Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - FN 2014

Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen est l’invité de Tirs croisés sur I-Télé, émission présentée par Laurence Ferrari. Partager la publication "Louis Aliot (FN) dans «Tirs croisés» sur I-Télé" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Bruxelles 2014

Conférence de presse de Marine Le Pen à Bruxelles sur les alliances du FN au Parlement européen

Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, la présidente du Front National et députée française au Parlement européen, Marine Le Pen s’exprime sur son projet de constituer prochainement un groupe. D’ici à juillet, Marine Le Pen espère annoncer la naissance d’un groupe d’eurodéputés qui défendent une autre Europe afin de Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Européennes / Intervention de François Hollande — Louis Aliot : «Je l’ai trouvé nul !»

Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, était l’invité de Guillaume Durand sur Radio Classique, en partenariat avec LCI. Après l’intervention du président de la République qui a commenté les résultats des élections européennes en France, Louis Aliot a réagi  : «Je l’ai trouvé nul, Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen BFM politique 241113

Européennes 2014 : Marine Le Pen invitée de «Bourdin direct» sur BFM-TV

Marine Le Pen, députée française au Parlement européen et présidente du Front National, était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin dans «Bourdin direct» sur BFM-TV. Elle a fait part de sa réaction au lendemain de l’intervention enregistrée, diffusée en différé aux Français par François Hollande qui a commenté les résultats des élections Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen réagit vivement à «l’erreur grossière» de l’agence Reuters !

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National A la suite d’une lourde erreur, l’agence Reuters a cru pouvoir indiquer que j’avais déclaré sur BFM-TV, envisager des alliances avec le Jobbik et l’Aube Dorée, j’ai déclaré exactement l’inverse, à la question posée par Jean-Jacques Bourdin : « Avec qui Lire l'intégralité de l'article

louis-aliot-sud-ouest-la-voix-est-libre-france3-lr-26-avril-2014

Européennes : réaction de Louis Aliot (FN) après l’intervention de François Hollande

Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, après l’intervention du président de la République, François Hollande, qui a diffusé un message enregistré depuis l’Élysée à 20 heures hier soir pour commenter les résultats des élections européennes. Louis Aliot : «On l’a vu pendant Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot

Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)

25 mai 2014 – Réaction de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National au soir des résultats des européennes en France sur le plateau de France 2 dédié à l’événement. Partager la publication "Résultats des européennes : réaction de Louis Aliot (FN)" FacebookTwitterGoogle+PinterestViadeoLinkedInDiggE-mail Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - depute FN Europeennes 2014 - Europe-1

Européennes / Louis Aliot (FN) : «Nous allons continuer à dialoguer avec les Français et nous implanter sur le territoire»

Interview de Louis Aliot, député français au Parlement européen et vice-président du Front National, dans «Europe 1 matin», une émission animée par Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1. «Tout est encore à faire (…) Nous allons continuer à faire ce que nous faisons : dialoguer avec les Français et nous implanter Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Grâce aux Français, 24 députés FN siègeront au Parlement européen !

Résultats des élections européennes 2014 pour les candidats du Front National : Nord-Ouest : 10 sièges à pourvoir 5 sièges Marine Le Pen (FN) : Mme Marine Le Pen (FN), M. Steeve Briois (FN), Mme Mylène Troszczynski (FN), M. Nicolas Bay (FN), Mme Sylvie Goddyn (FN) Ouest : 9 sièges Lire l'intégralité de l'article

La Troisième Guerre mondiale a commencé

democracy_warLes tensions internationales sur fond de crise en Ukraine ne sont pas une escalade de la guerre froide, mais le début de la Troisième Guerre mondiale, considère Vladimir Chtol, docteur en sciences politiques à l’Académie russe de l’économie nationale.

« La guerre froide dont tout le monde parle a pris fin au début des années 1990. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui est une véritable Troisième Guerre mondiale, dont les racines plongent dans la tragédie yougoslave de 1999 (bombardement de la Yougoslavie par les forces de l’OTAN dans le cadre de l’opération Force alliée) », a souligné M. Chtol lors de la table ronde intitulée « Russie-USA-UE-OTAN : garantie de notre sécurité commune ou nouvelle guerre froide ? ».

Selon l’expert, l’entrée des troupes de l’OTAN en Ukraine et l’octroi à cette dernière du statut du partenaire principal en dehors de l’Alliance pourraient constituer l’événement déclencheur d’un conflit d’envergure internationale.

