Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari. Partager la publication "Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Bruxelles 2014

Conférence de presse de Marine Le Pen à Bruxelles sur les alliances du FN au Parlement européen

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la présidente du Front National et députée française au Parlement européen, Marine Le Pen s’exprime sur son projet de constituer prochainement un groupe. D’ici à juillet, Marine Le Pen espère annoncer la naissance d’un groupe d’eurodéputés qui défendent une autre Europe afin de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Européennes / Intervention de François Hollande — Louis Aliot : «Je l’ai trouvé nul !»

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, était l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique, en partenariat avec LCI. Après l’intervention du président de la République qui a commenté les résultats des élections européennes en France, Louis Aliot a réagi  : «Je l’ai trouvé nul, Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen BFM politique 241113

Européennes 2014 : Marine Le Pen invitée de «Bourdin direct» sur BFM-TV

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National, était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin dans «Bourdin direct» sur BFM-TV. Elle a fait part de sa réaction au lendemain de l’intervention enregistrée, diffusée en différé aux Français par François Hollande qui a commenté les résultats des élections Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen réagit vivement à «l’erreur grossière» de l’agence Reuters !

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National A la suite d’une lourde erreur, l’agence Reuters a cru pouvoir indiquer que j’avais déclaré sur BFM-TV, envisager des alliances avec le Jobbik et l’Aube Dorée, j’ai déclaré exactement l’inverse, à la question posée par Jean-Jacques Bourdin : « Avec qui Lire l'intégralité de l'article

louis-aliot-sud-ouest-la-voix-est-libre-france3-lr-26-avril-2014

Européennes : réaction de Louis Aliot (FN) après l’intervention de François Hollande

Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, après l’intervention du président de la République, François Hollande, qui a diffusé un message enregistré depuis l’Élysée à 20 heures hier soir pour commenter les résultats des élections européennes. Louis Aliot : «On l’a vu pendant Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)

25 mai 2014 – Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National au soir des résultats des européennes en France sur le plateau de France 2 dédié à l’événement. Partager la publication "Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Européennes / Louis Aliot (FN) : «Nous allons continuer à dialoguer avec les Français et nous implanter sur le territoire»

Interview de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, dans «Europe 1 matin», une émission animée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1. «Tout est encore à faire (…) Nous allons continuer à faire ce que nous faisons : dialoguer avec les Français et nous implanter Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Grâce aux Français, 24 députés FN siègeront au Parlement européen !

Résultats des élections européennes 2014 pour les candidats du Front National : Nord-Ouest : 10 sièges à pourvoir 5 sièges Marine Le Pen (FN) : Mme Marine Le Pen (FN), M. Steeve Briois (FN), Mme Mylène Troszczynski (FN), M. Nicolas Bay (FN), Mme Sylvie Goddyn (FN) Ouest : 9 sièges Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Européennes 2014 : déclaration de Marine Le Pen (FN)

En duplex du siège du parti à Nanterre, retrouvez ci-dessous l’intervention de Marine Le Pen, présidente du Front National, dans les principaux médias au soir des résultats des élections européennes qui placent le FN comme le premier parti en France avec 25% loin devant l’UMPS ! Les Français peuvent déjà Lire l'intégralité de l'article

A propos du vol AH 5017

Encart Front National - Flamme - logoCommuniqué du Front National

Le Front National fait part de sa profonde tristesse et exprime sa solidarité aux familles et aux proches des passagers du vol AH 5017 disparu dans des circonstances qui ne sont pas encore connues.
Il a une pensée particulière pour nos compatriotes qui étaient nombreux à bord de ce vol.
Il demande aux autorités françaises de mettre tous les moyens nécessaires pour que la lumière soit rapidement faite sur les circonstances de ce drame.

La Nouvelle-Calédonie doit rester française !

Louis Aliot - Vice-President du FN - Front National - France NationsPresse InfoCommuniqué de Louis Aliot, vice-président du Front National, député français au Parlement européen, membre de la délégation Afrique-Caraïbes-Pacifique

La démission surprise du haut-commissaire en Nouvelle-Calédonie démontre s’il en était encore besoin la grave crise qui couve en Nouvelle-Calédonie, territoire de la République française.

En pleine visite ministérielle, la démission du représentant de l’État sonne comme une alarme pour rappeler au pouvoir socialiste que la Nouvelle-Calédonie est encore française, que les accords passés doivent être respectés et que la souveraineté du peuple doit s’y exercer sans entrave, la question du corps électoral, déjà scandaleuse en soi, ayant été réglée.

Or, de renoncements en reculades et de reniements en lâchetés, l’État mais aussi les partis politiques jusqu’ici loyalistes portent une écrasante responsabilité dans les tensions institutionnelles et les doutes qui s’expriment.

