Marine Le Pen invitee TF1 120913

Marine Le Pen sur Sud Radio : « Cette politique d’austérité est en même temps injuste et stupide ! »

Marine Le Pen, présidente du Front national, députée française au Parlement européen, était l’invitée de Louis Morin dans le « Brunch Politique » sur Sud Radio où elle a commenté l’actualité du moment. Et notamment les pressions de l’Union européenne contre la France dans le cadre de la politique euromondialiste Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - LCI - Le-Oui-Non

Louis Aliot sur Radio Classique : « Il ne tient qu’au Sénat de réveiller les institutions et de jouer son rôle »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de Patrick Poivre d’Arvor sur Radio Classique. Il a commenté l’actualité du moment et notamment les élections sénatoriales de dimanche qui ont permis au FN d’avoir deux sénateurs. La présidentielle de 2017 a aussi été évoquée. A l’heure actuelle, Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

25 mai 2014 - declaration Marine Le Pen - Europeennes 2014

Marine Le Pen face aux défis de l’Etat islamique et des jihadistes « français »

Marine Le Pen, présidente du Front National et députée française au Parlement européen, s’en prend aux mesures liberticides contre Internet récemment votées dans l’indifférence générale par le Parlement sous prétexte de répression antiterroriste. Elle dénonce la politique de François Hollande qui a consisté à armer les jihadistes qu’il prétend combattre Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen RTL LCI Le Figaro 1

Marine Le Pen : « Nicolas Sarkozy ne peut pas avoir changé ! »

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro le 21 septembre 2014. Elle a commenté l’actualité du moment et, notamment, le retour médiatique de Nicolas Sarkozy, ex-président de la République battu en 2012 par François Hollande. Pour Marine Le Pen, il n’a pas changé Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Marine Le Pen : « La France [de Hollande] a une part de responsabilité dans le développement du califat à Bagdad »

Marine Le Pen, la présidente du Front National, s’est exprimée, aujourd’hui sur Europe 1, sur la décision de François Hollande de soutenir la coalition anti-État islamique, alors qu’il a tout fait, avec Barack Obama, pour contribuer au développement de cette gangrène. Elle a demandé de rompre les relations diplomatiques et Lire l'intégralité de l'article

Louis Aliot - France O - NationsPresse

Louis Aliot : en cas de victoire du FN, « l’Etat se mettrait au service de la nouvelle majorité »

Louis Aliot, vice-président du Front National, était l’invité de LCI ce matin. Il a affirmé que son parti était prêt à gouverner et a demandé un changement de mode de scrutin pour les législatives. Louis Alliot dit le FN « prêt » à gouverner sur WAT.tv Partager la publication "Louis Aliot : Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen

Marine Le Pen : « On ne peut pas trouver de solution en Ukraine sans la Russie »

La présidente du Front National, Marine Le Pen, est revenue sur la situation en Ukraine. Elle est pour que la Russie soit autour de la table des négociations, sans quoi, aucune solution ne sera envisageable. Elle accuse le gouvernement de Kiev de tuer des centaines de civils dans l’est de Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - La Preuve par 3

Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je gouvernerai et François Hollande commémorera »

Marine Le Pen, Présidente du Front National, était l’invitée de France Info hier. Elle a appelé à changer radicalement la politique en France et à mettre en œuvre celle que les Français attendent. Marine Le Pen : « En cas de cohabitation, je… par FranceInfo Partager la publication "Marine Le Pen Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

Explosion de l’immigration clandestine : l’impératif retour aux frontières nationales

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’explosion de l’immigration clandestine en France depuis le début de l’année, pointée dernièrement par un rapport de police particulièrement alarmant, confirme plus que jamais la nécessité vitale de rétablir de manière permanente nos frontières nationales, notamment par la sortie de la Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 13h TF1 - Europeennes Mai 2014

2017 : un sondage place Marine Le Pen en tête du premier tour

François Hollande comme Manuel Valls seraient tous les deux battus avec 17% des voix au premier tour… Si la présidentielle avait lieu dimanche prochain Marine Le Pen (26%) et Nicolas Sarkozy (25%) seraient au second tour, que ce soit face à François Hollande ou Manuel Valls, lesquels seraient tous les Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen - 2014

Désastre en Libye : les graves erreurs de Nicolas Sarkozy et du PS

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National L’appel en catastrophe lancé par les capitales européennes, enjoignant les ressortissants occidentaux à quitter de toute urgence la Libye, en proie à une nouvelle guerre civile, illustre l’échec total de la politique étrangère de la France dans cette région, et en Lire l'intégralité de l'article

