Marine Le Pen - bleu marine

Marine Le Pen : « La fracture ne fait que s’élargir entre la classe politique et le peuple »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée, ce matin, d’I-Télé et de RTL où elle a commenté les résultats du second tour des élections départementales qui ont confirmé l’ancrage local de la principale formation politique de l’opposition qu’elle dirige. Elle a notamment dénoncé le mode de scrutin inique Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : « Nous faisons 360.000 voix de plus qu’aux européennes ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était ce matin l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur BFM-TV et RMC. Elle a commenté les excellents scores du FN sur l’ensemble du territoire national à l’occasion du 1er tour des élections départementales ce dimanche. Elle a souligné que le « Front national est le Lire l'intégralité de l'article

Louis-Aliot-France Culture europeennes-2014

Louis Aliot : « Le parti socialiste est en échec grave »

Louis Aliot, vice-président du Front national et député français au Parlement européen, commentait hier soir les très bons résultats du premier tour des élections départementales. « Je constate que le PS est en échec grave et que Monsieur Valls devrait en tirer les conséquences, car il a mené une campagne absolument Lire l'intégralité de l'article

Le seul vote utile c'est Marine Le Pen

Marine Le Pen : «Si le PS prend une déculottée, il faut que Valls… valse !»

A une semaine du premier tour des élections départementales, la présidente du Front national accorde un entretien au Parisien Aujourd’hui en France. Dérapages de certains candidats, mesures appliquées en cas de victoire dans un département, négociations au 3e tour, les attaques du Premier ministre Valls, mais aussi les assistants parlementaires Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - Tous politique

Marine Le Pen dénonce une «caricature grotesque» du Front national par François Hollande

La présidente du Front national Marine Le Pen répond au président socialiste de la République, François Hollande qui a estimé devant les lecteurs du Parisien – Aujourd’hui en France qu’il fallait «arracher les électeurs au FN». Marine Le Pen a visiblement très peu goûté les propos de François Hollande sur Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - europeennes 2014

Marine Le Pen : « Il faut couper les financements au fondamentalisme islamiste! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée de Francis Letellier dans le « 12/13 Dimanche », le magazine politique de France 3. La question du jour portait sur la progression du FN en vue des élections départementales. L’actualité du moment a aussi été évoquée : la réaction du Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen : « Nous nous installons dans des terres de mission du Front national »

-front-national-fn-marine-le-pen-1

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée du Talk/Orange/Le Figaro le 26 mars. Elle a commenté la campagne du second tour des élections départementales où le Front national est au cœur de toutes les préoccupations des analystes et commentateurs.


Marine Le Pen – 26 mars 2015 par hurraken75

Ukraine / Donbass : du matériel lourd américain livré à Kiev

Ukraine Donbass Kiev Porochenko Hummers

L’Ukraine risque de perdre l’aide du FMI en raison de son créancier russe. La cause : un défaut de l’Ukraine sur les 3 milliards de dollars dus à la Russie d’ici à la fin de l’année. Voilà qui n’arrange pas les affaires d’un Porochenko confronté à l’affaire Kolomoïsky et à la gestion des groupes de paramilitaires d’extrême droite assez peu contrôlables. Mais son suzerain états-unien lui accorde toujours un soutien indéfectible. Cela suffira-t-il à mâter la rébellion du Donbass ? Nous en doutons toujours.

Washington ne lâchera pas Kiev de sitôt, puisque des contrats faramineux sont en préparation. Ainsi, la société américaine Monsanto, spécialisée dans les OGM alimentaires, projette de construire une usine de semences en Ukraine en 2016. Cela a été discuté lors d’une réunion à Washington entre le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation de l’Ukraine Oleksiy Pavlenko et des représentants de Monsanto. Les produits de cette usine devraient être destinés aux pays de l’Union européenne. Demain, grâce à BHL et à ses semblables, on mangera des OGM américains Made in Ukraine ! On notera que c’est juste au moment de la crise avec Kolomoïsky, alors que le potentat kiévien a plus que besoin de ses « amis » américains, que Monsanto finalise une négociation à son avantage qui avait débutée au lendemain du putsch du Maïdan quand le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation était un membre de Svoboda.