Alors que le processus oblige à une consultation référendaire sur une période s’étalant de mai 2014 à décembre 2018, l’État, les mouvements indépendantistes et les politiciens louvoyants veulent gagner du temps pour aller vers une indépendance qui n’ose dire son nom. Pourtant le résultat d’un référendum aujourd’hui ne ferait aucun doute : une majorité de Calédoniens, quelles que soient leurs origines, se prononcerait pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France.

Le pouvoir socialiste semble vouloir s’engager plus en avant vers une « décolonisation » sur fond de gros intérêts financiers liés à l’exploitation du nickel.

Nous rappelons notre attachement à une Nouvelle-Calédonie française respectueuse de la diversité des opinions et des cultures dans le strict respect des lois de la République.

Ukraine / MH17 : vers la vérité ?

Eureka ! La puissante Amérique à la preuve de l'implication de Poutine !

Eurêka ! La puissante Amérique a la preuve de l’implication de Poutine ! La CIA et le SBU viennent de fournir aux enquêteurs cette photo compromettante et qui est LA preuve irréfutable.

Par Jacques Sapir

Plus le temps passe et plus les questions posées par le crash du vol MH17 se font pesantes. Désormais, le grand journaliste américain Robert Parry, l’homme qui révéla entre autres les opérations illégales de l’époque Reagan (la filière Iran-Contra), vient de publier sur le site de sa fondation [1] plusieurs articles importants, mettant en cause soit l’armée ukrainienne[2], soit un mystérieux « défecteur » de cette armée[3]. On peut donc tenter de reformuler précisément ces questions. Mais, pour cela, il faut commencer par savoir de quoi l’on parle.

[...]

Le gouvernement américain soutient que c’est un missile sol-air, tiré depuis la zone sous le contrôle des insurgés, qui est responsable de cette catastrophe. Il prétend avoir des clichés par satellite. La batterie de missile serait venue de Russie quelques jours avant le tir. Mais, la distance entre le point probable d’impact du missile et celui de l’écrasement du MH17 rend cette hypothèse très peu probable. De plus, les opérateurs insurgés n’ont pu être mis au courant des procédures minimales pour tirer le missile en si peu de temps. Il faut plusieurs semaines pour former, même sommairement, des opérateurs. Certes, il est parfaitement possible que ces opérateurs aient été sommairement entraînés en Russie, mais cela implique un délai d’au moins 15 jours et plus probablement de 21 jours, et place la date de décision de livrer une batterie de SAM-17 aux insurgés vers le 25 juin, dernier délai. Ce n’est pas complètement impossible, mais rien, dans les combats qui avaient lieu à l’époque, ne justifiait la livraison de ce type de matériel. Nous sommes face à deux incohérences.

Robert Parry fait, quant à lui, mention d’une source à la CIA, qui lui aurait indiqué que le missile aurait été tiré par des soldats ukrainiens, loyaux a gouvernement de Kiev, qui auraient été en état d’ébriété au moment du tir :

« …the initial assessment was that the troops were Ukrainian soldiers. There also was the suggestion that the soldiers involved were undisciplined and possibly drunk, since the imagery showed what looked like beer bottles scattered around the site, the source said[5] »

Le Los Angeles Times de mardi 22 juillet signale la possibilité que : “U.S. intelligence agencies have so far been unable to determine the nationalities or identities of the crew that launched the missile. U.S. officials said it was possible the SA-11 [anti-aircraft missile] was launched by a defector from the Ukrainian military who was trained to use similar missile systems. [6]». Autrement dit, ce serait un « défecteur » de l’armée ukrainienne qui aurait tiré le missile, depuis une zone contrôlée par l’armée de Kiev. Notons que ceci résoudrait la contradiction sur la distance entre la zone d’impact du missile et la zone ou s’est écrasé le MH17.

Par ailleurs, des rumeurs font état d’avions de combat ukrainiens qui auraient escorté le MH17, et on ne peut exclure que l’un d’entre eux l’ait abattu.

[...]

__________

[5] http://consortiumnews.com/2014/07/20/what-did-us-spy-satellites-see-in-ukraine/ p.3.

[6] http://consortiumnews.com/2014/07/22/the-mystery-of-a-ukrainian-army-defector/ p.3.

Lire l’article en entier

Escrime / Championnats du monde : une conclusion en or pour la France

Bouton NP INFO SPORTSL’épée hommes par équipes, ultime finale des Mondiaux de Kazan, a permis à la France de glaner mercredi un titre supplémentaire, portant ainsi son total final à sept médailles.

La campagne de Russie de l’escrime française a pris fin sur une ultime médaille. L’or par équipes à l’épée hommes est venu y mettre un joli point final à ces Mondiaux abordés par le camp bleu avec la peur au ventre et quittés le sourire aux lèvres. Mercredi soir, opposés à des Sud-Coréens dont ils connaissent et apprécient le jeu, les épéistes français ont su se montrer patients, alors que le titre mondial était en jeu. Et les Bleus se sont imposés 45 touches à 39, ayant pris les commandes, à partir du cinquième relais pour ne plus jamais les lâcher.
Ces sept médailles replacent la France au rang qui était le sien en 2006 (6 médailles ; 4 or, 1 argent, 1 bronze) et 2007 (8 médailles ; 4 or, 2 argent, 2 bronze), époque où elle était une des nations dominantes de la discipline.
Les 7 médailles françaises
Or : Ulrich Robeiri (épée indiv.), fleuret hommes par équipes, épée hommes par équipes.
Argent : sabre femmes par équipes.
Bronze : Enzo Lefort (fleuret indiv.), Gauthier Grumier (épée indiv.), fleuret femmes par équipes.