« Une zone morte est en train de voir le jour en Ukraine. Personne n’y veut d’un peuple autonome, cette terre voyant s’entremêler les intérêts d’acteurs qui y sont complètement étrangers », considère Vladimir Chtol.

Source : RIA Novosti

Libye : les islamistes s’emparent de la principale base militaire de Benghazi

Le Conseil de Choura des révolutionnaires de Benghazi, une alliance de groupes islamistes et jihadistes, a pris le contrôle du quartier général des forces spéciales.

La principale base militaire à Benghazi, est tombée mardi aux mains de groupes islamistes après plusieurs jours de combats meurtriers , a-t-on appris de sources militaire et islamiste. Une source militaire a confirmé que la base principale des forces spéciales est tombée mardi aux mains de ces groupes dont celui d’Ansar Asharia, classé comme organisation terroriste par Washington.

Les forces spéciales sous le commandement du colonel Wanis Abou Khamada se sont retirées à la suite de plusieurs attaques, a ajouté la même source. Sur sa page Facebook, le groupe jihadiste d’Ansar Asharia a publié des photos de leur butin de guerre : des dizaines d’armes et de caisses de munitions.

Le Conseil de Choura des révolutionnaires de Benghazi, une alliance de groupes islamistes et jihadistes, avait annoncé le week-end dernier avoir pris le contrôle d’autres sites militaires de l’armée, mais cette dernière a minimisé ses pertes.

La prise de contrôle de cette base est la plus grande perte pour l’armée libyenne, qui peine à se reconstruire depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
Dépassé, le gouvernement libyen a appelé mardi à l’arrêt des combats à Benghazi, déplorant la situation dramatique des habitants de Benghazi pris au milieu des affrontements.

Source : lesechos.fr

Immigration : David Cameron veut (re)donner la priorité aux Britanniques

british-bulldogLe Premier ministre britannique David Cameron veut réduire les aides sociales pour les immigrants européens : à partir de novembre, les ressortissants qui viendront s’installer en Grande-Bretagne ne bénéficieront du chômage et des allocations familiales que pendant trois mois au lieu de six précédemment.

Ces mesures sont les dernières en date pour tenter de répondre aux inquiétudes de l’électorat sur les questions d’immigration. « La Grande-Bretagne d’abord » : David Cameron voit les élections législatives de 2015 arriver à grands pas et le Premier ministre veut reprendre la main sur l’immigration. D’après les sondages, c’est l’un des sujets qui préoccupent le plus les électeurs britanniques et qui a valu au Ukip, le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni de Nigel Farage d’arriver en tête des élections européennes de mai, alors que les conservateurs sont arrivés en troisième position.

Pour limiter la défection des électeurs, David Cameron agite donc à nouveau le spectre du « tourisme social » en promettant d’y mettre un terme. Il a déjà instauré une période de transition de trois mois durant laquelle les immigrants européens n’ont droit à aucune aide sociale. Désormais, à compter du mois de novembre, ceux qui auront eu recours à des allocations les verront suspendues au bout de trois mois au lieu de six.

Personne ne connaît vraiment l’ampleur du phénomène de tourisme social, mais peu importe, pour le parti conservateur il s’agit de montrer qu’il s’emploie à régler le problème. Et pour renforcer le message, David Cameron a prévenu les immigrés clandestins : « Quand nous vous retrouverons, et nous vous retrouverons, nous vous renverrons tout droit chez vous ».

Source : rfi.fr

Cyclisme : les promesses françaises, vivement 2015 !

tour-de-france-20121Au-delà du podium de Jean-Christophe Peraud et Thibaut Pinot, ce Tour de France 2014 a permis à la nouvelle génération française de s’exprimer. Avec Coquard et Démare en sprint et des baroudeurs comme Gautier, Gallopin ou Kadri, l’édition 2015 pourrait encore davantage sourire aux Tricolores.

Au départ de Leeds, ils étaient quatre promesses françaises de top 10 ou de top 15. Mission accomplie, avec un léger bémol pour Pierre Rolland, qui termine 11e et n’a pas autant brillé que les années précédentes sur la Grande Boucle. Sa quatrième place du dernier Giro d’Italia et donc la difficulté d’enchaîner deux grands tours peuvent l’expliquer.