Du matériel lourd américain est en route pour l’Ukraine vassalisée, une partie de celui-ci est même déjà arrivé, comme des Hummers. Le chef du parti libéral autrichien, Heinz-Christian Strache, a posté sur sa page Facebook le 25 mars des photos montrant les premiers blindés américains (environ 50, soit un bataillon mécanisé complet) sur des plateaux ferroviaires en route pour l’Ukraine. Ces M2/M3 Bradley sont passés en Autriche par la gare de Linz (photo & source).

Un autre (ou le même ?) convoi ferroviaire de Bradleys a été repéré près de Budapest (source)

Espérons, au moins, qu’ils fonctionnent un peu mieux que les Saxons britanniques livrés dernièrement au régime de Kiev par la Grande-Bretagne. En vertu d’un contrat signé en 2013, une société privée britannique a fourni à l’Ukraine une vingtaine de blindés Saxon et compte lui en procurer encore 55 autres. Le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense, Oleksandr Turchinov, a annoncé que ces blindés légers devraient être modifiés, car ils avaient été livrés sans armement. Mais, déjà, des doutes existent quant à leur fiabilité. Précédemment, un Saxon s’est renversé sur la route reliant Kiev à Kharkov, causant la mort du conducteur. Une enquête a été ouverte par l’armée ukrainienne suite à l’incident.

Du matériel américain pour Kiev

Mais avoir du matériel de guerre est une chose, savoir s’en servir à bon escient en est une autre. Les forces de Kiev poursuivent leurs renforcements et leur réorganisation après le désastre de Debaltsevo. Leurs brigades mécanisées ont désormais complété leurs dotations en moyenne de 80 à 85% pour le matériel, et jusqu’à 90% pour le personnel. En revanche, au sein des « bataillons » de la garde nationale, pour la plupart d’entre eux, les pénuries d’effectifs et de matériels perdurent, sauf peut-être pour « Azov » qui a largement été pourvu en engins blindés ces derniers temps.

Du côté du commandement opérationnel kiévien, on étudie les retours d’expérience des combats dans la poche Debaltsevo. Outre la nécessaire amélioration de la qualité de la chaîne de commandement et du renseignement opérationnel, on note de sérieuses carences à l’échelon de la coordination de combat entre la brigade, les bataillons et les compagnies. Les forces de Kiev manquent d’officiers confirmés et même de sous-officiers. De plus, elles ont toujours sous-estimé l’adversaire et n’ont jamais été capables de s’adapter à des situations non-prévues, ni d’anticiper les réactions des forces républicaines.

Marine Le Pen : « L’autosatisfaction du gouvernement est indécente »

Marine Patriotes1

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l’invitée du 19/20 sur France 3 où elle a commenté la campagne pour le second tour des élections départementales et la situation de notre pays mise à mal par l’UMPS. Elle faisait face à des journalistes autistes aux inquiétudes des Français, très favorables à la propagande du gouvernement et qui n’ont pas hésité à manipuler les chiffres.


Marine Le Pen – 26 mars 2015 par hurraken75

Départementales 2015 : Marine Le Pen face aux représentants de l’UMPS

Marine patriotes3

Marine Le Pen, présidente du Front national, débattait avec Christian Estrosi (UMP) et Jean-Marie Le Guen (PS) dans Le Grand Débat sur RTL, à la veille du second tour des élections départementales où les candidats du Front national se maintiennent dans de très nombreux cantons.


Marine Le Pen – RTL – 26 mars 2015 (partie 1) par hurraken75


Marine Le Pen – RTL – 26 mars 2015 (partie 2) par hurraken75

Hollande en Moselle : un déplacement aussi creux qu’électoraliste

NiDroiteNiGauche_BAT

Communiqué du Front national

François Hollande est en Moselle ce vendredi pour un nouveau déplacement placé sous le signe de l’enfumage, à deux jours du deuxième tour des élections départementales et au moment où on apprend une nouvelle poussée du chômage.

