Louis Aliot

Louis Aliot : « Cazeneuve cherche à redorer le blason du gouvernement socialiste auprès des musulmans »

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front national, commente la « réforme du culte musulman » annoncée par le ministre de l’Intérieur, le socialiste Bernard Cazeneuve. Au micro de Frédéric Rivière, il s’exprime également sur les élections départementales de mars prochain. « Ce qu’il faut surtout c’est couper l’islam Lire l'intégralité de l'article

Louis-Aliot-France Culture europeennes-2014

La victoire de SYRIZA en Grèce : la politique du moindre mal

Par Louis Aliot, vice-président du Front national, député français au Parlement européen, pour Boulevard Voltaire Le Front national s’est félicité de la victoire du parti SYRIZA lors des élections législatives du 25 janvier. Ce soutien a suscité de nombreuses analyses malveillantes dans les grands médias. Les adversaires du FN en Lire l'intégralité de l'article

l-apartheid selon valls - tu mets quelques blancs white blancos

L’ « Apartheid » selon Manuel Valls

Selon Manuel Valls, le Première ministre socialiste de Normal 1er, il y aurait un « apartheid » en France… Un « Apartheid » que semble avoir expérimenté dans sa bonne ville d’Evry, l’inénarrable chef du gouvernement pour qui la Valls de l’insécurité et du grand n’importe quoi n’a plus de secret. « Belle image Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - Vice-President du FN - Front National - France NationsPresse Info

Louis Aliot : « Il y a un jeu entre le grand banditisme et l’islam radical »

Louis Aliot, vice-président du Front national, était de l’invité de LCI. Il a commenté l’actualité du moment, dont les conséquences de la vague d’attentats islamistes qui vient de frapper notre pays, les problèmes liés à l’immigration, à l’islamisme, au communautarisme. « Il y a une faille de l’Europe telle que nous Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Le commaunautarisme est le terreau de la montée du fondamentalisme islamiste »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de Patrick Cohen sur France Inter. Elle a commenté les événements qui ont suivi la vague d’attentats islamo-terroristes qui ont frappé la France. Elle a dénoncé l’incapacité de l’UMPS a faire face à ces événements et a rappelé le lien évident Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « Ce sursaut a tout d’abord été celui du peuple français »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était invitée d’Europe 1. Elle a dû faire face au provocateur professionnel à carte de presse Jean-Pierre Elkabbach dans le contexte d’attaques terroristes qui ont secoué notre pays. Un Elkabbach très en forme : désinformateur, menteur et manipulateur, qui semble se féliciter de Lire l'intégralité de l'article

Tchao l’artiste ! Pour saluer Stéphane Le Tirant…

01 NPI STEPHANE Le TIRANT

Par Nicolas Gauthier

Avec ses mots à elle, Yann Le Pen a écrit tout le bien qu’il fallait penser de notre défunt ami, Stéphane Le Tirant, directeur artistique du Front national. Devant tant de grâce d’écriture, j’estimais ne pouvoir rivaliser. Elle m’a convaincu du contraire. Essayons donc de ne pas démériter.

Septembre 1979, premier jour de rentrée au Lycée d’arts graphiques Corvisart. J’ai seize ans et il en a quinze. Sa bouille de ronchon me fait déjà marrer. Ma frime d’ahuri semble le faire rire. Il n’a qu’une sœur et pas de frère. Je n’ai ni l’un ni l’autre. Nous devenons donc frères, faute de mieux. Chez moi, il est accueilli comme tel. Et moi tout pareil chez lui. Et chez lui, ses parents, Louis et Jeannine possèdent un cœur façon king-size.