Pour Jean-Christophe Peraud, Thibaut Pinot et Romain Bardet en revanche, tout a bien roulé. Le premier est monté sur la deuxième marche du podium, à 37 ans, et quatre ans et demi après ses débuts professionnels sur route ! Comme son compatriote Pinot – lui aussi pro depuis 2010 et présent sur le podium des Champs Élysées -, qui après un Tour 2013 morose marqué par un abandon, a amplement validé les promesses entrevues en 2012 sur son premier Tour. Enfin, Romain Bardet, meilleur Français l’an dernier (15e), a fait mieux que confirmer avec sa sixième place finale, ratant de justesse le top 5.
Pour prendre le relais des baroudeurs historiques et… plus que trentenaires (Thomas Voeckler, Sylvain Chavanel, Christophe Riblon), davantage dans l’ombre cette année, Cyril Gautier (26 ans), Tony Gallopin (26 ans) et Blel Kadri (27 ans) se sont mis en évidence. Le premier a beaucoup tenté, pris un bon nombre d’échappées mais n’a rien gagné. Le second, en revanche, a revêtu le Maillot Jaune le 14 juillet et remporté une étape à Oyonnax, alors que le troisième a gagné la première étape française en s’imposant à Gérardmer.
Enfin Arnaud Démare et Bryan Coquard, qui ont découvert la course cette année, s’ils n’ont jamais levé les bras après les sprints, ils ont appris pour l’avenir. Troisième du classement par points derrière Peter Sagan et Alexandre Kristoff, Coquard se tourne déjà vers demain en rêvant au maillot vert. Concernant le champion de France Démare, il a franchi un palier qui pourrait représenter une victoire d’étape sur le prochain Tour. Bref, vivement 2015 !

Source : lequipe.fr

Toujours plus de tours de vis pour les familles !

Les dernières réformes fiscales ont coûté cher aux familles ! C’est ce que souligne la rapporteuse générale du Budget à l’Assemblée, Valérie Rabault, dans un rapport repris par Les Échos.

Pour mémoire, le quotient familial a été ramené en 2013 de 2.330 à 2.000 euros par demi-part. D’après Bercy, la mesure devait concerner 882.600 foyers et générer des recettes supplémentaires de 490 millions d’euros. Or, d’après les derniers chiffres, ce durcissement fiscal a finalement rapporté 554 millions d’euros au travers de 1,07 million de ménages.

L’écart provient du mode de calcul. Pour établir ses prévisions, Bercy avait retenu les revenus de 2011 et non les revenus de 2012 qui ont servi de base pour l’imposition en 2013. Au total, 2,73% des foyers fiscaux ont donc été visés par la réduction du quotient familial, la majorité d’entre eux faisant partie des 10% de contribuables les plus aisés d’après le rapport.

Mais ce tour de vis n’était pas le plus sévère. Cette année, le gouvernement a décidé de durcir à nouveau le dispositif en ramenant le quotient familial de 2.000 à 1.500 euros. Les conséquences seront dès lors plus douloureuses encore. D’après Bercy, une famille sur sept sera concernée par cette mesure qui doit rapporter un milliard d’euros…

Source : boursier.com

Ukraine / Donbass : Kiev met un genou à terre, Donetsk est en état de siège

John Kerry, le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères de Barack Obama, a discuté aujourd’hui avec Petro Porochenko, le président ukrainien, afin de lui imposer de demander une trêve aux indépendantistes, puis d’entamer des négociations. Cinq jours après l’offensive des forces kieviennes qui devaient encercler Donetsk et couper la grande agglomération de Lugansk et de la frontière russe, voilà que Kiev met un genou à terre. Bien sûr, rien n’est fait pour le moment, mais cette annonce officielle du département d’Etat US, confirmée par les médias kieviens est un bien mauvais signe pour le camp occidentaliste, et un petit début de victoire pour celui de la Liberté.

Cette zone de non-droit international qu’est devenue aujourd’hui l’Ukraine «proeuropéenne»…
Les sous-titres sont en anglais, avec un petit effort chacun arrivera à les comprendre.

« Les Ukrainiens sont prêts à accepter une trêve, dès maintenant », a indiqué John Kerry au terme d’une rencontre avec le ministre ukrainien des Affaires étrangères Pavel Klimkine. Ne nous leurrons pas : les forces de répression utiliseront cette trêve, si elle a lieu, pour se réorganiser, de reconstituer et préparer un assaut encore plus violent, visant essentiellement les populations civiles, comme elles l’ont fait précédemment contre Slaviansk et Kramatorsk. Pour autant, cela signifie que les assaillants sont à bout de souffle, qu’ils n’ont plus de réserves à engager et que la résistance du Donbass a réussi à reprendre l’initiative sur le terrain.

