Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari. Partager la publication "Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Bruxelles 2014

Conférence de presse de Marine Le Pen à Bruxelles sur les alliances du FN au Parlement européen

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la présidente du Front National et députée française au Parlement européen, Marine Le Pen s’exprime sur son projet de constituer prochainement un groupe. D’ici à juillet, Marine Le Pen espère annoncer la naissance d’un groupe d’eurodéputés qui défendent une autre Europe afin de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Européennes / Intervention de François Hollande — Louis Aliot : «Je l’ai trouvé nul !»

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, était l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique, en partenariat avec LCI. Après l’intervention du président de la République qui a commenté les résultats des élections européennes en France, Louis Aliot a réagi  : «Je l’ai trouvé nul, Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen BFM politique 241113

Européennes 2014 : Marine Le Pen invitée de «Bourdin direct» sur BFM-TV

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National, était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin dans «Bourdin direct» sur BFM-TV. Elle a fait part de sa réaction au lendemain de l’intervention enregistrée, diffusée en différé aux Français par François Hollande qui a commenté les résultats des élections Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen réagit vivement à «l’erreur grossière» de l’agence Reuters !

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National A la suite d’une lourde erreur, l’agence Reuters a cru pouvoir indiquer que j’avais déclaré sur BFM-TV, envisager des alliances avec le Jobbik et l’Aube Dorée, j’ai déclaré exactement l’inverse, à la question posée par Jean-Jacques Bourdin : « Avec qui Lire l'intégralité de l'article

louis-aliot-sud-ouest-la-voix-est-libre-france3-lr-26-avril-2014

Européennes : réaction de Louis Aliot (FN) après l’intervention de François Hollande

Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, après l’intervention du président de la République, François Hollande, qui a diffusé un message enregistré depuis l’Élysée à 20 heures hier soir pour commenter les résultats des élections européennes. Louis Aliot : «On l’a vu pendant Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)

25 mai 2014 – Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National au soir des résultats des européennes en France sur le plateau de France 2 dédié à l’événement. Partager la publication "Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Européennes / Louis Aliot (FN) : «Nous allons continuer à dialoguer avec les Français et nous implanter sur le territoire»

Interview de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, dans «Europe 1 matin», une émission animée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1. «Tout est encore à faire (…) Nous allons continuer à faire ce que nous faisons : dialoguer avec les Français et nous implanter Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Grâce aux Français, 24 députés FN siègeront au Parlement européen !

Résultats des élections européennes 2014 pour les candidats du Front National : Nord-Ouest : 10 sièges à pourvoir 5 sièges Marine Le Pen (FN) : Mme Marine Le Pen (FN), M. Steeve Briois (FN), Mme Mylène Troszczynski (FN), M. Nicolas Bay (FN), Mme Sylvie Goddyn (FN) Ouest : 9 sièges Lire l'intégralité de l'article

Selon Sergueï Lavrov, les sanctions renforceront l’indépendance de la Russie

Les sanctions occidentales contre la Russie contribueront à rendre la Russie plus indépendante, a déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Après le rattachement en mars dernier de l’ex-république ukrainienne de Crimée à la Russie, les États-Unis et l’Union européenne ont décrété des sanctions contre Moscou, accusé d’envenimer le conflit en Ukraine. Moscou a pour sa part à plusieurs reprises souligné que le langage des sanctions n’était pas de mise avec la Russie.

« Les sanctions n’atteignent que rarement leurs objectifs, et elles n’atteindront pas leur but dans le cas de la Russie (…). Je vous assure que nous surmonterons les difficultés qui surgiront dans certains secteurs de l’économie. Il est également probable que nous deviendrons plus indépendants et plus confiants dans nos forces, ce qui sera également bénéfique », a affirmé Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, au cours d’une conférence de presse.

Source : RIA Novosti

Ukraine / Donbass : Kiev met la pression sur ses troupes pour en finir avant l’automne

La situation dramatique des populations ukrainiennes du Donbass soumises à une politique d’éradication qui s’apparente à du nettoyage ethnique aurait-elle enfion atteint les consciences supérieures de ceux qui font la pluie et le beau temps au sein des gros médias occidentaux ? Outre le changement de ton de façon radicale en ce qui concerne le Boeing de la Malaysia Airlines (on parle désormais d’avion « probablement abattu accidentellement » et que « les États-Unis ne savent pas exactement » qui a lancé le missile), voilà que Le Monde s’y met aussi en évoquant en détail l’enfer des civils à Donetsk soumis aux pilonnages incessants des forces de Kiev. Après la chute du gouvernement Yatseniuk et la naissance d’une vague de contestation au sein de l’opinion publique ukrainienne, on assiste peut-être au début d’une évolution dans ce conflit en défaveur de ceux que l’on a placé à Kiev en février dernier. Mais il ne faut pas se leurrer : la guerre se poursuit, elle sera longue, difficile et meurtrière.