Avant d’intégrer ce prestigieux collège, Stéphane, persistant à estimer qu’aller en classe équivaut à faire la sieste, est un cauchemar pour ses professeurs et parents. Les premiers le promettent au gibet ; les seconds se demandent s’il finira un jour bagnard. Son père est ancien sous-officier de marine et sa mère cousette. Pour tout arranger, ils sont Bretons. Le caractère rugueux, donc. Et là, miracle, il trouve sa voie dans le dessin. Sachant que les branlotins de catégorie olympique, dès lors qu’ils se mettent au boulot se transforment en chars blindés, plus rien n’arrêtera jamais celui qu’on appelait déjà “Stef”, hormis cette maudite faucheuse.

Au début des années 80, il est tout comme celui que nous venons d’emmener en sa dernière demeure. Un rire à déposer à l’INPI. Un sourire en coin qu’on aurait dû classer au patrimoine national. À Corvisart, mon passe-temps de prédilection consiste à le faire s’écrouler de sa chaise, au bord de l’apoplexie, tellement il se poile de mes blagues d’humour drôle pas toujours très fines. Et là, toujours le même scénario. La prof : « Le Tirant, dehors et allez vous calmer ! » Lui : « Mais c’est pas moi, c’est lui… » Moi, en l’occurrence. Et la prof : « Et en plus, vous accusez vos camarades ! » Puis, lui, revenant de sa brève pénitence : « Mon con ! En tous cas, on s’est bien marrés tous les deux. » Nous sommes bien les seuls : l’époque est aux profs et aux curés de gauche, sandales et chaussettes, pulls en polyester, bréviaire rocardien sous le bras, alors que tout le monde écoute Téléphone ou Trust, groupes à la sémantique autrement plus bandulatoire.

McDonald’s accusé d’avoir détourné plus d’un milliard d’euros

mac-do

Pas d’impôts au menu chez McDo ? Plusieurs fédérations de syndicats européens et une organisation caritative accusent la chaîne de restauration rapide d’avoir mis en place en Europe, entre 2009 et 2013, un montage financier et juridique qui lui aurait permis de se soustraire à plus d’un milliard d’euros d’impôts, principalement en France.

«McDonald’s a délibérément diminué son exposition fiscale en Europe pour un montant total de plus d’un milliard d’euros sur une période de cinq ans», dénoncent dans un communiqué commun la Fédération syndicale européenne des services publics (EPSU), la Fédération européenne des syndicats de l’alimentation, de l’agriculture et du tourisme (EFFAT) et l’Union internationale des employés de service (SEIU).

Lire la suite sur leparisien.fr

Ukraine / Donbass : émeutes, chaos et rationnement de la nourriture à Kiev

Ukraine Donbass FAN nouvelle Russie char

Un an après le coup d’État, l’Ukraine est en morceaux, son économie est exsangue, les denrées sont désormais rationnées, son unité nationale n’est plus qu’une vue de l’esprit, les libertés y sont quotidiennement bafouées, voire inexistantes, et l’arbitraire est devenu une forme de gouvernance occidentalisée. La guerre fait rage dans le Donbass et la débâcle de Debaltsevo, où encore quelque 1.500 soldats et paramilitaires ukrainiens sont portés disparus, est un avant goût de ce que sera l’Ukraine demain. Les stratèges états-uniens veulent faire de ce pays un champ de bataille contre la puissance russe. Pour l’instant, ils s’y sont cassés les dents, mais ils entendent bien utiliser les extrémistes pour parvenir à leurs fins. Pour l’heure, les nostalgiques de la collaboration avec l’Allemagne hitlérienne occupent la rue et menacent.

Les bandes armées de Washington, aujourd’hui dans les rues de Kiev : ils ont détruit l’Ukraine, et veulent une guerre généralisée en Europe.