La crise du pouvoir est chaque jour plus profonde en Ukraine. Après la démission du Premier ministre Arseny Yatseniuk, le vice-Premier ministre Vladimir Groïsman a été nommé chef du gouvernement « par intérim ». Puis a dû se raviser : malgré sa démission, annoncée jeudi dernier, il occupe de nouveau son poste… Washington lui a fait les gros yeux ! Reste à recoller les morceaux de la coalition à la Rada.

La crise politique touche les régions : après l’assassinat du maire de Kremenchug et la tentative d’assassinat de celui de Lviv, voilà que le gouverneur de Kherson (sud), Yuri Odartchenko, a donné sa démission. Après avoir déjà fait scandale lors de son discours élogieux à l’égard d’Hitler et du IIIe Reich pendant la célébration du 9-Mai, Odartchenko a accusé le président et le parlement de laxisme quant à leur refus d’instaurer la loi martiale dans le pays. Ainsi, selon lui, les autorités auraient laissé la région de Kherson « sans défense face à une invasion russe ».

Et on apprend que, selon le ministère ukrainien de l’Intérieur, dans les oblast de Donetsk et de Lugansk, depuis le début de la guerre civile, soit depuis 6 mois, quelque 20.000 fonctionnaires des forces de l’ordre auraient désertés ou rejoints les forces du Donbass.

En Transcarpatie, des manifestations se poursuivent contre la prochaine vague de mobilisation. Une compagnie de la garde nationale composée d’éléments de cette région a été totalement décimée dans le chaudron. En Volhynie, des protestations contre la conscription ont bloqué plusieurs voies d’accès à la Biélorussie (vidéo).
Et à Nikolaiv, au cours des cinq derniers mois, 54 militaires de la 79e brigade aéromobile ont été accusés de désertion. Rappelons que cette unité a été détruite dans le chaudron.

Ajoutons à ce tableau peu engageant pour le camp occidental que le service de renseignements américain indique qu’il n’y a aucun indice pour accuser la Russie concernant l’affaire du Boeing de la Malaysia Airlines (source) – voir la vidéo ci-dessous-. On comprend mieux maintenant le pourquoi des lenteurs de l’enquête sur ce crash et l’empressement des forces ukrainiennes à prendre le contrôle de la zone où l’appareil s’est écrasé.

Et, cerise sur le gâteau : même la presse kievienne commence à trouver les déclarations de ses dirigeants politiques difficiles à avaler : ainsi, Pavel Klimkine, affirmant toute honte bue que son « armée fait montre de retenue exceptionnelle pour éviter les pertes civiles » (on en est à plus d’un millier de civils tués, ndlr) a eu droit sur Twitter à une salve de sarcasmes de la part d’un certain nombre de journalistes ukrainiens, qui risquent d’avoir bien des ennuis avec la police politique (SBU) et cet hystérique d’Andriy Parubiy, le néonazi placé à la tête du Conseil national de défense et de sécurité, qui se prend pour Vichinsky à l’heure des grandes purges staliniennes.

Dans ce contexte, nombre d’observateurs avertis commencent à faire écho d’une rumeur qui circule ces derniers temps sur les réseaux sociaux : Kiev et Washington auraient l’intention de mener à bien une nouvelle provocation, de type « false flag ». Un ou plusieurs attentats, particulièrement impressionnants pour l’opinion publique internationale, seraient en préparation afin d’accuser les indépendantistes et le Kremlin. Il est possible que tout cela reste à l’état de rumeur, mais l’affaire des faux snipers du Maidan à l’hiver dernier et celle du Boeing permettent d’affirmer que la rumeur en question n’en est peut-être pas une.

cliquez pour agrandir

La situation militaire ce matin. Au nord, Devaltseve n’a jamais été perdu par la milice.

Nouvelle enquête sur la campagne de Sarkozy en 2007 (actualisé)

sarkozy002Nouvel épisode judiciaire pour l’ancien président : sa campagne de 2007 fait l’objet d’une enquête sur des soupçons de financement illégal. Elle s’ajoute à l’affaire Bygmalion qui porte sur la campagne 2012.

