les professionnels de l’immobilier devront faire preuve d’innovation, de flexibilité et d’une attention accrue aux attentes et besoins des ménages français.

À travers cet article, nous espérons vous avoir donné un aperçu des principales tendances et réformes qui impacteront l’immobilier en 2024. Si vous souhaitez vous lancer dans un projet immobilier, que ce soit en tant qu’acheteur, investisseur ou professionnel, il est essentiel de rester informé et de bien anticiper ces changements pour prendre les meilleures décisions possibles. N’hésitez pas à vous rapprocher de professionnels qualifiés pour vous accompagner dans vos démarches et vous aider à naviguer dans ce contexte en évolution constante.

PARTAGER