Source : lequipe.fr

Pacte de responsabilité : le gouvernement et le Medef ont roulé les Français dans la farine

Marine Le Pen - NationsPresse MagazineCommuniqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

François Hollande a lancé le 31 janvier 2013 le pacte de responsabilité, prévoyant 30 milliards de baisse des charges pour les entreprises avec comme contrepartie de nombreuses créations d’emplois.

Pierre Gattaz, président du Medef, a obtenu cette mesure en proposant en contrepartie 1 million de créations d’emplois. Il affichait fièrement le 15 janvier 2014 un badge « 1 million d’emplois » en conférence de presse.

Quelques mois plus tard, deux rapports montrent que les créations d’emplois seront … nulles. Une étude de l’Ifrap, institut proche de la droite libérale, conclut à la création de 80.000 emplois. Selon une étude réalisée par la députée PS et rapporteure générale du budget, Valérie Rabault, le pacte de responsabilité détruirait 60.000 d’emplois.

En gros, les deux principaux protagonistes de cette affaire, François Hollande et Pierre Gattaz, appuyés par l’UMP, l’UDI et le PS, ont roulé les Français dans la farine. Il y aura bien 30 milliards de baisse de charges mais pas de créations d’emplois du tout. Le Front National dénonce cette manière révoltante de jouer avec les Français, décrédibilisant la légitimité de la politique et des hommes politiques qui ne se mettent plus au service de l’intérêt général.

L’application du programme du Front National et notamment le passage au nouveau franc permettra la création de 1,5 à 2 millions d’emplois comme le montre l’étude « Les scenarii de dissolution de la Zone euro » réalisée par Jacques Sapir et Philippe Murer. Tant que le gouvernement, l’UMPS et le Medef refuseront la sortie de l’euro, la France coulera. C’est maintenant aux Français d’agir.

Ukraine / Donbass : la milice de Nouvelle Russie contre-attaque au nord

Alors que les responsabilités de Kiev dans le crash du Boeing de la Malaysia Airlines sont engagées, l’offensive contre Lugansk et Donetsk ne donne pas les résultats espérés. Pire : une contre-attaque cette nuit et dans la journée sur la partie la plus au nord de la poche du Donbass a placé les forces ukrainiennes sur la défensive, alors qu’elles sont stoppées devant Donetsk et qu’elles sont (pour celles qui restent) progressivement annihilées dans le chaudron, à la frontière russe. Chaque jour qui passe nous apporte retournements de situation et autres imprévus, et nous renforce dans notre sentiment : cette guerre est loin d’être finie, elle sera longue, douloureuse, meurtrière et marquera l’histoire pour longtemps.

Dernière minute : on apprend qu’un chef de section d’une unité antiaérienne, Vladimir Chernous, a été tué sur le site de l’aéroport de Lugansk. Qu’est-ce que la défense antiaérienne y faisait, alors que la zone est sous contrôle indépendantiste depuis au moins deux jours et qu’il s’agit d’un aéroport civil ? Voilà qui devrait intéresser les enquêteurs internationaux qui rassemblent en ce moment des éléments sur le crash de la Malaysia Airlines…

Le journaliste britannique Graham Philipps, connu pour ses courts reportages sur la situation dans le Donbass qui sont en totale contradiction avec la propagande occidentale, est porté disparu dans le secteur de l’aéroport de Donetsk depuis 24 heures. Il y a plusieurs semaines, ce journaliste avait été retenu contre son gré par le SBU, la police politique de Kiev, puis relâché. Il cherchait à filmer les combats au plus prêt. Il est possible qu’il soit tombé sur une unité ukrainienne… Trois autres journalistes sont aussi retenus. Moscou a exigé leur libération immédiate, alors que Reporter sans frontière semble ignorer ces atteintes à la liberté de la presse.

cliquez pour agrandir
Situation de la poche du Donbass au 23 juin. En rouge, les forces de Nouvelle Russie, en bleu celles de l’Ukraine. Les croix cerclées sont les pilonnages d’artillerie ; les flèches, les axes de pénétration et les attaques/contre-attaques ; les traits, les interdictions/coup d’arrêt.