Une manifestation anti-gouvernementale dans le centre de Kiev a dégénéré en émeute, ce mercredi après-midi. Environ un millier de nervis d’extrême droite, se réclamant majoritairement de Praviy Sektor, ont affronté des éléments de la garde nationale déployés au centre-ville, à coup de cocktails Molotov. Plusieurs bâtiments ont été attaqués dont celui du bureau du Procureur général de l’Ukraine. Le désordre a atteint aussi l’aéroport de Borispol, où un groupe de paramilitaires ukrainiens, se faisant appeler « Bataillon de la fraternité », a menacé de suspendre les liaisons aériennes avec les pays de l’Union européenne.
Cette contestation intervient dans le contexte de la commémoration du putsch pro-occidental de l’année dernière qui a amené au pouvoir un régime antidémocratique et totalitaire porté à bouts de bras par les États-Unis et leurs alliés occidentaux. Elle intervient aussi après la débâcle militaire de Debaltsevo et alors que le pouvoir d’achat des Ukrainiens s’écroule et que la contestation gronde de toutes parts.

Les magasins ukrainiens limitent désormais la vente de certaines catégories d’aliments (sucre, huile, farine, sarrasin…) : le rêve «proeuropéen» au quotidien

La brusque chute de la hryvnia s’est répercutée sur le niveau de salaire des Ukrainiens de sorte que leur salaire minimum n’atteint même pas les 43 dollars… Certains Ukrainiens touchent à présent moins que les habitants du Bangladesh, du Ghana, de la Zambie, de la Gambie ou du Tchad où le salaire minimum se monte à 51 dollars. Le gouvernement ukrainien ne promet pas d’élever le salaire avant décembre 2015 (source).

Les commerces se sont vus imposer un rationnement des produits de base après la chute de la hryvnia, ce qui a créé un vent de panique et amené les gens à stocker de la nourriture.
Il est bien plus facile de faire la guerre que de tenter de remettre de l’ordre dans l’économie du pays et de répondre aux aspirations du peuple. Voilà où a mené la « révolution » du Maïdan !

Nos compatriotes d’outre-mer : une fois de plus les oubliés du gouvernement

Front National flamme

Communiqué de Jean-Michel Dubois, secrétaire national du FN pour les départements français d’outre-mer

Le gouvernement trompe une fois de plus les Français en annonçant une baisse du chômage de l’ordre de 19.000. Toutefois ce chiffre ne correspond qu’a la catégorie A et ne tient pas compte, une fois de plus, de nos compatriotes Français des départements d’outre-mer.

Le chiffre total annoncé des demandeurs d’emploi (catégorie A-B-C) pour la France est de 5.232.100 alors que si nous y incluons les demandeurs d’emploi des Dom-Com nous arrivons à un chiffre réel jamais atteint de 5.530.600 demandeurs d’emploi

Près de 300.000 demandeurs d’emploi pour les Dom-Com cela représente un taux de l’ordre de 30% de chômeurs pour les département d’outre-mer.

Nos compatriotes d’outre mer sanctionneront aux prochaines élections départementales de mars prochain, sans nul doute, les candidats UMPS en accordant leur confiance aux candidats FN-RBM qui sont les seuls à vous redonner espoir et à redresser la France.

La capitulation grecque confirme notre analyse sur l’euro !

Marine Le Pen

Communiquéde Marine Le Pen, présidente du Front national

Comme nous l’avions analysé dès l’arrivée au pouvoir de Syriza, le nouveau gouvernement grec était confronté à un choix : soit rester dans le carcan de l’euro et trahir rapidement ses promesses anti-austérité, soit retrouver la liberté monétaire en quittant l’euro pour pouvoir réellement changer de politique. Ce choix est extrêmement intéressant, porteur de débats féconds sur la monnaie unique et l’austérité : c’est pour que ce débat ait lieu que le Front national a souhaité le changement de majorité en Grèce.

L’accord obtenu à Bruxelles confirme que le gouvernement d’Alexis Tsipras a choisi l’euro et par conséquent la trahison de ses engagements de campagne. La capitulation face à l’Union européenne et l’Allemagne est totale, et on peut faire le pari que très rapidement ce gouvernement tombera dans les abîmes de l’impopularité.