24 deptutes FN Front national au Parlement europeen - Elections Europeennes 25 mai 2014

Le Front National se donne plus de temps pour constituer un groupe au Parlement européen

Communiqué du Front National Fidèles à nos valeurs et nos engagements politiques, et en accord avec nos alliés politiques des partis de la Liberté en Autriche et aux Pays-Bas, du Vlaams Belang flamand et de la Ligue du Nord en Italie, nous avons fait le choix de privilégier la qualité Lire l'intégralité de l'article

Encart Front National - Flamme - logo

Mon adversaire c’est la finance mais ma conseillère économique est une banquière de Wall Street…

Communiqué du Front National François Hollande, au meeting du Bourget trois mois avant l’élection présidentielle, avait annoncé aux Français que la finance était son ennemi : « Mon véritable adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc Lire l'intégralité de l'article

Marine Le Pen invitée de Radio Classique et LCI

Marine Le Pen, présidente du Front National, était l’invitée de Radio Classique et de LCI où elle a commenté l’actualité du moment.


Marine Le Pen, invitée de Guillaume Durand avec… par radioclassique

Des provocateurs panalbanais font annuler le match de foot Serbie-Albanie

Avec Roland Machefer

Un drone transportant un drapeau de la « Grande Albanie » a provoqué un déchaînement de violences durant le match Serbie – Albanie mardi. Une énième provocation des extrémistes panalbanais au moment où Belgrade s’apprêtait à recevoir en grandes pompes le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, afin de commémorer les 70 ans de la libération de la capitale serbe par l’armée rouge, le 20 octobre 1944.

Les vidéos du grave incident survenu mardi durant la rencontre Serbie – Albanie comptant pour les éliminatoires de l’Euro 2016 ont déjà fait le tour du monde. Vers la 40e minute de jeu, un drone transportant un drapeau de la « Grande Albanie »  survole la pelouse. Un joueur serbe l’arrache et se retrouve aussitôt encerclé par des joueurs albanais, avant que des supporters serbes descendent des tribunes pour défendre leurs joueurs. Ce drapeau de la Grande Albanie ethniquement pure, à la veille des commémorations de la libération de Belgrade le 20 octobre 1944, n’est pas anodin.

La Grande Albanie faisait partie du projet hitlérien de remodelage du continent européen. Il y a 70 ans, nombreux avaient été les Albanais du Kosovo et du nord de l’Albanie (pays gheg) à rejoindre les volontaires de la Waffen-SS au sein de la 21e division de montagne « Skanderbeg » (9.000 hommes) de sinistre mémoire. Dans les Balkans, les Albanais représentaient après les musulmans de Bosnie, le contingent le plus nombreux dans les rangs de la Waffen-SS. La Grande Albanie, ethniquement purifiée, était alors sur le point d’être réalisée par le feu et le sang, avec l’assentiment de Mussolini, tout d’abord, puis du Reich hitlérien à partir de septembre 1943, et au moyen d’un nettoyage ethnique de la presque totalité des Serbes et des chrétiens orthodoxes de souche vivant sur le territoire du Kosovo, la province historique serbe annexée par Tirana.

Seine-Saint-Denis : 200 musulmans ont prié dans la rue à Montfermeil

Ce vendredi en début d’après-midi, l’avenue Jean-Jaurès à Montfermeil (Seine-Saint-Denis) a été coupée à la circulation par plus de 200 fidèles musulmans qui ont étalé des bâches dans la rue, se sont déchaussés et se sont assis sur ces bâches à l’heure de la prière. Des policiers municipaux et nationaux sont présents. Peu avant 15 heures, les fidèles ont commencé à replier les bâches.

Il y a une semaine, l’association cultuelle des musulmans de Montfermeil (ACMM) a commencé à détruire les extensions bâties sans autorisation en 2009 sur le terrain du pavillon qui sert de mosquée à la communauté. Cette démolition a été ordonnée par la cour d’appel de Paris, qui avait laissé six mois à l’association pour se conformer à la décision. L’ACMM, qui a obtenu un permis de construire pour une vraie mosquée, compte installer un chapiteau provisoire pour accueillir les fidèles, une fois les extensions détruites.

En attendant, elle demande à la mairie de lui prêter le gymnase pour la prière du vendredi. Le maire (UMP) Xavier Lemoine nous a expliqué la semaine dernière que les structures municipales étaient occupées par les élèves et les associations et qu’il ne pouvait pas les prêter pour la prière.