Elle allait avoir 24 ans, son bébé 10 mois. Tous ceux qui soutiennent le régime kievien ont ces morts sur la conscience… s’ils ont une conscience.

Elle allait avoir 24 ans, son bébé 10 mois. Tous ceux qui soutiennent le régime kievien ont ces morts sur la conscience… s’ils ont une conscience.

Le Monde, dans son numéro daté du 28 juillet, affirme que les forces de Kiev commettraient des crimes de guerre… Cet indeffectible suppot de la propagande occidentale la plus russophobe, cette référence incontournable de la caste des nantis, se serait-il mis à faire du vrai journalisme ? Ou s’agit-il d’une forme de rééquilibrage cynique du discours dominant ? La question mérite d’être posée.
Une envoyée spéciale à Donetsk raconte par le menu l’enfer vécu par les habitants sous le feu de l’armée ukrainienne : « Pour les autorités ukrainiennes, reprendre la capitale du Donbass est une priorité. Elles ont promis de ne pas bombarder la ville (…) mais dans un rapport publié le 25 juillet l’organisation Human Rights Watch (HRW) prend Kiev en défaut : « Selon des indices concordants, l’armée ukrainienne est à l’origine de tirs de roquettes qui ont causé la mort d’au moins 16 civils depuis le 12 juillet. Ces tirs de roquette sont si imprécis que leur usage systématique est proche du crime de guerre selon HRW ; une Ukrainienne, Nadia, qui avait voté lors du référendum pour l’indépendance du Donbass, constate qu’elle n’a plus que le choix suivant : fuir (vers la Russie comme 515.000 réfugiés selon l’ONU) ou mourir sous les tirs ukrainiens et elle ajoute : « Comment voulez-vous qu’on vive avec des gens qui nous tuent ? » Répondre à des référendums autonomistes par une guerre civile sans merci n’est effectivement pas le meilleur moyen pour l’Ukraine de sauver son unité ! Mais ne nous y trompons pas : les rapports d’HRW sont généralement dépourvus de toute sincérité, l’ONG américaine ayant toujours privilégié tactiques et calculs sur l’engagement humaniste.

Désinformation kievienne

cliquez pour agrandir

Voici une carte de la situation militaire relativement cohérente quant aux derniers événements sur le terrain.

Une offensive sur les réseaux sociaux de la part du camp atlanto-mondialo-bandériste s’est développée ces derniers jours par des annonces reprises à la chaîne, aussi tonitruantes que surprenantes, concernant l’évolution du front du Donbass. Via Facebbok, VKontact, Twitter, entre autres, on nous explique doctement qu’un effondrement général de la résistance de Nouvelle Russie est en train de se dérouler, suite à la prise les unes après les autres de localités stratégiques entre Lugansk et Donetsk (et même la prise de contrôle du site du crash du Boeing !). Et, bien entendu, la grosse presse occidentale gobe !
Jusqu’à présent, même avec un certain nombre de différences notables, les comptes rendus des opérations, de la part du camp ukrainien comme des forces indépendantistes, se recoupaient globalement les unes aux autres, parfois avec un jour ou deux de décalage. Or, dans ce cas précis, toutes les informations diffusées par les partisans de la junte kievienne et de l’atlantisation de l’Ukraine, ne sont non seulement pas recoupées avec celles de la partie adverse, mais aucune vidéo, ni la moindre image, ne viennent confirmer ces allégations. Elles sont même toutes contredites par des éléments probants (photos, vidéos) en provenance des indépendantistes.
Et comme par grand hasard, ces affirmations proviennent quasiment toutes du Conseil national de défense et de sécurité de l’Ukraine, dont le responsable est le néonazi pro-américain Andriy Parubiy et la directrice de la communication, une ancienne journaliste de Voice of America (tout un programme !). En fait, il y a fort à parier que Kiev et ses alliés occidentaux viennent de lancer, ces dernières 72 heures, une vaste offensive de désinformation médiatique via les réseaux sociaux, dans le but à la fois de démoraliser l’adversaire, mais aussi pour pouvoir s’assurer de la continuité du soutien de Washington à un moment où le pays est entré dans une crise politique majeure.

Nikolaiv : manifestation pacifique contre les conditions dans lesquelles ont été envoyés au front et abandonnés par Kiev les soldats de la 79e brigade aéromobile, totalement détruite dans le chaudron. Pour toute réponse, Porochenko envoie ses flics molester ces mères, ces sœurs, ces épouses.