Contre-attaque sur Lysychansk-Severodonetsk, Gorlivka résiste

Après l’annonce tonitruante de la part de Kiev de la prise de Lysychansk et de Severodonetsk, puis l’annonce officielle des forces du Donbass du retrait du bataillon contrôlant ce secteur, on a signa depuis cette nuit de nouveaux affrontements dans ces deux localités.
Hier les forces du Donbass commandées par Mozgovoi avaient dû se retirer en raison d’un manque de véhicules blindés pour se maintenir sur leurs positions.
Pendant la nuit, la milice a attaqué au mortier lourdes positions ukrainiennes sur Lysychansk, puis vers 3 heures (heure locale) deux compagnies d’assaut ont pénétré dans la zone de l’usine de produits en caoutchouc. Les accrochages ont eu lieu jusqu’à 6h00. Ce matin, la ville semblait être repassée sous contrôle des forces indépendantistes.
Les unités ukrainiennes se sont retirées précipitamment pour improviser une ligne de défense en dehors de la ville, mais à quelques centaines de mètres seulement des premières habitations. Plusieurs contre-attaques infructueuses de la part des forces de Kiev ont eu lieu, appuyées par des Mi-24. Deux hélicoptères d’assaut auraient été touchés par des tirs.
Vers 13h15 heure locale, Lysychansk était encore sous le contrôle de la milice, en dépit des frappes aériennes sur ses positions à l’entrée nord-ouest de la ville.
Scénario semblable sur l’autre rive de la Siversky Donets : à Severodonetsk, les troupes de Kiev ont dû là aussi reculer. Les principaux combats se sont concentrés sur les deux ponts stratégiques qui franchissent la rivière.

Contrairement à ce qu’affirmait la propagande de Kiev, le colonel Igor Bezler, le commandant en chef de la défense de la zone de Gorlivka, est bien vivant. Il dirige la défense autour de ce point stratégique du front nord de la poche du Donbass.
Une attaque sur Vuhlehirsk, à l’ouest de Gorlivka, a dû être repoussée dans la journée, un char lourd ukrainien a été détruit. A Debaltseve, à 5 km à l’est de Vuhlehirsk, il y a en ce moment de violents accrochages. Kiev cherche à isoler l’appendice formé par le point de résistance sur la Siversky Donets à Lysychansk, plus haut nord, du reste de la poche du Donbass, tout en contrôlant Debaltseve, important carrefour stratégique entre Lugansk et Donetsk.

Donetsk : le verrou

Les troupes ukrainiennes approchant l’ouest de Donetsk avant les combats d’hier et d’avant-hier.La compagnie de T-64BV appartient à l’armée, l’infanterie sur BTR-80 revalorisés, est une compagnie de la garde nationale.

Vers 13h30, heure locale, de nombreux chars et de l’infanterie étaient signalés en approche des faubourgs ouest de la ville. L’aéroport international connaît encore des affrontements sporadiques. Plusieurs explosions sourdes ont été entendues.
Les forces ukrainiennes, qui avaient occupé quelques heures hier, l’ensemble de la zone aéroportuaire, en ont totalement été expulsées aujourd’hui. Il ne reste qu’une centaine de soldats retranchés dans la partie ouest, au sein des anciens abris antiaériens datant de la guerre froide.

3 T-64BV ukrainiens détruits : le fait que les briques de protection Kontakt-1 aient sauté montre que ces blindés ont subi plusieurs tirs de RPG ou de missile antichar avant d’être neutralisés


Nous sommes le 21 juillet : des éléments de la garde nationale ( « Donbass » ou « Kiev-1 ») tentent de prendre à revers une compagnie de la milice aux abords de l’aéroport international, au village de Pisky, juste à l’ouest de Donetsk. C’est alors qu’un BTR-80 du Bataillon Vostok intervient, puis un BMP-2. Le BTR tire une rafale de mitrailleuse 14,5 KPV et touche de plein fouet un camion Kamaz ukrainien bourré de munitions qui explose (début de la vidéo). Le BMP-2 allume ensuite les positions adverses au canon de 30 mm. Puis le mitraillage des positions ukrainiennes se poursuit…

Un des atouts du Bataillon Vostok est sa capacité pour ses groupes de combat de se déplacer rapidement dans Donetsk, d’un quartier à l’autre

Le chaudron en ébullition

Combats devant Marynivka

BTR-70 du 5e « bataillon » de la garde nationale (ou ce qu’il en reste) détruit près de Marynivka

Projet de charcutage des régions : non merci à la double entente socialiste-européiste en vue de la « landerisation » de la France

MMLP-Gilbert CollardCommuniqué de Marion Maréchal-Le Pen et de Gilbert Collard

Gilbert Collard et Marion Maréchal- Le Pen ont voté contre le redécoupage des régions le mercredi 23 juillet.

Mobilisés contre le projet de réforme territoriale méprisant les réalités géographiques, historiques, culturelles, économiques, les élus FN-RBM ont dénoncé à la tribune, par la voix de Marion Maréchal-Le Pen, la volonté de « court-circuiter l’échelon étatique pour privilégier le lien direct UE-région » afin de « contourner les réflexes et les résistances nationales du peuple français face à la construction fédérale européenne ».

