Les banques en ligne enregistrent une perte

banque en ligne, Boursorama, BforBank
banque en ligne, Boursorama, BforBank

Trop de banques en ligne tue les banques en lignes,  c’est un fait actuellement. Même si ces prestataires sont très sollicités actuellement, la forte concurrence présente dans le domaine ne joue pas en faveur des différentes plateformes virtuelles des banques. Les plus gros noms comme boursorama ou BforBank enregistrent actuellement une perte. La question se pose alors : faire appel à ces prestataires en ligne est-il encore intéressant dans quelques mois à venir ?

Les raisons de ce déficit chez les banques virtuelles

Depuis leur apparition, les banques virtuelles ont attiré de plus en plus de particuliers, mais également des professionnels. La raison en est surtout la rapidité de leurs prestations, ainsi que le côté pratique des souscriptions.

En plus, il est possible d’accéder à tout instant à son compte en ligne, et de suivre en détails tous les mouvements. La prestation des banques en ligne a largement évolué, que des clients de banques physiques ont préféré migrer vers ce type de prestataire. Face à cela, de nouvelles banques en ligne naissent, et les banques physiques créent également leur filiale sur internet, sans compte la nouvelle génération de banque mobile « les néobanques ». La concurrence devient rude. Aujourd’hui, malgré leur succès, les offres sont supérieures à la demande, ce qui crée un déficit marquant chez ces prestataires virtuels.

Toutes les banques en ligne ont des résultats négatifs sauf Fortuneo

Selon les statistiques, de nombreuses banques en ligne sont actuellement déficitaires. Ce qui est le cas de Boursorama, la filiale de la Société générale, enregistre une perte de 24 millions d’euros. Tandis que BforBank, la banque en ligne du Crédit agricole, atteint un résultat déficitaire de − 17,3 millions d’euros en 2016. Quant à Axa Banque, les pertes ont franchi les 13 millions d’euros.

La seule banque en ligne encore rentable actuellement c’est Fortuneo. En 2016, le prestataire a fait un bénéfice de 9 millions d’euros.

Sophie Delcourt

Sophie Delcourt

Voilà je me présente, Sophie Delcourt, après avoir hésité longtemps entre le monde de la finance et de l'Immobilier j'ai repris des études de journalisme pour me consacrer à ces deux sujets, je pratique donc la rédaction d'articles sur notre média presse.
Sophie Delcourt

Les derniers articles par Sophie Delcourt (tout voir)

NOS NOTES ...
Notes
PARTAGER