Un jihadiste « français » interpellé au Maroc

jihad-Islam-MuslimsLes autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir interpellé à Tanger un jihadiste qui s’apprêtait à rentrer en France pour enrôler de nouveaux combattants pour le Front al-Nosra, branche officielle d’al-Qaïda en Syrie.

C’est sur le port de Tanger-Med que l’homme a été arrêté par les forces de l’ordre marocaines samedi dernier alors qu’il s’apprêtait à regagner la France. D’après le ministère de l’Intérieur du pays, le combattant islamiste était arrivé cinq jours plus tôt de Libye, où il avait pris contact avec des dirigeants de l’organisation terroriste Ansar Ashariaa.
Après avoir combattu en Syrie dans les rangs du Front al-Nosra, le jihadiste avait été « sommé de retourner en France pour y embrigader de nouveaux combattants » et « était aussi chargé d’apporter le soutien logistique et financier nécessaire », précise le communiqué du ministère de l’Intérieur marocain.
Ce jihadiste « français », dont l’identité n’a pas été révélée, n’est pas un novice. D’après les autorités marocaines, il avait déjà « combattu dans les rangs d’al-Qaïda dans la région afghano-pakistanaise après une expérience similaire en Bosnie ».

Source : franceinfo.fr

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Marine Le Pen - 2014

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en particulier de l’opération militaire décidée en 2011 par Nicolas Sarkozy et sa muse BHL, et soutenue par le parti socialiste.

PS et UMP, inféodés dans leurs choix de politique étrangère aux États-Unis, ne peuvent échapper aux légitimes explications qu’ils doivent aux Français, et faire l’analyse des conséquences dramatiques de leurs erreurs.

L’instabilité actuelle de la Libye donne malheureusement raison aux analyses du Front National, qui déjà à l’époque alertait sur les dangers d’une prise de pouvoir des islamistes, à savoir : la dislocation du pays, l’instauration de la charia et la disparition de l’État libyen.

Conséquence secondaire mais toute aussi dramatique : l’explosion de l’immigration clandestine vers l’Europe et la France, et son cortège de drames humains, notamment en mer Méditerranée.

Les responsables de telles erreurs sont évidemment disqualifiés pour prétendre une nouvelle fois aux destinées de la France. Seule la reconnaissance de leurs fautes constituerait une attitude digne et recevable.

Nazaréen !

Gilbert CollardBillet d’humeur de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard

En Irak, à Mossoul, en ce moment, dans ce drôle d’été des haines et des guerres, les jihadistes exterminent des chrétiens, nos frères d’âme, seuls au monde dans les vacances de l’imprévisible, et cela en toute impunité, en toute indifférence des consciences, des micros, des caméras, des sermonneurs en onde. C’est ici, un jour ce sera là, il en est ainsi des horreurs qu’on laisse faire et qui sonnent le glas sans qu’on l’entende.
L’ONU dénonce un crime contre l’humanité ! Quelle humanité ? Elle ne préoccupe personne, c’est une humanité humble, silencieuse, massacrée, persécutée, humiliée : même une partie des chrétiens est en vacances, même les belles âmes habituellement prolixes se taisent, occupées, sans doute, à préparer les indignations de la rentrée, un petit billet par-ci, une petite chronique par-là, un bon point ici, un mauvais point là, un fasciste ici, un raciste là. Et les républicains, toujours en train de républicaniser, que font-ils à l’image de Bernard Cazeneuve le républicain d’office des sacristies médiatiques où il récite ses patenôtres républicaines ? Un tweet ainsi rédigé, puis effacé : « Quand on est républicain, on ne distingue pas entre les enfants de Gaza, les chiites de Mossoul et les jeunes syriens. » Et les chrétiens persécutés, les milliers qui fuient Mossoul, le républicain, il s’en moque, il les oublie !

Vol AH 5017 d’Air Algérie : un chef du Hezbollah, ses gardes du corps et des agents de la DGSE parmi les passagers

Même s’il faut être d’une extrême prudence, il est probable qu’un haut responsable du Hezbollah, le parti chiite libanais allié de Bachar al-Assad, et plusieurs de ses gardes du corps auraient été tués dans le crash du vol AH 5017 d’Air Algérie, jeudi dernier, dans lequel 116 personnes, dont 19 Libanais, ont péri, rapporte dimanche le site israélien Walla, se basant sur des informations de responsables français du renseignement. Il y aurait en outre au moins 33 militaires français dont trois fonctionnaires de la DGSE, le renseignement extérieur français.

À ce stade de l’enquête aucune piste n’est écartée. Bien que la possibilité d’un tir de missile semble peu probable, la présence d’une bombe humaine à bord de l’avion n’est pas à exclure.