Lire la suite sur leparisien.fr

Ukraine / Donbass : les forces républicaines progressent au nord et au sud

Attaque au nord et progression des FAN au sud, alors que les défenseurs de l’aéroport de Donetsk tiennent toujours bons sous les assauts et les salves d’artillerie des forces de Kiev. En 96 heures, c’est presque l’ensemble du front du Donbass qui a été sérieusement évolué, au détriment des forces de Kiev. Ces dernières envoient des renforts mais semblent globalement incapables de contre-attaquer, tout juste essaient-elles des manœuvres de freinage pour tenter de retarder la progression adverse. Les commémorations anachroniques de l’extrême droite néobandériste partout dans l’Ukraine « proeuropéenne » ont été saluées par les troupes de Nouvelle Russie à leur juste mesure. Pas sûr que les nervis qui paradaient hier à Kharkov, Odessa, Lviv et Kiev courent aujourd’hui rejoindre ceux qui, en ce moment, subissent les attaques des forces de Nouvelle Russie.

Salves de Grad des forces républicaines

« Le communisme est mort, nous devons maintenant détruire l’orthodoxie ! » C’est un vieux Galicien qui vient d’affirmer cela (source) et pas n’importe lequel, un des plus influents de la planète : Zbigniew Brzezinski, conseiller de Barack Obama, théoricien du « Containement » contre l’URSS du temps de la guerre froide, un de ceux qui influencèrent la politique interventionniste US en Afghanistan au point de créer et d’instrumentaliser al-Qaïda, et qui est sans doute l’homme, avec Soros, qui a la plus grande responsabilité du coup d’Etat de l’hiver dernier à Kiev, un coup de force antidémocratique destiné, non pas à soutenir le peuple ukrainien dont il ne moque éperduement, mais à lancer une nouvelle guerre froide sur le continent européen, voire au-delà. C’est donc bien une guerre de religion à laquelle nous assistons en ce moment, en plus d’un conflit « ethnique » (dixit Iryna Farion de Svoboda) dans le cadre d’un affrontement géopolitique majeur entre les partisans d’un monde multipolaire et ceux de l’hyperpuissance US.

Mais pour le moment, l’heure est aux réalités du quotidien : la guerre ethno-religieuse que Washington et Bruxelles entendent mener contre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien, se heurte à une farouche résistance populaire. Et les autorités de Nouvelle Russie ne sont pas dupes du rôle trouble de certaines organisations de la « Communauté internationale » : elles ont menacé d’abattre les drones de la mission de l’OSCE au cas où ils survoleraient sans autorisation préalable le territoire des républiques séparatistes. Les indépendantistes craignent, à juste titre, que ces drones issus d’armées de pays membres de l’OTAN (Allemagne, France) servent in fine au renseignement des forces de Kiev.

Batterie ukrainienne d’automoteurs 2S3 de 152 mm Akatsiya au nord de Donetsk (55e brigade d’artillerie)

Le chaudron de d’Amvrosyvka, au sud-est d’Ilovaisk semble enfin liquidé depuis la fin de la semaine dernière. Ce qui a permis de libérer des troupes du côté indépendantiste et de les redéployer sur d’autres secteurs où elles sont plus utiles. D’ailleurs, on note de fortes progressions des forces républicaines et nord et au sud du front du Donbass depuis 96 heures. On note également, depuis les 16 et 17 octobre, une poussée au nord de Gorlivka de plusieurs kilomètres en direction d’Artemivsk ; alors que le flanc ouest de ce saillant continue de connaître des affrontements sporadiques. Sur Verhnotoretske (7 km au nord-ouest d’Avdiivka et au sud de Gorlivka), une reconnaissance par le feu des forces ukrainiennes a été signalée dans la journée du 18.

On signale également la poursuite des attaques sur les positions ukrainiennes dans le saillant de Debaltseve tenu par Kiev avec comme appui-feu des lances-roquettes multiples Grad. Les combats se poursuivent à la périphérie immédiate de la ville (à l’est), mais dans l’ensemble, il n’y a pas de changement significatif. On note l’action, sur le flanc ouest du saillant, de plusieurs unités de reconnaissance des forces de Kiev chargées de tater le dispositif républicain. Tout comme, ce soir, une importante colonne d’infanterie motorisée sur BTR-80, appuyée par une batterie d’artillerie de quatre 122 D-30 tractés par MT-LB et un poste de commandement a été signalée à Kostyantynivka (plus de 20 km au nord-ouest de Gorlivka) faisant mouvement vers les premières lignes. Dans l’après-midi, des drones ukrainiens de reconnaissance ont été aperçus au-dessus de Yenakijeve (sud-est de Gorlivka).