Le président de la République a ainsi prévu de se rendre sur un site du groupe PSA, sélectionné par le constructeur automobile pour accueillir un nouveau projet du groupe, au détriment d’un autre de ses sites situé en Espagne.

Le chef de l’Etat vient donc constater le choix interne d’une entreprise privée qui, si l’on peut légitimement s’en réjouir, met également en lumière le vide abyssal de l’action gouvernementale et l’absence de toute stratégie industrielle à la tête de l’Etat !

Ce déplacement ne vise donc qu’à masquer l’échec absolu de son gouvernement qui, comme les précédents, a précipité la désindustrialisation de la France et favorisé l’explosion du chômage de masse, encore en forte hausse au mois de février.

Les Français n’attendent pas de François Hollande qu’il vienne se féliciter pour de simples raisons électorales de choses dont il n’est pour rien (comme la baisse de l’euro ou celle des cours du pétrole), mais qu’il impulse une véritable politique publique de réindustrialisation et de dynamisation des TPE et PME.

Cela suppose de pouvoir aborder sans tabou la question monétaire, mais aussi la question du protectionnisme intelligent, du patriotisme économique et du soutien aux petites entreprises françaises. Cela suppose de cesser de ramper comme le fait l’UMPS devant Bruxelles et ses folles exigences.

Une autre explication à ce déplacement inutile réside, à n’en pas douter, dans les remerciements qu’il doit aux élus UMP et UDI de Moselle qui l’ont publiquement soutenu entre les deux tours des élections départementales, en faisant activement campagne pour le parti socialiste contre les patriotes du Front national.

Débattre du programme économique du FN : chiche, Monsieur Gattaz?

Marine-Le-Pen le vote utile c'est le Front National Rassemblement Bleu Marine

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front national

Le président du MEDEF a récemment attaqué le programme économique du Front national en des termes peu élogieux, prédisant qu’il mènerait à la catastrophe.

Monsieur Gattaz estime sans doute que les politiques qui ont abouti à la situation économique actuelle sont bien meilleures.

Surendettement public, chômage de masse, balance commerciale ultra déficitaire, inégalités croissantes, ascenseur social bloqué, rachats nombreux de nos entreprises par des capitaux étrangers, panne de l’investissement, etc. etc, tel est le triste bilan de ceux que le MEDEF considère apparemment comme seuls compétents.

Plutôt que de laisser prospérer les malentendus ou les raccourcis trompeurs, et dans une démarche de dialogue constructif avec le premier parti de France, Marine Le Pen invite le président du MEDEF à venir débattre avec elle du programme économique du Front national.

La caricature et l’outrance ne peuvent pas, dans une société démocratique, remplacer le seul exercice qui soit réellement républicain, à savoir la confrontation des idées et des projets.

Manuel Valls et Xavier Beulin en campagne, ça ne trompe plus personne!

FN_flamme_marine

Communiqué du Front National

Paniqué par le succès grandissant du Front national auprès du monde agricole, Manuel Valls a pris l’initiative d’une escale improvisée au congrès de la FNSEA, à Saint-Etienne.

La rencontre du premier ministre et du très puissant Xavier Beulin, patron de la FNSEA et du géant de l’agrobusiness Sofiprotéol, a rapidement tourné à l’enfumage complet. Auto-congratulation pour le premier, posture ultra pour l’autre et slogans creux pour tous. On a tapé sur la méchante grande distribution, contre laquelle le premier ministre se garde bien d’agir, puis sur les écologistes sectaires (pour mieux préparer leur retour au gouvernement?) et, enfin, sur les affreux zadistes… Tout cela est bien beau, mais quid des réglementations qui permettent à la grande distribution de se comporter en pillards, d’une PAC 2014-2020 qui part dans le mur, du traité transatlantique qui menace de disparition les filières d’élevages, de la crise du lait qui menace à nouveau, de la crise porcine qui fait rage ou du dumping social entre Etats membres de l’UE qui continue de détruire notre agriculture et notre industrie agroalimentaire?

Messieurs Valls et Beulin, quand vous voudrez parler des vrais problèmes de l’agriculture, rendez-vous sur le terrain!