A la lumière de l’épisode grec, les Français auront dans tous les cas pris conscience de l’incompatibilité désormais radicale entre l’euro et la démocratie d’une part, et l’euro et la prospérité d’autre part.
A l’image d’une partie du PS, d’une aile de l’UMP ou d’un Jean-Luc Mélenchon en France, ceux qui vendent aux Français « une autre politique » sans prévoir en même temps de redonner à la France les instruments de sa souveraineté, monétaire et budgétaire notamment, sont dans le mensonge.

Plus que jamais, le Front National veut extirper la France de l’eurodictature en lui redonnant la maîtrise de sa monnaie, de son budget et ses frontières, pour lui permettre de rompre avec la sous-croissance, le chômage de masse, le sur-endettement et l’austérité.

Ukraine / Donbass : un front figé mais toujours actif

Ukraine Donbass FAN 152 D20

Alors que Kiev maintient ses moyens lourds en artillerie et en troupes à proximité de la ligne de front, les forces de Nouvelle Russie, que cela soit à Donetsk ou à Lugansk, ont commencé à retirer plusieurs dizaines de batteries et d’unités de combat. Cela fait une semaine, déjà, que ces premiers retraits ont pu être observés. Mais de son côté le régime de Kiev préfère faire du chantage au cessez-le-feu… Après la reprise de Debaltsevo, la ligne de front s’est une nouvelle fois figée. La tension reste forte à de nombreux endroits. Les FAN craignent une contre-attaque au printemps. Pour l’heure, le régime ukrainien inventorie encore ses pertes, et les extrémistes qui le maintiennent au pouvoir commencent très sérieusement à vouloir lui demander des comptes. Leurs commanditaires à Washington n’en peuvent plus des échecs répétés malgré les millions de dollars investis depuis plus d’un an. Aussi, le pouvoir se durcit un peu plus et sombre de plus en plus dans la démence.

L’OTAN persiste à soutenir son vassal ukrainien : après les forces US, des soldats britanniques sont annoncés pour venir en aide à ce qui reste de l’armée du boucher de Kiev. Et des mouvements inquiétants de troupes estoniennes, hollandaises (infanterie mécanisée sur CV90) et américaines (Iron Troop du Captain James Gibbs, du 3rd Squadron du 2nd Cavalry Regiment monté sur Strykers) sont signalés depuis quelques jours (vidéo ci-dessous), à seulement 150 km de Saint-Pétersbourg.

La situation militaire dans le Donbass est le résultat des initiatives hasardeuses et belliqueuses de Kiev en ce début d’année : poussé par Washington, le régime avait décidé pour la troisième fois de se lancer dans une action militaire en dépit de ses faibles capacités opérationnelles et de son manque total de cohérence tactique et stratégique.

Retrouvé à Debaltsevo, complètement carbonisé, cet engin assez rare : un BTR-70 de commandement d’artillerie.

Cette décision a été prise par le secrétaire du Conseil national de sécurité et de défense, Oleksandr Turchinov, un des plus fervents partisans de la guerre à outrance contre les russophones du Donbass et contre le peuple russe en général, un pion essentiel des États-Unis en Ukraine. Il avait lancé, à la veille des pourparlers de Minsk, une attaque frontale contre les positions républicaines à l’est de Mariupol, profitant du repositionnement temporaire de certaines unités d’élite sur Debaltsevo, comme le 1er bataillon de Slaviansk. Il cherchait à la fois à provoquer un incident d’envergure pour faire capoter les entretiens à Minsk et entendait en même temps s’accorder une victoire facile. Une offensive qui, bizarrement, coïncida avec les tirs de BM-30 Smerch contre Kramatorsk… Le président Porochenko a donc dû céder au « parti de la guerre » qui dispose de la majorité à la Rada (et qui menaçait de le renverser) et il avait alors décidé de poursuivre les opérations militaires et de ne pas ordonner le retrait des forces ukrainiennes dans la poche de Debaltsevo. On connaît la suite : l’offensive d’hiver de Turchinov s’est arrêtée après seulement 7 km et les troupes de Kiev ont été taillées en pièces dans la poche de Debaltsevo, les rares qui ont pu en réchapper sont en piteux état…

Après François Hollande et Manuel Valls, Alain Juppé et Xavier Beulin !