Un des ateliers de remise en condition de combat et d’entretien des armements lourds des FAN

Offensive républicaine au nord

Lugansk 16 17 10 2014La situation ces derniers jours au nord de Lugansk : en bleu, les positions des forces de Kiev ; en rouge celles de Nouvelle Russie.

Ce qui était encore, il y a quatre jours, une simple reconnaissance offensive, est devenu une véritable progression au nord de Lugansk, au-delà de la Siverskiy Donets. S’appuyant sur le verrou de Pervomaisk, le 32e détachement de l’armée des cosaques du Don, secondé par plusieurs DRG, mène en ce moment une véritable offensive sur la partie nord de la poche du Donbass. Bahmutka est atteinte, le sud de Novoaidar est menacé et des combats sont en cours à Lysychansk sur le flanc ouest de cet axe de progression.

Cyclisme sur piste : le Français Baugé champion d’Europe

Bouton NP INFO SPORTSGrégory Baugé (or en vitesse) et Quentin Lafargue (bronze sur le kilomètre) ont offert deux médailles de plus à l’équipe de France samedi, ce qui permet de dépasser le total de 2013.

Ancien champion d’Europe de la vitesse en juniors (2003) et en espoirs (2007), Grégory Baugé a remporté son premier titre continental en seniors samedi à Baie-Mahault, en Guadeloupe. Vainqueur du Tchèque Pavel Kelemen en quart de finale vendredi (2-1), il s’est offert une petite revanche le lendemain en demi-finale en écartant Robert Förstemann, membre de l’équipe d’Allemagne victorieuse de Baugé et des Français en finale de la vitesse par équipes jeudi. En finale, le triple champion du monde de la discipline, qui n’avait plus remporté de titre depuis sa médaille d’or aux Mondiaux 2012 à Melbourne, a dominé le Polonais Damian Zielinski en deux manches. Le Guadeloupéen est le neuvième Français à remporter ce titre, le premier depuis Kévin Sireau en 2011.
Un peu plus tôt, Quentin Lafargue avait obtenu la médaille de bronze du kilomètre – une discipline dans laquelle il avait été triple champion d’Europe espoirs et champion de France seniors – en réalisant le troisième temps (1’02″734) derrière le Britannique Callum Skinner (1’02″399) et l’Allemand Joachim Eilers (1’02″474). L’équipe de France totalise cinq médailles (deux en or, deux en argent, une en bronze) avant la dernière journée (poursuite féminine, Américaine, keirin masculin et féminin), soit une de plus que l’an dernier.

Source : lequipe.fr

Louis Aliot était l’invité de l’émission Les Indésradios avec Metro News et LCI

Louis Aliot, vice-président du Front National et député français au Parlement européen, était l’invité de l’émission les Indéradios avec LCI et Métro News. Il a commenté l’actualité du moment.

https://www.youtube.com/watch?feature=youtu.be&v=ivZmg0iyVYo&app=desktop

Après les niches fiscales, les niches d’imposition

Bruno LemaireBillet d’humeur de Bruno Lemaire, secrétaire général du Club Idées Nation

Depuis quelque temps les ‘rabots’ sont de sortie. Il ne s’agit plus pour l’État d’aider les ménages et les entreprises à créer des richesses, ni même à réduire ses dépenses, mais à tenter de « piquer » par-ci, par- là quelle menue monnaie à ceux qui en auraient encore.

La méthode est habile, au moins politiquement. Il s’agit de s’en prendre à des gens dont le pouvoir de nuisance est faible, voire nul, ou encore parce les personnes visées déclencheront peu de sympathie parmi le reste de la population.

Il est vrai que pour les 5 ou 6 millions de chômeurs, pour les onze millions de travailleurs pauvres, enlever 100 ou 150 euros par mois à un couple qui gagne 6 000 euros mensuellement ne semble pas tragique. Même chose quand on rabote la retraite au-dessus de 2000 euros, lorsque la retraite de certains n’atteint pas 900 euros.

Certains capitaines d’industrie avaient été blâmés, à juste titre, pour avoir « vendu par appartements » des établissements industriels, après avoir racheté pour une bouchée de pain les établissements concernés

L’État socialiste fait de même : il divise les citoyens français en catégories, en niches imposables, pour en tirer le plus de « suc fiscal ».

Le seul « petit » problème – en dehors du problème éthique que cela représente – c’est que certains de ces « riches » sont aussi des facteurs de richesse dont la France a cruellement besoin. Que l’on taxe des représentants du « show-biz » ou des commissaires européens ne me ferait ni chaud ni froid. Mais que l’on taxe ou surtaxe des cadres ou des entrepreneurs qui tentent, bon an mal an, de relancer l’économie française me semble beaucoup plus dangereux. Mais cela, en ‘Hollandie’, personne n’en a cure.