Derrière ce redécoupage territorial se dissimule un véritable charcutage électoral et politicien : conscient de son impopularité, le gouvernement a repoussé les élections locales pour prolonger de quelques mois la survie des petites baronnies socialistes qui ne pourront pas résister au verdict du suffrage universel.

Cette réforme, réalisée dans la précipitation et sans l’aval du peuple, n’apportera aucune réduction substantielle de coûts de fonctionnement voulue dès 2015 par le plan d’austérité de Manuel Valls. Au contraire, on assistera à une hausse des coûts de fonctionnement et des dépenses immobilières alors que les inégalités territoriales se creuseront au détriment des populations rurales et des petites communes. Les économies prétendues servent à justifier de nouvelles coupes dans les dotations aux collectivités sans se soucier du devenir des services publics de proximité.

Une fois encore, le gouvernement se fait le serviteur zélé de l’Europe des régions qui veut nous imposer ses Länder à l’allemande, réduisant ainsi nos grandes métropoles, au rayonnement international, à des préfectures soumises aux ordres de Bruxelles.

Le triptyque commune-département-État, spécificité française adaptée à notre territoire et à ses diversités locales, doit être maintenu et défendu tout en clarifiant les compétences réservées aux différentes strates du millefeuille français.

Projet de loi sur l’immigration et le droit d’asile : de nouvelles pompes aspirantes pour l’immigration

Front National  Flamme FNCommuniqué du Front National

Le Conseil des ministres a approuvé ce matin deux projets de loi sur l’immigration et le droit d’asile.

Le gouvernement de Manuel Valls va, notamment, créer des titres de séjour pluriannuels, qui permettront de résider sur le territoire français durant deux à quatre ans, sans obligation de renouvellement entre-temps. Est également prévue, par transposition d’une directive européenne, la simplification des démarches d’accès au droit d’asile. Il est aussi mis en place un « passeport-talent » qui pourrait bénéficier à 10 000 étrangers au moment même où les jeunes diplômés français sont de plus en plus nombreux à quitter leur pays.

En mettant en œuvre de telles mesures, le gouvernement ne fera qu’accroître encore l’immigration massive dans notre pays, qui compte plus de 5 millions de chômeurs et plus de 9 millions de pauvres. Notre opposition à ces projets est catégorique. La France doit mettre un terme à l’ensemble des pompes aspirantes favorisant l’immigration de masse et non en créer de nouvelles.

L’escrime française retrouve le sourire

Bouton NP INFO SPORTSLondres les avait brisés. Kazan marque leur retour. Les escrimeurs français ont montré, mardi, lors de l’avant-dernière journée des Mondiaux, qu’ils recommençaient à voir le jour. Le plus bel exemple ? Le titre des fleurettistes hommes par équipes.

Sans jamais laisser à leurs adversaires chinois la moindre raison d’espérer, Erwann Le Pechoux, Julien Mertine et Enzo Lefort se sont hissés au niveau qui était le leur en 2005, 2006 et 2007, pour s’imposer largement (45-25). «Un tel écart sur les Chinois, je n’y croyais pas, s’est enthousiasmé leur entraîneur Franck Boidin.

Au-delà de ce titre et de la médaille de bronze obtenue par les filles au fleuret, il y a une discipline qui retrouve enfin le sourire. Car avec un pactole de six breloques dont deux en or, les Français se reprennent à espérer. Après tout, les Jeux olympiques de Rio ne sont pas si loin. Histoire d’effacer définitivement la vilaine tache de Londres (aucune médaille dans aucune arme).
Au dernier jour de ces Mondiaux 2014, l’équipe des épéistes entend bien arrondir un peu plus la cagnotte bleue. Sur la lancée de ce que les escrimeurs français ont montré ces derniers jours, c’est parfaitement envisageable. Et ce ne sont pas Ulrich Robeiri, Gauthier Grumier, Jean-Michel Lucenay ou bien encore Julien Mertine qui diront le contraire.
Les médailles françaises à ce jour
Or : Ulrich Robeiri (épée indiv.), fleuret hommes par équipes.
Argent : sabre femmes par équipes
Bronze : Enzo Lefort (fleuret indiv.), Gauthier Grumier (épée indiv.), fleuret femmes par équipes.