En août 2013, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) avait promis de frapper le Hezbollah après un attentat qui avait coûté la vie à 45 jihadistes sunnites à Tripoli, au Liban. L’attaque la plus meurtrière depuis la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990).

Source, ici et ici

Responsable de la mort de cinq personnes, le routier récidiviste avait consommé de la cocaïne !

Valls taubiraLe chauffeur du poids lourd responsable de l’accident qui a fait cinq morts, dont trois enfants, vendredi dans la Meuse, était sous l’emprise de stupéfiants. Les dernières analyses toxicologiques ont en effet indiqué samedi qu’il avait consommé de la cocaïne quelques heures avant de prendre le volant.

« Nous aurons besoin de nommer un expert en toxicologie pour savoir quelles conséquences a pu avoir sur le comportement du conducteur la prise de cocaïne », a déclaré le procureur de Bar-le-Duc, Rémi Coutin.
Ce routier avait perdu vendredi le contrôle de son camion qui avait alors traversé le terre-plein central avant de percuter le véhicule des cinq victimes. Seul survivant de l’accident, il est toujours hospitalisé et se trouve dans un état préoccupant.
Selon Gwenaelle Etienne, substitut du procureur de Bar-le-Duc en charge du dossier, l’homme avait déjà été condamné par la justice pour des infractions liées à la prise de stupéfiants. En 2007, il avait notamment été condamné pour conduite après usage de drogues.
Les victimes, qui se rendaient dans les Landes, étaient deux sœurs de 35 et 41 ans, ainsi que trois enfants de 7 et 13 ans, deux sœurs et leur cousin. Samedi, le compagnon d’une des deux adultes tuées dans l’accident a mis fin à ses jours.

Source : franceinfo.fr

Réforme territoriale : les grands féodaux imposent leurs élus

Florian PhilippotCommuniqué de Florian Philippot

Le vote hier par l’Assemblée nationale du premier volet de la réforme territoriale (carte des régions + nouvelles dispositions électorales) forme un premier aveu sur les motivations mensongères ayant entouré cette réforme.

En effet, alors qu’il était initialement question de faire des économies sur la réduction du nombre d’élus régionaux, il apparaît au terme des débats que le plafond de 150 élus par grande région a été remplacé par une addition stricte des élus régionaux actuels. De fait, pas un seul siège de conseiller régional ne sera supprimé. Pire, le coût de ces élus pour le contribuable devrait même logiquement augmenter, puisque le traitement de ces derniers dépend de la taille des régions.

Les grands féodaux qui sont à la manœuvre viennent donc de faire une première démonstration de force.

Aucune économie ne sera faite sur le nombre d’élus, pas plus qu’il n’y en aura sur les dépenses de fonctionnement ou les transferts de compétences, qui surviendront dans le deuxième volet de la réforme.

Cette réforme est strictement politique : elle vise à diviser la France en grosses régions, sur le modèle allemand, suivant en cela les injonctions de l’Union européenne.

L’État en sortira extraordinairement affaibli. Les logiques féodales qui, on le voit, s’imposent déjà à l’Assemblée nationale, présideront aux futures politiques mises en œuvre dans nos territoires. Le coût financier pour les Français s’annonce exorbitant, le coût politique pour la France incalculable.

En voulant faire de la région une simple instance de coordination entre départements, sans élus propres ni structures administratives parallèles, et en voulant renforcer le département dans ses attributions et compétences de proximité, en lien avec l’État, le Front National propose une réforme territoriale qui a un vrai sens politique pour la France, et un véritable impact en matière d’économies réalisées.

Réaction du Front National à l’augmentation des chiffres du chômage en juin

Front National flammeCommuniqué du Front National

Les très mauvais chiffres du chômage au mois de juin (+0,3%, soit 9 400 demandeurs d’emploi supplémentaires pour la seule catégorie A) illustrent une nouvelle fois la dégradation continue de l’emploi dans notre pays et l’incapacité alarmante du gouvernement à remettre l’économie française sur les voies de la croissance.

Il y a deux semaines encore François Hollande assurait aux Français, stupéfaits par un tel degré de déconnexion, que la « reprise était là », allant à l’encontre de tous les indicateurs économiques disponibles qui montrent, au contraire, un nouveau reflux de l’activité.

Pire, mois après mois, la politique prétendument ambitieuse du « Pacte de responsabilité » se révèle être une escroquerie phénoménale. Aucune relance des embauches n’est finalement attendue pour compenser les baisses massives de charges accordées aux grandes entreprises. En conséquence, non seulement le chômage ne baissera pas, mais les comptes publics vont continuer à se dégrader faute de rentrées fiscales.