Valls : le chômage attendra

valls de la haine

Le Premier ministre aime les lapalissades. Le chômage serait dû au déficit de la croissance. Et le déficit de la croissance, à qui incombe-t-il ?

Quelle drôle de manière… Manuel Valls est interrompu par quelques journalistes alors qu’il bat le pavé à Fresnes, dans le Val-de-Marne. Il est 18 heures ce mercredi. Et à cette heure-là, comme tous les derniers mercredis du mois, les chiffres du chômage tombent. Ils ne sont pas bons. Le nombre de chômeurs sans aucune activité (catégorie A) a progressé de 12 800 personnes, de quoi faire oublier la baisse surprise de 20 100 chômeurs survenue en janvier. Pis, au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5 262 500 fin février et à 5 561 000 en intégrant les Dom), soit une hausse de 0,6 % (+ 30 400) par rapport à janvier, et 6,5 % sur un an. Les journalistes veulent une réaction du Premier ministre. C’est la moindre des choses.

Il y a bien sûr cette fichue courbe qui ne s’inverse pas, il y a ces millions de Français – fatigués, voire désespérés – qui font la queue à Pôle emploi, et il y a aussi cette attente en coulisses des ténors socialistes, à l’affût d’un retournement de tendance qui ferait un superbe dernier argument de campagne électorale. Niet. Les mauvais chiffres sont là. À Fresnes, Manuel semble ailleurs, pour ainsi dire. À la presse qui l’interroge donc sur « ses » mauvais chiffres, il balance :

« Je suis en campagne. Je ne fais pas deux choses à la fois. Il faut vous y habituer. »

Lire la suite sur lepoint.fr

Effectifs de l’armée de terre : l’enfumage blindé

Marine-Le-Pen le vote utile c'est le Front National Rassemblement Bleu Marine

Communiqué de Marine Le Pen, présidente du Front National

Des informations parues dans la presse laissent à penser que le ministre de la Défense pourrait prochainement annoncer l’augmentation des effectifs de l’armée de terre, avec « l’embauche de 11 000 militaires sur trois ans ». L’objectif serait ainsi de porter le niveau des « effectifs opérationnels » de l’armée de terre, tels que prévus par le dernier Livre Blanc de la défense, de 66 000 à 77 000 combattants.

Mais il ne s’agit là que d’un effet d’optique. En 2008, les effectifs opérationnels de l’armée de terre s’établissaient en effet à 90 000 combattants ; le Livre Blanc de la défense de 2013 prévoyait lui de les abaisser à terme, soit après 2019, à 66 000.

En annonçant un objectif révisé de 77 000 combattants d’ici 2017, c’est certes 11 000 de plus que ce qui était initialement prévu, mais c’est encore 13 000 de moins que ce dont l’armée de terre disposait en 2008 ! Où est la hausse ? Où est le renforcement « sans précédent depuis la guerre d’Algérie » (sic) ?

S’il fallait imager cette arnaque politique, nous pourrions dire qu’au lieu de descendre l’armée de terre au niveau -3 sur l’échelle de ses capacités, il a été décidé de l’arrêter au niveau -2.

Cette annonce est simplement l’aveu qu’il n’y a plus rien à gratter sur le dos de l’armée de terre sans compromettre définitivement notre sécurité nationale. Aucune hausse des effectifs n’est prévue, tout au plus un arrêt de la baisse.

On est là dans l’effet d’annonce type, à seule fin de masquer la cure d’austérité particulièrement violente et irresponsable qui frappe l’ensemble de nos armées depuis 2008, soit depuis Nicolas Sarkozy. Cette cure sans précédent s’est déjà traduite par la suppression bien réelle de 55 000 postes auxquels François Hollande ambitionnait d’en retrancher encore 24 000 sur cinq ans. Quand bien même 11 000 combattants de l’armée de terre seraient finalement sauvés, le solde reste très clairement négatif, que l’on regarde à partir de 2008 ou 2013.

Seul le Front national propose un renforcement réel de nos effectifs militaires, en redonnant à l’armée française les moyens financiers indispensables à sa puissance. D’où notre proposition de sanctuariser dans la Constitution un effort de défense au moins égal à 2% du PIB.