Ce sera peut-être l’enquête de trop pour l’ancien président comme pour son parti. Selon les informations du Parisien, le procureur de la République de Paris a ouvert en toute discrétion, début juillet, une nouvelle enquête préliminaire visant Nicolas Sarkozy et l’UMP. Cette fois, les magistrats s’intéressent à la campagne 2007 de l’ex-chef de l’État.
Les investigations visent un système de fausses factures présumé qui, comme dans le cas de l’affaire Bygmalion, aurait permis d’imputer frauduleusement des dépenses de campagne du candidat sur les comptes de son parti. L’affaire a justement été initiée à la suite des découvertes des policiers saisis du dossier Bygmalion. Comme pour l’agence événementielle, il est apparu qu’au moins une société impliquée dans la campagne de 2007 aurait facturé diverses prestations à l’UMP, alors qu’elles avaient été assurées pour le compte du candidat Sarkozy.

Toujours selon les informations du Parisien, une première perquisition a eu lieu, le 8 juillet, dans la foulée de l’ouverture de cette nouvelle enquête. Ces investigations, dont le parquet national financier a eu connaissance, sont finalement restées sous la coupe du parquet de Paris, déjà en charge de l’affaire Bygmalion. Bien que le dossier n’en soit qu’à ses balbutiements, il tombe à un moment clé pour l’UMP comme pour son ancien leader.

Mis en examen pour « trafic d’influence, corruption active et recel de violation du secret de l’instruction » dans l’affaire dite des écoutes téléphoniques, Nicolas Sarkozy est aussi visé, directement ou indirectement, par plusieurs autres enquêtes sensibles : le financement présumé de sa campagne 2007 par le régime libyen, l’affaire Bygmalion, celle dite des « sondages de l’Élysée » suspectés d’avoir été surfacturés et commandés à des proches de l’ex-président sans mise en concurrence, ou encore les soupçons d’entente autour de l’arbitrage Tapie.

Jusqu’ici, Nicolas Sarkozy s’est montré serein, balayant toutes les suspicions dont il est l’objet lors d’une interview donnée le 2 juillet. Mieux : l’ancien chef de l’État avait laissé entendre qu’il pourrait être candidat aux primaires pour la présidence de l’UMP, prévues à l’automne. Il avait aussi souligné l’absence de toute charge finalement retenue contre lui dans les dossiers Bettencourt ou Karachi, où son nom avait été cité. Mais quelle que soit l’issue de ces nouveaux ennuis judiciaires, nul doute qu’ils pèseront encore un peu plus sur son futur destin politique.

Rectificatif : contrairement aux informations publiées ce matin par Le Parisien, , aucune nouvelle enquête préliminaire n’a été ouverte par le parquet de Paris concernant le financement de la campagne présidentielle de 2007 de Nicolas Sarkozy. Le procureur de Paris a démenti ce matin dans un communiqué l’ouverture d’une telle enquête. (ici).

Selon Sergueï Lavrov, les sanctions renforceront l’indépendance de la Russie

Les sanctions occidentales contre la Russie contribueront à rendre la Russie plus indépendante, a déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

Après le rattachement en mars dernier de l’ex-république ukrainienne de Crimée à la Russie, les États-Unis et l’Union européenne ont décrété des sanctions contre Moscou, accusé d’envenimer le conflit en Ukraine. Moscou a pour sa part à plusieurs reprises souligné que le langage des sanctions n’était pas de mise avec la Russie.

« Les sanctions n’atteignent que rarement leurs objectifs, et elles n’atteindront pas leur but dans le cas de la Russie (…). Je vous assure que nous surmonterons les difficultés qui surgiront dans certains secteurs de l’économie. Il est également probable que nous deviendrons plus indépendants et plus confiants dans nos forces, ce qui sera également bénéfique », a affirmé Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe, au cours d’une conférence de presse.

Source : RIA Novosti

Ukraine / Donbass : Kiev met la pression sur ses troupes pour en finir avant l’automne

La situation dramatique des populations ukrainiennes du Donbass soumises à une politique d’éradication qui s’apparente à du nettoyage ethnique aurait-elle enfion atteint les consciences supérieures de ceux qui font la pluie et le beau temps au sein des gros médias occidentaux ? Outre le changement de ton de façon radicale en ce qui concerne le Boeing de la Malaysia Airlines (on parle désormais d’avion « probablement abattu accidentellement » et que « les États-Unis ne savent pas exactement » qui a lancé le missile), voilà que Le Monde s’y met aussi en évoquant en détail l’enfer des civils à Donetsk soumis aux pilonnages incessants des forces de Kiev. Après la chute du gouvernement Yatseniuk et la naissance d’une vague de contestation au sein de l’opinion publique ukrainienne, on assiste peut-être au début d’une évolution dans ce conflit en défaveur de ceux que l’on a placé à Kiev en février dernier. Mais il ne faut pas se leurrer : la guerre se poursuit, elle sera longue, difficile et meurtrière.