Inondations : réparer c’’est bien, prévenir c’’est mieux !

France JametCommuniqué de France Jamet, membre du bureau politique du Front National, présidente du groupe FN en Languedoc-Roussillon

Le président Alary a annoncé le 10 octobre 2014, la mobilisation de 70 millions d’euros par la région pour la mise en œœuvre de la solidarité régionale.

A ceci près que la somme de 70 millions d’’euros correspond exactement au coût consacré pour la prévention par la région pour l’’ensemble de la période 2014/2020.

En 15 ans, 15 inondations majeures en Languedoc-Roussillon ont engendré la mort de près de 80 personnes.

Ces épisodes dramatiques sont, hélas !, appelés à se renouveler si rien ne change. Or, l’’indemnisation coûte six fois plus cher que la prise en compte du risque et de la prévention.

Il n’est pas question de décider s’il faut ou pas augmenter les fonds d’indemnisation mais d’inverser la tendance en renforçant, au contraire et avant tout, les investissements pour la prévention des risques (digues, bassins, écoulement, curage, embâcles…).

Cette politique de prévention fait peu de bruit mais beaucoup de bien à la population, l’inverse fait beaucoup de bruit, mais pas assez de bien.

Il faut donc sortir de cette seule logique de l’’indemnisation et investir de façon plus conséquente sur la prévention des risques comme le préconise sans varier le Front National à la région depuis 1986.

France Police dénonce la garde à vue à l’encontre d’un policier de la BAC de Toulouse

Police 2Communiqué de Michel Thooris, secrétaire général du Syndicat France Police

Le syndicat France Police dénonce la mesure de garde à vue prise à l’encontre de notre collègue de la BAC de Toulouse comme étant abuse.

La garde à vue doit constituer l’unique moyen de parvenir à l’un des objectifs fixés par la loi. Cette condition n’est pas remplie, la garde à vue n’est pas, en l’espèce, nécessaire à la manifestation de la vérité.

Par ailleurs, une mesure de garde à vue est prise lorsqu’il existe des indices graves et concordants de soupçonner qu’une personne a commis ou tenté de commettre un crime ou un délit.

A ce stade de l’enquête, comment peut-on considérer qu’il existe ces indices graves et concordants contre notre collègue ? Nous acceptons naturellement qu’il y ait une enquête pour faire toute la lumière sur les circonstances mais nous regrettons que la seule possibilité pour un policier de prouver sa bonne foi est, à l’instar d’Aurélie Fouquet, d’être abattu.

En plaçant en garde à vue le policier qui a fait son travail, la société se place clairement du côté des braqueurs contre sa police républicaine.

 

Austérité/Défense : la triple faute du gouvernement

flamme-FNCommuniqué de Florian Philippot, vice-président du Front National

Par l’annonce de la dissolution d’un nouveau régiment militaire en Champagne-Ardenne et le départ des activités médicales du Val-de-Grâce à Paris, entre autres mesures d’austérité frappant les armées, le gouvernement multiplie les fautes graves à l’égard de la France : faute morale, faute économique et faute sécuritaire.
En revendiquant vouloir faire « porter aux armées leur part dans l’effort budgétaire du pays », Jean-Yves Le Drian oublie ainsi que les militaires payent déjà le prix du sang, et que c’est à la Nation de faire un effort budgétaire pour ses armées et non l’inverse.

Il en va de la puissance de la France et de sa sécurité.

Les annonces de suppressions de postes dans la Défense sont parfaitement intolérables. Elles fragilisent des territoires déjà fortement ébranlés par la crise économique permanente, et surtout, à l’heure où le monde est chaque jour plus incertain, elles participent à l’effondrement sécuritaire de notre pays.

Après les 54 000 suppressions de postes issues de la LPM 2008-2014 votée par l’UMP, la majorité socialiste maintient honteusement son objectif de 23 500 suppressions de postes supplémentaires d’ici à 2019.

Toujours moins de militaires, toujours moins d’équipements mais toujours plus de menaces. Qui peut comprendre le sens d’une telle politique, aussi profondément antinationale et motivée par les seules contraintes d’austérité dictées par l’Union européenne ?

Le Front National appelle tous ceux qui le peuvent, civils et familles de militaires, à se mobiliser pour défendre les intérêts de nos armées, et donc notre sécurité collective.

Nous renouvelons à cet égard notre proposition de sanctuarisation du budget de la Défense en inscrivant dans la Constitution une limite inférieure obligatoire équivalent à 2% du PIB, et qui seule pourrait permettre le réarmement indispensable de la France, aussi bien humain que matériel.