L’économie française souffre pourtant de maux clairement identifiés : une monnaie trop chère et inadaptée, qui asphyxie son dynamisme et sa compétitivité ; une ouverture totale des frontières aux vents de la mondialisation sauvage ; et une absence de stratégie d’État pour préparer l’avenir, conformément aux besoins et aux intérêts du pays.

Seul le Front National propose d’entreprendre les réformes structurelles nécessaires à la relance de l’emploi et de la croissance, et d’amorcer enfin un changement radical de modèle économique.

Ukraine / Donbass : Kiev bloque l’enquête sur le crash du Boeing

La démocratie « proeuropéenne » des amis de Fabius, Fourest, BHL et Obama… Une maman et son bébé tués nets aujourd’hui à Gorlivka. Seuls des malades mentaux peuvent soutenir une telle chose.

Les forces armées ukrainiennes ont lancé une importante attaque contre les combattants indépendantistes, depuis vendredi, afin de s’emparer de la zone où l’avion de la Malaysia Airlines a été abattu. Il s’agit bien évidemment de gêner l’enquête, voire de l’empêcher, Kiev et Washington ne voulant surtout pas que les investigations soulèvent des éléments gênants et compromettants pour eux… D’ailleurs, l’intensification des combats a entraîné le report de l’arrivée sur place d’une équipe de policiers néerlandais et australiens devant entamer des recherches sur les débris de l’appareil et sur les corps toujours sur place. Et pendant ce temps-là, les troupes de la junte continuent de cibler, par leurs tirs d’artillerie, en priorité les civils innocents.

A la frontière avec l’Ukraine, la Russie a mis en place une sorte de corridor humanitaire pour faire évacuer les soldats ukrainiens blessés dans le chaudron et qui se rendent sans armes sur son territoire. La politique de Vladimir Poutine est à l’inverse de celle de la junte à Kiev et de Washington qui ne pensent qu’à massacrer tant et plus leurs semblables.

Une intervention russe, tôt ou tard, est de toutes manières inévitable, ce qui explique à la fois l’accélération de la diabolisation de Vladimir Poutine dans les médias occidentaux et l’accroissement des multiples provocations de la part du camp occidental (pilonnages des civils, affaire du crash du Boeing…).
Mais Poutine va encore attendre avant d’intervenir. Il mise sur la baisse de popularité de l’actuel pouvoir en Ukraine, et les derniers soubresauts à Kiev semblent lui donner raison. Il semble que la population de l’Ouest, au départ très anti-russe et américanolâtre, affiche des signes de lassitude en ne voyant aucune amélioration du quotidien se manifester, et se rend bien compte que la liberté d’expression n’est plus qu’un vague souvenir, sans compter les outrances et autres exactions des bandes armées d’extrême droite qui se sont démultipliées ces derniers mois, ces nervis se croyant tout permis, même envers leurs compatriotes les plus russophobes. Si cela continue ainsi, cette même population qui a porté au pouvoir les actuels responsables de la junte, contre l’avis de la majorité des Ukrainiens, pourrait à son tour se retourner contre le pouvoir en place dès la fin de l’été, à l’automne, voire cet hiver. Une crise énergétique s’annonce, une flambée des prix aussi et un écroulement du niveau de vie. Les mesures de casse sociale et économique de feu le gouvernement Yatseniuk, en faveur de l’harmonisation européo-états-unienne, ont mis de facto en place les conditions d’une implosion sociale de la société ukrainienne. Mais pour le Kremlin, la situation n’est pas encore mûre.
Elle ne l’est pas non plus encore au Donbass qui, contrairement à la Crimée, ne présente pas de majorité suffisamment importante pour justifier une intervention armée. Pour le moment, il n’y aurait que 60% d’opinion publique en faveur d’un acte majeur de la Russie sur le sol ukrainien. Là encore, Poutine attend que la population fasse preuve d’un rejet massif devant les exactions kieviennes et il faut espérer que la Nouvelle Russie tiendra encore quelques mois.
Par ailleurs, en Russie même, une forte campagne médiatique en vue de justifier une future intervention russe est en ce moment sur les rails, alors que Washington, qui voit le coup venir, va tenter de renouveler l’équipe au pouvoir à Kiev avant qu’elle ne tombe dans un discrédit généralisé.