FN Marianne

Communiqué du Front National

Le patron de la FNSEA, dans un entretien au Monde, prétend que nous « vendons de la peur » aux agriculteurs. Affirmation pour le moins étrange de la part d’un responsable qui est particulièrement bien placé pour connaître l’origine les causes bien réelles de la crise de notre agriculture.
Le FN est-il à l’origine du fiasco diplomatique qui a pousser la Russie à mettre en place un embargo sur nos produits agricoles et agroalimentaires qui nous prive de plus d’un milliard d’euros de débouchés par an ?
Le FN a-t-il institutionnalisé le dumping social entre pays membres de l’UE qui lamine la majorité de nos filières ?
Le FN est-il favorable à l’accord de libre-échange transatlantique (TTIP) négocié par Bruxelles, accord qui menace de mort la majorité de nos éleveurs ?
Le FN a-t-il voté en faveur des traités de libre-échange avec le Maroc et la Turquie qui massacrent nos filières fruits et légumes ?
Le FN a-t-il démantelé les quotas laitiers au risque de condamner nos éleveurs à produire à perte ?

Ces décisions sont dangereuses : elles ne sont pas le fruit d’un pseudo-fantasme populiste, comme le laissent entendre les tenants du système UMPS, et leurs conséquences menacent réellement la survie d’une majorité d’exploitation.
Il est donc tout à fait rationnel que les agriculteurs se tournent massivement vers ceux qui luttent à leur côté plutôt que vers ceux qui ont mis en place ces politiques assassines. Et tout à fait hypocrite de la part de Hollande, Valls, Juppé et consorts de sembler s’en étonner…

Éric Zemmour : « L’Ukraine est morte, mais il est interdit de le dire »

La situation en Ukraine est toujours inquiétante et instable, et Éric Zemmour n’est pas optimiste pour la suite.


Éric Zemmour : « L’Ukraine est morte, mais il… par rtl-fr

Marion Maréchal – Le Pen : « La majorité des actes antisémites en France sont le fait le jeunes musulmans, c’est une réalité »

Marion Marechal Le Pen

Marion Maréchal-Le Pen, députée du Front national élue dans le Vaucluse, était l’invitée des 4 vérités sur France 2. Elle a commenté l’actualité du moment dont la réaction du président du CRIF vis-à-vis de Marine Le Pen, la montée du communautarisme islamique en France, les élections départementales où le Front national est donné en tête, les questions de la ruralité et de l’agriculture de notre pays.


Marion Maréchal Le Pen – 24 février 2015 par hurraken75

Départementales : la montée du Front national est grande dans les zones rurales

FN départementales 2015

A Saint-Quentin, dans l’Aisne, de nombreux habitants se disent prêts à voter pour les candidats du Front national lors des élections départementales du mois de mars. Comme dans cette commune rurale, la désindustrialisation, le chômage et le sentiment de déclassement sont un terreau fertile pour la progression du mouvement présidé par Marine Le Pen.

Réforme territoriale : Valérie Laupies (FN) face à l’UMPS

Valérie Laupies

Thierry Bezer recevait samedi Valérie Laupies, membre fondateur du Collectif Racine, conseillère régionale Front national de PACA, sur France 3 pour un débat sur la nouvelle réforme territoriale dans l’émission « La Voix est Libre » sur France 3 Provence.


la voix est libre – Provence – Valérie LAUPIES… par bucch

L’indigne « bonus de bienvenue » du nouveau patron de Sanofi

Argent

Appels à la « morale » côté gouvernement, annonce « scandaleuse » pour les syndicats: après les « parachutes dorés » et les « retraites chapeaux », le « bonus de bienvenue » dont va bénéficier le nouveau patron de Sanofi, qui pourrait atteindre 4 millions d’euros, a suscité une salve de critiques lundi.