Ukraine / Donbass : les combats font rage, une centaine de soldats ukrainiens encerclés au nord de Lugansk

Petro Porochenko se veut rassurant, le boucher de Kiev fait le beau, il parle de « paix » et de « grands espoirs » pour trouver une solution à la guerre civile qui continue de faire rage dans le Donbass. Mais pendant ce temps-là, ses troupes continuent de semer la mort à Donetsk, à Mariupol ou encore à Gorlivka. Et les rues de sa capitale sont en ébullition, après les démonstrations des extrémistes galiciens, admirateurs des collabos du IIIe Reich de sinistre mémoire, qui veulent peser coûte que coûte sur le scrutin législatif. Loin de là, les combats font rage dans le Donbass et, aujourd’hui, un nouveau chaudron a vu le jour, au nord de Lugansk.

Voilà comment la milice du Donbass traite les voleurs et autres maraudeurs issus de ses propres rangs : ceux-là ont volé des téléphones à des civils. Ils sont traités à l’ancienne, comme le grand Fredéric II de Prusse l’imposait en son temps à ses troupes, avant d’être exclus des rangs des FAN. En un sens ils ont de la chance : un décret spécial de Staline, datant de fin juin 1941, autorise de fusiller sur le champ tout pillard pris sur le fait en zone de guerre. Il s’applique encore dans l’armée russe.

Si le moral des troupes de Nouvelle Russie reste globalement très haut, force est de constater que les affrontements depuis un mois, sous couvert de « trêve », semblent être destinés à user progressivement les forces indépendantistes. En outre, de très nombreux matériels capturés à l’été dernier ne sont pas encore remis en état de combattre, par manque de pièces et de personnels qualifiés dans les ateliers de réparation. De plus, un grand nombre de munitions pour armes lourdes commencent à manquer, tout comme les moyens en artillerie à longue portée font encore défaut dans les rangs des FAN. Enfin, l’absence d’un véritable commandement opérationnel unifié limite les capacités tactiques et opérationnelles des FAN sur l’ensemble du territoire qu’elles contrôlent.

Les forces de Nouvelle Russie ont réussi depuis l’été à constituer des brigades sur la base de bataillons tels que « Vostok », « Kalmius », « Oplot » ou encore « Prizrak ». D’autres unités, plus petites, restent indépendantes comme « Goblin », « Batman » « Rusych », « Zarya », sans oublier les cosaques, de même que celles de « Motorolla » (même si nous considérons qu’il s’agit là aussi désormais d’une brigade) et de « Givi » engagées en ce moment sur l’aéroport de Donetsk. L’ensemble ne forme pas une force armée homogène, d’autant que les armements employés sont souvent hétéroclites.

A cela s’ajoutent les difficultés croissantes au quotidien pour les millions d’habitants du Donbass qui subissent depuis mars dernier la guerre impitoyable que le régime « proeuropéen » de Kiev leur fait. La précarité, les difficultés pour survivre et la situation humanitaire alarmante engendrent une montée inquiétante de la délinquance à la veille d’un hiver qui sera rude ; et tant Lugansk que Donetsk connaissent une monté des pillages, des vols et de la petite criminalité qu’il est nécessaire d’endiguer puis d’éradiquer sans faiblesse. Dans un contexte de guerre civile, cela nécessite d’employer des troupes au maintien de l’ordre qui de facto ne peuvent être engagées en première ligne.

L’aéroport sous pression

Quelques instants de pause entre les combats pour les deux commandants qui dirigent la défense de la zone aéroportuaire : « Motorolla » et « Givi »

Plusieurs attaques ukrainiennes avec appui de blindés ont eu lieu cette nuit en direction de l’ancien terminal en ruines de l’aéroport de Donetsk. Le groupe de « Motorolla » a riposté au moyen de missiles guidés antichars.

De très puissances salves d’artillerie ont touché, cette même nuit, l’agglomération Ouest de Donetsk. Dans l’après-midi, plusieurs salves de BM-21 ont, une fois encore, atteint l’aéroport et le centre-ville de la capitale du Donbass.

Les combats sur le site aéroportuaire sont rendus d’autant plus difficiles que, de part et d’autre, il y a une importante présence de snipers. De plus, les anciens bunkers de défense datant de la guerre froide, se situant au Nord de la principale piste, permettent aux forces de Kiev de maintenir une position avancée.

Vers 17h40, heure locale, un renfort d’artillerie mécanisée (automoteurs de 122 mm 2S1 Gvozdika) a été aperçu se déplaçant en direction de l’Ouest de Donetsk.