Source : lequipe.fr

Des responsabilités de la France envers les chrétiens d’Orient

Par Armel Le Péach

Comme en réponse immédiate à l’appel pressant du Cardinal Barbarin relayé par Le Figaro, ont débarqué à Beyrouth ce lundi 21 juillet quatre jeunes Français. Ils ont décidé de consacrer leurs congés d’été à la rencontre de leurs frères chrétiens d’Irak et sont en transit vers la plaine de Ninive. « Témoins impuissants de l’impéritie d’un gouvernement qui n’assume pas les responsabilités séculaires de la France, nous suppléons ses carences… »
Depuis le XIIIe siècle en effet, la France n’a cessé d’établir des ponts entre l’Orient et l’Occident en soutenant les communautés chrétiennes, protégeant les lieux saints, les itinéraires de pèlerinage, jusqu’à assumer officiellement à partir du XVIe la protection des chrétiens étrangers de l’empire ottoman. Mais nous parlons là de la France d’avant… Aujourd’hui, c’est du bout des lèvres et sous la pression de quelques rares parlementaires que le Quai d’Orsay condamne « avec la plus grande fermeté l’ultimatum lancé par l’État islamique aux chrétiens de Mossoul (…). La France défend, partout dans le monde, la liberté de religion ou de conviction (sic)… » On est en droit de douter de la conviction de ces propos très technocratiques.

C’est précisément cette ambigüité que ne supportent pas les jeunes gens de l’association SOS chrétiens d’Orient. Alors, avec la détermination de leurs 20 ans et la foi héritée de 1.500 ans de chrétienté, ils viennent témoigner, apporter un peu de réconfort en Syrie à Noël, en Irak à Pâques dernier et ces jours-ci.
Les chrétiens qui sont en Orient doivent en effet savoir que le peuple français ne les abandonne pas. SOS chrétiens d’Orient n’est ni une entreprise humanitaire ni une filière d’immigration vers l’Europe. Cette association ne dispose pas de tels moyens et ne cherche pas à déraciner ces gens profondément ancrés dans la culture orientale. Au contraire. La place des chrétiens d’Orient est ici. Au Liban, en Syrie, en Irak, en Iran, ces pays qu’ils ont façonnés, construits, inspirés. Ces jeunes Français leur apportent donc avec leur présence, l’aide matérielle récoltée grâce à la générosité des Français (quatre tonnes de jouets, vêtements, couvertures pour Noël en Syrie). Ce que ne fait pas le gouvernement empêtré dans ses contradictions, ce sont de jeunes Français bénévoles qui le réalisent.

L’Orient avec saint Charbel, la mission en cours, a débuté par une neuvaine au grand ermite protecteur du Levant. Et désormais, elle consiste à récolter 30.000 euros pour soulager concrètement les réfugiés de Mossoul et Qaraqosh. Le projet suivant vise à reconstruire une église à Maaloula, village sinistré de Syrie.
C’est l’honneur de la France que de ne pas laisser l’Orient se mutiler de la présence chrétienne. C’est l’honneur de la France que de permettre à ces gens de vivre en sécurité chez eux. C’est aussi l’honneur de la France de compter une jeunesse enracinée, consciente de son héritage, audacieuse et fidèle.

Source : bvoltaire.fr

Svoboda tabasse les élus de l’opposition au Parlement ukrainien

Les amis de Fabius, d’Obama, de BHL et de Fourest font grandement progresser la démocratie en Ukraine. Les députés de Svoboda, formation d’extrémistes de droite euro-atlantisés admirateurs des collabos ukrainiens du IIIe Reich, s’en sont pris physiquement à un élu du Parti des régions, qui s’opposait au massacre des populations dans l’est du pays organisé par la junte au pouvoir et dont Svoboda est un ardent soutien.

Depuis que Svoboda a des élus à la Rada, l’enceinte du Parlement ukrainien est devenue un lieu où le passage à tabac est la règle et la discussion l’exception. Ainsi, une nouvelle fois, mardi 22 juillet, des élus de Svoboda s’en sont pris à leurs collègues de l’opposition. Alors que l’assemblée discutait du déroulement de l’opération de répression contre les populations dans l’est du pays, le député Mykola Levchenko du Parti des régions, s’est exprimé contre ces méthodes d’un autre âge et a critiqué le président Petro Porochenko. Il a alors été très violemment attaqué par Ihor Miroshnichenko, élu de Svoboda, le même individu qui était allé tabasser le patron d’une chaîne de télévision pour le forcer à démissionner (voir ici).

D’autres députés se sont alors jetés sur leurs collègues, il s’en est suivi une bagarre générale.

Dans l’Ukraine « proeuropéenne », la sauvagerie et la barbarie prédominent en tous points.

Irak : les jihadistes chassent des moines de leur monastère

Des jihadistes de l’État islamique ont pris le contrôle d’un monastère antique dans le nord de l’Irak et chassé ses moines, ont rapporté lundi des témoins et un religieux.

L’État islamique a lancé le 18 juillet un ultimatum donnant à la minorité chrétienne quelques heures pour quitter Mossoul. La semaine dernière, il avait déjà appelé les chrétiens de la deuxième ville d’Irak, « à se convertir à l’islam, à payer une taxe spéciale ou à quitter la ville », sans quoi ils seraient exécutés.

Les combattants de l’EI ont fait irruption dimanche dans le monastère de Mar Behnam, abritant une petite communauté de moines syriaques catholiques près de Qaraqosh, une ville majoritairement chrétienne et leur ont enjoint de quitter les lieux. « Vous n’avez plus de place ici, et vous devez quitter les lieux immédiatement », a rapporté un membre du clergé syriaque, citant les insurgés du groupe ultraradical sunnite qui contrôlent Mossoul depuis juin.