Olivier Brandicourt, dont la nomination a été annoncée jeudi, va bénéficier d’une prime d’accueil, pratique très répandue aux Etats-Unis, où l’on parle de « poignée de main en or » (« golden handshake »). Le nouveau dirigeant va recevoir une indemnité forfaitaire brute de 2 millions d’euros lors de sa prise de fonction début avril, et une autre du même montant en janvier 2016, s’il est toujours en poste à ce moment-là.

Sanofi, qui dispute à Total le titre de première capitalisation de la Bourse de Paris et réalise près de 34 milliards de chiffre d’affaires par an, a passé six mois sans directeur général, après l’éviction fin octobre de Chris Viehbacher. C’est finalement M. Brandicourt, médecin de formation actuellement à la tête des activités pharmaceutiques de Bayer, qui a été nommé jeudi.

Lire l’article en entier sur nouvelobs.com

Ukraine / Donbass : un front stabilisé mais toujours sous tension

Ukraine Donbass Debaltsevo FAN

Les témoignages émouvants, et accablants pour la junte, sur ce qu’ont enduré les civils du Donbass dans la poche de Debaltsevo commencent à être diffusés. Des mois de privations, d’humiliations, de tueries, d’arrestations arbitraires, de tueries, de pilonnages à l’artillerie lourde, rien n’a été épargné à ces hommes, ces femmes, ces enfants, ces personnes âgées soumises à l’arbitraire d’un régime totalitaire soutenu par les mondialistes. Et ce régime de Kiev continue de frapper avec son artillerie lourde les zones résidentielles des grandes villes du Donbass. Les escarmouches et les frappes d’artillerie (surtout ukrainiennes) se succèdent à certains endroits de la ligne de front. Le secteur nord de Debaltsevo-Gorlovka, de même que l’est de Mariupol sont désormais les deux zones où l’intensité des combats ne faiblit pas. Après l’explosion de Kharkov, les investigations hasardeuses et la propagande de la police politique kiévienne semblent mener tout droit, au fil des heures, à… Kiev !

Les accords de Minsk commentés par Xavier Moreau (cliquez sur la petite roue dentée en bas pour régler les sous-titres en français)

Le nombre total de personnes déplacées en Ukraine des suites de la guerre faite par le régime de Kiev aux populations du Donbass s’élevait à 1.042.100 personnes, selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés. En outre, il y aurait désormais 268.300 Ukrainiens demandeurs d’asile et 406.000 qui seraient réfugiées dans d’autres pays, dont la Russie. Voilà un des aspects du bilan humain d’un régime criminogène issu du coup d’Etat du Maïdan, un an après sa prise de fonctions.

Attentat de Kharkov : l’incohérence totale de la version de Kiev

Les partisans de Kharkov démentent toute implication dans l’attentat d’hier contre une manifestation d’extrême droite. Ils accusent le ministre des Affaires intérieures de l’Ukraine, Arsen Avakov, d’avoir monté le coup dans afin de lancer une opération antiterroriste dans la région de Kharkov.
Quatre victimes de l’explosion nécessitent encore des soins intensifs à l’hôpital de la ville. Un adolescent de 15 ans est mort aux urgences.
Avec l’affaire de Kharkov c’est toute la crédibilité du SBU, et par delà de l’antenne de la CIA qui est implantée dans les locaux de la police politique de la junte, qui est sur la sellette.
La seule vidéo que l’on connaisse de l’explosion a été mise en ligne sur Internet par Igor Rassokha, un agent du… SBU ! L’individu s’était fait connaître en organisant une unité paramilitaire au cours de l’été dernier destinée à éliminer physiquement toute personne soupçonnée de tendances « séparatistes » (comprendre : tous les opposants au régime de Kiev).
En un temps record (une heure après l’explosion, selon Markiyan Lubkivsky, responsable des relations publiques et conseiller du chef du SBU, l’Ukraino-américain Valentyn Nalyvaichenko), quatre personnes ont été arrêtées, mais leur identité n’a pas été révélée, alors que le secrétaire du Conseil national de défense et de sécurité, Oleksandr Turchinov, prétend que ces individus ont été « formés à Belgorod » en Russie. Le SBU affirme avoir saisi lors de perquisitions un RPO Shmel (photo). Des photos de ces investigations ont été prises de nuit de toute évidence, alors que les faits annoncés par le régime dateraient du début d’après-midi. Y-aurait-il eu des arrestations préventives de nuit ?