Juste au Sud de l’aéroport, sur la route menant au village de Pisky tenu par les Ukrainiens, au moins deux compagnies de la brigade « Vostok » se sont retranchées dans des positions préparées et interdisent toute progression sur Donetsk et tout contournement du dispositif des FAN sur l’aroport par le Sud.

Plus au Nord-Est, les combats se poursuivent juste à l’Est du saillant fortifié de Debaltseve entre une unité de cosaques « Ermak » et un détachement ukrainien, au Nord de la M04, à Verhulivka (Bakhmutka). Plusieurs DRG de la brigade « Prizrak » seraient engagés sur ce secteur, de part et d’autre de l’axe routier. Le village de Nikishine, au Sud-Est du saillant fortifié (6 km de Debaltseve), est l’objet d’âpres affrontements. Plusieurs salves d’artillerie de part et d’autre ont été signalées.

Opérations au-delà de la Siverskiy Donets

A environ 20 km au Nord-Ouest de Lugansk, au Nord de Slavianoserbsk sur la Siverskiy Donets, une colonne de la garde nationale a été prise en embuscade par un DRG républicain. Au moins 3 blindés du 19e « bataillon » territorial de Nikolaev ont été détruits, et 4 morts sont à déplorer du côté ukrainien. Il y aurait aussi de très nombreux blessés.

Sur Bakhmutivka, à une quinzaine de kilomètres plus au Nord, une opération de reconnaissance offensive a commencé vers 2 heures du matin (heure locale) et s’est poursuivie jusqu’au milieu de la matinée. Le 32e détachement de l’armée des cosaques du Don, sous le commandement de Pavel Dremov, a été mis à contribution pour cette attaque. Il s’agissait d’une mission contre une position fortifiée de deuxième échelon comprenant une compagnie ukrainienne, une vingtaine de blindés et deux douzaines d’autres véhicules de la 24e brigade mécanisée. Un chef de bataillon ukrainien se trouverait parmi les prisonniers (dont de nombreux blessés). Une centaine de combattants de Kiev sont encerclés dans ce secteur (112 exactement), ce qu’un rapport de l’OSCE semble confirmer. Selon plusieurs sources, 3 BTR ukrainiens auraient été détruits et il y aurait une douzaine de tués et de blessés dans les rangs des forces de Kiev.

Défense : le grand nettoyage par le vide !

Le ministère de la Défense a annoncé ce mercredi l’ensemble des restructurations ou suppressions d’unités pour l’année 2015 dans le cadre de la Loi de programmation militaire (2014-2019) votée fin décembre. Un régiment d’artillerie va être dissous, cinq bâtiments de la marine désarmés, une base navale fermée et l’hôpital du Val-de-Grâce transformé en pôle de recherche.

Ces restructurations doivent permettre de réaliser d’importantes économies budgétaires et de nouvelles coupes dans les effectifs des armées. Ce sont 7 500 postes qui doivent ainsi être supprimés l’an prochain. Un important volet concerne le Service de santé des armées (SSA) et la réorganisation des hôpitaux militaires. L’hôpital du Val-de-Grâce à Paris va donc fermer et ses activités seront transférées vers les hôpitaux militaires Percy et Begin.
Le 1er Régiment d’artillerie de marine de Châlons-en-Champagne (Marne), plus ancien régiment d’artillerie de la marine, va être dissous. Sa dissolution concerne aussi l’état-major de la 1re Brigade mécanisée. Un coup dur pour cette ville de 45 000 habitants. Au total, 960 emplois vont être supprimés. Selon la mairie de Châlons, c’est presque 7% de la population de la ville qui directement ou indirectement vont être touchés par cette décision, soit 3 000 personnes en tout dont 400 enfants scolarisés. Selon la commune, un emploi sur deux dépend de la présence militaire dans la ville alors que le chômage dans la région est de l’ordre de 16%.

Pour la marine, cinq bâtiments de combat vont être désarmés. Il s’agit du bâtiment de transport de chalands de débarquement Siroco, du pétrolier-ravitailleur Meuse à Toulon mais aussi du patrouilleur austral Albatros à La Réunion et les deux patrouilleurs de surveillance de site Athos et Aramis à Anglet. En outre, le Commandement de la marine (Comar) à Strasbourg sera supprimé. La base navale de l’Adour à Anglet sera aussi fermée.

La base aérienne de Drachenbronn (Bas-Rhin) sera également touchée avec la perte de 190 postes militaires et 3 postes civils, a annoncé ce mercredi Guy-Dominique Kennel, président du conseil général du Bas-Rhin. «Cette annonce faisant suite à une première diminution des effectifs l’an dernier, il ne restera plus sur le site que 110 personnels, ce qui fait craindre un démantèlement du site à plus ou moins brève échéance», a-t-il estimé.