Tenir le Donbass

La suite de la bataille du Donbass dépendra des capacités de résistance de la zone nord, notamment du secteur de Gorlivka, mais aussi de la rapidité des forces indépendantistes à réduire définitivement et surtout rapidement les dernières poches du chaudron, secteur qui mobilise en ce moment énormément de moyens notamment en artillerie. Des capacités opérationnelles qui pourraient être utilisées sur le secteur nord, notamment.

cliquez pour agrandir

Dans la partie la plus au sud du chaudron, Kiev a maintes fois tenté de briser l’encerclement, mais n’a jamais engagé les moyens nécessaires, préférant maintenir la pression au nord sur Gorlivka et à l’ouest sur Donetsk. Car l’objectif du commandement opérationnel ukrainien est de prendre Donetsk par le nord, via Gorlivka, ville de quelque 300.000 habitants. Aussi, le sacrifice de trois brigades de l’armée et d’un « bataillon » de la agrde nationale, semble être pour la junte le prix à payer. Dans le chaudron, cela semble avoir été compris : hier, 41 soldats ukrainiens, essentiellement de la 72e brigade, se sont rendus aux forces russes en passant la frontière à Izvarino.

Une position de ce qui reste de la 72e brigade mécanisée vers Amvrossiivka…Attention, images très dures.

Face aux difficultés croissantes que rencontrent les forces de Kiev, Washington entend s’impliquer encore plus dans ce conflit. Les troupes ukrainiennes utilisent désormais un radar de détection terrestre des mouvements (sans doute à effet Doppler) afin d’être en mesure de cibler les groupes armés indépendantistes bien camouflés. Ces systèmes sont naturellement américains. De plus, le Pentagone et les agences de renseignement américaines élaborent des plans qui permettraient à l’administration Obama de fournir les coordonnées des systèmes sol-air et des batteries d’artillerie contrôlés par les forces indépendantistes afin que les forces ukrainiennes les détruisent plus facilement.

Poussée au nord par le centre : Pervomaisk, à quelques kilomètres à l’est de Popasna, subit une attaque depuis cette nuit. Plusieurs sources russes et ukrainiennes affirment que Shakhtarsk et Torez seraient sous le contrôle des forces de Kiev et approcheraient de Snizhne, non loin de la zone du crash, à mi-chemin entre Lugansk et Donetsk. L’objectif est d’empêcher les enquêteurs de travailler sur le site du Boeing de la Malaysia Airlines. Informations non vérifiées.

Toute cette journée de dimanche, les propagandistes atlantistes n’ont cessé de diffuser de fausses nouvelles sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, VK…) : tout le secteur central de Shakhtarsk, Torez et Snizhne serait passé entre les mains des forces ukrainiennes. En regardant la vidéo ci-dessous, on n’a plutôt le sentiment inverse. La zone est calme et sous contrôle de la milice, qui est appuyée par des T-64BV et des BMP-2.  La milice a même des lanceurs Grad sur le secteur…

Nouvelle hausse du chômage en juin

Hollande chomage pour tous gouvernement valls 2014Les chiffres du chômage pour le mois de juin viennent d’être dévoilés par le ministère du Travail et Pôle Emploi… Sans grande surprise, ils ne sont pas bons…

En juin, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 3.398.300 en France métropolitaine fin juin 2014, un nouveau record… Ce nombre est en hausse par rapport à la fin mai 2014 (+0,3%, soit +9.400). Sur un an, il croît de 4,0%.
Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en activité réduite (catégories B et C) s’établit à 1.644.900 en France métropolitaine fin juin 2014 : sur un mois, il augmente de 0,1% pour l’activité réduite courte (catégorie B, +5,4% sur un an), et de 1,3% pour l’activité réduite longue (catégorie C, +9,2% sur un an). Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5.043.200 en France métropolitaine fin juin 2014 (5.343.100 en France y compris Dom). Ce nombre est en hausse de 0,5% (+23.000) au mois de juin. Sur un an, il augmente de 5,1%. Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi en catégories D et E s’établit à 676.200 en France métropolitaine fin juin 2014. En juin, le nombre d’inscrits en catégorie D baisse de 0,6% et le nombre d’inscrits en catégorie E augmente de 0,6%.
Selon le ministère du travail, des signes positifs sont visibles : le nombre de jeunes demandeurs d’emploi en catégorie A diminue en juin (-1.400), confirmant une tendance débutée au deuxième semestre 2013. En un an, le nombre de demandeurs de moins de 25 ans en catégorie A a diminué de -3,5%. La situation des seniors continue, en revanche, à se dégrader malgré une évolution mensuelle moyenne moindre au second trimestre 2014 (+6.400 en moyenne/mois entre avril et juin, contre +8.300 en moyenne/mois entre janvier et mars 2014). Ces chiffres confirment une reprise fragile au second trimestre 2014, en ligne avec les prévisions de croissance de l’Insee pour le premier semestre. Comme chaque mois il convient de les interpréter avec prudence s’agissant d’évolutions très volatiles, explique le communiqué.