Selon le SBU, qui a filmé et mis en ligne cette vidéo, les suspects ont été arrêtés aux alentours de 15 heures (heure locale)…en pleine nuit ! Mais l’annonce de leur arrestation a été faite à 13h38, heure locale. L’incohérence est totale !

Justice : les Taubira-tés de la prison à la sauce hollandienne

Valls taubira

Christiane Taubira, l’inénarable gardienne des Sceaux de la Hollandie, ne veut plus de caricature du système judiciaire et des difficultés croissantes de l’adminsitration pénitentiaire. Elle ne veut que des faits, rien que des faits ! Grâce au concours bien involontaire d’Adeline Azan, ci-devant maire PS de Reims et ex-patronne du très gauchiste Syndicat de la magistrature (le « mur des cons » !), voici quelques exemples parmi tant d’autres de la justice Taubira dans les prisons de France et de Navarre.

Les faits sont têtus…

Justice taubira

Privés de sortie : l’Etat PS au chevet des jihadistes

_djihad-cazeneuve

Privés de sortie : c’est la dernière mauvaise blague que le ministre socialiste de l’Intérieur a trouvé pour lutter contre l’enrôlement de jihadistes sur le sol français en direction de l’Irak et de la Syrie. Alors que les réseaux islamistes se développent en France, que le contrôle sérieux de mosquées sulfureuses n’est toujours pas à l’ordre du jour, que les « services » pataugent dans la mélasse après la série d’attentats meurtriers de janvier, le pouvoir socialiste préfère gronder les canailloux qui auraient des velléités de jihadistes.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré qu’une quarantaine d’interdictions de sortie de territoire français sont actuellement en préparation pour des « présumés » jihadistes.

« Si des Français (sic) partent commettre des exactions en Irak et en Syrie, à leur retour, ils représentent un danger plus grand encore pour le territoire national et risquent de commettre des actes terroristes de grande ampleur », a-dit le ministre.

Certains candidats présumés au jihad ont été signalés par leurs proches, par le biais d’un numéro vert mis en place au ministère de l’Intérieur et d’autres ont été repérés lors des multiples enquêtes en cours, a-t-on précisé de source policière.

Source

Et il y a ceux qui retrouvent des copains dans les rangs d’al-Qaïda :

Au début de l’année 2014, Choukri passe du temps sur Internet. Progressivement, il change à force d’écouter les discours d’Omar Diaby, alias Omar Omsen, un recruteur jihadiste franco-sénégalais de 39 ans, actuellement en Syrie. Comme lui, il est originaire de la région niçoise. Le jeune de 19 ans se lance et décide de rejoindre la Syrie via la Turquie. «Ils sont partis à trois de la même barre d’immeubles», raconte son avocat à Nice Matin. «Tu vas être un seigneur de la guerre, les filles seront à tes pieds, t’auras une kalach’, ton territoire », lui dit-on alors.

Il retrouve 19 amis niçois en Syrie !

Sur place « l’apprenti jihadiste retrouve là-bas dix-neuf de ses copains, du même quartier de Nice ! Tous ont entre 14 et 19 ans » rapporte le journal niçois. Et puis la réalité de l’horreur de la guerre commence à s’inviter dans le quotidien du jeune jihadiste qui prend conscience qu’il sert de « chair à canon ».

Source