Source : leparisien.fr

La pièce de BHL fait un bide colossal !

Et un bide de plus pour le pompeux cornichon. La pièce de BHL, « Hôtel Europe », s’arrête prématurément, faute de spectateurs. Jouée depuis le 11 septembre, elle s’arrêtera le 16 novembre au lieu du 3 janvier, indique le théâtre de l’Atelier aux Inrocks.

Les venues de François Hollande, Manuel Valls ou encore Nicolas Sarkozy n’ont pas convaincu le public. « Hôtel Europe », la nouvelle pièce de théâtre de Bernard-Henri Lévy, va s’arrêter avant la date prévue, affirme le magazine Les Inrocks, mardi 14 octobre. Jouée au théâtre de l’Atelier depuis le 11 septembre, elle prendra fin le 16 novembre au lieu du 3 janvier, indique le théâtre parisien à l’hebdomadaire. « Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est très calme au niveau des réservations », commente le lieu, dont la capacité affiche 563 places.

Lire la suite

Football / équipes de France : les « A » enchantent, les Espoirs déchantent !

Bouton NP INFO SPORTSSi l’équipe de France A a remporté une nouvelle et brillante victoire en Arménie (3-0), l’équipe de France Espoirs a été ridiculisée en Suède (1-4) et ne participera pas à l’Euro 2015.

Malgré huit changements par rapport au match gagné contre le Portugal, l’équipe de France s’est de nouveau imposée avec la manière, mardi soir à Erevan aux dépens d’une équipe d’Arménie qui avait tenu la Serbie en échec. Du reste, les Arméniens, entraînés par… un Suisse, causèrent quelques problèmes aux Bleus au début de chaque période. Si face au Portugal, Benzema avait été décisif, mardi soir au Stade de la République, c’est son remplaçant, André-Pierre Gignac, qui a placé les Français sur la voie d’un succès aisé, en signant un but (54e sur penalty) et en offrant les deux autres à Rémy, sur la première attaque tricolore dès la 8e minute, et à l’excellent Griezmann, entré en jeu en seconde période, à six minutes de la fin.
Ce match aura permis à Didier Deschamps de constater, ou plutôt d’avoir la confirmation, qu’il disposait d’un effectif de qualité, puisque les huit nouveaux joueurs qu’il a alignés face aux Arméniens, ont été très satisfaisants.
La soirée aurait pu, et dû, être un triomphe pour le football français, si les Espoirs de Pierre Mankowski avaient obtenu leur qualification pour l’Euro 2015. Victorieux au Mans 2-0 du barrage aller, on les pensait capables de résister sans trop de difficultés au retour en Suède. Hélas, encaissant un but dès la 2e minute, ils subirent la loi de Suédois plus motivés. Les jeunes Bleus étaient pourtant qualifiés à la 86e minute, quand le Monégasque Kurzawa ramena le score à 3-1, mais deux minutes plus tard, la Suède ajouta un quatrième but synonyme d’élimination pour des Français arrogants et donc logiquement punis. Non seulement ils n’iront pas en République tchèque en juin 2015, mais ils ne participeront pas non plus aux JO de Rio l’année suivante.

Non à la Turquie dans l’Union européenne

Communiqué de Louis Aliot,  vice-président du FN, député français au Parlement européen

Au moment où la Turquie refuse de s’engager contre l’État islamique mais réprime durement les manifestations prokurdes et bombarde les positions du PKK, nous apprenons que la Commission européenne continue, sans pressions particulières, ses négociations avec le gouvernement islamiste au pouvoir à Ankara.

En effet, lors d’une récente réunion à Bruxelles, la Commission a approuvé une communication dressant un bilan du processus d’élargissement de l’UE et fait le point sur les progrès réalisés au cours des douze derniers mois par la Turquie.

Dans le même temps le ministre turc en charge des affaires européennes ainsi que l’ambassadeur Bozkir ont déclaré que le rapport d’étapes d’adhésion à l’UE serait utilisé comme un élément constructif pour faire avancer le processus d’une intégration à l’UE.

Alors que beaucoup de peuples d’Europe sont majoritairement hostiles à une éventuelle intégration de la Turquie à l’Europe et au regard des engagements pris par les institutions européennes, Louis Aliot, député français au Parlement européen, a réitéré l’opposition de son groupe à ce processus d’intégration et demandé à la commission des précisions sur ce rapport d’étapes.