Les moines ont demandé de pouvoir conserver certaines reliques du monastère mais les jihadistes leur ont ordonné de quitter les lieux à pied et sans rien emporter. D’après des habitants chrétiens de la ville, les moines ont marché plusieurs kilomètres avant d’être pris en charge par des Peshmergas kurdes qui les ont conduits vers Qaraqosh. Neuf moines vivaient dans ce monastère, l’un des lieux de culte les plus anciens et les plus vénérés du christianisme en Irak.

Source : rfi.fr

Epargne : les Français se détournent du Livret A

livret-ALe bilan semestriel du Livret A est trompeur : si le livret réglementé affiche encore une collecte de 2,28 milliards d’euros sur les six premiers mois de l’année, ce chiffre ne doit pas faire oublier qu’il vient surtout de subir deux mois d’affilée de décollecte.

En juin, les épargnants ont retiré 130 millions d’euros de leurs Livrets A. Le chiffre reste certes symbolique par rapport à un encours global de 268,5 milliards d’euros. Il n’empêche qu’il confirme bien l’inversion de tendance déjà constatée ces derniers mois.
Les années 2010, 2011 et 2012 avec leur collecte annuelle fluctuant entre 12,1 milliards et 28,1 milliards d’euros sont désormais loin. Aujourd’hui, avec une rémunération de 1,25% – et bientôt de 1% – le Livret A ne fait plus rêver. Calé sur le même taux, le LDD (Livret de développement durable) ne fait d’ailleurs pas mieux. Sa collecte de 70 millions d’euros en juin est restée anecdotique.
D’autres statistiques montrent surtout que les épargnants ont choisi de se tourner vers des supports sur lesquels ils fondent aujourd’hui plus d’espoirs. C’est le cas de l’assurance-vie dont le compteur était déjà à 8,8 milliards d’euros sur les 5 premiers mois de l’année. C’est aussi le cas des livrets bancaires ordinaires qui ont attiré 6,8 milliards d’euros… en seulement 4 mois. Il est vrai qu’en dépit de l’impôt à régler, certains livrets se révèlent désormais bien plus compétitifs que le Livret A grâce notamment aux promotions accordées.
Le deuxième semestre risque en tout cas d’être difficile pour le Livret A. Jusqu’en juin, la baisse du taux à 1% n’était qu’une hypothèse. Depuis le 10 juillet dernier, elle est devenue une certitude… qui risque bien de provoquer une nouvelle fuite de capitaux. Si la formule de calcul avait été suivie à la lettre, ce taux aurait même dû tomber à 0,5%.

Source : boursier.com

Ukraine / Donbass : Kiev abandonne ses hommes dans le chaudron

Les médias kieviens fanfaronnent ces dernières heures, alors que la désinformation occidentale reste figée sur la culpabilisation grossière de la Russie après le crash de l’avion de la Malaysia Airlines qui fit presque 300 morts. Pourtant, sur place, la situation ne prête pas à rire : ce sont encore et toujours les civils et les infrastructures que les forces ukrainiennes visent en tout premier lieu et le bilan humain s’alourdit d’heure en heure. Sur le plan des opérations, la milice de Nouvelle Russie cède du terrain au nord, mais en gagne à l’est et au sud-est de la poche du Donbass. Bientôt, le chaudron ne sera plus qu’un souvenir ému pour les troupes de Kiev et les forces de Strelkov, jusqu’alors concentrées à l’est, viendront renforcer Lugansk, Gorlivka et Donetsk. Kiev le sait et n’a déjà plus assez de réserves pour tenter une offensive générale sur le Donbass. L’âge maximum des militaires d’active a été poussé jusqu’à 60 ans pour les soldats, sous-officiers et les officiers subalternes, et jusqu’à 65 ans pour les officiers supérieurs.

L’entrée des troupes de Kiev à Dzerzhynsk : les BTR-3 appartiennent au « Bataillon Kiev-1 » de la garde nationale

Donetsk, hier après-midi : batterie antichar BS-3 de 100 mm tractée par MT-LB. Bien qu’ancien, le BS-3 100 mm M1944 est un canon redoutable contre tous les blindés que Kiev aligne en ce moment. Il nécessite néanmoins une solide équipe de servants, bien formée.