Elle allait avoir 24 ans, son bébé 10 mois. Tous ceux qui soutiennent le régime kievien ont ces morts sur la conscience… s’ils ont une conscience.

Elle allait avoir 24 ans, son bébé 10 mois. Tous ceux qui soutiennent le régime kievien ont ces morts sur la conscience… s’ils ont une conscience.

Le Monde, dans son numéro daté du 28 juillet, affirme que les forces de Kiev commettraient des crimes de guerre… Cet indeffectible suppot de la propagande occidentale la plus russophobe, cette référence incontournable de la caste des nantis, se serait-il mis à faire du vrai journalisme ? Ou s’agit-il d’une forme de rééquilibrage cynique du discours dominant ? La question mérite d’être posée.
Une envoyée spéciale à Donetsk raconte par le menu l’enfer vécu par les habitants sous le feu de l’armée ukrainienne : « Pour les autorités ukrainiennes, reprendre la capitale du Donbass est une priorité. Elles ont promis de ne pas bombarder la ville (…) mais dans un rapport publié le 25 juillet l’organisation Human Rights Watch (HRW) prend Kiev en défaut : « Selon des indices concordants, l’armée ukrainienne est à l’origine de tirs de roquettes qui ont causé la mort d’au moins 16 civils depuis le 12 juillet. Ces tirs de roquette sont si imprécis que leur usage systématique est proche du crime de guerre selon HRW ; une Ukrainienne, Nadia, qui avait voté lors du référendum pour l’indépendance du Donbass, constate qu’elle n’a plus que le choix suivant : fuir (vers la Russie comme 515.000 réfugiés selon l’ONU) ou mourir sous les tirs ukrainiens et elle ajoute : « Comment voulez-vous qu’on vive avec des gens qui nous tuent ? » Répondre à des référendums autonomistes par une guerre civile sans merci n’est effectivement pas le meilleur moyen pour l’Ukraine de sauver son unité ! Mais ne nous y trompons pas : les rapports d’HRW sont généralement dépourvus de toute sincérité, l’ONG américaine ayant toujours privilégié tactiques et calculs sur l’engagement humaniste.

Désinformation kievienne

cliquez pour agrandir

Voici une carte de la situation militaire relativement cohérente quant aux derniers événements sur le terrain.

Une offensive sur les réseaux sociaux de la part du camp atlanto-mondialo-bandériste s’est développée ces derniers jours par des annonces reprises à la chaîne, aussi tonitruantes que surprenantes, concernant l’évolution du front du Donbass. Via Facebbok, VKontact, Twitter, entre autres, on nous explique doctement qu’un effondrement général de la résistance de Nouvelle Russie est en train de se dérouler, suite à la prise les unes après les autres de localités stratégiques entre Lugansk et Donetsk (et même la prise de contrôle du site du crash du Boeing !). Et, bien entendu, la grosse presse occidentale gobe !
Jusqu’à présent, même avec un certain nombre de différences notables, les comptes rendus des opérations, de la part du camp ukrainien comme des forces indépendantistes, se recoupaient globalement les unes aux autres, parfois avec un jour ou deux de décalage. Or, dans ce cas précis, toutes les informations diffusées par les partisans de la junte kievienne et de l’atlantisation de l’Ukraine, ne sont non seulement pas recoupées avec celles de la partie adverse, mais aucune vidéo, ni la moindre image, ne viennent confirmer ces allégations. Elles sont même toutes contredites par des éléments probants (photos, vidéos) en provenance des indépendantistes.
Et comme par grand hasard, ces affirmations proviennent quasiment toutes du Conseil national de défense et de sécurité de l’Ukraine, dont le responsable est le néonazi pro-américain Andriy Parubiy et la directrice de la communication, une ancienne journaliste de Voice of America (tout un programme !). En fait, il y a fort à parier que Kiev et ses alliés occidentaux viennent de lancer, ces dernières 72 heures, une vaste offensive de désinformation médiatique via les réseaux sociaux, dans le but à la fois de démoraliser l’adversaire, mais aussi pour pouvoir s’assurer de la continuité du soutien de Washington à un moment où le pays est entré dans une crise politique majeure.