Source : boursier.com

Louis Aliot (FN) : «Nous n’avons pas à subir les haines héritées du conflit israélo-palestinien»

Louis AliotLouis Aliot répond au chercheur Jean-Yves Camus, qui voyait dans le silence de Marine Le Pen sur les émeutes de Barbès le signe d’un malaise au FN sur la question israélo-palestinienne. Pour le vice-président du parti, la position du FN est claire.

Dans un entretien au Figaro du 22 juillet 2014 le chercheur Jean-Yves Camus s’étonne du silence du Front National sur les événements de Sarcelles et Barbès avec une analyse qui me paraît totalement erronée.

Non, le Front National n’est pas resté silencieux sur ces événements puisque le 19 juillet Wallerand de Saint-Just leader de notre mouvement en Ile-de-France communiquait sur les émeutes et que Florian Philippot évoquait largement le sujet à la télévision le 21 juillet.

Remarquons d’abord que ces événements se multiplient puisque désormais la moindre manifestation en France se termine par des heurts comme pour le PSG ou la Coupe du monde récemment et très souvent dans nos quartiers après des interventions policières. Tout devient prétexte à défier l’ordre républicain français et à semer la perturbation.

Ensuite et en ce qui concerne les attaques de synagogues, afin de bien prendre la mesure du problème posé, dois-je rappeler que nous vivons dans le pays du gang des barbares, de Mérah, et que le tueur du musée juif de Bruxelles était aussi un Français dans une actualité marquée par l’embrigadement de centaines d’individus à la carte d’identité bien française qui quittent nos quartiers pour aller faire le jihad. La faute à qui?

Lire la suite sur lefigaro.fr

Réforme du droit des étrangers : les pyromanes appliquent leur programme

affiche_vote_etrangersPar Gabriel Robin

Nous sommes mauvaises langues d’accuser François Hollande de ne pas tenir ses promesses de campagne. La France est toujours en récession, la République n’est pas plus « apaisée » qu’exemplaire mais le planning des réformes « sociétales » est respecté avec la plus grande fermeté.

Le mariage homosexuel a été voté, nulle manifestation n’aurait pu s’y opposer ; le « gender » est en chantier et tout est fait pour que cette théorie s’impose dans les écoles ; quant à la réforme de la justice voulue par Christiane Taubira, elle s’appliquera à tous sauf à Anne-Sophie Leclère. Bref, Terra Nova et la fondation Jean-Jaurès sont satisfaites, le calendrier est tenu. La libéralisation s’impose tant dans les mœurs que dans le champ économique, avec l’annonce de la reprise des mesures préconisées par Jacques Attali dans son « Rapport pour la libération de la vie économique ».

Pour faire suite à ces grands travaux de destruction de la France historique, et après le fameux « Rapport sur l’intégration » ou le CV anonyme, vient maintenant la réforme du droit des étrangers.

Lire la suite sur bvoltaire.fr

Ukraine / Donbass : crise politique à Kiev

Ces femmes ukrainiennes protestent pour que leurs maris, leurs fils, leurs frères, leurs pères ne soient pas envoyés à l’abattoir dans le Donbass pour défendre les intérêts mondialistes et oligarchiques de la junte au pouvoir.

Le drame du vol d’Air Algérie, qui s’est écrasé au Mali jeudi 24 juillet, fait passer au second plan celui de la guerre civile en Ukraine. Une info chasse l’autre, c’est la règle de la surinformation médiatique de ce début de millénaire. Pour autant, l’instrumentalisation du crash du Boeing et la Malaysia Airlines et ses quelque 300 disparus, dans le seul but de stigmatiser de façon odieuse les indépendantistes russophones du Donbass et la Russie à des fins de tactique géopoliticienne, se poursuit. Dans cette dramatique affaire, comme dans d’autres précédemment, on est désigné coupable parce qu’on est le fautif idéal pour orienter les masses. Et le « quart d’heure de la haine », servit par des médias aux ordres, fait office de curée où la vérité n’a pas droit de cité.
Pour autant, la désinformation n’a jamais pu empêcher les événements d’évoluer dans un sens ou dans un autre. La crise politique à Kiev qui vient d’apparaître au grand jour, alors qu’elle couvait depuis des semaines, sinon des mois, au sein de cette improbable alliance de la carpe et du lapin qu’était la coalition « proeuropéenne », ouvre une nouvelle ère d’instabilité dans le pays qui profitera immanquablement aux indépendantistes du Donbass, alors que les forces ukrainiennes enregistrent une série de déboires qui devraient alarmer un commandement opérationnel qui n’est pas à la hauteur de la tâche qui lui a été assignée.