Ce front républicain qui veut la mort de la Nation

Hollande pied

Par Jean Goychman

Depuis plusieurs mois, on entend parler de partis républicains, de front républicain ou encore de « valeurs républicaines ». A ma connaissance, depuis plus de soixante dix ans, la République n’a jamais cessé d’exister. On peut même aller plus loin puisque De Gaulle lui-même a refusé d’accéder à la demande du Conseil national de la résistance et de son président Georges Bidault qui le pressait de « rétablir la République » en lui rétorquant que, le gouvernement de Vichy étant réputé illégitime, celle-ci avait perduré sans discontinuer dans son existence.

Alors, pourquoi ces rappels incessants ? Avant tout pour essayer d’accréditer l’idée que notre formation politique, le Rassemblement Bleu Marine, n’était, somme toute, qu’un ramassis de nostalgiques de Vichy et de la triste période qu’a vécu notre pays sous l’occupation nazie.
Il y aurait donc deux sortes de français : les républicains qui sont de bons français et les autres, qui ne peuvent être qu’anti-républicains.

Nous ne devons plus accepter ce langage, surtout lorsqu’il vient de gens dont l’action politique consiste depuis plus de trente ans à faire disparaître la Nation Française. Car la République est née avec la Nation et les deux sont indissociables l’une de l’autre. Comment peut-on défendre la République, à laquelle tous les Français sont attachés et l’ont prouvé par leurs sacrifices collectifs, toutes opinions politiques confondues, sans vouloir défendre notre Nation et naturellement l’Etat dont le pouvoir représente (ou devrait représenter) les attributs de notre souveraineté.

Il y a là un paradoxe qui mérite d’être relevé. Le parti socialiste n’est-il pas l’héritier idéologique de la SFIO (Section française de l’internationale ouvrière) ? L’UMP n’est-elle pas née de la rencontre improbable mais essentielle pour le « petit réchaud électoral » entre des gens qui se prétendaient gaullistes (on peut se demander pourquoi) et des centristes issus des rangs du MRP dont le penchant pour une Europe fédérale était sans équivoque ?
Alors, en quoi ces seraient-ils plus qualifiés que d’autres pour dire qui est républicain et qui ne l’est pas ?

Tout ceci n’est qu’un subterfuge de « communicant » pour tenter de disqualifier d’une manière insidieuse ceux qui, au contraire, veulent défendre la République au travers du maintien de la souveraineté nationale. De même ce soi-disant « front républicain » qui n’existe que durant les campagnes électorales et qui est escroquerie intellectuelle tendant à faire croire que la patrie est menacée par ceux-là même qui sont animés par le seul but de la défendre.

Car enfin, qui menace le plus notre patrie ? Ceux qui élaborent, signent et ratifient les traités internationaux qui aliènent à chaque fois un peu plus notre souveraineté ou ceux qui essayent d’en combattre les effets néfastes ?

Et puisqu’il faut aller au bout de la réflexion, peut-on qualifier de « républicaine » l’action qui a consisté à anéantir le résultat du référendum du 29 mai 2005 et faire ratifier « en catimini » et après avoir dénaturé notre constitution un traité dit « de Lisbonne » qui nous imposait de facto ce que la majorité du peuple Français avait pourtant refusé ?

Or, ce traité a été ratifié uniquement parce que les représentants de nos partis qui se disent « républicains » l’ont décidé en congrès.

Alors, une fois de plus, citons en conclusion un extrait du fameux discours de Bruneval prononcé par De Gaulle le 30 mars 1947 :

«Le jour va venir où, rejetant les jeux stériles et réformant le cadre mal bâti où s’égare la nation et se disqualifie l’Etat, la masse immense des Français se rassemblera sur la France. »

Car c’est bien, au travers de tous ces discours en faux-semblant et de cette cuisine électorale, basés sur des arguments qui n’en sont pas, de l’avenir de la France en tant que nation libre et souveraine dont il est question.