Nikolaiv : manifestation pacifique contre les conditions dans lesquelles ont été envoyés au front et abandonnés par Kiev les soldats de la 79e brigade aéromobile, totalement détruite dans le chaudron. Pour toute réponse, Porochenko envoie ses flics molester ces mères, ces sœurs, ces épouses.

Un jihadiste « français » interpellé au Maroc

jihad-Islam-MuslimsLes autorités marocaines ont annoncé dimanche avoir interpellé à Tanger un jihadiste qui s’apprêtait à rentrer en France pour enrôler de nouveaux combattants pour le Front al-Nosra, branche officielle d’al-Qaïda en Syrie.

C’est sur le port de Tanger-Med que l’homme a été arrêté par les forces de l’ordre marocaines samedi dernier alors qu’il s’apprêtait à regagner la France. D’après le ministère de l’Intérieur du pays, le combattant islamiste était arrivé cinq jours plus tôt de Libye, où il avait pris contact avec des dirigeants de l’organisation terroriste Ansar Ashariaa.
Après avoir combattu en Syrie dans les rangs du Front al-Nosra, le jihadiste avait été « sommé de retourner en France pour y embrigader de nouveaux combattants » et « était aussi chargé d’apporter le soutien logistique et financier nécessaire », précise le communiqué du ministère de l’Intérieur marocain.
Ce jihadiste « français », dont l’identité n’a pas été révélée, n’est pas un novice. D’après les autorités marocaines, il avait déjà « combattu dans les rangs d’al-Qaïda dans la région afghano-pakistanaise après une expérience similaire en Bosnie ».

Source : franceinfo.fr

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Marine Le Pen - 2014

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en particulier de l’opération militaire décidée en 2011 par Nicolas Sarkozy et sa muse BHL, et soutenue par le parti socialiste.

PS et UMP, inféodés dans leurs choix de politique étrangère aux États-Unis, ne peuvent échapper aux légitimes explications qu’ils doivent aux Français, et faire l’analyse des conséquences dramatiques de leurs erreurs.

L’instabilité actuelle de la Libye donne malheureusement raison aux analyses du Front National, qui déjà à l’époque alertait sur les dangers d’une prise de pouvoir des islamistes, à savoir : la dislocation du pays, l’instauration de la charia et la disparition de l’État libyen.

Conséquence secondaire mais toute aussi dramatique : l’explosion de l’immigration clandestine vers l’Europe et la France, et son cortège de drames humains, notamment en mer Méditerranée.

Les responsables de telles erreurs sont évidemment disqualifiés pour prétendre une nouvelle fois aux destinées de la France. Seule la reconnaissance de leurs fautes constituerait une attitude digne et recevable.

Nazaréen !

Gilbert CollardBillet d’humeur de Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine élu dans le Gard

En Irak, à Mossoul, en ce moment, dans ce drôle d’été des haines et des guerres, les jihadistes exterminent des chrétiens, nos frères d’âme, seuls au monde dans les vacances de l’imprévisible, et cela en toute impunité, en toute indifférence des consciences, des micros, des caméras, des sermonneurs en onde. C’est ici, un jour ce sera là, il en est ainsi des horreurs qu’on laisse faire et qui sonnent le glas sans qu’on l’entende.
L’ONU dénonce un crime contre l’humanité ! Quelle humanité ? Elle ne préoccupe personne, c’est une humanité humble, silencieuse, massacrée, persécutée, humiliée : même une partie des chrétiens est en vacances, même les belles âmes habituellement prolixes se taisent, occupées, sans doute, à préparer les indignations de la rentrée, un petit billet par-ci, une petite chronique par-là, un bon point ici, un mauvais point là, un fasciste ici, un raciste là. Et les républicains, toujours en train de républicaniser, que font-ils à l’image de Bernard Cazeneuve le républicain d’office des sacristies médiatiques où il récite ses patenôtres républicaines ? Un tweet ainsi rédigé, puis effacé : « Quand on est républicain, on ne distingue pas entre les enfants de Gaza, les chiites de Mossoul et les jeunes syriens. » Et les chrétiens persécutés, les milliers qui fuient Mossoul, le républicain, il s’en moque, il les oublie !