L’offensive de Kiev, ces dernières 72 heures au nord de la poche du Donbass ne doit pas faire oublier que la junte vient de subir un revers important dans le «corridor» frontalier, devenu chaudron depuis une semaine, où quelque 4.000 soldats et gardes nationaux ukrainiens se sont retrouvés piégés. Ce soir, on peut affirmer sans être démenti sérieusement, que Kiev a décidé d’abandonner ces hommes, au profit d’une poussée au nord et à l’ouest de la poche du Donbass. Il en reste plusieurs centaines qui espéraient beaucoup de leur commandement, coupés de tout, sans munitions, avec très peu d’eau, sans carburant et presque sans vivres. Aucune force constituée et consistante n’a été mobilisée par le commandement ukrainien pour porter secours à ces hommes. Kiev a préféré se concentrer sur Gorlivka et la zone nord. A croire que cette opération de corridor frontalier n’était destinée qu’à diviser les troupes de Strelkov, afin de prendre Donetsk et Lugansk plus facilement, quitte à sacrifier plusieurs milliers d’hommes et 4 brigades.

L’idéal « proeuropéen » qui anime les tenants du pouvoir à Kiev ne fait pas dans le détail quand il s’agit de laisser choir, sans états d’âme, ceux qui les ont pourtant servis avec zèle ces derniers mois. En échange de ce sacrifice, Kiev enregistre de maigres succès sur le front nord, ces dernières heures. Ses troupes sont aux portes de Gorlivka, la poche de résistance du nord sur la courbe de la Siversky Donets est évacuée par la milice, un corridor qui ressemble plus à un cul de sac s’est formé à l’ouest de Lugansk.

Plus de chaudron d’ici quelques jours

La situation au sud-ouest du chaudron : en rouge les forces indépendantistes, en bleu celles de Kiev.

D’ici quelques jours, à la frontière russe, il n’y aura plus aucune unité isolée dans le chaudron. Elles se seront soient rendues, soit elles auront été éliminées.

Stepanivka, près de la frontière russe : instant de pause lors de la réduction des dernières poches ukrainiennes du chaudron

Un volontaire serbe, tireur d’élite, pose fièrement devant un BTR-70 de la garde nationale détruit, près de Marynivka. L’homme appartient à l’unité du commandant « Prapor ». Il fait partie des 250 volontaires serbes qui ont suivi Bratislav Zivkovic, le commandant (Voivode) de l’unité tchetnik « Jovan Shevic ». Les Serbes se souviennent des volontaires russes qui sont allés les soutenir en Krajina, en Bosnie et au Kosovo dans les années 1990 quand ils combattaient les pions des atlanto-mondialistes, comme les Ukrainiens du Donbass le font en ce moment.

Le FBI aurait poussé des Américains musulmans à commettre des attentats

US islamLe FBI a « encouragé, poussé et parfois même payé » des musulmans américains pour les inciter à commettre des attentats. Cela a eu lieu au cours d’opérations de filatures et clandestines montées de toutes pièces après le 11 septembre. C’est ce que révèle un rapport de l’organisation Human Rights Watch (HRW) publié lundi.

Dans plusieurs des 500 affaires de terrorisme conduites par les tribunaux américains depuis le 11 septembre 2001, « le ministère américain de la Justice et le FBI ont ciblé des musulmans américains dans des opérations clandestines de contre-terrorisme abusives, fondées sur l’appartenance religieuse et ethnique », dénonce ce rapport. L’organisation aidée de l’Institut des droits de l’homme de l’École de droit de l’Université de Columbia a en particulier étudié 27 affaires, de l’enquête au procès, en passant par l’inculpation et les conditions de détention. Ils ont par ailleurs entendu 215 personnes, des inculpés ou condamnés eux-mêmes ou leurs proches, avocats, juges ou procureurs.

« Dans certains cas, le FBI pourrait avoir créé des terroristes chez des individus respectueux de la loi en leur suggérant l’idée de commettre un acte terroriste », résume un communiqué. HRW estime que la moitié des condamnations résultent de coups montés ou guet-apens. Dans 30 % des cas, l’agent infiltré a joué un rôle actif dans la tentative d’attentat. « On a dit aux Américains que leur gouvernement assurait leur sécurité en empêchant et en punissant le terrorisme à l’intérieur des États-Unis », a déclaré l’une des auteurs du rapport, Andrea Prasow. « Mais regardez de plus près et vous réaliserez que nombre de ces personnes n’auraient jamais commis de crime si les forces de l’ordre ne les avaient pas encouragées, poussées, et parfois même payées pour commettre des actes terroristes », a-t-elle ajouté. L’étude cite notamment les quatre de Newburgh, accusés d’avoir planifié des attentats contre des synagogues et une base militaire américaine. Dans cette affaire, le gouvernement avait, selon un juge, « fourni l’idée du crime, les moyens et dégagé la voie » et transformé des hommes en « terroristes ».

Selon HRW, le FBI a aussi souvent ciblé des personnes vulnérables, souffrant de troubles mentaux et intellectuels. Le rapport cite le cas de Rezwan Ferdaus, condamné à 17 ans de prison à 27 ans pour avoir voulu attaquer le Pentagone et le Congrès avec des mini-drones bourrés d’explosifs. Un agent du FBI avait dit de lui qu’il avait « de toute évidence » des problèmes mentaux, mais le plan avait été entièrement conçu avec le policier infiltré.

Source : romandie.com