Crash de l’A320 : les nouveaux éléments qui accusent le copilote

A320 crash

Le procureur a confirmé jeudi midi que le pilote de l’A320 de Germanwings était bloqué à l’extérieur du cockpit au moment de la descente fatale, qui a été actionnée par le copilote, seul aux commandes. Des informations tirées de l’exploitation de la boîte noire. Sur les lieux du crash, les opérations de récupération des corps ont repris.

Deux jours après le crash d’un Airbus A320 de la compagnie allemande Germawings dans les Alpe-de-Haute-Provence, le scénario se précise mais un certain nombre de questions demeurent.

C’est une révélation qui bouleverse l’enquête. L’AFP a confirmé dans la nuit de mercredi à jeudi l’information du New York Times selon laquelle un des deux pilotes est resté coincé en dehors du cockpit au moment de la descente fatale de l’avion. L’analyse du fichier audio extrait de la première boîte noire retrouvée a permis aux enquêteurs d’entendre quelqu’un frapper à la porte et tentant de rentrer dans le poste de commandement. On ignore encore pourquoi la porte a été verrouillée et pourquoi le pilote resté à l’intérieur n’a pas ouvert.

Lire la suite sur lci.tf1.fr

La tendance à l’aggravation du chômage se poursuit

fn flamme

Communiqué du Front National concernant la hausse du chômage en février

La hausse massive du chômage au mois de février (+12 800 en catégorie A, + 30 400 toutes catégories confondues) dissipe cruellement l’enfumage du gouvernement qui annonçait partout la reprise et le succès de sa prétendue politique économique.

Ces chiffres viennent donc rappeler que la soumission à Bruxelles ne paie pas. La politique d’austérité généralisée, décidée pour sauver l’euro, continue de déprimer l’économie et de détruire l’emploi.

Cette hausse continue du chômage est la conséquence logique des choix économiques désastreux du PS, dans la droite ligne de la politique déjà menée sous Nicolas Sarkozy.

La baisse dérisoire observée au mois de janvier dans la catégorie A n’était donc, comme nous l’annoncions, qu’une baisse atypique ; hélas, la tendance à l’aggravation du chômage se poursuit.

Les chiffres publiés par Pole emploi marquent même une réalité plus inquiétante encore : parmi les motifs de sortie du chômage (catégories A+B+C), les « reprises d’emploi déclarées » chutent en effet de 8,8% en 1 mois pour s’établir à 82.600, contre 90.000 à 100.000 par mois en moyenne depuis 4 ans.

Au lieu de stigmatiser les électeurs patriotes, Manuel Valls ferait mieux de stigmatiser le chômage, véritable fléau de notre République normalement sociale.

Le Front national tient Valls pour responsable des agressions subies par ses candidats

Valls

Le parti de Marine Le Pen a dénoncé plusieurs agressions dont ont été victimes ses candidats et met en cause, à chaque fois, le Premier ministre et sa rhétorique musclée des dernières semaines.

Contre la stigmatisation de Manuel Valls et ses invectives, le Front national a trouvé une riposte : accuser le premier ministre d’être responsable des agressions dont seraient victimes les candidats en campagne. Si le FN ne recense pas précisément tous les actes, et si la corrélation entre l’appartenance au FN et l’agression difficilement se vérifier, Nicolas Bay, secrétaire général du parti, veut croire que la recrudescence des actes augmente à mesure que le Premier ministre concentre ses attaques. «Il a instauré un climat d’agressivité, les militants d’extrême-gauche se sont libérés, depuis qu’il est entré en campagne contre nous les actes d’agression se sont multipliés», assure-t-il au Scan.

Lire la suite sur lefigaro.fr

Vandalisme et incendie à l’hôtel de ville d’Hénin-Beaumont : menacé, Steeve Briois demande une protection

Steeve Briois

L’hôtel de ville d’Hénin-Beaumont a fait l’objet d’une effraction tôt ce mercredi matin. Un feu a été allumé dans le local du service courrier. Les dégâts sont limités. Des graffitis menaçant le maire Steeve Briois ont été inscrits sur un mur, incitant celui-ci à demander une protection aux services de l’État.