Crise à Kiev. Les premiers soubresauts de la politique « proeuropéenne » viennent d’apparaitre au grand jour. Le Premier ministre ukrainien Arseny Yatseniuk a annoncé jeudi 24 juillet sa démission après la désintégration de la coalition parlementaire « Choix européen » créée en février dernier à l’occasion du coup d’Etat qui a renversé un président, certes mauvais, mais démocratiquement élu et reconnu internationalement. Plus tôt dans la journée les fractions parlementaires Udar et Svoboda (extrême droite) et une série de députés non-inscrits et de parlementaires de la fraction Batkivchtchina (Patrie) ont annoncé leur sortie de la coalition parlementaire, ce qui mènera immanquablement à la dissolution de la Rada suprême. En vertu de la loi, si aucune nouvelle coalition n’est créée dans un délai d’un mois, le président est habilité à mettre fin aux compétences de la Rada. Des législatives anticipées pourraient être fixées au 26 octobre. La situation rappelle les interminables conflits politiques au sein de l’équipe pro-occidentale après la Révolution orange de 2004…

Ivano-Frankivsk (ouest de l’Ukraine) : le mouvement civique de protestation contre la manière dont est menée la guerre dans le Donbass par la junte s’étend

Il s’agit d’une crise majeure dans un contexte de guerre civile de la part d’une majorité qui a non seulement engagé ce conflit meurtrier contre son propre peuple, mais qui soutient un gouvernement totalement illégitime depuis le putsch de l’hiver dernier. Pour l’heure, le pouvoir en place n’a plus de majorité parlementaire et les actions de répression dans l’Est et le Sud-Est du pays se poursuivent sans la moindre légitimité, ni le moindre lien politique, hormis la présidence.

Il faut se rappeler que cet ex-Premier ministre « par intérim », avait accumulé les bévues pendant des mois : après s’être auto-qualifié de « pire Premier ministre de toute l’histoire de l’Ukraine » dès sa nomination après le putsch, Arseny Yatsenuk avait qualifié ses concitoyens du Donbass de « sous-hommes », après avoir vidé les caisses du Trésor afin de payer ceux grâce à qui il était devenu chef du gouvernement. Dernièrement encore, il a déclaré que tout ceux qui protestaient contre un abaissement des prestations sociales étaient des « agents russes qui ont été envoyés il y à des dizaines d’années auparavant Ukraine »… En presque 6 mois, ce gouvernement « par intérim », remanié partiellement en juin après la nomination à la présidence de Petro Porochenko, aura réussi à faire chuter le PIB de 3% et augmenter l’inflation de 11,6%, supprimer les libertés publiques fondamentales (y compris linguistique et religieuse) et déclencher une guerre civile aux conséquences incalculables. Comme il ne pouvait sans doute pas faire descendre son pays plus bas, Yatseniuk a préféré démissionner.

Cette dissolution gouvernementale et cette désagrégation parlementaire préfigurent un chaos politique qui intervient de facto dans un contexte très particulier : les forces répressives n’arrivent toujours pas à avoir le dessus sur les indépendantistes, malgré de timides avancées sur le flanc nord. Pire : Kiev a décidé de sacrifier pas moins de quatre unités (trois de l’armée, une de la garde nationale) dans le chaudron frontalier, et le mouvement de contestation contre la conscription forcée s’étend dans l’ensemble du pays.

Valentyn Nalivaichenko, le très américanolâtre chef de la police politique, le SBU, a rapporté à Porochenko que du 12 au 19 juillet, le taux de désertion dans l’armée et dans la garde nationale avait augmenté de 43%, pour 25% la semaine précédente. Le taux de soldats portés disparus a augmenté de 47%, alors que la semaine précédente il était de 10%. Remarque ubuesque écrite à la main de Porochenko : « Continuez jusqu’à la victoire » !

La situation militaire le 24 juillet

Réforme territoriale : moins de régions mais toujours autant d’élus !

Alors que le nombre de régions passera de 22 à 13, le nombre de conseillers régionaux, prévu initialement pour baisser, restera le même.

L’amendement, déposé par Carlos da Silva, le rapporteur du texte, et adopté dans la soirée du vendredi 18 juillet, a supprimé le plafonnement du nombre d’élus régionaux, permettant ainsi aux conseils régionaux de garder leurs effectifs actuels, alors que le nombre de régions passera de 22 à 13. Le plafonnement, initialement prévu par le gouvernement, devait supprimer 248 postes de conseillers régionaux, portant leur nombre total à 1 509.
Des économies d’échelles et de moyens, telle était la promesse du Premier ministre Valls sur cette importante réforme territoriale. Pourtant, si le texte prévoit la fusion ou la mutualisation des services publics régionaux, il en sera autrement des élus. Les conseillers régionaux seront toujours aussi nombreux (1 757 conseillers) alors que le nombre de régions sera presque divisé par deux.

Source : ouest-france.fr