Vol AH 5017 d’Air Algérie : un chef du Hezbollah, ses gardes du corps et des agents de la DGSE parmi les passagers

Même s’il faut être d’une extrême prudence, il est probable qu’un haut responsable du Hezbollah, le parti chiite libanais allié de Bachar al-Assad, et plusieurs de ses gardes du corps auraient été tués dans le crash du vol AH 5017 d’Air Algérie, jeudi dernier, dans lequel 116 personnes, dont 19 Libanais, ont péri, rapporte dimanche le site israélien Walla, se basant sur des informations de responsables français du renseignement. Il y aurait en outre au moins 33 militaires français dont trois fonctionnaires de la DGSE, le renseignement extérieur français.

À ce stade de l’enquête aucune piste n’est écartée. Bien que la possibilité d’un tir de missile semble peu probable, la présence d’une bombe humaine à bord de l’avion n’est pas à exclure.

En août 2013, Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) avait promis de frapper le Hezbollah après un attentat qui avait coûté la vie à 45 jihadistes sunnites à Tripoli, au Liban. L’attaque la plus meurtrière depuis la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990).

Source, ici et ici

Responsable de la mort de cinq personnes, le routier récidiviste avait consommé de la cocaïne !

Valls taubiraLe chauffeur du poids lourd responsable de l’accident qui a fait cinq morts, dont trois enfants, vendredi dans la Meuse, était sous l’emprise de stupéfiants. Les dernières analyses toxicologiques ont en effet indiqué samedi qu’il avait consommé de la cocaïne quelques heures avant de prendre le volant.

« Nous aurons besoin de nommer un expert en toxicologie pour savoir quelles conséquences a pu avoir sur le comportement du conducteur la prise de cocaïne », a déclaré le procureur de Bar-le-Duc, Rémi Coutin.
Ce routier avait perdu vendredi le contrôle de son camion qui avait alors traversé le terre-plein central avant de percuter le véhicule des cinq victimes. Seul survivant de l’accident, il est toujours hospitalisé et se trouve dans un état préoccupant.
Selon Gwenaelle Etienne, substitut du procureur de Bar-le-Duc en charge du dossier, l’homme avait déjà été condamné par la justice pour des infractions liées à la prise de stupéfiants. En 2007, il avait notamment été condamné pour conduite après usage de drogues.
Les victimes, qui se rendaient dans les Landes, étaient deux sœurs de 35 et 41 ans, ainsi que trois enfants de 7 et 13 ans, deux sœurs et leur cousin. Samedi, le compagnon d’une des deux adultes tuées dans l’accident a mis fin à ses jours.

Source : franceinfo.fr

Réforme territoriale : les grands féodaux imposent leurs élus

Florian PhilippotCommuniqué de Florian Philippot

Le vote hier par l’Assemblée nationale du premier volet de la réforme territoriale (carte des régions + nouvelles dispositions électorales) forme un premier aveu sur les motivations mensongères ayant entouré cette réforme.

En effet, alors qu’il était initialement question de faire des économies sur la réduction du nombre d’élus régionaux, il apparaît au terme des débats que le plafond de 150 élus par grande région a été remplacé par une addition stricte des élus régionaux actuels. De fait, pas un seul siège de conseiller régional ne sera supprimé. Pire, le coût de ces élus pour le contribuable devrait même logiquement augmenter, puisque le traitement de ces derniers dépend de la taille des régions.

Les grands féodaux qui sont à la manœuvre viennent donc de faire une première démonstration de force.

Aucune économie ne sera faite sur le nombre d’élus, pas plus qu’il n’y en aura sur les dépenses de fonctionnement ou les transferts de compétences, qui surviendront dans le deuxième volet de la réforme.

Cette réforme est strictement politique : elle vise à diviser la France en grosses régions, sur le modèle allemand, suivant en cela les injonctions de l’Union européenne.

L’État en sortira extraordinairement affaibli. Les logiques féodales qui, on le voit, s’imposent déjà à l’Assemblée nationale, présideront aux futures politiques mises en œuvre dans nos territoires. Le coût financier pour les Français s’annonce exorbitant, le coût politique pour la France incalculable.

En voulant faire de la région une simple instance de coordination entre départements, sans élus propres ni structures administratives parallèles, et en voulant renforcer le département dans ses attributions et compétences de proximité, en lien avec l’État, le Front National propose une réforme territoriale qui a un vrai sens politique pour la France, et un véritable impact en matière d’économies réalisées.