Ce sont des femmes de ménage qui allaient prendre leur service en mairie qui ont aperçu de la fumée et ont donné l’alerte vers 5 h 50 ce mercredi matin. Le feu a pris au niveau dans le local des appariteurs du service courrier. Deux scooters ont été brûlés, les murs du local sont noircis mais les dégâts ont été limités en raison de la rapide intervention des secours. « Les portes coupe-feu ont joué leur rôle, observe soulagé le directeur de cabinet du maire. Derrière l’une d’elles se trouvait une réserve de papier. »

Le sinistre fait suite à une effraction. Un ou plusieurs intrus auraient pénétré à l’intérieur de la mairie en brisant une fenêtre du local du service documentation, situé au rez-de-chaussée. Ils auraient ensuite forcé la serrure donnant accès au service courrier.

Lire la suite sur lavoixdunord.fr

Ukraine / Donbass : la tentation d’une guerre civile totale

Ukraine Donbass paramilitaires Kolomoisky

La Douma pourrait répondre à la demande du Congrès américain suggérant à Obama de faire parvenir officiellement des armes au régime de Kiev, en autorisant une nouvelle fois Poutine à intervenir militairement dans le Donbass si nécessaire. Nous n’en sommes pas là, mais le message a le mérite d’être clair. Par contre, un front intérieur vient de se former avec l’affaire Kolomoïsky qui pourrait faire basculer l’ensemble du territoire ukrainien dans une guerre civile totale et des plus sanglantes. Washington tente de recoller les morceaux et de sauver ce qui peut l’être encore, alors que l’agence financière Moody’s a abaissé mardi la note de l’Ukraine à un cran du défaut de paiement.

Une vague d’arrestations de hauts-fonctionnaires à travers toute l’Ukraine sous contrôle kiévien vient d’être lancée. Officiellement, il s’agit de lutter contre la corruption, dans les faits, il s’agit de consolider le pouvoir présidentiel de Porochenko bien mis à mal ces derniers temps. Mais l’essentiel se jouera dans les semaines qui viennent avec les choix que devront prendre les « bataillons » répressifs d’extrémistes que Kolomoïsky a financés et développés depuis un an. Où ils se rallieront, ou bien ils devront affronter les unités de la garde nationale sous contrôle de Kiev.

Analyse à chaud de la guerre des oligarques en Ukraine par Xavier Moreau

Kolomoïsky sur la touche, l’extrême droite kiévienne et Washington inquiets

A Kiev, le siège du gouvernement ukrainien a été assiégé par environ 500 manifestants qui exigeaient la démission du Premier ministre Arseny Yatseniuk, suite à l’éviction du poste de gouverneur de la région de Dniepropetrovsk, Ihor Kolomoïsky. Parmi ces manifestants, on reconnaissait des activistes de Praviy Sektor et de Svoboda. Les radicaux du régime kiévien sont inquiets de la tournure des événements de ces dernières heures, d’autant que l’éviction de Kolomoïsky n’a pu se faire que grâce à l’aval de Washington.

Les premiers Hummers fournis à Kiev par Washington viennent d’arriver…

Les Etats-Unis tentent de sauver les meubles et cherchent à tout prix à éviter une guerre civile dans la guerre qui mettrait définitivement à bas tout espoir de contrôle du pays par Washington et les intérêts mondialistes colossaux qui accompagnent l’hyperpuissance US.

Dmytro Yaroch, « Führer » de Praviy Sektor,a été élu grâce à Kolomoïsky à la Rada, comme des dizaines de chefaillons néonazis et néobandéristes

La crise est grave pour l’extrême droite néobandériste et néonazie qui voit son principal soutien oligarchique mis au ban du régime « proeuropéen ». Les fameux « bataillons » punitifs se verront bientôt réaffectés vers une structure centralisée qui dépendra soit de l’armée, soit du ministère des Affaires intérieures. L’accepteront-ils ? Si on prend par exemple le cas du « bataillon Dnepr-1 » ou « Dnipro », Kolomoïsky a investi plus de 10 millions de dollars pour cette unité de quelque 800 paramilitaires politisés, commandés par Yuriy Bereza, soit à sa botte. N’attend-il pas un retour sur investissement pour la dizaine de « bataillons » sponsorisés par son groupe Privat depuis un an ?